Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 12 sur 12

antibiotique VS bactériophage




  1. #1
    quetzal
    salut a tous, j'ai entendu parler, ou plutôt vu une reportage sur les bactériophages et leurs vertus...
    celui présentait l'université de tbilissi en georgie et sa 'banque" de bactériophage...

    les bactériophages sont connut depuis près de 70ans il me semble, et n'ont pas connu le même essort que les antibiotiques... mais ils sont utilisé et très efficace pour toute les maladies d'origine bactérienne... c'est ainsi qu'il présente se fleurons de la médecine russe... ce reportage a été a l'initiative d'un laboratoire américain qui finance cette université deshérité par la fin du régime communiste en echange du savoir recueillit pendant 70ans par cette université...

    j'aimerais savoir ce qu'il en est de la recherche sur les bactériophages et pourquoi ne remplace t il pas les amtibiotiques dans les hopitaux au vu et su du problèmes des maladies nosocomiales...
    car vu les résultats obtenu par les chercheur russes avec les bactériophages il me semble étrange que l'on en entende si peu parler...

    j'ai vu se reportage il ya au moins cinq ans de cela..

    merci donc, pour toute vos précisions...

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Yoyo
    Salut,

    On a parle recement dans Nature de pouvoir combattre la maladie du charbon causée par B. anthracis, grace a un bacteriophage.

    Seulement il faut voir quelques limitations:
    - ils induisent une reaction immunitaire, donc dans le meilleur des cas tu l'utilises une fois et c'est fini. Mais bon c'est peut etre pas non plus une tres bonne idee de charger encore plus le systeme immunitaire deja mis a rude epreuve durant un infection.

    - Tout comme les antibiotiques, les bactéries peuvent y devenir resistant.

    - Il est probable que les bactériophages ne puissent pas se repartir dans l'organisme aussi facilement que les molecules d'antibiotiques.

    Yoyo

  4. #3
    quetzal
    a ce qu'il montrait, il ne peut y avoir de véritable résistance des bactéries au bactériophage, puisque le bactériophage évolue de la même manière que "sa" bacterie, puisqu'il en est le prédateur...

    a ce qu'il montrais les populations locales(géorgie) ont largement bénéficié de ce type de traitement qui ne ne semblait causer aucun effet secondaire notable, le bactériophage ne s'intérressant qu'a sa proie(si j'ose dire)

    enfin, les bactériophages disparraissent d'eux-même du fait de l'abscence de bactérie...

    il montrait leur méthode de soin... en cas de maladie nosocomiale par exemple, ils recupèrent un peu des eaux usées de l'hopital universitaire, et font des cultures de la bacterie incriminé, tout en y ajoutant des goutes de ses eaux usées, en attendant de trouver le bactériophage prédateur de la bactérie, celui-ci trouvé, il cultive le bacteriophage sur la souche bactérienne... puis après épuration et autre manip, se contente de faire une injection au malade... résultat, guérison rapide du malade, en des proportion plus que raisonable(combien je ne me rapelle plus)

    bref, cela fait 70ans qu'ils travaille dessus et qu'ils soignent les gens avec, sans que les population ne disent quoique se soit, se sont plutôt elle qui se déplace de loin pour recevoir ce type de soins... leur collection de phage doit-etre estimé a plus de 30 000...

    bon tout ça c'est de mémoire... mais je reste perplexe que ce savoir soit s'y peu documenter en français... et qu'on en parle pas comme une panacée, du moins un remplacent radical a nos antibiotiques a bout de souffle...

    http://www.prolune.org/streptococcus.htm (bon pas très scientifique, mais j'ai trouvé que ça, qui se raporte a leur utilisation en médecine)


  5. #4
    kinette
    Bonjour,
    ce qu'il montrait, il ne peut y avoir de véritable résistance des bactéries au bactériophage, puisque le bactériophage évolue de la même manière que "sa" bacterie, puisqu'il en est le prédateur...
    Au contraire... lorsqu'une espèce subit des pressions de sélection importantes et régulières de la part d'ennemis elle développe des modes de résistance. Bien sûr les ennemis vont déelopper des contre-résistances, etc...
    Mais des résistances aux bactériophages sont connues.
    Si on utilise des bactériophages dans le traitement d'infection on a pas mal de chances de voir des souches résistantes de bactéries se développer (résistances souvent préexistantes, comme c'est le cas pour les antibiotiques). Comme il est difficile de "faire pousser" une grande variété de souches de bactériophages en même temps il y a de grandes chances que les souches injectées n'aient pas le potentiel évolutif suffisant pour contrecarrer ces résistances.

