Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Effet tunnel un cas particulier quantique



  1. #1
    geine

    Effet tunnel un cas particulier quantique


    ------

    Bonjour,

    Je viens ici pour en quelque sorte faire part de ma frustration et aussi de mon questionnement, en autodidacte j' ai plusieurs fois essayé d' abordé la théorie de la mécanique quantique, mais cette théorie me rebute. Je comprends très bien les principes je les trouves légitime. Je n' aprécie pas du tout l' approche probalistique de la chose.
    Ainsi,je me suis rendu compte en lisant sur wiki l' approche quantique de l' effet tunnel, ca devenait le folklore complet, et la je me suis dis "on atteind des sommets en matière de connerie quantique".
    Je vous laisse le lien "http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_tunnel"

    C 'est plus partculièrement cette phrase en fin du premier paragraphe qui m' a choqué: ". À droite, l'onde plane transmise se révèle par une densité de probabilité de présence constante".


    Je me suis dis si la particule peut être là ou ailleurs, très justement s' il n' y a rien qui l' empeche d' etre ici ou là, dans le meme logique qu' est ce qui empeche la théorie quantique d' etre fause ou d' etre vrai?
    Le fait de ne vouloir induire aucune causalité aux réalités de la physique , car c' est bien de cela qu' il s' agit, est contradication avec l' élaboration de la physique.

    Mon opinion, il faut s' accomoder que la matière ne soit pas particulaire, il n y a pas besoin de faire l' approche probalistique, et justement elle nous permets de se dispenser de ce genre de raisonement tordu.
    L' approche ondulatoire est tout à fait acceptable, elle reflète la manifestation de la matière en fonction de l' esapce et du temps.

    Je voulais savoir ce que vous en pensez en tant que scientifiques de tous niveaux confondu, cela parait il acceptable concernant l' approche probalistique et concernant mon approche aussi.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    invite34596000666

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    Citation Envoyé par geine Voir le message
    Je me suis dis si la particule peut être là ou ailleurs, très justement s' il n' y a rien qui l' empeche d' etre ici ou là, dans le meme logique qu' est ce qui empeche la théorie quantique d' etre fause ou d' etre vrai?
    Le fait de ne vouloir induire aucune causalité aux réalités de la physique , car c' est bien de cela qu' il s' agit, est contradication avec l' élaboration de la physique.
    Tu remets en cause l'effet tunnel, c'est ça ?
    Si oui, j'ai un exemple de derrière les fagots qui te prouvera que l'effet tunnel est avéré

  4. #3
    mtheory

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    Citation Envoyé par geine Voir le message

    Je voulais savoir ce que vous en pensez en tant que scientifiques de tous niveaux confondu, cela parait il acceptable concernant l' approche probalistique et concernant mon approche aussi.
    Bonsoir,

    Eh bien, ça n'est aucunement acceptable ni tenable (ce que vous dites et pensez de la MQ). Mais il est parfaitement exacte que la MQ soit très peu intuitive.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  5. #4
    geine

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    Citation Envoyé par mtheory Voir le message
    Bonsoir,

    Eh bien, ça n'est aucunement acceptable ni tenable (ce que vous dites et pensez de la MQ). Mais il est parfaitement exacte que la MQ soit très peu intuitive.
    Justement, ca me semble tellement intuitif de la chose mais je m' absoud absolument de cette vision probabilistique je trouve que c' est intenable et très certainement érroné(c est ce que vous pensez aussi).

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Rhodes77

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    S'affranchir de l'approche probabiliste, c'est aborder le problème de façon déterministe, donc se ramener à une notion de trajectoire des particules.
    Rappelons alors qu'une trajectoire est connue si on sait trouver en tout point le couple (position, vitesse). Or, les relations d'incertitude de Heisenberg stipulent que si l'on connait parfaitement l'un, on ignore tout de l'autre (et c'est vérifié expérimentalement dans l'approche quantique des fentes d'Young).
    Ainsi donc, si l'approche probabiliste est retenue, c'est que c'est la seule à la portée de notre intelligence qui rende compte de ce qu'on observe, et non pas une lubie des physiciens pour embrouiller les choses.
    C'est plus une contrainte naturelle qu'un choix ! On fait la guerre avec les soldats qu'on a.
    Si cette approche vous déplait, c'est navrant, mais sur quelle autre vous rabbatrez-vous ?
    Etre professionnel ne donne pas le droit d'être pédant

