Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Le Perfectionnisme



  1. #1
    henrijoel

    Le Perfectionnisme

    Tout d'abord, voici un exemple de perfectionnisme:
    Vous êtes censée passée maximum 3 h00 pour faire
    un travail mais vous en passez volontier 10 heures à force de vouloir être parfait.


    Le perfectionnisme se développe habituellement dans l'enfance et peut être
    un mode d'être qui dure toute la vie. Une recherche montre que des enfants
    perfectionnistes de quatre et cinq ans réagissent avec une certaine détresse
    (anxiété et colère) devant l'échec à une tâche.
    Souvent, ce trait de personnalité vient du fait d'avoir eu un parent
    perfectionniste avec des attentes élevées pour soi-même et pour les autres.
    Il faut noter aussi que LE PERFECTIONNISME NUIT À LA
    SANTÉ MENTALE.

    Êtes-vous perfectionniste?
    Voici une liste de signes révélateurs selon Gordon Flett, un
    psychologue de l'Université de Toronto qui se spécialise dans l'étude du perfectionnisme:
    1. Vous ne pouvez arrêter de penser à une erreur que vous avez faite.
    2. Vous êtes très compétitif et ne pouvez tolérer de faire moins bien que d'autres.
    3. Vous voulez faire les choses très bien ou pas du tout.
    Ex. « si mon article n’est pas parfait, il est nul »
    4. Vous demandez la perfection aux autres.
    5. Vous ne demandez pas d'aide si cette demande peut être perçue comme une lacune ou une faiblesse.
    6. Vous persistez à une tâche longtemps après que les autres aient quitté.
    7. Vous vous faites un devoir de corriger les gens quand ils se trompent.
    8. Vous êtes grandement conscient des demandes et des attentes des autres.
    9. Vous êtes très soucieux de ne pas faire de fautes devant des gens.
    10.Vous remarquez les erreurs partout.

    -----

    Dernière modification par etoile64 ; 12/06/2008 à 06h30. Motif: pub

  2. Publicité
  3. #2
    mirroiratrou

    Re : Le Perfectionnisme

    Je suis heureux de ne pas être perfectionniste.

    Ca doit trop pourrir la vie.C'est une sorte de folie!
    A t-on besoin d'une raison pour aider quelqu'un?

  4. #3
    Jean-Guy

    Re : Le Perfectionnisme

    Bonjour à tous et à toutes

    Ce topic me rappelle quelqu'un qui, quand on lui parlait de perfection, répondait :
    La perfection? La perfection... Ah oui : ça me rappelle des souvenirs ça. J'ai dépassé ça depuis longtemps!
    Pourtant, ce n'était pas quelqu'un qui aimait se péter les bretelles. Mais quant même là, faut admettre que c'est un peu gros. Et il riait... (ce qui est quant même un signe de santé mantale, non?)

    Et, quand on lui demandait "Comment peut-on dépasser la perfection? C'est impossible : même l'atteindre est impossible!", il répondait
    Justement. La perfection, c'est ce qui n'a pas de défaut, non? Or justement, elle en a un : celui d'être impossible! Donc elle n'est pas parfaite. Donc, si on veut faire quelque chose de parfait, il ne faut pas viser la perfection!
    Comment peut-on affirmer que la perfection n'existe pas? Qu'est-ce qu'une qualité, qu'est-ce qu'un défaut? Une qualité ou un défaut ne se définissent qu'en fonction d'un but. Ce qui est une qualité dans une application ou une circonstance peut être un défaut dans une autre. Ci qelqun ki a de la misaire à écrir doit espliqué quelqe chose et sil l'espliquent bien et claire, et qu'on compran tous se qu'ils di, sont travaille est parfai. Car le but est atteint. Je me f*** complètement des ses fautes d'orthographe. Évidemment, ce serait une faute grave dans une dictée, par contre!

    Quelqu'un qui voit la perfection comme un absolu est complètement hors-sujet! Et malaaaaade!

    Cependant, j'avoue que moi, j'ai quelques symptômes décrits ci-haut. Oui je crois que ce qui mérite d'être fait mérite d'être "bien" fait. Mais que veut dire "bien" ici? Je répondrais avec une expression qu'on entend souvent ici, en Amérique, dans les industries : "EPC". "Effective for Purpose Claimed". (Réussi en fonction du but escompté.) Si on me demande de concevoir un amplificateur audio pour un téléphone, quel sens ça aurait de chercher à lui donner une bande de 15Hz à 25KHz, un rapport signal-bruit de 90dB et une distorsion de 5 parties par million? Cet amplificateur "parfait" a un très gros défaut : il est inutilement coûteux à concevoir et à fabriquer étant donné que le signal qu'il doit amplifier porte de 300Hz à 3KHz, a un rapport signal-bruit souvent inférieur à 30dB et une distorsion qui dépasse parfois le 10%. Cet ampli ne serait pas "EPC". Ça, ce n'est pas de la perfection, c'est du perfectionnisme, ce qui est loin, très loin d'être la même chose!

    Je "souffre" aussi du symptôme 4 : demander la "perfection" aux autres. C'est pourquoi je tolère mal les perfectionnistes, ceux pour qui la "perfection" est une nécessité même quand elle ne sert à rien. Par contre, quand je dirige des projets, j'exige que ceux qui y oeuvrent atteignent (et même dépassent un peu) les exigeances du cahier de charges. Mais je n'accepte pas qu'on peine (et perde du temps, la ressource la plus précieuse qui soit) à faire mieux seulement pour faire mieux. À une exception près : quand c'est pour amusement ou comme exercice de perfectionnement personnel.

