Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 23 sur 23

Un langage épistémologique?



  1. #1
    Metame

    Un langage épistémologique?


    ------

    Bonjour,

    L'épistémologie étant une branche de la philosophie, je me demande si elle se doit seulement de discourir sur la science et sur la connaissance (je désigne par épistémologie à la fois le discours sur la science et la théorie de la connaissance). Dans ce cas, malgré toute la sagesse qui peut naître d'un tel discours, ne pourrait-on pas envisager un langage épistémologique qui permette de décrire le Savoir?

    Bien sûr, j'ai employé l'expression "langage épistémologique" par analogie au "langage mathématique". En tant que théorie de la connaissance, je pense qu'une formalisation de l'épistémologie pourrait être bénéfique.

    Des ouvrages se basent-t-il déjà sur ce principe?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    martini_bird

    Re : Un langage épistémologique?

    Salut,

    Citation Envoyé par Metame
    En tant que théorie de la connaissance, je pense qu'une formalisation de l'épistémologie pourrait être bénéfique.
    Pourquoi?

    Tu penses à quoi précisément?

  4. #3
    Metame

    Re : Un langage épistémologique?

    Salut Martini,

    Je pense en effet que le discours, aussi étendu soit-il, ne permettra pas d'aller dans le détail profond d'une théorie. Cela ne pourrait-il pas apporter des résultats (bons ou erronés, mais l'on pourra corriger les hypothèses) que de munir l'épistémologie (en tant que théorie de la connaissance) d'un appareil descriptif et déductif, à l'image des mathématiques?

    Ne pourrait-on pas poser, avec quelque bénéfice en retour, par exemple, la thèse empiriste. Et de là construire tout un édifice?

  5. #4
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Salut,

    Cherche Bertrand Russell,Rudolph Carnap,Karl Popper,Wittgenstein et positivisme logique/Cercle de Vienne .
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  6. #5
    Metame

    Re : Un langage épistémologique?

    Merci pour les références!

    Sont-ils parvenus à une conclusion ou à un blocage lors de leurs travaux?
    Dernière modification par Metame ; 11/02/2006 à 20h40.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par Metame
    Merci pour les références!

    Sont-ils parvenus à une conclusion ou à un blocage lors de leurs travaux?
    Ben,y a plein de trucs intéressants qui ont été fait,surtout par Russell et Popper.Le courant est toujours vivace aux états unis,mais le résultat n'a jamais été à la hauteur des prétentions de certains.
    Il est toutefois bon de connaitre des choses là-dessus.
    Selon moi la lecture de Popper,Russell et Wittgenstein (I pas le II) est incontournable.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  9. Publicité
  10. #7
    Metame

    Re : Un langage épistémologique?

    Merci. J'ai lu l'Art de philosopher de Russell, et je ne pense pas que ça va être le cas, mais leurs travaux n'ont rien de commun avec la vision de la Sémantique et Sémiotique?

  11. #8
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par Metame
    Merci. J'ai lu l'Art de philosopher de Russell, et je ne pense pas que ça va être le cas, mais leurs travaux n'ont rien de commun avec la vision de la Sémantique et Sémiotique?
    Euh tu connais quoi d'autres sur les travaux de Russell?

    Il y a son bouquin 'signification et vérité'.

    http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASI...890489-0489045

    Popper utilise aussi les travaux de Tarski en sémantique.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  12. #9
    GottferDamnt

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par mtheory
    Selon moi la lecture de Popper,Russell et Wittgenstein (I pas le II) est incontournable.
    Si si le II également ! C'est d'ailleurs plus particulièrement le "vieux" Wittgenstein qui entreprend de revoir une philosophie encore plus axée sur le langage courant, non formel (que le Tractatus a pu laissé entrevoir). Et je pense justement que cette philosophie analytique peut beaucoup apporter à l'épistémologie.

    Cherche Bertrand Russell,Rudolph Carnap,Karl Popper,Wittgenstein et positivisme logique/Cercle de Vienne
    De ce que j'ai évoqué plus haut, "l'école de Cambridge" me semble un peu plus intéressante (Et tu as oublié Frege.)

    GFD.

  13. #10
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    J'ai la même opinion que Russell quand à la philosophie du second Wittgenstein.

    Le tractactus était très brillant et je le lis comme une version extrême du Kantisme(connecté à Schopenhauer) où tout l'appareil de la logique formelle bat la dialectique/logique transcendantal sur son propre terrain.

    La suite,no comment, ou plutôt les mêmes que Popper.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  14. #11
    GottferDamnt

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par mtheory
    J'ai la même opinion que Russell quand à la philosophie du second Wittgenstein.
    Ouai bah... Russell n'a même pas été capable d'écrire une préface digne de ce nom pour le Tractatus (ahah j'ai adoré la lettre de Wittgenstein qui suit sa lecture).

  15. #12
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par GottferDamnt
    Ouai bah... Russell n'a même pas été capable d'écrire une préface digne de ce nom pour le Tractatus (ahah j'ai adoré la lettre de Wittgenstein qui suit sa lecture).
    Je connais son commentaire à Russell et Moore(ou Whitehead) juste après sa soutenance de thèse avec le Tractatus .
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  16. Publicité
  17. #13
    GottferDamnt

    Re : Un langage épistémologique?

