Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 21 sur 21

[CAPES] Les risques géologiques majeurs



  1. #1
    miti31

    [CAPES] Les risques géologiques majeurs


    ------

    bonjour
    je prepare le capes svt et je dois faire une lecon:les risques geologiques majeurs
    je pense faire un plan en 3 partie:
    les risques tectonique et sismiques
    les risques climatique
    les risques océanique
    et en conclusionrevision des risques avec des modeles informatiques par exemple

    qu'en pensez vous?
    merci

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Lucien COSTE

    Re : sujet à risques!!

    Bonjour,

    les risques tectoniques (volcanisme et séismicité) existent.
    pour le risque océanique on voit mal, hormis les tempêtes et les raz-de-marée ce qu'on peut dire d'objectif.
    Entre les deux sujets ci-dessus il est évident qu'il existent des liens, dans le sens tectonique-> océan

    mais aussi sur la circulation océanique liée à la séismicité des détroits situés entre la Thailande et l'Australie : il peut y avoir surrection ou subsidence.

    Tout ceci est objectif et ne peut donner lieu à contestation.

    Pour le reste : le risque climatique, j'ose dire qu'il y a trop de passions, d'inexactitudes et de mauvaise foi de la part de Cassandre pour qu'on puisse dire autre chose que ce que Le Roy Ladurie expose dans son remarquable ouvrage "L'histoire du climat de puis l'an mil' avec à la fois l'optimum climatique du moyen âge et le petit âge glaciaire du XVIIème.

    où est donc le risque ? sauf à être contesté voire ridicule !

    Quand à la montée des océans si elle existait tellement que cela il y aurait un ralentissement très sensible ( pour les mesures de temps bien sûr) de la rotation de la Terre alors qu'on ne constate rien....

    trop d'intérêts qui n'ont rien à voir avec une attitude scientifique

    Au fait le Soleil est tout de même une étoile un peu variable, une céphéide faible comme le montre les variations de concentration des sédiments et carottes glaciaires en Be10... Réguler le Soleil quel beau projet !

    --

    Lucien COSTE

  4. #3
    ericreiter

    Re : sujet à risques!!

    Bonjour,
    En ce qui me concerne j'aurais tendance a faire un chapitre spcifique pour les risques volcaniques.
    Si vous souhaitez en savoir plus a leur sujet:
    http://ereiter.free.fr/html/risques_volc.htm

    Eric

  5. #4
    miti31

    Re : sujet à risques!!

    merci pour ces infos

    oui en effet on pourrait faire tout un chapitre sur les volcans mais le sujet ne s'y prete pas.
    il est vrai que tout est lié d'une facon ou d'une autre donc les transition entre les parties seront faciles!!
    pour les risques océaniques je pensais au tsunami aux innondations
    je pensais au depart organiser mon plan sur une notion d'echelle:a l'echelle de l'homme,a l'echelle regionnale et a l'echelle mondiale mais je n'en vois pas trop l'interet pour ce genre de sujet
    merci pour vos critiques

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Narduccio

    Re : Sujet à risques !

    Tout ça sans parler de la cyndinique, la science qui étudie les risques : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cindynique
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper

  8. #6
    Joachim

    Re : Sujet à risques !

    Bonsoir à tous,

    parmis les risques géologiques, j'aurais aussi tendance à rajouter les glissements de terrains, chutes de blocs, argiles gonflantes, les risques liés à la creation de cavités souterraines (zones karstiques) et pourquoi pas meme les erosions de sols ou les avalanches...

    Se sont des risques moins impressionants (pas ou peu de morts!), mais qui font plus de degats que les risques volcaniques et sismiques!

    Joachim

  9. Publicité
  10. #7
    miti31

    Re : Sujet à risques !

    oui biensur
    mais comment organisé cette mine d'infos
    j'ai plein d'infos pour une fois mais comment les articuler pour faire un sujet d'oral de 20min!!!!

  11. #8
    SK69202

    Re : Sujet à risques !

