Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

la science et la maitrise de son objet



  1. #1
    roronator

    la science et la maitrise de son objet


    ------

    bonjour, j'ai crée ce post, car pour mon cursus universitaire ma matiere la plus importante est intitulé "science administrative" ce titre paraît original voir incongru, c'est le cas de le dire puisque depuis un mois, le cours s'articule sur le fait de savoir comment une matiere peut recevoir le titre de sience, réponse du professeur il faut qu'il ait "la maîtrise de son objet " notion ô combient discutable
    en gros on reprend les 4 critères de Gaston Bachellard grand épystémologue francais: une matiere peut être une science si il y a:

    -abandon du pragmatisme

    -refus de la tentation normative

    -une décentation idéologique

    -un dépassement de l'empirisme

    ces notions sont un peu floue pour moi, j'aimerais savoir ce que vous pensez sur la qualification de science et peut être essayer de m'expliquer les explications de BAchellard merci

    ps: escusez moi pour l'expression ecrite

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    invite9321657

    Re : la science et la maitrise de son objet

    Citation Envoyé par roronator
    bonjour, j'ai crée ce post, car pour mon cursus universitaire ma matiere la plus importante est intitulé "science administrative" ce titre paraît original voir incongru, c'est le cas de le dire puisque depuis un mois, le cours s'articule sur le fait de savoir comment une matiere peut recevoir le titre de sience, réponse du professeur il faut qu'il ait "la maîtrise de son objet " notion ô combient discutable
    en gros on reprend les 4 critères de Gaston Bachellard grand épystémologue francais: une matiere peut être une science si il y a:

    -abandon du pragmatisme

    -refus de la tentation normative

    -une décentation idéologique

    -un dépassement de l'empirisme

    ces notions sont un peu floue pour moi, j'aimerais savoir ce que vous pensez sur la qualification de science et peut être essayer de m'expliquer les explications de BAchellard merci

    ps: escusez moi pour l'expression ecrite
    Je suis assez d'accord !
    Je connais pas précisément les 4 critères de Gaston Bachellard, mais voici ce que ça me parait vouloir dire :

    -abandon du pragmatisme

    Le pragmatisme, c'est l'idée de faire un choix imparfait en l'absence d'information simplement parce que le temps presse...
    L'abandon du pragmatisme, cela signifie que les choix qui détermine le contenue de la matière en question ne se feront pas sur des impératifs quelquonque, c'est à dire pour des raisons externe à la matiére elle-même est à l'expérience sur lequelle elle se base.
    On ne choisira pas entre la relativité et la gravitation de Newton, parce que l'un est plus pratique, mais parce que l'un est vrai, l'autre non. L'abandon du pragmatisme, c'est chercher coût que coût cette vérité.

    -refus de la tentation normative

    Le refus de la tentation normative, c'est le refus de s'enfermer dans des choses qui sont normés, c'est à dire qui résulte d'une séparation entre le normal et l'anormal, c'est à dire, plus finement entre ce qui est bien et pas bien de l'avis général, et au final, ce qui est pratique ou pas. Simplement parce que derrière la norme ce cache l'idée de définition, d'un modéle accepté par accord tacite par tous, la norme, parce qu'il est partique de s'y soumettre tel quel.
    Aussi parce qu'on a pas envie de perdre la face en constatant que ce qui est la norme est faux. L'idée serait plutot ici de toujours garder à l'esprit que l'idée doit être totalement asservie au résultat de l'expérience et donc échapper totalement à ce qu'on a envie qu'ils soient.

    -une décentation idéologique

    C'est juste à mon avis l'idée d'être prudent, c'est à dire, de comparer les postulats de manières précise et compléte, et donc de bien envisager toute leurs implications et de bien vérifier qu'elles soient en parfait accord avec la réalité..

    -un dépassement de l'empirisme

    Le dépassement de l'empirisme, c'est la nécessité de généraliser... une matière ne progresse pas si elle se contente de faire un inventaire des phénomèmes et si elle s'en contente.. ce qui est intéressant dans une matière, c'est le fait qu'une proposition qui décrit une plus grande part de la réalité, qui inclue une plus grande quantité de phénomène et correspondant à plus de chose et plus puissante que la somme de expérience qui la compose..
    Un exemple : On peut dire que toutes les pommes qui se détachent tombent des arbres, ont peut dire que toutes les poires tombent des arbres.... si on ne formule pas l'hypothèse que toutes les choses tombent quand on les lâches, on ne pourra pas formellement prédire le comportement des cérises, des oranges, ... etc.. La généralisation est un pari raisonnable basé sur l'idée que ce qui est vrai ici est généralement vrai ailleurs, c'est à dire, plus finement, sur l'idée que les mêmes lois sont valables partout dans l'univers avant qu'on les connaissent..
    Dernière modification par invite9321657 ; 25/11/2004 à 22h05.

