Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 15 sur 15

Bilan carbone : Toiture vegetalisee




  1. #1
    Crouxi

    Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Bonjour à tous,

    Je me tourne vers vous car je suis actuellement en train de réaliser le bilan carbone d'un bâtiment HQE. Je compare ensuite ce bilan carbone au bilan carbone du même bâtiment s'il avait été construit classiquement en béton.

    Le bâtiment HQE possède deux grandes toitures végétalisées. J'aimerais pouvoir les prendre en compte dans le Bilan Carbone mais je n'ai aucune données concernant le facteur d'émission... Sachant que les plantes absorbent du CO2... Le bâtiment "classique" n'aura évidemment pas de toiture végétalisée, et c'est pourquoi j'aimerais mettre en évidence la différence...

    Merci par avance pour vos remarques et/ou conseils,

    Marine

    -----

    --Marine--

  2. Publicité
  3. #2
    chatelot16

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    que devient le carbone du CO2 absorbé ? ca fait de la biomasse , bois , ou paille , ou graine ...

    est ce que tu passe la moissoneuse batteuse ou la faucheuse sur ta toiture ... non ... ca veut donc dire que ca pousse et ca meurt et pouri sur place ... ce qui se decompose redevient du CO2 ... bilan CO2 nul

    pour un bilan positif , il faut cultiver quelque chose d'utile

    je n'aime pas les toiture vegetalisé : c'est plus couteux en materiaux qu'une toiture ordinaire ... c'est lourd donc ca rend plus couteux toute la structure du batiment qui supporte ... ca rend impossible la recuperation d'eau de pluie propre

  4. #3
    bzh_nicolas

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Non chatelot16, le CO2 est piégé. La plante en pourrissant ne rejette pas la totalité du CO2 absorbé (c'est le principe des puits de carbone) et le bilan est loin d'être nul.
    Par contre comme le souligne chatelot16 le sur-coût pour la structure, le transport des plantes, du substrat, c'est à quantifier, ça ne doit pas être négligeable...
    A voir sur la durée c'est peut-être (surement ?) intéressant, par contre à la construction, ce n'est pas forcément positif.
    Dernière modification par bzh_nicolas ; 25/02/2012 à 22h07.


  5. #4
    Moinsdewatt

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Citation Envoyé par bzh_nicolas Voir le message
    Non chatelot16, le CO2 est piégé. La plante en pourrissant ne rejette pas la totalité du CO2 absorbé (c'est le principe des puits de carbone) et le bilan est loin d'être nul......
    Mais c' est extrêmement limité ! Si c' était un puits pendant 50 ans la masse deviendrait considérable et ferait écrouler la structure, or ce n' est pas le cas.
    Donc à part stocker une ou deux tonnes de CO2, ca ira pas bien plus loin.

    Le seul intérêt est peut être d' éviter les tuiles et l' énergie grise qui va avec.

  6. #5
    Scaeva

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Citation Envoyé par Moinsdewatt Voir le message
    Donc à part stocker une ou deux tonnes de CO2, ca ira pas bien plus loin.
    Et encore, si ça se compte en tonnes c'est qu'il y déjà une bonne surface de toiture.
    A titre d'exemple, une prairie stocke dans sa biomasse (racinaire + aérienne) de l'ordre de 4 t de C/ha...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    bzh_nicolas

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    4t par hectare, soit 1t pour 2500 m², 3-4 toits d'immeubles en gros (et je ne parle même pas de grandes barres HLM)...
    On ne trouve bien sur pas de vraies prairies en toit végétalisé (encore que...), mais je pense qu'en zone urbaine, on pourrait monter assez rapidement en surface.

  9. #7
    chatelot16

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    bof ce CO2 me parait derisoire

    par contre si au lieu de surcharger par des tonne de terre tu met une toiture simple tu peux faire un etage de plus pour le meme prix

    et si tu met des capteur solaire , ca economisera des tonne de CO2 pour le chauffage

  10. Publicité
  11. #8
    Scaeva

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Il me semble aussi que l’intérêt principal des toitures végétalisées n’est pas de stocker du C, mais plutôt de différer le ruissellement de l’eau de pluie.
    C’est important dans le cas d’une commune dans laquelle le réseau d’assainissement n’est pas séparatif : ça permet de limiter le pic de débits entrants dans les stations de traitements des eaux usées après une grosse pluie.

