Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

Substance blanche



  1. #1
    invite9321657

    Substance blanche


    ------

    J'ai lu l'intéressant article concernant la substance blanche. Ma question est la suivante : peut on imaginer que la variation de la taille et de l'épaisseur des gaine de myéline servent en faite de synchronisateur, de temporisateur des signaux ?
    Mon idée et que dans les mécanismes impliquant un timing, comme par exemple pour jouer du piano, il faut que les différents actes s'enchaine dans le temps selon un timing précis. On peut alors supposer que la variation des structures des gaines de myéline servent à créer différent retard de signaux, permettant au final de temporiser l'enchainement de la procédure motrice.

    Du coup, ça pourrait expliquer les maladies mentales lié aux mutations des gènes qui organise sa mise en place : les rapports humains, leur stratégie notamment, implique un timing, qui est en fait une sorte de convention.
    A l'état sauvage, les animaux sont en concurrence pour la nourriture et la chasse : les neurones sont donc optimiser pour réaliser des tâches physiques, et le timing est utiliser dans la réalisation de comportement d'ordre mécanique, variable en fonction de l'anatomie et la réaction musculaire. La chimie du cerveau, qui elle organise la structure des liaisons nerveuses, n'a donc pas besoin d'aller plus vites que ne l'impose l'évolution physique de l'animal.

    Mais même depuis que l'homme utilise son cerveau pour des activités purement intellectuelles, dé corrélées de la physique matériel, en grande partie interne, la myéline et le timing doivent toujours influencer la vitesse de l'activité intellectuelle, et ceux toujours en relation avec l'activité chimique du cerveau. Si pour un individu, l'activité éléctrique devient un peu plus rapide ou plus lente que le niveau moyen, on risque de voir apparaître des phénomènes de désynchronisation avec l'activité chimique lente (la réorganisation de la structure) : cela expliquerait donc les troubles du comportement.

    Qu'en pensez vous ?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    caribou.volant

    Re : Substance blanche

    Salut Est-ce possible d'avoir l'article ou les références
    Karine

  4. #3
    Saint-Sandouz

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    J'ai lu l'intéressant article concernant la substance blanche. Ma question est la suivante : peut on imaginer que la variation de la taille et de l'épaisseur des gaine de myéline servent en faite de synchronisateur, de temporisateur des signaux ?
    Navré de te décevoir mais le forum n’est pas fait pour exposer des théories personnelles, même sous forme de question. À partir de très peu d’éléments tu extrapoles de façon très hasardeuse. Ce n’est pas du tout la méthode scientifique et ce n’est pas le rôle d’amateurs comme toi et moi de tirer comme ça des plans sur la comète.
    Dans l’état actuel des connaissances ton idée est certainement invérifiable.

    ND
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  5. #4
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    J'ai lu l'intéressant article concernant la substance blanche. Ma question est la suivante : peut on imaginer que la variation de la taille et de l'épaisseur des gaine de myéline servent en faite de synchronisateur, de temporisateur des signaux ?
    Mon idée et que dans les mécanismes impliquant un timing, comme par exemple pour jouer du piano, il faut que les différents actes s'enchaine dans le temps selon un timing précis. On peut alors supposer que la variation des structures des gaines de myéline servent à créer différent retard de signaux, permettant au final de temporiser l'enchainement de la procédure motrice.

    Du coup, ça pourrait expliquer les maladies mentales lié aux mutations des gènes qui organise sa mise en place : les rapports humains, leur stratégie notamment, implique un timing, qui est en fait une sorte de convention.
    A l'état sauvage, les animaux sont en concurrence pour la nourriture et la chasse : les neurones sont donc optimiser pour réaliser des tâches physiques, et le timing est utiliser dans la réalisation de comportement d'ordre mécanique, variable en fonction de l'anatomie et la réaction musculaire. La chimie du cerveau, qui elle organise la structure des liaisons nerveuses, n'a donc pas besoin d'aller plus vites que ne l'impose l'évolution physique de l'animal.