    Bonjour,

    En 20mn, pourquoi ne pas parler de l'habitude des Hommes de s'installer dans des zones géologiquement trés actives.
    Avec une liste à la Prévert des avantages que comportent ces zones.
    Tous les risques énumerés plus haut, arrivent naturellement, des plaines fertiles innondables aux trés fertiles coulées pyroclastiques envahies par la végétation.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  12. #9
    miti31

    Re : Sujet à risques !

    ah je ne vois pas trop ce que tu veux dire par "a la prevert!!"
    et la derniere reference citée avec les coulées pyroclastiques je ne vois pas où?

  13. #10
    SK69202

    Re : Sujet à risques !

    Bonsoir,

    On entend par une liste "à la Prévert" une énumération d'objets, de faits divers, c'est dans un de ses poèmes. (j'sais pas lequel)

    coulée:
    C'était pour illustrer les habitats humains sur les flans des volcans. L'Homme s'intalle sur la base fertile des volcans, se tenant à l'écart des zones fréquement touchées, mais les éruptions majeurs peuvent dépasser largement ces zones et atteindre les habitats humains.

    Je pense, par exemple au Vésuve, la population n'imagine pas qu'une coulée peut atteindre la mer en traversant Naples.

    Entre deux cataclysmes majeurs, quel qu'ils soient, l'Homme perd la mémoire.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  14. #11
    miti31

    Re : Sujet à risques !

    daccord je vois ce que tu veux dire
    je pense que axer mon plan sur l'habitude des hommes et trop restrictifs car il ne faut pas oublier les risques climatiques(typhon tornade) qui surviennent meme si on habite dans une zone dite protégée!!

  15. #12
    Lucien COSTE

    Re : Sujet à risques !

    bonjour,

    ne pas confondre typhon, tempête et tornade.
    le terme de tornade s'applique à des phénomènes d'ampleur géographique limitée, amsi avec des vents très violents pouvant atteindre 400 km/h. Les tornades se déclinent sur l'échelle Fuji ( de F0 à F5). Elles sont imprévisibles et irrésistibles

    les typhons ( ouragans sur l'Atlantique) s'apprécient (enfin ne sont pas appréciés par ceux qui les subissent)
    sur l'échelle Saffir-Simpson. ils sont prévisibles en ce qui concerne les zones touchées grace aux investigations par photos satellitaires. Ils sont tout de même irrésistibles et touchent de très grandes zones.

    Le site le plus spécialisé en météo est celui de Christopher Landsea (qui a eu le courage de démissionner du GIEC en raison du manque de rigueur scientifique decet organisme). Il y a aussi une formulation dite de Gray et Landsea sur le nombre probable de cyclones qui se développeront sur l'Atlantique.

    Sur les typhons (zone océans indien et pacifique) je ne sais pas s'il existe quelque chose.

    Sur El Nino il faut voir l'indice composite publié chaque mois. je n'ai pas l'adresse immédiatement.

    --

    Lucien COSTE

  16. Publicité
  17. #13
    SK69202

    Re : Sujet à risques !

    Bonjour,

    Les risques climatiques, que tu évoques, découlent de la position des habitats, littoraux, vallées et embouchures de rivière ou les conséquences des fortes pluies et de la marée de tempête associée au cyclone, sont les plus fort.

    Dans les risques climatiques, n'oublie pas les vagues de chaleur, je crois qu'il s'agit du phénomène météo qui tue le plus et là la position de l'habitat n'y peut pas grand chose. (Hormis les typhons au Bangladesh)

    N'oublie pas non plus que souvent le risque est majoré par "l'impréparation" des populations, exemple le grand tsunami de 2004 n'a tué personne sur l'Île la plus proche de l'épicentre, à la première secousses, ils ont tous courru vers la montagne, comme transmis depuis toujours dans leurs légendes.
    J'ai vue une émission sur une TV allemande, concernant un tsunami à Osaka au Japon, ils ont 800000 personnes dans le métro à l'heure de pointe, et des simulations de plus de 2m d'eau en ville....

