Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 40

étoiles à neutrons



  1. #1
    GabrielF

    Re : Questions d'un profane

    Citation Envoyé par deep_turtle
    Les étoiles peuvent créer des élements radioactifs de courte durée de vie, surtout les plus lourdes d'entre elles, quand elles arrivent en fin de vie. Mais ce sont des éléments qui sont dans le tableau périodique, puisque celui-ci, par définition, est un grand tiroir qui peut contenir tous les types de noyaux !

    Tu pensais à quelque chose de précis ?
    En faite, je me demandais si il était possible sous des conditions particulières (comme dans l'espace) qu'un atome de plus de 92 protons ne s'auto-détruise pas. Mais je crois que Gilgamesh m'a bien répondu, merci de vos réponses.

    Une petite question, comment une étoile à neutron fonctionne? Comment fait-elle pour rester stable? Est-ce que une étoile à neutron est observable avec un télescope standard?

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Gilgamesh

    Re : Questions d'un profane

    Citation Envoyé par GabrielF
    En faite, je me demandais si il était possible sous des conditions particulières (comme dans l'espace) qu'un atome de plus de 92 protons ne s'auto-détruise pas. Mais je crois que Gilgamesh m'a bien répondu, merci de vos réponses.
    La stabilité d'un noyau lourd est intrinseque, l'environnement n'y fait rien (en deça de, disons, 1 milliard de K. Au dela il commence à perdre des plumes. Mais ça ne se rencontre que dans le coeur des étoiles massive en fin de vie).

    Une petite question, comment une étoile à neutron fonctionne? Comment fait-elle pour rester stable? Est-ce que une étoile à neutron est observable avec un télescope standard?
    Ah ben... C'est drôle parce que d'une certaine façon, une étoile a neutron peut être considérée comme un noyau géant. Avec simplement bcp plus de neutrons que de protons
    Ce qui la stabilise c'est d'être formée essentiellement de neutron (pas de répulsion électro statique) et de générer un champs de gravité assez dément. C'est ce dernier point qui fait la différence avec un noyau "classique" (dans lequel la force gravité joue un rôle totalement négligeable).

    Pour ce qui est de la détection dans un téléscope, très généralement non, ce n'est pas détectable (mais il y a des contre exemples).

    La température de surface d'une jeune étoile à neutrons est facilement 100 fois celle du Soleil, la luminance par unité de surface (en T^4 avec T la température) est donc 100^4 = 100 millions de fois plus élevée. Mais par ailleurs, la surface (en R^2 avec R le rayon) est 100 000^2 = 10 milliards de fois plus faible. Elle brille donc 100 fois moins que le Soleil. Et comme elle ne fait que refroidir sa "détectabilité" ne fait qu'empirer avec le temps.

    a+

  4. #3
    GabrielF

    Re : Questions d'un profane

    ****scission de discussion****

    Merci pour vos réponses, pour l'étoile à neutron, si elle n'est pas observable, comment faisons-nous pour savoir qu'elle existe? D'autres petites questions, comment meurt une étoile à neutron? Qu'est-ce que dégage une étoile à neutron?
    Dernière modification par Rincevent ; 30/07/2005 à 17h49.

  5. #4
    mtheory

    Re : étoiles à neutrons

    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  6. #5
    Rincevent

    Re : Questions d'un profane

    Citation Envoyé par Gilgamesh
    Ah ben... C'est drôle parce que d'une certaine façon, une étoile a neutron peut être considérée comme un noyau géant. Avec simplement bcp plus de neutrons que de protons
    y'a une autre différence importante : la présence d'autant d'électrons que de protons...

    localement la matière est neutre dans les étoiles à neutrons. Le temps pour atteindre la neutralisation locale est environ l'inverse de la fréquence de plasma et vaut donc (du fait de la forte densité) en gros s.

    Ce qui la stabilise c'est d'être formée essentiellement de neutron (pas de répulsion électro statique)
    non, cf ce que je viens de dire. Ce qui lutte contre l'effondrement gravitationnel, c'est avant tout l'interaction nucléaire forte (en gros pour 2/3) et la dégénérescence quantique (le principe de Pauli) pour 1/3.

