Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 15 sur 15

Quel champi ?



  1. #1
    Dan71290

    Quel champi ?


    ------

    Bonjour,
    j'ai rencontré ce champignon dans une zone alluviaire inondable sous frênes et pruneliers, en terrain acide.
    Chapeau couleur pain grillé, chaire blanche et cassante, cuticule qui ne peut être soulevée.
    Pied fibreux et méchuleux qui ne se brise pas totalement à la cassure, base plus fine
    Les lames plutôt claires au départ sont maintenant ocre brun très serrées, faiblement décurrentes pour certaines d'entre elles et non cassantes.
    Odeur fongique et agréable (genre trompette des morts), saveur de même agréable mais avec un goût de crustacé au vieillissement.
    Couleur sporée estimée à mauve/marron
    J'ai l'impression de me trouver face à un calocybe gambosa qui se serait hybridé avec un rhodocybe gemina !!!

    -----
    Images attachées Images attachées

  2. Publicité
  3. #2
    Pellia

    Re : Quel champi ?

    Bonjour,
    Il s’agit de Calocybe gambosa plus connu sous le nom de Tricholoma georgii ou tricholome de la Saint-Georges. Très facile à déterminer les spores sont blanches et mesurent entre 2 et 4 µm On peut vous faire des photos des spores.

  4. #3
    Pellia

    Re : Quel champi ?

    complément du message : Le forum c’est refermé pendant la modification du message. Ici dans l’assiette elles apparaissent brunes et là il y a un gros problème avec des champignons qui ont une bonne odeur mais une mauvaise réputation.

  5. #4
    Dan71290

    Re : Quel champi ?

    Merci Pellia pour cette proposition mais coment expliquer la couleur particulière des lamelles et la sporée si colorée ?
    Je ramasse habituellement ces tricholomes pour les consommer, mais celui-ci était seul et bien différent avec une odeur qui ne rappelait pas la farine mais plutôt fongique et fruitée...

  6. #5
    Pellia

    Re : Quel champi ?

    Bonsoir,
    La détermination par les odeurs via Internet ce n’est pas facile. Le problème c’est la couleur de la sporée, elle est blanche chez le tricholome de la saint Georges. Conclusion : le site a enregistré et envoyé une réponse trop hâtive.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Guillaume Eyssartier

    Re : Quel champi ?

    Oui, ce n'est bien sûr pas Calocybe gambosa... Très probablement un Agrocybe cylindrica mal venu.

  9. Publicité
  10. #7
    Dan71290

    Re : Quel champi ?

    Un grand merci Guillaume

  11. #8
    Pellia

    Re : Quel champi ?

    Bonjour,
    Agrocybe aegerita est redevenu Agrocybe cylindracea ah les champignologues ce doit être l’activité principales, il y en a un qui va nous trouver des hybrides cela est arrivé dans une discipline où il n’y en avait pas.
    Une petite question pour Guillaume : où est passé l’anneau membraneux ? Il n’y a pas de trace.
    Encore un champignon à faire chamailler des mycologues armés de réactifs, colorants et de leur nez, jamais le microscope, ils sont fâchés avec cet instrument.

  12. #9
    Cendres

    Re : Quel champi ?

    Les mycologues travaillent pourtant beaucoup avec le microscope...c'est parfois le seul moyen de différencier deux espèces. Cela a été récemment répété pour une pézize: http://forums.futura-sciences.com/id...on-jardin.html
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  13. #10
    Pellia

    Re : Quel champi ?

    Bonsoir,
    Comme d’habitude nous n’ouvrons pas les liens, que les livres. De quels mycologues parlez-vous ? Sur environ 370 membres de la Société nous avons trois mycologues qui sont des références et beaucoup de champignologues qui se disent mycologues. Sur les étagères des libraires il y a beaucoup d’ouvrages sur les champignons. Il y a très peu d’ouvrages où l’on vous parle de réactifs, colorants et encore moins de spores. À une exposition de champignons, allez dans la pièce où l’on fait les déterminations, il n’y a pas de microscope, c’est l’allure, l’odeur, les invectivassions de celui qui veut avoir raison. En France il y a beaucoup de naturalistes qui n’utilisent pas de microscope, pour ne pas dire la majorité. Ce sont surtout les bryologues qui l’utilisent. Pour une grande partie des champignons la taille des spores est inférieure à 10 µm
    Ici il n’y a pas de mycologue et pas de bryologue, malgré cela nous arrivons à faire une photo de spores de Calocybe, pour la plus grande taille de la spore, la plus grande, c’est 4.7 µm les spores proviennent de champignons problématiques en raison des conditions climatiques. Dernières nouvelles : le cueilleur est toujours vivant, ouf !
    Images attachées Images attachées
    Dernière modification par Pellia ; 29/05/2016 à 19h56.

  14. #11
    Cendres

    Re : Quel champi ?

    Citation Envoyé par Pellia Voir le message
    Bonsoir,
    De quels mycologues parlez-vous ?
    De ceux que j'ai pu fréquenter et/ou ceux qui pratiquent plus que simplement reconnaître sur le terrain, bien sûr.

    Citation Envoyé par Pellia Voir le message
    Sur les étagères des libraires il y a beaucoup d’ouvrages sur les champignons. Il y a très peu d’ouvrages où l’on vous parle de réactifs, colorants et encore moins de spores.
    En la matière, les livres ne reflètent pas forcément fidèlement la pratique. Un livre "ancien" comme le "Phillips" parle déjà des réactifs et indique pour chaque espèce les caractères microscopiques. Le guide Guillaume Eyssartier aussi, par exemple, en plus détaillé. Par ailleurs, la Société mycologique de France propose aussi des cours et travaux pratiques de microscopie.

