Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 50

élections municipales et environnement




  1. #1
    42jerome

    élections municipales et environnement

    Bonjour,
    Je sais que je vais être limite vis à vis de la charte du forum mais je tente quand même:
    Quelles actions, à votre avis, une nouvelle équipe municipale d'une commune rurale de 1000 hab peut prendre?
    J'ai bien un listing (maintien de la gestion public de l'eau potable, coupure de l'éclairage public après 22h, déclaration hors AGCS, aide à la création d'un GAEC bio pour nouvelle cantine bio, réduction des déchets par incitation au compostage, chasse aux pertes thermiques des écoles et mairie, création d'un pédibus...) ...j'en appelle donc à un brain-storming forumal pour compléter cette liste!

    Merci

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    SK69202

    Re : élections municipales et environnement

    Bonjour,

    Arrêt des permis de construire.


    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  4. #3
    42jerome

    Re : élections municipales et environnement

    Ouais.... j'vois bien où tu veux en venir, mais on ne peut quand même pas empêcher les gens d'avoir leur propre maison (le rêve des Français paraît-il), même si l'habitat groupé est l'avenir.

    Par contre, le conseil peut toujours décider de ne pas autoriser les lotissements de pavillons (lutte contre les villages dortoirs)voire même modifier le POS en exigeant des constructions neuves de respecter le droit au soleil des riverains (qu'aucune construction ne fasse de l'ombre portée gâchant les apports solaires directs offrant 50% d'économie de chauffage) voire d'imposer une orientation au sud, x% d'ouvrant au sud, récupérateur d'eau..quoique ces derniers éléments devraient être des injonctions de l'Etat, pas de la commune.


  5. #4
    Cécile

    Re : élections municipales et environnement

    Question intéressante, et qui ne me paraît pas HS, tant qu'on reste sur ce qu'il faudrait faire et qu'on ne rentre pas dans des considérations politiciennes.
    Déjà, une ville de 1000 personnes n'est généralement pas riche, c'est sûrement l'argent qui limitera la plupart des projets.
    Le maire peut agir sur l'urbanisme (éviter l'habitat dispersé sur son territoire. Cela ne veut pas forcément dire empêcher toute construction individuelle, mais au moins, faire des lots petits et regroupés).
    Il a la compétence en eau et déchets, mais il me paraît difficile de dire que la gestion publique est meilleure ou moins bonne pour l'environnement que la gestion privée. Déjà, faire respecter les normes en matière d'eaux usées, ça me paraît le minimum. J'ai vu une petite station d'épuration sur roseaux dans une commune de cette taille, la maire en était très contente.
    Faire un audit énergétique de ses bâtiments (mairie, école, et autres), et voir comment améliorer (isolation, régulation automatique...). La mairie peut aussi mettre un chauffage solaire (en plus, ça incite les habitants à le faire aussi) voire quelques panneaux photovoltaïques.
    Optimiser l'éclairage (remplacer les lampadaires boules qui éclairent autant le ciel que le sol, mettre des lampadaires efficaces avec gestion automatique pour pouvoir les éteindre après une certaine heure).
    Encourager la réduction des déchets en faisant beaucoup de pédagogie, voire en faisant payer les gens au poids (mais c'est cher) ou au nombre de fois où on ramasse leurs poubelles (ça existe !). Mettre des containers bien placés pour le verre, les emballages... (pour 1000 habitants, le tri sélectif en porte à porte ne me semble pas possible).
    Si la commune est proche d'autres, la plupart des choses peuvent être faites en intercommunalité. Si elle est isolée, pourquoi ne pas mettre en place une aide au covoiturage (surtout s'il y a beaucoup de jeunes sans voitures et de personnes âgées) ? Une aide à l'organisation (via un site web + un système par téléphone) peut être une bonne chose.
    Bref, y'a plein de choses à faire, plus ou moins coûteuses.

  6. #5
    yves25

    Re : élections municipales et environnement

    Cécile a raison: c'est intéressant et pas forcément hors charte, suffit de faire attention.

    Dans ma commune (du Haut Doubs , moins de 1000 habitants), le maire remplace la chaufferie fuel (école, mairie etc..) par une chaufferie bois déchiqueté (ce ne sont pas les arbres qui manquent ici et la forêt est exploitée).

    Ca n'empêche que ça pose des tas de pb du genre "not in my garden" : les voisins de l'installation en construction n'aiment pas ça.