  8. #6
    mtheory

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    Citation Envoyé par geine Voir le message
    c est ce que vous pensez aussi).
    Pas du tout, vous m'avez mal compris, l'aspect probabiliste et des choses comme l'effet tunnel ne me pose pas de problème. Je vous contredisais au contraire.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  9. Publicité
  10. #7
    Deedee81
    Modérateur

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    Salut,

    Citation Envoyé par geine Voir le message
    Justement, ca me semble tellement intuitif de la chose mais je m' absoud absolument de cette vision probabilistique je trouve que c' est intenable et très certainement érroné(c est ce que vous pensez aussi).
    Je peux comprendre cette réaction face à quelque chose d'aussi bizarre (le caractère probabiliste). Cette réaction existe depuis la fondation de la MQ.

    Il y a moyen de résoudre ce problème car il fait partie de l'interprétation de la MQ. Il existe des interprétations non probabilistes (les interprétations sans réductions comme les états relatifs, les mondes multiples, etc.). MAIS elles ne sont pas nécessairement plus intuitives, elles comportent aussi leurs aspects étranges (ainsi est le monde, étrange et différent de ce que nos pauvres sens limités nous montrent à notre échelle) et elles compliquent singulièrement la vie quand il faut utiliser la MQ en pratique.

    Je te conseillerais donc de "prendre sur toi" et de te dire, au moins dans un premier temps, "bon, les probabilités est tout ce qu'on arrive à savoir", de bien maitriser la MQ et après de t'attaquer à l'interprétation. Ce n'est pas l'approche "naturelle" qui consiste d'abord à observer et comprendre avant de mettre en équation, mais tu t'attaques ici à un univers totalement non intuitif et éloigné du quotidien. La compréhension, forcément basée sur ce que tu connais déjà, la physique classique, ne peut pas être obtenue sans un minimum de maitrise calculatoire (et la connaissance des résultats expérimentaux, bien sûr).

    Ce n'est pas pour rien que la MQ est sans doute le domaine qui rebute le plus (c'est du moins ce que j'ai constaté à la fac). Il faut nager quelque peu en eau trouble avant de voir clair. Et il faut aimer les maths.
    Keep it simple stupid

  11. #8
    geine

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    En fait, c' était de l' ironie de ma part car vous me teniez auteur de quelque chose que je n' avais pas dis.

  12. #9
    geine

    Re : Effet tunnel un cas particulier quantique

    Disons en fait j' ai une vision plus étendu de la matière, mais disons ca me semble aassez évident inuitivement, mais ca ne correspond pas du tout probalistique.
    Je sens en effet que phi etant une grandeur dépendant du temps et de l' espace, elle représente manifestation de la matière. Pour la maitère elle n' est pas localisé, en fait , vous quand vous dites elle a une probabilité de 0.9 au centre et une 0.8 0.7 0.6 etc en s' éloignant de ce centre moi je pense la matière elle est dans tout ces parties de l' espace ou on peut calculer une probabilité mais la manifestation de cette dernière est moins présente et la fonction d' onde suffit à la représenter. Je trouve cette aproche plus logique que de dire l' électron c est un truc tres petit et localisé, je veux dire est ce sérieux, pourquoi ne cacule t on pas directement la densité massique de l' electron par rapport à l' espace.
    En fait la vision de mon probleme se cantone à trouve m l' étalement de la masse par rapport à r (vecteur) pour donne l' idée de l' étalement de la masse.

Discussions similaires

  1. Suites géométriques cas particulier
    Par invite7536172 dans le forum Mathématiques du collège et du lycée
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/07/2012, 10h45
  2. cas particulier admission post bac
    Par eikichiii dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 4
    Dernier message: 28/03/2009, 10h18
  3. [Génétique] Cas particulier d'une autosomie récessive.
    Par farator dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/01/2009, 19h12
  4. redoubler : mon cas particulier ...
    Par ninase dans le forum Orientation avant le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 13/10/2008, 20h44
  5. Cas particulier
    Par klifer dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/02/2008, 13h34