Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Eaux grises



  1. #1
    nico3000

    Question Eaux grises

    Bonjour à tous

    Mon problème (de conscience) à moi est de connaitre la dégradabilité des eaux grises (eaux d'égout, sans matière fécale ni urine, car j'utilise des toilettes sèches), soit les eaux de lessive bain et vaisselle, et les problèmes de pollution éventuels lors d'un versement direct dans la terre.
    Je dis bien dans la terre et non pas dans l'eau, que ce soit ruisseau, rivière ou autre.
    Car Joseph Országh dans son site eautarcie.com préconise cette méthode, sans pour autant donner la preuve de son innocuité, ou alors j'ai mal lu
    http://www.eautarcie.com/Eautarcie/4...ises.htm#_ref1

    Je vais habiter un mobilhome et je cherche une méthode pour me débarrasser de ces eaux grises sans conséquence sur l'environnement. Or la connexion au réseau d'égouts est chère (surtout que c'est provisoire, en attendant de construire juste à coté), et le premier égout est à 150 m.
    Quelqu'un a-t-il un retour d'expérience à me fournir?

    Cordialement

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Cécile

    Re : biodégradabilité du savon

    A priori, la pollution est faible, surtout si tu utilises uniquement des produits "verts", avec des labels spécifiques (désolée, je ne me souviens plus des labels en question, certains sont fiables, d'autres non).

  4. #3
    Bounoume

    Re : biodégradabilité du savon

    bonjour à tous; j' ai l' impression que vous avez tourné autour du pot sans rien résoudre.
    Il faut faire de la chimie, de la biochimie et de la biologie, pas des simples paroles.
    Votre idée est: est-ce que ce savon va se fondre dans la nature et se transformer en composés ordinairement présents dans le milieu, sans déséquilibrer ce milieu -et évidemment sans composés stables ayant des effets hors de mesure avec leur petite quantité (ex le ddt, les oestrogènes.. qui restent très longtemps et ont des effets quantitatifs importants malgré leur faible concentration)
    donc la chimie: ton savon, c' est un sel d' acides gras et de soude. la transformation est réversible.
    les acides gras, (provenant de ton huile) vont en totalité ếtre assimilés par des micro-organismes (ou, exceptionnellement, les rats qui vont grignoter le savon qui a l' air très bon!). Cette assimilation sera totale, et, après les avoir plus ou moins 'nourris' et entretenu leur vie, donnera du CO2 et de l' eau. Donc dégradabilité parfaite.
    Le lactosérum, c 'est des protéines surtout, et sera aussi utilisé par divers ferments, comme 'substrat ' (nouriture) et finalement donnera CO2, H20, azote...

    Ici aussi dégradabilité totale.
    Et la soude?

    Effectivement Na° apporte une certaine alcalinisation du milieu, et du 'sopdium.
    A t rès forte concentration ç' est défavorable à la vie .. de la plupart des organismes, uni ou multi-cellulaires . Quoiqu 'il y en est certains qui soient probabmlement plus résist ants.
    A faible concent ration un apport de sodium n' est pas nocif (d' ailleurs tu en avales un peu tous les jours.. mais il ne f aut pas exagerer sinon gare à l' HTA!) et du Na+ il y en a dans la mer!
    Quand à l' alcalinisation, il y a dans les milieux naturels (t erre cultivée, eaux, tissus..) des systèmes 't ampon' ... dont l''acide' carbonique -le CO2 dissous -quilimitent les variations de pH.

    Tout est une quastion de quantités, du rapport de la massa apportée aux capacités de tansformation du milieu.
    Sauf à cracher des kilogrammes de savon dans un car ré de terre de 10 m2, un terrrain suffisamment étendu azcceptera parfaitement les apports de Na, et les bactéries levures et champignons y contenus se chargeront de digérer totalement les composants organiques.
    Donc dans ce cas : nocivité nulle, intégration parfaite au milieu, mais évidemment petit apport de sodium, qui s' en ira gentiment à la mer, dissous dans les eaux pluviales qui, d' habitude vont aux rivieres, aux fleuves etc...

