Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

autant de questions



  1. #1
    mimou13

    autant de questions


    ------

    slt
    1-dans un tube à decharge rayonnement des electrons est appelé rayonnement cathodique alors que la cathode est de signe positif et les electrons de signe negatif .
    2- mr crooks a attribué la charge negative au x electrons aprs observer le rayonnement dans le tube fluerecent . ou bien pr d'autre raisins
    3-comment ça se fait que jj thompson a voulu identifier la charge des electrons et que a utiliser lors de sa demonstration F=eE . ça veut dire que la charge a etait decouverte avant . alors comment ?
    4- pr q'un element soit chargé positivement faut que le nombre des electrns soit inferieur aux nombres des protons . peut on voir ces electrons pr savoir le signe
    5-les electrons gravitent autour du noyaux . bon chacun d'eux a une energie . est ce qu'on a pu la quantifier . et comment on peux rajouter de l'energie pr que l'electron se deplace d'un niv*eau energitique a un autre
    6-d'ou vient l'energie pr q'un electron se deplace t il d'un atome a un autre ( dans les conditions normales )
    7-pr les nombre quantiques enfin "l" prk on a dit 0<l<n-1
    merci pr vos reponses . si vous avez une reponses n'hesitez a poster votre msg

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Sajuuk

    Re : autant de questions

    1- Par définition, la cathode est l'électrode qui cède des électrons. Un cathode n'a pas nécessairement un signe positif.

    2- C'est Thomson qui a découvert que l'électron était chargé négativement.

    3- Thomson a découvert le rapport charge/masse de l'électron, c'est Millikan qui en a mesuré la charge. On connaissait l'existence des charges et des lois de l'électromagnétisme bien avant la découverte de l'électron. Ce qui était extraordinaire avec la découverte de l'électron c'est qu'on venait de trouvé la première particule élémentaire, celle qui semblait porter la charge dans les atomes (d'où le modèle du plum-pudding de Thomson). Avant personne ne savait exactement de quoi était composé la charge des matériaux même si on savait précisément comment ils intéragissent ensemble.

    4- La charge d'un objet est la somme des charges positives moins la somme des charges négative. Donc pour avoir un objet positif il faut avoir plus de charges positives que négatives. Donc plus de protons que d'électrons.

    5- Les électrons ne "gravitent" pas autour d'un atome, c'est beaucoup plus complexe que ça. En fait, pour trouver l'énergie d'un électron, on pose une équation dans laquelle on dit que son énergie cinétique plus son énergie potentielle sont égales à son énergie totale. Si l'électron se situe près d'un proton (le noyau d'un atome d'hydrogène), alors il est dans un potentiel de Coulomb centré sur le proton (on suppose que le proton est beaucoup plus lourd que l'électron et qu'il ne bouge pas). En mécanique quantique, l'électron est à la fois une particule et une onde. Donc quand on résout l'équation de l'énergie, toutes les énergies cinétiques ne sont pas permises car l'électron-onde interfère négativement avec lui-même pour certaines vitesses. C'est un peu similaire à une corde de guitare qui ne peut faire que certaines notes (qu'on appelle des modes de vibration), les électrons-onde n'ont que certains modes permis autour d'un proton. Alors les énergies sont quantifiées et on les identifie par des nombres quantiques (n,l et m). Il y a 3 nombres quantiques car l'électron a 3 degrés de liberté (les trois dimensions spatiales).

    Un électron passe d'une énergie à l'autre (d'un mode à l'autre) quand il est frappé par un photon (une particule de lumière) ayant la bonne énergie pour le faire passer à un autre niveau.

    6- Dans les conducteurs, certains électrons peuvent se déplacer d'un atome à l'autre simplement grâce à l'énergie thermique du système. En fait on peut modéliser un conducteur comme un gaz d'électron contenu dans un volume tellement ils sont faciles à déplacer. Ce qui crée la résistance ce sont les collisions avec les noyaux dans le solide.

  4. #3
    mamono666

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par Sajuuk Voir le message
    2- C'est Thomson qui a découvert que l'électron était chargé négativement.
    je crois que le choix de la charge positive ou négative est arbitraire. je ne sais pas si je me trompe, mais je crois qu'il n'y a rien qui montre que ce soit positif ou négatif.
    Out! Out! You, Demons Of Stupidity!!

