Répondre à la discussion
Page 1 sur 3 12 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 61

Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB



  1. #1
    tfred

    Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Bonjour,

    Le sujet Isolant mince : non ! Alors quoi ? étant fermé, je me permet d'en ouvrir un autre pour vous faire part de cela :

    Voici un extrait du Webzine du CSTB :
    "
    Etude des déperditions thermiques au travers des produits réfléchissants en parois opaques en hiver par mesures en environnement extérieur (essais in situ)


    Les caractéristiques thermiques des produits réfléchissants sont définies par les règles de calcul thermique des bâtiments et par les normes. Il a cependant été jugé important de confronter ces caractéristiques à celles obtenues sur un bâtiment en conditions extérieures compte-tenu des informations disparates diffusées dans la presse.

    Lire l'article >>

    -----

    Dernière modification par Philou67 ; 12/08/2008 à 07h04. Motif: Edition du lien devenu obsolète

  2. Publicité
  3. #2
    Quisit

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    AHHHH ... super news
    c'est l'expérience que je proposais dans la discusse fermée si je me souviens bien ( je devrais bûcher pour le CSTB )

    j'aime beaucoup cette phrase, a mon sens elle clôt le débat :
    Sur toute la période de mesure (3 mois en période de chauffage), la cellule A avec produit réfléchissant a consommé environ deux fois plus d’énergie que la cellule B avec laine minérale.
    Par exemple les consommations d’énergie pour la période du 15 au 19 février 2006 ont été par de 50 793 Wh par la cellule avec le produit réfléchissant et de 25 289 Wh pour la laine minérale (voir schéma en bas de page).
    celle ci n'est pas mal aussi :

    En revanche la détermination d’un bilan énergétique par mètre carré de paroi (murs et toitures) et par degré d’écart de température permet de déduire sous certaines hypothèses un ordre de grandeur de la résistance thermique de la paroi inférieur à 2 m2.K/W.
    un beau cercueil en sapin pour l'équivalence 3cm = 20 cm de laine de verre

  4. #3
    tfred

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Complétement d'accord.

    Nous voila ainsi avec un beau test a proposer a tous ceux qui viendront ici se poser des questions quand a la véracité des propos trop souvent tenus par les soit disants professionnels de l'isolation proposant ce type de cochonnerie ...

  5. #4
    Philou67

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Si je lis bien le rapport, c'est encore pire : pour une épaisseur équivalente (20cm avec les bonnes lames d'air qu'il faut), le produit réfléchissant aura un impact sur le chauffage 2,5 fois moins bon (donc une résistance thermique proportionnelle en conséquence).
    Le rapport datant du 17 juin, gageons que les résultats estivaux sortirons bientôt.
    :'( Plus j'apprends, et plus je mesure mon ignorance

  6. Devis
  7. #5
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Je viens juste de lire le rapport du CSTB et, dans la foulee, le rapport du SFIRMM qui se contredisent.

    Le second semble plus sujet a caution que le premier, compte tenu du fait que le SFIRMM est le Syndicat des Fabricant d'Isolants Reflecteurs Minces Multicouche, mais la question que je me pose est ailleurs. En supposant que les deux organismes ont ete honnete (ie qu'ils n'ont pas volontairement bidonnes leurs resultats), qu'est-ce qui, dans le protocole d'experimentation, permet d'expliquer de tels ecarts ?

    De mon point de vue, je pense avoir une piste de solution que m'apporte le rapport du SFIRMM ; en page 5 de ce rapport, on note pour le chalet equippe de laine de verre (LDV) une tres large dispersion de la courbe de consommation en fonction du delta de temperature interieure/exterieure, contrairement au chalet en isolant mince dont la courbe est plus reguliere.

    Or, si les conditions de l'experiences sont invariantes, il n'y a aucune raison de constater une telle "dispersion", les memes causes produisant les memes effets, aux incertitudes pres. Ce que nous montre ce graphique c'est que les conditions experimentales pour le chalet isole en laine de verre (LDV) varient dans le temps ; en d'autres termes, ce chalet a des deperditions thermiques que n'a pas le chalet avec isolant mince. Donc, soit les techniciens ont ouvert la porte du chalet LDV plus souvent que l'autre chalet, soit ce chalet n'est pas etanche a l'air et a subi des deperditions thermiques lies a une ventilation erratique (genre trou dans la toiture).

