Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?



  1. #1
    Mecton

    L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?


    ------

    Bonjour,

    Voila voila. La transmission des caractères est d'une part génétique certe mais il y a aussi des phénomène épigénétique. Ceux ci sont définit comme toutes modifications héritables du phénotype sans changer la séquence de nucléotide de l'ADN.
    Par exemple plus des souris sont nourris avec des concentration en éléments méthylé plus les descendant de celles ci auront un pelage doré.
    Plus impressionnant les enfants de personnes ayant vécu en période de famine naissent avec un poids inférieur à la moyenne.

    Bref pensez vous que l'épigénétique soit la revanche de Lamarck ?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Ryuujin

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Non, puisque ces phénomènes n'ont pas les effets ni l'importance attendue par Lamarck.

    Plus impressionnant les enfants de personnes ayant vécu en période de famine naissent avec un poids inférieur à la moyenne.
    Je ne vois vraiment pas ce qu'il pourrait y avoir d'impressionnant là dedans !

    La naissance d'un enfant n'est pas celle de l'individu ! Avant de naitre, il est un foetus qui se nourrit et se constitue à l'aide de nutriments fournis par la mère.

    Cela n'est pas plus étonnant que de constater que le fait qu'en période de famine, les gens sont moins lourds...

  4. #3
    JPL
    Responsable des forums

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Qu'il y ait des phénomènes épigénétiques maintenant assez bien établis n'a rien à voir avec les théories de Lamarck, mais peut-être crois-tu connaître Lamarck à travers l'unique formule de l'hérédité des caractères acquis. C'est beaucoup plus complexe que ça, et ça ne tient toujours pas.

    Donc Lamarck n'a pas pris sa revanche !
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  5. #4
    Mecton

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    mais peut-être crois-tu connaître Lamarck à travers l'unique formule de l'hérédité des caractères acquis
    Bah... euh... oui !

    C'est beaucoup plus complexe que ça, et ça ne tient toujours pas.
    Et c'est pour cela que je met ce topic dans la rubrique débat : par ce que ce n'est pas simple, je m'en doute bien

    La naissance d'un enfant n'est pas celle de l'individu ! Avant de naitre, il est un foetus qui se nourrit et se constitue à l'aide de nutriments fournis par la mère
    Non non, ce n'est pas ce que je voulais dire.
    Un homme ayant vécue une période de famine aura des enfants dont le poid à la naissance est inférieur à la normale.
    Moi je trouve ça renversant que le vécu d'un individus influence le phénotype de sa descendance.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    invite765732342432
    Invité

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Citation Envoyé par Mecton Voir le message
    Un homme ayant vécue une période de famine aura des enfants dont le poid à la naissance est inférieur à la normale.
    Moi je trouve ça renversant que le vécu d'un individus influence le phénotype de sa descendance.
    Ca pourrait être intéressant, mais il doit être bien difficile de tirer des conclusion s d'une étude statistique à ce sujet :
    - n'est-ce pas une question d'éducation ?
    - ces hommes ayant connu une famine ne sont-ils pas amenés à choisir une femme plutôt menue (inconsciemment)
    - géographiquement, il est probable que ces hommes aient des enfants avec des femmes qui leurs sont proches: donc qui ont peut-être aussi connu la famine.
    - ...

    Pas mal de raisons qui pourraient invalider l'interprétation "Lamarckienne" de cette statistique.

    Aurais-tu un lien vers cette étude ? Qu'on puisse se faire une meilleure idée des biais (ou de leurs absence) ?
    Merci

  8. #6
    Mecton

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Arrr je sais plus où j'ai pêché cette info mais c'est pas si important le débat ne porte pas sur cet exemple en particulier.

    Aurais-tu un lien vers cette étude ? Qu'on puisse se faire une meilleure idée des biais (ou de leurs absence) ?
    Pour les septiques il y a ça sinon Epigenetic Inheritance and the Intergenerational Transfer of Experience . Faut avouer que le titre fait penser à Lamarck, non ?

    Et on peut taper epigénétic inheritance dans google scholar : ça donne pas mal de chose aussi.

  9. Publicité
  10. #7
    JPL
    Responsable des forums

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    La transmission épigénétique qui existe dans quelques cas limités (selon nos connaissances actuelles) ne peut être prouvée que si la transmission se fait sur plusieurs générations. Et d'autre par, je l'ai déjà dit, cela n'a rien à voir avec le lamarckisme.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  11. #8
    invite73192618

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Citation Envoyé par Mecton Voir le message
    Faut avouer que le titre fait penser à Lamarck, non ?
    Vi, mais pour que c'en soit il faudrait qu'il y ai en plus changement du code génétique (ou en fait n'importe quel phénomène permettant une fixation durable). Dans tous les cas connus (par moi ), les changements phénotypiques hérités à cette sauce s'affaiblissent plus ou moins rapidement avec les générations (plutôt plus que moins).