  5. #4
    mach3
    Modérateur

    Re : autant de questions

    je crois que le choix de la charge positive ou négative est arbitraire. je ne sais pas si je me trompe, mais je crois qu'il n'y a rien qui montre que ce soit positif ou négatif.
    en fait on a fixé une convention pour le sens du courant. L'électricité positive allait dans le sens du courant et l'electricité négative dans le sens inverse. Manque de bol, on s'est aperçu ensuite que la plupart du temps il n'y a qu'une seule électricité qui va dans le sens inverse du courant, véhiculée par les électrons, qui sont donc négatifs. Note : lors d'une électrolyse, on a bien des "électricités" positives et négatives : des courants de cations ou d'anions dans la solution

    7-pr les nombre quantiques enfin "l" prk on a dit 0<l<n-1
    il y a une histoire de symétrie et de degré de liberté la dedans. n, l et m, définissent d'une certaine manière le nombre de ventres et de noeuds de l'onde stationnaire électronique (comme les noeuds et les ventres d'une onde stationnaire quelconque). Quand n=1, c la fondamentale, on a pas de noeud.
    Ensuite pour n=2, on a un noeud. Il y a deux façon de le placer, soit c'est une sphère (2s) soit c'est un plan (2p), et pour le plan, on a 3 orientations possibles (on a 3 valeurs pour m quand l=1) donc 3 orbitales de 2p différentes, caractérisées par m.
    Pour n=3 on a 2 noeuds. soit ils sont tous deux sphériques et l=0 (3s), soit l'un est sphérique et l'autre est un plan et l=1 (3p), soit les deux noeuds sont deux cônes (3dz², c'est un peu particulier mais logique) ou deux plans (autres 3d), l=2
    etc

    On peut voir un peu ici : http://www.univ-lemans.fr/enseigneme.../orbitale.html
    mais il fut un temps j'avais mieux

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Sajuuk

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par mamono666 Voir le message
    je crois que le choix de la charge positive ou négative est arbitraire. je ne sais pas si je me trompe, mais je crois qu'il n'y a rien qui montre que ce soit positif ou négatif.
    En effet, le choix est totalement arbitraire, les équations de Maxwell resteraient les mêmes si on définissait l'électron comme étant la charge élémentaire positive.

  8. #6
    mimou13

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par Sajuuk Voir le message
    .





    4- La charge d'un objet est la somme des charges positives moins la somme des charges négative. Donc pour avoir un objet positif il faut avoir plus de charges positives que négatives. Donc plus de protons que d'électrons.

    .
    ok par exemple on donne dans des exo le nombre des deux charges . ça veut dire q'on realité on les a comptés

  9. Publicité
  10. #7
    Sajuuk

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par mimou13 Voir le message
    ok par exemple on donne dans des exo le nombre des deux charges . ça veut dire q'on realité on les a comptés
    Oui, on les a comptés (ou estimés).

  11. #8
    mimou13

    Re : autant de questions

    [QUOTE=Sajuuk;1341924]

    3- Thomson a découvert le rapport charge/masse de l'électron, c'est Millikan qui en a mesuré la charge. On connaissait l'existence des charges et des lois de l'électromagnétisme bien avant la découverte de l'électron. Ce qui était extraordinaire avec la découverte de l'électron c'est qu'on venait de trouvé la première particule élémentaire, celle qui semblait porter la charge dans les atomes (d'où le modèle du plum-pudding de Thomson). Avant personne ne savait exactement de quoi était composé la charge des matériaux même si on savait précisément comment ils intéragissent ensemble.

    QUOTE]vs puvez me dire ce qui etait appelé une charge avant

  12. #9
    mimou13

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par Sajuuk Voir le message
    1- Par définition, la cathode est l'électrode qui cède des électrons. Un cathode n'a pas nécessairement un signe positif.

    2- C'est Thomson qui a découvert que l'électron était chargé négativement.