    et de générer un champs de gravité assez dément.
    ça c'est sûr

    C'est ce dernier point qui fait la différence avec un noyau "classique" (dans lequel la force gravité joue un rôle totalement négligeable).
    le champ magnétique et le moment cinétique aussi. La conservation du flux magnétique et celle du moment cinétique au cours de l'effondrement du coeur de l'étoile massive impliquent des valeurs "inhumaines" pour ces trucs : champ magnétique jusque Gauss et période pouvant être de l'ordre de la milliseconde. Voir ça pour un peu plus de détails :

    http://www.futura-sciences.com/news-...laire_5604.php

    Citation Envoyé par GabrielF
    Merci pour vos réponses, pour l'étoile à neutron, si elle n'est pas observable, comment faisons-nous pour savoir qu'elle existe?
    en fait elle est en théorie observable, même si pas directement à l'oeil nu. En pratique, on voit des étoiles à neutrons :

    - isolées par leur rayonnement radio via le phénomène de pulsar
    voir http://www.astronomes.com/c3_mort/p325_pulsars.html

    - pas isolées si situées dans les systèmes binaires grâce à l'accrétion de matière à leur surface
    voir http://www.astronomes.com/c3_mort/p326_sourcesx.html

    (cf les sursauts gamma : voir news sur la magnétar)

    - et depuis moins de dix ans on a réussi à observer directement le rayonnement thermique de surface d'au moins une étoile à neutrons isolée. Du fait de la haute température, le spectre de corps noir a son maximum en X et la partie du spectre qui est dans le spectre visible est donc d'intensité très très faible...

    D'autres petites questions, comment meurt une étoile à neutron?
    si elle est dans un système binaire et reçoit de la matière de la part d'un compagnon plus massif, elle peut finir en trou noir car il existe une masse maximale d'environ 3 masses solaires que l'interaction nucléaire forte peut aider à soutenir. Sinon, on peut aussi avoir à cause de l'accrétion une instabilité nucléaire en chaîne à la surface et donc toute une série d'explosions qui vont l'éparpiller...

    si il n'y a pas assez de matière accrétée ou si elle est isolée, elle se refroidit lentement en émettant des neutrinos, des photons pour devenir de plus en plus identique à elle-même et froide... mais ça va lui prendre trrrrèèèèssssss longtemps avant d'arrêter de rayonner et d'être complètement froide...

    autre truc : si c'est un pulsar (ou si elle a un fort champ magnétique), il y a aussi ralentissement car l'énergie de rotation est transformée en énergie de rayonnement (cf un dipôle magnétique en rotation).

    Donc tout ça pour dire : à la fin, c'est froid et ça tourne plus.

    Qu'est-ce que dégage une étoile à neutron?
    si "dégage" veut dire émet", alors la réponse est : la plupart du temps avant tout des neutrinos (ils sont émis dans tout son volume ou presque) et des photons (beaucoup moins) à la surface.

    [EDIT] arf, mtheory avait pas encore donné ses liens quand j'ai commencé à répondre.... j'aurais pu gagner du temps...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Gilgamesh

    Re : Questions d'un profane

    Citation Envoyé par Rincevent
    y'a une autre différence importante : la présence d'autant d'électrons que de protons...
    Pfff... abawi

    Et en dessous de la croûte de fer dans le blorb superfluide pas encore totalement neutronisé ça se présente comment ? C'est un espèce de plasma *liquide* ?

    a+

  9. Publicité
  10. #7
    Rincevent

    Re : Questions d'un profane

    Citation Envoyé par Gilgamesh
    Et en dessous de la croûte de fer dans le blorb superfluide pas encore totalement neutronisé
    c'est jamais totalement neutronisé, tu as toujours un équilibre beta entre protons et électrons d'un côté et neutrons de l'autre (tu as des neutrinos et antineutrinos constamment émis mais comme la matière est transparente pour eux ils s'enfuient tout de suite et n'entrent pas dans la composition).

    c'est un espèce de plasma *liquide* ?
    ouais. On parle de "liquide de Fermi" pour dire que c'est comme un gaz de Fermi du point de vue dégénérescence mais que les interactions (nucléaires fortes) sont pas négligeables du tout... enfin, ça c'est pour n et p : les e forment un gaz de Fermi ultrarelativiste.

    plus précisément, comme ce sont des objets assez impressionnants et amusant, je fais du copier-coller d'une "description globale" plus ou moins typique de comment est faite une étoile à neutrons. Pour rappel, le rayon est de l'ordre de 10 km et la masse de l'ordre de 1,4 fois celle du Soleil.

    depuis la surface vers le coeur :

    - Une magnétosphère, plasma de densité variable dépendant de la valeur du champ magnétique de l'étoile. La dynamo engendrée par la rotation du champ magnétique dipolaire de l'étoile produit des champs électriques supérieurs à V qui arrachent des particules chargées aux calottes polaires. Ces particules atteignent alors des vitesses relativistes et se propagent le long des lignes de champ magnétique ouvertes et proches de l'axe magnétique. L'accélération transverse qu'elles subissent
    provoque l'émission radio associée au phénomène de pulsar.

