Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Toxicité fientes de pigeons




  1. #1
    lolobaratte

    Question Toxicité fientes de pigeons

    Bonjour à tous les biologistes et autres visiteurs du forum.

    J'aimerais savoir à partir de combien de jour il est toxique de nettoyer une grosse fiente de pigeons sur un balcon sans prendre de protections particulières. Je précises que le pigeon a passé toute la nuit sur mon balcon et qu'il avait l'air malade car il avait la diarrhée et ne bougeait pas la tête. Il avait que les yeux qui clignotaient. Il a réussi avec beaucoup de mal à s'envoler. Là ou j'ai peur, c'est que j'ai nettoyé la fiente au carcher et que j'ai peur d'avoir propagé les microbes sur tout mon balcon et d'en avoir ramené chez moi sur mes vêtements.

    Alors, je répète ma question, est-ce que une fiente de pigeons qui a moins de 24 heures est porteuse de maladies ?

    Merci d'avance pour toutes vos réponses.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    patdx

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    je copie-colle le texte publié par la ville de Lausanne :

    source : http://www.lausanne.ch/view.asp?DocID=22420

    Respirer de la poussière de fientes de pigeon: quel risque pour la santé?

    Parmi les quelques 40 germes pathogènes (virus, bactéries, champignons microscopiques) présents dans les accumulations de fientes de pigeons des villes, trois peuvent représenter un réel danger dans certaines conditions:

    *
    La bactérie provoquant la chlamydiose ou ornithose, infectant de nombreux oiseaux et pour qui l'homme est un hôte accidentel. Les risques pour l'homme sont difficiles à évaluer; à première vue, les contaminations (déclarées comme telles) sont rares et les formes sont souvent bénignes (syndrome pseudo-grippal), mais la maladie est peut-être sous-diagnostiquée. Les cas indiscutables d'ornithose dus à des pigeons se retrouvent surtout chez les personnes immunologiquement déprimées (par exemple, personnes âgées ou atteintes par le Sida). La contamination se fait essentiellement par voie respiratoire.
    *
    Un champignon unicellulaire, se développant dans les fientes de pigeons, peut provoquer la cryptococcose, une mycose opportuniste s'attaquant surtout aux poumons et au système nerveux. La contamination se fait principalement par inhalation des poussières infestées. Les personnes atteintes du Sida sont les principaux porteurs de cette maladie, qui s'attaque surtout aux poumons et au système nerveux. Le risque est considéré comme faible pour les personnes en bonne santé.
    *
    La bactérie provoquant la salmonellose peut être présente chez les pigeons, dans des proportions importantes par endroit. Bien que les souches observées chez les pigeons ne se rencontrent que rarement dans les salmonelloses humaines, le risque ne peut être considéré comme nul. La contamination se fait par consommation d'aliments souillés ou ingestion inopinée de matières souillées (enfants mettant leurs mains sales dans la bouche).


    En résumé, le risque pour la santé n'est pas négligeable, mais peu important pour les adultes en bonne santé. Par contre, les personnes malades avec une défense immunitaire affaiblie (ex. Sida), les personnes âgées ou les jeunes enfants doivent éviter les contacts avec les fientes de pigeons.

    Et la grippe aviaire?

    Les pigeons sont très rarement infectés par les virus aviaires et ne jouent quasiment aucun rôle dans la transmission du virus à d'autres oiseaux. Pour plus d'informations, consulter les sites de l'office vétérinaire fédéral et de l'office fédéral de la santé publique.

  4. #3
    cousin99

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    PEUR SUR LA VILLE

    ######### supprimé : auto-promotion

    Il y a une chose très instructive sur la mentalité humaine : c'est la puissance des dogmes et des croyances, la force des propagandes et des opinions affectives, même contre les faits. L'homme est un animal perpétuellement aveuglé. Platon notait déjà que la doxa (doctrine, opinion) l'emportait toujours sur l'épistémè (savoir, science). Le Professeur Debray-Ritzen, psychiatre anti-freudien, avait coutume de dire : « l'erreur dogmatique a des ailes, et la vérité scientifique rampe humblement ».