    3- Thomson a découvert le rapport charge/masse de l'électron, c'est Millikan qui en a mesuré la charge. On connaissait l'existence des charges et des lois de l'électromagnétisme bien avant la découverte de l'électron. Ce qui était extraordinaire avec la découverte de l'électron c'est qu'on venait de trouvé la première particule élémentaire, celle qui semblait porter la charge dans les atomes (d'où le modèle du plum-pudding de Thomson). Avant personne ne savait exactement de quoi était composé la charge des matériaux même si on savait précisément comment ils intéragissent ensemble.

    4- La charge d'un objet est la somme des charges positives moins la somme des charges négative. Donc pour avoir un objet positif il faut avoir plus de charges positives que négatives. Donc plus de protons que d'électrons.

    5- Les électrons ne "gravitent" pas autour d'un atome, c'est beaucoup plus complexe que ça. En fait, pour trouver l'énergie d'un électron, on pose une équation dans laquelle on dit que son énergie cinétique plus son énergie potentielle sont égales à son énergie totale. Si l'électron se situe près d'un proton (le noyau d'un atome d'hydrogène), alors il est dans un potentiel de Coulomb centré sur le proton (on suppose que le proton est beaucoup plus lourd que l'électron et qu'il ne bouge pas). En mécanique quantique, l'électron est à la fois une particule et une onde. Donc quand on résout l'équation de l'énergie, toutes les énergies cinétiques ne sont pas permises car l'électron-onde interfère négativement avec lui-même pour certaines vitesses. C'est un peu similaire à une corde de guitare qui ne peut faire que certaines notes (qu'on appelle des modes de vibration), les électrons-onde n'ont que certains modes permis autour d'un proton. Alors les énergies sont quantifiées et on les identifie par des nombres quantiques (n,l et m). Il y a 3 nombres quantiques car l'électron a 3 degrés de liberté (les trois dimensions spatiales).

    Un électron passe d'une énergie à l'autre (d'un mode à l'autre) quand il est frappé par un photon (une particule de lumière) ayant la bonne énergie pour le faire passer à un autre niveau.

    6- Dans les conducteurs, certains électrons peuvent se déplacer d'un atome à l'autre simplement grâce à l'énergie thermique du système. En fait on peut modéliser un conducteur comme un gaz d'électron contenu dans un volume tellement ils sont faciles à déplacer. Ce qui crée la résistance ce sont les collisions avec les noyaux dans le solide.
    Citation Envoyé par mimou13 Voir le message
    slt
    1-dans un tube à decharge rayonnement des electrons est appelé rayonnement cathodique alors que la cathode est de signe positif et les electrons de signe negatif .
    2- mr crooks a attribué la charge negative au x electrons aprs observer le rayonnement dans le tube fluerecent . ou bien pr d'autre raisins
    3-comment ça se fait que jj thompson a voulu identifier la charge des electrons et que a utiliser lors de sa demonstration F=eE . ça veut dire que la charge a etait decouverte avant . alors comment ?
    4- pr q'un element soit chargé positivement faut que le nombre des electrns soit inferieur aux nombres des protons . peut on voir ces electrons pr savoir le signe
    5-les electrons gravitent autour du noyaux . bon chacun d'eux a une energie . est ce qu'on a pu la quantifier . et comment on peux rajouter de l'energie pr que l'electron se deplace d'un niv*eau energitique a un autre
    6-d'ou vient l'energie pr q'un electron se deplace t il d'un atome a un autre ( dans les conditions normales )
    7-pr les nombre quantiques enfin "l" prk on a dit 0<l<n-1
    merci pr vos reponses . si vous avez une reponses n'hesitez a poster votre msg


    merci azedcf huiyriuytryurt

  13. #10
    mimou13

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par Sajuuk Voir le message
    1- Par définition, la cathode est l'électrode qui cède des électrons. Un cathode n'a pas nécessairement un signe positif.

    2- C'est Thomson qui a découvert que l'électron était chargé négativement.

    3- Thomson a découvert le rapport charge/masse de l'électron, c'est Millikan qui en a mesuré la charge. On connaissait l'existence des charges et des lois de l'électromagnétisme bien avant la découverte de l'électron. Ce qui était extraordinaire avec la découverte de l'électron c'est qu'on venait de trouvé la première particule élémentaire, celle qui semblait porter la charge dans les atomes (d'où le modèle du plum-pudding de Thomson). Avant personne ne savait exactement de quoi était composé la charge des matériaux même si on savait précisément comment ils intéragissent ensemble.