    Mais même depuis que l'homme utilise son cerveau pour des activités purement intellectuelles, dé corrélées de la physique matériel, en grande partie interne, la myéline et le timing doivent toujours influencer la vitesse de l'activité intellectuelle, et ceux toujours en relation avec l'activité chimique du cerveau. Si pour un individu, l'activité éléctrique devient un peu plus rapide ou plus lente que le niveau moyen, on risque de voir apparaître des phénomènes de désynchronisation avec l'activité chimique lente (la réorganisation de la structure) : cela expliquerait donc les troubles du comportement.

    Qu'en pensez vous ?
    certe, j'avoue mon "crime" !
    mais il vaut mieux tirer des plans hasardeux que de ne rien tirer dutout..

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    invite73192618

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    Ma question est la suivante : peut on imaginer que la variation de la taille et de l'épaisseur des gaine de myéline servent en faite de synchronisateur, de temporisateur des signaux ?
    Pas vraiment, non. A la rigueur ce serait plutôt du côté de la longueur: les pa sautent de noeuds de Ranvier en noeud de Ranvier, donc une longueur plus grande correspondrait à une vitesse plus grande. Par contre ça augmenterait aussi les chances que le pa ne se rend pas au noeud de Ranvier suivant...

  8. #6
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par Jiav Voir le message
    Pas vraiment, non. A la rigueur ce serait plutôt du côté de la longueur: les pa sautent de noeuds de Ranvier en noeud de Ranvier, donc une longueur plus grande correspondrait à une vitesse plus grande. Par contre ça augmenterait aussi les chances que le pa ne se rend pas au noeud de Ranvier suivant...
    ah ça me fait plaisir !
    Nous sommes d'accord pour dire que la fréquence des Nœud de ranvier détermine la vitesse de transmission du signal, c'est d'ailleurs dit dans l'article.
    Prenons ça pour dit, et considérons que l'organisation du système contrôle la vitesse du signal à fréquence des nœuds. La question n'est pas là, je propose l'hypothèse (j'ai avoué mon crime) que les troubles du comportement viennent d'une inadéquation entre vitesse du signale (qui était jusque là séléctionné à l'échelle de l'évolution par le mouvement et la chasse) et optimisation chimique de la structure du réseau.

  9. Publicité
  10. #7
    bardamu

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    (...) La question n'est pas là, je propose l'hypothèse (j'ai avoué mon crime) que les troubles du comportement viennent d'une inadéquation entre vitesse du signale (qui était jusque là séléctionné à l'échelle de l'évolution par le mouvement et la chasse) et optimisation chimique de la structure du réseau.
    Bonjour,
    même si il y avait une variation de la distance entre noeuds de Ranvier, c'est-à-dire une modification de la taille des cellules de Schwann, un réseau de neurone s'adapterait pour avoir une synchronisation correcte : c'est l'activité d'apprentissage du piano qui va sélectionner dans le cerveau quelles liaisons neuronales sont renforcées pour réaliser correctement la tâche.
    Ceci étant, pour le rapport entre troubles et synchronisation, on peut peut-être avoir quelques indications du côté de l'épilepsie. Certains signes cliniques associés à l'épilepsie sont parfois d'apparence psychiatrique (hallucinations, angoisses etc.).
    Mais, si il semble assez évident que des excès ou des insuffisances de synchronisation provoquent des problèmes, ramener toute explication des troubles du comportement à ces questions serait peut-être forcer les choses.
    Par exemple, la dépression semble liée au taux de sérotonine et dans ce cas l'explication "chimique" prévaudrait.
    Ethica, IV, 43 : Titillatio excessum habere potest et mala esse.
    Spinoza

  11. #8
    invite73192618

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    Nous sommes d'accord pour dire que la fréquence des Nœud de ranvier détermine la vitesse de transmission du signal, c'est d'ailleurs dit dans l'article.
    Prenons ça pour dit, et considérons que l'organisation du système contrôle la vitesse du signal à fréquence des nœuds.
    Ce n'est pas trivial de passer de "un changement dans X aurait un effet sur la vitesse" à "la vitesse est contrôlée par X". Par exemple la température a aussi un effet sur la vitesse; faut-il en conclure que la température contrôle la vitesse? Non bien sur: l'effet est tout petit donc les variations physiologiques aboutissent à des différences de vitesse (très très) probablement négligeables.