    - Une atmosphère (densité inférieure ou égale à ), très fine couche de plasma dont l'épaisseur varie de 10 cm pour une étoile chaude à quelques millimètres pour une étoile froide. Suivant les conditions (étoile isolée ou accrétant), elle contient ou non des éléments plus lourds que l'hydrogène. Du fait de l'existence d'un fort champ magnétique inhomogène, l'étude de cette atmosphère comporte toujours de nombreuses incertitudes théoriques.

    - Une enveloppe externe (densité de à ), région formée d'un cristal coulombien d'ions lourds baigné d'électrons dégénérés et relativistes. Son épaisseur est de quelques centaines de mètres. Plus la densité est élevée, plus les noyaux capturent d'électrons et deviennent riches en neutrons. Lorsque la densité atteint des valeurs de l'ordre de , la densité dite de neutron drip est dépassée. L'état occupé de plus haute énergie des neutrons n'est alors plus un état lié dans un noyau, mais un état libre. En plus des électrons et des noyaux, un liquide de neutrons commence donc à apparaître.

    - Une enveloppe interne (densité à ), de plusieurs kilomètres d'épaisseur. Elle est constituée de noyaux très riches en neutrons, d'électrons (toujours dégénérés et relativistes) et de neutrons libres. Lorsque la densité augmente, en plus de s'enrichir en neutrons (suite aux captures électroniques), les noyaux et le liquide neutronique changent de topologie. En effet, l'augmentation du nombre moyen de neutrons que contiennent les noyaux s'accompagne de l'augmentation de leur volume et de leur surface. Or, une forte proportion de leur énergie est de l'énergie surfacique, et il devient finalement préférable pour minimiser l'énergie libre (à température et volume donnés donc) de faire des bulles de "vide" dans un liquide de noyaux. "Vide" désigne ici le liquide de Fermi neutronique. Cette transition se fait par apparitions successives de différents types de "pâtes". On a ainsi des "spaghettis" (tubes de noyaux dans un liquide de neutrons), des "lasagnes" (plans alternés de matière nucléaire et de liquide de neutrons) puis des "anti-spaghetti" (tubes de neutrons dans un continuum de matière nucléaire) avant d'arriver aux bulles de neutrons dans un liquide de noyaux. Finalement, lorsque la densité croît encore, survient un moment où les densités de neutrons interne et externe aux noyaux sont égales. Le continuum de noyaux cesse alors d'exister et commence le coeur, formé d'un liquide de neutrons et de protons, ainsi que d'un gaz d'électrons. Il faut cependant noter de plus que dès l'enveloppe interne, les neutrons présents peuvent être superfluides.

    - Un noyau (ou coeur) externe (densité à ) mesurant lui aussi plusieurs kilomètres d'épaisseur. Il est constitué de liquides de Fermi dégénérés de neutrons et de protons (Une fraction de quelques pour cent des nucléons au maximum) non-idéaux et non-relativistes, ainsi que d'un gaz de Fermi dégénéré (parfait et ultrarelativiste) d'électrons. Cet ensemble est nommé "matière npe" et résiste à la gravitation principalement grâce à l'interaction forte répulsive à courtes distances. Suivant les modèles et la température, les protons peuvent être par endroit superconducteurs et les neutrons superfluides. De plus, si le potentiel chimique des électrons est supérieur à l'énergie de masse des muons, quelques muons sont présents.

    - Un noyau (ou coeur) interne} (densité supérieure ou égale à complètement hypothétique dans lequel la matière subirait une autre transition de phase. Son existence dépend de la densité centrale de l'étoile, et donc de la masse initiale du progéniteur (= le coeur de fer qui s'est effondré pour donner l'étoile à neutrons). Ce noyau interne pourrait faire jusqu'à plusieurs kilomètres de rayon et atteindre des densités de l'ordre de plusieurs fois . Les équations d'état à de telles densités sont assez mal connues et il y a presque autant de compositions envisagées que de chercheurs travaillant sur le domaine. Pour n'en citer que quelques unes et en commençant par la moins exotique, on a:

    * De la matière npe avec des muons, une très large fraction de protons et éventuellement quelques pions et/ou hypérons;
    * Un condensat de Bose de pions, d'hypérons, kaons ou autres;
    * Une structure cristalline formée de paires d'hypérons baignée par divers ingrédients;
    * Un plasma quarks-gluons né avec le déconfinement des quarks (même phénomène qu'au sein des "étoiles étranges");
    * Ce même plasma mais présentant des propriétés de "superconductivité colorée" où des diquarks de charge de couleur non nulle (ou non "blanche" plutôt) sont produits;
    * ...
    c'est donc un tantinet plus complexe qu'une simple boule de neutrons comme on les décrit parfois

    tout ça est illustré par une figure sur le premier donné par mtheory...