    On peut aussi voir, pour les personnes intéressées: http://www.champignons-passion.be/main.htm
    Dernière modification par Cendres ; 30/05/2016 à 06h47.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  15. #12
    Pellia

    Re : Quel champi ?

    Bonjour,
    Nous partageons entièrement votre avis, nous n’avons cité aucun nom d’ouvrage ou de personnages qui ont la carte de la Société Mycologique de France, racontent des balivernes in situ et font des expositions. Vous pouvez être membre de la SMF et rien connaître à la mycologie. Habiter Perpignan pour suivre les cours à Paris c’est un peu loin ! Le 6 juin prochain, Didier Brault sera présent dans les locaux rue Rottembourg. Si vous avez le plaisir de le rencontrer donnez-lui le bonjour.

  16. Publicité
  17. #13
    Guillaume Eyssartier

    Re : Quel champi ?

    Vous avez une étrange vision des mycologues, vous ne devez pas fréquenter les bons Tous les mycologues de ma connaissance utilisent le microscope... et même si les discussions "de terrain" vont souvent bon train (c'est d'ailleurs très agréables !), nous passons nos récoltes au microscope lorsqu'un doute persiste. Il y a toujours un microscope (au moins) à l'exposition de la Société mycologique de France, par exemple.
    Une petite question pour Guillaume : où est passé l’anneau membraneux ? Il n’y a pas de trace.
    En effet, comme cela arrive parfois avec tous les champignons à anneau. Ici, ce qui fait pencher la balance vers un Agrocybe est l'aspect du revêtement du chapeau, mat et cabossé, qui traduit souvent un épicutis celluleux, ainsi, bien évidemment, que la couleur de la sporée.

    Pour finir, j'ai en effet essayé, dans mon "gros" guide, d'écrire une partie assez copieuse sur la microscopie, du style de celle que j'aurais aimé posséder lorsque j'ai débuté la mycologie.
    Vous pouvez être membre de la SMF et rien connaître à la mycologie.
    Évidemment, comme on peut être membre de la Ligue pour la protection des oiseaux et ne pas savoir distinguer un pinson d'un moineau... Je ne vois pas bien ce que cela prouve.

    Pour une grande partie des champignons la taille des spores est inférieure à 10 µm.
    Voilà une donnée intéressante, que je connaissais pas... mais je ne suis pas certain qu'elle soit fondée.

    Pour ce qui concerne la photo, j'avoue que je n'aurais pas deviné. Je n'aurais même pensé que cela puisse être des spores, pour tout dire : à mon humble avis, le microscope utilisé a au moins besoin d'un bon réglage

    Amicalement, Guillaume.

  18. #14
    Pellia

    Re : Quel champi ?

    Bonsoir,
    @Maître Guillaume : Des exemples : Russula fellea 8-10 x 7-8 µm, lactarius rufus 8-10 x7-8 µm etc. Truffe, morille, helvelle ont de très grosses spores. Chez les cortinaires les spores sont petites, Cortinaire pourpre 7-11 x 5-6 µm etc. Beaucoup de microscopes optiques ne peuvent pas observer nettement un objet de cette taille c’est une question de qualité de l’optique.
    Sur un microscope mis à part la vis micrométrique et les deux diaphragmes de la luminosité qui sont manuelles il n’y a pas de réglage sur les objectifs, les oculaires et le système à contraste de phase, ce sont des entretoises métalliques fixes qui sont entre les lentilles. C’est un empilement étudié à la conception comme sur un objectif d’appareil photographique Sur les objectifs d’un certain prix, 10 et 20, vous avez trois vis qui servent à centrer l’image par rapport aux objectifs 40, 80 et 100. Dans le cas présent il y a qu’une seule photographie en noir et blanc. Sachez qu’un microscope n’a pas de profondeur de champ, vu la taille de l’objet il est pratiquement impossible de faire de la zédification. Sur une spore de 30 µm l’on peut faire une douzaine de clichés et faire une zédification, c’est Didier Brault qui nous a donner le système, son papier et à qq. centimètres, où ? Il a fait de très beaux clichés sur les minéraux.

  19. #15
    Guillaume Eyssartier

    Re : Quel champi ?

    Chez les cortinaires, les spores sont petites... chez les espèces qui ont de petites spores ! Cortinarius casimiri : 10-12 x 6-7 µm, Cortinarius xanthochlorus : 12-14,5 x 7-8 µm, Cortinarius xanthophyllus : 10-13 x 6-7,5 µm, sans compte presque tous les véritables myxacium (C. mucosus : 12-14 x 6-7 µm, C. stillatitius : 13-16 x 7-9 µm), etc., etc.

    Pour ce qui concerne l'usage du microscope, merci pour ces rappels, mais je connais assez bien, et je dois bien avouer que vous ne m'apprenez pas grand-chose... La combinaison d'images existait bien avant Didier Brault, et je ne crois pas avoir parlé de ça : sur votre image, on ne voir strictement rien, sinon qu'elle donne un très bel exemple de tous les artéfacts et anomalies que l'on obtient avec un microscope mal réglé.

    Bien cordialement, Guillaume.

    PS : et au fait, qui se cache derrière l'anonyme "Pellia" ? On se connaît ?

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Champi inconnu
    Par Dixmanches dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 1
    Dernier message: 31/08/2011, 10h48
  2. Encore un champi
    Par Dixmanches dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 2
    Dernier message: 18/08/2011, 11h22
  3. Un autre champi
    Par Dixmanches dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 1
    Dernier message: 17/08/2011, 23h20
  4. Mais quel est donc ce champi?
    Par Dixmanches dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 1
    Dernier message: 17/08/2011, 23h18
  5. [Identification] champi or not?
    Par OncleBlacky dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 23/11/2007, 10h52