Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Sélectivité clonale




  1. #1
    Novocaine

    Sélectivité clonale

    Bonjour,

    Voici ce que jai compris:
    Lors de la maturation d'un lymphocyte, celui ci subit un réarrangement au hasard du gène codant pour le récepteur impliqué dans la reconnaissance d'un antigène(TCR pour les Lymphocytes T, Anticorp membranaire pour les Lymphocytes B). Ceci permet d'aboutir à une grande variété de récepteurs pouvant reconnaître une grande variété d'antigènes. Si le récepteur obtenu reconnait des épitopes du soi, la cellule est détruite. On obtient en fin de maturation, un lymphocyte mature naïf. Chaque lymphocyte possède un récepteur ne pouvant reconnaitre un seul antigène.

    Lorsqu'un lymphocyte naïf reconnait un antigène, celui ci est activé et se met à se diviser afin de produire des cellules effectrices et des cellules mémoires. Cette division produit un grand nombre de clones possédant les mm récepteurs. Les cellules mémoires en grand nombre et dotées d'une durée de vie accrue par rapport aux autres lymphocytes expliquent la rapidité et l'éfficacité de la réponse immunitaire face à une deuxième exposition à l'antigène.

    Cette sélectivité clonale permet la multiplication de lymphocytes "utiles" c'est à dire capables de reconnaitre un épitope d'un antigène existant. La plupart des lymphocytes ne recontreront jamais l'antigène spécifique à leur récepteur.

    Alors voici ma question:
    Est ce qu'un lymphocyte naïf(c'est à dire n'ayant jamais rencontré d'antigène) se reproduit seulement une fois la reconnaissance effectuée?
    Ce que je ne comprends pas c'est que, si c'est le ce cas, il semble impossible qu'un seul lymphocyte naïf(une seule cellule) possédant des récepteurs spécifiques à un antigène présent à l'intérieur de l'organisme puisse rencontrer celui ci. Il faudrait une chance incroyable ou alors un très grand nombre d'antigènes ce qui suppose une infection avancée.

    Il faut nécessairement un certain nombre de clones d'un lymphocyte doté d'un type de récepteur donné avant une activation non? L'activation permettant dans ce cas une reproduction importante.

    Mais peut être n'y a-t-il pas de reproduction avant activation et que le nombre important de lymphocytes dotés de récepteurs spécifiques permet d'avoir suffisamment de chances de rencontrer un antigène particulier via des épitopes différents.

    Merci beaucoup de prendre le temps de me lire et de répondre. L'immunologie étant assez complexe, un petit éclaircissement sera très apprécié.

    En espérant une réponse, bonne journée.

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    t0yt0y

    Re : Sélectivité clonale

    Bonjour.

    JE te comprends parfaitement, l'immunologie est plus que complexe et les erreurs plus que facile.
    Je pense qu'avant toute chose, pour bien comprendre l'immunologie, il ne faut pas voir tout en blanc ni tout en noir, nuancé les choses et laisser un peu de place pour le gris.

    Concernant ta question, je n'ai pas de réponse précise. Ce que je pense moi, c'est qu'il y a un très très très grand nombre de lymphocyte produit par jour mais tu as raison, ils ne rencontreront certainement pas l'antigène.
    Et je pense que c'est dans ce grand nombre que réside la solution. Il doit certainement y avoir des lymphocytes qui ne sont pas des clones mais qui possèdent sensiblement le même recepteur.

    Au dela de ça, il faut aussi se souvenir que les pathogènes, pour les lymphocytes T, sont présentés par des CPA, surtout les dendritiques, dans les organes lymphoides secondaires. Il y a donc dans ces organes une chance qu'un lymphocyte puissent interagir et s'activer.

    En tout cas, je n'ai jamais entendu parler de multiplication d'un lymphocyte après qu'il ai été séléctionné, sauf peut etre les mémoires pour survivre, mais je n'en suis pas sur du tout.

    Voila, n'hésite pas pour toute autre question, je serais ravi d'y répondre.

    En attendant, j'ai vu qu'il y avait une immunologiste qui trainait sur le forum, j'espère qu'elle contribuera à cette discussion
    Allo, Stérique ?! Oui ... Ici Nétique !!!!

  4. #3
    descmarc

    Re : Sélectivité clonale

    Salut,

    Très bonne question. Je crois que tout personne qui a des notion d'immuno c'est posé cette question.

    Un Lt naif spécifique d'un épitope prècis ne se divise (expansion clonal) que lorsque que le TCR est "crosslinké" c'est à dire lorsque l'Ag se lie au TCR, en condition physiologique normal.

    Cependant il y a tout les jours a chaque instant dans la moelle osseuse de nouveau Lt qui se créer, or le réarrangement des gènes amenant au BCR spécifique se fait au hasard et il n'y a aucune règles précisant qu'un même réarrangement ne peut arriver deux fois.
    Il arrive donc que deux Lt créer à des endroits différents ou pas et à des moments différents ou pas aient les même gènes réarrangés et donc le même BCR.

    Des chercheurs se sont posé la même question que toi et ont déterminé qu'en moyenne il y'a 200 cellules possédant strictement le même TCR dans l'organisme ( je ne sais plus si c'est chez l'homme ou la sourie mais le principe reste le même ).