    4- La charge d'un objet est la somme des charges positives moins la somme des charges négative. Donc pour avoir un objet positif il faut avoir plus de charges positives que négatives. Donc plus de protons que d'électrons.

    5- Les électrons ne "gravitent" pas autour d'un atome, c'est beaucoup plus complexe que ça. En fait, pour trouver l'énergie d'un électron, on pose une équation dans laquelle on dit que son énergie cinétique plus son énergie potentielle sont égales à son énergie totale. Si l'électron se situe près d'un proton (le noyau d'un atome d'hydrogène), alors il est dans un potentiel de Coulomb centré sur le proton (on suppose que le proton est beaucoup plus lourd que l'électron et qu'il ne bouge pas). En, l'électron est à la fois une particule et une onde. Donc quand on résout l'équation de l'énergie, toutes les énergies cinétiques ne sont pas permises car l'électron-onde interfère négativement avec lui-même pour certaines vitesses. C'est un peu similaire à une corde de guitare qui ne peut faire que certaines notes (qu'on appelle des modes de vibration), les électrons-onde n'ont que certains modes permis autour d'un proton. Alors les énergies sont quantifiées et on les identifie par des nombres quantiques (n,l et m). Il y a 3 nombres quantiques car l'électron a 3 degrés de liberté (les trois dimensions spatiales).

    Un électron passe d'une énergie à l'autre (d'un mode à l'autre) quand il est frappé par un photon (une particule de lumière) ayant la bonne énergie pour le faire passer à un autre niveau.

    6- Dans les conducteurs, certains électrons peuvent se déplacer d'un atome à l'autre simplement grâce à l'énergie thermique du système. En fait on peut modéliser un conducteur comme un gaz d'électron contenu dans un volume tellement ils sont faciles à déplacer. Ce qui crée la résistance ce sont les collisions avec les noyaux dans le solide.
    svp veuillez m'expliquer les expression colorées ( desolé du retard)

  14. #11
    mimou13

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par Sajuuk Voir le message
    1- Par définition, la cathode est l'électrode qui cède des électrons. Un cathode n'a pas nécessairement un signe positif.

    2- C'est Thomson qui a découvert que l'électron était chargé négativement.

    3- Thomson a découvert le rapport charge/masse de l'électron, c'est Millikan qui en a mesuré la charge. On connaissait l'existence des charges et des lois de l'électromagnétisme bien avant la découverte de l'électron. Ce qui était extraordinaire avec la découverte de l'électron c'est qu'on venait de trouvé la première particule élémentaire, celle qui semblait porter la charge dans les atomes (d'où le modèle du plum-pudding de Thomson). Avant personne ne savait exactement de quoi était composé la charge des matériaux même si on savait précisément comment ils intéragissent ensemble.

    4- La charge d'un objet est la somme des charges positives moins la somme des charges négative. Donc pour avoir un objet positif il faut avoir plus de charges positives que négatives. Donc plus de protons que d'électrons.

    5- Les électrons ne "gravitent" pas autour d'un atome, c'est beaucoup plus complexe que ça. En fait, pour trouver l'énergie d'un électron, on pose une équation dans laquelle on dit que son énergie cinétique plus son énergie potentielle sont égales à son énergie totale. Si l'électron se situe près d'un proton (le noyau d'un atome d'hydrogène), alors il est dans un potentiel de Coulomb centré sur le proton (on suppose que le proton est beaucoup plus lourd que l'électron et qu'il ne bouge pas). En mécanique quantique, l'électron est à la fois une particule et une onde. Donc quand on résout l'équation de l'énergie, toutes les énergies cinétiques ne sont pas permises car l'électron-onde interfère négativement avec lui-même pour certaines vitesses. C'est un peu similaire à une corde de guitare qui ne peut faire que certaines notes (qu'on appelle des modes de vibration), les électrons-onde n'ont que certains modes permis autour d'un proton. Alors les énergies sont quantifiées et on les identifie par des nombres quantiques (n,l et m). Il y a 3 nombres quantiques car l'électron a 3 degrés de liberté (les trois dimensions spatiales).

