Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 26 sur 26

L'épigénétique



  1. #1
    Gardiendelombre

    Lightbulb L'épigénétique

    L'Epigénétique .

    Résumé très succinct :
    La génétique, c’est ce que la cellule peut faire une fois pour toute (c'est-à-dire bien souvent tout et son contraire),mais qu’elle ne fait pas réellement .
    La génétique est quasi stable dans le temps .
    L’épigénétique, c’est ce que la cellule peut tirer de son bagage génétique en fonction des circonstances .
    L’épigénétisme est fort variable dans le temps en fonction des circonstances . Il peut passer de génération en génération, il peut au cours du temps et chez un même individu progresser dans un sens puis dans un autre (y compris le retour en arrière) .

    Quelques exemples d’expression de l’épigénétisme :
    • La chenille qui se transforme en papillon (le bagage génétique est exactement le même ,mais l’un est une chenille et l’autre un papillon) .
    • La masse graisseuse qui détermine le sexe chez le Merou .
    • La température qui détermine aussi le sexe chez certaines grenouilles .
    • Deux jumeau vrais ont exactement le même bagage génétique tout au long de leur vie ,et on à la naissance exactement le même bagage epigenetique.
    En début de vie ils sont identiques .
    Au cours de leur vie, ils peuvent différer sur bien des points en fonction du milieu dans lequel ils vivent ,et l’indice de méthylation du bagage épigénétique en est le reflet direct .
    • Jusqu’au stade blastula de l’organogénèse,, les cellules sont omnipotentes mais à partir du stade blastula elles sont prédéterminées .
    • Certaines graines doivent être vernalisées (surgelées) pour pouvoir germer . Sans le gel par de germination.
    Quand on fait la synthèse « de tout » ,les conclusions sont assez surprenantes :
    • La génétique ne code finalement pas grand chose, mais ce qu’elle code est essentiel un peu comme les grandes bases de données en informatique . Elle est en cela « irremplaçable ».
    • L’épigénétique est responsable de la quasi-totalité de la différence entre les individus et ce sont des caractères acquis suite aux pressions de l’environnement .


    L’échec économique du séquençage génétique .
    Le séquençage génétique est actuellement terminé .
    Il a duré des années et n’a aboutit à presque rien de « palpable » ; il n’explique qu’une toute petite partie des affections dont on sait pertinemment qu’elles sont génétiques .
    La régulation (et donc la dérégulation) doit forcément se trouver « ailleurs » .


    Le succès médical du séquençage génétique .
    A côté de l’échec économique du séquençage, ce même séquençage a été extrêmement productif en termes scientifiques sur ce qu’est un gêne .

    Le gène « théorique » est extrêmement facile à comprendre ,mais ce n’est qu’une vue de l’esprit …):
    Il fonctionne de la façon suivante :
    • Sur un seul chromosome
    • Il y a une séquence d’ADN
    • Qui code pour une seule protéine
    • Et qui contient juste avant ce codage, une séquence régulatrice permettant ou interdisant sa lecture

    Le gêne « réel » est assez différent ….
    • Il peut être constitués de multiples séquences dispersées sur les divers chromosomes pour produire toujours une seule protéine.
    • Les éléments régulateurs peuvent être situés « n’importe où » sur l’ensemble des chromosomes .
    • Des fragments de séquences (qui dans le schéma de base ne sont lus que pour faire un seul type de protéine) peuvent en fait être lus pour créer des protéines différentes (un peu comme si pour construire des voitures differentes,on se servait toujours d’une même séquence de base pour construire une voiture et ensuite,pour « personaliser la voiture », que l’on se servait de séquences différentes pour construire des voitures de marques différentes,et de modèles et de couleurs différentes ).
    Le nombre de gènes est assez petit : de l’ordre de 20.000.
    Le nombre de protéines différentes possibles est immense : de l’ordre de plusieurs millions


    Le support génétique et le support épigénétique :
    Le support génétique, c’est l’ADN .
    Sauf mutations (rare) ou altération des copies, le bagage génétique reste rigoureusement le même toute la vie de l’individu .