    Donc avant de te lancer dans l'explication d'une pathologie (!), il faudrait d'abord que tu saches si ce mécanisme (contrôler la vitesse par la longueur des cellules de Schwann) est plausible. En y réfléchissant, il me semble que tu pourrais chercher dans la littérature scientifique si la vitesse (maximale) de conduction diffère pour des nerfs courts versus long.

    En effet si on se fait toucher en même temps l'épaule et le bout du pied, c'est perçu de manière synchrone malgré des longueurs de nerfs différents. Si la longueur des gaines de myéline était utilisée comme mécanisme pour ajuster la synchronie des signaux, alors tu devrais t'attendre à ce que la vitesse de conduction dans les nerfs longs soit différente (i.e. plus rapide) de la vitesse de conduction dans les nerfs courts. Je suis presque certain que les données existent, mais à toi de les chercher si cette question t'intéresse vraiment.

    Citation Envoyé par caribou.volant Voir le message
    Salut Est-ce possible d'avoir l'article ou les références
    Karine
    +1

    EDIT croisement

  12. #9
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par bardamu Voir le message
    Bonjour,
    même si il y avait une variation de la distance entre noeuds de Ranvier, c'est-à-dire une modification de la taille des cellules de Schwann, un réseau de neurone s'adapterait pour avoir une synchronisation correcte : c'est l'activité d'apprentissage du piano qui va sélectionner dans le cerveau quelles liaisons neuronales sont renforcées pour réaliser correctement la tâche.
    Ceci étant, pour le rapport entre troubles et synchronisation, on peut peut-être avoir quelques indications du côté de l'épilepsie. Certains signes cliniques associés à l'épilepsie sont parfois d'apparence psychiatrique (hallucinations, angoisses etc.).
    Mais, si il semble assez évident que des excès ou des insuffisances de synchronisation provoquent des problèmes, ramener toute explication des troubles du comportement à ces questions serait peut-être forcer les choses.
    Par exemple, la dépression semble liée au taux de sérotonine et dans ce cas l'explication "chimique" prévaudrait.
    merci, je sais lire les articles. Pas la peine de me les réexpliquer. Pourquoi quand on vient parler de quelque chose qui n'a pas été écrit par d'autre, on tourne toujours en boucle.. ??
    Je ne parle d'insuffisance dans la détermination des vitesses "optimales" par rapport à soit même, à ces objectifs mais par rapport à la capacité d'optimisation de celle des autres. Qu'est ce qu'un paranoïaque, et la réalité paranoïaque (connaissait vous déjà le sens de l'expression ?) si ce n'est la capacité d'envisager les motivations inconscientes des gens avant eux ?
    Ne s'agit il donc pas clairement d'une variation entre vitesse d'établissement globale d'un individu à l'autre, de prévision d'un comportement, entre individu ?
    Qui produit un trouble évident, somme toute logiquement : le paranoïaque voit le mal chez l'autre avant que lui même ne le voit et se corrige... L'intervalle de temps est ce qui donne sa raison d'être au doute à notre paranoïaque, car il y a réellement une réalité dans l'expression inconsciente de l'autre, qui signifie l'existence du "mal" avant que l'autre ne la corrige.
    Et d'ailleurs, en réalité, dans un société avec un niveau de projection encore plus bas, l'autre est réélement un stratége hypocrite profitant de l'arrêt de son contrôle, en acceptant d'avoir des faiblesses, ce qu'il nomme son "soit".. Ce qui, chez notre paranoïaque, relève de l'enfantillage tant il est plus controler du fait de sa plus rapide efficacité...

    Comprenez vous vraiement de quoi je parle ? Enfin.. j'aurais essayé.