  11. #8
    Gilgamesh

    Re : étoiles à neutrons

    Merci, c'est very interesting (ainsi que les liens de mtheory, surtout le papier en english qui est long mais bon)

    J'accroche sur ça : si le potentiel chimique des électrons est supérieur à l'énergie de masse des muons, quelques muons sont présents

    Muh ? C'est quoi le potentiel chimique ? L'énergie de liaison avec les proton ?

    a+

  12. #9
    deep_turtle

    Re : étoiles à neutrons

    Le potentiel chimique est une des quantités qui apparait dans la distribution des états d'un corps à l'équilibre :



    Le c'est le potentiel chimique. Physiquement, ça représente, en gros, l'énergie minimale qu'il faut fournir pour ajouter une particule au système. Pour des photons c'est nul (car on peut toujours ajouter un photon d'aussi petite énerie qu'on veut à d'autres photons). Pour des fermions dégénérés, ça peut être non nul car tous les niveaux près du rez-de-chaussée sont occupés...

  13. #10
    Rincevent

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par Gilgamesh
    (ainsi que les liens de mtheory, surtout le papier en english qui est long mais bon)
    c'est un des sites les plus complets (voire le plus complet) que je connais sur les étoiles à neutrons

    C'est quoi le potentiel chimique ? L'énergie de liaison avec les proton ?
    beaucoup plus simple : en première approximation tes électrons forment un gaz parfait de Fermi relativiste ; ça veut dire que tu négliges l'énergie électrostatique et l'énergie thermique et que tu peux appliquer les trucs usuels pour les gaz de Fermi (à ceci près que la relation de dispersion n'est pas le E=p^2/m "usuel")

    voir par exemple pour rappel :

    http://www.lptl.jussieu.fr/users/lhu.../lhuillier8.ps
    http://ipn2.epfl.ch/LNS/lectures/sol...Chapitre_2.pdf

    [edit]à chercher des liens je me suis fait grillé par deep

  14. #11
    Gilgamesh

    Re : étoiles à neutrons

    Merci à vous deux.



    "Pour rappel", qu'il dit

    D'accord y'a quelques notions qui émergent.

    Maintenant si je veux calculer la capacité calorifique d'une EN, je fais juste comme (2.29) dans le doc PDF p11, une sorte de loi des gaz parfait mais avec Tf dans le rôle de température et en sommant sur 3 espèce (électron, proton, neutron) avec chacune leur Tf ?

    a+

  15. #12
    paulb

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par Rincevent
    c'est donc un tantinet plus complexe qu'une simple boule de neutrons comme on les décrit parfois
    Bonjour, je m'émerveille de la précision de la description d'une étoile à neutrons que tu donnes. Je suppose qu'elle est le résultat de l'application d'équations mathématiques élaborées par ailleurs. En tout cas, son gros avantage c'est que personne n'ira jamais sur place pour vérifier.
    Mais alors que penser de la signature de Narduccio qui cite Popper:
    "Une théorie n'est scientifique que si elle est réfutable". Karl Popper ,
    puisque ta théorie n'est pas réfutable (sauf si l'on prouve que les équations sont erronées ou non applicables, mais comment le prouver?)

  16. Publicité
  17. #13
    deep_turtle

    Re : étoiles à neutrons

    Pourquoi dis-tu que ce n'est pas réfutable ? La description que donne Rincevent n'est pas un conte ou un rêve, c'est le résultat d'analyses d'observations, et les modèles font d'autres prédictions que de nouvelles observations infirmeront ou confirmeront. C'est comme ça que la science marche.

    L'argument consistant à dire "on n'y est pas donc on ne sait pas si ça existe" est de toutes façons un tantinet trop naïf, même pas besoin d'aller trop loin dans l'épistémologie pour ça : doutes-tu à l'existence des virus ? Doutes-tu de la présence des noyaux dans les cerises, à moins d'aller vérifier dans chacune ??

