Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 32

Le "tout génétique"

  1. #1
    JPL

    Le "tout génétique"

    Salut,

    Dans le numéro de juillet-août de La Recherche, j'ai lu sous la plume de Gregory Stock, directeur du programme de médecine, technologie et société à la faculté de santé publique de UCLA, le texte suivant :

    Les gènes ouvrent une fenêtre sur nous-mêmes et la plupart des caractéristiques individuelles que nous considérons comme cruciales (notre caractère, notre goût du risque plus ou moins prononcé, certains aspects de notre personnalité, nos capacités intellectuelles), et voilà que nous voudrions refermer cette fenêtre! Mais d'ici cinq à quinze ans, la génomique mettra à la disposition du grand public des tests génétiques bon marché et fiables, et les informations obtenues pourront se révéler extrêmement stimulantes pour nous, en tant qu'individus ou à l'échelle de la société.
    Cela m'a mis très en colère, et cela ne s'est pas arrangé avec, quelques paragraphes plus bas :

    Notre idée du «politiquement correct» souffrira aussi des résultats des tests génétiques à grande échelle, qui mettront en évidence les nombreuses différences entre les individus et les populations. Les fameux 99,9 % de similitude de nos génomes nous intéressent bien moins. Nous nous attachons avant tout à percevoir les différences les plus subtiles lorsque nous recherchons un conjoint, un employé, ou lorsque nous jugeons les autres. Or, nous devrons convenir que ces différences ont souvent des fondements biologiques.
    Surtout la première phrase.

    j'aimerais avoir vos réactions.

    Merci.

    -----

    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  2. Publicité
  3. #2
    Guillmot

    Re : Le "tout génétique"

    Hello JPL,

    "Welcome to Gattaca" ...

    Je n'ai pas encore lu La Recherche de Juillet-Août, je me contenterai donc de répondre aux citations que tu nous rapportes sur ce post.

    Première citation : les tests génétiques sont tout d'abord une réalité: ils sont utilisés pour obtenir des résultats importants sur l'homme (lors de crimes, reconnaissance de paternité, etc... ) ou sur son environnement (recherche de Listeria dans des aliments, ...).
    Le hic, dans cette citation, c'est le champ de possibilités étendues par son auteur. Encore une fois, le spectre de la société génétique semble agité. Dans quelles mesures la génétique ne discriminera pas l'individu plus tard, lorsqu'on sait que les services de ressource humaine sont déjà bien portés sur la typographie ou l'astrologie pour juger d'un employé. Une menace sérieuse; qui fait grincer des dents...
    Notre génôme sera-t-il notre propre prison ?
    Maintenant, sur quel niveau de tels tests seraient utiles à la société, comme le revendique l'auteur ? Dépistage de tendances pédophiles, meutrières, etc... ? Mais est-ce négliger sottement l'influence du milieu social, du parcours de l'individu, bref de la psychologie, que de résumer son psychisme à une poignée de gènes ?
    Dans un exemple plus simple, tout individu dépressif l'est-il forcément que par ses gènes ? La recherche génétique apporte des éléments de réponse à l'alcoolisme par exemple; mais est-ce pour autant qu'un individu sera irrémédiablement alcoolique ? Et une personne génétiquement cataloguée non-alcoolique sera-t-elle pour autant protégée ?
    Enfin, cette citation pose le problème de la discrimination individuelle; justifiée par l'outil génétique. Une vision d'une société "Gattaca" imprimée noir sur blanc...
    Le "tout génétique" a ses limites; nous les avons débattues pour l'étude du Vivant sur ce forum, ce post nous rappelle les menaces qu'il implique sur notre société...


    Seconde citation: j'ai beau relire et relire cette citation, je me demande: "quel est ce charabia ?" En gros, notre auteur justifie ses propos par la simple constatation que tout le monde est différent ? Là je crois avoir besoin du texte entier.

    PS: pourquoi n'as-tu pas plutôt mis ce post en forum "éthique" ?