  13. #10
    invite73192618

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    Comprenez vous vraiement de quoi je parle ?
    Pas du tout. Ce message ne semble avoir aucun sens.

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    Pourquoi quand on vient parler de quelque chose qui n'a pas été écrit par d'autre, on tourne toujours en boucle.
    Plusieurs hypothèses sont envisageables.
    1) ce que "on" raconte est déjà bouclé dans l'esprit de "on"
    2) la façon de "on" de répondre est grossière envers ceux qui essaient de aider "on", ce qui fait que "on" finit par parler tout seul

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    merci, je sais lire les articles. Pas la peine de me les réexpliquer.

  14. #11
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    ok.. faite abstraction de mon empressement et de mon absence de rigueur orthographique.
    Vous avez A et B, deux individus qui vivent ensemble.
    A fait une projection à long terme de son état biologique, il fait des projets sur le déroulement de sa vie, tout comme B.
    Il y a un gateau sur la table : qui va manger le gateau ? La vie est une concurrence, et c'est bien le résultat des actes de A et B qui va déterminer qui de A ou de B va manger le gateau.
    Imaginez que la faim de A interviennent dans la structure de ces choix..
    C'est normal : la partie supra consciente, qui détermine la personnalité, l'identité, qui définit ce dont nous avons envie et à quelle moment, quelle motivation nous avons.. c'est "l'inconscient".
    A a envie de tuer B pour avoir le gateau et inversement.
    Mais A et B sont civilisés : ils se retiennent. De nos jours, le meurtre de A sur B ou l'inverse, se joue sur de grande échelle, tristement nié, et qui nous retombe toujours dessus : les guerres, les conflits, les choix identitaires et culturels : au final, nous ne sommes pas dans un monde ou le gateau et simplement coupé en deux. Certe le travail de l'un compense normalement l'injustice éventuelle et fait progressé l'humanité.
    Mais dans le cas de deux personnes, A et B, la vrai question est : jusqu'à ou sont ils civilisés ? A quelle niveau de stratégie commencent il a tuer l'autre pour avoir le gateau ?
    Si A et B sont au même niveau de conscience, il vont se disputer à armes égales. Mais si A pense plus vite que B, il y a un risque que A voit dans la gentillesse de B les prémisses de la stratégie méritoire pour le tuer, avant même que B corrige son attitude inconsciente, car lui même l'ignore, n'y ayant pas encore pensé.
    Le fameux
    "- aprés vous ! - mais je vous en prie, aprés vous ! - merci ! très bon ce gateau !"