    Imagine les autorités nationale, tentant de diffuser une alerte au raz de marée, suite à un grand séime, aux Antilles, en Meditérranée en plein été, essayant d'interdire la circulation routière en cas d'ouragan type 99....

    Ne pas oublier non plus les mouvements de terrain de grande ampleur, qui peuvent barrer des rivières, puis le barrage temporaire céde et l'onde de crue suit la vallée, genre vallée de la Séchilienne au dessus de Grenoble, depuis 1989 on en parle plus, en cas de malheur on dira "on a jamais vu ça": erreur, effondrement du mont Granier 1248.

    La décohésion des sols gélés pentus vont probablement créer de nouveaux risques.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  18. #14
    Lucien COSTE

    Re : Sujet à risques !

    bonjour,

    pour le cas de Séchilienne le percement d'un tunnel de dérivation des eaux de la Romanche est en cours (peut-être en voie de fin ?). Sera-t-il suffisant dans le cas d'une conjonction entre l'écroulement et une venue d'eau exceptionnelle.. c'est une bonne question !

    Le problème de l'alerte rapide dans le cas de phénomène imprévisible et irrésistible (définition légale du cas de force majeure) est posé.
    Effectivement un raz-de-marée sur les plages languedociennes, déclenché par un séisme sur les côtes algériennes (deux heures de préavis), ou encore plus imprévisible un effondrement sous-marin (type Nice octobre 1979) ne laisseront que peu de chances aux populations bordières.

    En Méditerranée le risque "raz-de-marée lié au tectonisme" existe et le séisme de Messine en décembre 1908 causa la mort de 10.000 personnes alors que le raz-de-marée qui suivit en provoqua dix fois plus avec des vagues de l'ordre de 10 mètres.

    Comment faire une alerte rapide ? et si on l'a fait est-elle à bon escient ? on l'avu récemment en Indonésie où une alerte a été déclenchée.... sans suite aucune ...

    S'il n'y avait que l'impréparation des populations vis-à-vis des risques mais que dire des aménagements anthropiques destinés parait-il à mimnimaliser les risques et qui les accroissent : cette question vient d'être posée par un rapport interministériel sur les inondations dans une ville que je ne nommerai pas....
    que pensez vous que l'on poursuive.....? alors que le problème de la responsabilité a été posé par le rapport !

    il y a dans le problème des risques naturels ou industriels des dimensions sociale et historique qu'on ne peut oublier : l'étude de risques naturels par exemple ne peut en aucun cas ignorer ou pire omettre, l'étude historique.

    Enfin je rappelle la définition du risque selon l'UNESCO :
    le risque est le croisement de l'aléa et de la vulnérabilité

    Souvent cette définition est galvaudée, modifiée, interprétée....
    ce qui donne deux volets d'étude : celui de l'aléa, naturel dans le cas qui nous occupe ici, et celui de la vulnérabilité, c'est-à-dire l'activité humaine.

    Exemple que j'aime à citer : un séisme en plein Sahara c'est merveilleux comme sujet d'étude scientifique, pas de vulnérabilité...., donc pas de risque ! tout comme une tempête de blizzard au pôle nord ....elle est là ! où est le risque ?

    c'est une distinction fondamentale. L'étude de l'aléa elle c'est autre chose, c'est de la géologie, de la géographie, de la statistique, de la topographie, de la sédimentologie, de la botanique, de l'éventuelle modélisation mathématique et surtout de l'écoute des populations, de leurs traditions, sutout s'ils ont un vécu récent et de la lecture correcte de l'histoire - pas celle des guerres etc... mais celle écrite dans les archives locales.
    (Sur ce dernier point je suis un peu en opposition avec le fait d'avoir fermé la discussion sur un élargissement à l'histoire : fallait-il encore savoir de quelle histoire on parlât !