    PPS: cet auteur ne serait pas en train de bosser sur un test génétique humain justement ? Aurait-il écrit ce papier en ressortant son inquiétude de voir ses crédits coupés, faute d'acquéreurs pour le moment ?
    Compte à supprimer

  4. #3
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    Seconde citation: j'ai beau relire et relire cette citation, je me demande: "quel est ce charabia ?" En gros, notre auteur justifie ses propos par la simple constatation que tout le monde est différent ? Là je crois avoir besoin du texte entier.
    La première phrase m'a irrésistiblement fait penser au fait que la génétique démontrerait le bien-fondé de la théorie Bell Curve (au sens du livre de ce nom).
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  5. #4
    Guillmot

    Re : Le "tout génétique"

    Hello

    Je ne connais pas la théorie Bell Curve En gros, celà rejoint la seconde citation donc ? Ou B. Curve disait autre chose mais concordant ?

    @+ Guil'
    Compte à supprimer

  6. #5
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    C'est un livre américain datant déjà de quelques années (dont je n'ai lu que des compte-rendus) qui dit en gros que les résultats des tests de QI se répartissent selon une courbe en cloche, mais que les résultaats des noirs sont statistiquement du mauvais côté de la courbe. Version qui se voulait moderne d'une vieille histoire...
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  7. #6
    Guillmot

    Re : Le "tout génétique"

    Merci pour ces explications. En effet je comprends mieux ta surprise en lisant ces lignes !
    Compte à supprimer

  8. #7
    coco

    Re : Le "tout génétique"

    Bonjour,
    Nous n'avons pas en effet le texte en entier, mais deux réflexions:
    - Toujours une vision biaisée, partielles des choses... "le tout génétique" qui fait un peu abstraction comme le dit Guil de toute intervention de l'environnement sur notre développement par exemple...
    - Ce besoin d'utiliser la connaissance de l'homme à des fins "utilitaires" (conjoint (?), employé...) avec tous les risques que cela comporte, et force est de constater que cela émane de personnes qui se placent toujours "du bon côté" de la barrière... L'homme est toujours un apprenti sorcier... Jusqu'à quand les libertés individuelles tiendront-elles le coup?

  9. #8
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    Pour information la biblio de l'article cite un livre de l'auteur intitulé :
    Redesigning Humans: Choosing our Genes, Changing our Future
    Il est clair d'après l'article que l'auteur est tout-à-fait pour cette vision. L'ensemble est d'un scientisme béat : il n'y a pas de problème et de toutes façons cela se fera.

    Ps : on aurait pu en discuter dans Ethique, mais je voulais que les biologistes (dont je fais un peu partie) prennent conscience de ce que peuvent penser certains de leurs collègues.

    ça y est on en discute en éthique
    coco
    Dernière modification par coco ; 14/07/2004 à 16h40.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  10. #9
    Guillmot

    Re : Le "tout génétique"

    Redesigning Humans: Choosing our Genes, Changing our Future
    On ne peut être plus clair dans son titre !

    Ps : on aurait pu en discuter dans Ethique, mais je voulais que les biologistes (dont je fais un peu partie) prennent conscience de ce que peuvent penser certains de leurs collègues.
    D'accord sur ce déplacement mais les biologistes de ce forum consultent le forum "éthique", faisant partie du tronc "sciences de la Vie"; je pense qu'il n'y a pas de problèmes de ce côté-là.

    Pour ce qui est du mode de pensée de certains collègues, c'est bien de le signaler, car on oublie parfois qu'il existe des biologistes de tout poil !

    La course au "tout génétique" me semble refléter chez ces personnes une philosophie de mode de vie et de la Vie entièrement focalisé sur leurs espoirs de la génétique, une réduction de la pensée autour d'un seul outil qui leur semble "totalement maîtrisable". Plus de doûtes existentiels, d'interrogations psychiques, à chaque problème son gène !

    Avez-vous cette même impression sur le profil psychologique de ces personnages en lisant leurs textes ? Ou suis-je en pleine affabulation ?
    Compte à supprimer

  11. #10
    Neutrino

    Re : Le "tout génétique"

    Franchement, quand j'entend un gugus dénoncer le "politiquement correct", tout comme la "pensée unique" ou les "cadors de la science officielle", je baille d'ennui et je tourne la page. Qu'un gugus puisse prétendre au tout génétique dans la même revue qui un mois avant a publié un dossier qui était là pour faire comprendre que la génétique était naissante et qu'elle avait besoin d'une théorisation, qui érigerait la bio en science une bonne fois pour toute, je m'esclaffe.

