Affichage des résultats 1 à 28 sur 28

L'alcool fléau de l'humanité ?



  1. #1
    Neutrino
    Avant je prennais les spéculations métaphysiques du forum philo. avec humour. Maintenant je suis plus circonspect. Parce que pendant que d'aucuns défendent mordicus leur preuve spiritualo-ontologique de Dieu et que d'autres réfutent Dieu au nom de la toute puissance du scepticisme-nihilisme-matérialisme-scientisme, sur le champ de bataille du topic "Les religions, fléau de l'Humanité?" complété par "Dieu existe t il?", un beau petit fléau réel est tranquillement entrain de faire ses millions de morts tragiques. Pas un enemi qu'on refuse et qu'on rejette comme le SIDA, nan nan, ce serait trop facile, et pas besoin d'un topic. Non non.

    [...] Selon le chef de la police criminelle de Vilnius, Juozas Kandzezauskas, Cantat, 36 ans, sous les effets d'un mélange de médicaments et d'alcool, aurait poussé l'actrice qui est tombée par terre en se cognant à la tête. Cette version des événéments a été présentée à la police par le fils de l'actrice, Romen Kolinka, selon M. Kandzezauskas, cité par l'agence BNS. [...]
    Yahoo actualités
    L'alcool. CH3CH2OH. Belle molécule non? Présente dans les nuages interstellaires, si je ne me trompe. Un des produits de la fermentation des bactéries, je crois.
    Il y a quelques temps, je rigolais en voyant des biches à la télé, qui dévoraient les pommes tombées au sol pour l'alcool que la fermentation au soleil avait dégagé, à l'intérieur. J'ai ri encore plus face à cette histoire d'éléphants chinois ayant attaqué un village pour dévaliser les tonneaux de bière.
    Maintenant je ne ris plus. Une personne, mère de famille, est en train de mourir, une personne célèbre, tabassée par un homme célèbre. Mais surtout des artistes, des esthètes (cf. très infra), ce qui est symboliquement violent pour moi. Sous l'emprise éthylique. Oui, il y avait les médicaments. Mais les médicaments sont une invention récente, ils n'ont pas le casier judiciaire accablant de l'alcool, et de plus, l'alcool motive bien la violence sans médicaments.

    Je me rend compte que l'humanité est desespérément attachée à sa bouteille, à sa gueuse de bouteille. Essayez de vous passer d'alcool pendant un an! Essayez! Vous subirez le mépris des autres qui vous y emmèneront à nouveau. Sauf si vous fréquentez des gens raisonnables, ce dont je vous féliciterais. Les alcooliques sont parfois chanceux, en ayant utilisé l'alcool comme une drogue "de défonce", une fois sevrés ils n'y touchent plus. Mais sont méprisés, exclus. Mais les autres... ceux là le prennent sans plaisir, juste par nécessité! ou pire, par nécessité de se défoncer, de se bourrer jusqu'à en vomir son être.

    Mon père me disait toujours : "retiens bien ces quatres inventions de l'Homme : la charrue, l'imprimerie, l'alambic et la poudre à canon. Les deux premières ont apporté liberté et bonheur. Les deux autres, ruine et mort". L'alambic distille et pisse son poison et le répand. Tous s'agenouillent et lèchent la dernière goutte qui souille le sol. L'alcool n'est pas une drogue dure, qui intervient chez certains individus à certaines périodes de leur vie, les "retirant" de la société humaine impitoyablement. L'alcool agit tout au long de la vie, de l'adolescence à la vieillesse. Il pourrit l'homme de l'intérieur. Il amenuise la volonté, altère la conscience. Puis attaque le corps, foie, cerveau, gorge, intestins, etc, ce qui altère le tempérament et redouble ses effets psychiques néfastes. Mais le pire est qu'il s'est intégré aux coutumes humaines et en a tiré une fausse légitimité. On ne peut pas interdire l'alcool, c'est dans les moeurs du peuple! Comme si des moeurs héritées par éducation forcée pouvaient avoir une quelconque valeur juridique!

    L'alcool n'est pas un besoin. Nous pouvons vivre sans alcool, mais pas sans manger, manger EST un besoin. Le vin, "boisson divine", est une exception, disons que l'alcool n'y fait qu'accompagner son goût sublime. Même les alcools forts de tradition sont de bonnes boissons, la griserie faisant partie du plaisir gustatif. C'est l'alcool qu'on boit en esthètes.
    Non, je parle du sale alcool, de l'urine d'alambic assez forte pour désinfecter une fosse sceptique, qui fait décoller plus fort que les pilotes d'Air France : à 70°. sans goût, ou avec un goût que la coutume oublie.

