Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

recristallisation par le méthanol



  1. #1
    digéridou

    Exclamation recristallisation par le méthanol


    ------

    salut!
    moi je voulais savoir: quand on synthétise un produit(par exemple benzile par oxydation d'un alpha cétol) pourquoi le produit cristallisé qu'on obtient(bien filtré sur büchner et tout beau tout propre pourquoi on doit le recristalliser avec du méthanol?
    Est ce que c'est un lavage pour laver les impuretés(parce que le produit obtenu par la suite ressemble fortement à celui précédemment obtenu donc bon ..) ou un lavage chimique?(le méthanol réagirait avec les réactifs n'ayant pas réagi ou les produits dont on ne veut pas?°
    MERCI!

    -----

  2. #2
    digéridou

    Lightbulb Re : recristallisation par le méthanol

    j'ai trouvé alors pour ceux qui chercherait...:

    1. Principe de la recristallisation

    Les composés solides obtenus par synthèse organique ou extraits de substances naturelles sont couvents contaminés par de faibles quantités d’impuretés. La technique habituelle de leur purification est la recristallisation, basée sur leur différence de solubilité à chaud et à froid dans les solvants.

    La solubilité d’un solide augmente généralement avec la température ; aussi lorsqu’il est solubilisé dans un solvant chaud, sa cristallisation peut-être provoquée par le refroidissement de la solution jusqu'à sa sursaturation. La recristallisation consiste donc à dissoudre d’abord le solide à purifier dans un solvant ou dans un mélange de plusieurs solvants chaud, généralement à l’ébullition, puis à refroidir la solution pour provoquer la cristallisation du solide que l’on isole par filtration. Quant aux impuretés, trois cas peuvent se présentés :

    * elles sont insolubles dans le solvant chaud : une simple filtration de la solution chaude permet de les éliminer ;
    * elles sont solubles dans le solvant chaud et le demeurent partiellement dans le solvant froid ; la plus grande partie reste habituellement dissoute au moment de la cristallisation du produit principal et est éliminée avec le filtrat ;
    * elles sont très solubles dans le solvant chaud et peu solubles dans le solvant froid ; la filtration isole un produit contaminé et, dans ce cas, la recristallisation est peu efficace.

    La purification est d’autant plus aisée que le taux initial d’impuretés est plus faible.
    2. Etapes de la recristallisation
    2.1. Choix du solvant

    Les similitudes physico-chimiques du solvant et du produit à purifier constituent le critère le plus général de sélection du solvant de recristallisation. Entre autres, leur polarité doit souvent être voisine. Le choix s'effectue par des tests de solubilité ou à l'aide des tables de constantes en tenant compte des exigences suivantes :


    * le solvant ne doit pas réagir chimiquement avec le solide à purifier ;
    * la solubilité du produit doit être élevée dans le solvant chaud et faible dans le solvant froid ; une solubilité cinq fois plus grande dans le solvant chaud est généralement acceptable ;
    * les impuretés organiques doivent être solubles dans le solvant froid : elles restent aluns en solution iii moment de la cristallisation' ;
    * la température d'ébullition du solvant devrait être inférieure au point de fusion du solide ; autrement, une phase huileuse risque de se former :
    * le solvant devrait être peu toxique et peu inflammable, mais la majorité des liquides organiques possède rarement ces deux caractéristiques à la fois.


    Le tableau ci-dessous donne la liste des solvants usuels, leur point d'ébullition et de leur inflammabilité et de leur toxicité. Ils sont classés, de l'hexane, selon l'ordre approximatif décroissant de polarité.

    Tableau 1 - Solvants usuels de recristallisation
    Nom du solvant en °C Caractéristiques
    Eau 100 Peu inflammable
    Acide éthanoïque 118 Vapeur piquante
    Méthanol 65 Inflammable
    Ethanol 78 Inflammable
    Propan-2-ol 83 Inflammable
    Propanone 56 Inflammable
    Ethanoate d'éthyle 77 Inflammable
    Dichlorométhane 40 Vapeur toxique
    Trichlorométhane 61 Vapeur toxique
    Benzène 80 Très inflammable et très toxique
    Tétrachlorométhane 77 Vapeur toxique
    Toluène 111 Inflammable
    Cyclohexane 81 Inflammable
    Ether de pétrole 35-60 Très inflammable
    Hexane 68 inflammable

    Remarques :

    Éther diéthylique : peu recommandé à cause de sa très grande inflammabilité et à cause du faible écart entre la température ambiante et son point d'ébullition.