    --

    Lucien COSTE

  19. #15
    miti31

    Re : Sujet à risques !

    voila mon plan

    INTRO:def d'un risque avec alea et vulnerabilité

    I-Interactions entre les risques
    A-risques de la geodynamik externe
    tempete yclone avalanche, innondation de plaine,crues, feux de foret

    B-geodynamik interne
    seismes, eruption volcanik

    C-risques ki s'accumulent
    tsunami, glissement de terrain

    II-des methodes d'observation pour mieux connaitre l'alea
    A-des outils sur place (titre pas tres bien dit)
    aramis
    B-des observations depuis l'espace
    geoscope, meteo sat

    III-la prevention et la protection
    A-Reduire l'aléa
    feux de foret,innondation et crues,
    B-reduire la vulnerabilité
    normes parasismique,reseau du pacifik pour les tsunami

    CONCLUlurifactoriel
    scientifik imp dans la connaissance des risques
    a l'ecole les enfants son sensibilisés tot
    simulation et modele numerique pour mieux se rendre compte et faire prendre conscience aux gens

    voila merci pour vos critiques
    personnellement je doute que ca 2Omin (ca fera plus)

  20. #16
    SK69202

    Re : Sujet à risques !

    Bonjour,

    N'étant absolument pas du domaine, je ne peux pas me prononcer sur la validité de ton plan.

    Je ferai juste des remarques sur le dernier point.

    simulation et modele numerique pour mieux se rendre compte et faire prendre conscience aux gens
    J'espère que tu intégre bien les décideurs dans les gens, lors d'une crise, c'est souvent le maire, qui se trouve initialement au premier plan, hors dans la majorité des cas il n'a pas la culture ou l'assistance immédiate du scientifique pour l'aider, c'est plus au niveau du préfet.
    Au pire les médias ont les hélicos avant lui.

    Attention aux simulations, on a un plan tout fait pour chaque cas, mais pour que cela reste gérable on limite le scénario car le décideur ne veut pas accepter qu'il ne saura pas faire, si les aléas s'accumulent.

    Exemple:
    Evacuer on sait faire, mais il y a un fort impact économique.
    On dispose des communications habituelles en exercice
    On sait gérer le passage d'un ouragan.
    On sait gérer une inondation.

    Katrina: l'ouragan passe, ville inondable insuffisament évacuée, les digues cédent du coté pas prévu par le scénario ouragan, le pc des pompiers est inondé en 30mn, les réseaux de communication quelqu'ils soient s'effondrent en moins de 3 heures. Le reste tu l'as vu à la télé.

    La SEMA avait de bonne simulations sur les risques de la Nouvelle Orléans......
    Elle en a aussi, pour le passage d'un ouragan sur new York, type 1938 ou pire, type ceux du XIXème siécle.

    Monsieur COSTE, n'hésiter pas à me corriger, si j'induis miti31 en erreur.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  21. #17
    Squ@ll

    Re : Sujet à risques !

    Bonjour, c'est un sujet que j'ai traité ya pas longtemps...

    1- Une leçon Capes c'est 30 min et non pas 20.
    2- Le programme officiel restreint un peu les risques à traiter (12.4 L’analyse, la prévision et la prévention des aléas et risques. Risque sismique, risque de mouvement de terrain, risque volcanique et risque d’inondation.)

    Sinon en ce qui concerne le plan, bien définir la notion de risque (aléa et vulnérabilité)
    Et je pense que traiter en details un risque "interne" (sismique ou volcanique) et un externe (glisssments de terrains avec cartes Zermos) avant de faire une troisième partie sur la gestion et la prévention des risques çà tient la route... et surtout c'est déjà pas mal en 30 min, que çà passe vite ! Et l'entretien derrière peut étendre aux autres risques...
    Voilà !