    Le support épigénétique,c’est les histones ; des protéines enveloppant l’ADN et pouvant permettre ou interdire de lire un segment d’ADN .
    Ces protéines peuvent changer de configuration assez facilement en cours de vie en fonction des circonstances extérieures , et donc rendre possible ou impossible quelque chose en cours de vie .
    Comme ces modifications sont en grande partie fonction de l’environnement, c’est en quelques sortes la mémoire de l’acquis .

    Le bagage génétique d’un individu est pour ainsi dire « fixe » tout au long de sa vie .
    Ce bagage est énorme mais pas infini .
    Il est possible de cartographier l’intégralité du génome, et cela a d’ailleurs été fait .
    Par contre le bagage épigénétique bouge tout le temps. Ce bagage est infini et il est impossible d’en dresser une base de données complètes .


    La génétique de l’épigénétique .
    L’épigénétique permet de changer la cellule, voire l’individu en fonction de circonstances extérieures
    Mais ces transformations si elles sont dues globalement à l’environnement au sens large, survivent à une nouvelle modification de cet environnement et se transmettent elles aussi génétiquement !
    L’épigénome comme le génome peut avoir des mutations, mais ces mutations sont beaucoup plus fréquentes dans l’épigénome que dans le génome .


    "La survie génétique de l'acquis!" .
    D’une certaine façon l’épigénétique fixe des caractères qui ne sont pas héréditaires .
    Cette fixation est souvent très importante voire vitale pour la survie dans un milieu donné .
    L’épigénétisme est particulièrement important pour la survie des plantes qui ne peuvent survivre qu’en s’adaptant tandis que l’animal peut survivre en partant plus loin …

    On remarque cette variation dans le comportement différent des plantes en fonction de leurs lieux d’implantation : bord de mer, région humide, région sèche, etc ..
    C’est génétiquement la même plante mais elle peut être géante ici et naine là .


    Où se trouve la régulation ?
    La régulation se trouve à la fois dans le génome et dans l’épigénome .
    Le génome a des zones codant des activateurs ou des inhibiteurs .
    L’épigénome aussi .
    La régulation est faite par des enzymes qui peuvent ajoutent à la molécule d’ADN ou aux histones (les protéines d’enveloppe de l’ADN) divers types de radicaux : (groupes methyl,acétyl,phosphoryl …).

    Ceci a pour effet de changer la configuration spatiale de l’histone considéré et le faire masquer ou démasquer la s équence d’ADN nécéssaire .
    Mais le démasquage ce n’est que la première étape,il faut aussi que sur l’ADN il y ait autorisation de copie ,et cela aussi est donné via un groupe méthyl, acéthyl, phosphoryl…


    Comment fonctionne la régulation de l’épigénome ?
    Des modifications peuvent survenir dans l’épigénome et avoir un effet activateur ou inhibiteur sur un gène .
    Cet effet activateur ou inhibiteur est fonction de ce gène là bien précis et pas d’un autre ; la même modification peut avoir un effet activateur sur un gêne et inhibiteur sur un autre gêne .


    Darwin et l’épigénétisme .
    La théorie de Darwin bien que séduisante n’était pas « possible » en tous les cas telle qu’exprimée initialement pour des raisons de temps : il était impossible par exemple que le bec d’un oiseau change de forme en fonction des circonstances et de la pression génétique dans un laps de temps court (quelques dizaines d’années),si ce changement de bec était fonction des seules mutations (phénomène rare, rarement bénéfique et rarement transmissible (puisque le message devait être changé dans une cellule de la lignée sexuelle (spermatozoïdes ou ovules) si on voulait qu’il passe à la génération suivante) .
    Cela ne change en rien la théorie de Darwin qui reste totalement valable comme charpente de l’ensemble du raisonnement



    L’avenir de l’épigénétique .
    L’avenir est illimité point de vue médical :
    • Comprendre le vieillissement : pourquoi une cellule au départ pluripotente devient par la suite spécialisée . ;
    • Permettre la synthèse ou la régénération d’organes malades ou traumatisés .
    • Comprendre la cause intime des cancers ,éviter qu’ils surviennent ,créer de nouveaux médicaments pour renforcer le bagage génétique existant,et adapter les médicaments à la personne considérée en fonction de ses capacités génétiques et épigénétiques .