    Ce qui ne serait pas dégradable, ou du moins qui serait douteux, ce serait d' autres substances 'stables' que tu pourrais y ajouter: que sais-je? huile de pétrole, alumine, D DT, bactéricides à la mode ..

    Si tu veux savoir ce que devient ton savon dans une station d' épuration, ou même das un lagunage, c' est pareil: COé, H20, composés azotés, ion soduim....bien sûr combiné avec des anions divers, et alcalinité négligeable...
    Dernière modification par Bounoume ; 08/03/2010 à 21h09. Motif: mise en forme
    le bruit tue l'information......

  5. #4
    nico3000

    Re : biodégradabilité du savon

    Merci Bounoume

    Ta réponse me rassure. Evidemment, je compte n'utiliser que des produits "sains", savon noir, d'Alep, et c'est tout. J'ingère rarement du mercure (d'ailleurs je ne me suis pas fait vacciner contre la grippe A ) et chasse les moustiques qu'avec de la citronnelle, et non pas au DDT.

    Juste, ce que semble dire Joseph Országh c'est que rejeter ses eaux grises dans l'eau provoque une eutrophisation des rivières par nitrification, c'est pourquoi je m'intéresse au rejet en pleine terre, qui serait en quelque sorte un filtre biologique pour ces eaux avant retour aux cours d'eau (ou aux nappes phréatiques).

    Et sinon, quid de l'excès d'azote dans le sol? Que devient il? Est ce que ça peut devenir un problème?
    Que penser de la solution suivante : épandage des eaux grises sur un lit de broyat de bois (10cm) dans un périmètre clos en périphérie, mais ouvert au fond, en contact avec la terre, et que l'on remplacerait/vidangerait tous les x mois pour le mettre au tas de compost. Le rapport Carbone/Azote serait équilibré pour le compostage, non?


  6. #5
    Bounoume

    Re : biodégradabilité du savon

    réponse de paysan: l' Azote (ou plutôt les composés azotés assimilables par les organismes vivants) c' est toujours bon dans le sol. Plus y en a de nitrates, d'ammoniaque, d' urée, de cyanamide, de protéines diverses, pipi, caca, crevures,cadavres, déchets de cuisine, gâchis alimentaires de supermarchés etc- plus les bactéries et champignons présents dans le sol vont proliférer, transformer tout ca en éléments assimilables pâr les plantes, et ça ca faire de beaux grains de maïs.
    Si tu rajoutes du 'carbone', des éléments comme des glucides, ou assimilés -la lignine par exemple, du bois sain ou pourri, et toutes les protéines diverses, pipi caca etc..... comme au paragraphe précédent!, ça va apporter aux bactéries et champignoms présents dans le sol l' énergie nécessaire à leur prolifération, et, aussi, comme l' azote d' ailleurs, les matériaux à partir desquels ils se construisent.
    Tes 'eaux grises' entrent dans ce cadre. Comme tu as évité d' rajouter des éléments nocifs mal ou pas dégradables, c' est parfait.....


    mais
    mêê
    mêe
    meuh
    il y a quand même des mais.... dans ce meilleur des mondes:
    encore fautè-il que le sol soit capable de faire les opérations biologiques décrites: qu' il soit vivant, avec les dits bactéries, champignons, plus quelques vers de terre et autres bestioles bizzares.
    Si tout ça est absent ou a été zigouillé, tes apports en azote et carbone ne serviront à rien . Mais quand même... si à l' origine la terre arable était bonne, on pourra y mettre des engrais çhimiques, et ça produira quand même!!!! ça se fait beaucoup dans certaines plaines du pays....

    Autre mêêê: Si, même dans un sol corect et sain, tu apportes TROP de nutriments (par rapport aux possibilités de traitement naturel) c' est pas bon non plus. ça va déséquilibrer la système biologique, avec des conséquenses, par exemple favoriser une espèce de mauvaises herbes, favoriser des maladies, donner un milieu défavorable à la culture choisie.
    Et, le plus grave pour les parisiens BCBG: un grand excès de tes eaux grises sur une petite surface, je parie que ça va sentir le pourri....