    Enfin c'était un peu hors sujet. L'idée principale et l'existence d'une vitesse commune de communication sociale.. par exemple : quand faut il dire "pardon", ou quand on a fait souffrir quelqu'un, quand faut il revenir ? Quand faut il rappeler aprés un rendez vous amoureux ? (alors que concrétement, aprés le rendez vous, vous n'obtenez plus aucune nouvelle information sur la personne)
    Il s'agit bien de vitesse émotionnel, stratégique.. de temps qu'il faut pour connaitre et penser la réalité sociale.
    Mon idée est que cette vitesse sociale est définit par une série de code, une moyenne admise de rapport entre fantasme et réalisation. Tout ce qui est dicté à la base par le rapport entre la réorganisation des circuits neuronaux et réflexe sous l'impulsion des hormones (car les hormones sont l'ultime juge de la valeur d'un comportement) et le choix conscient d'inhibé ou de produire tel ou tel acte (à travers l'activité consciente)..
    Pour vous donner une meilleurs images : la conscience humaine est comme une série de chenaux dont s'écoule notre énergie, précisément notre besoin de résolution de douleur, de satisfaction des instincts, qui produit l'acte. Comme le bébé qui pleure tremble et se secoue aléatoirement : c'est la douleur de la faim qui produit une activité. Au fur est à mesure de l'organisation du cerveau, le flux d'action est canalisé entre divers acte en fonction de l'observation : quand on a faim, il faut se lever, ouvrir le frigo, prendre la nourriture : le cri et le tremblement du bébé à été canalisé en une séquence d'acte efficace pour combler la faim.
    Il y a deux forces qui organise le flux, et détermine ces actions : chez tout les mammifères : la séléction des comportements par l'instinct. Cela ce manifeste à notre conscience par l'envie et la répulsion : mettez la main dans le feu, le lendemain, il vous faudra lutter contre vous même, pour le refaire. Cette réorganisation par l'instinct, c'est l'inconscient. ce qui se produit quand vous rêvez (à part la mise en cohérence des expériences diverses, il y a aussi le positionnement de soi). Pour dire ça plus simplement : nos réflexes, nos habitudes, leur nombre et leur forme, change lentement, spontanément, selon qu'il nous font plaisir ou mal. C'est en somme une réorganisation du comportement par le bas (le bas du corps en somme, l'instinct).
    Il y a une deuxiéme façon de controler ces réflexes : la conscience. La manipulation formelle des conceptes perceptifs, la réflexion et la pensé, nous conduit à produire un comportement par la raison, par la volonté la logique.
    Je n'ai pas envie d'aller au travail, je suis fatigué, j'ai faim, et pourtant j'y vais : je sais que je vais au final gagné de l'argent pour manger et dormir au chaud. Je fais un "effort" de "volonté", par rapport à ma simple envie. Ce controle directe de soi par la conscience, agit en contrecarrant en quelque sorte l'envie. On inhibe une envie, ou alors on force un acte. Cette action, produit à force, une réorganisation du circuit instinctif, par l'extérieur, par le "haut", par la conscience logique et souvent verbale. Une fois, que l'acte rationnel produit ces fruits rééls, cela peut conduire à la fortification instinctive, cette fois du comportement. Le salaire reçu donne envie de continuer à travailler.
    Bref. C'est comme un arbre dont les noeuds seraient les choix (souvent d'ailleurs on conserve le souvenir du moment ou ont fait des choix capitaux) . L'arbre pousse tout seul et s'étoffe, se structure face à la réalité : tel situation, tel choix.
    Mais il y a une branche, la conscience, qui dispose de la possibilité de couper ou d'aider les autres branches. C'est l'action consciente en temps réél : j'ai envie de manger se gateau dans la vitrine, mais c'est trop cher et ça fait grossir : je me retient et prend l'habitude de ne pas manger les gateaux dans les vitrines.
    L'idée que je propose est que la différence de vitesse relative entre ces deux phénomènes, d'un individu à l'autre, pour des raisons purement génétiques, peut conduire à des inadéquations sociales, et donc, par effet boule de neige, à des pathologies psychatrique. Et donc l'origine de la variation de ces vitesses pourrait être la fréquence des noeuds de Ranvier et la détermination de cette fréquence.

  15. #12
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    Pour vous donnez un autre exemple : un bon modéle de la façon dont la chimie intervient dans le comportement, c'est le tabac (et les autres affreuses drogues dures).
    Un fumeur "oublie" le mauvais goût du tabac, rêve de cigarette, l'idée même d'arrêter de fumer disparait, la motivation s'envole..
    Le conflit entre la logique qui veut qu'on ne dépense pas de l'argent pour un plaisir artificiel qui n'a aucun intêret durrable et fil le cancer, et l'envie chimique de fumer est typique des rapports entre envie et volonté. Un héroînoman volerait ça mère, comme un affamé volerait à l'étalage : la raison n'intervient que comme autorisant ou inhibiteur de l'acte instinctif, qui lui se programme tout seul..