    Les complications politiques et juridiques aussi sont illimitées …il semble en effet établis que certains caractères soient dus aux conditions de vie au sens large :,et agisse non seulement sur l’individu mais aussi sur sa descendance
    • Pollution
    • Ambiance générale : quiétude, stress…
    • Alimentation




    Références :

    http://www.i-sis.org.uk/fromGenomicsToEpigenomics.php
    http://epigenome.eu:80/fr/1,1,0

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    LXR

    Re : L'épigénétique

    La discussion où se trouvait ce message était inappropriée. Une nouvelle discussion a été créée à partir de ce message.

    LXR pour la modération

  4. #3
    Cendres

    Re : L'épigénétique

    Quelle est la question posée, pour entamer la discussion?
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  5. #4
    Yoyo

    Re : L'épigénétique

    salut

    je suis pas bien certain qu'il y ait quoique se soit à discuter.
    C'est un texte bourré d'erreurs! qui confond la génétique avec l'objet qu'elle etudie (la génétique ne code pour rien du tout!).
    Qui ne défini pas l'épigénétique
    qui donne une définition fausse du gène.
    qui oublie toute une partie des mécanismes épigénétiques, en les limitants à l'ADN et aux histones...
    Qui oublie que des caractéristiques épigénétiques peuvent aussi étre héréditaires.
    Qui parle d'un "épigénome" sans jamais le définir, terme qui ne regroupe aucune réalité biologique.

    bref un texte qui masque de tres nombreuses erreurs derriere un discours qui se veut tres (trop) affirmatif...

    J'ai cru a la fin qu'on allait revenir vers une discussion "darwin avait tort sa théorie est fausse et elle n'explique rien"... mais non, enfin pas tout a fait. Si c'est la l'objet de ce long texte alors cette discussion mérite d'etre fermée, sinon ben je sais pas trop quoi dire, a part commencer par ouvrir un livre de biologie.

    YOyo

  6. #5
    VilCrocrotte

    Re : L'épigénétique

    L'épigénétique, nouveau terme où comment faire vendre un produit sous ce terme.... bon, Yoyo a dit pas mal d'arguments là dessus, pas la peine d'en rajouter je crois ^^
    VilCrocrotte !! Le super Génie !!

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    vpharmaco

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par VilCrocrotte Voir le message
    L'épigénétique, nouveau terme où comment faire vendre un produit sous ce terme.... bon, Yoyo a dit pas mal d'arguments là dessus, pas la peine d'en rajouter je crois ^^
    Oula!!! Le message initial n'etait pas forcement tres bon, mais l'epigenetique est un reel domaine d'etude passionnant (et affreusement difficile), qui ouvre des possibilites extrêmement interessantes, notamment pour la comprehension des processus physiopathologiques. La page de wikipedia me parait etre un meilleur point de depart : http://en.wikipedia.org/wiki/Epigenetics .
    On peut egalement lire avec interet, par exemple, la page sur les inhibiteurs de HDAC http://en.wikipedia.org/wiki/Histone...lase_inhibitor

  9. Publicité
  10. #7
    VilCrocrotte

    Re : L'épigénétique

    J'ai exagéré la chose mais pour moi, je n'en suis pas convaincu. Rien que la définition de l'épigénétique est bateau donc bon.
    VilCrocrotte !! Le super Génie !!

  11. #8
    vpharmaco

    Re : L'épigénétique

    Je t'invite vraiment par curiosité a te pencher un peu sur le sujet. Tu pourras etre surpris! L'epigenetique, en s'interessant aux relations entre les organismes et l'environnement, s'attaque a des sujets difficiles et commence petit a petit a y apporter des reponses.