  12. #11
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    Je n'ai pas compris pourquoi La Recherche avait publié cet article. Est-ce une "commande" dont il leur était impossible de refuser le texte ? Mais ils devaient bien savoir quelles étaient les positions de l'individu. Alors est-ce pour faire de la provoc ? J'ai envie de leur poser la question.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  13. #12
    Neutrino

    Re : Le "tout génétique"

    Après lecture, je me dis qu'il ne pense rien. Et c'est ça le danger.
    Il pense constater une évolution implacable, des faits. Mais comme dit Bachelard, avec un individu qui m'assène des faits je ne peux discuter car celui-ci me prend pour un esclave. Le mal éthique commence par prétendre une évolution implacable... Parce que jusqu'à preuve du contraire rien n'est implacable. Surtout pour des techniques qui sont peut-être moins visibles à l'horizon des découvertes à venir que la fusion nucléaire contrôlée... Il parle de modification génétique de la cellule-oeuf avec insertion ciblée du gène, c'est vraiment de la science-fiction.

    Sérieusement, vue la platitude de ce qu'il écrit, ça m'étonne que ce soit publié. Il tombe dans le poncif du "ça sert à rien d'interdire, un taré va le faire" "faut pas se demander si ça va être fait mais quand et où", etc.

    [...] les gènes sont essentiels. Ils ne déterminent pas notre destin mais ils renferment des informations extraordinnaires sur nos atouts, nos faiblesses et notre identité
    A noter qu'au paragraphe suivant il utilise le mot "caractère" ce qui témoigne d'une forte imprégnation par la psychologie commune voire par la psychologie naïve. J'aimerais bien une définition de ce qu'il appelle "caractère" autre que la conception millénaire qu'on peut trouver dans un dictionnaire...

  14. #13
    Cécile

    Re : Le "tout génétique"

    Citation Envoyé par JPL
    Je n'ai pas compris pourquoi La Recherche avait publié cet article. Est-ce une "commande" dont il leur était impossible de refuser le texte ? Mais ils devaient bien savoir quelles étaient les positions de l'individu. Alors est-ce pour faire de la provoc ? J'ai envie de leur poser la question.
    Cet article a été publié dans la rubrique "Point de vue", on ne peut mieux dire que cela ne reflète que la position de l'auteur et non celle du journal. Je pense que ce n'est pas de la provoc, mais qu'il est important de connaître les positions de certains scientifiques (surtout de ce genre là !) Il faut savoir qu'aux US, la position "tout est écrit dans nos gènes" est très répandue.

  15. #14
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    Il faut savoir qu'aux US, la position "tout est écrit dans nos gènes" est très répandue.
    Je sais, et c'est depuis très longtemps. Cela "justifie" les opinions racistes et les politiques ultra-libérales sauvages : c'est inutile de faire des programmes sociaux pour aider les gens ; cela ne servira à rien puisque leur échec ou leur "infériorité" sont inscrits dans les gènes. C'est contre-productif et il vaut mieux investir de l'argent dans ce qui est rentable.
    Je précise que je résume mais que je n'invente rien.

    Cela n'a rien à voir, mais dans le degré de co....rie, cest du même ordre : les US sont sans doute le seul pays qui croit encore au détecteur de mensonge.
    Et pour rester dans le domaine génétique, j'ai lu jadis un article (dans La recherche ou Pour la Science) où l'auteur se demandait sérieusement comment le "gène de l'homosexualité" pouvait bien se transmettre.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  16. #15
    Igothigh

    Re : Le "tout génétique"

