Affichage des résultats 1 à 15 sur 15

Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?



  1. #1
    R.S.71

    Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?


    ------

    Bonsoir,

    A l'heure ou l'on parle de trou de vers et de voyage interstellaire. Que trouverions-nous par exemple, si on prenais une galaxie ou un système solaire situé x millions ou milliards d'année lumière. Car si j'ai bien compris, tous ce que l'on peut observer dans l'espace n'est juste que la luminosité de ces systèmes qui nous est émise pour certain depuis la nuit des temps, mais comme rien n'est éternelle, ma question est: Si l'on pouvais voyager à travers un trou de vers, qu'est-ce qu'on découvrirais en lieu et place de ce que l'on observe?

    Merci pour vos réponse.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    boby la pointe

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    salut.
    tous n'est pas relatife les loi de physique sont absolu (sauf en sigularité)
    et on ne voit pas que la luminosité mais toute les game de rayonment
    donc ailleur on observerait la méme chose a une autre date (sous une autre forme)
    a+

  4. #3
    Niels Adribohr

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Citation Envoyé par R.S.71
    Bonsoir,

    A l'heure ou l'on parle de trou de vers et de voyage interstellaire. Que trouverions-nous par exemple, si on prenais une galaxie ou un système solaire situé x millions ou milliards d'année lumière. Car si j'ai bien compris, tous ce que l'on peut observer dans l'espace n'est juste que la luminosité de ces systèmes qui nous est émise pour certain depuis la nuit des temps, mais comme rien n'est éternelle, ma question est: Si l'on pouvais voyager à travers un trou de vers, qu'est-ce qu'on découvrirais en lieu et place de ce que l'on observe?

    Merci pour vos réponse.
    Les trous de vers ne seraient pas seulement utile à des voyages dans l'espace, mais aussi dans le temps, puisque ces trous de vers sont des raccourcis spatiaux temporelles. Donc tout dépend à quel date nous ramènerait ce trou de vers. Si le trou de vers nous ramene à la date et au lieu auquels la lumiere qu'on observe a été émise, on sera transporté dans un lieu fidele à celui qu'on observe. Maintenant, si le trou de vers nous renvoie à l'époque actuelle, mais toujours dans ce lieu, celui ci aura changé et ne sera plus le meme que celui que l'on observe quand on pointe un télescope sur lui.
    Désolé pour cette explication un peu brouillonne...

  5. #4
    R.S.71

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Bonjour et merci pour vos réponses.

    Hormis le fait que l'on puissent éventuellement voyager dans le temps avec un trou de vers, cela nous amèneré à nous déplacer vers une destination dont on ne connaitré pas la l'arrivée. On pourrait trés bien arrivé aux abords d'un TN, de rien ou d'un magnifique système solaire avec une multitudes espèces vivantes. Enfin pour résumé on sait que dalle sur ce qu'il y a "là-bas".

    @+

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Sol-0

    Wink Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Salut!

    Citation Envoyé par R.S.71
    Hormis le fait que l'on puissent éventuellement voyager dans le temps avec un trou de vers, cela nous amèneré à nous déplacer vers une destination dont on ne connaitré pas la l'arrivée. On pourrait trés bien arrivé aux abords d'un TN, de rien ou d'un magnifique système solaire avec une multitudes espèces vivantes. Enfin pour résumé on sait que dalle sur ce qu'il y a "là-bas".
    Mais oui c'est vrai!
    Je dois avouer que moi aussi je me suis déjà posé cette question. Quel est le visage réel de l'espace à l'heure ou nous parlons? C'est une question importante, car si nous devions voyager vers un autre système, il ne serait peut-être pas à l'endroit que nous cherchons à atteindre!
    Moi je pense que l'espace à toujours le même visage (étoiles et galaxies j'entends par là), mais que les positions des astres que nous voyons (hormis ceux de notre système solaire) sont complètement différents en réalité. Les dessins formés par les constellations que nous voyons sont complètements différents de ceux que nous voyons.
    Ce n'est pas la destination qui compte, mais le voyage.