    Qu'en pensez vous ?

  8. A voir en vidéo sur Futura
  9. #6
    nico80

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Au final, ca clos le debat ou pas encore ???

    Est ce que je vais enfin pouvoir me marrer sur les salons en exhibant ce rapport (quand il y a plein de monde surtout...) quand ces pignouf des différentes marques d'isolants mince m'alpagueront pour leur produits "miracle" juste apres ces vendeurs d'energies "renouvelable" par PAC...

    D'habitude ma copine me tire avant que je m'enerve lol...!!
    Si on veut que la planéte soit sauvée, il faut que ce devoir soit facilitée !!

  10. Publicité
  11. #7
    Quisit

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    a mon avis, l'expérience des cellules du CSTB clôt totalement le débat : ils ont d'abord réalisé les expériences de façon normatives (comme le CFI ou d'autres labos) et comme leur confrères européens sont tombé sur des chiffres en totale contradiction avec l'argumentaire commercial (excepté BM trada, mais ils semble qu'ils se sont basé sur les fameux chalets des IMR, au lieu de bâtir un protocole de test "fromp scratch")

    puisque la controverse a porté sur une utilisation plus empirique (carrément in situ) des isolants, le CSTB a bâti un protocole de test simple mais rigoureux.
    les résultats sont sans surprise, je ne vois absolument pas en quoi ils peuvent être bidonnés.

    par ailleurs le point soulevé par garlik est très interressant : sur le rapport du CSTB les courbes de t° interne sont très proches (carrément jointes) et c'est bien normal, quand aux courbes de conso, elles sont chacune sur leur pente, mais parfaitement correllées.

    or vu la densité de la LDV de 20cm et son déphasage, même faible, c'est assuréement celle-ci qui, quelquesoit son isolation, aurait du générer la courbe de t° la plus lisse des deux isolants.

    donc ilme vient une autre idée : et si les IMR s'étaient gourrés de chalets, les résultats étant strictement l'inverse de ceux normalement espérés ???

  12. #8
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    et si les IMR s'étaient gourrés de chalets
    Quand j'ai vu que les résultats étaient les mêmes, mais inversés, j'avoue que l'idée m'a traversé l'esprit...

    Quant au protocole du CSTB, il est tout simplement irréprochable. D'autant qu'il ont rendu les cellules étanches a l'air et testé cette étanchéité, ce qui n'est pas le cas dans le test du SFIRMM ; intuitivement, je pencherais pour l'hypothèse selon laquelle le SFIRMM a cochonné l'étanchéité de la cellule Laine de Verre. Cette intuition se fonde sur la dispersion d'autant plus importante des consommations que le vent est fort.
    Dernière modification par Garlik ; 16/10/2007 à 19h31.

  13. #9
    Quisit

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    ce serait cohérent !

    ça me rappelle une vieille discussion ou un poseur d'IMR disait que les comparaisons étaient efectuées face à des poses de LDV incorrectes "comme tout le monde les pose" ou qq chose comme ça

    la "mauvaise pose" pour les LDV et "la bonne" pour les IMR pourrait alors faire partie du protocole que tu cites

    si c'est vrai c'est énorme

  14. #10
    nico80

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    quand faut vendre... peu importe les moyens... malheureusement;
    A mon avis ils doivent faire un forcing maintenant pour surfer sur la vague avant d'avoir un retour de bâton (tests défavorable, interdiction comme en allemagne etc)

    On a le même soucis pour les PAC : vu les infos en ce moment liées à l'ecologie, sauvegarde de la planète etc.. les revendeurs en profitent sur les salons ou en magasins : des grosses annonces énergies renouvelable, écologie etc.. pour au final vendre une cochonnerie.. mais c'est tellement bien ficelé : votre reserve d'energie c'est la nature en ouvrant les rideaux.. pff... vous allez economisez 500 euros et la planète se portera mieux.. repff... votre isolation ? 10cm polytruc ou ldv.. largement suffisant !! (entendu ce WE sur un salon, j'ai failli sortir de mes gonds..)
    Si on veut que la planéte soit sauvée, il faut que ce devoir soit facilitée !!