    Citation Envoyé par JPL
    Je n'ai pas compris pourquoi La Recherche avait publié cet article. Est-ce une "commande" dont il leur était impossible de refuser le texte ? Mais ils devaient bien savoir quelles étaient les positions de l'individu. Alors est-ce pour faire de la provoc ? J'ai envie de leur poser la question.
    Après avoir lu ton post, je n'ai lu qu'une partie de l'article en question qui est provocateur à plusieurs niveaux. Les extraits que tu cites et d'autres, notamment, sur le recours à la pharmacologie pour, pourquoi pas, contrecarrer les effets négatifs des "mauvais gènes" que les individus que nous sommes pourraient abriter.
    Je finirai de lire cet article et pourquoi pas, poser quelques questions directement à l'auteur puisque son e-mail est mentionné.
    Je vois au moins une très bonne raison de publier ce genre d'article, c'est de lancer une vraie réflexion sur la place de la bio-éthique dans les années à venir ainsi que les pouvoirs et responsabilités qui devront être supportés par ces commités. Pour l'instant, à ma connaissance en tout cas (mais c'est un domaine que je ne connais pas bien non plus), aucune réflexion de fond n'est lancée en Europe au moins. Aux US, c'est peut-être un peu plus avancé (au mons dans les labos publics), et encore.
    Dans la partie que j'ai lu, outre le "tout génétique" qui est de plus en plus discuté et discutable, un certains nombres de choses sont dites et faute d'être soutenues par une majorité de scientifiques, il y a un fait indéniable, c'est la demande de la société. Je suis bien sur que si demain on met en vente un test génétique qui se "révèle" plus fiable que le test du QI pour évaluer votre intelligence, votre agressivité, votre émotivité, etc..., ca va se vendre et être utlisé à des fins qu'on soupçonne vaguement mais qu'on n'avoue que difficilement. En terme d'éthique, j'ai l'impression que c'est un peu la même chose, on soupçonne, mais on n'avoue pas. Du coup, pas de réflexions de fond sur l'avenir, pas d'accords communs.

  17. #16
    Fulcanelli

    Re : Le "tout génétique"

    Que voilà une saine colère JPL.

    Comme quoi, tu as donné un exemple illustrant un propos de mon texte qui a disparu et qui emprunte le sillage de Ellul. Sans les humanités, les scientifiques produisent des idées sidérantes sur la société.

  18. #17
    bardamu

    Re : Le "tout génétique"

    Citation Envoyé par JPL
    (...)
    Et pour rester dans le domaine génétique, j'ai lu jadis un article (dans La recherche ou Pour la Science) où l'auteur se demandait sérieusement comment le "gène de l'homosexualité" pouvait bien se transmettre.
    Salut,
    et à ce propos, des groupes homosexuels américains soutenaient la recherche génétique sur ce thème dans l'espoir de pouvoir dire que leur homosexualité était biologique, naturelle. Cela leur éviterait d'être considérés comme des pervers, des "malades mentaux" qui auraient besoin d'une bonne cure en hôpital psychiatrique.
    Les anti-homosexuels étant principalement les moralistes religieux, l'objectif est de montrer que Dieu a créé des homosexuels et qu'il n'y a donc rien à changer en eux.

  19. #18
    Neutrino

    Re : Le "tout génétique"

    Oui, j'ai failli le dire : dans le contexte US, "le gène de l'homosexualité" est une notion positive pour défendre les homos contre les gens dont le seul argumente st que l'homosexualité est une conduite volontaire et non un penchant qu'on ne choisit pas.
    Mais à la base, cette situation paradoxale pour nous ne réflète que l'impossibilité des américains de penser que l'éducation et le milieu de vie peuvent inculquer quelque chose de définitif de façon déterministe....

  20. #19
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    Citation Envoyé par Neutrino
    Mais à la base, cette situation paradoxale pour nous ne réflète que l'impossibilité des américains de penser que l'éducation et le milieu de vie peuvent inculquer quelque chose de définitif de façon déterministe....
    Un peu hors sujet : si j'ai bien compris là tu proposes une explication sur l'origine de l'homosexualité. Ce qui me paraît un peu rapide ou simpliste parce que je ne pense pas qu'on ait une théorie solide sur la question (d'ailleurs l'origine n'est peut-être pas unique, et il serait plus juste de dire les homosexualités que l'homosexualité).
    Je reviens dans le sujet : je pense que les homos US se font piéger par leur contexte de civilisation en voulant l'utiliser. Tout ceci repose sur le communautarisme : si on peut prouver une différence biologique, cela permet de justifier une communauté au même titre que les noirs, les latinos, les juifs, les chinois... qui reposent sur des différences biologiques superficielles ou des différences d'origine. Ceci explique de la même manière pourquoi ils ont accueilli favorablement, il y a un certain nombre d'années, une étude mal faite, prétendant montrer qu'il y avait des différences morphologiques dans le cerveau des homosexuels qui, comme c'est curieux, se plaçaient à mi-chemin entre le cerveau masculin et le cerveau féminin. Etude mal faite et présupposé naïf, car l'image de l'homo efféminé ne tient pas dans beaucoup de cas : certains d'entre eux sont plutôt hypervirils (homo genre "cuir" SM...).
    Et l'on voit comment la biologie humaine a du mal a être objective, et dépend terriblement de présupposés sociologiques ou autres.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  21. #20
    Neutrino

    Re : Le "tout génétique"

    Je n'ai pas supposé qu'il y ait d'explication : seulement, je constate qu'aux USA, il y a soit une explication génétique soit rien du tout. Mais surtout pas d'explication sociale ou psychologique.