  4. #3
    roronator

    Re : la science et la maitrise de son objet

    petite précision sur la notion de décantation idéologique

    il semble que c'est une notion plus large que la tentation normatrice: c'est a dire qu'il faut ne pas opposer directement le vrai et le faux même la vérité que certaines appel scientifique n'est ni intemporel ni universelle; elle est soumit a l'ordre social, or comme l'ordre social, la vérité scientifique évolue.
    .Ll'homme de science a un pouvoir celui de confirmer ou d'instituer un discour normateur, même si il refuse d'être tenter par une norme admise, il sera tenté par sa passion: son idéologie. ""l'idéologie c'est ce qui nous pousse dans le dos, qui nous motive à découvrir (pierre ricoeur)"" les raisons du scientifique doit être la recherche d'une vérité objective et ce de façon totalement désintéréssé (je sais c'est pas facile !
    on peut prendre un exemple frappant : einstein à avec la théorie de la relativité a totalement remit en cause les normes admises mit au pivot les idéologies de ses confrères, or lui même est tombé dans se piège puisqu'il a toujours réfuté la théories des quantas de max planck, bien qu'il y ait toujours opposé des arguments ""scientifiques", il n'en est pas moins vrai (je risque de m'apporter des critiques), que son obsession à vouloir découvrir sa vérité l'a détourné en partie de la scientificité de la physique vu comme une matière

  5. #4
    Rhedae

    Re : la science et la maitrise de son objet

    Cela evoque aussi , un aspect des choses qui n'est pas figé . La science evoluant avec le temps , on admet certainement des "verités", qui seront fausses dans le futur , d'ou ce besoin intellectuel au depassement et de l'evolution de concience: se detacher de tout dogmes pour tt repenser ... car la Science est un socle mouvant et aucun cas il est figé dans l'absolu d'une verité.. pour avancer elle doit aussi etre imaginative .

    Aussi dans les sciences humaines , il a un facteur emotionel et diversité des conciences difficile a discerner, emotion qui ne peut etre reélement quantifié dans l'observation d'un enesemble , d'ou l'inutilité d'un certain pragmatisme , qui ne fait que nous conduire a une logique d'utilité , une moyene, mais nos besoin etant plus d'ordre emotionel et divers, l'utilité s'efface au devant de l'emotion et du desir .

    En resumé on ne peut pas expliquer des choses complexes uniquement avec des mathematiques, donc la maitrise de la science s'exerce dans le doute alors que la verité est seul chose qui est réelle , autravers de la science ou sans la science .

    Nous voyons que l'histoire des sciences est toujours une contre verité et une revolution permanente de la notion de vérité , verité donc dogmatique , et paradoxalement verité qui nous echappe de son unicité , qui glisse vers un absolu futur (la logique pure)d'ou l'importance de se retrait dans la suspicion devant la connaissance , devant tt empirisme ou tt pragmatisme qui ne font que dénaturer les choses , dans un univers de diversité et de complexité, car la nature regorge d'exeptions a la règle, la science elle tente d'uniformiser la regle brut, logique, unique.
    "Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous."

  6. A voir en vidéo sur Futura

Discussions similaires

  1. Don de son corps à la science
    Par f6bes dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 26
    Dernier message: 13/09/2015, 21h56
  2. [TPE]Mise en mouvement d'un objet par le son.
    Par Sandra91200 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 4
    Dernier message: 29/09/2010, 20h29
  3. La Science Et Son Devenir
    Par Europa73 dans le forum Éthique des sciences (archives)
    Réponses: 3
    Dernier message: 30/11/2009, 15h01
  4. Création d'un objet qui réagit au son
    Par sylvainfranck dans le forum Électronique
    Réponses: 7
    Dernier message: 27/04/2007, 09h55
  5. Le désir est négation de son objet
    Par [RoSe_DeS_SaBLeS]__ dans le forum [ARCHIVE] Philosophie
    Réponses: 4
    Dernier message: 10/06/2004, 14h34