Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 37

une question aux specialistes de mécanique quantique



  1. #1
    lolo43250

    une question aux specialistes de mécanique quantique


    ------

    Bonjour , il y a une question que je me pose depuis ce matin et qui a un rapport avec le phénomene d'intrication . Donc si j'ai bien compris le principe si je prends
    un photon intriqué et que je le chatouille , son collegue meme s'il se trouve a 15 km va etre chatouillé en meme temps .
    Alors , voila au debut de l'univers est ce que les particules du fait de la promiscuité ( l'univers etait tres petit et les particules toutes en interaction les unes avec les autres ) étaient toutes intriquées les unes avec les autres ?
    merci

    -----

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    Coincoin

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Salut,
    Donc si j'ai bien compris le principe si je prends
    un photon intriqué et que je le chatouille , son collegue meme s'il se trouve a 15 km va etre chatouillé en meme temps .
    Ce n'est pas tout à fait ça. Disons qu'on a deux particules intriquées. On sait que si l'une est chatouilleuse alors l'autre l'est forcément aussi. De plus, ces particules ne savent pas à l'avance si elles sont chatouilleuses, elles se décident au dernier moment.
    On chatouille la particule A, elle éclate de rire. Alors on sait immédiatement que la particule B est chatouilleuse, même si aucune information n'a eu le temps d'être transmise entre A et B (du genre "j'ai été chatouillé et j'ai décidé d'être chatouilleuse donc sois le aussi").

    Alors , voila au debut de l'univers est ce que les particules du fait de la promiscuité ( l'univers etait tres petit et les particules toutes en interaction les unes avec les autres ) étaient toutes intriquées les unes avec les autres ?
    C'est une question très importante. Le problème, c'est que la description qu'on en a actuellement repose crucialement sur le concept de mesure : un expérimentateur extérieur va voir si la particule est chatouilleuse. Mais on ne sait pas encore bien à partir de quel moment la particule décide d'être chatouilleuse. Donc il est difficile d'extrapoler à tout l'univers (pour lequel il n'y a pas d'observateur extérieur.
    On pense qu'au final la notion fondamentale est l'information qu'a l'observateur sur le système, plutôt qu'une notion intrinsèque au système lui-même.
    Encore une victoire de Canard !

  5. #3
    Sigmar

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Comment on sait qu'elles se décident au dernier moment si on a pas mesuré avant ?
    "I have to understand the world, you see." (Richard P. Feynman)

  6. #4
    Pio2001

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    En décidant nous-même au dernier moment ce qu'on va mesurer parmi plusieurs grandeurs incompatibles, telles que la polarisation verticale et la polarisation horizontale lorsque la lumière est en polarisation circulaire, ou alors la position et l'auto-interférence dans une expérience avec fentes...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    Sigmar

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Ok je vois tout à fait.
    Et je viens de comprendre grâce à l'exemple de CoinCoin pourquoi on ne peut pas transmettre d'info par ce biais !
    "I have to understand the world, you see." (Richard P. Feynman)

  9. #6
    lolo43250

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    En fait voila le raisonnement que j'ai eu ce matin : si tout les electrons de l'univers sont intriqués au debut du big bang , alors si je fais une expérience avec un electron quelconque est ce que ca veut dire que tous les electrons de l'univers sont " au courant de ce qui ce passe sur cet électron " du fait de l'intrication qu'ils ont eu au moment du big bang ?
    J'espere que ma question a un sens sinon prevenez moi lol

  10. Publicité
  11. #7
    Pio2001

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Non, les particules qui composent l'univers ne sont pas intriquées.
    On est obligés de créer artificiellement des intrications lorsqu'on veut les observer en laboratoire.

  12. #8
    lolo43250

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Alors pourquoi les particules qui composent l'univers ne sont pas intriquées puisqu'elles etaient en interactions au debut de l'univers ? c'est ca que je pige pas ? y'a un truc que je pige pas ?