    J'imagine que ça se posera toujours ce genre de pb.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    chatelot16
    Arrêt des permis de construire.
    ca me fais rire : mois je dis le contraire autorisation de construire partout pour eviter la penurie et le racket actuel

    comment un pays ou il y a 3 millons de mal logé peut interdire de construire pour de principes presque uniquement esthetiques

    l'interdiction de construire la ou il y a de la place conduit a des lotissement trop entassé qui produiront peut etre la guerre civile

    pres de chez mois a angouleme on demoli des HLM parce qu'ils etaient mal frequentés alors que le probleme n'est pas la du tout : le seul probleme est qu'il n'y avait pas d'usine donc pas de travail dans les environs : il aurait ete plus utile de construire des usines que detruire des logement alors qu'on en manque deja partout en france

    le vrai probleme pour une petite commune est qu'un maire n'a que le pouvoir d'interdire mais aucun pouvoir de construire : il y a toujours un reglement quelque part qui s'y oppose

    il ne doit pas y avoir 36 capitaine dans un meme bateau : si une commune doit etre gouverné par un maire il doit avoir un pouvoir entier et pas comme actuellement des responsabilité sans pouvoir

    pour l'eclairage : si c'est pour eteindre l'eclairage a 22 h autant l'eteindre completement en plus c'est une economie de bout de chandelle ce n'est pas l'eclairage qui consomme le plus

    je prefere remplacer les lampes 125W par des lampes 20W ou meme moins et laisser toute la nuit : ca permet toujours aux gens de marcher a pied alors que eteindre a 22h ca va inciter les gens a prendre la voiture pour etre sur de ne pas etre dans le noir

    mais il y a des tas de petit village autour de chez moi qui font pire pour empecher les gens de marcher a pied : il mettent sur le bord des route des beau massif de fleur : on ne peut plus marcher sur le bord de la route , il faut marcher la ou ce n'est pas entretenu du tout : une catastrophe quand il pleut

    tans pis pour ceux qui ne se deplacent pas en voiture

    Dans ma commune (du Haut Doubs , moins de 1000 habitants), le maire remplace la chaufferie fuel (école, mairie etc..) par une chaufferie bois déchiqueté (ce ne sont pas les arbres qui manquent ici et la forêt est exploitée).

    Ca n'empêche que ça pose des tas de pb du genre "not in my garden" : les voisins de l'installation en construction n'aiment pas ça.
    bin oui on n'en fini plus : si il y en a qui s'opposent aux chaudieres a bois il faut leurs mettre une centrale nucleaire

    par contre idée beaucoup plus serieuse pour les eclairages publlques : une bonne pleine lune eclaire suffisament pour ce passer d'eclairage publique : un eclairage publique faible et des interupteur crepusculaire eteingnant les lampes quand la lune suffit pourait faire des economies
    Dernière modification par Yoyo ; 07/01/2008 à 19h21.

  9. #7
    SuperTux

    Re : élections municipales et environnement

    Idée: Supprimer les "guillotines à cyclos" (= aménagement de la route avec rétrissement avec un coté prioritaire et l'autre non dans le but de faire ralentire les voitures) si elles existent, et ne pas en construire si elles n'existent pas.

    Détails: Dans mon bled de 4000 habitants depuis que la mairie en à mis alors qu'avant on croisait quelques petits vieux qui allait acheter leur pain à vélo, ben, je doit être quasiment le dernier téméraire à rouler à deux roues... : ne comptait surtout pas que l'on vous laisse la priorité (ce n'est pas le cas dans 80% des cas), et si vous avait la mal chance d'être dans le retréssissement alors qu'une voiture arrive en même temps elle vous frolle et risque de vous renverser. Si vous décidé de vous déporter en milieu de route quelques metres avant le rétrécissement si une voiture arrive au meme moment = danger et si vous le fait trop top en profitant qu'il n'y ai pas de voiture mais qu'il en arrive une peu après vous vous faite rentrer dans le "c**" car vous "bouchez la route" dixit la conductrice qui m'a fait ce coup la et si vous avez la mal chance que ce soit la tomber de la nuit (compté pas voir la plaque dans la pénombre) et qu'il n'y est pas de temoin, un bon coup d'accélérateur, et hop un délit de fuite ni vu ni connu (c'est beau le civisme... )

  10. Publicité
  11. #8
    SuperTux

    Re : élections municipales et environnement

    Et le fin du fin : faire des vélos routes (vrai piste cyclable). Mais bon en france à ce niveau la on reste au stade de l'utopie (paraitrait que ce ne soit pas le cas en allemagne et au pays bas ??? Si quelqu'un à deja visité ces pays et peu parler c'est avec plaisir).