    Il n'y a même pas besoin d'invoquer un obscur lobby alcoolier pour justifier cet état de fait! Les producteurs sont innocents! Ils répondent à une demande, et ne sont pas sensés deviner que leur oeuvres d'artisan finissent "torchées" sans respect.
    Tout le monde veut l'alcool, tout le monde a soif. Tout le monde veut se griser un peu, tout le monde veut être esthète sans le goût, vilain prétexte. Mais l'excès, il est "dedans la merde". Modération, c'est qui? connait pas. L'esthète boit avec raffinement, et donc sans excès, et n'a pas à gâter sa contemplation avec ce concept ascétique de modération. Il contemple mais ne consomme pas. Il boit UN bon vin. Pas DU vin.
    La consommation (et non la contemplation) appelle l'excès, si certains ont une volonté plus resistante que les autres, tant mieux! Mais n'ayez aucun espoir. Si ce n'est pas eux qui se tueront ou tueront par l'alcool, ce seront leurs enfants. Ou leurs petits-enfants. Il a le temps. Les hommes meurent et naissent, mais techniquement, les bactéries anaérobies sont immortelles, par la mitose. L'alcool-sans-goût coulera à flot pour des siècles, même quand les antibiotiques et les antiviraux seront devenus inefficaces, même quand les mers auront rongé les terres. Il aura le temps de tuer des centaines et des centaines de femmes sous les coups de leurs amants, de jeunes contre des troncs d'arbres, de SDF dans le froid moscovite, et j'en passe. Il s'imiscera partout, corrompant tout sur son passage.

    Le pire serait d'interdire l'alcool. L'interdire, ce n'est qu'interdire la contemplation du bel alcool par la fine bouche, qui se fait au grand jour, entre amis parfois, et c'est encourager la consommation en ne laissant qu'elle comme alternative. L'esthète pressé de boire son rouge en oublierait son goût, et deviendrait vulgaire consommateur. Une belle victoire pour une belle merde. Encourager la "contemplation"? Le peuple comprendrait mal.
    La solution pour moi : éduquer le goût, dans tous les domaines. Eduquer à l'alcool, faire honneur à ceux qui travaillent pour le fabriquer, par respect pour l'ingéniosité de l'Homme. Et ne pas l'avaler pour étancher sa soif ou son envie d'alcool-qui-grise.


    Neutrino,
    sentiments distingués pour la famille de la victime du poison.

    Mise en place d'un titre plus explicite, déplacement vers une section plus adaptée, Damon

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Neutrino
    En effet, c'est une question de sociologie, je n'y avais pas pensé
    Cependant le titre est de la mayonnaise maintenant Ce n'est pas un sujet sur la dépendance à l'alcool mais bien sur ses effets cataclysmiques sur l'être humain qui en font un fléau!
    Neutrino

  4. #3
    Damon
    Voilà je l'ai rechangé, j'espère que celui-ci te conviendra mieux.
    Étant donné que l'alcool est le sujet de la discussion, je pense préfèrable de le mentionner dans le titre.

    Damon

  5. #4
    Neutrino
    En effet! le titre est vraiment mieux là. Merci.
    Neutrino

  6. #5
    vince
    Bonjour

    Belle prose comme d'habitude et très interessante.

    Je voudrais revenir simplement sur ce que tu appelles la necessaire "éducation à la contemplation" sans être aussi lyrique que toi. Il me semble que cette évolution existe dans les faits dans le domaine vinicole. En quelques décennies les producteurs ont sacrifié la quantité à la qualité et le gros rouge qui tache a quasiment disparu des rayons. Cela se ressent sur le prix du vin mais apparement c'est plus en adequation avec le gout des consommateurs ce qui tendrait à prouver que ces derniers n'aspirent plus simplement à s'en jeter un coup derrière la cravate.

    Voilà

    V (qui s'est forcé à prendre une limonade hier soir au bistrot (si, si!))

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Neutrino
    La situation s'améliore chez nous? Tant mieux! Je ne demande que ça. Pourvu que ça dure.

    Je suis pessimiste en tout cas, notamment d'après mon expérience personnelle : des jeunes de 15 ans qui se retrouvent en pleine après-midi le week-end et qui se défoncent à l'alcool, parce que c'est plus facile à acheter et moins cher que l'herbe! je dis bien "défoncent". Limite si certains ne viennent pas avec la gueule de bois au lycée le lundi!