    Mais tu parles aussi de l' aval: les eaux de ruissellement, les rivières, les lacs, et finalement la mer.
    Eux et elles, il récupèrent les eaux de lavage du sol. C' est normal qu' ils en récupèrent les sels minéraux (pourquoi la mer est salée? devine! et quelle est l' origine des mines de phosphate? des dépôts marins...) mais encore n 'en faut-il pas trop.
    Un excès -de matières azotées, et éventuellement de phosphates, dans ces eaux, ce n' est pas du tout mortel. Au contraire..... ça fait proliférer certaines plantes (dans les eaux douces) et certaines algues (dans la mer), et ces dits êtres vivants s' en trouvent TRES bien.... trop bien d' ailleurs, si bien qu' ils étouffent complètement la flore et la faune habituelle de ces eaux.
    C' est l' Eutrphisation de ces milieux, et in fine c' est pas bon du tout.

    Trop de nutriments dans le sol, ça fait du gaspillage. Et ce qui n' a pu être utilisé, c' est rejeté dans les eaux, et quand les eaux en ont soupé, ça fait désordre...

    Mais je doute que toi, petit artisan, tu sois assez gros pour faire comme les marchands (et fabricants) d' engrais, lessives et autres, ou /et comme l' addition des cacas de millions d' humains, de cochons, de vaches poulets et autres créatures pas forcément douées de raison, mais s' exploitant mutuellement, et même se mangeant sans faim....

    RAPPEL AU REGLEMENT: tu dois éliminer tes déchets selon des procédures règlementaires....
    sinon ton idée de copeaux, c' est empirique, mais ça peut pas faire de mal à la nature,
    Le tout est de faire disparaître ce qui fait désordre, sans saturer localement le systèeme biologique que tu charges de l' épuration....
    D' après moi, la difficulté -empirique- est d' arriver à disperser suffisamment ta 'production'
    pour qu' elle soit naturellement digérée.
    Ce n' est pas du tout le même problème quand on considère une MASSE de déjections chimiques ou biologiques, où on estcertain que cette masse dépassera forcément tous les systèmes naturels qui seraient aptes à les consomer mais en faibles quantités.
    Dernière modification par Bounoume ; 10/03/2010 à 15h20. Motif: coquilles
    le bruit tue l'information......

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    JPL

    Re : Eaux grises

    Ce sujet provient d'une discussion sur laquelle il était venu se greffer de manière peu opportune. La première réponse de Bounoume comporte des éléments répondant à la discussion initiale (mais qu'il était inutile de relancer car son ECG est plat depuis quelques mois).
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  9. Publicité
  10. #7
    42jerome

    Re : Eaux grises

    Pour mes eaux de lavage, j'ai 4 bassins de pouzzolane plantée, avec en sortie une haie.

  11. #8
    nico3000

    Re : Eaux grises

    Citation Envoyé par 42jerome Voir le message
    Pour mes eaux de lavage, j'ai 4 bassins de pouzzolane plantée, avec en sortie une haie.
    C'est justement ce que je veux éviter, tout le travail de terrassement, creusage, etc, vu qu'en plus je n'habiterai sur place qu'à moitié du temps maxi, et ce n'est pas mon lieu d'habitation définitif.
    Ton système a un inconvénient, surtout en été, c'est l'évaporation, car tes "bassins" sont isolés du sol (ou sous sol) par une bâche étanche, non? Dans ce cas c'est du traitement "hors sol", si on peut dire. (je ne dis pas que ma solution est mieux)
    Sinon tu as planté quelles espèces?
    Tes bassins sont en série ou en parallèle?
    Il faut donc de la pente...

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Epuration eaux grises
    Par jonneve dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 14
    Dernier message: 12/02/2010, 14h16
  2. Préchauffer de l'air neuf avec les calories des eaux grises ?
    Par dkiaps dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 16
    Dernier message: 27/12/2009, 21h06
  3. Fosse septique et eaux grises
    Par 95GuiGui95 dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 3
    Dernier message: 10/07/2009, 17h13
  4. [Blanc] auréoles grises
    Par britjess1988 dans le forum Dépannage
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/11/2007, 13h44
  5. Dans MSN, fichiers partagés grisés !
    Par Cornemuse dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 5
    Dernier message: 12/06/2004, 21h52