Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 47

Des moyens de transport qui respectent la planete...




  1. #1
    eropsis
    A quand un monde ou les voitures voleront,seront non poluantes Actuellement il existe déjà des moyens de transport ecologiques tel que le tramway,le train magnétique,la voiture électrique... Tout n'est donc qu'une question d'économie ou est ce si difficile de creer(à mon avis c'est deja fait!) donc plutot devrais je dire de mettre en place ce genre de moyen de transport?
    Je me souvients avoir lu(il y a un moment) dans un science et vie,pour ne pas le nommer, que des scientifiques avaient trouvé une solution au problème de polution en créant une voiture à eau(elle devait fonctionner à l'aide d'eau porté à ébulition, créant ainsi de la vapeur qui était ensuite forcé dans un mécanisme,permettant ainsi une pression qui permettait d'avancer )...Je me souvient aussi que l'un des chercheurs avait disparu tandis que l'autre arreta subitement ses recherches bizard non!

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Cécile
    Bonjour Eropsis,

    C'est une question intéressante, et tu abordes plein de sujets à la fois :
    - la place des transports en commun. Les transports en commun sont par définition moins polluants que les transports individuels (rapporté à chaque personne transportée). C'est encore plus vrai pour le tramway. Mais les gens n'utilisent ces transports que quand ils n'ont pas d'autres solutions (pas assez riches pour avoir une voiture ou problèmes pour circuler et ses garer), à part quelques rares écolos militants. Les gens préfèrent leur voiture, c'est un fait qu'on a du mal à contrer.
    - la voiture électrique : ce n'est pas encore au point pour un usage courant : autonomie trop faible, recharge trop longue, sans parler du coût. Si un jour c'est au point, il faudra en plus créer tout le réseau de recharge, équivalent au réseau actuel de pompes à essences. Ca prendra beaucoup de temps.
    - Quant à la voiture à eau, je ne connais pas ce système, mais il faudra de toute façon chauffer l'eau jusqu'à ébullition. Avec quelle énergie ? polluante ou non polluante ? Quel sera le rendement ?

    Bref, le problème des transports n'est pas simple. Je pense qu'il est illusoire de croire que la technique résoudra tout. Il faut aussi changer nos comportements, et utiliser au maximum les transports en commun (mais ce n'est pas possible partout).

  4. #3
    kinette
    Hello,
    elle devait fonctionner à l'aide d'eau porté à ébulition, créant ainsi de la vapeur qui était ensuite forcé dans un mécanisme,permettant ainsi une pression qui permettait d'avancer
    Euh c'est pas le principe de la loco à vapeur ça???
    Comme dit Cécile de toute façon il faut bien une source d'énergie à la base pour chauffer...

    En ce qui concerne les transport en commun c'est un peu comme pour le tri des déchets: pour que ça marche il faut que tout le monde s'y mette, or le problème est que les gens ont leurs petites habitudes... pas facile à changer.

    Si je prends l'exemple de ma ville, j'ai tenté de prendre le bus pour me rendre à la fac: un bus toutes les demi-heure à peine... parfois pas à l'heure, parfois ne passe pas...
    J'ai essayé de discuter avec la société de bus en leur disant que leur nombre de bus par heure était insuffisant et qu'il ne fallait pas qu'ils s'étonnent si les gens préféraient prendre leur voiture (malgré les bouchons). Réponse des bus: il n'y a pas assez de gens qui prennent le bus pour qu'on en mette plus... bref le serpent qui se mord la queue.
    Dommage parce que leurs bus sont à gaz, ce qui écologiquement n'est déjà pas si mal...

    Résultat, je prends mon vélo ou ma voiture quand j'ai la flemme...

    Pour le train c'est hélas aussi un peu la cata. en ce qui concerne son développement (en fait c'est plutôt l'inverse en ce moment à part le TGV)...

    K.GV (Kinette Grande Vitesse...)
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.