  15. #11
    jj35

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Citation Envoyé par Quisit Voir le message
    ce serait cohérent !
    [...]
    la "mauvaise pose" pour les LDV et "la bonne" pour les IMR pourrait alors faire partie du protocole que tu cites

    si c'est vrai c'est énorme
    Qu'entends-tu par « c'est énorme ? »
    Que la qualité de pose d'un isolant est au moins aussi importante que ses qualités intrinsèques ? en corollaire, qu'il vaut mieux un IRM bien posé qu'une LdV à la mise en œuvre bâclée ?

    Jean-Jacques

  16. #12
    Quisit

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    non, ce que je trouve énorme c'est le procédé de comparaison : un IMR correctement posé (ce qui est très contraignant, vu les lames d'air qu'il faut réserver) devrait être opposé a une LDV correctement posé, c'est à dire parfaitement tassée et sans jour. si certains margoulins posent de la LDV comme des porcs, ils posent probablement l'IMR idem

    qu'il vaut mieux un IRM bien posé qu'une LdV à la mise en œuvre bâclée ?
    même pas, si effectivement les performances sont les mêmes (ce qui déjà rend les formules equivalentes et non supérieure), la pose d'IMR impose une structure qui ne permettra pas d'installer autre chose à la place sans tout casser. par ailleurs, pour connaitre des archis qui malheureusement en posent à tour de bras, ceux-ci conçoivent le bâti et des structures de toit apparentes en prenant en compte la minceur de l'isolant : il ne sera plus possible ou très difficile d'utiliser par la suite un isolant plus performant.

  17. Publicité
  18. #13
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Une remarque me vient d'ailleurs a l'esprit ;

    Le principal argument commercial des fabricants d'IMR reste justement la faible epaisseur du support pour, selon leurs dires, un pouvoir isolant au moins egal a celui d'une epaisseur de LDV de 20 cm. L'interet majeur reside donc la possibilite de pose dans un espace reduit.

    Or, ces memes fabricants, au travers, entre autre, de la mise en place de tests in-situ, nous disent aussi que la pose optimale de l'IMR est obtenue en maintenant une lame d'air de 10 cm de chaque cote de l'isolant. Ce qui implique alors un encombrement identique a celui d'une laine de verre.

    D'ou ma question : quel est l'interet d'acheter un isolant deux a trois fois plus cher que de la LDV, pour une isolation et un encombrement identique ???

    Et ceci, en supposant des caracteristiques techniques equivalentes, hypothese que balaie definitivement le rapport de test du CSTB.

  19. #14
    lustiot

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Citation Envoyé par Garlik Voir le message
    Une remarque me vient d'ailleurs a l'esprit ;

    Le principal argument commercial des fabricants d'IMR reste justement la faible epaisseur du support pour, selon leurs dires, un pouvoir isolant au moins egal a celui d'une epaisseur de LDV de 20 cm. L'interet majeur reside donc la possibilite de pose dans un espace reduit.

    Or, ces memes fabricants, au travers, entre autre, de la mise en place de tests in-situ, nous disent aussi que la pose optimale de l'IMR est obtenue en maintenant une lame d'air de 10 cm de chaque cote de l'isolant. Ce qui implique alors un encombrement identique a celui d'une laine de verre.

    D'ou ma question : quel est l'interet d'acheter un isolant deux a trois fois plus cher que de la LDV, pour une isolation et un encombrement identique ???

    Et ceci, en supposant des caracteristiques techniques equivalentes, hypothese que balaie definitivement le rapport de test du CSTB.
    Excellente remarque !

    Il faudrait avoir un rapport identique mais avec une pose dans un espace réduit pour rigoler encore plus !

    Comme l'a dit Quisit, voila un bon cercueil pour les isolants minces, y a plus qu'a mettre quelques pelletés de terre par dessus
    Dans une avalanche, aucun flocon ne se sent jamais reponsable (Stanislaw Jerzy Lec)

  20. #15
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Avant d'offrir ce magnifique cercueil en sapin aux IMR, le CSTB avait deja procede en 2004 a l'execution de la bete :

    http://www.cstb.fr/app/atec/atec-cstb/pdf/GS20_note.pdf

    Je suppose que c'est ce premier rapport qui avait conduit les fabricants a reclamer une autre methodologie (test in situ) de caracterisation que celle, normative, employee par le CSTB ?