    D'accord pour le vin, mais quid de la bière? Avant la bière était consistante et nutritive, maintenant c'est un liquide mousseux plus alcoolisé qu'avant! sans oublier l'infame rhum de sucrerie que tout le monde achète en France... jus de poubelle de déchets de canne à sucre fermenté! Vive le goût!
    Pour certains jeunes défoncés la bière sert à faire passer le goût d'alcool très forts infects! Une rasade d'antiseptique puis une de bière forte pour atteindre des sommets!

    Il y a aussi autre chose que je n'ai pas raconté : cette année j'étais en vacances en hotel Club en Crète. Le jour du 14 Jullet, il y avait une animation très tard le soir autour de la piscine. L'équipe d'animation avait organisé une tombola, un tirage d'un numéro, et les numéros étaient sur les capsules des bouteilles d'une boisson que je ne connaissais pas : Kriska. Il fallait attendre minuit pour le tirage des gagnants, et le jeu avait commencé à 8 heures du matin. Quand j'ai compris ce qu'était la Kriska, j'étais vert de rage. C'était de la bière à la vodka à presque 10°! Certains ont bu toute la journée et étaient complètement bourrés, le soir. Quel bel hôtel club! L'Assomoir, oui. Un homme en avait bu 3 en 20 minutes (et X avant), il était sur le point de déshabiller sa femme devant tout l'hôtel, aussi éméchée que lui. C'était pitoyable. Je ne vois pas où était le goût de la consommation! Le plus abominable est qu'ils n'ont pas été regardant quant à celui qui allait acheter la bière... il y a avait autant de mineurs que de majeurs dans cet hôtel.

    Je suis sûr qu'on pourrait multiplier les exemples de comportements ordinnaires où des consommateurs qui ne sont pas alcooliques (pas dépendants au sens strict, consommateur très irréguliers) ont des attitudes excessives et complètement opposée à la bonne dégustation!
    Neutrino

  9. Publicité
  10. #7
    Cécile
    Je crois que le comportement des consommateurs a en effet changé, mais je ne sais pas si c'est en bien ou en mal.
    Avant, les gens buvaient tous les jours, parfois beaucoup (1 litre de vin par jour n'était pas rare pour les ouvriers, mais ils se dépensaient beaucoup donc l'éliminaient), mais le but n'était pas trop de se "défoncer".
    Aujourd'hui, les gens boivent peu la semaine, mais de plus en plus se "défoncent" le week-end, comme tu le décris.
    Mais je crois que l'attitude la plus dangereuse, ce n'est pas ce côté défonce (sauf quand ils prennent le volant après). C'est quand l'alcool devient un moyen de compenser un manque, de combattre la déprime, ou autre. A ce moment, le buveur boit seul, régulièrement et beaucoup. Et tombe dans l'alcoolisme.

  11. #8
    Neutrino
    Même sans tomber dans l'alcoolisme, et même indépendament des effets ponctuels de l'alcool, je pense qu'il encourage de sales habitudes et de mauvais changements de caractère, et "ramolit" la conscience, effectivement en comblant des manques... une drogue du peuple et non de la personne seule ou dans une bande... qui devient aussi une vraie drogue dure. Le jour où un gamin de 13 ans fera un delirium tremens en cours de maths, le débat sera vraiment lancé.
    Neutrino

  12. #9
    Neutrino
    http://fr.news.yahoo.com/030801/202/3btel.html

    Voici un bon exemple de l'attitude idéale face aux alcools.
    Neutrino

  13. #10
    Damon
    Salut Neutrino,

    après lecture de ton lien, je ne peux qu'être d'accord avec ce qui y est dit.
    Je me permet d'ajouter cet autre mode de consommation de la bière.
    le site est encore en construction

    Pour le reste, il est bien connu que l'abus nuit en tout...

    Damon
    Un EeePc ça change la vie !

  14. #11
    Jarod
    Le probleme c'est que l'alcool est synonyme de convivialité;comme la cigarette lors de la pause café avec les collègues ou aves les copains dans la cour du lycée.
    Et la plupart des personnes n'ont pas conscience du danger.
    Moins d'énergie, moins de pollution et du mieux vivre avec negawatt dans google...

