Affichage des résultats 1 à 12 sur 12

les "états limites" en psychologie, psychiatrie



  1. #1
    dadaî

    les "états limites" en psychologie, psychiatrie


    ------

    bonjour
    je fais un mémoire sur le cas borderline dans l'art. j'aimerais savoir si quelqu'un pourrait m'apporter de petits renseignements a ce sujet et me dire ou je pourrais me procurer des documents à ce sujet. Pour ceux qui ne connaissent pas ce sont des patients psychiatriques qui se situent entre la névrose et la psychose. En art on parle d'oeuvre qui se situe entre la normalité et la folie. Si quelqu'un meme novice veut s'exprimer sur ce sujet son avis sera le bienvenue.

    -----

  2. #2
    fredj

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    Bonjour. Si tu cherche des infos sur les personnalités borderline, des livres d'initiations à la psychopathologie seront une bonne entrée en matière. Mais tu ne choisis pas le cas le plus simple : c'est une pathologie assez floue, dont l'interprétation va varier selon les auteurs. Méfie-toi donc de cet étiquettage psychiatrique, qui n'a parfois pas grand chose à voir avec le vécu subjectif du sujet. Je te conseille aussi la fréquentation des forums de sites "psy" où tu pourra dialoguer avec des personnes, pour certaines en thérapie, qui ont un peu de recul pour parler de leur vécu.
    Peux-tu en dire plus sur ton angle de départ ? Ton mémoire est-il centré sur l'art ou sur la psychologie ?

  3. #3
    dadaî

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    je suis en maitrise arts plastiques et je voudrais parler du cas borderline dans l'art,je sais que ce therme définit les limites entre la névrose et la psychose. Ce que je voudrais analyser ce sont les caractéristiques qui font dériver l'art quelquefois vers la folie. Je m'interesse aux oeuvres qui ce situerai donc entre la normalité et la folie. ( Et également aux artistes) . Cepandant j'ai auparavant besoin de bien comprendre ce therme borderline.

  4. #4
    [PSO]Fabrice.g

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    Tu as pensé à aller voir du coté de Jean Bergeret, "La Personnalité Normale et Pathologique" ?

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    aka

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    Bonjour,

    Je suis novice et aussi psychologue qu'un clou.

    perso, je trouve que dire d'un état qu'il se situe entre la normalité et la folie, c'est déjà trés limite comme conception.

    Citation Envoyé par dadai
    je voudrais analyser ce sont les caractéristiques qui font dériver l'art quelquefois vers la folie.
    Cherchez-vous l'expression des modifications conscientes, telle qu'elles sont rapportées, interprétées, suggérées par exemple par les auteurs eux-même ? ( écrivain, peintres, etc... )

    ou plus simplement l'explication psychanalytique du terme borderline ?

    bon j'ajouterai que je suis également novice en art

    ( D'ailleur, vous parlez d'oeuvre qui se situe entre la normalité et la folie, si vous aviez quelques exemples ou noms d'artistes à donner ? ... je serai intéressé )

  7. #6
    nikov

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    ( D'ailleur, vous parlez d'oeuvre qui se situe entre la normalité et la folie, si vous aviez quelques exemples ou noms d'artistes à donner ? ... je serai intéressé )
    Tu peux jeter un coup d'oeil sur ce forum ( http://forum.hardware.fr/hardwarefr/...et-13947-1.htm)on y parle notamment de Louis Wain qui avait pour habitude de peindre des chats en les humanisant. Quand sa psychose (je ne sais pas si un etat borderline peut influencer nettement une oeuvre d'art) s'est déclenché, ses toiles et ses chats ont brusquement changé d'expression, leurs yeux devinrent terrifiants et surtout terrifiés, jusqu'au jour ou le peintre ne reussi même plus à donner une forme identifiable à ses chats...
    Dernière modification par nikov ; 08/11/2004 à 14h46.
    L'intolérence est commune à tous ceux dont l'idéal est d'imposer aux autres leur idéal.

  8. #7
    aka

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie



    lol, c'est intéressant

    Et quelle est l'influence de la schizophrénie dans l'invention du mandala tibétain ?