    Exemples de sujets:
    -Quels sont les mécanismes moléculaires qui vont faire que les enfants de femmes ayant souffert de manultrition pendant leur grossesse vont tendre a développer une obesite des annees plus tard. Est-il possible, par une approche medicamenteuse, de corriger cette empreinte epigenetique avant que ne se développe la maladie ?
    - On observe que le traitement d'une souris en gestation par des perturbateurs endocriniens induit une surmorbidite dans sa descendance, meme apres quatre generations. Comment peut on expliquer ce phenomene et est il possible de le controler...

    Tous les groupes pharmaceutiques ont des programmes a l'heure actuelle portant sur le développement de médicaments ciblant les enzymes qui modifient les histones et l'ADN. L'approche n'est pas forcement evidente puisque inhiber, par exemple, une histone acetylase peut modifier l'expression d'un tres grand nombre de gènes. Le succes des inh. de HDAC tend quand même a montrer la validité de cette strategie.

  12. #9
    kamor

    Re : L'épigénétique

    J'avais écouté pendant l'été dernier une émission de la tête au carré sur l'épigénétique. Je pense que vous pourrez la retrouver et vous faire une idée un peu mieux que le plan marketing du dessus. (Non, Sérieusement, c'est ça ? C'est une brochure que vous soumettez pour tester notre réaction ? )
    Déjà la première phase est floue, ça commence très mal.

    Exemple épigénétique : les fourmis ou les abeilles, qui à partir de même larve, peuvent devenir différentes choses. Une chenille deviendra toujours un papillon.
    Le fait que des cellules soient omnipotentes n'est pour moi pas un exemple épigénétique.

  13. #10
    Yoyo

    Re : L'épigénétique

    Salut

    Je tiens quand meme a préciser que meme si je trouve le texte du premier message totalement nul, je ne remet pas en cause les mécanismes épigénétiques qui jouent des roles importants dans un grand nombre de mécanismes biologiques. Il n'y a aucun doute possible quant à leur interet.

    Maintenant je regrette que dans 99% des cas on associe épigénétique à modification de la chromatine. Il y a d'autres mécanismes épigénétiques tout aussi intéressants.

    YOyo

  14. #11
    LXR

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par Yoyo
    Maintenant je regrette que dans 99% des cas on associe épigénétique à modification de la chromatine. Il y a d'autres mécanismes épigénétiques tout aussi intéressants.
    En dehors des modifications de la chromatine, je n'ai pas d'autre mécanisme en tête. Tu as des exemples à proposer?
    Dernière modification par LXR ; 21/04/2011 à 11h21.

  15. #12
    Yoyo

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par LXR Voir le message
    En dehors des modifications de la chromatine, je n'ai pas d'autre mécanisme en tête. Tu as des exemples à proposer?
    Au moins un autre qui est les mécanismes de type prion.

    Yoyo

  16. Publicité
  17. #13
    Gardiendelombre

    Re : L'épigénétique

    Pour ma part,l'épigénétique a été une "découverte" toute récente suite à une émission tv .
    Je me suis ensuite documenté .
    J'ai fait ce résumé .
    Je n'ai pas fait le résumé pour une publication dans "Nature" .
    J'ai fait ce résumé pour que certains apprennent qq chose .

    Pour ma part l'épigénétique répond à mes questions sur Darwin ; selon moi Darwin ne pouvait pas avoir raison pour des raisons de temps .

    Si maintenant sur la génétique on remet par dessus l'épigénétique,alors tout est plausible : l'ensemble des becs d'oiseaux existe dans le génome,seul un seul est lu pour des raisons épigénétiques,si les circonstances changent,et que le bec ne convient plus, il ne faut plus attendre une mutation providentielle (des centaines de mutations providentielles...) mais simplement aller dans la base de données du gène pour en trouver d'autres,et la sélection naturelle fera le reste comme Darwin l'avait prédit .

    En outre le fait que des circonstances environementales peuvent avoir des conséquences induites sur les générations suivantes non par persistance du cadre de vie,mais par acquis épigénétique me semble ouvrir la boite de Pandore psycho-sociale .

