Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

La séléction naturelle chez l'homme



  1. #1
    phadeb

    La séléction naturelle chez l'homme

    Yop

    Parlons biologie et théorie de l'évolution.

    Je me suis un peu documenté sur la sélection naturelle chez l'homme entre autre tout ça, et j'ai vu que pour que l'homme s'adapte à son milieu, il faut qu'il ait au préalable subit une ou des mutations diverses, et ceux qui subissent les mutations adaptées, réussissent à survivre, s'adapter, et à communiquer leurs gênes d'adaptations à leur descendance.

    De ce fait, uniquement les "mutations adaptées" au milieu de vie, sont gardés, les autres "mutations non adaptées" sont automatiquement sanctionnés par la disparation.

    Or il me vient une pensée : et si les mutations non adaptées qui ont toutes disparues, et je présume qu'il a du y'en avoir des dizaines de milliers, et si ces mutations disparues avaient été très bénéfiques pour l'homme "mais dans un environnement autre ou elles sont apparues", et que malheureusement elles fussent perdues.

    Je m'explique, un exemple. Il y'a 180 000 ans, un Homo Sapiens femelle vivant au Sahara enfante d'un Homo Sapiens doté d'un nouveau gêne. La mutation se produit alors. Ce gêne permettrait à l'homme de résister à des températures froides très fortes. Imaginons que ce bébé possède un gêne qui lui permettrait de survivre jusqu'a 5 heures dans une eau entre 0° et 5° celsius (soyons fous).

    Vous imaginez que ce gêne est une évolution monstrueuse et permettrait à l'homme d'atteindre un degré d'adaptation au milieux froids inconnus de nos jours.

    Faute à pas de chance, il a fallu que cette mutation à basse probabilité de se produire se fasse chez une personne vivant dans un milieu très chaud. Cette évolution a donc du, si l'on est sous l'hypothèse de la sélection naturelle, s'annihiler naturellement d'elle même, et ne jamais être transmise à la descendance.

    Donc croyez vous que des mutations surprenantes et inconnus de nos jours auraient pu se produire il y'a des dizaines de milliers d'année tout en disparaissant aussitôt.

    A vos plumes

    PS: Humbles scientifiques, pardonnez moi si j'ai dit des bêtises, je ne suis point expert en la matière

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    invite765732342432
    Invité

    Re : La séléction naturelle chez l'homme

    Chic, l'homme et l'évolution
    N'hésite pas à faire une recherche sur ce forum, il y a déjà pas mal de discussion à ce sujet

    Citation Envoyé par phadeb Voir le message
    j'ai vu que pour que l'homme s'adapte à son milieu, il faut qu'il ait au préalable subit une ou des mutations diverses
    Les hommes (et plus particulièrement leurs gamètes) subissent en permanence des mutations.
    Mais ce ne sont pas, chez les sexués, les mutations qui font qu'une espèce s'adapte à son milieu: c'est essentiellement le brassage génétique.

    Les mutations ne sont importantes que sur le très long terme, pour augmenter la variabilité de ce brassage. L'adaptation se fait de manière beaucoup plus rapide essentiellement grâce au brassage.

    Donc ceci n'est pas exact:
    et ceux qui subissent les mutations adaptées, réussissent à survivre, s'adapter, et à communiquer leurs gênes d'adaptations à leur descendance.
    Ce ne sont pas ceux qui subissent une mutation, mais ce qui présente une combinaison génétique "favorable".

    les autres "mutations non adaptées" sont automatiquement sanctionnés par la disparation.
    Non.
    Les mutations s'accumulent, les plus délétères disparaissent, mais beaucoup, même potentiellement nocives restent dans la population.

    Or il me vient une pensée : et si les mutations non adaptées qui ont toutes disparues, et je présume qu'il a du y'en avoir des dizaines de milliers, et si ces mutations disparues avaient été très bénéfiques pour l'homme "mais dans un environnement autre ou elles sont apparues", et que malheureusement elles fussent perdues.
    Les mutations continuent de se produire, donc même si une mutation était apparue puis avait disparue, rien ne l'empêche de revenir.
    Par contre, je répète que pour nous, les mutations n'ont que peu d'effet sur l'adaptation (à court ou moyen terme)

    enfante d'un Homo Sapiens doté d'un nouveau gêne. La mutation se produit alors. Ce gêne permettrait à l'homme de résister à des températures froides très fortes.
    Trop brutal, trop excessif. Ce qui fausse toute déduction.
    Un gène n'apparait pas tout d'un coup. Une résistance au froid non plus. Ce sont essentiellement des processus continus, même si, de temps en temps il y a des phénomènes d'accélération.