  18. #14
    KarmaStuff

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par deep_turtle
    Pourquoi dis-tu que ce n'est pas réfutable ? La description que donne Rincevent n'est pas un conte ou un rêve, c'est le résultat d'analyses d'observations, et les modèles font d'autres prédictions que de nouvelles observations infirmeront ou confirmeront. C'est comme ça que la science marche.

    L'argument consistant à dire "on n'y est pas donc on ne sait pas si ça existe" est de toutes façons un tantinet trop naïf, même pas besoin d'aller trop loin dans l'épistémologie pour ça : doutes-tu à l'existence des virus ? Doutes-tu de la présence des noyaux dans les cerises, à moins d'aller vérifier dans chacune ??
    D'ailleurs, l'étoile à neutrons n'a-t-elle pas été découverte mathématiquement avant que l'on ait des résultats concrets via les télescopes ? Les observations confirmant à chaque fois les équations... C'est un peu la même chose avec le Boson de Higgs, les mathématiques l'ont prévu, et l'expérimentation va (on l'espère) prouver son existence (peut-être en 2007)...
    Connais-toi toi-même et l'Univers n'aura plus aucun secret pour toi...

  19. #15
    Gilgamesh

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par paulb
    Bonjour, je m'émerveille de la précision de la description d'une étoile à neutrons que tu donnes. Je suppose qu'elle est le résultat de l'application d'équations mathématiques élaborées par ailleurs. En tout cas, son gros avantage c'est que personne n'ira jamais sur place pour vérifier.
    Mon Dieu que c'est déplaisant comme remarque. Tel quel ça semble signifier que les scientifique qui s'attachent à la chose n'ont rien de plus pressé que de pondre des théories inverifiables. Pourquoi ? Ben juste comme ça... Laisser une petite crotte qui sèche sur le bitume. Marquer son territoire.

    Dans la description qui est donnée, il y a précisément l'indice de tout le contraire. Et c'est justement popperien dans l'esprit. Jusqu'à tel état de la matière, on possède les éléments de théorie permettant de prédire. Au delà, on ne sait que reproduire la pression, pas la température. Les chocs dans les accélérateur de particules donnent des états "chauds" alors qu'une étoile à neutron doit être considérée à 0K (dans la mesure où T<<Tf). Donc on calle a partir d'un certain moment. Voila. Et si on veut progresser et se servir de ces astres miraculeusement extrêmes pour progresser en physique il faut pousser les feux jusqu'à la limite, prédire quel signal lumineux, orbital (ou gravitationnel, ça commence à venir) correspondent à l'hypothèse posée sur l'"inner core" pour ensuite être en mesure de falsifier telle ou telle option.

    Tu rends mesquine une démarche fascinante et de haute volée, franchement c'est nul.


    a+

  20. #16
    Rincevent

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par Gilgamesh
    Tu rends mesquine une démarche fascinante et de haute volée, franchement c'est nul.
    je trouve plutôt que cela témoigne d'une prétention et d'une ignorance sans bornes... Einstein avait bien raison quand il parlait de l'infinité de la stupidité humaine. Si j'ai donné autant de détails sur les parties à faibles densités, c'est justement car ce sont des choses confortées par des observations et expériences, même s'il persiste quelques inconnues ou incertitudes (barres d'erreur sur les densités par exemple). Par ailleurs, j'ai justement volontairement insisté sur l'aspects encore très incertain de ce qui concerne le coeur à hautes densités, mais cela n'empêche qu'aux faibles densités les incertitudes sont plus quantitatives que qualitatives...

    Pour info, je ne l'ai pas précisé mais certaines compositions centrales proposées et que j'ai nommées sont désormais considérées comme très peu probables car elles ne permettent pas l'existence d'étoiles aussi massives que ce que l'on a récemment observé (le principe physique, c'est que plus on suppose que le nombre de sortes de particules qui existent à haute densité est élevé, plus ça agrandit le volume d'espace des phases disponible, et plus ça implique une équation d'état "molle", ce qui donne des valeurs de plus en plus faibles pour la masse maximale possible d'une étoile à neutrons. Or, dans les systèmes binaires, les masses peuvent être mesurées avec une précision de plus en plus grande). Mais encore une fois, la prudence scientifique, par opposition aux affirmations absurdement arrogantes et subjectives de certains, fait que rien n'est assuré, certaines barres d'erreur restant sur les valeurs des masses en question.

    Je concluerais en disant qu'avec un discours aussi primitif que celui de paulb on en serait toujours à ne pas pouvoir dire si la Terre est creuse ou non, ni si c'est le Soleil qui tourne autour de la Terre ou bien l'inverse. Enfin, justement peut-être paulb croit-il encore à la théorie de la Terre creuse....