    a ce qu'il montrais les populations locales(géorgie) ont largement bénéficié de ce type de traitement qui ne ne semblait causer aucun effet secondaire notable, le bactériophage ne s'intérressant qu'a sa proie(si j'ose dire)
    enfin, les bactériophages disparraissent d'eux-même du fait de l'abscence de bactérie...
    Il me semble qu'il y a rtès longtemps qu'on pense utiliser les bactériophages dans le traitement d'infections...
    Je ne suis pas sûre (mais je n'ai pas vu le reportage) que le bénéfice de ce type de traitement soit si important... bref je reste sceptique.

    il montrait leur méthode de soin... en cas de maladie nosocomiale par exemple, ils recupèrent un peu des eaux usées de l'hopital universitaire, et font des cultures de la bacterie incriminé, tout en y ajoutant des goutes de ses eaux usées, en attendant de trouver le bactériophage prédateur de la bactérie, celui-ci trouvé, il cultive le bacteriophage sur la souche bactérienne... puis après épuration et autre manip, se contente de faire une injection au malade... résultat, guérison rapide du malade, en des proportion plus que raisonable(combien je ne me rapelle plus)
    Bon pourquoi pas... si quelqu'un ici a un peu de temps pour trouver lpus d'infos sur le sujet...

    bref, cela fait 70ans qu'ils travaille dessus et qu'ils soignent les gens avec, sans que les population ne disent quoique se soit, se sont plutôt elle qui se déplace de loin pour recevoir ce type de soins... leur collection de phage doit-etre estimé a plus de 30 000...
    70 ans... le prix nobel de Jacob & co date de quand?

    En tout cas les bactériophages sont des "bestioles" passionnantes qui ont permis d'énormes avancées en biologie...

    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  6. #5
    quetzal
    de ce que je sais de l'histoire des bactériophages, c'est que ceux-ci ont été en concurence directe avec les antibiotiques dans les années 20, mais que les antibiotiques ont gagné la partie du fait je crois d'un mode d'utilisation plus efficace, la péniciline avait alors raison de toute les bactéries, ce qui la rendue très populaire....

    bon je cite ça de mémoire, seule l'idée d'une supplantation des bactériophages par les antibiotiques reste... et ce jusqu'a aujourd'hui ou l'on sait que les bacteries devellope des résistances...

    bref, ce qui me choque par exemple, c'est que cette méthode pourrait très bien servir pour la décontamination de réseaux d'eau chaude contaminé par la légionélose... sans parler des 10 000 mort dû aux maladies nosocomiale chaques années en france, et je n'en parle pas dans le monde...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Yoyo
    Citation Envoyé par quetzal
    bref, ce qui me choque par exemple, c'est que cette méthode pourrait très bien servir pour la décontamination de réseaux d'eau chaude contaminé par la légionélose... sans parler des 10 000 mort dû aux maladies nosocomiale chaques années en france, et je n'en parle pas dans le monde...
    Non ca ne pourrait certainement pas servir a cela.
    Mets un bacteriophage dans l'eau (chaude ou froide) et ut vas voir ce qu'il va lui arriver.... il va exploser! a cause des pressions osmotiques.

    Deplus comme je 'lai dit, et comme l'a tres bien preicser kinette, les bacteries vont developper des resistances, d'autant plus facilement que la plus part des bacteriophages ont des modes de penetration dans la bactérie tres specifiques. Alors une mutation et hop le bacteriophage ne rentre plus, s'il ne rentre plus, il ne peut pas se reproduire, donc pas de selection, donc totalement inneficace.

    En general les antibio ciblents des etapes absolument essentiels de la multiplication bactérienne. Les resistances sont possibles mais en generale elles ne touches que peux la cible meme de l'antibiotique. La meilleur facon de resister etant alors, soit d'expluser le medicament soit de le transformer en le rendant inactif.

    Enfin un dernier parametre a prendre en compte est que la lyse bacterienne entrainée par le bacteriophage n'est pas immediate (puisqu'il faut au prealable que le bacteriopahe se multiplie), bref ca prends du temps. Or en cas d'infection c'est le temps qui est essentiel pour juguler la progression de la maladie.

    Yoyo

  9. #7
    quetzal
    mais alors que penser des résultats jugés très prometeur par l'auteur du liens cité plus haut, faisant cas d'une étude récente publié par l'Université Rockefeller de New York... cette étude doit-etre trouvable??