  13. #9
    Pio2001

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Citation Envoyé par lolo43250 Voir le message
    Alors pourquoi les particules qui composent l'univers ne sont pas intriquées puisqu'elles etaient en interactions au debut de l'univers ? c'est ca que je pige pas ? y'a un truc que je pige pas ?
    C'est assez complexe, en fait comme question.
    Ceux de Copenhague disent que c'est parce que l'on regarde l'univers, et que ça provoque instantanément sa désintrication.
    Ceux d'Everett disent que l'intrication a disparu par décohérence.

    Le problème est que dans aucun des deux cas on n'a le droit de parler de l'univers comme un objet. D'ailleurs, on fait partie de l'univers, donc on e peut pas dire qu'on le regarde. On est un petit morceau d'univers qui en regarde le reste.
    Quand à la décohérence, elle se fait lorsque le système interagit avec son environnement, or c'est quoi l'environnement de l'univers ??

    Pourquoi l'univers tout entier n'est-il pas intriqué ? En somme, on en sait strictement RIEN !

  14. #10
    chaverondier

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Citation Envoyé par Sigmar Voir le message
    Comment on sait qu'elles se décident au dernier moment si on a pas mesuré avant ?
    Parce que si, dans l'expérience d'Alain Aspect (par exemple), "avant de partir" ou "lors de leur départ", les photons avaient pris la décision commune de choisir des polarisations complémentaires prédéterminées avant que la mesure de polarisation ne soit réalisée (comme envisagé selon le point de vue dit réaliste et local prolongeant celui défendu en 1933 par Einstein, Podolski et Rosen), alors il y aurait respect des inégalités de Bell...

    Or, dans l'expérience d'Aspect, comme d'ailleurs dans toutes sortes expériences de mesure quantique mettant en évidence la "non-localité" quantique, ces inégalités sont violées. Cela offre la très étrange impression (il est très difficile de la chasser quand on a bien compris ces phénomènes) que les particules communiquent instantanément.

    C'est peut-être vrai, mais à condition de ne pas attribuer à l'écoulement du temps un caractère objectif, cad un caratère qui serait indépendant de l'observateur (hypothèse d'existence d'un ordre cause effet qui possèderait une sorte d'existence intrinsèque objective au lieu de seulement présenter un caratère inter-subjectif).

    L'attribution d'un caractère de transmission instantanée d'information à la mesure quantique sur des systèmes intriqués découle de notre sentiment peut-être (probablement?) faux, mais très fort selon lequel une mesure quantique ne crée pas d'information mais nous apporte une information reflétant une proprîété objective relative à l'objet observé, propriété qui serait, en quelque sorte, préexistante à l'acte d'observation et indépendante de l'observateur et même de l'existence d'un observateur (cette hypothèse, incompatible ou (à mon avis) difficilement compatible avec le principe de relativité du mouvement adjoint à la violation des inéglités de Bell est pourtant implicitement présente dans les branches de la science qui étudient l'univers considéré comme un tout).

    En fait, en raison de la violation des inégalités de Bell, ce point de vue, dit réaliste (celui d'Einstein, de Podolski, de Rosen, de Schrödinger, de de Broglie), entre en conflit avec le principe de causalité relativiste, principe selon lequel il ne serait pas possible d'attribuer d'ordre causal à des évènements séparés par des intervalles de type espace et pas possible de transmettre d'information à vitesse supraluminique. A ce jour, aucune expérience physique n'est jamais venue contredire l'hypothèse de causalité relativiste, à condition, toutefois, de rejeter l'hypothèse selon laquelle les objets qui nous entourent posséderaient des propriétés physiques objectives, cad qui seraient indépendantes de l'acte d'observation (et même de l'observateur lui-même qu'il soit conscient ou pas "d'observer le système" cad de se mettre dans un état quantique intriqué avec l'état quantique du système).

    Cela dit, la notion de cause ou d'effet, au même titre que la notion d'écoulement du temps ou même la notion d'information présentent vraisemblablement un caractère anthropocentrique, comme d'ailleurs probablement tous les concepts que nous sommes en mesure d'appréhender. L'hypothèse d'existence de notions ou concepts qui présenteraient un caractère non anthropocentriques est peut-être (probablement ?) une sorte d'illusion d'optique à caractère persistant (à ranger dans la même catégorie que le concept d'objectivité).

