Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Le développement durable: Nouveau modèle ou devoir pour l'entreprise?




  1. #1
    Mathélys

    Question Le développement durable: Nouveau modèle ou devoir pour l'entreprise?

    Entrepreneurs en quête de consensus...

    Merci d'avance pour tous vos commentaires...

    Ecrire un livre à deux, surtout lorsque l’on parle de soi n’est pas immédiat. Jusqu’où doit-on aller lorsque la transparence est une valeur fondatrice de l’histoire que nous voulons raconter ? Car il s’agit bien d’une histoire qui ne veut donner de leçon à personne mais qui se veut témoignage et peut-être pour certains, que nous espérons nombreux, un témoignage qui se veut lui aussi un exemple.
    Sans vouloir toujours travestir nos mots, dans l’idée même d’écrire notre histoire, vous devez savoir que la volonté d’être exemplaires est à l’origine de notre motivation. Là encore sans entrer dans un nouveau dogmatisme, nous sommes convaincus que l’exemplarité doit être notre outils de référence sans glisser non plus vers aucun dérapage fanatique. Imaginez plutôt que nous sommes là, assis en face de vous et que nous venions déposer, insérer notre histoire dans la votre. En réalité vous en prendrez ce que vous voudrez bien en prendre. Vous devrez exercer votre liberté de façon responsable, déterminée et surtout en imaginant, en construisant, en rêvant le monde de demain.
    Dans le fond si une chose au moins devait rester dans l’esprit de chacun de vous après avoir vécu cette aventure, c’est que vous ayez au moins à cœur de rêver le monde de demain.
    Si nous nous adressons à vous ce n’est pas par effet de style mais la composante INTJ(*) de notre association nous conduit à travers un devoir de formation. C’est la prise en compte de l’autre et donc de vous dont nous susciterons les émotions (c’est la nourriture principale de la composante ENFP(*) de notre association), les réactions en espérant qu’ells viendront enrichir notre démarche.
    Nous allons vous raconter l’histoire d’une entreprise qui veut réinventer l’entreprise comme des hommes primitifs auraient pu la concevoir en élevant banalement au rang d’évidence le bon sens. Pour ceux, et nous espérons là aussi qu’ils sont nombreux qui ne se laissent pas seulement séduire par la beauté des mots simples, nous allons illustrer ce que nous entendons par « bon sens ». Nous allons le faire à travers un exemple qui vous montrera que chacun de vous a, dans le fond, une idée claire du « bon sens » et même du « bon sens à long terme ».
    C’est d’ailleurs assez surprenant de voir combien le bon sens est perceptible si on veut se donner la peine…
    Bloqué dans un embouteillage en Italie où les ronds-points sont encore rares par rapport aux feux rouges, en regardant justement le feu rouge qui nous condamnait à l’immobilisme une évidence se révéla:
    Quand les feux rouges ont-ils fait leur apparition sur terre ? Les tous premiers feux rouges électriques ont été installés à Cliveland aux Etats-Unis en Août 1914 ! Quand on voit un feu rouge, surtout les premiers en fonte grise, on s’imagine la grosse industrie qui utilise beaucoup d’énergie, on sait que cela consomme aussi de l’énergie pour fonctionner, que cela nécessite de la maintenance. Bilan énergétique plutôt négatif. Quand on sait en plus que cela ne remplit que partiellement sa fonction (vous savez bien que le feu rouge ne s’adapte pas au trafic qu’il est sensé canaliser. Chacun de vous a été bloqué à des feux rouges sans que personne à droite ou à gauche ne soit visible !?...), et que de surcroît cela réduit l’être humain à ses fonctions les plus mécaniques, force est de constater que le bilan social et sociétal n’est pas positif non plus.
    A votre avis, la technicité du rond-point était-elle à la portée des hommes et des femmes de 1914 ? Il n’y a pas l’ombre d’un doute. Et dans ce cas les bilans sont exceptionnels. D’un point de vue énergétique, il suffit de tracer un rond blanc par terre et le tour est joué. Je ne rentrerai pas dans le débat des ronds-points français qui peuvent coûter cher au contribuable. Les raisons, mêmes si elles peuvent être discutées sont toutes autres, elles sont politiques. Bilan énergétique : neutre, nous n’endommageons rien. D’un point de vue de son efficacité, sa diffusion massive montre bien son intelligence. Intelligence qui permet à l’usager d’être davantage acteur de sa propre canalisation…
    Le bilan est impeccable et cet outil aurait très bien pu naître dès le début nous n’aurions jamais connu les feux rouges…

    Nous allons donc vous raconter l’histoire d’une entreprise qui est aussi l’histoire d’une marque, de plusieurs marques de cosmétiques naturels que nous avons la prétention de ne jamais nommer à l’intérieur de cet ouvrage. D’abord parce qu’effectivement cela n’est pas indispensable à notre discours et puis parce que ceux qui voudront nous connaître finiront bien par savoir qui nous sommes…

    Avez-vous envie d'en savoir plus?

    (*) Evaluation des profils psychologiques selon la méthode MBTI.

    -----


  2. #2
    Yoghourt

    Re : Le développement durable: Nouveau modèle ou devoir pour l'entreprise?

    Le forum n'est pas un lieu dévolu à la publicité. De plus, il est à vocation scientifique, et non management.

    Merci aussi de clarifier l'objet de votre discussion.
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Recommandations pour un développement durable de l'aquaculture
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 1
    Dernier message: 31/01/2007, 14h47
  2. Besoin d'aide pour le TIPE (2003-2004 Développement durable)
    Par PTSI dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/09/2003, 16h35