  22. #18
    miti31

    Re : Sujet à risques !

    oui j'integre les instances politik
    sinon est ce que le fait de balancer les risques en premiere partie c pas trop lourd?
    sinon c'est un plan du style
    I-sismik et prevision
    II-volcanik et prevision
    III-glissement de terrain et prevsion
    ect...

    pour une fois j'ai plein d'infos sur le sujet mais j'ai du mal a l'organiser
    merci

  23. Publicité
  24. #19
    miti31

    Re : Sujet à risques !

    j'ai qq interogations
    quel est la difference entre analogique et numerique?
    quel est le principe de l'interferometrie?
    dois-je developper les techniques de télédetection?car je ne comprend pas trop et j'ai du mal a faire un schema simple

    merci

  25. #20
    spilite

    Re : Sujet à risques !

    Bonjour!
    Analogie=par comparaison. Par ex, un bac avec des couches de sable de granulo différente est un modèle analogique d'une superposition de strates dans la nature.
    Numérique=tt ce qui utilise le calcul et surtout les approximations ds le calcul (galt opposé à analytique)

  26. #21
    SK69202

    Re : Sujet à risques !

    Bonsoir,

    Pour l'interférométrie:
    http://www.sciencesnaturelles.be/ins...arch/satellite

    Elle permet de mettre en évidence, les déformations du sol, de découvrir l'extension des conséquences de phénomènes majeurs très anciens etc.


    Je le répète, je ne suis pas du domaine, mais je pense qu'il n'est pas nécessaire d'approfondir les techniques, mais, dans le cadre des risques, il faut parler des informations qu'apportent les satellites:

    Pour la télédetection, exemples
    Météo: toute la prévision des phènomènes cycloniques.
    Volcans: L'immense majorité des volcans ne sont pas surveillés, l'apparition d'un panache sur une photo satellite, met les spécialistes en alerte et permet une instrumentation en cas de risque pour les hommes.

    Je dirai un mot du GPS qui permet une précision de la localisation, d'abord de la zone, puis des victimes/secours, aussi, pour mémoire, un petit mot des communications par satellite qui permettent de gérer la crise (effondrement des réseaux locaux), de transmettre les données des capteurs automatiques (volcans surveillés, bouées d'alerte tsunami)

    Un exemple:
    Gestion des catastrophes

    Les satellites radar constituent désormais des ressources clés lorsque vient le temps de gérer divers types de catastrophes. La coordination des ressources satellitaires internationales, dans le cas d'une mobilisation en marge d'une catastrophe, se fait dans le cadre de la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures », charte à laquelle le Canada adhère depuis longtemps. Notre pays fournit d'ailleurs régulièrement des données dans le cadre de cette initiative.

    Les données fournies sont utilisées pour faciliter l'organisation des secours lors de catastrophes telles des tremblements de terre, des tsunamis, des inondations, des glissements de terrain, des feux de forêt et d'autres catastrophes naturelles ou technologiques. Les données fournies en temps quasi réel sont essentielles à l'organisation des secours, aux activités de cartographie et de surveillance des dommages causés par la catastrophe, et à l'évaluation de leur incidence pour l'avenir.

    Le satellite RADARSAT-2 permet de réduire les délais de planification des acquisitions de données, et grâce à ses modes de visée à gauche et à droite, il est en mesure de réobserver plus fréquemment une même cible et de produire des données à jour.
    trouvé sur ce site:
    http://www.space.gc.ca/asc/fr/satell...sp#catastrophe

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

Discussions similaires

  1. Les cartes géologiques : ça existe sur le net
    Par keeepsmiling dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 5
    Dernier message: 20/07/2007, 20h45
  2. Les sites géologiques intéressants ?
    Par Mr.Feynman dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 7
    Dernier message: 07/09/2006, 13h46
  3. Mars Express remonte les temps géologiques à la recherche de la vie
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/04/2006, 13h52
  4. Les lieux géologiques incontournables
    Par phacytos dans le forum Géologie et Catastrophes naturelles
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/04/2005, 16h58
  5. tpe :les risques de collision ds les systeme solaire(equations dorbites)
    Par yasmine dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 10
    Dernier message: 27/05/2004, 21h32