    Personnellement, je pense que l'homosexualité relève de la "faiblardise" de l'instinct chez l'être humain : le gène qui impose l'hétérosexualité, l'orientation du mâle vers la femelle et vice versa, n'est plus assez costaud face à l'énorme cerveau qui a évolué très très vite. Résultat un certain pourcentage de la population devrait être attiré par le même sexe, mais la norme sociale l'abaisse sans l'annuler. Les homosexuels sont alors juste une probabilité s'étant réalisée, une variation comportementale comme une autre.

    Mais je n'ai absolument aucun argument pour l'étayer, simplement ça me montre qu'il y n'y a peut-être pas de "cause" à l'homosexualité autre que la sexualité elle-même... pas besoin d'un gène ou d'un "traumatisme" particulier. Pour en revenir au "tout génétique", il faut savoir qu'il y a aussi un "tout éducatif" qui sévit.
    Récemment, un site homophobe français que j'ai lu indiquait des méthodes éducatives à l'intention des parents pour que leurs enfants ne deviennent pas homos. Et des séances de soins pour les ados "déviants". (je serais d'avis d'inscrire dans la loi des peines de prisons et des retrait de droits parentaux à l'encontre des gens soumettant leurs enfants ados à des maltraitances en raison de leur homosexualité supposée ou réelle...).

    Tout ça pour dire que le tout génétique n'est peut-être qu'un retour de manivelle du behaviorisme qui marqua les esprits par son péremptoire "faire de tout enfant un ingénieur" (avec force "thérapie comportementale", à savoir renforcer un comportement acceptable par récompense... et associer tout comportement inacceptable à un stimulus douloureux de telle façon que le premier passe pour la cause objective du second aux yeux de l'enfant).

  22. #21
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    Personnellement, je pense que l'homosexualité relève de la "faiblardise" de l'instinct chez l'être humain : le gène qui impose l'hétérosexualité, l'orientation du mâle vers la femelle et vice versa, n'est plus assez costaud face à l'énorme cerveau qui a évolué très très vite.
    Peut-être, mais j'ai dans mon aquarium des mâles de guppy et quand il n'y a pas de femelles (ce qui peut arriver dans mes achats parce qu'elles n'ont aucun intérêt esthétique - je parle des guppies uniquement !) ces bêtes du sexe se font une cour effrénée, aussi intense que celle qu'ils faut aux femelles.
    Et le néocortex des guppies... par définition ils n'en ont pas.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  23. #22
    Neutrino

    Re : Le "tout génétique"

    Ca soutient ce que je dis : peut-être qu'eux n'ont carrément pas de pré-programmation étant dénué de néocortex comme tu dis si bien... et leur fécondation est externe non? faire la cour aux femelles spécifiquement, est ce possible si on a pas assez de cervelle pour reconnaître les femelles? 50% d'erreur ce n'est pas dramatique si toute la semence reste dans la même eau et peu atteindre les oeufs des femelles...

    Simplement on (= les mammifères) a peut-être un gène d'encadrement de la sexualité sous dépendance hormonale (testostérone = aller vers les femelles) parce qu'on a la possibilité sensorielle et neurologique de reconnaître les sexes, qui s'est affaibli à cause de l'explosion de la boîte crânienne...

  24. #23
    JPL

    Re : Le "tout génétique"

    Les guppies pratiquent une fécondation interne avec une nageoire ventrale modifiée et pratiques une gestation interne (ou plus exactement une ovoviviparité).
    Mais je suis hors sujet.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  25. #24
    Jiav

    Thumbs down Re : Le "tout génétique"

    Bonjour,

    Citation Envoyé par JPL
    j'aimerais avoir vos réactions.

    Merci.