  15. #12
    soum
    bonsoir ou bonjour
    Je me réjouis de savoir que je ne suit pas le seul a penser que l'alcool est une verritable bombe à retardement nuisible à toute population l'ayant adopter dans ces coutumes et traditions.
    Je sais qu'il trés difficile de se faire une autocritique , de se remmettre en cause, de savoir si ce que l'on fait est bon ou mauvais, pour l'avenir de l'humanité,sans voir trop loin pour nos enfants et pour nous même.
    Je travaille dans le domaine médicale et je peus affirmer avec certitude que l'alcool est un véritable fléau répendu sur la terre entiére il tue à petit feu et sans prévenir des milliards d'individus.
    Soyons intelligent ,ayons l'esprit logique sans arriere penser idéologique .
    si j'ai devant moi une chose qui me plait qui me séduit et dont je veus profiter ,Et dont je sais qu elle me sera nuisible en petite ou grande quantité. je me pose la question des avantage et inconvénients.
    avantages de l'alcool:
    gout ,nutritif???
    effet bénéfique sur les coronaire ( je le site mais c ce qu'on appel le french paradox ne s'applique qu'au vin rouge mais cet effet protecteur est contrebalancer par le fait que l'alcool stimule le systéme sympatique et augmente la fréquence cardiaque donc délétere pour les coronaire athéromateuse)
    ennivrant , deshinibant ?? je ne sait aps si c bénéfique pour l'homme et son organisme


    inconvénients de l'alcool:
    TOXIQUE pour la majorité des cellules vivante et de notre organisme (systémes nerveux centrale , fois , appareil digestif, artéres et veines etc............... )
    ADDICTIF c une drogue dur à laquel on peut être facilement subordonné
    Déshinibant, dysphorique si attitude suicidaire passage a l'acte plus facile , réalisation d'actes complétement inconcidéres, amnésiant, bradypsychique, diminuant tout les capacités psychomotrices sauf celle de rire peut etre et de crier lol, destruction du capital neuronal ,trouble l'homéostasie métabolique de l'organisme
    pour les femmes enceintes : tératogéne majeur l'alcool est contre indiqué meme de facon ponctuel car la concentration dans le liquide amniotique est 10 fois plus importante que celle dans le sang de la mére (1 verre maternelle = 10 verres pour le foetus) cela donne un syndrome d'alcoolisation foetal trés grave on en voit beaucoup dans le Nord pas de calais (1naissance sur 300) cela donne enormement de complication trouble psycho moteur, hyperexitabilité , nervosité, syndrome de sevrage a la naissance ......... Biensur pour cela faut que le bébé naissent car beaucoup décedent avant de naitre , la grande majorité sont éliminer sous forme de fausse couche ...etc la liste et encore longue bref la liste des inconvénients est encore longue trés longue mais j'ai decider de vous raconter une petite histoire

    il y peu de temps j'etais dans un service de gastrologie et on a eu un patient dont le foie ne fonctionnait plus du tout BREf on a du le transplanter avec un foie tout neuf et il est mort trés peu de temps aprés sa greffe causé par un rejet massif .
    cet homme travaillait comme gouteur de vin , cétait son métier et il disait avec acharnement que les 99% de ce qu il goutait etait recracher . je crois quil disait vrai pcq s'il avait tout avalait c pas à 51 ans qu'il searit mort mais bien avant .
    Reflechissait à cette petite histoire

    pour moi l'alccol devrait être conplétement interdite, plus de production , plus de vente, plus de consommation , au même titre que la cocaine .
    Pour nous francais c facile de dire faut interdire la cocaine car elle n'est pas encrée dans nos traditions mais allez le dire au colombien d'arrêter de consommer et de planter la feuille de coca ,vous trouverez la même reticence que vous avez , que nous avons nous francais quand on nous dis faut interdire l'alcool.

    Quand enfin deviendrons nous intelligents, sages, n'oublient pas notre passer et les erreurs deja commises. Qaudn allons nous prendre conscience qu'autoriser l'alcool c autoriser 4 500 000 de buveurs excessifs sur 60 000 000 de francais.

  16. Publicité
  17. #13
    soum
    dsl j'ai de grâves problémes en ortographe
    veuillez m'en excuser lol

  18. #14
    nico828

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    buvez un coup, vous en avez besoin,
    les potes , c est pas que sur le net? il y a du monde ailleur
    Vous pouvez etre intellingent lais soyé ouvert,
    l alcool tue mais l alcool fais vivre,
    la vie ne vaut d etre vecu sans amour(gains),
    la vie ne vaus d etre vecu sans plaisir,
    quand l alcool est consomé avec moderation, il ne fait qu ajouté unpeu de gaité a une soiré.

    bisous mes loulous

  19. #15
    DonPanic

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Slu
    Citation Envoyé par soum
    Quand enfin deviendrons nous intelligents, sages, n'oublient pas notre passer et les erreurs deja commises. Qaudn allons nous prendre conscience qu'autoriser l'alcool c autoriser 4 500 000 de buveurs excessifs sur 60 000 000 de francais.
    Et quand deviendras-tu intelligent et prendras-tu conscience que ne pas autoriser l'alcool c'est l'interdire,
    appliquer une politique de prohibition qui fait la fortune du grand banditisme
    et s'est transformée en échec cinglant aux USA, et tu parles des erreurs déjà commises,
    transformer 4 500 000 de buveurs en délinquants quand les prisons sont surchargées,
    et faire fi de la liberté et de la prise de conscience individuelle ?