  8. #6
    Niels Adribohr

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Citation Envoyé par Sol-0
    Salut!


    Mais oui c'est vrai!
    Je dois avouer que moi aussi je me suis déjà posé cette question. Quel est le visage réel de l'espace à l'heure ou nous parlons? C'est une question importante, car si nous devions voyager vers un autre système, il ne serait peut-être pas à l'endroit que nous cherchons à atteindre!
    Moi je pense que l'espace à toujours le même visage (étoiles et galaxies j'entends par là), mais que les positions des astres que nous voyons (hormis ceux de notre système solaire) sont complètement différents en réalité. Les dessins formés par les constellations que nous voyons sont complètements différents de ceux que nous voyons.
    non pas vraiment. Les constellations que nous voyons sont constitués d'étoiles suffisement proches pour que leur position actuel soit assez fidele à leur position apparente. Les étoiles que l'on peut voir à l'oeil nu sont situés de 4 à ...on va dire 1000 années lumieres maximum (je ne suis pas vraiment sur du dernier chiffre, mais en gros), et les motifs des constelations n'ont pas de changement sensible en aussi peu de temps. Mais, c'est vrai que pour des endroits plus éloigner, cela changerait pas mal.

  9. Publicité
  10. #7
    Tawahi-Kiwi
    Modérateur

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Citation Envoyé par Niels Adribohr
    .... Les étoiles que l'on peut voir à l'oeil nu sont situés de 4 à ...on va dire 1000 années lumieres maximum (je ne suis pas vraiment sur du dernier chiffre, mais en gros)...
    Oui, c'est plus ou moins ça; il existe encore pas mal d'étoiles visibles (mag <5) qui sont situées à des distances supérieures à 1000 A.L. [pour ne citer que les plus connues : Deneb (1800 à 3000 A.L.); les étoiles du bouclier d'Orion (Mintaka, Alninam et Alnitak (entre 1100 et 2300 A.L.); Wezen et Aludra (CMa) (3060 et 2500 A.L.) et des étoiles franchement de l'hémisphère sud comme eta carinae (9100 A.L.), beta doradae (1700 A.L.).....]

    mais relativement, ça ne fait que quelques rares étoiles et toujours inférieur à 10000 A.L. L'influence sur la 'forme'/disposition des constellations est donc assez réduit quand même, à l'exception des étoiles échappées de nébuleuses comme µ columbae et AE aurigae qui se déplace à des vitesses de l'ordre 1 A.L. par 2000 ans!

    Puis en connaissant les déplacements des étoiles ainsi que leur distances, il n'est pas difficile de donner leurs positions en fonction du temps (tout dépend de la précision que l'on veut !!!)....

    T-K
    If you open your mind too much, your brain will fall out (T.Minchin)

  11. #8
    Niels Adribohr

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Citation Envoyé par Tawahi-Kiwi
    Oui, c'est plus ou moins ça; il existe encore pas mal d'étoiles visibles (mag <5) qui sont situées à des distances supérieures à 1000 A.L. [pour ne citer que les plus connues : Deneb (1800 à 3000 A.L.); les étoiles du bouclier d'Orion (Mintaka, Alninam et Alnitak (entre 1100 et 2300 A.L.); Wezen et Aludra (CMa) (3060 et 2500 A.L.) et des étoiles franchement de l'hémisphère sud comme eta carinae (9100 A.L.), beta doradae (1700 A.L.).....]

    mais relativement, ça ne fait que quelques rares étoiles et toujours inférieur à 10000 A.L. L'influence sur la 'forme'/disposition des constellations est donc assez réduit quand même, à l'exception des étoiles échappées de nébuleuses comme µ columbae et AE aurigae qui se déplace à des vitesses de l'ordre 1 A.L. par 2000 ans!


    T-K
    Merci pour toutes ces précisions!