    Ca me rappelle le Zahir de borges... ( ... )

    ...Les murs et la voûte de laquelle un fakir musulman avait dessiné [ en couleurs grossières que le temps affinait plutôt qu'il ne les effaçait ] une espèce de tigre infini. Ce tigre était fait de nombreux tigres, de vertigineuse façon ; il était traversé, rayé de tigres, contenait des mers et des himalayas et des armée qui ressemblaient à des tigres. Le peintre était mort depuis longtemps, dans cette même cellule ; il venait du Sind ou peut-être du Guzerat et son propos initial avait été de tracer une mappemonde. Il ne restait que des vestiges de ce dessein dans l'images monstrueuse...

    Enfin je ne crois pas que Borges était schizo, mais entre ce fakir et ce peintre, il y a quelque chose non ?

    ( je divague... )

  9. #8
    paulb

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    Bonjour,
    L'histoire de l'art fourmille, spécialement dans la peinture, d'artistes qui étaient "limite". Je crois même que pour être créateur inspiré, il faut ce qu'on appelle "un grain". Il y a, dès les peintures rupestres, des indices de folie modérée, à moins qu'il s'agisse des effets de drogue qui provoquent des hallucinations semblables à celles de la folie. Léonard de Vinci (qui écrivait de droite à gauche et qui a dessiné les admirables "grotesques") montre, par ses dessins futuristes de vélos et d'hélicoptères, qu'il avait une imagination proche des hallucinations. Plus près de nous, nombreux sont les peintres qui naviguaient entre absinthe et stupéfiants pour doper leur production. L'autodestruction d'un Toulouse-Lautrec, le suicide de Van Gogh, "Le Cri" de Munch et bien d'autre en témoignent.
    Naturellement la "limite" entre les sains d'esprit et les aliénés n'est ni une frontière bien tracée ni délimitée dans le temps, mais plutôt un vaste no-mans land où la même personne peut faire des allers-retours périodiques.
    Depuis un bon moment on sait qu'il faut être fou pour se lancer dans la peinture, mais ça veut dire simplement "inconscient".
    Amicalement paulb.

  10. #9
    aka

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    Citation Envoyé par dadaî
    bonjour
    je fais un mémoire sur le cas borderline dans l'art. j'aimerais savoir si quelqu'un pourrait m'apporter de petits renseignements a ce sujet et me dire ou je pourrais me procurer des documents à ce sujet
    je vous conseillerai bien quelques oeuvres littéraires dans le domaine du fantastique : mais comment différentier les situations ambigues liées à l'état particulier d'une situation vécue, de celles imaginé par l'auteur jouant de ses lignes, pour évoquer un malaise tendu, mais réfléchi ?

    Car, mais je crois avoir beaucoup d'a-priori, si il est besoin de dire son malaise, ne faut-il pas aussi romancer son histoire... ?

    ( en fait je crois savoir, mais je ne suis pas sûr d'en être certain... Lautréamont, dont j'ai lu un extrait me paraît en plein dedans, Poe aussi... Arthaud un peu moins, mais un peu quand même... c'est ca ? )

  11. #10
    fredj

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    Attention aux généralités sur les gens "un peu fous", car on va vite tomber dans le cliché.
    Dadaî nous parle de pathologie borderline, alors quelques précisions tirées du DSM IV sur les signes diagnostiques de cette pathologie :
    - instabilité relationnelle et affective
    - impulsivité dans au moins 2 domaines (sexe, drogue, dépenses, auto-agression...)
    - colères intenses
    - menaces et comportements suicidaires
    - perturbation de l'identité
    - sentiment permanent de vide ou d'ennui
    - angoisse de séparation
    - de temps en temps, possibilité d'épisode psychotique avec hallucinations.

    C'est une pathologie a ne pas confondre avec des formes aténuées de schizophrénie, ou certaines névroses vaguememt psychotiques.