    G

  26. #25
    Cécile

    Re : Le "tout génétique"

    Je viens de lire un truc très intéressant dans un vieux bouquin d'Elisabeth Badinter : "L'un est l'autre".
    Elle rapporte des travaux américains sur des intersexuels, c'est à dire des personnes qui ont une anomalie sur les organes sexuels externes. Par exemple, ce peut être une personne qui a tous les organes internes féminins (ovaires, utérus, etc.) mais qui a aussi une sorte de pseudo-pénis qui ressemble à un vrai. Si cette personne est considérée comme un garçon dès sa naissance, vu cet organe externe, elle se sent définitivement un garçon, malgré sa "nature" purement féminine (production d'hormones féminines, absence de caractères secondaires masculins à l'adolescence, etc.). Et ce malgré toutes les preuves qu'on peut lui apporter. Cela semble irréversible vers 2-3 ans.
    Ce qui semble prouver l'immense domination de l'aspect psychologique, qui prend le pas sur toutes les manifestations internes physiologiques (ce qui ne veut pas dire que l'aspect physiologique n'intervient pas). Le fait de se sentir homme ou femme est davantage dicté par la société que par la nature.

  27. #26
    Guillmot

    Re : Le "tout génétique"

    Hello Cécile,

    Dans ce sens tu as aussi les "garçons manqués" ou les "filles manquées".

    Peux-tu nous en dire plus sur l'origine de ces anomalies sur les organes sexuels ?

    @+
    Guil'
    Compte à supprimer

  28. #27
    Cécile

    Re : Le "tout génétique"

    Citation Envoyé par Guil
    Peux-tu nous en dire plus sur l'origine de ces anomalies sur les organes sexuels ?
    Non, désolée, ce n'est pas un livre sur ces anomalies, mais un livre sur les rapports homme-femme au cours de l'histoire (très intéressant, je le conseille).
    E. Badinter cite les travaux de psychiatres américains J. Money et J.-L. Hampson dans les années 50-60, et précise que ces recherches sont rapportées par R. Stoller dans la préface de Recherches sur l'identité sexuelle, Gallimard, 1978, p. 13.
    Désolée si ça date un peu (le livre d'E. Badinter date lui-même de 1986, il a dû y avoir des progrès depuis). Je n'ai pas lu ces références indiquées.
    Si tu veux faire des recherches plus approfondies, l'anomalie en question s'appelle syndrome génito-surrénal.

    Dans ce sens tu as aussi les "garçons manqués" ou les "filles manquées".
    Oui, mais là, ça me semble purement psychologique. Pour les filles, ça intervient notamment quand l'éducation impose aux filles un rôle très passif et contrôlé qu'elles refusent.

  29. #28
    paulb

    Re : Le "tout génétique"

    Bonjour,
    Mes connaissances en biologie sont celles d'un quidam courant, ne m'en veuillez donc pas trop si je dis des énormités.
    Dans votre discussion, que j'ai lue avec beaucoup d'intérêt, vous avez l'air d'éviter comme la peste les expressions "inné" et "acquis". Je sais qu'elles datent un peu, mais pour moi, elles expriment bien l'idée que deux personnes, supposées nées avec un "capital" génétique identique, l'ont fait "fructifier" différemment, au hasard des influences extérieures fatalement différentes (parents, ami(e)s, maîtres, maladies, accidents, évènements etc.
    Pour l'instant, j'ai l'impression que personne n'est capable de démêler ce qui dans le résultat final est d'origine génétique et "ajoutée". Ceci ne serait possible (je pense) qu'après de longues études statistiques sur des individus très nombreux et encore: on ne pourra jamais reconnaître les petits déclics dus au hasard qui ont une importance démesurée dans l'orientation particulière de chaque individu.
    Vous parlez beaucoup de l'homosexualité. Là je vais peut-être dire l'énormité: les vrais homosexuels (et pas ceux qui ne recherchent que l'argent, et il y en a) sont EXCITES sexuellement par un partenaire homo, je pense que c'est indiscutable. Je pense que pour être excité, il faut un dosage hormonal adéquat et une "orientation" de la vue, du toucher et de l'odorat (très important l'odorat) qui désigne involontairement le partenaire sexuel idoine. Cette considération militerait pour l'origine génétique de l'homosexualité, mais elle est contestée par la constatation que les parents de l'homo sont évidemment des hétéros.
    Ceux qui connaissent mieux que moi les règles de l'hérédité que j'ai apprises il y a 65 ans et oubliées depuis longtemps, trouveront peut-être l'explication d'exceptions génétiques ne s'exprimant qu'en "pointillé".
    Pour l'utilisation "éthique" de la génétique, je suis pessimiste: il y aura toujours des scientifiques fous, même très minoritaires, qui utiliseront les acquis de la science à tort et à travers et qui prendront des risques insensés en trifouillant les gènes pour obtenir des résultats mirifiques. Ceux-là, la communauté scientifique doit les repérer et essayer de les empêcher de nuire.
    Amicalement paulb.