  15. #11
    Sigmar

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Quel réponse intéressante ! Je pense d'ailleurs l'avoir relativement bien compris ce que tu voulais dire.
    J'ai un point de vue plutôt positiviste en physique, mais il est un peu tard pour que je philosophe trop là dessus.
    J'essayerai de revenir demain sur le sujet.

    Merci Chaverondier !
    "I have to understand the world, you see." (Richard P. Feynman)

  16. #12
    lolo43250

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Bonjour et merci pour les reponses !
    En gros le probleme c'est que l'on fait parti de "l'objet" étudié ( l'univers ) et c'est pour ca qu'il y a pas moyen de savoir si on est objectif sur ce que l'on observe dans l'univers . Et personne ne sait pourquoi l'univers n'est plus intriqué ! dites moi si j'ai bien compris ?
    Ma nouvelle question : l'univers a ete intriqué au moment du big bang c'est une certitude ?

    PS : ces notions m'interesse mais j'ai peur de me tromper dans la comprehension
    car pour un non specialiste c'est pas evidant ! Alors s'il y a des physiciens pour repondrent à mes questions et m'éclairer je les remercie d'avance .

  17. Publicité
  18. #13
    chaverondier

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Citation Envoyé par lolo43250 Voir le message
    Personne ne sait pourquoi l'univers n'est plus intriqué ! L'univers a été intriqué au moment du big bang ? C'est une certitude ?
    Difficile de répondre à cette question car elle contient implicitement l'hypothèse (pas forcément juste) qu'il existe une réponse indépendante de l'observateur (1). Or si, par exemple, je considère un photon polarisé à 0° et un appareil de mesure de polarisation à 45°, dès que la mesure de polarisation a été effectuée (2), le couple formé par le polariseur "le" photon en question (en fait, le photon qui sort n'est pas celui qui rentre) se retrouve dans un état produit, c'est à dire dans un état quantique non intriqué avec l'état quantique de l'appareil de mesure (3).

    Au contraire du point de vue d'un observateur O2 qui n'aurait "pas encore" (4) interagi avec le photon, avec l'appareil de mesure et avec l'observateur O1, cet ensemble forme un tout intriqué.

    Comme nous observons l'univers en permanence, il nous est difficile de le percevoir comme étant dans un état quantique superposé (du moins du point de vue de l'observable position et c'est bien l'observable que privilégient nos 5 sens (7)).

    (1) d'ailleurs, peut-être que ce type d'hypothèse implicite est une source additionnelle cachée d'incompatibilité entre modélisation actuelle de la gravitation et modélisation actuelle des effets quantiques.

    (2) du moins selon le point de vue d'un observateur O1, c'est à dire dès que l'information associée à cette mesure devient enregistrée dans (cad intriquée avec) l'environnement de l'appareil d'une façon perçue comme irréversible par l'observateur O1 (compte tenu des limitations d'accès à l'information de cet observateur).

    (3) le chat de Schrödinger est maintenant perçu comme mort ou vivant par l'observateur O1 alors qu'il était dans un état superposé, à ses yeux, avant que la mesure de la particule instable ne soit réalisée, toujours à ses yeux (et ce, par l'appareil de mesure que constitue le chat).

    (4) formulation maladroite, comme l'est d'ailleurs tout notre langage vis à vis de la question du temps. Il repose implicitement sur l'hypothèse d'une sorte d'écoulement du temps intrinsèque, un écoulement du temps (un enchaînement de ce que nous percevons comme une succession de causes et d'effets) existant indépendamment de l'observateur, un continuum dans lequel se dérouleraient les évènements, alors que se sont, probablement, les évènements (perçus par un observateur, cad les informations acquises par cet observateur) qui "déroulent le temps" perçu par cet observateur. Une chance qu'il y ait inter-subjectivité, ça nous donne l'impression de parler d'une expérience collective perçue et ressentie comme objective.