  12. #9
    chatelot16

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    bof ... la terre sur le toit n'est pas une citerne

    la moindre vraie citerne placé ailleur que sur le toit stockera plus d'eau pour moins cher ... et en plus avec une vraie citerne ca fait de l'eau utile qui permet d'economiser de l'eau potable

  13. #10
    Scaeva

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Il ne faut pas oublier que le sol est un milieu poreux (même s’il est difficile de parler de sol dans le cas d’une toiture végétalisée), c'est-à-dire capable de retenir de l’eau. C’est clair que comparé à une toiture classique, la toiture végétalisée va diminuer le ruissellement de manière significative. Votre scepticisme me parait un peu exagéré.

    D’autres solutions existent pour parvenir à cet objectif (par ex : les bassins de rétention et la récupération individuelle de l’eau de pluie), mais elles sont complémentaires, pas incompatibles. Le fait qu’il existe d’autres techniques n’implique en rien que la toiture végétalisée n’est pas efficace.

  14. #11
    Vince44

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Salut

    Je crois qu'à l'échelle d'un bâtiment pavillonnaire l'emploi de la toiture végétalisée est discutable, notamment au niveau du bilan carbone.

    En revanche, si on considère le milieu urbain, c'est autre chose. En milieu urbain, la prédominance du béton et de l'asphalte induisent clairement un manque de "verdure" horizontale. Mis à part les parcs et quelques bordures, on a très peu de surface qui pourraient ressembler à de la prairie. Trop peu et trop peu variée (gazon). Trop peu pour réguler l'humidité ambiante, fixer les poussières et pollen (des arbres et haies) utilement, déphaser/convertir le rayonnement solaire, ....

    Par ailleurs, dans les grands centres urbains, les toitures terrasses (qui posent déjà une partie des problèmes de conception des toitures végétalisée) sont déjà nombreuses.

    A mon sens, c'est dans ces "à-côtés" que réside le vrai bénéfice, notamment carbone, de la toiture végétalisée. Si la végétalisation partielle des toits permet de baisser les besoins de climatisation (végétaliser 6% des toits des centres villes canadien permettrait de réduire de 5% les besoins de clim' en abaissant la température de 1,5°C localement), améliorer la qualité de l'air (et donner par exemple la possibilité de sécher son linge à l'air plutôt que au sèche linge) et réduire le besoin d'évasion de millions d'hyper urbains ainsi que leur aspiration à l'étalement urbain: on a des gains carbone connexes énormes.

    Pour ce qui est de l'eau, la filtration et le stockage sont dimensionnés pour des pluies raisonnables. Il est évident que même végétalisé, un toit n'offre pas la rétention d'une forêt, d'un marais ou d'une prairies, et pourtant, même dans ces milieux totalement végétalisé ou presque, l'engorgement du réseau hydrologique naturel est possible. Donc, si cela limiterait l'impact d'un orage ponctuel et modéré, dans le cas d'un épisode anormalement long et/ou intense, l'effet sera relativement plus faible. Cela dit, le couplage avec un système de citerne est intéressant, on peut imaginer remonter l'eau de la citerne sur le toit, pour arrosage et évaporation "climatisante" l'été. Et si on peut remonter de l'eau au besoin, on peut mettre des plantations plus exigeantes, plantation vraiment puits de carbone, qu'on récolterait. Et du coup, pourquoi pas composter pour nourrir ces plantations avec des amendement issus de la valorisation des déchets locaux?

    Vincent

  15. #12
    Scaeva

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Tout à fait d’accord avec vous sur le début de votre message. L’effet des toitures végétalisées est à mon sens intéressant à l’échelle de la ville, beaucoup moins à celle de l’habitation.

    Sur le dernier paragraphe par contre j’ai pas bien compris ce que vous entendez par « engorgement du réseau hydrologique naturel ». Si vous entendez par là les crues, c’est vrai qu’elles existent à l’état naturel, mais elles sont clairement amplifiées par l’imperméabilisation des surfaces. Les toitures végétalisées devraient permettre de réduire cette imperméabilisation et d’en limiter les conséquences en termes de crues et de fonctionnement des réseaux d’assainissement notamment.