  12. #9
    Mecton

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Rrrrro d'accooord c'est pas du Lamarck, ok. Mais fallait bien trouvait un titre qui accrocheur.
    Je voulais quand même dire que l'épigénétique est une forme d'héritabilité passant par des interactions avec l'environnement, c'est en cela que je pensais aux sieur Lamarck mais passons.
    Mince le lien ne marche pas , peut être celui ci alors
    abstract

  13. #10
    sed s/war/peace/ *

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Bonjour,

    j'aime bien le titre de ce débat, qui a un coté "Terminator, le retour".

    Je connais mal - pas du tout - les écrit de Lamarck.
    Mais dans l'origine des espèces, Darwin avouait :
    "I have hitherto sometimes spoken as if
    the variations [...] were due to chance. This, of course, is
    a wholly incorrect expression, but it serves to acknowl-
    edge plainly our ignorance of the cause of each particular
    variation. [The facts] lead to the conclusion that variability
    is generally related to the conditions of life to which each
    species has been exposed during several successive gen-
    erations.’’
    Je pense que ces deux auteurs était quand même un peu convaincu que l'évolution ne se fait par hasard (création de variabilité j'entend).

    Evidemment, tout cela est un peu passé à la trappe dans la "New synthesis" du XXème siecle, qui considère les mutations comme complétement aveugle.

    Un contre exemple assez bien documenté, c'est le gène FimA chez Coli. Son promoteur est entouré par deux séquences répétées/inversées. Deux autres gènes ,FimB et FimE, catalysent la recombinaison de ce locus. FimB joue un rôle d'interrupteur (on/off), en inversant ce promoteur de" façon aveugle.
    FimE, par contre, catalyse une réaction biaisée. Il "éteint" la transcription du gène (on to off) en modifiant l'orientation du promoteur.
    Vous devez commencer à sentir le coup venir.
    L'activité de FimB diminue quand la température et la concentration en acide sialic augmente (signal que l'hôte se défend). Du coup, l'expression de FimA est supprimée - par une veritable mutation génomique - ce qui tombe bien pour la bestiole puisque la protéine en question est un antigène reconnu par le système immunitaire de l'hôte.
    on a donc ici un exemple (Klemm, P. (1986). Two regulatory fim genes, fimB and fimE, control the phase variation of type 1 fimbriae in Escherichia coli. EMBO) ou l'environnement a un effet localisé, dirigé et héritable ( sens du promoteur) sur le génotype de la bebête..

    Evidemment, c'est reversible. Et je m'attaque moi même en constatant que cela ressemble beaucoup à de la regulation d'expression d'un gène, certes un peu sophistiqué.

    En tout cas, pour moi, pas de quoi jeter tous les modèles évolutifs actuels dans une corbeille déjà pleine d'équations.
    aui q encore touch2 q ,on clqvier ??

  14. #11
    halberick

    Re : L'épigénétique, la revanche de Lamarck ?

    Bonsoir à tous;

    En réalité Darwin ne s'interrogeais nullement sur les causes de l'origine des variation mais sur leur conséquence du fait de la sélection c'est tout cela la contribution de Darwin.
    Là où Lamarck cherchait à expliquer les spécificitées des individus par des caractères acquis (recherche des causes ayant pu entrainer cette acquisition), Darwin lui à pris le problème dans l'autre sens en regardant ce que le milieu environnant peu faire sur des individus possédant ou ne possédant pas certain caractères et en laissant les causes de leur variabilité en dehors de sa problèmatique puisqu'il les ignore.
    Ces causes de la variabilité sont le domaine de la biologie et de la génétique, elles se situent en amont de l'évolution.

    Cordialement

    Halberick
    Ce n'est pas parceque l'on parle fort que l'on a raison.

Discussions similaires

  1. Reboot windows, la revanche du PC
    Par Rock!N-$qu@T dans le forum Matériel - Hardware
    Réponses: 26
    Dernier message: 30/10/2006, 07h53
  2. darwin >< lamarck
    Par hackin dans le forum Biologie
    Réponses: 4
    Dernier message: 04/06/2006, 15h44
  3. Darwin vs Lamarck
    Par scientist dans le forum Biologie
    Réponses: 43
    Dernier message: 17/11/2004, 13h13