    (5) Dire d'un système qu'il est dans un état superposé ne veut rien dire si l'on ne précise pas vis à vis de quelle observable. Par exemple, un électron dans un état de spin vertical ascendant, donc dans un état quantique non superposé du point de vue de la mesure de son spin vertical, est pourtant bien dans un état superposé du point de vue de son état de spin horizontal (6).

    (6) un système est dans un état quantique non superposé vis à vis d'une grandeur A observée, si une mesure quantique de cette grandeur A ne nous apprend rien de neuf, cad rien que nous ne sachions déjà sur son état quantique. En revanche, quand nous acquérons une information nouvelle b sur l'état quantique du système, en mesurant une observable B qui ne commute pas avec l'observable A, alors nous faisons l'acquisition d'une information nouvelle sur l'état du système, mais nous perdons une information ancienne, celle de la "valeur" a qui "avait" découlé de l'observation A du système.

    Cette évolution de l'information sur l'état quantique du système est probablement à l'origine de "l'impression" d'un écoulement du temps (mais comme la seule chose dont nous disposions ce sont des enregitrements d'information, cad, au final, des impressions, ce qualificatif péjoratif "d'impression" ne signifie donc probablement pas grand chose). La quantité maximale d'information que nous puissions acquérir sur l'état quantique d'un système s'appelle la dimension de son espace d'états quantiques (ou peut-être le logarithme de ce nombre si l'on prèfère une définition cohérente avec celle de l'entropie, c'est à dire donnant un caractère additif à la mesure de la quantité d'information).

    L'information accessible par observation du système est modélisée par l'algèbre des observables du système. Il s'agit d'une entité mathématique probablement plus fondamentale, en fait, que l'espace des états quantiques du système. En effet, l'espace des états quantiques du système peut se définir comme l'espace de Hilbert des fonctions de carré sommable sur le spectre conjoint d'un ensemble complet d'observables (de l'état du système) qui commutent. Il s'avère, une fois cet espace d'états quantiques ainsi défini, que l'algèbre des observables (de l'état quantique du système) est isomorphe à l'algèbre des opérateurs linéaires bornés agissant sur cet espace d'états. Les observables proprement dites sont ceux de ces opérateurs bornés qui sont hermitiens (je ne suis pas complètement sûr de tout ce que je viens d'écrire dans ce point 6. Il se pourrait qu'il y ait un ou deux détails mathématiques erronés).

    (7) d'où le caractère forcément antropocentrique que ce que nous croyons savoir sur l'univers. Nous le percevons et le ressentons pourtant comme une entité extérieure à nous possédant objectivement les propriétés que nous lui attribuons (comme son âge supposé par exemple) via notre mode d'interaction avec lui.

  19. #14
    The Artist

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Cela est fascinant ! Cela force le respect !
    Auriez vous par hasard rassembler la meilleure et la plus pertinente littérature à ce problème que je cherche activement à ressentir et comprendre ??
    On m'disait, j'veux être artiste, tu t'prends pour qui ? Oublie oublie !!!

  20. #15
    Clement92

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Bonjour à tous,

    L'intrication suppose t'elle un observateur indépendant?
    Comment peut etre observateur indépendant d'une intrication (et donc théoriquement extérieur à l'experience) qui permet selon chaverondier l'obervation de l'intrication et en même temps participant (et donc faisant partie de l'expérience) comme le suggere l'interpretation de copenhague (en tout cas Heisenberg). Si l'on suit le raisonnement jusque bout l'idée de participant, alors personne est obervateur "neutre" mais nous faisons partie d'un tout qui selon la théorie du big bang a mis en relation l'ensemble des atomes composant notre univers et qui serait entièrement donc intriqué. Chaque atome a été en relation un jour avec l'ensemble des autres atomes, ils garderaient ainsi dans leurs propriétés cette "empreinte".

    Lorsque nous expérimentons en laboratoire l'intrication quantique, ne reproduisons pas simplement ce qui s'est produit au "tout début" de l'univers?
    Je concéde que je fais référence aux concepts de temps, de cause et d'effet qui ne semble pas tres approprié au phénomènes quantique ainsi qu'à la théorie du big bang qui n'est pas encore prouvé mais si elle semble faire l'unanimité.