  18. #14
    Cendres

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par Gardiendelombre Voir le message
    Pour ma part l'épigénétique répond à mes questions sur Darwin ; selon moi Darwin ne pouvait pas avoir raison pour des raisons de temps .
    C'est-à-dire?
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

  19. #15
    invite986312212
    Invité

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par Gardiendelombre Voir le message

    Si maintenant sur la génétique on remet par dessus l'épigénétique,alors tout est plausible : l'ensemble des becs d'oiseaux existe dans le génome,seul un seul est lu pour des raisons épigénétiques,si les circonstances changent,et que le bec ne convient plus, il ne faut plus attendre une mutation providentielle (des centaines de mutations providentielles...) mais simplement aller dans la base de données du gène pour en trouver d'autres,et la sélection naturelle fera le reste comme Darwin l'avait prédit .
    je crois que tu n'as pas bien compris le fonctionnement de la sélection naturelle: il existe à un instant donné dans la population des oiseaux une variété de tailles de becs. Si comme tu dis les circonstances changent, la descendance de certains oiseaux (ceux qui ont les becs les mieux adaptés aux nouvelles circonstances) sera favorisée par rapport à celles des autres oiseaux, et la distribution des tailles de becs va changer (par exemple la proportion d'oiseaux à gros becs augmentera un peu et celle d'oiseaux à petit bec diminuera un peu). Il n'y a pas besoin d'attendre une "mutation providentielle".

  20. #16
    Amanuensis

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par kamor Voir le message
    Le fait que des cellules soient omnipotentes n'est pour moi pas un exemple épigénétique.
    Pourquoi ?

    Dans http://en.wikipedia.org/wiki/Epigenetics#Development, la différenciation cellulaire est clairement couverte par l'épigénétique, non ?

  21. #17
    Amanuensis

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par Gardiendelombre Voir le message
    Si maintenant sur la génétique on remet par dessus l'épigénétique,alors tout est plausible : l'ensemble des becs d'oiseaux existe dans le génome,seul un seul est lu pour des raisons épigénétiques,si les circonstances changent,et que le bec ne convient plus, il ne faut plus attendre une mutation providentielle (des centaines de mutations providentielles...)
    Je trouve que cela pose une question importante.

    L'une des réponses est que ce qui n'est pas utilisé régulièrement tend à se dégrader. Si pendant des générations, le même bec est "utilisé", le "code" pour les autres becs va se dégrader librement et devenir non fonctionnel.

    Notons que certains auteurs extrapolent assez loin (trop loin ?) la notion d'épigénétique, suffisamment pour y inclure la transmission culturelle, dont l'importance est très grande chez une certaine espèce fortement invasive. La transmission culturelle permet exactement le mode d'adaptation décrit, et peut être une explication au succès invasif de ladite espèce.

  22. #18
    Gardiendelombre

    Re : L'épigénétique

    J'ai pas dit ça sur la sélection naturelle et les becs .

    J'ai dit que si au départ d'un bec fin tu voulais arriver à un bec épais ,et si tu attendais que les mutations fassent l'affaire.... j'ai de gros doutes que ça marche .

    Tandis que si au départ d'une base de données gigantesque reprenant tous les becs possibles (l'ADN) ,tu choisis un autre type de bec (via l'épigénétisme) ,là c'est tout à fait "jouable" à l 'échèle d'un nombre raisonable de générations .

  23. Publicité
  24. #19
    Amanuensis

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par Gardiendelombre Voir le message
    J'ai pas dit ça sur la sélection naturelle et les becs .(...)
    Merci d'utiliser la commande "citer", par exemple, pour qu'on comprenne à quel message vous répondez.

  25. #20
    biotech63

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par Gardiendelombre Voir le message
    J'ai dit que si au départ d'un bec fin tu voulais arriver à un bec épais ,et si tu attendais que les mutations fassent l'affaire.... j'ai de gros doutes que ça marche .