    La population a peur, est terrorisée quand elle voit un pigeon et surtout un regroupement de pigeons. Les fientes de ces oiseaux lui font surgir à l'esprit saleté, germes, virus et donc mort. Les municipalités sont harcelés tous les jours par les plaintes des habitants : au secours, au secours il faut faire quelque chose.
    Un classique : une dizaine de pigeons résident dans une école et les services hygiène se trouvent harcelés par les parents, les professeurs ou instituteurs pour qu'on intervienne. Alors que 10 pigeons ne représentent absolument aucun danger, ni d'ailleurs ne posent de problème de surpopulation.
    La population a peur des pigeons car on n'arrête pas de lui dire que ces animaux sont dangereux et transmettent des maladies. Ce qui est non démontré scientifiquement et même faux puisque les colombophiles en contact permanent avec ces oiseaux ne sont pas contaminés. En fait les spécialistes le savent : c'est vraiment un oiseau sans danger. Le pigeon de ville (biset) est une espèce peu dangereuse pour l'homme car les bactéries, virus, parasites et champignons qu'il peut héberger sont très spécifiques à son espèce et non transmissibles à l'humain. Ce n'est pas une invention, les meilleurs vétérinaires le déclarent et c'est prouvé empiriquement sur le terrain par une expérience millénaire de cohabitation de l'homme avec les pigeons biset (pigeons voyageurs au moyen orient entre autres). Cherchez donc une étude scientifique indépendante et contradictoire prouvant que cet oiseau est dangereux pour l'homme; elle n'existe pas! Les pigeons de ville ne sont pas un risque sanitaire, contrairement à ce qu'on affirme. C'est connu depuis longtemps déjà : selon le Comité mixte OMS/FAO des experts des zoonoses - Rome 1959 - "Les pigeons qui vivent en liberté dans les villes de même que les étourneaux et les moineaux ne présentent qu'un risque faible pour la santé publique".

    ######### supprimé : auto-promotion
    Dernière modification par JPL ; 07/07/2010 à 12h27.


  5. #4
    Edelweiss68

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    Citation Envoyé par cousin99 Voir le message
    Alors que 10 pigeons ne représentent absolument aucun danger, ni d'ailleurs ne posent de problème de surpopulation [...] Rome 1959 -
    Où est la preuve de cela? Et pourquoi 10 pigeons? Cela signifierait-il qu'avec 11 pigeons, il y a un danger?

    Et puis tout cela date de 1959...

  6. #5
    cousin99

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    Sur l'absence de risque sanitaire :
    ######### supprimé : auto-promotion
    des documents qui le prouve

    dont celui-ci de septembre 2009

    Dr Bernard Lefebvre
    Vétérinaire Maladies des pigeons
    Quelles sont les maladies susceptibles d’être transmises à l’homme par les pigeons ?
    Avis d’un vétérinaire praticien
    De nombreux microbes (bactéries, levures, virus, …) peuvent être hébergés par les pigeons comme par toute espèce animale. Certains d’entre eux sont susceptibles de transmettre une maladie à l’homme qui les élève ou les héberge. Parmi ceux ci, les plus fréquemment isolés chez les pigeons d’élevage sont des salmonelles (Salmonella tiphymurium var Copenhaguen), des levures (Candida albicans). Par contre, les chlamydies de l’ornithose sont rarement isolées. Quant aux Campilobacter, on ne les isole jamais car,…. on ne les recherche pas puisque qu’il ne sont pas responsables de maladie chez le pigeon. Le virus de West Nile qui sévit aux Etats Unis ne semble pas avoir fait son apparition en France sur la population de pigeons sauvages ou domestiques. Il faut ajouter à cette liste une maladie non infectieuse : « la maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux » qui est une maladie d’origine allergique.