    Dadaî, ce qui me semble important, c'est le vécu intime du sujet. Dans le cas des personnalités borderline, voilà ce que j'en sais :
    D'abord, c'est un état de souffrance assez fort, qui vient d'un fonctionnement intellectuel et affectif profondément ambivalent : le sujet ne sais pas choisir entre une pensée et son contraire, entre une émotion et son opposé. Ca peut arriver à tout le monde, diras-tu, sauf que dans son cas, le basculement dans une polarité annule l'autre. Je m'explique : il peut avoir un sentiment affectueux envers quelqu'un et l'instant d'après le détester, sans se rappeler la phase précédente, d'où des relations aux autres cahotiques. C'est là que se situe le "noyau" psychotique : ne sachant pas "qui" est l'autre (ami ou ennemi, par exemple), il ne sait pas qui il est lui-même.
    Le sujet borderline n'arrive pas à faire la synthèse des aspects négatifs et positifs d'une situation, c'est tout bon ou tout mauvais sans nuance, et avec une grande violence.
    Néanmoins, les personnalités borderline sont pleines de vie et séduisantes. Mais pour un rien elles ont recours à la violence sur autrui, et également sur elles-même. Les cas d'auto-mutilation sont courants. Il y a aussi une certaine ambiguité sexuelle.
    Je pense que tu trouveras des traits borderline chez certains artistes au comportement très "sex, drug & rock'n roll". J'ai aussi connaissance d'artistes contemporains qui pratiquent l'auto-mutilation lors de certaines performances.
    Voilà. Un dernier conseil : on ne peut pas faire de diagnostique sûr à partir d'une biographie. C'est déjà difficile "in vivo".
    Bon courage.

  12. #11
    dadaî

    Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    je remercie tous le monde de m'avoir si gentiment répondu, j'ai lu des choses qui vont certainement m'aider à réaliser mon mémoire. J'espère que vous continuerez a écrire. Je vais essayer de répondre a tous le monde.

    Je m'interesse en ce moment a un artiste dont une prof m'a parlé, Davrid Nebrada. C'est un artiste qu'on dit borderline car il est limite au niveau de l'éthique. Le coté impulsif au niveau sexuel est trés présent dans son oeuvre ( les pulsions). Ce qui ma poussé a travailler sur ce sujet ce sont en premier lieu les tableaux de Dali "sans limites", dont les pulsions erotiques sont présentes mais qui dit lui meme "la différence entre un fou et moi c'est que je ne suis pas fou" Je connais également quelque performances d'artistes comme Orlan qui se fait refaire le corps pour ressembler a un fantasme et pour etre elle-meme une oeuvre d'art. Ainsi que des photographies de Michel Journiac, cindy shermann qui mettent en forme des scénographies pervers.
    Il est sur que je n'ai pas pris un sujet facile et que j'ai tendance a m'embrouiller un peu avec tous ca, cependant je me suis toujours intéréssée au rapport entre la psychologie et l'art. L'art ouvre des portes a d'autre mondes, parfois à celui de l'inconscient et il est interessant de comprendre en quoi certaines oeuvres contemporaines provoquent un malaise chez le spectateur.

    ps:Fredj ta liste des "symptomes borderline eclaircie réellement mes idées. merci aux autres pour leurs références bibliographiques et leurs avis qui sont trés enrichissants; Chaque avis est essentiel et m'interesse, meme les novices en art et psychologie.

  13. #12
    Queenluan

    Unhappy Re : les "états limites" en psychologie, psychiatrie

    Citation Envoyé par fredj
    Attention aux généralités sur les gens "un peu fous", car on va vite tomber dans le cliché.
    Dadaî nous parle de pathologie borderline, alors quelques précisions tirées du DSM IV sur les signes diagnostiques de cette pathologie
    Difficile de ne pas tomber dans le cliché en s'arrêtant à une théorie purement experimentale, les travaux analytiques sont aussi particulièrement pertinents en la matière.

Discussions similaires

  1. [TPE]"Quelles sont les limites de stockage optique de données numériques ?"
    Par tarantio dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/10/2007, 10h46
  2. Thérapie des enfants "Etats limites"
    Par isasam dans le forum Psychologies (archives)
    Réponses: 7
    Dernier message: 22/11/2006, 14h11