  21. #16
    fabien56

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Bonjour,

    pour ce qui est de la comparaison, elle a disparu des dépliants publicitaires qui vendent les IMR comme "complément d'isolation" et ne font plus de parallèle avec la LDV. De plus, leur prix a largement chuté. Cela n'exclue pas les vendeurs de miracles sur foire mais ça limite la casse.

  22. #17
    jj35

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    J'ai également été surpris des épaisseurs des lames d'air. Je croyais qu'elles devaient être de 20 mm seulement. Je pensais qu'une épaisseur plus grande amenais plus de convection et n'étais pas rentable ? des épaisseurs de 80 ou 100mm me paraissent énormes. Ceci-dit, ces valeurs se rapprochent de celles données par mon couvreur (entre 40 et 60mm dixit).

    Par ailleurs ce même couvreurs m'a parlé d'une déconvenu survenu à l'un de ses collègues qui avait posé un IMR chez lui. l'année dernière, ce dernier a dû découvrir une partie de sa toiture pour poser un Velux. Qu'elle ne fût pas sa surprise de découvrir des tas de trous dans son isolant, fait par des souris sans doute. L'un des trou avait un diamètre de près de 20 cm. J'avais été surpris de cette anecdote car je pensais que les rongeurs ne s'attaquaient pas aux IMR, et que justement c'était là l'un de leur avantages. Et contrairement à un isolant traditionnel, quand les souris y font un trou, ça traverse tout suite

    Jean-Jacques.

  23. #18
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Pour la resistance aux rongeurs et insectes, ca depend tres fortement de la composition des couches. Si il est choisi une matiere vegetale non traitee, c'est le genre de truc qui peut attirer les bestioles. Et meme sans qu'elles se mettent a ronger les parois, je suppose que c'est relativement fragile, d'autant plus qu'on doit l'utiliser en pose tendue.

    Et c'est bien le probleme de ces isolants ; il n'existe aucune norme de fabrication et chaque producteur y met finalement ce qu'il veut. Le seul point commun entre les differentes marques c'est le concept multicouches et le cote reflechissant d'au moins une des faces.

    Dans ces conditions, comment etre sur de ce qu'on achete ??? Enfin bon, avec le rapport de tests du CSTB, on le sait maintenant

  24. Publicité
  25. #19
    sema31

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Bonjour,

    Je ne suis pas du tout un pro dans le domaine mais je m'interesse à ce sujet car je vais très prochainement construire ma maison et j'essaie d'y voir un peu plus clair sur les isolants minces ou les autres.

    Je suis donc votre discussion de prés et les résultats des test du CSTB, néanmoins je suis tombé sur un communiqué de la SFIRMM qui dénonce ce test, voici un bout du communiqué :

    LE SFIRMM DENONCE LA NON PERTINENCE DES RESULTATS DES TESTS IN SITU REALISES PAR LE CSTB ET ARMINES SUR LES ISOLANTS REFLECTEURS MINCES MULTICOUCHES DANS LE CADRE DU PREBAT.

    Le SFIRMM réagit à la publication du rapport sur les tests in situ réalisés par le CSTB et ARMINES.


    Alors que le CSTB vient de publier le rapport d’une étude co-réalisée avec ARMINES et financée par l’ADEME dans le cadre du PREBAT sur la comparaison de la performance thermique d’un isolant mince réflecteur et d’une laine de verre en conditions réelles d’utilisation, le SFIRMM dénonce dénonce l’absence de rigueur scientifique du protocole d’essai qui remet en cause la pertinence des résultats.
    Parmi les approximations relevées par le SFIRMM : l’absence de qualification des isolants testés, le silence autour de l’étalonnage des cellules d’essais avant le démarrage de l’étude, une mise en œuvre non réglementaire des isolants et une analyse qui porte sur des résultats obtenus sur une période très courte (5 jours sur 10 semaines d’essais).

    Voici le lien :isolant mince
    et le lien vers le rapport complet : isolant mince

    Voila, j'ai plutot entendu de bons echos de ses isolants dit minces mais je lis vos commentaires et du coup je voudrais avoir votre avis sur ce communiqué de la SFIRMM.

    Merci davance de vos réponses.