    Campilobacter jejuni est très fréquemment retrouvé dans le tractus digestif des volailles (jusqu’à 80% dans les élevages de poules pondeuses avec jusqu’à 25% des œufs contaminés par les fientes à la surface de la coquille). Cette bactérie est responsable d’une zoonose (= maladie d’origine animale et transmissible à l’homme) : la consommation de viande de volailles représente un risque très significatif dans l’apparition des diarrhées humaines dues à Campylobacter jejuni. La maladie peut se transmettre également lors de la manipulation des carcasses par les employés des abattoirs.

    Dans une étude datant de 1999 sur des pigeons parisiens, Candida albicans a été isolé dans 68% des jabots mais seulement 20% des intestins. Si la maladie candidose existe chez l’homme, on ne peut pas dire que celle ci soit transmise par des contaminants extérieurs. C’est plus un terrain immunodéprimé (SIDA) ou des facteurs locaux qui favorisent l’implantation des levures sur la peau ou, plus souvent, sur les muqueuses digestives, génitales,….

    Salmonella tiphymurium var Copenhaguen est très régulièrement isolés dans des élevages dans lesquels sévit la paratyphose. C’est même une « dominante pathologique » et la maladie est un motif de consultation extrêmement fréquent. Des salmonelles sont régulièrement responsables de Toxi Infection Alimentaire Collective chez l’homme suite à la consommation de mayonnaise, glaces,….. dans lesquelles des œufs non cuits sont incorporés. La maladie chez l’homme apparaît toujours après ingestion d’aliments contaminés et non pas par simple contact. Pour cette raison, et bien que la maladie soit très fréquente dans les élevages de pigeons, je n’ai jamais observé de transmission de la maladie aux éleveurs de pigeons. Il faut ajouter que les œufs de pigeons ne sont généralement pas consommés, en tous cas, s’ils le sont, ils sont cuits; que la viande de pigeon se mange bien cuite (par rapport au bœuf) et enfin que la salmonellose du pigeon est assez spécifique et est probablement peu pathogène pour les autres espèces animales.

    Chlamydia psitacci est responsable de l’ornithose chez le pigeon (psittacose chez les perroquets et…. chlamydiose chez l’homme). Attention cependant à ne pas confondre l’ornithose avec d’autres chlamydioses humaines (Chlamydia trachomatis) ou animales (Chlamydia felis chez le chat). Bien que certaines enquêtes sérologiques semblent montrer une large diffusion de la bactérie parmi les populations sauvages de pigeons, quand j’utilise des techniques modernes de recherche de la bactérie (PCR) je n’en trouve que très rarement dans les pigeons d’élevage. Pour des raisons budgétaires, cette technique de recherche n’a pas été utilisée dans les études concernant les populations de pigeons sauvages. Chez le pigeon, la bactérie donne des signes de coryza (inflammation des voies respiratoires) mais aussi des troubles de la reproduction (mortalité en coquille, mortalité au nid) et des arthrites. Chez l’homme, la bactérie est responsable d’un syndrome grippal voire d’une grave pneumonie. Cependant, le traitement adapté (Doxycycline) permet de guérir rapidement les personnes atteintes. La maladie se transmet par voie aérienne essentiellement lors du nettoyage des colombiers, dans des colombiers mal ventilés ou encore lors de la manipulation de carcasses en abattoir. Mais, je n’ai eu connaissance que de très peu de cas de cette maladie chez les éleveurs de pigeons. Cependant, lors de syndrome grippal ne guérissant pas spontanément (ou après traitement antibiotique non spécifique de la chlamydiose) en quelques jours, il faut envisager l’hypothèse de la chlamydiose chez les éleveurs d’oiseaux.