  5. #4
    [RV]
    lut,

    oui le K.TG est ne sera fini quand 2017-2020, enfin ca c'est ce que dit l'état francais mais l'Alsace le financera entièrement avec les allemands , ca c'est une certitude

    Certes les transports polluent plus ou moins, mais je ne vois pas l'intéret de faire des véhicules qui peut-être, polluent plus à la fabrication et à l'entretien. Sans parler de ce que cela coutera et aujoud'hui l'argent est très rare mais il est toujours la base des problèmes

    C'est déplacé le problème....

    La meilleure solution est de prendre ses jambes pour se déplacer
    c'est ce qui pollue moins

  6. #5
    vince
    Citation Envoyé par [RV
    ]
    La meilleure solution est de prendre ses jambes pour se déplacer
    c'est ce qui pollue moins
    Mmmh est-ce certain??

    faudrait comparer les rendements...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Aether
    Pour compléter le débat, je souhaite vous faire par de quelques remarques. Ils existent un certains nombres de personnes qui ont déposés des brevets sur l'utilisation de carburants alternatifs pouvant s'adapter sur des moteurs à explosions déjà existants et permettant de réduire sensiblement la pollution.
    Je pense par exemple au procédé inventé par Paul Pantone, pour des liens et explications en Français : http://quanthomme.free.fr/pantonegeet.htm
    D'autre informations sur les carburants alternatifs : http://quanthomme.free.fr/AccueilCarburant.htm
    Si je cite l'exemple de Pantone et du processeur Geet, c'est qu'il est adaptable sur la plus part des véhicules en circulation et permet de diminuer non seulement la consommation de carburants fossiles, mais aussi de réduire la pollution. Des particuliers ont adapté ce procédé sur des véhicules très différents avec des résultats spectaculaires. Alors pourquoi rien est fait pour contribué au développement et à l'adaptation de tels procédés sur des véhicules à moteurs à explosions ?

  9. #7
    M. Kiwi Blanc-Jaune
    Lu sur http://quanthomme.free.fr/pantonegeet.htm :

    Une Ford Pinto de 1975 a été adaptée au générateur et bien réglée. Elle démarre bien mieux, cependant elle n’a pu être amenée à Salt Lake City, car, là-bas, la pollution zéro n'est pas légale ! les niveaux de pollution maxi et mini sont fixés…
    C'est vrai ça ? Comment peut-on fixer un niveau minimum de pollution ? Pour quelle raison valable ?
    Le premier homme qui est mort a dû être drôlement surpris.
    -Pierre Dac-

  10. Publicité
  11. #8
    M. Kiwi Blanc-Jaune
    Le GEET peut même fonctionner avec l’acide des batteries, et des produits solvants de nettoyage. Des essais ont été faits avec des mélanges de ces produits additionnés de 80 % d’eau.
    On dirait la DeLorean de Retour Vers Le Futur II et III, qui produit les 2.21 Gigawatts nécessaires au voyage dans le temps en utilisant les déchets trouvés dans une poubelle !
    Le premier homme qui est mort a dû être drôlement surpris.
    -Pierre Dac-

  12. #9
    Cécile
    Salut,

    J'ai été voir sur le site indiqué ... j'ai rien compris, mais plusieurs trucs m'ont fait sursauter :
    Il comporte une chambre à vide (un des secrets du fonctionnement de l'appareil) utilisée pour dissocier les molécules de carburant en changeant réellement leur structure dans une réaction plasmatique pour produire un mélange très fin de particules de gaz combustible comprenant de l’hydrogène, de l’azote et de l’oxygène
    C'est quoi réaction plasmatique ? Ca m'étonnerait qu'un simple vide donne naissance à un plasma !
    C’est la pression négative créée dans un vide qui excite les molécules et les atomes d’un élément, déstabilisant sa structure en lui donnant la possibilité de réorganiser ses électrons et ses protons sous une nouvelle forme
    Une pression négative, c'est nouveau !! faudrait m'expliquer comment ça peut exister. quant au reste de la phrase, c'est un beau charabia pseudo-scientifique pour faire croire aux lecteurs que le procédé est sérieux.
    Pantone a entendu parler des zéolites, groupe d’alumino-silicates cristallins utilisés comme catalyseurs dans le raffinage du pétrole. Un métallurgiste lui a dit que la plupart des aciers contiennent un peu d’aluminium. Il compte faire des essais avec de l’aluminium comme catalyseur sur le système GEET.
    Si c'était si simple de fabriquer des catalyseurs, ça se saurait !