  20. #16
    dteuz

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    'soir
    tout à fait donpanic,interdire l'alcool n'ameliorera rien
    l'exemple du droit de bouillir non transmissible est pour moi une sombre fumisterie qui n'empeche personne de boire et privilegie les alcools "de masse"(acheté au superhyper du coin) au dépent de petits produits artisanaux qui faisaient la fierté de chaque famille(goutte celui de cette année de secheresse,il est meilleur que celui de l'an dernier!) en plus le voisin qui est venu donner un coup de main n'en profite plus lui non plus

    a propos de vente de boissons au café, les sans alcools sont souvent plus chers(sauf le p'tit noir) et de moindre qualitén peut trouver de bonnes (excelentes) bieres presque partout par contre en dehors du ******* cola ou autres produits similaires(et excessivement sucrés) rien de vraiment bon !
    on trouve aussi maintenant des bieres "light" à 2.6%
    ps: ici en suisse un effort est fait pour les bieres sans (je trouve regulierement 2 fabriqué selon la loi de la pureté)

  21. #17
    WebDreamer

    Smile non alcoolique anonyme ;)

    Bon eh ben je voudrais dire seulement, même si ça fait un peu vantard ou beniouioui que j'ai décidé spontanément de ne pas boire d'alcool et de ne pas fumer. Je sais bien que je boirais un peu mais étant donné que je sais que l'alcool est ou contient du poison et qe je ne trouve pas le gout spécialement meilleur, si j'ai le choix, je choisirais quasiment toujours la boisson non-alcoolisée. Je ne crois pas à cette légende urbaine comme quoi boire un peu tout les jours est bon pour la santé, et même si c'était le cas, ne pas boire n'est pas nocif pour autant. Pour ce qui est de fumer, c'est encore plus radical, je me dis qu'il suffit de ne pas comencer pour ne pas avoir à arreter...

  22. #18
    DonPanic

    Re : non alcoolique anonyme ;)

    Slu
    Citation Envoyé par WebDreamer
    Je ne crois pas à cette légende urbaine comme quoi boire un peu tout les jours est bon pour la santé, et même si c'était le cas, ne pas boire n'est pas nocif pour autant.
    Ce n'est pas une légende, urbaine ou campagnarde.
    L'effet puissament vasodilatateur de l'alcool et son action sur les graisses combat l'artériosclérose.
    mais y moyen d'obtenir le même effet par la pratique sportive sans rouler sous la table

    Pas tomber non plus dans quelque intégrisme "islamique" même pas fondamentaliste
    qui condamne l'ivresse et non l'alcool en tant que tel
    d'ailleurs alcool est un mot d'origine arabe...
    Faut dire que les vins produits sous un climat chaud et aride titrent 13.5° ou plus, alors molo sur les litrons

    DonPanic

  23. Publicité
  24. #19
    ixi

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Oulala, ça fait un bout de temps le dernier post, mais c'est un sujet très interessant.

    Je dois dire que je trouve la majorité des interventions pertinentes mais assez démagos.

    C'est très politiquement correct de fustiger l'alcool en énumérant les avantages et les inconvénients.
    Parce qu'à ce titre, le café est également dangereux (cette remarque ne vaut pas pour les posts de neutrino qui attaque un autre problème), le lait de vache l'est aussi, le beurre ou toute matière excessivement grasse, etc, etc....y a du monde au portillon!!

    L'alcool motive la violence sans médicaments, sur quoi t'avances-tu neutrino? L'alcool est un désinhibant, oui, mais pas que pour le pire...

    sinon, 4 500 000 buveurs excessifs, c'est encore une stat à prendre avec des pincettes sortie du cadre...

    -Je suis un grand amateur de bière, mais ayant peu de moyens, je ne peux, il est vrai, pas m'acheter de "grandes bières". J'essaye quand même de les sélectionner, et certaines bières pas chères valent le coup. Le prix est déjà un gros problème. J'y reviendrai.