    C'est à en être (momentanément) découragé d'essayer de faire de la vulgarisation. Y'a vraiment des fois où on se dirait presque que tout le monde ne mériterait peut-être pas de profiter des progrès de la médecine résultant des avancées de la physique moderne et que ça ferait du bien à certains d'aller faire un tour des hôpitaux pour qu'ils demandent aux gens qui viennent de profiter de soins contre le cancer utilisant l'antimatière s'ils croient ou non que la physique se limite à de bôs discours invérifiables.

    Citation Envoyé par deep
    Doutes-tu de la présence des noyaux dans les cerises, à moins d'aller vérifier dans chacune ??
    moi je suis entièrement d'accord avec paulb et je dis qu'il y a des gens dont on devrait ouvrir le crâne pour vérifier s'ils ont réellement été dôtés d'un cerveau

    sur ce, je vais me prendre des vacances car à force c'est fatigant les génies qui savent toujours tout mieux que les autres
    Dernière modification par Rincevent ; 01/08/2005 à 01h25.

  21. #17
    Rincevent

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par KarmaStuff
    D'ailleurs, l'étoile à neutrons n'a-t-elle pas été découverte mathématiquement avant que l'on ait des résultats concrets via les télescopes ?
    prédites dans les années 30 par Landau, Baade et Zwicky; prises au sérieux à partir des observations de pulsars dans les années 60.

  22. #18
    Rincevent

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par Gilgamesh
    Les chocs dans les accélérateur de particules donnent des états "chauds" alors qu'une étoile à neutron doit être considérée à 0K (dans la mesure où T<<Tf). Donc on calle a partir d'un certain moment.
    l'autre difficulté est que les collisions à ions lourds font intervenir des compositions où le rapport nombre de neutrons/nombre de protons est beaucoup plus proche de 1 que dans les étoiles à neutrons.

  23. Publicité
  24. #19
    mtheory

    Re : étoiles à neutrons

    Au passage ,l'auteur de la page sur les étoiles à neutrons a mis ses cours d'astro sur le web ,c'est pas mal.

    http://www.astro.umd.edu/~miller/teaching/
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  25. #20
    OKO

    Re : étoiles à neutrons

    Sublime thread, merci messieurs.

    Tout ça ressemble vraiment a de la cuisine italienne :
    d'abord les boulettes de liquide neutronique dans le métal de l'écorce, puis les boulettes deviennent des spaghettis, qui se transforment en lasagnes a grande profondeur.
    tout ça me donne faim.

    Dommage que le plat soit froid même a 1 milliards de K !
    (rapport a l'energie de Fermi colossale)

  26. #21
    paulb

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par Gilgamesh
    Mon Dieu que c'est déplaisant comme remarque. Tel quel ça semble signifier que les scientifique qui s'attachent à la chose n'ont rien de plus pressé que de pondre des théories inverifiables. Pourquoi ? Ben juste comme ça... Laisser une petite crotte qui sèche sur le bitume. Marquer son territoire.

    Tu rends mesquine une démarche fascinante et de haute volée, franchement c'est nul.
    Citation Envoyé par Rincevent
    je trouve plutôt que cela témoigne d'une prétention et d'une ignorance sans bornes... Einstein avait bien raison quand il parlait de l'infinité de la stupidité humaine.

    moi je suis entièrement d'accord avec paulb et je dis qu'il y a des gens dont on devrait ouvrir le crâne pour vérifier s'ils ont réellement été dôtés d'un cerveau

    sur ce, je vais me prendre des vacances car à force c'est fatigant les génies qui savent toujours tout mieux que les autres
    Voilà ce que donne l'essai de chatouiller un peu la fierté de spécialistes sûrs d'eux-mêmes! C'est un peu comme si l'on disait au pape que Jésus était un enfant illégitime. L'essai est transformé! En plus, de la part d'un modérateur, c'est gratiné.

  27. #22
    mtheory

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par paulb
    Voilà ce que donne l'essai de chatouiller un peu la fierté de spécialistes sûrs d'eux-mêmes! C'est un peu comme si l'on disait au pape que Jésus était un enfant illégitime. L'essai est transformé! En plus, de la part d'un modérateur, c'est gratiné.