    Cette idée de langage épistémologique est assez intéressante bien que la logique formelle puisse effectivement y ressembler dans le concept. Je crois que la logique est devenue un outil nécessaire pour appréhender ce domaine philosophique singulier.

    Le problème de l'induction reste prépondérant chez les philosophes tels que Hume, Russell et Popper. J'ai lu sur Wikipedia que
    Citation Envoyé par Wikipedia, Karl Popper
    Il [Karl Popper] affirme donc rejeter cette méthode de l'induction (ignorant à l'époque le théorème de Cox-Jaynes), et lui substituer la réfutabilité (anglais: falsifiability). C'est ce principe qui va être le critère de démarcation.
    Quelqu'un pourrait-il décrire simplement ce "théorème de Cox-Jaynes"? Et en quoi la connaissance de ce théorème influe sur la méthode de l'induction?

    Merci. GFD.

    PS:Auriez-vous des références à me faire part sur Karl Popper ou Russell dans le cadre d'une réflexion sur l'épistémologie?
    J'ai honte mais je n'ai encore rien lu sur le sujet à part des articles sur Internet et dans des revues spécialisées.
    Conjectures et réfutations m'a l'air particulièrement intéressant.
    Dernière modification par GottferDamnt ; 11/02/2006 à 21h57.

  18. #14
    Pierre de Québec

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par GottferDamnt
    PS:Auriez-vous des références à me faire part sur Karl Popper ou Russell dans le cadre d'une réflexion sur l'épistémologie?
    Karl R. Popper. La société ouverte et ses ennemis, chapitre "Faits, normes et vérités". 1979, éditions du Seuil.

    C'est avec ce chapitre que j'ai pris connaissance de la philosophie de Popper sur l'acquisition des connaissances.
    Aux limites du monde des faits, le philosophe a trouvé celui des idées. (Karl Jasper)

  19. #15
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par GottferDamnt
    PS:Auriez-vous des références à me faire part sur Karl Popper ou Russell dans le cadre d'une réflexion sur l'épistémologie?
    J'ai honte mais je n'ai encore rien lu sur le sujet à part des articles sur Internet et dans des revues spécialisées.
    Conjectures et réfutations m'a l'air particulièrement intéressant.

    'Conjectures et réfutations' est effectivement un 'must',tout comme 'La logique de la découverte scientifique' préfaçé par Monod.
    Il faut aussi lire 'L'univers irrésolu' ainsi que 'La société ouverte et ses ennemis' qui est une application directe de l'épistémologie de Popper à la philosophie politique.
    Le Platonicien que je suis en a pris plein la 'gue..' à sa lecture,et ce fut salutaire!

    Pour Russell,de gentil à lire(mais pas transcendental) il y a 'La méthode scientifique en philosophie' et 'Le mysticisme et la logique'.
    Par contre j'ai ADORE 'L'analyse de la matiere' ,à lire avec 'Introduction à la philosophie mathématique',un prolégomène aux 'Principia'.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  20. #16
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Au passage,je crois que Popper avait raison.
    Russell est probablement le plus grand philosophe occidental depuis Kant.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  21. #17
    GottferDamnt

    Re : Un langage épistémologique?

    A ce que j'ai lu, personnellement, je n'irai pas jusque là. Surtout que je ne suis pas vraiment attiré par Kant en fait en ce qu'il ne résout rien au final à l'inverse de Wittgenstein par rapport à Russell. Mais ce n'est pas vraiment le sujet.

    Autrement merci pour les références et si quelqu'un peut répondre aux questions de mon post précèdent, qu'il n'hésite pas !

    GFD.

  22. #18
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par GottferDamnt
    A ce que j'ai lu, personnellement, je n'irai pas jusque là.
    J'ai parfois des doutes aussi.


    Surtout que je ne suis pas vraiment attiré par Kant en fait en ce qu'il ne résout rien au final à l'inverse de Wittgenstein par rapport à Russell. .
    Développes,je suis curieux de voir en quoi Wittgenstein résout qq chose (c'est sans ironie,ouvre un autre post si tu veux).
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  23. Publicité
  24. #19
    Metame

    Re : Un langage épistémologique?

    Salut,

    Par langage épistémologique, je n'entends pas juste logique formelle, mais bien un langage spécifique à la tâche de l'épistémologie. Mon idée vient d'une ouverture :

    Le savoir en lui-même (comme la science en elle-même) est très flou, parce qu'il est posé directement, et s'exprime le plus souvent en terme de pensée. L'épistémologie étant une interrogation sur le savoir, elle constitue déjà une réflexion. Cette différence pour moi est grande, car elle ajoute un degré de liberté.

    Le problème maintenant est de développer assez la question pour y apporter les concepts (axiomes mêmes je dirais) assez puissants pour générer ce langage épistémologique.