    -Non, toute l’humanité n’est pas accroché à sa bouteille, du moins pas plus qu’à la voiture qui pollue et se trouve toute aussi dangereuse que l’alcool (ce qui ne justifie pas l’alcool). Taper sur l’alcool car quelques gens en abusent, c’est comme taper sur la voiture juste à cause des 4x4.

    -La majorité des gens peuvent se passer d’alcool un an, oui, je maintiens. Mais au fond, c’est pas un pari risqué pour toi, parce que la réponse est « oui, je suis capable de le faire, mais je n’ai pas envie de me priver un an », ta réponse est alors évidente....

    -Je bois parfois plus que raison avec mes amis. Sous le coup d'une ivresse non maladive, plutôt libératrice, je rentre chez moi en transport en commun et je parle aux gens, je déconne dans le métro. et, à part 1 ou 2 personnes, généralement les gens rient de bon coeur de voir des p'tits jeunes, certes un peu éméchés, mais pas violents pour un sou, plutôt sympathiques au final....
    Et je crois qu'au niveau de la jeunesse (en tout cas la jeunesse bretonne, que je connais particulièrement), plus que de la défonce pure et simple, c'est plus le côté déshinibant qui est recherché. Il ya des choses marrantes que je ferais pas sobre. Elles ne sont pas nécessaires, mais certains de mes meilleurs fou rires ont eu lieu un peu "alcoolisé". on peut aussi s'amuser sans alcool certes, mais parfois il peut aider à s'extravertir. J'ai des amis comme moi qui font très certainement partie des 4 500 000. (j'en connais au moins une dizaine). pourtant ce sont des gens heureux de vivre qui ne font qu'ajouter un peu de "piment" comme on dit. Rien de dangereux en soi. Bien sur, les dérives sont possibles, mais avec un groupe d'amis présents, je peux affirmer qu'il n'ya aucun risques.

    -Neutrino, on n'est pas méprisé lorsqu'on ne touche plus à l'alcool. Cette idée est de l'ordre du fantasme ou alors elle est vraiment anecdotique. Si les anciens camarades de "beuverie" te méprisent des lors que tu ne bois plus, alors sois heureus, ce n'était pas des amis. Tu es plus libéré que méprisé. De plus, je n'ai jamas entendu ce genre d'histoire, alors que je connais un paquet de groupes de buveurs (quand je dis buveurs, ce n'est pas forcément des gens qui boivent beaucoup).

    -Quant à dire que l’alcool altère la conscience, c’est seulement temporaire. Parmi mes amis, nombre font des études supérieures et sont à côté de cela de grands lecteurs, de fins analystes de la société, donc pas de problème. Mon père a beaucoup bu toute sa vie, il n’empêche qu’il était considéré par beaucoup de gens comme un personne d’une intelligence rare. Certes il est décédé à 53 ans d’un cancer du pour grande partie à l’alcool. Alors pourquoi, pourquoi, une personne très subtile, boit, et pas forcément du bon. Là est la question !!

    -Faire l'apologie du goût, certes, mais la qualité a un prix. Pourquoi une personne riche pourrait se payer des bonnes bouteilles, tandis que l'ouvrier moyen, lui ne pourrait pas. Mais il a aussi le droit de connaître le plaisir du vin. Hélas, ses moyens ne lui permettent que d'acheter des vins "moyens". Ce que je reproche clairement, c'est de cracher sur les gens qui boivent à cause de certains manques, de faire l'apologie du goût quand on peut se payer en voyage en Crète à 18 ans. Je suis un peu dur, j'en suis désolé, mais voir ce genre de propos m'indispose.
    Après c'est facile, l'ascète se grise, le français moyen se bourre. Mais au fond , ils ne font que la même chose avec leurs propres moyens. Tu vas me dire que ce célèbre acteur français, appelons le Gérard D., ne se bourre pas ? A sa dernière intervention dans une cérémonie, il avait pourtant pas l’air sobre. Et qu’a-t-il bu ? des grands vins. Alors où est la différence entre l’ascète et l’ivrogne?

    -"en vomir son être". Mais l'explication est à l'intérieur même de l'accusation. Oui, en vomir son être, pour éviter de vomir les autres. Oui, c'est facile d'accabler les gens qui boivent sans savoir pourquoi ils boivent. Peut-être que sans alcool, les exutoires auraient été pires, on ne peut le dire. oui, l'abus d'alcool résulte de pulsions auto-destructrices (tout le monde connait le danger). Mais pourquoi ces pulsions, hein, dis-le? C'est bien joli de dire que les jeunes se bourrent l'après-midi, t'es allé les voir leur demander pourquoi? Toi, tu as les sciences, les études qui t'occupent beaucoup, tu as des objectifs, même à court terme (1 ou 2 ans...). T'es allé les voir, leur demander, eux? A moins que tu n'aies eu peur qu'ils te frappent puisque selon toi, l'alcool engendre la violence?
    L'alcool n'est pas un problème en soi, c'est la raison de sa consommation abusive qui l'est. La réponse se trouve dans une analyse de société sur les manques des gens, sur la disparition des repères. Et les façons qu'ils trouvent de les combler.