    La piste du scientifique Chow et sa S-matrix qui pourrait déboucher sur l'explication de la "destruction" de la superposition quantique fait elle l'objet de dévellopement à l'heure actuelle?

    Merci à tous par avance pour vos réponses

    Ps: The artist si tu veux t'initier aux phénomènes quantiques sans formalisme mathématique je ne peux que te recommendais le petit "le cantique des quantiques" de sven ortoli et jean-pierre pharabod.

  21. #16
    Pio2001

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Mais qu'est-ce qui nous permet de dire que les particules de l'univers étaient en intrication dans le passé ?

    Tout ce qu'on sait, c'est qu'elles étaient plus proches les unes des autres qu'aujourd'hui, et ce jusque 10^-43 secondes après l'instant initial.
    A ce moment, pour autant qu'on sache, l'univers était peut-être déjà infini et comportait peut-être une infinité de particules indépendantes.
    Il était peut-être fini (topologie rebouclée sur elle-même) et comportait un nombre fini de particules indépendantes.

    Il est certain que certaines de ces particules étaient en intrication, mais c'est toujours le cas aujourd'hui : certaines particules de notre environnement sont en intrication. D'autres pas...

  22. #17
    Clement92

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Dites moi si je me trompe mais d'après la thèorie du big bang à 10-43s après l'état initial, l'univers était extremement dense et chaud au point que au-dela de cette limite qu'il faille utiliser une autre théorie que la relativité qui integrerait la mécanique quantique. La densité était telle qu'il ne pouvait y avoir de particules indépendantes. Elles formaient un esorte de "réseau de particules" toutes interconnectées. Je me demande pourquoi peut on utiliser le terme indépendant pour une particule a l'heure actuelle?

  23. #18
    Karibou Blanc

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Tout ce qu'on sait, c'est qu'elles étaient plus proches les unes des autres qu'aujourd'hui, et ce jusque 10^-43 secondes après l'instant initial.
    A ce moment, pour autant qu'on sache, l'univers était peut-être déjà infini et comportait peut-être une infinité de particules indépendantes.
    Il était peut-être fini (topologie rebouclée sur elle-même) et comportait un nombre fini de particules indépendantes.
    ites moi si je me trompe mais d'après la thèorie du big bang à 10-43s après l'état initial, l'univers était extremement dense et chaud au point que au-dela de cette limite qu'il faille utiliser une autre théorie que la relativité qui integrerait la mécanique quantique. La densité était telle qu'il ne pouvait y avoir de particules indépendantes. Elles formaient un esorte de "réseau de particules" toutes interconnectées
    Je ne comprends pas ce que vous appelez des particules indépendantes.
    Vous pouvez préciser ce que chacun de vous deux entend par la ?
    Well, life is tough and then you graduate !

  24. Publicité
  25. #19
    Clement92

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Pour moi une particule indépendante serait une particule qui n'aurait jamais été intriqué avec une autre particule.

  26. #20
    Karibou Blanc

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Pour moi une particule indépendante serait une particule qui n'aurait jamais été intriqué avec une autre particule.
    D'accord. Sinon j'ai une réponse simple (peut-etre trop simple, voire fausse dite moi ce que vous en pensez) à la question soulevée dans cette discussion.

    Dans l'univers primordial, les densités et températures sont telles que les particules interagissent tres fréquemment, on parle d'un fluide collisionnel formé par les particules qui baignent l'univers. Dans ce cas, toute intrication (cohérence quantique) entre deux particules sera quasi-instantanément décohérée par les interactions de ce couple avec le plasma environnent. Il me parait impossible de conserver une quelconque cohérence quantique dans l'univers primordial, dont les particules peuvent donc être décrite comme un mélange statistique.
    Well, life is tough and then you graduate !