  26. #20
    miawwrr

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Je suis dans une région ou, quand il fait froid, il fait froid (Vosges). L'isolant mince on en utilise. Et même du tres mince (simples petites bubulles type emballage avec deux faces aluminisées M1. Mais on ne l'utilise que comme "sous couche" type mur,lame d'air,bubulles,lame d'air, laine de verre ou de roche, lame d'air, finition.

    Reste a savoir si cette solution est gagnante en isolationp ar rapport a une seule couche de laine de plus forte epaisseur...

    No sé

  27. #21
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    LE SFIRMM DENONCE LA NON PERTINENCE DES RESULTATS DES TESTS IN SITU REALISES PAR LE CSTB ET ARMINES SUR LES ISOLANTS REFLECTEURS MINCES MULTICOUCHES DANS LE CADRE DU PREBAT.
    Le contraire eut ete etonnant...

    Selon vous, entre des tests realises par un organisme independant, a l'existence ancienne et internationnalement reconnu pour sa rigueur et sa neutralite, et ceux d'un laboratoire cree en 2006 et integralement finance par les fabricants d'isolant mince, lesquels vous semble apporter le plus de garanties quant a la qualite des resultats obtenus ? Rappelons egalement que d'autres essais ont ete realise par d'autres organismes, notamment en Allemagne, et que les conclusions vont dans le sens de celles fournies par le CSTB.

    J'ai lu les deux rapports avec attention et je dois dire que, en termes de rigueur scientifique, celui du SFIRMM est plus que flou sur la description des conditions experimentales, contrairement au rapport du CSTB.

    Parmi les approximations relevées par le SFIRMM : l’absence de qualification des isolants testés, le silence autour de l’étalonnage des cellules d’essais avant le démarrage de l’étude, une mise en œuvre non réglementaire des isolants et une analyse qui porte sur des résultats obtenus sur une période très courte (5 jours sur 10 semaines d’essais).
    Reprenons point par point :

    l’absence de qualification des isolants testés
    Ceci releve du proces d'intention, l'objectif de l'experience etant precisemment de qualifier l'isolant multicouche !!! Pour la laine de verre, le CSTB a realise au prealable de l'experience une mesure de sa resistance thermique. Cette mesure est precisee dans le rapport.

    le silence autour de l’étalonnage des cellules d’essais avant le démarrage de l’étude
    A l'evidence, le SFIRMM ne sait pas lire. L'etalonnage des cellules d'essai est decrite (methode comprise) aux pages 6, 7 et 8 du rapport.

    une mise en œuvre non réglementaire des isolants
    Pour l'isolant en laine de verre, ce n'est pas ce qu'affirme le CSTB. Pour celui de l'isolant mince, passons sur le fait qu'il n'existe aucun "reglement" concernant leur mise en oeuvre mais des preconisations de mise en oeuvre, par ailleurs fournies par les fabricants. Je me contenterais sur ce point de citer les conclusions du rapport du CSTB : " Le produit mince reflechissant a ete installe dans les conditions les plus favorables a savoir avec deux lames d'air non ventilees situees de part et d'autre du produit et des faces reflechissantes prises a l'etat neuf et sans empoussierement".

    une analyse qui porte sur des résultats obtenus sur une période très courte (5 jours sur 10 semaines d’essais).
    Le CSTB a en effet choisi de retenir 5 jours, sur une peridode d'essai totale de 10 semaines, pour affiner son analyse. Ceci etant, les resultats sur 'ensemble des 10 semaines sont disponibles dans ce rapport, et ils sont coherents avec ces fameux 5 jours (le graphique de la consommation est fourni en page 11 du rapport).
    Ces 5 jours representent la peridode d'essai pendant laquelle la temperature exterieure etait la plus basse.



    Reste a savoir si cette solution est gagnante en isolationp ar rapport a une seule couche de laine de plus forte epaisseur...
    Ben non, c'est justement ce que conclut le rapport du CSTB. Et rappelons encore une fois que la pose optimale de ces isolants peut etre faite selon deux methodes :
    1) la premiere methode necessite la mise en place de l'isolant en pose tendue sur un cadre, en sandwich entre deux lames d'air non ventilees de 10 cm chacune ; ces conditions sont tres contraignantes en termes de mise en oeuvre et imposent donc un encombbrement au moins egal a celui d'une isolation en laine de verre.
    2) la seconde methode necessite de laisser a l'air libre la surface reflechissante du cote interieur de la maison. En d'autres termes, il ne faut pas recouvrir l'isolant par une plaque de BA13, ni meme le peindre. Si ces conditions peuvent etre remplies pour l'isolation d'une porte de garage, je vois mal comment c'est possible dans une habitation standard...