  16. Publicité
  17. #13
    Saint-Sandouz

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    L'idée principale et l'existence d'une vitesse commune de communication sociale.. par exemple : quand faut il dire "pardon", ou quand on a fait souffrir quelqu'un, quand faut il revenir ? Quand faut il rappeler aprés un rendez vous amoureux ? (alors que concrétement, aprés le rendez vous, vous n'obtenez plus aucune nouvelle information sur la personne)
    Il s'agit bien de vitesse émotionnel, stratégique.. de temps qu'il faut pour connaitre et penser la réalité sociale.
    Mon idée est que cette vitesse sociale est définit par une série de code, une moyenne admise de rapport entre fantasme et réalisation. Tout ce qui est dicté à la base par le rapport entre la réorganisation des circuits neuronaux et réflexe sous l'impulsion des hormones (car les hormones sont l'ultime juge de la valeur d'un comportement) et le choix conscient d'inhibé ou de produire tel ou tel acte (à travers l'activité consciente)..
    Comme Jiav j’ai beaucoup de mal à comprendre ton argumentation.
    Il semble que tu ramènes tout à une vitesse dans la transmissions neuronale. À ma connaissance on n’a pas déterminé de différence entre individus sur ce plan.

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    Je ne parle d'insuffisance dans la détermination des vitesses "optimales" par rapport à soit même, à ces objectifs mais par rapport à la capacité d'optimisation de celle des autres. Qu'est ce qu'un paranoïaque, et la réalité paranoïaque (connaissait vous déjà le sens de l'expression ?) si ce n'est la capacité d'envisager les motivations inconscientes des gens avant eux ?
    Ta description de la paranoïa est fausse. Selon la définition, le paranoïaque perçoit chez autrui une intention de lui nuire à lui personnellement. Ce n’est pas une question de vitesse de perception, c’est une fausse perception ou une interprétation : ce qu’il croit percevoir n’existe pas ou en tout cas ne peut pas être perçu. Par exemple il roule sur la file de droite d’une autoroute et « voit » que les automobilistes qui descendent la bretelle d’accès ont l’intention de se faufiler devant lui personnellement pour le gêner et prendre sa place. Il se colle à la voiture qui le précède pour garder sa place, il garde bien sa droite pour interdire à cet être par définition hostile de lui nuire. Un non parano normal, qui ne voit à priori aucune hostilité chez autrui, se déporte sur la gauche pour laisser l’autre entrer sur l’autoroute sans être gêné soi-même dans un protocole gagnant-gagnant.

    Citation Envoyé par One Eye Jack Voir le message
    ok.. faite abstraction de mon empressement et de mon absence de rigueur orthographique.
    Ton empressement ne pose pas de problème. Par contre la question de l’orthographe et de la syntaxe ne relève que de l’efficacité. Pour que la communication soit la plus fluide il est nécessaire d’utiliser un code commun à tous les locuteurs. Plus on s’écarte de la norme moins c’est efficace et fiable.
    C’est donc à toi de voir sur tu veux être compris au mieux.

    ND
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  18. #14
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par Nicolas Daum Voir le message

    Ton empressement ne pose pas de problème. Par contre la question de l’orthographe et de la syntaxe ne relève que de l’efficacité. Pour que la communication soit la plus fluide il est nécessaire d’utiliser un code commun à tous les locuteurs. Plus on s’écarte de la norme moins c’est efficace et fiable.
    C’est donc à toi de voir sur tu veux être compris au mieux.

    ND
    Ok, mais question "efficacité" et "fiabilité" la langue 'française' laisse à désirer.
    On devrait concevoir la langue comme on conçoit un language informatique : pas d'exception, une écriture égale à la prononciation, une grammaire proche de la description physique de chose et des lois qui les gouvernent.

  19. #15
    Saint-Sandouz

    Re : Substance blanche

    Tu reviens sur un débat qui a déjà plusieurs siècles à propos de l’imperfection des langues naturelles. Pourrait-on perfectionner les langues existantes ? À défaut, pourrait-on créer une nouvelle langue sans les limites de celles-ci, selon des règles aussi parfaites que possibles et, comme tu le suggères, un peu sur le modèles des langages informatiques ou logiques ? À ces deux questions il y a deux réponses définitives : non et non.
    Par contre il y a des améliorations possibles à l’orthographe, comme la réforme de 1991, que les Français ont refusé tout net mais que j’applique moi-même.
    De toutes façons, peu importe les qualités propres de la langue, ce n’est pas le lieu pour en discuter, c’est une convention admise, on n’a pas d’autre choix que de s’y soumettre.