  27. #21
    Pio2001

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Citation Envoyé par Karibou Blanc Voir le message
    Je ne comprends pas ce que vous appelez des particules indépendantes.
    Vous pouvez préciser ce que chacun de vous deux entend par la ?
    Pour moi, c'est une particule pour laquelle, pour une observable donnée, il n'existe pas d'autre particule dans l'univers dont elle ne soit pas séparable dans l'écriture de sa fonction d'onde dans la base d'états propres relative à cette observable.

  28. #22
    Karibou Blanc

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Pour moi, c'est une particule pour laquelle, pour une observable donnée, il n'existe pas d'autre particule dans l'univers dont elle ne soit pas séparable dans l'écriture de sa fonction d'onde dans la base d'états propres relative à cette observable.
    en gros cela signifie qu'il n'y aucune cohérence quantique entre les particules, non ?

    Sinon en rapport à ce que je disais plus haut, il doit surement y avoir un moyen d'estimer le temps de décohérence d'une paire intriquée interagissant avec un "bain" primordial. J'ai des vieux souvenirs de fonctionnelle de Feynman-Vernon pour étudier l'évolution de la cohérence d'un système quantique couplé à un bain d'oscillateurs harmoniques, quelqu'un maitrise ce formalisme et pourrait me confirmer que les temps de décohérence sont extrement faibles (pour ne pas dire quasi-nuls).
    Well, life is tough and then you graduate !

  29. #23
    Clement92

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Karibou Blanc comment peux tu affirmer que c'est impossible. C'est une croynace ou cela repose sur un résultat d'une théorie?

    "Il me parait impossible de conserver une quelconque cohérence quantique dans l'univers primordial, dont les particules peuvent donc être décrite comme un mélange statistique."

    Sinon je comprend pas pourquoi tu parles de décohérence alors que l'on parle d'intrication (pour toi cohérence quantique). Je ne saisie pas le rapport, tu pourrais pas m'expliquer? Fais tu référence à la décohérence commetentaive d'explication de l'effondrement de la fonction d'onde ou autre chose?

  30. #24
    Karibou Blanc

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Karibou Blanc comment peux tu affirmer que c'est impossible. C'est une croynace ou cela repose sur un résultat d'une théorie?
    Je n'affirme pas, j'ai dit il me parait, c'est différent. Et ce n'est pas une croyance, la décohérence est un phénomène observé en laboratoire et parfaitement modélisable en MQ.
    Sinon je comprend pas pourquoi tu parles de décohérence alors que l'on parle d'intrication (pour toi cohérence quantique).
    la décohérence est le phénomène qui se produit lorsqu'on observe une perte de cohénrece quantique dans un système. Une cohérence quantique est un système dans une superposition d'état, et c'est le cas pour un couple de particules intriquées. Lorsque le système interagit avec un environnement, ce dernier à pour effet (en général assez rapidemment, mais cela dépend de comment l'environnement est couplé au système) de "réduire le paquet d'onde" et ainsi détruire toute superposition d'état, on se retrouve alors avec un mélange statistique.

    Dans le cas de l'univers primordial, on sait qu'il a été le siège d'une incroyable fréquence de collisions entre les particules (le température et la densité étant tres élevées). Ainsi toute paire de particules se retrouvant par hasard intriquées, interagiraient tres fortement avec les autres (via les collisions) de manière à que cette paire décohère.
    Je ne fais référence à aucun travaux la dessus, c'est juste mon avis élaboré à partir de ce que je connais. J'avais étudié la décohérence d'un système quantique couplé à un bain d'oscillateurs harmoniques il y a quelques années (notamment avec le formalisme de Feynman-Vernon). Je pense que ce serait possible d'utiliser ca pour répondre précisément à la question concernant l'univers primordial. Mais intuitivement la réponse me parait etre celle que j'ai donnée.

    Dans la pratique il est tres difficile de maintenir un système physique dans un état superposé, il faut que ce dernier soit tres simple et qu'il soit isoler du reste du monde suffisament longtemps pour faire des expériences. ex : les qbits et l'ordinateur quantique.
    Well, life is tough and then you graduate !

