Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

La systole et la diastole



  1. #1
    Ex0dia

    La systole et la diastole


    ------

    Bonjour tous le monde,
    Je voudrais savoire la signification des soufles cardiaques et la signification de leurs différents types (soufles systoliques et diastoliques)

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    albanxiii
    Modérateur

    Re : La systole et la diastole

    Bonjour,

    Ce qu'on appelle un souffle, c'est une fuite. Le nom vient surement de ce qu'on entend avec un stéthoscope. Avec un échographe cardiaque, on peut aussi visualiser le reflux.
    A partir de là, il faut aller sur un site spécialisé pour connaître les différentes implications d'une fuite à telle ou telle valve cardiaque (il y a 4 valves cardiaques https://www.medtronic.com/fr-fr/pati...ardiaques.html).
    Not only is it not right, it's not even wrong!

  4. #3
    Ex0dia

    Re : La systole et la diastole

    D'accord albanxii Mercii

  5. #4
    Pterygoidien
    Animateur Biologie

    Re : La systole et la diastole

    Citation Envoyé par albanxiii Voir le message
    Bonjour,

    Ce qu'on appelle un souffle, c'est une fuite. Le nom vient surement de ce qu'on entend avec un stéthoscope. Avec un échographe cardiaque, on peut aussi visualiser le reflux.
    A partir de là, il faut aller sur un site spécialisé pour connaître les différentes implications d'une fuite à telle ou telle valve cardiaque (il y a 4 valves cardiaques https://www.medtronic.com/fr-fr/pati...ardiaques.html).
    Pas nécessairement.
    Tout d'abord, il convient de distinguer (même si le terme n'a pas été évoqué) bruit cardiaque et souffle cardiaque. Un souffle cardiaque est un bruit cardiaque, et il en existe bien d'autres. Nous distinguerons deux catégories de bruits cardiaques : les bruits cardiaques normaux (physiologiques), et les bruits cardiaques anormaux (pathologiques). Pour bien comprendre la signification derrière les bruits cardiaques, il est important d'avoir de bonnes notions de physiologie cardio-vasculaire.

    Les bruits cardiaques normaux

    Le fonctionnement normal du cœur produit deux bruits à chaque cycle cardiaque, correspondant à la fermeture des valves atrioventriculaires (tricuspide et mitrale) et ventriculo-artérielles (valves aortique et pulmonaire). Le premier bruit, B1, correspond à la fermeture des valves AV (tricuspide et mitrale) en début de systole. Lors de la mise en charge ventriculaire en phase isovolumétrique, dès que la pression intraventriculaire va passer au-delà de la pression intra-atriale, la valve AV d'amont va se refermer. Il s'agit d'un bruit sourd, grave et prolongé. Il est essentiellement représenté par la fermeture de la valve mitrale, qui opère sous des conditions de pression plus importantes, et le bruit B1 sera donc mieux perçu aux foyers mitral et apexien.

    Le deuxième bruit, B2, correspond à la fermeture de la valve ventriculo-atriale (les valves semi-lunaires : aortique et pulmonaire) en début de diastole. C'est un bruit qui est plus sec, claqué, perçu à la base. Il a en réalité deux composantes différentes, l'une pour chaque valve : une composante aortique, notée B2A et mieux perçue au foyer aortique, et une composante pulmonaire, B2P et mieux perçue au foyer pulmonaire. Ce bruit B2 peut être décomposé en ses composantes (dédoublement) de façon tout à fait physiologique en demandant au patient de prendre une inspiration profonde (B2A doit alors être perçu AVANT B2P). Dans les conditions physiologiques, la fermeture de la valve aortique précède celle de la valve pulmonaire, encore pour des raisons hémodynamiques (plus forte pression dans le réseau artériel d'aval qui précipite la fermeture en fin de phase éjectionnelle de la systole).

    Donc, dans le cœur d'un adulte sain, deux bruits doivent être perçus à chaque cycle : B1 et B2. Les deux bruits sont séparés par des périodes de silence (le petit silence entre B1 et B2, et le grand silence entre deux cycles, soit entre B2 du cycle précédent et B1 du cycle suivant). Dans certains cas, chez le sujet jeune et mince et la femme enceinte particulièrement, on peut retrouver un troisième bruit cardiaque qui n'est pas pathologique, c'est le B3, très sourd et peu intense, qui correspond à la phase de remplissage rapide initiale du ventricule gauche. Ce rythme en trois temps disparait normalement en orthostatisme. Lorsqu'il ne remplit pas ces conditions, alors il est pathologique.