  10. Publicité
  11. #8
    quetzal

  12. #9
    John78
    Salut

    Citation Envoyé par Yoyo
    Enfin un dernier parametre a prendre en compte est que la lyse bacterienne entrainée par le bacteriophage n'est pas immediate (puisqu'il faut au prealable que le bacteriopahe se multiplie), bref ca prends du temps. Or en cas d'infection c'est le temps qui est essentiel pour juguler la progression de la maladie.

    T4 lyse complétement une culture de Coli en DO 0.2 en 2 heures. C'est vachement rapide !!

    Mais il n'est pas dis que la thérapie phagique fonctionne pour autant. Mais et les enzymes anti-bactériennes produitent par les phages ? Certaines boites de biotech l'ont bien compris....

    Les virus c'est un monde merveilleux, je le répete pour la 100X

    A+
    John

  13. #10
    Yoyo
    Citation Envoyé par John78

    T4 lyse complétement une culture de Coli en DO 0.2 en 2 heures. C'est vachement rapide !!
    Oui en effet c'est tres rapide, meme si Coli double en 30min
    ceci dit c'est in-vitro et in-vivo rien n'empeche de penser que cesera bcp plus lent, notamment parceque les bacteries pourraient etre sous forme de biofilms non?

    Il me semble aussi que les enzymes de restriction, avant des des outils moleculaires bien pratiques, sont des moyens de defence contre l'injection d'ADN etrangé non?

    Yoyo

  14. #11
    kinette
    Attention, une chose à savoir aussi: la lyse des bactéries si elle se produit rapidement peut avoir des effets encore pire que le mal, entraînant un rejet de toxines massif.
    L'effet se produit naturellement avec certaines bactéries pathogènes, qui ont un bactériophage intégré (lysogène) qui lorsque la bactérie est soumise à un stress entraîne la lyse des cellules.
    Il me semble que sur ces bactéries, certains traitement antibiotiques peuvent entraîner la lyse, et ces fameux problèmes (j'espère que je ne raconte pas de bêtise, c'est un collègue qui bossait sur l'évolution de ces bebêtes, et la possible utilisation des phages par les bactéries lysogènes pour envahir une population de bactéries non lysogènes qui m'a raconté cette histoire).

    K.pside
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  15. #12
    John78
    Salut les jeunes

    Citation Envoyé par Yoyo
    ceci dit c'est in-vitro et in-vivo rien n'empeche de penser que cesera bcp plus lent, notamment parceque les bacteries pourraient etre sous forme de biofilms non?

    Possible, tout dépends de la diffusabilité d'un phage dans un biofilm donné. Là j'ai pas d'infos. Mais les phages sont de sacré prédateurs de bactéries et super efficace, c'est pour ça que les Russes veulent les utiliser.


    Il me semble aussi que les enzymes de restriction, avant des des outils moleculaires bien pratiques, sont des moyens de defence contre l'injection d'ADN etrangé non?
    Yoyo

    Ouais mais encore faut il trouver une enzyme qui n'attaque spécifiquement que l'ADN des bactéries et pas l'ADN des tissus humains. Il faut protéger spécifiquement l'ADN humain avec une méthylase qui inhibe spécifiquement l'enzyme. Théoriquement ca me parait pas évident.... Mais ???


    Attention, une chose à savoir aussi: la lyse des bactéries si elle se produit rapidement peut avoir des effets encore pire que le mal, entraînant un rejet de toxines massif.
    L'effet se produit naturellement avec certaines bactéries pathogènes, qui ont un bactériophage intégré (lysogène) qui lorsque la bactérie est soumise à un stress entraîne la lyse des cellules.

    Exact mais c'est justement l'interet des phages qui n'induisent pas de stress a la différence de plein d'autre substance. Avec le phage, y a pas de stress, il paralyse tout quand il rentre dans la cellule, détourne toute la machinerie cellulaire à son profit et lyse la bactérie en quelques minutes. C'est pour ça qu'avec la menace bioterroriste les phages ont recu un éclairage nouveau et des financements en veux tu en voilà. Même si ca marche pas pour le moment...

    A+
    John

Discussions similaires

  1. [Microbiologie] bactériophage lambda
    Par drysania dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 06/03/2008, 20h25
  2. campylobacter et bactériophage
    Par foxdie dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 26/03/2007, 11h12
  3. séroneutralisation d'un bactériophage
    Par âne dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 24/02/2007, 15h27
  4. virus bactériophage
    Par brialmont dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 05/05/2006, 14h44
  5. Antibiotique
    Par TPE_OGM dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 17/04/2005, 20h59