    Bref, ça me semble une vaste fumisterie, comme on en voit des milliers sur Internet ou ailleurs. Le tout habillé d'un pseudo-langage scientifique poru abuser les gogos.

  13. #10
    Aether
    Les plans sont gratuits.
    Personne ne te force à le croire.
    Des gens l'ont fait (tu peux vérifier et contacter ces personnes).
    Elles n'ont rien à vendre.
    Des véhicules ainsi équipés ont passé les controles techniques et notamment anti-polutions avec succés.
    Ces personnes n'ont absolument rien à vendre si ce n'est qu'à prouver qu'on peut changer les choses autrement qu'en disant que c'est impossible !
    Voilà... Le plus important c'est que le procédé GEET fonctionne et dans plein d'endroit dans le monde, avec des résultats divers.
    Alors pourquoi les traiter de fumistes ????
    Pourquoi ne pas si intéresser ?
    Pourquoi une telle réaction ?

  14. #11
    Cécile
    Pourquoi une telle réaction ?
    Parce que les explications sur le site sont complètement fumeuses.
    Alors peut-être que ça fonctionne, mais c'est pas évident d'aller voir sur place. Et les explications qu'on lit n'encouragent pas à aller voir.

    Cela dit, je crois que de nombreuses technologies nouvelles pour les transports fonctionnent plutôt bien (c'est peut-être le cas du procédé GEET, malgré les explications fumeuses), mais pas suffisamment pour justifier le changement de toutes les infrastructures de distribution de carburant. Car comme on peut le voir pour le GPL et d'autres carburants de ce type, les gens n'achètent pas parce qu'ils ne veulent pas se trouver en panne sèche en rase campagne, parce que les infrasctructures sont absentes. Donc ça ne marche que pour les flottes captives, type bus urbains.

  15. #12
    Aether
    Toutes les explications ne sont pas fumeuses. Certaines sont mal traduites de l'anglais, d'autres partent sur des explications fumeuses par des pseudo-scientifiques, c'est vrai.
    Les adaptations à faire ne sont pas compliquées et relativement facile à mettre en oeuvre à l'aide d'un garagiste et/ou d'un plombier. Il est aussi facile de rebasculer sur le système d'origine. Je ne comprend donc pas bien le sens de ta remarque.
    Des expériences et tests ont été menés par des ingénieurs, étudiants, professeurs aussi bien en France qu'à l'étranger. Leur conclusions sont pourtant claires : ça marche, même s'ils ne connaissent et ne comprennent pas tous les processus physiques !
    L'expérimentation prévaut dans tous les cas. Et là c'est indéniable, les mesures donnent des résultats probants.
    Je ne comprends pas cette attitude générale de dénégations, ne pas vouloir voir, ne pas vouloir comprendre.
    On a la possibilité d'investir dans une solution permettant des économies d'énergie et de pollution importantes. Alors qu'est-ce que ça coûte de s'y intéresser et de les développer ?
    Moi ça m'intéresse, mon environnement m'intéresse, la qualité de l'air que je respire et que mes enfants respirent m'intéresse.
    J'ai suivis une formation scientifique universitaire (DEA et DESS), je suis ingénieur mais aussi pragmatique. J'ai sous les yeux une solution contribuant à améliorer l'environnement dans lequel je vis. Alors donne-moi une et une seule bonne raison de ne pas essayer de diminuer les rejets de substances nocives dans notre environnement et contribuer à diminuer le coût des transports...