  12. #9
    Cécile

    Re : élections municipales et environnement

    La chaufferie au bois, c'est super pour une commune : c'est forcément un apport de bois local, donc un soutien à l'emploi local (très bon argument à l'approche des municipales ).
    SuperTux a raison, le maire a aussi de nombreuses compétences en voirie, il peut donc favoriser les voitures ou au contraire les piétons et vélos... mais je vois dans ma commune que dès qu'on veut diminuer les places de stationnement ou faire des voies à priorité piétonne, les commerçants râlent. Or, les commerçants sont très importants électoralement car ils peuvent influencer de nombreux votes.

  13. #10
    pilouflo

    Re : élections municipales et environnement

    Bonjour,

    Il y a effectivement beaucoup à faire d'un point de vue urbanisme, mais attention aux promesses, la majorité des points abordés relèvent généralement non pas de la commune mais de la communauté de commune (déchet, eau, principaux axes routiers, etc...selon les cas)
    Mais l'urbanisme comprend effectivement les orientations du PLU, avec toutes les contraintes de perméabilisation des surfaces, contraintes de lotissements (COS, récupération des eaux de pluie, etc...), prospective sur les déplacements doux avec shéma de circulation et incitation au vélo ou à pied, etc...
    Les logiques de développement durable au niveau d'une commune passent aussi par une réflexion générale sur les services, sur les cahiers des charges de tous les appels d'offre, sur la reprise en régie de beaucoup de points permettant de traiter directement avec le commerce et les services llocaux, etc...

  14. #11
    yves25

    Re : élections municipales et environnement

    Citation Envoyé par SuperTux Voir le message
    Idée: Supprimer les "guillotines à cyclos" (= aménagement de la route avec rétrissement avec un coté prioritaire et l'autre non dans le but de faire ralentire les voitures) si elles existent, et ne pas en construire si elles n'existent pas.
    Tu n'as pas tort mais ça prouve que l'enfer est pavé de bonnes intentions parce que ces "guillotines" sont là pour ralentir les voitures, non?

    C'est vrai que la plus grande partie des décisions se prennent au niveau des communautés de communes mais le premier échelon d'intervention reste bien la commune quand même.
    Dix secondes pour écrire une bêtise, parfois des heures pour montrer à tous que c'en est une...

  15. #12
    Cécile

    Re : élections municipales et environnement

    Le fait que "l'enfer est pavé de bonnes intentions" comme le souligne Yves montre qu'il est important de consulter au maximum les personnes concernées par les décisions. Pour les aménagements routiers, par exemple, il est bon de consulter les associations cyclistes quand il y en a, mais aussi les assocations de parents d'élèves (dont certains vont à l'école à pied ou à vélo, à des heures où la circulation est dense), les riverains concernés, les associations de quartiers, etc.
    C'est forcément plus long et plus compliqué, mais les résultats sont généralement meilleurs et plus durables.

  16. #13
    chatelot16

    Re : élections municipales et environnement

    cette idée de mettre des obstacles pour faire ralentir est absolument stupide : tout obstacle augmente le danger : en plus surtout pour les plus vulnerable : velo

    il y a pres de chez moi des espece de retrecissement pour faire ralentir : l'un d'eux est tellement mal placé qu'il fait passer completement inapercu un carrefour juste apres

  17. #14
    chatelot16

    Re : élections municipales et environnement

    l'ecologie c'est surtout economiser le gaspilage

    mettre plusieurs capitaine dans un meme bateau est la pire source de gaspillage

    on nous a fait le coup 2 fois

    quelqu'un trouvait les departement trop petit et voulais les remplacer par les region : on a eu a la fois region et departement : un etage de trop

    2eme coup les commune sont trop petite : on fait les communauté de commune qui font completement double emploi avec les communes : un etage de gouvernement en plus

    les gaspillages produit par ces etages de gouvernement superfux coutent bien plus cher que quelques eclairages public de plus ou de moins

