Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Volémie




  1. #1
    Azaaar

    Exclamation Volémie

    Bonjour/Bonsoir,

    J'ai cherché sur internet ce qu'était la volémie mais j'avoue ne pas avoir bien compris... La volémie c'est le volume total de sang circulant dans l'organisme, elle est répartie en volume plasmatique et volume globulaire ( essentiellement la quantité des globules rouges).

    Donc : Volémie = volume plasmatique + volume globulaire.

    Cependant il y a quelques choses que je ne comprends pas physiologiquement parlant comment la volémie peut-elle être modifié ? Genre augmenté ou diminué... Je propose une supposition par exemple l'EPO (Erythropoiétine) sécrété par le rein va stimulé la production de globule rouge (hématie) donc on aura une augmentation de la volémie c'est ça ? Mais concernant le volume plasmatique qu'est ce qui pourrait modifier le volume plasmatique ?

    -----


  2. #2
    myoper

    Re : Volémie

    Boissons abondantes, perfusion(s)...
    Myorphalotriptopyrogénètopterophale.

  3. #3
    DarkSATAN

    Re : Volémie

    Alors, la définition de la volémie est tout à fait juste, c'est le volume total du sang dans le circuit vasculaire qui comprend le plasma et les éléments figurés. Généralement, la formule du volume sanguin est la suivante :

    Où Hc est l'hématocrite. Généralement, l'hématocrite influence peu sur la volémie puisqu'elle ne sait varier autant que le volume plasmatique, mais il peut fortement faire varier la viscosité du sang. Dans la polycythémie, on retrouvera un sang dans la viscosité est augmentée, et dont le comportement se rapproche davantage d'un fluide non-newtonien (la relation entre contrainte de cisaillement et le taux de cisaillement n'est plus linéaire). L'hématocrite tourne généralement autour de 40% du volume sanguin total, chez un patient sain.
    Pour ce qui est du volume plasmatique, il résulte d'un équilibre entre les apports (absorption par le système digestif) et les exports (système néphro-urinaire, respiratoire, évaporation,...). Évidemment, les apports doivent compenser les exports pour ne pas tomber en déficit. Le plasma représente 7% du volume extracellulaire à lui-seul, et est responsable de réguler la composition du liquide interstitiel, qui est son ultrafiltrat. Le volume du compartiment plasmatique dépend évidemment de l'intensité des échanges qui s'opèrent entre les différents compartiments corporels dans lesquels il y a un passage de l'eau : l'eau est absorbée au niveau des intestins, et excrétée au niveau des reins principalement (le système respiratoire et cutané jouent également un rôle non négligeable). L'intensité de ces échanges dépend de ce qu'on appelle la pression nette d'ultrafiltration, qui dépend d'un équilibre entre les forces de Starling-Landis en présence, à savoir les pressions hydrostatiques et osmotique entre les deux milieux, mais aussi de la perméabilité vasculaire (définie par un coefficient de perméabilité) :



    La pression hydrostatique capillaire favorise la sortie de l'eau du compartiment sanguin vers la chambre urinaire, tandis que la pression oncotique (osmotique) capillaire s'y oppose. Inversement, la pression hydrostatique de la chambre urinaire s'oppose à la sortie de l'eau du compartiment sanguin, et la pression osmotique la favorise.

    En fait, une augmentation de l'osmolarité du plasma va s'accompagner d'une augmentation de la volémie. Les éléments qui exercent le plus une pression osmotique sont les éléments non diffusibles à travers la paroi : ils tendent à s'accumuler dans le plasma et exercer une pression osmotique. Les éléments qui savent diffuser à travers la paroi contribuent moins à la pression oncotique capillaire, puisqu'ils peuvent équilibrer leur gradient par leur diffusion. On parlera donc souvent d'un coefficient de réflexion pour une molécule donnée lorsque l'on veut évaluer la pression osmotique qu'il exerce. Dans le compartiment sanguin, ce sont les protéines plasmatiques qui sont le plus responsable de cette pression oncotique. Celles-ci sont principalement synthétisées par le foie : une insuffisance hépatique sera souvent accompagnée d'une diminution de synthèse des protéines plasmatiques, et leur déplétion dans le compartiment sanguin est accompagnée d'une baisse de la volémie et de la pression osmotique : l'eau a tendance à fuir du compartiment sanguin : il y a apparition d’œdèmes (notamment l'ascite dans le cirrhose du foie).

    Une augmentation de la pression hydrostatique capillaire sera également accompagnée d'une augmentation de la filtration de l'eau en dehors du compartiment. En général, elle provient d'une augmentation de la pression veineuse (aval du capillaire) plutôt que de la pression de perfusion artérielle (amont), notamment parce que les artérioles pré-capillaires savent moduler la résistance à l'écoulement et la pression de perfusion.


    En fait, le contrôle de la volémie est complexe et pluridisciplinaire : il te faudra étudier les systèmes néphro-urinaire, cardio-vasculaire, respiratoire, hématologique, endocrinien et nerveux et bien les comprendre, car chacun a sa part à jouer dans le contrôle de la volémie. Par exemple, le système nerveux et endocrinien jouent un rôle sur la volémie soit en jouant sur le tonus vasomoteur et les centres cardiorégulateurs, soit par l'axe hypothalamo-hypophysaire, par des décharges sur les neurones magnocellulaires des noyaux supraoptiques et paraventriculaires de l'hypothalamus, lesquels sécrètent au niveau de la neurohypophyse l'arginine-vasopressine (hormone antidiurétique, ADH), laquelle augmente la réabsorption de l'eau depuis les tubes connecteurs et collecteurs des néphrons, ce qui a tendance à augmenter la volémie. On a également l'axe Rénine-Angiotensine-Aldostérone qui joue un rôle important dans la régulation de la pression artérielle et de la volémie, mais aussi de la balance hydrosodée. Le système nerveux comprend également les centres de la soif, qui analysent l'osmolarité du sang.
    Un autre exemple se situe au niveau du cœur : les oreillettes (et en particulier l'oreillette droite) possède dans sa paroi des myocardiocytes endocrines dont la fonction de sécrétion est augmentée aux dépens d'une perte de fonction contractile. Ces cellules sécrètent le facteur natriurétique atrial et le BNF (facteur natriurétique encéphalique) en réponse à une surdistension de l'oreillette, ce qui indiquerait une "hypervolémie", et qui influence l'excrétion d'eau par le système néphro-urinaire.

    Normalement, la volémie doit être maintenue à une certaine valeur pour ne pas se retentir négativement sur les autres systèmes. Une hypervolémie augmente notamment la pression artérielle, la précharge, etc... Une prise d'alcool va normalement tendre vers un tableau d'hypovolémie en augmentant l'excrétion rénale : ce dernier agit notamment en inhibant la sécrétion d'ADH.


Discussions similaires

  1. Volémie
    Par Azaaar dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 1
    Dernier message: 19/05/2017, 16h53
  2. Contrôle de la volémie par le rein
    Par nrj06 dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/11/2015, 15h19
  3. [Divers] Volémie
    Par Cam13 dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 09/09/2009, 20h34
  4. [Physiologie] hydratation et volémie
    Par medcnes dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/11/2008, 14h58
  5. Biophysique-Volémie
    Par pierrereimbold dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 07/02/2008, 12h56