    J’aime bien cette vision de l’eau de la citerne que l’on rend à l’atmosphère par l’intermédiaire de l’évapotranspiration tout en régulant la température de l’air. C’est quand même plus poétique que l’eau d’orage qui ruisselle sur le goudron pour rejoindre une station d’épuration saturée et débordante.

  16. #13
    streshydrique

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Une actualité sur le sujet: http://http://www.actu-environnement...loppement.php4
    D’après le CSTB une toiture végétalisé a une durée de vie plus importante que sans, compensant le surcout engendré.
    Il y a aussi un impact sur l'isolation et sur l'inertie thermique, du moins une toiture végétalisée permet de mettre moins d'isolation en dessous.
    D'accort aussi sur le gain en clim l'été.
    Les toitures végétalisées devraient permettre de réduire cette imperméabilisation et d’en limiter les conséquences en termes de crues et de fonctionnement des réseaux d’assainissement notamment.
    Vincent n'a pas dit le contraire, a juste titre, ce type de toit a certainement un impact sur les crues orageuse, qui dur très peu de temps mais sont intense, mais sur des crues longue de quelque jour, l'impact est minime, quel est intervalle de temps entre le pic de pluviométrie et le débit max qui s’écoule, que l'on pourrait appelé temps de réponse du toit, 30 min?, 1h au grand max.
    De plus les gestionnaire de réseaux non pas attendue que l'on mette des toit végétalise pour mettre des déversoir d'orage sur les réseaux unitaire, et il y a un bypass a l'entrer station, sinon, tous la boues du clarificateur partirait dans l'exutoire au moindre orage.

  17. #14
    bzh_nicolas

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Citation Envoyé par Scaeva Voir le message
    Les toitures végétalisées devraient permettre de réduire cette imperméabilisation et d’en limiter les conséquences en termes de crues et de fonctionnement des réseaux d’assainissement notamment.
    Je ne suis pas certain que la réduction d'imperméabilisation soit vraiment important. Ca va jouer en cas de pluie (très) faible (en fait ce que les plantes de la toitures pourront absorber avant que l'eau ne s'écoule à travers le substrat). Le reste de l'eau va simplement être ralentie.
    En fait la toiture végétalisé aurait plutôt un rôle de tampon concernant les pluies.

    Mais pour cela, elle ne vaut pas un bassin de rétention et surtout une "désimperméabilisation" de certaines surfaces. Typiquement les trottoirs hors zones très fréquentées par les piétons pourraient être remplacé par un terrain stabilisé et enherbé (et donc perméable). De même, il y a surement des possibilités au niveau des parkings (peut-être pas sur les bandes roulantes mais à la place des zones de stationnement).

  18. #15
    Vince44

    Re : Bilan carbone : Toiture vegetalisee

    Salut,

    Effectivement, ce que je voulais dire - probablement de façon trop détournée - c'est que la toiture végétalisée régule les épisodes brefs ou peu intenses, ce qui est plutôt facile à gérer pour le gestionnaire de réseau, mais pas les épisodes trop violents ou trop long.

    D'après l'article wikipédia, annuellement, une toiture végétalisée pourrait absorber (et évaporer j'imagine ) 50% des précipitations. J'imagine que ça doit dépendre du climat, ça ne doit pas être transposable à l'inde par exemple , mais cela suggère que l'impact sur la problématique d'imperméabilisation des surface est réel il me semble.

    Pour les parking enherbé, ça existe et c'est déjà utilisé assez largement dans les nouveaux ensemble à Toulouse (au moins).
    Quelques produits industriels: http://www.hellopro.fr/dalles-de-par...1-feuille.html

    Par contre je ne sais pas si c'est à recommander sur des zones de captage d'eau potable. Le gazon ne doit pas traiter les cochonneries qui laissent échapper les voitures stationnées dessus.... à voir.

    A+

    Vincent

Discussions similaires

  1. toiture vegetalisée
    Par Iforire dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 19
    Dernier message: 17/08/2013, 08h09
  2. Toiture végétalisée
    Par sidh38 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 3
    Dernier message: 31/08/2011, 19h50
  3. Toiture végétalisée
    Par invite3517 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 5
    Dernier message: 14/02/2010, 23h26
  4. petite toiture végétalisée
    Par lunacampana dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 0
    Dernier message: 27/01/2009, 17h10
  5. toiture végétalisée 20m²
    Par lucas6720 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/03/2008, 14h27