  16. #13
    Cécile
    Alors donne-moi une et une seule bonne raison de ne pas essayer de diminuer les rejets de substances nocives dans notre environnement et contribuer à diminuer le coût des transports...
    Tout le monde est d'accord avec ça, c'est évident. Et moi la première. J'utilise au maximum les transports en commun et le vélo.
    Je ne comprends pas cette attitude générale de dénégations, ne pas vouloir voir, ne pas vouloir comprendre.
    J'ai essayé de comprendre et je suis tombée sur les explications fumeuses (tu es toi-même d'accord là dessus)
    On a la possibilité d'investir dans une solution permettant des économies d'énergie et de pollution importantes. Alors qu'est-ce que ça coûte de s'y intéresser et de les développer ?
    Si le procédé est nul, ça coûte beaucoup.
    L'expérimentation prévaut dans tous les cas. Et là c'est indéniable, les mesures donnent des résultats probants.
    Où sont les chiffres : rendement, gaz rejetés, etc. ?
    Leur conclusions sont pourtant claires : ça marche, même s'ils ne connaissent et ne comprennent pas tous les processus physiques !
    J'aimerais juste qu'on m'explique simplement le principe, et pas des pseudo-explications avec du jargon scientifque mal maîtrisé. Alors je m'intéresserai peut-être au procédé. Je conçois bien qu'ils ne comprennent pas tout, mais ils doivent quand même comprendre le principe. Or, je n'ai rien lu de clair là dessus.

  17. #14
    Damon
    Ce site contient un tel tissus d'inepties que c'en est vraiment triste.

    Je constate l'emploi du terme voltage, le premier ingénieur venu parlerait de tension ou de différence de potentiel qui sont le termes français corrects.

    Ensuite, décomposer du C et de l'H<sub>2</sub>O en CO et H<sub>2</sub> ce n'est jamais qu'une variante de la catalyse de l'eau et ne peux donc produire de l'énergie, mais au contraire en consommer. (Voir à ce sujet les notions de rendement et d'entropie)

    Le 21/02/1971, un vieil ami de Brown, résidant à Melbourne reçut une coupure du journal South Australia’s Sundays d’Adélaïde annonçant que ''l’invention de Brown permettrait de rouler pendant un an avec 37,8 litres d’eau et que des kits seraient commercialisés pour que chacun fasse marcher son moteur pour 300 à 400 dollars ...de quoi rendre les compagnies pétrolières enragées! ''
    C'est bizarre; il serait bien plus logique de parler d'autonomie en Km, ensuite je doute très fort (mais alors là vraiment très fort) qu'un réservoir de cette capacité et d'une quelconque substance, puissent fournir l'énergie nécessaire à déplacer un vehicule pendant ce temps, en tout cas lors de réactions chimiques.

    Damon
    Un EeePc ça change la vie !

  18. #15
    Aether
    Projet de fin d'étude d'ingénieur mécanicien réalisé à l'ENSAIS (Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries de Strasbourg) avec le soutien de l'ANVAR par C. Martz :
    http://quanthomme.free.fr/SyntheseC_Martz.htm
    Et puis aussi de regarder :
    http://quanthomme.free.fr/FrancePMC.htm il y a des relevés de passage au contrôle technique...
    http://quanthomme.free.fr/PMC5.htm
    Il suffit de contacter ces personnes et puis de constater ou non la fumisterie de gens qui n'ont toujours rien à vendre sinon la volonté de contribuer à faire avancer les choses... en polluant moins.
    Voilà, voilà...
    Si un journaliste scientifique pouvait se pencher sur l'affaire par exemple... Non ?[/url]

  19. #16
    Damon
    Désolé je n'ai toujours vu aucune preuve concluante...

    Quand à ceci
    http://quanthomme.free.fr/DetailsPMC_JPP.htm
    Aucune pollution visible et odorante ne sort au niveau de l'échappement, la tondeuse est maintenant vraiment écologique comparée à la fumée blanche qui sortait auparavant.
    Je rappelle que tant le monoxyde de carbone que les oxydes d'azotes sont incolores et inodores.
    Quant à la fumée blanche, LOL, dans le cas d'un moteur à hydrocarbure il s'agit de vapeur d'eau...

    Damon
    Un EeePc ça change la vie !

  20. #17
    Anthracite
    J’ai jeté un œil.
    Du même calibre que la roue de Syracuse ou du moteur à aimants…

    0

  21. #18
    Cécile
    Si un journaliste scientifique pouvait se pencher sur l'affaire par exemple... Non ?[/url]
    Je suis journaliste scientifique (j'ai un doctorat de chimie). D'où toutes mes remarques sur les explications fumeuses.