    Tandis que si au départ d'une base de données gigantesque reprenant tous les becs possibles (l'ADN) ,tu choisis un autre type de bec (via l'épigénétisme) ,là c'est tout à fait "jouable" à l 'échèle d'un nombre raisonable de générations .
    Il est impossible de posséder tous les allèles codant pour toutes les caractéristiques possible...par exemple tous les types de becs connus....
    De plus comment sont arrivés les différentes formes de bec, couleur de plumes,...si ce n'est par mutation....???
    Je ne vois pas bien le rapport avec l'épigénétique ici...

  26. #21
    Amanuensis

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par biotech63 Voir le message
    Il est impossible de posséder tous les allèles codant pour toutes les caractéristiques possible...
    Le possible étant infini, c'est assez évident.

    Maintenant si on veut dire "un grand nombre de caractéristiques différentes", le génome des multi-cellulaires montre que c'est possible. Un génome de vertébré code pour quelque chose comme 200 types de cellules de caractéristiques très différentes.

    À des nombres plus petits, un génome de hanneton code à la fois pour un "ver blanc" et un imago ailé : c'est bien plus de différences d'une forme de bec !

    C'est un constat qu'un même génome peut "coder pour" des caractéristiques incompatibles, se réalisant chacune dans des situations différentes.

    La question posée est très pertinente : pourquoi n'observe-t-on pas (ou peu) "l'utilisation" de cette possibilité technique comme moyen d'adaptation ?

  27. #22
    Xoxopixo

    Re : L'épigénétique

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Biotech63
    Il est impossible de posséder tous les allèles codant pour toutes les caractéristiques possible...par exemple tous les types de becs connus....
    Tout à fait,
    On oublie souvent que la complexité des structure vivantes n'est liée qu'à un petit nombre de genes.
    On est passé de 100000 théorique à 30000 vérifié chez l'être humain apres avoir sequencé son ADN. Les genes codent plusieurs fois. C'est peu.

    La morphogenes, qui donne le bec pour reprendre l'exemple, est un phénomene dans le temps qui est lié à des cycles d'interactions chimiques complexes de nombreuses molecules.
    On parle de genes architectes qui sont modulés par des Hormones.
    Un lien vers une conference ici sur les genes architectes de René Rezsöhazy :
    http://www.cite-sciences.fr/francais.../index_ie.htm?
    Voir vers 13mn pour l'apoptose.

    Citation Envoyé par Biotech63
    Je ne vois pas bien le rapport avec l'épigénétique ici...
    Mutation et protection des bases méthylées contre les mutations.
    Ceci ne me parait pas insensé.
    Comme indiqué ici par exemple :
    Livre Microbiologie

  28. #23
    invite986312212
    Invité

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par Gardiendelombre Voir le message
    J'ai dit que si au départ d'un bec fin tu voulais arriver à un bec épais ,et si tu attendais que les mutations fassent l'affaire.... j'ai de gros doutes que ça marche .
    j'ai l'impression que tu n'as pas lu mon message #15. L'idée c'est que les mutations sont déjà présentes dans la population, il n'y a pas à attendre qu'elles se produisent. Pour reprendre l'exemple des pinsons, dans une population de pinsons à un instant donné, il y a des individus qui ont des becs de tailles différentes.

    Tandis que si au départ d'une base de données gigantesque reprenant tous les becs possibles (l'ADN) ,tu choisis un autre type de bec (via l'épigénétisme) ,là c'est tout à fait "jouable" à l 'échèle d'un nombre raisonable de générations .
    en somme chaque gène (ou au moins certains gènes) existerait en un grand nombre de versions, dont une seule serait activée, le choix de la version active dépendant de l'environnement.
    c'est une hypothèse intéressante, mais il me semble qu'elle est en contradiction avec pas mal de faits connus, et pour commencer les expériences de Mendel: comment expliquer, si chaque individu possède une grande quantité de versions différentes d'un gène, qu'on trouve dans leur descendance les proportions décrites par lois de Mendel?

    d'autre part, depuis qu'on a séquencé le génome d'un certain nombre d'organismes, on n'a pas trouvé trace de ces "bases de données" dont tu parles. On peut argumenter qu'elles se trouvent dans les zone considérées comme non codantes, pourquoi pas? mais il faudrait décrire le mécanisme par lequel ces données sont lues et transcrites.