  30. #29
    Barbanath

    Re : Le "tout génétique"

    Citation Envoyé par Cécile
    Je viens de lire un truc très intéressant dans un vieux bouquin d'Elisabeth Badinter : "L'un est l'autre".
    Elle rapporte des travaux américains sur des intersexuels, c'est à dire des personnes qui ont une anomalie sur les organes sexuels externes. Par exemple, ce peut être une personne qui a tous les organes internes féminins (ovaires, utérus, etc.) mais qui a aussi une sorte de pseudo-pénis qui ressemble à un vrai. Si cette personne est considérée comme un garçon dès sa naissance, vu cet organe externe, elle se sent définitivement un garçon, malgré sa "nature" purement féminine (production d'hormones féminines, absence de caractères secondaires masculins à l'adolescence, etc.). Et ce malgré toutes les preuves qu'on peut lui apporter. Cela semble irréversible vers 2-3 ans.
    Ce qui semble prouver l'immense domination de l'aspect psychologique, qui prend le pas sur toutes les manifestations internes physiologiques (ce qui ne veut pas dire que l'aspect physiologique n'intervient pas). Le fait de se sentir homme ou femme est davantage dicté par la société que par la nature.
    La personne qui a des organes sexuels internes feminins et externes masculins: a-t-elle a la puberté des caracteres secondaires masculins qui se developpent (pilosite etc).

    De plus, on voit que elle (la personne) se sent definitivement homme alors qu'elle est XX si elle est eduqué comme une fille jusqu'a 2-3ans.
    Cela ne montre -t-il pas (pas prouver mais laisse imaginer qu'il soit possible que ...) que la "conscience" d'appartenance a un groupe sexué (homme ou femme) est choisi ver 2 3 ans mais sous un controle genetique (parce que la "decision" est irreversible et se produit toujours vers 2-3 ans).

    De plus il parai qu'il y a des animaux qui peuvent "choisir" leur sexe selon la repartition sexuée dans la population (je ne me rappelle pas de leur nom). Comment font-ils? Quel patrimoine peuvent-ils transmettre à leur progeniture (par exemple l'homozygote du chr. sexuel si il est dans le role de l'heterozygote ne peut quan meme que transmettre qu'un seul chro. possible? D'ou un desequilibre de la repartition des deux sexes?) Et de plus où se situe-t-il dans le classement phylogénétique par rapport à l'homme? Pourrait-on imaginer "un rapport" (avec BEAUCOUP de pincettes et de guillemets et de toutes les precautions qu'il faut , c'est juste une idée que j'ai eu en lisant ce sujet mais je n'ai pas idée de comment ca marche, desolee si c'est une enormite....)
    Ze Barba

  31. #30
    9herve

    Re : Le "tout génétique"

    J'ai pas tout lu, mais bon certaines choses me choquent...
    "L'homosexualité une flaiblardise de l'esprit humain"
    là, je relève même pas, tellement c'est stupide et grâve........
    La détermination du sexe serait due à un seul gène ou la présence du chromosome Y ? Bon il y' a SRY sur le Y, mais il peut il y a voir des translocations d'un morceau du Y, des problemes des genes qui sont en aval de ces gène , sans compter le pb fond génétique et des réseaux de gènes. D'autre part, assimiler les problèmes de détermination du sexe et de differenciation sexuelle avec l'homosexualité.......
    Bon, bcp de travaux ont été mal interprétés par la presse et largement médiatisés : par ex l'homosexualité chez les drosophiles,; les journaleux veulent absolument que tu parles d'un gêne de l'homosexualité, alors que les manips faites sont, soit de féminiser génétiquement les zone cérébrales du mâle qui perçoivent les phéromones femelles , soit de faire produire des phéromones de l'autre sexe. Ya pas de gènes de l'homosexualité la dedans.

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Réponses: 12
    Dernier message: 21/12/2012, 10h12
  2. [TPE] Génétique, thème "savants et science, hier et aujourd'hui"
    Par the pupil dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 11
    Dernier message: 04/10/2006, 20h53