  4. #3
    phadeb

    Re : La séléction naturelle chez l'homme

    D'accord je comprends plus clairement (bien que non initié à la biologie)

    Cette réponse assez constructive m'amène naturellement à corriger ma question.

    Les mutations notable se font sur le long terme.

    Est ce possible que certaines mutations persévèrent tellement sur le long terme qu'on puisse en arriver à ce stade de résistance physique à la chaleur. Si celà devait se produire, combien de milliers d'années faudra-t-il en intervalle pour arriver à ce résultat.

    Tu me dit que si des mutations quelconques qui avaient fini par disparaître dans le passé, pourraient se rétablir dans le futur. Mais a peu près à quelle échelle de temps ?

  5. #4
    Cendres

    Re : La séléction naturelle chez l'homme

    Je ne vois pas bien comment on pourrait estimer ce type de durée. Cela dépend par exemple de l'importance des effets des mutations (don de l'effet ifnal par d'eventuelles accumulations), du temps mis à leur fixation par dérive génétique, des effets du milieu (et éventuellement de la sélection sexuelle...).
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  6. #5
    invite765732342432
    Invité

    Re : La séléction naturelle chez l'homme

    Citation Envoyé par phadeb Voir le message
    Les mutations notable se font sur le long terme.
    Disons que les mutations s'accumulent en permanence, et que plus on attend, plus il y a de chances d'en avoir.
    C'est l'accumulation de ces mutations qui risque d'être notable sur le long terme.

    A noter quand même quelques contre-exemples de mutations simples (je ne sais pas d'ailleurs si mutation est le terme adapté, mais bon) qui peuvent avoir des effets notables rapidement: les trisomies, les duplications de gènes (par erreur), ou encore les des cross-overs

    Est ce possible que certaines mutations persévèrent tellement sur le long terme qu'on puisse en arriver à ce stade de résistance physique à la chaleur.
    Oui, c'est possible. Mais ne pas oublier que tout avantage a des inconvénients liés: Souvent une dépense énergétique supplémentaire, ou la désactivation de certains autres avantages.
    Exemple classique: l'anémie falciforme. Excellente résistance au paludisme, mais mauvais transport de l'oxygène...

    Si celà devait se produire, combien de milliers d'années faudra-t-il en intervalle pour arriver à ce résultat.
    Tout va dépendre de la pression de sélection (et du hasard).
    Sans pression de sélection, ça peut prendre des millions d'années (et encore... en supposant que ça se produise effectivement...)
    Avec pression de sélection, ça pourrait être beaucoup plus rapide (s'il existe déjà un "gène de la résistance à la chaleur", ce dont je doute pour l'homme)

    Pour prendre un autre exemple: si un jour l'albinisme devenait un avantage décisif dans la reproduction humaine, la propagation de cette mutation pourrait être très rapide (malgré sa rareté actuelle).

    Tu me dit que si des mutations quelconques qui avaient fini par disparaître dans le passé, pourraient se rétablir dans le futur. Mais a peu près à quelle échelle de temps ?
    C'est du simple aléatoire: ça peut aller de demain à des millions d'années. C'est la même chose que de tirer un dé à 6 faces: tu peux avoir le 6 au premier jet ou au bout de 25 lancers.
    Par ailleurs, il y a des sites génétiques plus prédisposés à la mutation, et des mutations plus communes que d'autres.

    Il est impossible de répondre à cette question de durée.

  7. A voir en vidéo sur Futura

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. la rupture de la sélection naturelle par l'homme
    Par stylolbleu dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 109
    Dernier message: 08/01/2012, 08h34
  2. héritabilité et sélection naturelle
    Par chapy dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 24/12/2009, 09h03
  3. L'homme est-il encore soumis aux lois de la sélection naturelle?
    Par sarkolas dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 135
    Dernier message: 28/10/2008, 17h14
  4. TPE : Sélection naturelle
    Par kai231 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 04/12/2007, 16h56