  28. #22
    taratata38

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    enfin des nouvelles! , on vas pouvoir recommencer a critiquer ce truc a la ^^^^

    Tu parle d'isolant mince si il faut 12cm de lame d'air , je ne voit plus l'interet.
    consultez mon site de travaux, via mon profil

  29. #23
    Quisit

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Reste a savoir si cette solution est gagnante en isolationp ar rapport a une seule couche de laine de plus forte epaisseur...
    seule chose qu'on peut en dire actuellement : excepté un labo anglais, dont on a du mal a se procurer les conditions d'expérimentation, et excepté bien sûr les mesures effectuées PAR les fournisseurs de cet isolant, les conclusions de labos officiels décrivent des mesures contraires, pour eux (CSTB et CFI par exemple) mesurent une resistance conforme... à l'épaisseur de l'isolant mince. pour simplifier : isolant mince de 3 cm = laine de verre de 3cm. Ils clament donc une surestimation, énorme, de la capacité du produit

    pour couper court à toute polémique sur l'intégrité de ces labos, il faut rappeller que les labos tesl le CSTB ne sont pas à la solde des fabricants de laine de verre, ils reconnaissent parfaitement R et Lambda des laines végétales, animales, du liège, des isolants minéraux et même des isolants minces... sous vide. seuls les isolants minces réfléchissants sont à l'heure actuelle concernés par une telle polémique

    et on espère ici qu'elle sera vite et définitivement tranchée, car chaque jours des milliers de m² d'isolants sont posé, et on aimerait être sûr qu'ils isolent au moins "aux normes en vigueur"

  30. #24
    luchogiaco

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Bonjour,
    Je suis artisan et je me permet d'intervenir sur votre forum. J'ai lu les rapports que vous cités et comme je pose souvent de la laine de verre, il y plusieurs chose qui m'interpelle :
    - "la laine de verre a été protégée de l'environnement extérieur par un pare air fixé sur les chevrons et surmonté d'un contreventement en OSB", je peux vous dire qu'en 15 ans de carrière je n'ai jamais vu un tel montage en toiture : avec un OSB dessus !!! Ca ne correspond pas aux solutions techniques proposées par les fabricants (voir www.isover.fr).
    - il y a aussi un problème selon moi, Il y a une paroi étanche (OSB) au dessus de la laine de verre alors qu'on nous dit qu'il faut mettre un écran perméable à la vapeur d'eau : on risque d'avoir de la condensation sous l'OSB non ????
    - j’ai remarqué que selon la note du GS20 donné par Garlik, ce type de pose est même interdit par le CSTB qui est le laboratoire qui a réalisé les essais in situ. Je comprends pas là……. C'est ca un organisme indépendant et rigoureux ???

  31. Publicité
  32. #25
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    il y a aussi un problème selon moi, Il y a une paroi étanche (OSB) au dessus de la laine de verre alors qu'on nous dit qu'il faut mettre un écran perméable à la vapeur d'eau : on risque d'avoir de la condensation sous l'OSB non ????
    Lorsque l'on utilise de la laine de verre en isolation verticale, le mur qui est derriere peut ne pas etre perspirant (cas d'aglos creux par exemple) et ca ne pose pas de probleme particulier. En outre, l'OSB est un panneau de particules couramment utilise dans la construction comme contreventement des ossatures bois, et il n'est pas etanche meme si sa permeabilite a la vapeur d'eau est inferieur a celle du BA13. Quant au pare-vapeur, il est toujours place cote interieur, pas cote exterieur ; en tant que pro, vous devriez le savoir....

    j’ai remarqué que selon la note du GS20 donné par Garlik, ce type de pose est même interdit par le CSTB qui est le laboratoire qui a réalisé les essais in situ.
    Le CSTB n'interdit rien, il fournit des avis techniques sur les caracteristiques de produits qui lui sont soumis pour expertise. Si vous parlez des normes AFNOR type DTU (Documents Techniques Unifies), ces derniers sont juste des documents qui contiennent les regles techniques relatives à l’execution des travaux de batiments ; les normes etablies par l'AFNOR ne constituent pas des dispositions reglementaires opposables aux particuliers ou aux entreprises.