  31. Publicité
  32. #25
    Coincoin

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Ainsi toute paire de particules se retrouvant par hasard intriquées, interagiraient tres fortement avec les autres (via les collisions) de manière à que cette paire décohère.
    Ok, mais si tu considères TOUTES les particules de l'univers, si elles sont intriquées, comment obtiens-tu la décohérence ?
    Encore une victoire de Canard !

  33. #26
    Karibou Blanc

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Ok, mais si tu considères TOUTES les particules de l'univers, si elles sont intriquées, comment obtiens-tu la décohérence ?
    Je redoutais cette possibilité. dans ce cas, j'avoue que je ne maitrise pas assez ce domaine pour répondre. Néanmoins ca me rappelle une vieille question que je me posais il y a quelques temps : est ce que pour un gros système (macroscopique), on ne peut pas envisager que les parties interagissant entre elles (inévitablement) ne pourraient pas décohérer le tout. En d'autres termes ne peut-on pas remplacer le couplage à un environnement complexe par un système lui meme complexe (macroscopique) ?
    Well, life is tough and then you graduate !

  34. #27
    Clement92

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Dès que la décohérence est effective, l'intrication disparait entre les particules?

  35. #28
    Karibou Blanc

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Dès que la décohérence est effective, l'intrication disparait entre les particules?
    oui, car l'intrication est un exemple de cohérence quantique (ie superposition d'état).
    Well, life is tough and then you graduate !

  36. #29
    Clement92

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Pour moi, une superpostion d'état s'est une propriété quantique qui peut etre decrite comme le fait qu'on ne peut savoir avant observation l'état exact d'une particule seulment un ensemble de probilité. Après un temps très court après observation et variable selon la taille du sytème et de l'environnement expérimenté, la superposition d'état disparait. Ses "caractéristiques" peuvent etre decrites par la fonction d'onde qui est l'ensemble des probabilités que la particule ou le systeme se trouvent dans un état particulier.
    Dites moi si j'ai bon jusquà maintenant?

    Dans le cas ou ca serait correcte, comment peut on détecter ou observer la superposition quantique et mesurer le temps de décohérence?

    L'intrication ne peut etre observer que pendant le temps de décohérence?

  37. #30
    Karibou Blanc

    Re : une question aux specialistes de mécanique quantique

    Pour moi, une superpostion d'état s'est une propriété quantique qui peut etre decrite comme le fait qu'on ne peut savoir avant observation l'état exact d'une particule seulment un ensemble de probilité.
    non, une superposition d'état, c'est lorsque le systeme n'est pas dans un état propre (par rapport à une observable donnée, exemple l'energie) mais dans une combinaison linéaire d'états propres.
    Dans les cas, tu ne sais pas quel est l'état avant observation et tu as un ensemble de probabilité.

    comment peut on détecter ou observer la superposition quantique et mesurer le temps de décohérence?
    fais une recherche sur les expériences de Serge Haroche à l'ENS (labo LKB) d'électrodynamique en cavité. A ma connaissance ce sont les seules expériences ou un temps de décohérence a pu etre mesuré.
    L'intrication ne peut etre observer que pendant le temps de décohérence?
    L'intrication ne peut etre mis en évidence qu'avant qu'ait lieu la décohérence.
    Well, life is tough and then you graduate !

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Une question aux spécialistes de Power Point
    Par roro123 dans le forum Logiciel - Software - Open Source
    Réponses: 2
    Dernier message: 20/06/2007, 10h31
  2. Question sur la mécanique quantique
    Par abuzin dans le forum Physique
    Réponses: 1
    Dernier message: 07/05/2006, 12h28
  3. rechauffement et dilation de l'eau ? question aux specialistes
    Par Non inscrit dans le forum Changement climatique, a-t-on raison de s'inquiéter ?
    Réponses: 2
    Dernier message: 22/10/2005, 11h30
  4. Appel aux spécialistes Wi fi
    Par cosak dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 5
    Dernier message: 15/06/2005, 19h18
  5. Question de mecanique quantique...
    Par Evil.Saien dans le forum Physique
    Réponses: 5
    Dernier message: 08/02/2005, 09h07