    ça n'a rien avoir ,essaye de comprendre la situation.
    Tu ignores complétement ce qui se passe dans le monde de la recherche en physique et en astropysique , les gens ne sont pas des naïfs qui ne veulent pas voir au delà du bout de leur nez.
    Ils passent un temps considérable avec une grande dépense d'énergie intellectuelles et nerveuses pour former leur intelligence et leur connaissance pour maitriser des théories compliquées ,explorer l'Univers et se prémunir autant qu'ils se peut des errreurs et des illusions.
    Et toi tu débarques ,en n'ayant absolument pas fournis un travail équivalent dans ces disciplines et tu les traites de 'gogos'.
    Tu comprendras qu'à la longue, quand on voit dix gus du même genre et malgré un volonté sincère de respecter tous les gens ,on finisse par dire ses quatres vérités en façe et à ramener les incompétents/arrogants à leur juste niveaux.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  28. #23
    paulb

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par mtheory
    ça n'a rien avoir ,essaye de comprendre la situation.
    Tu ignores complétement ce qui se passe dans le monde de la recherche en physique et en astropysique , les gens ne sont pas des naïfs qui ne veulent pas voir au delà du bout de leur nez.
    Ils passent un temps considérable avec une grande dépense d'énergie intellectuelles et nerveuses pour former leur intelligence et leur connaissance pour maitriser des théories compliquées ,explorer l'Univers et se prémunir autant qu'ils se peut des errreurs et des illusions.
    Et toi tu débarques ,en n'ayant absolument pas fournis un travail équivalent dans ces disciplines et tu les traites de 'gogos'.
    Tu comprendras qu'à la longue, quand on voit dix gus du même genre et malgré un volonté sincère de respecter tous les gens ,on finisse par dire ses quatres vérités en façe et à ramener les incompétents/arrogants à leur juste niveaux.
    D'abord, le terme "gogos" est de ton invention, ce n'est pas moi qui l'ai utilisé! J'ai simplement cherché la confirmation de l'orgueil incommensurable des chercheurs qui se manifeste quand on exprime le moindre doute sur leurs théories, même les plus téméraires (cf. constante cosmologique), ce qui en l'occurrence n'est pas le cas, ou si peu. Cette confirmation, je l'ai eue, merci. Et je te signale que ta dernière phrase est sujette à modération.

  29. #24
    mtheory

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par paulb
    D'abord, le terme "gogos" est de ton invention, ce n'est pas moi qui l'ai utilisé!
    C'est vrai mais reconnait quand même que c'est ce que tu sous entends pour les chercheurs dans certains cas.


    J'ai simplement cherché la confirmation de l'orgueil incommensurable des chercheurs qui se manifeste quand on exprime le moindre doute sur leurs théories,
    Non, exprimer des doutes est naturel mais il faut savoir le faire avec humilité et ne pas prendre les gens de haut.Il n'y a aucun mal à ce qu'un non expert interroge un expert en lui disant 'écoutez ,je n'ai pas le détail de toutes les raisons qui vous font faire toutes vos déclarations ,vu de l'extérieur la confiance que vous donnez à vos théories semble totalement injustifiée pourriez vous m'éclairer sur ce point?'.
    Mais quand c'est des trucs qui en langage politiquement non correct veulement clairement dire (en apparence?) ' Vous etes stupides ,vous croyez sans justification toutes les idées qui vous passent par la tête uniquement parce qu'elle vous arrange et que vous n'êtes pas assez intelligent pour avoir un esprit critiques et aller plus loin' tu comprendras que ça finie par être un 'cassus belli' pour les raisons que je t'ai indiquées précédement ,d'autant plus que tu mets en cause leur intégrité morale et intellectuelle.


    même les plus téméraires (cf. constante cosmologique), ce qui en l'occurrence n'est pas le cas, ou si peu. Cette confirmation, je l'ai eue, merci. Et je te signale que ta dernière phrase est sujette à modération.

    Je pense quand même que tout ça part de formulations maladroites de ta part et de ta difficulté à saisir comment pense vraiment un chercheur.
    Du coup cela crée un conflit qui probablement n'a pas lieu d'être.
    Encore une fois il est normal que tu ne prennes rien pour argent comptant et je t'en félicite mais tu fait erreurs sur les raisons qui poussent ceux-ci à te répondre au bout d'un moment de la façon dont ils le font.
    Cordialement
    Dernière modification par mtheory ; 01/08/2005 à 10h44.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  30. Publicité
  31. #25
    deep_turtle

    Re : étoiles à neutrons

    Bonjour,

    Paulb, ton rôle de "provocateur" n'amuse personne, je ne crois même pas qu'il intéresse qui que ce soit, il faudrait pour celà que tu l'assumes avec plus de finesse et d'intelligence. Si ça t'amuse de lancer des piques pour voir comment les gens réagissent, va voir ailleurs.