  22. #19
    kinette
    Hello,
    Juste une remarque en passant en cherchant sur Futura quelque chose sur les voitures à air comprimé (je sais qu'on en a déjà parlé) je suis tombée sur ce dossier sur la pollution athmosphérique.
    A mon avis très intéressant (on parle notament du NO):
    http://futura-sciences.com/decouvrir/d/dossier40-1.php

    K.talytique
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  23. #20
    Anthracite
    Pour remettre les idées en place : la tentative la plus sérieuse était celle de la fusion froide.
    Beaucoup de scientifiques se sont penchés sur la question pour, finalement, s’apercevoir que c’était un artefact du à une « bête » réaction chimique secondaire.
    On peut comprendre que ce n’était pas vraiment du temps perdu : sait-on jamais ?

    Ce qui est plus navrant et coûteux c’est qu’il existe encore des scientifiques qui y croient et… perdent leur temps qui serait certainement plus judicieusement utilisé ailleurs…
    0
    Qui a vu un dispositif miracle (et coûteux) d’injection de molécule d’eau et de « catalyseurs » paraît-il homologué et sensé augmenter le rendement des moteurs de voitures qui a disparu après avoir fait des victimes parmi les gogos.

  24. #21
    Cécile
    je suis tombée sur ce dossier sur la pollution athmosphérique.
    A mon avis très intéressant (on parle notament du NO):
    http://futura-sciences.com/decouvrir/d/dossier40-1.php
    J'ai lu ce dossier, je ne l'ai pas aimé. Il est certes très documenté, et on voit que l'auteur connaît bien son sujet. Mais il est aussi de parti pris, genre "tout va très bien, madame la Marquise", et contient des erreurs pour aller dans ce sens.
    Quelques exemples :
    -
    Le responsable du SCPRI2 avait déclaré que les retombées radioactives du « nuage » seraient sans conséquences pour la France. Ce qui fut rigoureusement exact
    Faux : les mêmes gens du SCPRI reconnaissent qu'ils ne diraient pas aujourd'hui la même chose, car des enfants ayant consommé des produits de type lait dans les régions les plus contaminées (Est et Corse) ont reçu des doses largement supérieures aux doses autorisées.
    - Dans son chapitre sur le radon, il regrette que l'OMS considère que la bonne dose de radon soit la dose nulle. Or, il compare des toxiques tels le sélénium (qui est effectivement toxique au-delà d'un seuil) à des toxiques concérigènes. Or, toutes les autorités sanitaires considèrent qu'il n'existe pas de seuil pour les cancérigènes : la probabilité d'avoir un cancer est proportionnel à la dose reçue, sans seuil minimal. Donc l'auteur fait une comparaison malhonnête.
    -Plusieurs fois, l'auteur parle de quantités moyennes de polluants. Or, ce sont aussi les pics durant longtemps qui sont mauvais pour la santé.

    Par ailleurs, de nombreuses études épidémiologiques ont fait le lien entre pics de pollution et affections pulmonaires et autres. Or, l'auteur n'en parle pas. J'ai donc l'impression qu'il "choisit" les études qui vont dans le sens de sa thèse.

    Cela dit, il a peut-être raison sur un point : ce n'était pas forcément mieux avant. Plus exactement, il y avait plus de SO2 et moins de certains polluants actuels.
    Mais ce n'est pas une raison pour ne pas tout faire pour limiter la pollution.

  25. #22
    Chris77
    Jeté un coup d'oeil. Des fumisteries tout çà...
    Et je précise que je suis diplomé ingénieur...
    Il n'y a pas de chiffres pour appuyer dessus.