    ND
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  20. #16
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par Nicolas Daum Voir le message
    Tu reviens sur un débat qui a déjà plusieurs siècles à propos de l’imperfection des langues naturelles. Pourrait-on perfectionner les langues existantes ? À défaut, pourrait-on créer une nouvelle langue sans les limites de celles-ci, selon des règles aussi parfaites que possibles et, comme tu le suggères, un peu sur le modèles des langages informatiques ou logiques ? À ces deux questions il y a deux réponses définitives : non et non.
    Par contre il y a des améliorations possibles à l’orthographe, comme la réforme de 1991, que les Français ont refusé tout net mais que j’applique moi-même.
    De toutes façons, peu importe les qualités propres de la langue, ce n’est pas le lieu pour en discuter, c’est une convention admise, on n’a pas d’autre choix que de s’y soumettre.

    ND
    alors là vous me faites bien marré.. avec vos affirmations.. D'une part la plupart des langues ont été améliorer plusieurs fois par plusieurs réforme par les différentes autorités..
    Ensuite on a bien entendu pu imposer et parler des langues qui ne l'étais pas à priori.. l'hébreux à été ressuscité en Israêl il me semble..
    Il faudrait plutôt dire que les gens sont des bœufs qui refuse de changer.
    honnêtement, l'anglais et l'allemand sont déjà bien plus logique et efficace que le français. Il est facile de mesurer l'efficacité d'une langue : on écrit une histoire dans les deux langues et on compte les lettres..

    Quand au choix de s'y soumettre.. vous allez faire quoi ? M'arrêter ? Me banir ? Refuser de lire mes messages ? Le choix je l'ai toujours et ça fait longtemps que j'ai choisi.

  21. #17
    Saint-Sandouz

    Re : Substance blanche

    Ce n’est absolument pas le lieu de discuter de ça, surtout des lieux communs que tu exprimes.
    Pour résumer : si tu parles Chinois dans un groupe de Français tu as peu de chance de pouvoir communiquer. Il vaut donc mieux se conformer à la norme.
    Ce que je dis est en effet dans ton intérêt. Bien souvent je ne lis pas les messages qui demandent un trop grand effort de décodage. Si jamais je pouvais répondre à la question posée c’est raté. À part ça il n’y a aucune police sur le forum.
    Fin de la discussion

    ND
    Travailler dur n'a jamais tué personne, mais je préfère ne pas prendre de risques.

  22. #18
    invite9321657

    Re : Substance blanche

    Citation Envoyé par Nicolas Daum Voir le message
    Ce n’est absolument pas le lieu de discuter de ça, surtout des lieux communs que tu exprimes.
    C'est pas parce que c'est commun que c'est faux ou un mauvaise argument (ni même l'inverse).

    Citation Envoyé par Nicolas Daum Voir le message
    Pour résumer : si tu parles Chinois dans un groupe de Français tu as peu de chance de pouvoir communiquer. Il vaut donc mieux se conformer à la norme.
    Ce que je dis est en effet dans ton intérêt. Bien souvent je ne lis pas les messages qui demandent un trop grand effort de décodage. Si jamais je pouvais répondre à la question posée c’est raté. À part ça il n’y a aucune police sur le forum.
    Fin de la discussion

    ND
    Merci, merci.. moi aussi, je critique la langue française dans l'interêt des français. L'un de nous a raison... lequel ?

    Enfin moi ce que j'en dis..

  23. Publicité

Discussions similaires

  1. Une substance non identifiée
    Par DrumQc dans le forum Chimie
    Réponses: 3
    Dernier message: 06/07/2008, 09h02
  2. démyélisation de la substance blanche
    Par rolandbarbey dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 1
    Dernier message: 03/05/2008, 01h00
  3. [Biochimie] substance chromatophile
    Par Jadéite dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 06/12/2007, 18h38
  4. Substance
    Par i.pollux dans le forum Chimie
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/03/2007, 07h45
  5. Substance introuvable ?
    Par Aion dans le forum Chimie
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/03/2007, 18h44