  12. #9
    R.S.71

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Bonjour,

    Je tiens moi aussi à vous remercier pour toute ces infos, mais je voudrais juste avoir une dernière précision sur tous les détail que nous a fourni Tawahi-Kiwi. Vous parlez d'étoile de notre galaxie ou est-ce un mélanges d'étoiles de plusieurs galaxie?

    Merci @+

  13. #10
    nissart7831

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Bonjour,

    le diamètre de notre galaxie est d'environ 100 000 années-lumière. Le soleil est à environ 27000 al du centre.
    Les galaxies les plus proches (les nuages de Magellan) sont à environ 200 000 al.

    Donc, toutes les étoiles citées par Tahawi_Kiwi sont dans notre galaxie.

  14. #11
    R.S.71

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Ok merci,
    Donc, dans notre galaxie on connait nos étoiles, mais sur une galaxie situé à 12 milliards d'AL on n'est même pas certain d'y trouver quelque chose.

    @+

  15. #12
    Niels Adribohr

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Citation Envoyé par R.S.71
    Ok merci,
    Donc, dans notre galaxie on connait nos étoiles, mais sur une galaxie situé à 12 milliards d'AL on n'est même pas certain d'y trouver quelque chose.

    @+

    Ba disons que la galaxie aura pas mal évolué, et peut etre fusionné avec d'autres galaxies.

  16. Publicité
  17. #13
    Sol-0

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Y'a peut-être encore un autre facteur qu'il ne faut pas oublier. Il existe certainement des corps massifs totalement invisibles qui se baladent entre les étoiles tel que des planètes ou des astéroides ou même des groupes d'astéroides, enfin des zones où l'effet de gravitation est suffisament important pour dévier la trajectoire de la lumière émise par une étoile.
    Si en plus cette étoile est lointaine, il y a de fortes chances pour que ses rayons rencontrent à plusieurs reprises de telles zones de gravitation au cours de leur trajet. C'est pourquoi je pensais que les constellation sont complètement différentes en réalité de ce que l'on voit.
    En tout cas il est clair que plus on regarde loin dans l'espace, plus on peut le considérer comme une illusion!

    C'est problématique si on cherche à faire des voyages interstellaires. Existe-t'il des particules qui ont une vitesse illimitée, ou sinon, peut-on détecter un signal (peut-être gravitationnel) issu d'un champs dont la vitesse de propagation des ondes est illimitée, afin d'établir une carte de l'espace tel qu'il est en réalité?
    Ce n'est pas la destination qui compte, mais le voyage.

  18. #14
    Niels Adribohr

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Citation Envoyé par Sol-0
    Y'a peut-être encore un autre facteur qu'il ne faut pas oublier. Il existe certainement des corps massifs totalement invisibles qui se baladent entre les étoiles tel que des planètes ou des astéroides ou même des groupes d'astéroides, enfin des zones où l'effet de gravitation est suffisament important pour dévier la trajectoire de la lumière émise par une étoile.
    Si en plus cette étoile est lointaine, il y a de fortes chances pour que ses rayons rencontrent à plusieurs reprises de telles zones de gravitation au cours de leur trajet. C'est pourquoi je pensais que les constellation sont complètement différentes en réalité de ce que l'on voit.
    En tout cas il est clair que plus on regarde loin dans l'espace, plus on peut le considérer comme une illusion!

    C'est problématique si on cherche à faire des voyages interstellaires. Existe-t'il des particules qui ont une vitesse illimitée, ou sinon, peut-on détecter un signal (peut-être gravitationnel) issu d'un champs dont la vitesse de propagation des ondes est illimitée, afin d'établir une carte de l'espace tel qu'il est en réalité?
    Le milieu interstelaire ne contient pas d'objet suffisement massif pour courber sensiblement la trajectoire des rayons lumineux par effet gravitationnel (en tout pas cas pas à ma connaissance).
    Pour en revenir à la question, non, il n'y a pas de particules, ni aucunes informations succeptibles d'aller plus vite que la lumiere. C'est une regle d'or de la physique: aucune information ne peut aller plus vite que la lumiere. Les ondes gravitationnels n'échappent normalement pas à la regle (mis à part peut etre, il me semble avoir vu que dans certaines théories spéculatifs, elles pourraient prendre des raccourcis dans des dimensions suplémentaire, mais je ne me souviens plus trop)

  19. #15
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : Voyage interstellaire, vers quoi irions-nous?