    200 "clone" se baladant d'organe secondaire en organe secondaire on s'en sort...lol
    Voilà en espérant avoir répondu
    cordialement


  5. #4
    LXR

    Re : Sélectivité clonale

    Mais peut être n'y a-t-il pas de reproduction avant activation et que le nombre important de lymphocytes dotés de récepteurs spécifiques permet d'avoir suffisamment de chances de rencontrer un antigène particulier via des épitopes différents.
    C'est une bonne remarque. Sur un pathogène, on va retrouver une quantité très importante d'antigènes du non-soi, donc une probabilité importante que plusieurs épitopes soient reconnu par plusieurs lymphocytes T. La réponse face au pathogène est donc polyclonale puisque différents épitopes seront reconnus par le système immunitaire, sur plusieurs antigènes et sur un même antigène.

    De façon plus restreinte au niveau du nombre d'épitopes disponibles, en considérant cette fois les lymphocytes B, quand on injecte un peptide chez le lapin, celui-ci va produire des IgG différentes contre ce peptide, l'ensemble d'anticorps dirigés contre le peptide est dit polyclonal. Cela montre que plusieurs lymphocytes naïfs ont reconnu cet antigène (via plusieurs épitopes sensiblement différents), sinon on aurait parlé d'anticorps monoclonal.
    D'ailleurs, pour contourner la polyclonalité systématique des anticorps produits après injection d'un peptide dans un organisme, lorsqu'on veut produire des anticorps monoclonaux, on doit passer par un système ex vivo. D'abord on sélectionne des plasmocytes pour la reconnaissance de l'antigène d'intérêt. Etant des cellules différenciées, ils ne peuvent plus se diviser donc on les fusionne avec des cellules de myélome, on appelle cela des hybridomes. Ainsi on se retrouve avec une population cellulaire monoclonale, l'ensemble d'anticorps produit est donc monoclonal.

    Greg
    Dernière modification par LXR ; 24/04/2009 à 00h15.

  6. #5
    Novocaine

    Re : Sélectivité clonale

    Bonsoir,

    Merci beaucoup pour ces réponses très intéressantes.

    Un Lt naif spécifique d'un épitope prècis ne se divise (expansion clonal) que lorsque que le TCR est "crosslinké" c'est à dire lorsque l'Ag se lie au TCR, en condition physiologique normal.
    D'accord merci. C'est ce que je voulais savoir.

    Des chercheurs se sont posé la même question que toi et ont déterminé qu'en moyenne il y'a 200 cellules possédant strictement le même TCR dans l'organisme ( je ne sais plus si c'est chez l'homme ou la sourie mais le principe reste le même ).
    C'est très intéressant. Vu le nombre de cellules produites, ça me semble pas impossible. Et puis si on ajoute aussi les cellules possèdant des TCR différents mais capables de reconnaitre différents épitopes d'un même antigène celà fait assez de cellules pour assurer une réponse immunitaire adéquate. C'est cohérent quand on considère également le délai de réaction qui est de quelques jours le temps que ces cellules puissent entrer en contact avec un corps étranger.

    C'est une bonne remarque. Sur un pathogène, on va retrouver une quantité très importante d'antigènes du non-soi, donc une probabilité importante que plusieurs épitopes soient reconnu par plusieurs lymphocytes T. La réponse face au pathogène est donc polyclonale puisque différents épitopes seront reconnus par le système immunitaire, sur plusieurs antigènes et sur un même antigène.

    De façon plus restreinte au niveau du nombre d'épitopes disponibles, en considérant cette fois les lymphocytes B, quand on injecte un peptide chez le lapin, celui-ci va produire des IgG différentes contre ce peptide, l'ensemble d'anticorps dirigés contre le peptide est dit polyclonal. Cela montre que plusieurs lymphocytes naïfs ont reconnu cet antigène (via plusieurs épitopes sensiblement différents), sinon on aurait parlé d'anticorps monoclonal.
    D'ailleurs, pour contourner la polyclonalité systématique des anticorps produits après injection d'un peptide dans un organisme, lorsqu'on veut produire des anticorps monoclonaux, on doit passer par un système ex vivo. D'abord on sélectionne des plasmocytes pour la reconnaissance de l'antigène d'intérêt. Etant des cellules différenciées, ils ne peuvent plus se diviser donc on les fusionne avec des cellules de myélome, on appelle cela des hybridomes. Ainsi on se retrouve avec une population cellulaire monoclonale, l'ensemble d'anticorps produit est donc monoclonal.

    Greg
    Je connaissais la méthode de production d'anticorps monoclonaux/polyclonaux mais j'avais pas fait le rapprochement et c'est vrai que la notion d'épitope est essentielle.

    Merci encore pour votre aide,
    Bonne soirée

  7. A voir en vidéo sur Futura

Discussions similaires

  1. selectivite d un catalyseur
    Par Fudebu dans le forum Chimie
    Réponses: 4
    Dernier message: 21/06/2008, 23h23
  2. Sélectivité en fréquence / Temps
    Par cherifi_11 dans le forum Physique
    Réponses: 5
    Dernier message: 05/03/2008, 20h08
  3. sélection clonale
    Par adrislas dans le forum Biologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/03/2005, 13h15
  4. Sélectivité des extinctions
    Par 20100 dans le forum [Sept] Eric Buffetaut, le spécialiste de la paléontologie
    Réponses: 1
    Dernier message: 10/09/2003, 00h46