    Je "souffre" aussi du symptôme 6 : je persiste après que la plupart des autres aient lâché. Je suis tenace. Parfois, ça m'a amené à ce qu'un projet coûte plus qu'il ne rapportait. Ou, comme m'a dit un assistant :
    Pour ce projet-là, on "se paie" une job!
    Et pourtant, il était d'accord lui aussi. Pourquoi? Parce que, quand on "se payait" une job, c'était parce qu'elle nous fascinait et qu'on avait à y apprendre. Je suis très autonome et individualiste (ne pas confondre avec égoïste s'il vous plaît). En tant que consultant en électronique industrielle, et ayant acquis une assez bonne réputation, c'est moi qui choisissais mes clients et non l'inverse. Parce que ce qu'ils me demandaient était fascinant et que leurs projets n'allaient pas à l'encontre de mon sens de l'éthique. Donc, aimant ce que je faisais, j'étais d'accord pour y passer du temps...

    Ce gars pour qui la recherche de la perfection était un souvenir, et qui prétend l'avoir dépassée, il est encore vivant aujourd'hui. Il est même en train d'écrire un post sur ce sujet en ce moment...

    En effet, perfectionniste, malaaaaade, je l'ai déjà été. Ce n'était pas par amour de la perfection (quoique j'avais et j'ai encore cet amour) mais par ...dépendance affective!

    Dieu merci (et merci pas seulement qu'à Dieu!), des amis m'ont aidé. De sorte que je m'en suis sorti et ...j'ai dépassé cette "perfection" que je croyais nécessaire.

    C'est agréable, la liberté!!!!

    A+

  5. #4
    Mikka

    Re : Le Perfectionnisme

    désolé mais je vois pas trop ce que viens faire cette discussion dans ce forum?

    On est sur un forum scientifique normalement, et on parle de médecine dans cette rubrique pas de comportement.

  6. #5
    myoper

    Re : Le Perfectionnisme

    Bonjour,
    Poussé a un point "pathologique", cela peut etre un trouble obsessionnel ...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Jean-Guy

    Re : Le Perfectionnisme

    Bonjour à tous et toutes

    Je crois que cette discussion est intéressante et même pertinente parce qu'elle concerne un problème qui frappe plusieurs personnes, dont plusieurs oeuvrent justement dans le domaine des sciences et des technologies.

    Cependant, je me range à l'avis de Mikka :
    Citation Envoyé par Mikka Voir le message
    désolé mais je vois pas trop ce que viens faire cette discussion dans ce forum?

    On est sur un forum scientifique normalement, et on parle de médecine dans cette rubrique pas de comportement.
    Je crois que ce sujet a sa place sur ce "forum" (Futura Science) mais probablement pas dans "cette rubrique". Effectivement, ce sujet ne me semble pas concerner la médicine, dans le sens étroit du mot. J'avais lu les posts qui précèdent le mien sans remarquer que la discussion est dans "Santé, médecine générale".

    Tout en admettant que plusieurs médecins (peut-être une majorité) ont tendance à soigner la maladie plutôt que la santé du patient, et à mettre toute leur attention sur le corps, ne tenant pas compte que plusieurs maladies corporelles ont une origine dans le comportement (alimentation, sédentarité, relations, etc.) du patient, comportement qui découle souvent des émotions et obsessions du patient. C'est plus facile et rapide de prescrire un traitement anasymptomatique que de chercher la cause profonde, la racine de ces symptomes et de prescrire non un médicament, mais une action anapathogénique.

    A+

  9. Publicité
  10. #7
    myoper

    Re : Le Perfectionnisme

    Citation Envoyé par Jean-Guy Voir le message
    Je crois que ce sujet a sa place sur ce "forum" (Futura Science) mais probablement pas dans "cette rubrique". Effectivement, ce sujet ne me semble pas concerner la médicine, dans le sens étroit du mot. J'avais lu les posts qui précèdent le mien sans remarquer que la discussion est dans "Santé, médecine générale".
    Dans quelle rubrique classer les TOC ? Il me semble en avoir vu passer ici sur la timidité.

    Citation Envoyé par Jean-Guy Voir le message
    ... de chercher la cause profonde, la racine de ces symptomes et de prescrire non un médicament, mais une action anapathogénique.
    Tu veux dire faire une psychanalyse ? (ou tu penses a autre chose ?)

  11. #8
    Jean-Guy

    Re : Le Perfectionnisme

    Bonjour à tous et toutes
    Bonjour myoper

    Dans quelle rubrique classer ça? Je ne saurais dire. En effet, je ne suis pas familier avec cette section du forum, fréquentant plus souvent les sections physique, électronique, science ludique et philosophie des sciences, surtout concernant l'éthique.

    Non, je ne suggère pas la psychanalyse quand je parle d'action anapathogénique. À mes yeux (je ne me ferai pas que des amis ici!), la psychanalyse n'est pas une science, du moins au sens rigoureux ni méthodologique du terme. Je pense à des approches plus systémiques ou humanistes. Sans rejeter les approches analytiques, comme une forme qui allie humanisme, systémisme et analyse, la thérapie pour la DAO (Dynamique de l'Abus et de l'Oppression).

    A+

Sur le même thème :