    Citation Envoyé par R.S.71
    Bonsoir,

    A l'heure ou l'on parle de trou de vers et de voyage interstellaire. Que trouverions-nous par exemple, si on prenais une galaxie ou un système solaire situé x millions ou milliards d'année lumière. Car si j'ai bien compris, tous ce que l'on peut observer dans l'espace n'est juste que la luminosité de ces systèmes qui nous est émise pour certain depuis la nuit des temps, mais comme rien n'est éternelle, ma question est: Si l'on pouvais voyager à travers un trou de vers, qu'est-ce qu'on découvrirais en lieu et place de ce que l'on observe?

    Merci pour vos réponse.

    Ta question renvoie en résumé à la notion de temps caractéristique d'évolution d'un système. Il dépend de l'efficacité du "moteur" qui transforme son énergie potentielle en énergie cinétique. Plus le système est efficace (il transforme rapidement son E potentielle en E cinétique), plus le paysage changera rapidement.

    De ce point de vue il y a deux grands types d'objets dans l'Univers : les étoiles et les assemblages d'étoiles.

    Les étoiles évoluent à une vitesse caractéristique proportionnelle à M-2. C'est lié au fait que l'énergie potentielle est dépensée à créer une pression de radiation pour résister à la gravité.

    logT ~ logT0-2log(M/M0), M0 et T0 étant resp. la masse et la durée de 'vie' du Soleil (10 md d'années). Les masses stellaires étant comprises entre 0,01 et 100 masses solaires (dans l'Univers actuel), tu as des temps caractéristiques allant de 10000 milliards à 100 000 ans. S'tin peu exagéré, on peut retrécir d'un facteur 10 des deux cotés, disons T compris entre 1000 milliards (pour les toutes petites étoiles) et 1 million (pour les géantes).

    Les amas globulaires, les galaxies, les amas évoluent et se maintiennent à pression nulle sur des durées caractéristiques proportionnelles à M1/2.R3/2. Cette relation traduit le ratio du rayon du systeme (R) à sa vitesse de liberation (rac(2GM/R)). Le temps caractéristique du système est pris égal au temps qu'il faut pour traverser le système à cette vitesse là.

    logT ~ logT0-1/2 log(M/M0)+3/2 log(R/R0).
    T0, M0 et R0 étant resp. la période (+/-250 Ma) la masse et le rayon de notre galaxie.

    Comparée à la Galaxie, les amas d'étoiles ont des couples log masse/rayon allant de (-3, -3) pour un amas globulaire à (3, 3) pour un superamas. Soit des log T allant de -6 à 6 par rapport au temps caractéristique d'un quart de milliards d'années de la Galaxie, soit encore en borne basse 1 million d'années et en borne haute pfou, qq milliers de md d'années. Cette fois ci ce sont les plus gros objet qui évoluent le plus lentement.

    Après tous ces calculs et en résumé : en deça d'un temps caractéristique de un million d'années, l'Univers est quasi-stationnaire dans son aspect quelle que soit l'échelle considérée. Ramenée à une durée de voyage "humaine", ça règle le problème .

    a+
    Dernière modification par Gilgamesh ; 25/05/2006 à 23h43.

Discussions similaires

  1. Le Voyage humain vers Mars
    Par orbitmars dans le forum À la conquête de Mars
    Réponses: 107
    Dernier message: 14/02/2008, 01h53
  2. voyage vers mars
    Par syndrome dans le forum Astronautique
    Réponses: 2
    Dernier message: 04/10/2007, 19h38
  3. La sexualité : un obstacle au voyage vers Mars ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/11/2005, 22h58