    Enfin, et c’est probablement la maladie la plus fréquemment rencontrée chez les éleveurs d’oiseaux et de volailles, la « maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux » mérite une attention toute particulière. Il s’agit d’une maladie d’origine immunitaire; c’est une allergie aux poussières et autres particules véhiculées par les oiseaux (tous comme certains individus sont allergiques au poil de chat). La maladie évolue sous une forme aiguë ou chronique. Dans la forme aiguë, l’ éleveur ressent une gêne respiratoire dans les 10’ qui suivent son entrée dans le colombier. Cette gêne est aggravée lors du nettoyage des installations. Il suffit de quitter le colombier pour recouvrer la bonne santé en quelques heures. Cette forme de la maladie est donc facile à diagnostiquer. La forme chronique est plus sournoise car les signes n’apparaissent qu’après une longue période d’exposition et entraîne petit à petit des lésions irréversibles du poumon qui perd progressivement ses fonctions d’oxygénation du sang. Le meilleur conseil que l’on puisse donner à des éleveurs atteints de cette maladie et de ne plus entrer du tout dans les colombiers, les poulaillers,… Il est également possible de porter systématiquement un masque respiratoire adapté à cette maladie. Mais, la « corvée » de nettoyage doit obligatoirement être confiée à une personne non sensible à ces allergènes.

    Si des personnes devaient craindre la transmission de maladies par les oiseaux, ce seraient d’abord ceux qui sont en contact étroit et quotidiens avec ceux-ci et donc, tout particulièrement, les éleveurs d’oiseaux. Dans ma pratique quotidienne je rencontre assez souvent des éleveurs allergique et atteints de « la maladie du poumon des éleveurs d’oiseaux », je n’ai rencontré que très rarement des éleveurs atteints de la chlamydiose. Par contre, je n’ai jamais rencontré de personnes ayant eu une affection digestive à Campilobacter, à salmonelles ou à Candida en rapport avec la possession de pigeons. Le risque d’attraper des maladies d’origine aviaire pour de simple passants en ville est donc négligeable.
    Dernière modification par JPL ; 07/07/2010 à 12h28.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Edelweiss68

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    Même si ils ne représentent pas une source de transmission massive, ce n'est pas ce que j'appelle absolument aucun danger!

  9. #7
    invite765732342432
    Invité

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    Citation Envoyé par Edelweiss68 Voir le message
    Même si ils ne représentent pas une source de transmission massive, ce n'est pas ce que j'appelle absolument aucun danger!
    Disons alors que c'est un risque négligeable par rapport à tous les autres risques qu'on prend en permanence ?

  10. Publicité
  11. #8
    Edelweiss68

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    Citation Envoyé par Faith Voir le message
    Disons alors que c'est un risque négligeable par rapport à tous les autres risques qu'on prend en permanence ?
    En effet, ce genre de phrase est déjà plus adapté!

  12. #9
    noir_ecaille

    Re : Toxicité fientes de pigeons

    Un pigeon crevé est un pigeon qui attire... les rats !

    Mieux vaut éviter la surpopulation -- de cadavres

    Le pigeon est considéré comme nuisible moins à cause de contaminations possibles/éventuelles que parce que ses prédateurs naturels n'ont plus d'impact régulateur (population trop importante et ratio pigeons/prédateur vs taux de natalité déséquilibré).
    Dernière modification par noir_ecaille ; 06/07/2010 à 17h33.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Toxicité selenium
    Par Judex dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 4
    Dernier message: 28/02/2009, 10h24
  2. Toxicité
    Par tomtom54 dans le forum Chimie
    Réponses: 3
    Dernier message: 09/12/2007, 17h32
  3. toxicite du PER
    Par Lapegouille dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/11/2007, 19h52
  4. [evolution] origine des pigeons
    Par vampyer972 dans le forum Biologie
    Réponses: 14
    Dernier message: 16/08/2006, 23h25
  5. Reproduction des pigeons
    Par celineLC dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 18/07/2006, 21h24