  26. #23
    Cécile
    Autre chose qui m'a choquée dans le dossier cité par Kinette :
    Nous ferons une remarque particulière sur le problème des taxes ajoutées à tel ou tel produit pour la « protection de la santé », la « défense de l’environnement »... Taxes sur les déchets... Taxes d’assainissement, qui font plus que doubler les factures d’eau etc... Quelque justifiées qu’elles puissent paraître, ces taxes augmentent les prix à la consommation et frappent d’autant plus les consommateurs les moins fortunés. Ces taxes contribuent à augmenter les inégalités.
    Je trouve ça assez fort de comparer les taxes sur le pétrole, qui partent effectivement dans les poches de l'état sans qu'on sache à quoi elles servent, aux taxes d'assainissement ou de déchets, qui rémunèrent un service existant. Souhaite-t-il que l'eau aille non épurée dans les rivières, et que les déchets soient déversés n'importe où ? Il est vrai que la taxe d'assainissement représente environ les 2/3 de la facture d'eau, car il est plus compliqué de dépolluer correctement que de rendre l'eau des rivières ou des nappes potables. Est-il illogique de faire payer l'épuration avec l'eau potable ? Je ne pense pas. Et si ces taxes ont beaucoup augmenté, c'est parce que les normes d'épuration sont plus sévères. Il existe certes des problèmes (affaires de corruption bien connues, et le fait que les agriculteurs ne payent pas pour les pollutions qu'ils engendrent), mais de là à remettre en cause le principe de payer l'assainissement, il y a une marge. [/quote]

  27. #24
    Yoyo

    Bonsoir,

    Tous les messages sur le nucléaire, ses dangers et ses avantages ont été séparés de ce fil. Ils se trouvent maintenant dans un nouveau fil dans la rubrique débats nommé Le nucléaire : les risques & les avantages

    Merci de ne pas ré-engager la conversation sur le nucléaire dans ce fil.

    Yoyo
    Responsable du forum

  28. #25
    kinette
    Hello Cécile,
    Peut-être peut-on parler de certains détails de ce dossier dans un autre fil aussi.
    Je l'avais signalé essentiellement par rapport au différents polluants dont il parle (dont le NO), et aussi parce qu'on a effectivement une diminution de certains polluants.
    L'explication sur le nuage de Tchernobyl est effectivement intéressante, car même si dire que les conséquences seraient négligeables était peut-être un peu trop optimiste (enfin perso. je pense que c'était globalement vrai), ce n'est tout de même pa la même chose que dire que le nuage ne passerai pas sur la France, c'est là qu'on réalise le problème de la communication scientifique.
    Après on peut discuter certains propos, certaines prises de position.

    Pour en revenir à la pollution auto: on a fait beaucoup de chemin, avec notament le passage à l'essence sans plomb, les pots catalytiques, etc... mais bien sûr y a encore du chemin à faire.
    Peut-être est-ce aussi l'aménagement du territoire qu'il faudrait revoir. Il est évident que des lieux de travails éloignés de "cités-dortoirs", des unités de production éloignées qui obligent à faire des transports importants, etc... ça n'arrange pas les choses (ni la qualité de vie des gens d'ailleurs...).

    K.ténaire...
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  29. #26
    John78
    Citation Envoyé par Cécile
    Je trouve ça assez fort de comparer les taxes sur le pétrole, qui partent effectivement dans les poches de l'état sans qu'on sache à quoi elles servent, aux taxes d'assainissement ou de déchets, qui rémunèrent un service existant.

    Il faudrait surtout qu'en terme de taxe sur l'environnement le contribuable aie une vision transparente des choses. La distribution d'eau procéde par des monopoles locaux, 2 grandes multinationnales se partagent l'essentiel du réseau Francais. Celà concourt à l'inflation des prix et a l'opacité des procédures d'attribution des marchés. On est bien loin du principe pollueur-payeur au niveau de l'eau. Le contribuable paie ainsi très cher pour des monopoles privés qui n'ont aucune raison d'etre et pour des pollutions dont il est bien peu à l'origine.

    Il serait peut etre temps de nationaliser l'eau en France, se n'est certes pas dans l'air du temps, mais je ne sais pas combien va couter l'eau dans certaines régions d'ici 10 ou 20 ans. Se passer de voiture ou de clope c'est possible. Se passer d'eau c'est impossible. Ca, il ne faudrait pas l'oublier

    A+

    John

  30. #27
    Damon
    >Kinette

    En ce qui concene l'essence sans plomb, il serait plus correct de dire le re-passage (je sais tu n'aimes pas cette activité ) l'addition de plomb à l'essence, pour ce qui est de la France date de 1939 (je n'ai pas trouvé sous quel régime) et ce fut évidemment fait parce-qu'à l'époque cela offrait un avantage.