    Je ne défends pas l'alcool. Je cherche juste à clarifier certains points.
    Je suis parfois un peu dur ou un peu agressif, je m’en excuse.
    "Je ne joue même pas aux dés...." (Dieu)

  25. #20
    ixi

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    En y repensant et en me relisant, je vois que j'ai vraiment été dur par moment, je m'en excuse sincèrement auprès de neutrino (surtout le jour de son anniversaire!!) et des autres.
    Bon, ben bon anniversaire neutrino!!
    Dernière modification par ixi ; 08/08/2004 à 21h10.
    "Je ne joue même pas aux dés...." (Dieu)

  26. #21
    toast

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Salut,

    Je pense que comme toute chose c'est l'abus et non la chose en elle même qui est dangereuse.
    Un verre par jour n'a jamais tué personne, par contre, ce qui est dangereux et doit être sévèrement punit c'est l'abus d'alcool lorsqu'il mets en péril les autres (accidents de voiture, etc...)

    Pour le reste, que des personnes se bourrent ou pas, si elles ne dérangent pas les autres, je n'y vois aucun inconvénient. Après tout, elles savent ce qu'elles font.

  27. #22
    acerfull

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    ''Bonjour, je m'appelle Pierre-Luc et je suis alcoolique''
    ''Bonjour Pierre-Luc''

    Moi je suis un consommateur d'alcool. Depuis les derniers mois, je préfère le bière ayant un pourcentage plus élevé d'acool (5.9%). Je vais maintenant pour vous me poser la question suivante: Pourquoi est-ce que je bois de l'acool?

    - Je crois que j'ai développé un réflexe dans certaine situation. Exemple: Quand j'arrive dans un bar, je me pose même plus la question, je vais directe au bar. Dans les bars pour moi, c'est rendu un réflexe. Peut-être est-ce la publicité?

    - Maintenant quand je suis à la maison et que je reçois de la visite pour un souper par exemple, la prise d'alcool dans une intimité, détend l'atmosphère. On oublie finalement temporairement nos problèmes et peux donc être plus connecté à l'autre en face. Finalement, c'est comme prendre deux aspérines quand on a la grippe. Ça guérit pas, mais tu dors mieux.

    - De toute évidence, je consomme l'alcool pour ces propriétés de détente et non pour son goût.

    Maintenant, personnellement je crois qu'il y a des gens qui boivent ou qui se droguent parce qu'ils souffrent moins sous l'effet que sombre. Évidemment, avec l'expérience et le mouvement AA, nous savons que ça rend pire la situation. Je dirais même que ça castre un gars à long terme, avec l'abut bien-sûr. L'acool apporte un sentiment d'appartenance et inhibe temporairement le sentiment de se sentir seul, pour plusieurs.

    Un fléau? Je dis non, car l'homme a le choix...

  28. #23
    shokin

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Citation Envoyé par acerfull
    Un fléau? Je dis non, car l'homme a le choix...
    Ya quand même une forte pression sociale. Comme tu dis, il se sent appartenir à un groupe. Il a besoin de se sentir élément du système.

    L'alcool inhibe, mais il nous chamboule nos facultés de perceptions... et pourtant un verre de vin à chaque souper n'est pas mauvais.

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.

  29. #24
    Lostin

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Si on voit l'alcool en terme de dangerosité, comme il est en vente libre, il fait X fois plus de dégats que les drogues. Si on l'interdisait comme les drogues on sait que - prohibition - la nature ( des trafiquants ) ayant horreur du vide, les addicts pourraient s'en procurer ( frelaté ).

    Ensuite y a le choix de la liberté individuelle mais elle est où la liberté de choix d'un addict ?

    Alors je lance une idée comme ça pour voir : pourquoi pas des tickets de rationnements pour l'alcool ? - car en quantité raisonnable ca peut être un ptit plaisir -

    Bon, ca résoudrait pas le pb, les vrais addicts arriveraient tjs à s'en procurer ailleurs
    mais au moins la société aurait joué son rôle de s'auto-protéger et ca entrainerait ptet une prise de conscience et un débat sur le sujet.