    Merci donc de rester dans une discussion de physique.

    Pour la modération.

  32. #26
    Gilgamesh

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par paulb
    Voilà ce que donne l'essai de chatouiller un peu la fierté de spécialistes sûrs d'eux-mêmes!
    Paulb je ne suis en rien un spécialiste de la question. Je réagis parce que tu ne comprends pas la démarche de recherche. Il ya zero fierté mal placé dans l'exposé du savoir.

    Surtout en l'occurence que ce qu'à présenté Rincevent, ce n'est pas SA théorie mais le résultat d'une synthèse impliquant je ne sais pas combien d'équipes d'observateurs ou de théoriciens.

    Et la démarche consistant à mettre à l'épreuves les modèle (donc ne pas les tenir pour argent comptant) c'est la base même du travail de recherche. Et ça passe par des consensus provisoirs.

    C'est en ceci que ta remarque est décidemment déplacée.

    a+

  33. #27
    Lambda0

    Re : étoiles à neutrons

    Oulà, ça chauffe par ici...

    Citation Envoyé par paulb
    (...) Je suppose qu'elle est le résultat de l'application d'équations mathématiques élaborées par ailleurs. En tout cas, son gros avantage c'est que personne n'ira jamais sur place pour vérifier.
    Que d'affirmations, que d'affirmations...
    Encore une fois, est-ce si sûr ?

    Il n'est pas techniquement invraisemblable que dans le courant du 22ème siècle une sonde automatique tire un portrait à bout portant de Sirius B, à 8.7 a.l. Bon, d'accord, ce n'est pas tout à fait une étoile à neutrons, c'est une naine blanche, et on ne sera plus là, mais c'est pour dire qu'il ne faut jurer de rien.
    Imaginez donc : le vent d'une naine blanche, son champ magnétique, etc., tout celà mesuré sur place !
    Il doit bien y avoir des astrophys qui paieraient chers pour jeter un petit coup d'oeil dans le futur, disons dans 150 ans.

    Sinon (je reviens vers les spécialistes ès objets bizarres), à quelle distance se trouve l'étoile à neutrons la plus proche connue ? Le trou noir le plus proche ? Quels sont les objets astrophysiques "exotiques" les plus "intéressants" dans un rayon de 50 a.l., vers lesquels il serait pertinent d'envoyer un jour des engins d'exploration ?

    A+

  34. #28
    paulb

    Re : étoiles à neutrons

    Merci de vos remarques, même insultantes ! Dans l'avenir je tâcherai d'exprimer mes doutes avec moins d'outrecuidance. C'est promis juré. Ma seule justification est d'avoir vu tant et tant de "vérités fondamentales" jetées aux oubliettes.

  35. #29
    mtheory

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par paulb
    Merci de vos remarques, même insultantes ! Dans l'avenir je tâcherai d'exprimer mes doutes avec moins d'outrecuidance. C'est promis juré. Ma seule justification est d'avoir vu tant et tant de "vérités fondamentales" jetées aux oubliettes.

    You'r welcome!
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

  36. #30
    mtheory

    Re : étoiles à neutrons

    Citation Envoyé par Lambda0
    Sinon (je reviens vers les spécialistes ès objets bizarres), à quelle distance se trouve l'étoile à neutrons la plus proche connue ? Le trou noir le plus proche ? Quels sont les objets astrophysiques "exotiques" les plus "intéressants" dans un rayon de 50 a.l., vers lesquels il serait pertinent d'envoyer un jour des engins d'exploration ?

    A+
    Je crois que Cygnus X1 est le trou noir le plus proche , 11 a.l ou un truc dans le genre.
    “I'm smart enough to know that I'm dumb.” Richard Feynman

Sur le même thème :

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Etoiles à neutrons et étoiles à quarks.
    Par Gaétan dans le forum Archives
    Réponses: 25
    Dernier message: 14/12/2007, 13h59
  2. Etoiles à neutrons: Etat Superfluide
    Par Nicholas93 dans le forum Archives
    Réponses: 1
    Dernier message: 06/11/2007, 12h18
  3. vitesse de rotation des étoiles à neutrons
    Par fanny159 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 1
    Dernier message: 17/12/2005, 22h13
  4. Etoiles à neutrons et Cie
    Par physastro dans le forum Archives
    Réponses: 18
    Dernier message: 28/02/2005, 00h42
  5. pulsar-étoiles à neutrons
    Par kicpa dans le forum Archives
    Réponses: 3
    Dernier message: 05/04/2004, 19h43