    Un électron passe d'une énergie à l'autre (d'un mode à l'autre) quand il est frappé par un photon (une particule de lumière) ayant la bonne énergie pour le faire passer à un autre niveau.

    6- Dans les conducteurs, certains électrons peuvent se déplacer d'un atome à l'autre simplement grâce à l'énergie thermique du système. En fait on peut modéliser un conducteur comme un gaz d'électron contenu dans un volume tellement ils sont faciles à déplacer. Ce qui crée la résistance ce sont les collisions avec les noyaux dans le solide.
    mais il se deplace donc prk ils sont pas permise . frenchement j'ai pas compris

  15. #12
    mach3
    Modérateur

    Re : autant de questions

    En mécanique quantique, l'électron est à la fois une particule et une onde. Donc quand on résout l'équation de l'énergie, toutes les énergies cinétiques ne sont pas permises car l'électron-onde interfère négativement avec lui-même pour certaines vitesses
    L'électron, et les particules subatomiques en généralité, sont des bêtes étranges, ressemblant tantôt à des corpuscules tantôt à des ondes, mais n'étant ni l'un ni l'autre.
    L'électron aura à la fois des propriétés d'un corpuscule "classique", une masse, une position, une impulsion, une énergie cinétique, une énergie potentiel, mais aussi des propriétés ondulatoire comme une longueur d'onde... L'inconvénient majeure mais inévitable de cette description étant qu'on ne peut connaitre avec précision à la fois la position et l'impulsion (produit de la masse par la vitesse) de l'électron, il n'y a donc pas de notion de trajectoire pour un électron à l'échelle microscopique. Cela pour des raisons expérimentales au départ, mais qui sont devenues par la suite des raisons parfaitement théoriques (le principe d'indétermination de Heisenberg).
    On utilise une fonction d'onde pour décrire l'électron, le carré conjugué de cette fonction donnant la probabilité de présence.
    Comme toute onde, l'onde de l'électron peut être progressive, stationnaire et interférer. Comme une onde acoustique dans un tube pour laquelle il n'y a que certaines fréquences permises (on parle de modes), il n'y a que certains modes qui sont permis pour un électron piégé dans le potentiel d'un noyau atomique, les modes pour lesquels on obtient une onde stationnaire : dans les autres modes, l'onde de l'electron s'annule en interférant avec elle-meme, la fonction d'onde devient donc nulle ainsi que la probabilité de présence de l'électron, ce dernier n'existant donc pas.
    A un mode on associe une énergie potentielle et une énergie cinétique. La fonction d'onde correspondante (calculée à l'aide de l'équation de schrödinger) permettra de calculer la distance moyenne au noyau et l'impulsion moyenne de l'électron (on ne peut que parler de moyennes).

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  16. Publicité
  17. #13
    mimou13

    Re : autant de questions

    Citation Envoyé par mach3 Voir le message
    L'électron, et les particules subatomiques en généralité, sont des bêtes étranges, ressemblant tantôt à des corpuscules tantôt à des ondes, mais n'étant ni l'un ni l'autre.
    L'électron aura à la fois des propriétés d'un corpuscule "classique", une masse, une position, une impulsion, une énergie cinétique, une énergie potentiel, mais aussi des propriétés ondulatoire comme une longueur d'onde... L'inconvénient majeure mais inévitable de cette description étant qu'on ne peut connaitre avec précision à la fois la position et l'impulsion (produit de la masse par la vitesse) de l'électron, il n'y a donc pas de notion de trajectoire pour un électron à l'échelle microscopique. Cela pour des raisons expérimentales au départ, mais qui sont devenues par la suite des raisons parfaitement théoriques (le principe d'indétermination de Heisenberg).
    On utilise une fonction d'onde pour décrire l'électron, le carré conjugué de cette fonction donnant la probabilité de présence.
    Comme toute onde, l'onde de l'électron peut être progressive, stationnaire et interférer. Comme une onde acoustique dans un tube pour laquelle il n'y a que certaines fréquences permises (on parle de modes), il n'y a que certains modes qui sont permis pour un électron piégé dans le potentiel d'un noyau atomique, les modes pour lesquels on obtient une onde stationnaire : dans les autres modes, l'onde de l'electron s'annule en interférant avec elle-meme, la fonction d'onde devient donc nulle ainsi que la probabilité de présence de l'électron, ce dernier n'existant donc pas.
    A un mode on associe une énergie potentielle et une énergie cinétique. La fonction d'onde correspondante (calculée à l'aide de l'équation de schrödinger) permettra de calculer la distance moyenne au noyau et l'impulsion moyenne de l'électron (on ne peut que parler de moyennes).