  29. #24
    Guillaume69

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par kamor Voir le message
    Le fait que des cellules soient omnipotentes n'est pour moi pas un exemple épigénétique.
    A l'origine pourtant (Conrad Waddington), le terme épigénétique est créé pour dire que ce sont les gènes qui sont au coeur de l'épigénèse = le développement ; et ceci à une époque où il était loin d'être admis que c'était une régulation de l'expression génétique qui pouvait expliquer les différents destins cellulaires.

  30. Publicité
  31. #25
    Gardiendelombre

    Re : L'épigénétique

    Citation Envoyé par ambrosio Voir le message
    en somme chaque gène (ou au moins certains gènes) existerait en un grand nombre de versions, dont une seule serait activée, le choix de la version active dépendant de l'environnement.
    c'est une hypothèse intéressante, mais il me semble qu'elle est en contradiction avec pas mal de faits connus, et pour commencer les expériences de Mendel: comment expliquer, si chaque individu possède une grande quantité de versions différentes d'un gène, qu'on trouve dans leur descendance les proportions décrites par lois de Mendel?.
    Tout simplement parce que le milieu ne change pas .


    d'autre part, depuis qu'on a séquencé le génome d'un certain nombre d'organismes, on n'a pas trouvé trace de ces "bases de données" dont tu parles. On peut argumenter qu'elles se trouvent dans les zone considérées comme non codantes, pourquoi pas? mais il faudrait décrire le mécanisme par lequel ces données sont lues et transcrites.
    Ca c'est une question bien plus intéressante ; parce que les zones non codantes... ne codent rien ... et elles ne codent rien ... parce qu'elles n'ont à mon avis pas d'information ... car ce sont pour l'essentiel des séquences répétitives etc .

    Bon ....

    Mais si on part du fait qu'une proteine provient non pas de la lecture de l'adn d'un bout à un autre bout,mais au contraire d'un bout a à un bout b puis de là à "ailleurs" d' un bout n à un bout o et ainsi de suite,alors là les séquences répétitives peuvent jouer un rôle : ce seraient en fait des "routines" comme dans la programmation des ordi de poche (ex "débile" : si tu as deux séquences rétpétitives ici,tu as un bec fin,si tu en as 4 ,tu as un bec moyen,et si t'en a 6,t'as un gros bec )

    Mais ....
    Mais les test génétiques sont justement basés sur ces séquences qui ne veulent rien dire (et dont le nombre de répétitions peut fortzement varier sans que "rien ne se passe de visible en tous les cas),et la preuve qu'elles ne veulent rien dire, c'est qu'elles peuvent tout se permettre .

    Alors dans tout ce fatras,y aurait-il des choses qui ne veulent réelement rien dire et d'autres qui ont un role de "routine" ?

    Ca c'est plus de mon niveau .
    Année de sortie Univ : 1982 ...
    Pour ce qui est de mes bases en génétique, j'en étais resté à "çà" .

  32. #26
    U.N.Owen

    Re : L'épigénétique

    Ca c'est une question bien plus intéressante ; parce que les zones non codantes... ne codent rien ... et elles ne codent rien ... parce qu'elles n'ont à mon avis pas d'information ... car ce sont pour l'essentiel des séquences répétitives etc .
    Sauf qu'une partie de ces régions non codantes est transcrite mais pas traduite et que ces ARNs sont impliqués dans la régulation génétique (miRNA, siRNA, piRNA, les long noncoding RNAs...) et la réponse aux différents stress environnementaux entre autres (par exemple la séquestration de la PolII par des éléments Alu -qui sont transcrits par la PolIII qui n'est active que lors de la réponse aux stress environnementaux- permettant ainsi l'inhibition de la transcription des housekeeping gènes).

    Après il y aussi le cas des microsatellites/minisatellites mais je n'ai pas assez de connaissances sur ce domaine pour pouvoir me prononcer.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?
    Par Mecton dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 10
    Dernier message: 08/01/2008, 20h51