    Damon
    Un EeePc ça change la vie !

  31. #28
    françoise
    Au cours de cette déjà ancienne discussion, je trouve que Kinette est la seule à avoir soulevé l'aspect des économies d'énergie, en ce qui concerne les transports, privés ou en commun, l'enjeu est considérable, et les solutions envisageables le sont à très court terme, avec des retombées favorables allant bien au-delà des aspects de pollution.

    En effet, l'informatique étant ce qu'elle est et surtout ce qu'elle est en train de devenir, de plus en plus de gens pourront travailler à partir de chez eux, sur un ordinateur et communiquant avec le reste du monde et leurs semblables choisis.

    Ce n'est pas qu'une question de transports. En travaillant chez soi, on économise, temps, énergie, fatigue, stress, la qualité de vie peut en être surmultipliée avec les trois ou quatre heures ainsi gagnées par jour.

    Sans parler aussi des économies d'énergie des transports réservés à d'autres activités, loisirs par exemple, et des économies d'énergies issues de l'utilisation unique des maisons, réduction des bureaux, reconversion de nombre d'immeubles de bureau, etc.

    Ce n'est pas du tout utopique. Le salariat sur place, avec déplacement hors de chez soi, et loin, est un phénomène très récent dans l'histoire de l'humanité, et il n'est pas dit qu'il ait été un progrès.

    Certes nombre d'esprits diront que le travail à l'extérieur est aussi une libération du groupe familial ou élargi à la tribu, mais cela se discute, et les mentalités ont aussi changé depuis deux siècles.

    Le fait nouveau est l'informatique, dont on n'a réellement pas encore commencé à exploiter le premier pas du début des possibilités et dont on n'a même pas commencé à imaginer ce que ces techniques pourront changer, dans la vie quotidienne, repli à la maison, pas nécessairement négatif, mise à l'écart des autres, pas nécessairement négatif, car on garde le choix de sélectionner.

    Il y aurait un bouquin de sociologie fiction dans ce cadre à écrire, pour décrire la vie de société en 2030.

    Anyone interested ??

  32. #29
    Cécile
    Françoise a soulevé une bonne question :
    En effet, l'informatique étant ce qu'elle est et surtout ce qu'elle est en train de devenir, de plus en plus de gens pourront travailler à partir de chez eux, sur un ordinateur et communiquant avec le reste du monde et leurs semblables choisis
    .
    Je peux en parler, c'est ce que je fais. Je bosse majoritairement chez moi, grâce à mon ordinateur (avec internet haut débit) et mon téléphone. Et c'est un choix que je ne regrette pas. Il y a beaucoup d'avantages (peu de déplacements donc moins de pertes de temps et de stress), mais aussi des inconvénients qu'il ne faut pas négliger : moins de relations humaines (bon, OK, ça évite les ambiances pourries, mais les discussions autour du café me manquent aussi. Heureusement, y'a les forums), personne pour remonter les bretelles quand on n'arrive pas à bosser, etc.
    Il faut aussi faire très attention au travail à domicile : comme on ne peut pratiquement pas surveiller les horaires, ça devient du travail à la tâche. Or, le travail à la tâche est très très souvent une arnaque pour les travailleurs, qui sont moins payés qu'à l'heure. Ce genre de chose ne peut donc vraiment marcher que si le travailleur est en position d'égalité avec l'employeur, et pas en position de faiblesse. Enfin, il faut savoir que le travail à domicile bouffe beaucoup plus la vie privée que le travail sur place en entreprise.
    Donc oui au travail à domicile, à condition d'avoir de solides garde-fous.
    Sinon, les freins au travail à domicile sont peu des freins techniques, mais se trouvent plutôt dans les mentalités : soit l'employeur sait faire confiance, et c'est OK, soit il aime surveiller ses employés, et ça ne marche pas.

