Page 3 sur 3 PremièrePremière 3
Affichage des résultats 61 à 66 sur 66

Définir le terme agressivité



  1. #61
    Invité

    Re : Définir le terme agressivité


    ------

    Il ne me semble pas que Laborit fasse preuve de réductionnisme...
    C'est courant chez les apprentis philosophes de confondre réductionnisme méthodologique et réductionnisme épistémologique...

    Et puisqu'on fait appel à la psychanalyse, autant rappeler qu'elle ne s'est pas arrétée à Freud et que Lacan nous a appris à dénouer certaines difficultés du texte en distinguant le réel, le symbolique et l'imaginaire... c'est à dire qu'il n'y a rien d'insensé ni de stérile à enraciner l'agressivité dans la réalité matérielle, dès lors qu'elle se retrouve chez l'animal...

    En admettant que la violence se distingue de l'agressivité par la présupposition d'une adresse à l'Autre ou à l'autre, et étant donné qu'on a jusqu'à présent rien qui suggère que la relation sociale humaine à l'autre soit codée génétiquement, c'est là qu'il faut faire intervenir l'ordre symbolique (ici "symbole" renvoie au signifiant et au symbole mathématique, pas au symbole imagé)... mais cela ne signifie pas qu'il faut rejetter le neurologique ou le biologique... la violence n'est pas non plus indépendante de l'"humeur"... et le contrôle de soi dépend aussi de l'état biologique ...

    -----

  2. Publicité
  3. #62
    jacktbold

    Re : Définir le terme agressivité

    Bonsoir,
    Suite à tout ce qui précède. Lorsque Laborite souligne qu'il y avait tellement de danger à entrer dans le pavillon des maniaques, au point qu'il devait être armé et accompagné de deux garde du corps (si vous avez eu la chance d'écouter l'interview avec Jacques Languirant que dont j'ai donner l'adresse précédemment), il parle de l'agressivité due à l'incapacité des malades à contrôler leurs actes parce qu'inhibé par la maladie. Ce qui n'est pas de la violence. Ces personnes peuvent se sentir légitimé de se défendre et d'agresser car ils se perçoivent comme des victimes, en danger donc. Cette situation ne peut être nommée violence car elle ne sous-entend pas une intentionnalité consciente de nuire pour tirer un profit, narcissique, égocentrique ou idéologique, de cet acte.
    Le fait de vouloir en arriver à l'exactitude de la définition des termes n'est pas du réductionnisme et il n'y a pas souvent de perception simple d'une définition.
    Pour définir l'agressivité, il faut donc l'expurger de toutes définitions erronées. Hors étant en recherche, il arrive, comme nous avons pu le constater, qu'une définition remette en question tout ce que nous avions crue comme vraie dans un premier temps et qu'une autre nous emmène à reconsidérer des perceptions que nous avions rejetés d'amblé.

    Ainsi, je m'intéresse au rôle de l'adrénaline (mesurable chez un individu mais peut-être pas d'un individu à l'autre), qu'au comportement observable qui peuvent être analysé individuellement en cherchant des constantes dans des recherche longitudinale ou non. Donc approche rationnelle scientifique. Je m'intéresse tout autant à une observation des perceptions irrationnelles d'une victime qui ne quantifie qu'à partir de sa peur et des acquis de l'apprentissage de l'échelle de dangerosité véhiculé dans le milieu ou elle a grandie.

  4. #63
    cioran

    Re : Définir le terme agressivité

    Peux-tu consulter une encyclopédie telle l’Universalis ? Les deux concepts, Éthologique et Psychanalytique son bigrement bien développés
    Salut

  5. #64
    jacktbold

    Re : Définir le terme agressivité

    Éthologie. Bien sur, ce sont les études des comportements animaux de reflex innées et conditionnées incluant le conditionnement simple, pavloviens etc. évoluant vers des conditionnements opérants, dont les plus récente étude que j'ai vue sont ceux de Lorenz.
    La psychanalyse moderne nie-t-elle encore l'animalité humaine?
    Je cherche le chaînon manquant entre l'exercice de reflex innés et/ou conditionnés et l'exercice humain du libre arbitre. Par exemple le désir d'en savoir plus alors que nous sommes en situation de sécurité. L'actualisation tel que l'appelle Abraham Maslow, et comment un humain peut vouloir structurer un concept tel que la réalisation à partir de l'analyse de ses propres goût, scénaristique d'une idée qui ne lui apportera rien d'autre que cette satisfaction personnelle. Je te donne en exemple le processus artistique.

  6. #65
    jacktbold

    Re : Définir le terme agressivité

    Citation Envoyé par cioran Voir le message
    Peux-tu consulter une encyclopédie telle l’Universalis ? Les deux concepts, Éthologique et Psychanalytique son bigrement bien développés
    Salut
    Je regrette, je croyais que j'avais cité ton post.
    J’avoue que je ne comprends pas bien pourquoi tu fais cette intervention. Mais j'ai tenté de te rassurer sur mes bases culturelles et sur ma recherche personnelle. J'avais oublier aussi de compléter ma réponse en disant que l'agressivité/violence (que je ne confondrai plus jamais avec la détermination) aurait dû disparaître avec la fin du passage du simple réflexe et le commencement de la réflexion menant à la réalisation, lorsqu'il ne s'agit pas de la légitime défense intégrité physique et mentale de l'individu qui l'agit bien sur.

  7. #66
    jacktbold

    Re : Définir le terme agressivité

    Bonsoir,
    Une des composantes de la violence qui n'a pas été discuté ici est la notion du choix de l'acte violent. Si on peut interdire la violence c'est qu'elle constitue le choix, de l'individu qui développe des sentiments d'agressivité, de poser une action destructrice pour prendre le contrôle sur une ou plusieurs personnes et ainsi se donner un sentiment de sécurité, en leur faisant porter la responsabilité d'agir sur la source de sa peur.

    La peur est, selon moi*, le germe de l'agressivité.

    Ainsi en fin de compte pourrait-on faire une certaine distinction entre l’agressivité, qui serait une émotion et la violence qui serait la décision de ne pas prendre la responsabilité de l’action nécessaire à régler, par l’individu lui-même, le stress sur un ou l’ensemble des besoins fondamentaux qui sont affecté par certains éléments de son environnement.
    A partir de cela il serait intéressant de voir les causes de la détermination de ce choix en initient une réflexion chez cet individu sur les motifs personnels qui le font se convaincre qu’il en est incapable.
    A plus tard.

    (*Je dit selon moi car cette pensée m'est venue en observent les comportements et écoutant les témoignages d'hommes violents en session de thérapie de groupe que je conduisait.)

  8. Publicité
Page 3 sur 3 PremièrePremière 3

Discussions similaires

  1. Definir le temps
    Par invite21348749873 dans le forum Physique
    Réponses: 46
    Dernier message: 15/09/2007, 17h37
  2. Vasopressine, sérotonine et agressivité
    Par MissLéa dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/03/2007, 12h56