    Cela etant, j'ai relu avec attention tous les documents dont j'ai donne la reference mais sans y voir une interdiction de ce type. J'ai meme pousse le vice jusqu'a telecharger les 20 avis techniques de produits isolants disponibles sur le site du CSTB sans y trouver la trace d'une telle interdiction ; vos sources SVP ?
    Dernière modification par Philou67 ; 08/11/2007 à 10h02. Motif: Correction demandée par l'auteur

  33. #26
    Satamax

    Talking Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Salut les gars.

    Luchogiaco. J'habite en montagne, et la plupart du temps maintenant on utilise des toitures type sarking au dessus des chevrons, avec un bardage, un pare vapeur, une couche de laine de roche croisée de 20 a 25cm, une couche de ctbh des tasseaux trapézoidaux et une chape sarking (goudron avec une sorte de granulat dessus) puis les planches a tole et la tole bac. Je ne vois pas ou est le probleme. C'est vrai que je préférerais un vide d'air entre l'isolant et la paroi étanche, ce qui permetrais au peu de condensation de perler vers le bas du toit. Mais bon!


    Bon, dites, si jamais y'a quelqu'un qui a un rouleau d'isolant mince, fabriquant ou particulier, et qui voudrait s'en débarasser gratuitement. Je voudrais faire un test en double couche. http://satamax.free.fr/isolation.jpg

    Allez, tchao.

    Max.
    Bilan carbone 1890kg equivalent carbone. Incertitude 26% 4X4treux.

  34. #27
    arld

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Bonjour,
    y'avait plus trop de monde pour y croire vraiment sous la forme de papier à cigarettes, mais cette fois, je crois que la messe est dite...

    http://www.lemoniteur-expert.com/dep...&mode=0&info=1

    Et on peut trouver des lobbies "pro", (cf PAC), mais je ne vois pas la justification même économique de lobbies "anti", surtout dans ce cas !
    donc: IMR = palliatif pour capsules spaciales où la perspirance n'est pas la priorité !
    bonne chasse aux calofuites à tous !

  35. #28
    r17777

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Merci pour ce lien Arld!

    Les mesures in situ permettent de les apprécier dans la globalité" justifie Actis qui s'appuie sur l'expertise des centres techniques anglais (BM Trada) et allemand (Fraunhofer Institut für Bautechnik).
    mais qu'est ce qu'en pense justement c'est deux organismes?

    y'aurait il de sympathique traducteurs dans la salle ?

  36. #29
    didji

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Citation Envoyé par Garlik Voir le message
    A l'evidence, le SFIRMM ne sait pas lire. L'etalonnage des cellules d'essai est decrite (methode comprise) aux pages 6, 7 et 8 du rapport.
    Les pages 6 -7- 8 du rapport CSTB sont sensées donner la description de l'étalonnage alors qu'on y parle que d'étanchéité - c'est pas pareil non ?
    Moi j'aurais mis le même isolant dans les 2 cellules afin de vérifier qu'elles ont les mêmes consommations puisque c'est l'objectif de comparer des consommations !!

  37. #30
    Garlik

    Re : Isolant Mince - Essai in situ par le CSTB

    Tiens j'avais rate ce test complet d'isolants minces, realise par le CSTC (l'equivalent belge du CSTB) en 2006 ;

    http://www.cstc.be/homepage/download..._9.pdf&lang=fr

    Je trouve par ailleurs que le travail fourni par le CSTC est plus complet que celui du CSTB; le centre a realise des tests sur 7 configurations, dont deux avec de la peinture appliquee sur le reflechissant (l'idee est de mettre en evidence l'influence des faces reflechissante dans le processus d'isolation), comparees a 2 poses d'isolant classique (LDV 10 et 20 cm).

    Les resultats ? Tous conformes a ceux du CSTB, meme si le ton du rapport est moins polemique.

Sur le même thème :

Page 1 sur 3 12 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. installation isolant mince
    Par lobotomix dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 23/09/2007, 16h35
  2. isolant bulle mince?+hallogene
    Par arnaudw dans le forum Électronique
    Réponses: 2
    Dernier message: 16/09/2007, 07h34
  3. Isolant mince
    Par Pr Shadoko dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/11/2006, 15h41