  33. #30
    françoise
    Oui, vous avez raison Cécile, car moi aussi je travaille chez moi depuis très longtemps, des lustres, je me sentais une véritable pionnière, mais j'avais toutes les cartes en mains, en étant consultant free lance. En fait, je me suis toujours pensée avoir le meilleur de tout, la sérénité de travailler chez soi, et la souplesse des horaires. Cela ne veut pas dire que l'on travaille moins, au contraire. Et il y faut une discipline très stricte.

    J'ai eu l'expérience des deux formules, car auparavant, j'avais travaillée comme salariée pendant quelques années dans le même genre de métier. Il est vrai, vous avez raison, que les premiers mois, ce fut un peu dur de s'organiser et de ne plus avoir l'ambiance de camaraderie du travail, et l'ouverture d'esprit offerte par une saine compétition, et les échanges intellectuels du travail en groupe.

    Mais, ce doit être mon caractère, très indépendant, qui m'a permis de surmonter cela très vite. Les échanges intellectuels existent aussi avec les clients d'études, les colloques, conférences, etc..

    Il est certain que cette vision de l'avenir que j'exprimais ne peut pas s'appliquer à tout le monde, pour le moment, et qu’il y aura toujours un besoin de présence, mais s’il n’est pas quotidien dans tous les métiers. Les travaux matériels dans des usines, unités de production industrielle ne peuvent être faits que sur place, encore que, n'est-il pas question que même les chirurgiens puissent opérer à distance ???

    Il est vrai aussi qu'il y a l'affreux souvenir des sweatshops, où des travailleurs à domicile sans défense aucune étaient exploités jusqu'à l'os.

    Je crois que, dans cette imagination de l'avenir, il faut tenter de sortir des comparaisons du passé et voir ce qui pourrait être, avec ces nouveaux outils, et contexte général, totalement inédits dans l’histoire et l’évolution humaines.

    Mais l'effort d'imagination est difficile, car c'est un schéma de société encore totalement inconnu.

    Je me souviens, quand je parlais de ce rêve il y a une bonne trentaine d'années, entendre des réflexions stupides, décourageantes, au ras des pâquerettes de mes collègues masculins, du type, "oui mais alors, si je travaille à la maison, je ne vais pas supporter de voir ma bonne femme toute la sainte journée, plus les week-ends.

    Tout dépend des gens et du contexte, mais je suppose que, à terme de moins d'une génération, beaucoup de gens trouveront plus avantageux de travailler de chez eux, de même pour les cours de scolarité ou université, quoi que l'on dise, le contact avec les étudiants dans un cours magistral est assez lointain. On pourrait ne conserver le contact direct avec le professeur, précisément que pour les questions et contacts directs, mais pas pour les cours magistraux. En prime, cela permettait à tous les étudiants, où qu’ils soient, au bout du monde ou plus près, de bénéficier à égalité avec les privilégiés de tous les meilleurs cours et les professeurs les plus prestigieux.

    Je crois aussi que la moyenne d'adaptation rapide et intellectuellement améliorée augmentera à l'avenir. Pratiquement tout le monde, naturellement, saura s'exprimer en plusieurs langues, au moins deux, plus souvent trois ou quatre, surtout des langues voisines, c'est tout un contexte de progrès intellectuel et d'individualisme/force de caractère pour travailler seul qui va se développer très vite.

    Certes, l'éducation actuelle ne semble pas en prendre le chemin, mais c'est une autre histoire, ce n'est qu'apparence, je crois beaucoup à une évolution sociologique vers davantage d'autonomie et de prise en charge individuelle pour tous

    Très cordialement, Cécile.

    Françoise

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Tarifs moyens des différentes VMC
    Par Sarri dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 31/08/2007, 21h57
  2. Nombre de résidus moyens des hélices, feuillet,...
    Par fgaascht dans le forum Biologie
    Réponses: 0
    Dernier message: 12/01/2007, 22h32
  3. Besoins moyens en electricité des villes ?
    Par EspritTordu dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 5
    Dernier message: 18/09/2006, 23h00
  4. Réponses: 5
    Dernier message: 05/01/2006, 19h56
  5. NASA : CEV et avenir des moyens de propulsion spatiale
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/10/2005, 13h21