    m@ch3
    ce la veut dire q'on peut pas savoir ou cet electron se localise en un temps precis ;alors comment on a pu savoir la forme des orbitales

  18. #14
    mach3
    Modérateur

    Re : autant de questions

    A défaut de trajectoire, on peut au moins définir des volumes dans lesquels on a le plus de chance de trouver l'électron. La forme de l'orbitale dépend et est calculée à l'aide de la fonction d'onde.

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  19. #15
    mimou13

    Re : autant de questions

    slt
    mach3j'ai jeté un cou d'eouil sur le site que tum'as proposé : ce que j'ai compris
    1- bhor a suposé que l'orbital surlequel gravite l'electrons etait spherique . et il a appliqué la mm formule pr ttes les orbitales .
    2- dans demonstration Ep = - _____ ce - la veut dire quoi ?

  20. #16
    mach3
    Modérateur

    Re : autant de questions

    1- bhor a suposé que l'orbital surlequel gravite l'electrons etait spherique
    attention, pour Bohr, il n'était pas encore question d'orbitales, mais seulement d'orbites. C'était une approche préliminaire, efficace pour les raies de l'hydrogène, mais qui s'est vite révélée inexacte.

    2- dans demonstration Ep = - _____ ce - la veut dire quoi ?
    e x -e = -e²

    tout simplement

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  21. #17
    mimou13

    Re : autant de questions

    slt
    -je vois que bohr a quantifie de la mm maniere l'energie des autres couches en negligent leurs formes , donc il a remarque que l'enrgie augmente d'une couche a une autre ( c'est juste ) . si c'est juste prk la couche 4s est mois energetique que 3d
    -vs m'avez dit que ca theorie est fausse ; vous pouvez eclairez.

  22. #18
    mach3
    Modérateur

    Re : autant de questions

    je vois que bohr a quantifie de la mm maniere l'energie des autres couches en negligent leurs formes
    Les orbites étaient supposée circulaire au départ, mais on s'est vite rendu compte que cela ne suffisait pas pour expliquer toutes les raies d'absorptions observées. On a alors supposé la présence d'orbites elliptiques dont l'ellipticité était quantifié par l. Pour une même couche, si l'ellipticité est différente, l'énergie est différente.

    Ce modèle à orbite elliptique s'est révélé lui aussi insuffisant et tout aussi insatisfaisant que celui de Bohr. La faille principale est qui si un électron tourne, il doit rayonner de l'énergie et donc tomber en spirale sur le noyau.

    En considérant l'électron comme une onde stationnaire piégée dans le potentiel du noyau on s'affranchit de ce problème : l'électron n'est plus un corpuscule est n'a donc plus de trajectoire (donc ne rayonne pas d'énergie). C'est la solution qui été finalement adoptée suite aux travaux de De Broglie et de Schrödinger.

    m@ch3
    Never feed the troll after midnight!

  23. Publicité

Discussions similaires

  1. questions
    Par saturne/ dans le forum Électronique
    Réponses: 7
    Dernier message: 01/06/2007, 02h18
  2. Ecole de commerce après STG, possible, autant de chance qu'avec S ?
    Par Dany14 dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 6
    Dernier message: 25/01/2007, 15h17
  3. Pourquoi en France nos maisons consomment autant ?
    Par qsd88 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 86
    Dernier message: 24/10/2006, 08h35
  4. Pourquoi on parle autant de chauffage ?
    Par florian du 59 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 67
    Dernier message: 03/03/2006, 09h02