    Reste la " culture " du vin en France et le poids des lobbies.
    Je suis contre la corrida, les taureaux sont des êtres humains comme les autres. Stephanie de Monaco

  30. Publicité
  31. #25
    ixi

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Salut,

    Ce serait cool si les gens qui parlent de pression sociale à cause de l'alcool soient un peu plus précis et donnent des exemples....pour faire avancer la discussion.
    Je ne comprend pas, car je viens de Bretagne (région de France où le plus d'alcool est consommé). Je passe beaucoup de temps avec des amis qui boivent pas mal. Il m'arrive de ne pas boire une goutte (je conduis avec des gens dans ma voiture) et de ne pas être rejeté pour autant. Je suis plutôt salué pour ça. Ce sont pourtant des buveurs invétérés (pas alcooliques pour un sou, mais de sacrés descendeurs!!)
    Et de tous les gens avec qui j'ai passé des soirées, jamais on ne m'a critiqué car je ne buvais pas.

    Lostin, on ne devient pas tout de suite "addict". Il ya une progression et c'est à ce moment là que la liberté de choix intervient.
    Et que l'entourage importe aussi.
    "Je ne joue même pas aux dés...." (Dieu)

  32. #26
    Lostin

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Salut Ixi - marrante ta signature -

    Ecoute, je sais pas si on va parler d'expérience perso, j'essaye de le faire au minimum donc je vais juste dire que je comprends qu'on puisse consommer raisonnablement de manière conviviale, détente, désinhibition.
    Y a des gens a qui l'alcoo réussi, il reste cool même bien chargé, et y en a d'autres a qui ca réussit bcp moins. Effectivement on peu ne jms devenir addict mais l'inverse est vrai aussi et puis imagine comme en période difficile ou de dépression - période qu'on risque tous de traverser un jour - il est tentant de se réfugier dans l'alcool, et c'est facile aussi y a pas loin a aller en chercher.
    Et puis je pense que dans les centaines de milliers de famille en France ou un ou les 2 parents boivent, les gamins qui eux ont rien d'mander à personne ca leur passe loin au dessus de la tête les mots : " festifs ou conviviales ou raisonnables ".
    Je ne parlerais pas non plus des gens de - de 20 ans qui se tuent sur la route.

    Amicalement

    A+
    Je suis contre la corrida, les taureaux sont des êtres humains comme les autres. Stephanie de Monaco

  33. #27
    vince

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    Ixi, je pense que c'est beaucoup une question de milieu social.
    « Méfie-toi des proverbes chinois »
    (Proverbe berrichon)

  34. #28
    Lostin

    Re : L'alcool fléau de l'humanité ?

    C'est sur que ca joue aussi, c'est un peu l' " opium du pauvre " - sans généralisé - mais chez les mondains aussi on a le coude facile.
    C'est surtout un compagnon de notre histoire depuis quasi l'origine, c'est rentré dans la culture - au sens large -.
    Le vrai pb c'est la vente libre, à n'importe qui, c'est pour ca que je parlais de tickets de rationnements, un peu pour provoquer mais apres tout pkoi pas ?
    Je pense pas qu'on puisse éradiquer ou meme que ce soit bon de le faire, qqchose qu'on ne force pas à consommer, même si y peut y avoir incitation. Tant qu'y aura des hommes y aura des drogues. Mais faut quand meme fixé des limites, et pour moi l'alcool est une drogue dure et néfaste - pour certains -.
    Pour ce qui est du coté social, le fait qu'elle soit bon marché est justement un marché porteur sur les " classes basses ", ca me parait logique. On s'envoie ce qu'on a les moyens de s'envoyer, la coke pour la jet-set, la vinasse pour le sdf. Au final c'est une addiction d'un coté ou de l'autre. - Je c je généralise -
    Je suis contre la corrida, les taureaux sont des êtres humains comme les autres. Stephanie de Monaco

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. PMD : attention fléau
    Par moumouche dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 3
    Dernier message: 25/12/2006, 19h01
  2. La paresse, fléau de notre société ?
    Par shokin dans le forum [ARCHIVE] Psychologie / Sociologie
    Réponses: 150
    Dernier message: 09/02/2005, 14h00
  3. La liberté, fléau de notre société ?
    Par shokin dans le forum [ARCHIVE] Psychologie / Sociologie
    Réponses: 38
    Dernier message: 26/01/2005, 20h24
  4. les religions fléau de l'humanité?
    Par Ethan dans le forum [ARCHIVE] Philosophie
    Réponses: 180
    Dernier message: 18/03/2004, 19h49