  25. #20
    GottferDamnt

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par mtheory
    Développes,je suis curieux de voir en quoi Wittgenstein résout qq chose (c'est sans ironie,ouvre un autre post si tu veux).
    Un topic qui traite relativement de ce sujet - il concerne entre autre la philosophie de Wittgenstein - a été créé par Bardamu, La philosophie n'est-elle qu'analytique ?:
    http://forums.futura-sciences.com/thread64301.html

    Il serait assez intéressant de lier ces deux topics (sans les confondres) pour bien démarquer les deux fonctions: celle du philosophe et celle du scientifique. Quel est l'usage de l'épistémologie au sein des sciences? En quoi un philosophe peut-il contribuer à aider le scientifique dans sa démarche?

    La puissance de la méthode "wittgensteinienne" est de situer tout problème métaphysique à une mauvaise interprétation du langage. En effet, notre langage est soumis aux limites que constituent notre monde en ce qu'il correspond notre représentation. De ce fait, Wittgenstein dit (en prenant ce même raisonnement dans l'autre sens):
    Citation Envoyé par Tractatus Logico-philosophicus
    Les frontières du langage sont les frontières de mon monde. Article 5.6
    Ainsi le philosophe s'emploirait à dissoudre ces problèmes par une analyse grammaticale poussée du langage duquel on pourrait puiser de mauvaises interprétations (d'où émergeraient, par conséquent, des problèmes de l'ordre de la métaphysique et/ou de l'ontologie).

    Le scientifique s'emploirait ainsi à établir ses théories sans soucis métaphysiques par le biai d'un langage compris et dénué d'apparentes contradictions (il n'y a pas chez le "vieux" Wittgenstein de faille dans le langage courant, il n'est pas à corriger et c'est à nous de ne pas en faire de mauvaises interprétations). Ce serait ainsi une science frolant l'instrumentalisme et le positivisme strict mais qui pourrait être pourtant satisfaisante. Par exemple, il n'y aurait ainsi plus lieu de chercher le "siège de la conscience" (directement lié au problème philosophique des autres esprits) cher à Changeux ou un quelconque sens métaphysique par rapport à des théories du domaine de la physique et plus particulièrement de la cosmologie.

    On est ainsi dans le cadre d'une vision scientifique à la Occam dénuée de tout ce qui peut paraitre superflu. Wittgenstein ne résoud finalement rien en fait puisqu'il considére que tout problème relatif à la métaphysique ou à l'ontologie peut être analytiquement dissous.

    GFD.
    Dernière modification par GottferDamnt ; 11/02/2006 à 23h36.

  26. #21
    bardamu

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par GottferDamnt
    (...)
    Quelqu'un pourrait-il décrire simplement ce "théorème de Cox-Jaynes"? Et en quoi la connaissance de ce théorème influe sur la méthode de l'induction?
    Salut,
    Il y a une série d'articles de wikipedia qui m'ont l'air sérieux :
    Théorème de Cox
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A..._de_Cox-Jaynes
    http://en.wikipedia.org/wiki/Cox's_theorem

    Le théorème justifierait la conception bayesienne des probabilités (probabilités comme mesure de la connaissance) :
    inférence bayesienne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Inf%C3%...ay%C3%A9sienne

    Tel que je le comprends, le théorème de Cox permettrait une formalisation de l'induction, une rationalisation de la généralisation de nos connaissances par le plausible ce qui permettrait de rejoindre l'algèbre de Boole et donc les affirmations oui/non.
    On passerait de "c'est vrai/faux" à "Il est vrai qu'il y a 90% de chance que ce soit vrai à 100%"

    Mais l'affirmation que Popper ait rejeté l'induction me semble curieuse. J'ai plutôt l'impression qu'il était dans la même idée d'une rationalisation de l'induction, mais par un contrôle a posteriori des hypothèses plutôt que par un formalisme a priori de probabilités.

  27. #22
    actae

    Re : Un langage épistémologique?

    Oui, bien entendu. Popper pense résoudre le problème de l'induction.

    En ce qui concerne l'a priori, il avait d'abord proposé la notion de vérisimilitude qu'il relie à une conception assez personnelle de la théorie de l'évolution (le fameux "entre Einstein et une amibe, il n'y a une différence que de degrés"). Notion qu'il abandonne par la suite, semble-t-il lorsque nait le débat avec Kuhn et les relativistes.

    Pour ma part, je conseillerais plutôt La Connaissance Objective comme le meilleur résumé des travaux de Popper.

  28. #23
    mtheory

    Re : Un langage épistémologique?

    Citation Envoyé par actae
    Pour ma part, je conseillerais plutôt La Connaissance Objective comme le meilleur résumé des travaux de Popper.
    C'est assez vrai,si je me souviens bien 'la quête inachevé' n'est pas mal non plus pour s'initier à Popper.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Osthéopathie : Un problème épistémologique ?
    Par Mumyo dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 5
    Dernier message: 10/05/2007, 09h37
  2. Langage C
    Par frue20 dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 23
    Dernier message: 05/04/2007, 01h57
  3. Y a t-il un biais épistémologique dans les formules physique ?
    Par Argyre dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 76
    Dernier message: 07/04/2006, 10h30
  4. le cycle épistémologique
    Par the strange dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 2
    Dernier message: 10/01/2006, 22h55