    Les bruits cardiaques anormaux
    On retrouve plusieurs types de bruits pathologiques : modification d'intensité des bruits normaux, dédoublement anormaux, adjonction de bruits (bruits additionnels), ainsi que des souffles et des roulements, ou encore des frottements. Pour chaque anomalie il faudra décrire avec précision la phase du cycle où elle survient (systolique, diastolique), ainsi que sa durée ou les parties du cycle sur laquelle elle survient (proto- : en début de phase, méso : milieu de phase, télé : en fin de phase, holo : la phase entière, par exemple, un souffle proto-mésosystolique est un souffle qui intervient en début et milieu de systole).
    On retrouvera ainsi des bruits ajoutés (B3 pathologique - galop protodiastolique - et le B4 - toujours pathologique - le galop télédiastolique), ainsi que des claquements. En plus des bruits surajoutés (qui sont de durée brève), on a les souffles, les roulements et les frottements.

    Souffles cardiaques
    Pour ce qui est des souffles spécifiquement : les souffle sont la traduction d'un écoulement turbulent du sang dans le cœur ou dans les gros vaisseaux. Il ne s'agit pas nécessairement d'une fuite (flux rétrograde). Il peut s'agir soit : (1) d'un débit élevé à travers une valvule, que cette valve soit saine ou non, un flux antérograde qui traverse une valve sclérosée ou sténotique, ou finalement un flux régurgitant (fuite) au travers d'une valve incompétente, ou d'un orifice septal ou encore au travers d'un canal artériel non-occlus. La signification derrière un souffle va dépendre de ses caractéristiques, et il conviendra donc de bien le décrire : moment d'apparition dans le cycle cardiaque, durée, intensité, tonalité, forme ou morphologie (c'est à dire, l'évolution de la tonalité du souffle dans le temps : constant en intensité [rectangulaire], crescendo OU decrescendo [triangulaire], crescendo puis decrescendo [losangique]), siège d'audibilité maximale et irradiation. On distinguera trois catégories de souffle :
    • Le souffle organique, secondaire à des anomalies anatomo-pathologiques : sténose, perforation, capotage valvulaire, rupture des cordages
    • Le souffle fonctionnelle d'éjection ou d'obstruction par hyperdébit relatif à travers un orifice normal (par exemple, rétrécissement aortique fonctionnel en cas d'anémie ou de thyréotoxicose), ou des souffles fonctionnels de régurgitation à travers un anneau dilaté (par exemple, l'insuffisance mitrale fonctionnelle au cours de l'insuffisance ventriculaire gauche).
    • Le souffle innocent : il se retrouve sur un cœur sain. C'est le cas du souffle infundibulo-pulmonaire du jeune enfant, extrêmement fréquent, qui disparait avec la croissance.

    Par exemple, un souffle losangique méso/holosystolique - c'est à dire un souffle qui intervient en cours de systole avec une tonalité d'abord croissante puis décroissante - traduit le plus souvent un souffle systolique éjectionnel : il est lié à l'éjection turbulente de sang à travers une valve sigmoïde (aortique ou pulmonaire). Il débute après B1 et se termine avant B2 le plus souvent. Ils peuvent être de nature organique (rétrécissement ou sclérose valvulaire aortique, rétrécissement valvulaire pulmonaire, ou dans la cardiomyopathie hypertrophique obstructive), fonctionnel (souffle pulmonaire fonctionnel par hyperdébit sur une communication interatriale, par exemple), ou on peut retrouver le souffle innocent infundibulopulmonaire chez l'enfant, très fréquent et qui peut persister jusqu'à la jeune adolescence (particulièrement si le sujet est mince et émotif).

    Si vous voulez bien étudier la signification de chaque souffle cardiaque, il vous faudra acquérir des notions de sémiologie de l'appareil cardio-vasculaire. Si c'est la littérature qui fait défaut (je ne sais pas si vous êtes étudiant en médecine ou non), n'hésitez pas à demander et nous vous donnerons des recommandations.
    Dernière modification par Pterygoidien ; 23/01/2022 à 04h58.
    Bonjour et merci sont deux formules de politesse à la portée de tout le monde !

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Pterygoidien
    Animateur Biologie

    Re : La systole et la diastole

    Citation Envoyé par Pterygoidien Voir le message

    Le deuxième bruit, B2, correspond à la fermeture de la valve ventriculo-atriale (les valves semi-lunaires : aortique et pulmonaire) en début de diastole.
    Ventriculo-artérielle*
    Bonjour et merci sont deux formules de politesse à la portée de tout le monde !

Discussions similaires

  1. systole/diastole
    Par Weasley14 dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/04/2013, 18h51
  2. Définition - Diastole
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/09/2010, 16h27
  3. Définition - Systole
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/09/2010, 09h56
Découvrez nos comparatifs produits sur le sport et la santé.