Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Association des mots "photon" et "lumière" ?



  1. #1
    Benji33440

    Question Association des mots "photon" et "lumière" ?

    Bonjour !

    Je pose pleins de question en ce moment sur le forum, (je suis tout nouveau ) avant de les poser, j'ai regardé si éventuellement un petit curieux comme moi avait posé ces questions, mais hélas, non.

    Donc, mes questions sont :

    - "Quel est le rôle des photons dans la lumière ?"
    - "Est - ce la particule qui transporte "l'énergie" de la lumière"
    - "Quelles sont ses actions ? Que fait -il (en gros)"

    Merci de vos réponses !

    -----

    Dernière modification par Benji33440 ; 25/08/2012 à 17h48.

  2. #2
    pianno

    Re : Association des mots "photon" et "lumière" ?

    Salut,
    la lumière est constitué de photons tout comme la matière qui est constitué d'atomes. Oui c'est le photon qui possède une certaine énergie et cela dépend de la fréquence.

  3. #3
    yohann2008
    Invité

    Re : Association des mots "photon" et "lumière" ?

    "Quel est le rôle des photons dans la lumière ?" photons = ondes electro-magnétique = lumière
    "Est - ce la particule qui transporte "l'énergie" de la lumière" Oui puisque la lumière est constituer que de photons
    "Quelles sont ses actions ? Que fait -il (en gros)" Plein de chose ; peut se transformer en matière/antimatière , peut arracher/mettre en mouvement des électrons ou des neutrons , je dois avoir oublie(accent) des trucs...

  4. #4
    LPFR

    Re : Association des mots "photon" et "lumière" ?

    Bonjour.
    Je vous recopie une explication que j'ai déjà donnée:
    Un photon c'est une des formes sous lesquelles on a à faire à la lumière ou à d'autres rayonnements électromagnétiques.
    On le définit parfois comme "un quantum (petit bout) d'énergie électromagnétique".
    En effet, la lumière (et les autres rayonnements électromagnétiques) peut se comporter de deux façons totalement différentes suivant les phénomènes.
    Une des façons est le comportement ondulatoire: des ondes électromagnétiques, de la même nature que les ondes radio mais de fréquences beaucoup plus élevées. On utilise ce modèle pour expliquer des phénomènes d'interférence comme l'irisation des bulles de savon ou des couches de gaz-oil, la réflexion colorée sur des CD, le fonctionnement des lentilles, ou celui des antennes radio ou TV.
    Mais d'autres phénomènes ne peuvent pas s'expliquer avec ce modèle ondulatoire. Notamment, l'effet photoélectrique: la lumière peut "arracher" des électrons à la matière, ou ioniser des atomes ou molécules dans un gaz. Pour ces phénomènes il faut utiliser le modèle corpusculaire: le photon. La lumière se comporte comme une particule. Avec ce modèle on ne peut pas expliquer les interférences ni d'autres comportements ondulatoires.

    Ce qui est difficile à faire comprendre est que les deux modèles sont distincts: soit la lumière se comporte comme une particule, soit elle se comporte comme une onde. Mais n'acceptez pas des phrases comme "les ondes électromagnétiques sont constituées de photons" ou "un photon est porté par des ondes", "la longueur d'onde du photon", etc. Ce sont des conneries à éviter. Soit on parle de particules, soit on parle d'ondes. Mais on ne le mélange pas.

    Pour être honnête, il y a des manips dans lesquelles la lumière se comporte à la fois comme une onde et comme une particule.
    Il y a un autre modèle, celui de l'électrodynamique quantique qui explique tout et très correctement. Le seul inconvénient est qu'il est tellement merdique qu'il est totalement inutilisable dans la "vie de tous les jours" des physiciens.
    Dans ce modèle il n'y a que des photons, mais pas les photons "grand public" d'Einstein, des "quanta de lumière". Mais ce sont des "choses" qui transportent quelque chose comme la racine carrée de la probabilité de trouver le photon et qui on une phase qui évolue comme celles des ondes électromagnétiques. Pour calculer la probabilité d'arrivée d'un photon à un endroit, on prend tous les chemins possibles (un nombre infini), on calcule la phase d'arrivée en tenant compte du chemin, on additionne tout cela, et la probabilité de trouver le photon sera le module du carré de la somme.
    Problème supplémentaire, la somme en question a la mauvaise habitude de diverger et il faut utiliser des "astuces" pour éviter de se retrouver avec des infinis.
    Ce modèle fonctionne aussi bien pour des photons que pour toutes les autres particules, pour lesquelles il est tout aussi merdique et inutilisable.
    Vous ne pouvez pas expliquer la diffraction et les interférences avec des photons "grand public". Si vous voulez le faire, alors il faut vous mettre à l'électrodynamique quantique.
    Pour vous dissuader, je vous conseille de lire le livre de divulgation grand publique de Feynman (un des pères de l'électrodynamique quantique): "Lumière et matière". S'i ne vous plait pas, vous ne vous serez pas ruiné..

    Pour compliquer (ou simplifier) les choses, toutes les particules ont aussi un comportement ondulatoire: les électrons, les atomes, et même les tables et les chaises. Mais, en réalité, on ne peut observer ce comportement ondulatoire que pour les particules très légères, (électrons, neutrons et atomes), et dans des expériences de laboratoire assez compliquées.
    Au revoir.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. "fondamentales", "dures", "molles" ... : comment classer les sciences ?
    Par Arvirik dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 13
    Dernier message: 22/04/2017, 22h41
  2. [Biologie Cellulaire] Définition exacte de "lumière" ("luminal") en bio
    Par Cyp92 dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 19/01/2009, 09h00