    Benzène : à éviter du t'ait de sa toxicité dont son caractère cancérigène ; il doit être remplacé par le toluène ou le cyclohexane, lorsque c'est possible,

    Solvants chlorés : à manipuler sous la hotte.

    Lorsque les valeurs des solubilités ne sont pas connues, le choix du solvant se fait à l'aide du test suivant :

    * mettre environ 1,0 g d'échantillon dans un tube à essai ou dans un petit erlenmeyer et ajouter 3 cm3 de solvant ; si le solide se dissout facilement à la température ambiante ou par un léger chauffage, le solvant n'est pas approprié ;
    * chauffer le mélange près du point d'ébullition en agitant et poursuivre l'addition de solvant par fractions d'environ 1 cm3 ; observer l'évolution de la dissolution ;
    * après l'addition d'environ 10 cm3,
    o si peu de solide est dissous, le solvant ne convient pas ;
    o si le solide est totalement dissous, refroidir à la température ambiante pour amorcer la cristallisation. L'apparition de cristaux en quantité appréciable indique que le solvant est approprié. La proportion de solvant par gramme de produit à purifier doit être généralement comprise entre 5 et 20 cm3.

    Un solvant pur ne répond pas toujours aux critères de sélection, le solide à purifier étant trop soluble dans un solvant donné ou pas assez dans un autre.

    C'est pourquoi un mélange de deux solvants miscibles, l'un d'eux bon solvant du solide et l'autre mauvais, donne souvent de meilleurs résultats. On détermine leur proportion en procédant selon les étapes suivantes :

    * dissolution à chaud dans le meilleur solvant ;
    * audition graduelle de l'autre solvant chaud jusqu'à l'apparition de turbidité ;
    * élimination de la turbidité par une nouvelle addition de quelques gouttes du premier solvant. Les paires de solvants les plus courantes sont données par le tableau ci-dessous.

    Tableau 2 - Paires de solvant de recristallisation
    Méthanol-eau
    Éthanol-eau
    Acide acétique-eau
    Acétone-eau
    Éthanol-acétone
    Acétate d'éthyle-cydohexane
    Benzène-éther de pétrole
    Solvants chlorés-éther de pétrole
    2.2. Mise en solution

    La nature du solvant étant déterminée, on procède à la mise en solution. Selon les quantités de produit à purifier et de solvant nécessaire, on emploie un ballon équipé d'un réfrigérant à reflux total et éventuellement d'un agitateur. Lorsque le solvant est de l'eau, on peut, dans certains cas, utiliser un erlenmeyer surmonté d'un entonnoir à tige courte.

    Selon la précision des renseignements dont on dispose sur la solubilité du produit à purifier dans le solvant ou dans le mélange de solvants, on peut procéder de deux façons différentes:

    * si la solubilité est connue exactement, on introduit la quantité nécessaire calculée, augmentée d'un excès de 10 %. Cet excès est indispensable, particulièrement dans le cas où il faudra effectuer une filtration à chaud. On chauffe le mélange et on le maintient en ébullition jusqu'à dissolution du solide ;
    * si la solubilité n'est connue que de façon approximative, on introduit la moitié seulement de la quantité de solvant estimée nécessaire. On chauffe le mélange jusqu'à proximité du point d'ébullition et on ajoute graduellement du solvant jusqu'à dissolution complète du solide, en ramenant à proximité du point d'ébullition après chaque addition. Cette façon de procéder est délicate. On doit s'assurer que la dissolution est complète, sans dépasser la quantité minimale de solvant nécessaire, ce qui entraînerait une perte importante de produit lors de la cristallisation. La dissolution obtenue, on ajoute un excès de 10 % de solvant et on porte à l'ébullition.

    Note : Ne pas oublier, si l'on procède sans agitation, d'ajouter quelques pierres ponces pour régulariser l'ébullition.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. cristallisation et recristallisation
    Par sandrine1609 dans le forum Chimie
    Réponses: 12
    Dernier message: 27/02/2012, 23h51
  2. Réponses: 3
    Dernier message: 04/06/2007, 04h02
  3. recristallisation fractionnée
    Par titilde21 dans le forum Chimie
    Réponses: 2
    Dernier message: 01/05/2007, 11h47
  4. dosage du methanol par potentiométrie
    Par ccmeh dans le forum Chimie
    Réponses: 0
    Dernier message: 19/04/2007, 12h25
  5. recristallisation de l'acétanilide
    Par lyly002 dans le forum Chimie
    Réponses: 0
    Dernier message: 08/10/2006, 09h55