  18. #15
    Dindonneau

    Re : élections municipales et environnement

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    ca me fais rire : mois je dis le contraire autorisation de construire partout pour eviter la penurie et le racket actuel
    C'est sûr, ça va tout arranger d'autoriser la construction de zones pavillonaires de faible densité à des dizaines de kms des lieux de travail en zones périurbaines. Avec en plus l'augmentation du prix du baril, c'est la solution.
    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    le vrai probleme pour une petite commune est qu'un maire n'a que le pouvoir d'interdire mais aucun pouvoir de construire : il y a toujours un reglement quelque part qui s'y oppose
    Le vrai problème est qu'un maire de ville en zone périurbaine ne construirait pas autre chose que des zones pavillonaires s'il avait toute latitude. Dans un sens c'est déjà le cas.

    Entendons nous bien. Je suis conscient qu'il y a une pénurie de logements et qu'il y a un immense besoin d'en construire mais supprimer le permis de construire et laisser toute latitude aux maires est une solution qui conduirait à l'extension interminable des villes et des villages alors qu'il y a besoin d'une densification des villes près des zones d'emploi.
    Areuh!

  19. #16
    chatelot16

    Re : élections municipales et environnement

    je ne parle pas que de construire des logement

    je veux construire une usine de charbon de bois qui fait en plus du methanol et de l'acetone avec ce qui part en fumé dans les usine existante : pas moyen d'obtenir un permis de construire dans un terrain pas cher : on a voulu mes pousser vers des zones industrielle trop chere et mal placé

    je parle aussi des zone industrielle trop grandes qui ne seront jamais remplie : donc ou il y a beaucoup de terrain mais ou il est interdit de faire des logement : alors que ca serait le meilleur moyen de reduire les frais de deplacement

  20. #17
    chatelot16

    Re : élections municipales et environnement

    ou qu'il soit si il y avait 3 million de logement en plus il n'y aurait plus de penurie et on pourait acheter vendre ou changer de location comme on change de chemise : on pourait donc toujours trouver un logement proche de son travail

    actuellement la penurie de logement coince chacun chez lui

    celui qui travaille au nord et a un logement au sud
    celui qui a besoin de place a un logement trop petit
    celui qui manque d'argent a un logement trop grand donc trop cher

    donc la construction de logement pour faciliter la mobilité est le meilleur moyen d'economiser les transport

  21. #18
    Garlik

    Re : élections municipales et environnement

    Et le fin du fin : faire des vélos routes (vrai piste cyclable). Mais bon en france à ce niveau la on reste au stade de l'utopie (paraitrait que ce ne soit pas le cas en allemagne et au pays bas ??? Si quelqu'un à deja visité ces pays et peu parler c'est avec plaisir).
    J'ai meme fais mieux que ca : j'y habite aux Pays Bas !

    Et les vrais pistes cyclables en site isole sont un veritable bonheur .

    Je suis conscient que c'est plus facile a faire quand on dispose d'une certaine "platitude" mais la presence de ces pistes cyclables encourage vraiment les gens a prendre leur velo. D'ailleurs, ici, tout le monde prend le velo. Y compris pour faire ses courses. J'ai deja vu un djeuns sur son velo avec une planche de surf sous chaque bras et sa copine sur le porte bagage , ou bien un type transporter un fauteuil de salon sur le porte bagage (oui vous avez bien lu !).

    Et n'allez pas imaginer que les neerlandais pedalent depuis toujours ; la politique volontariste des Pays Bas en ce domaine ne date que des annees 70, ce qui n'est pas si vieux

    Quelques infos sur leur maniere de faire :
    • lors de chaque construction ou renovation de route, on installe une piste cyclable en la separant de la chaussee. Au besoin, on reduit la chaussee existante pour faire circuler les velos. J'habite en pleine ville et ,pour aller a mon boulot a 4 km de chez moi, je ne passe qu'une fois sur la chaussee et sur seulement 25 metres.
    • La plupart du temps, ces pistes cyclables sont eclairees la nuit.
    • dans le code de la route, il est admis que les velos ont toujours la priorite, meme s'ils sont en tort : si renversez un cycliste qui vient de griller un feu, vous avez tort. Point.
    • A propos de code de la route, notez que 99% des panneaux de sens interdit ne s'appliquent pas aux deux roues (si, sous un panneau de sens interdit, vous en voyez un second avec un dessin de velo et l'inscription uitgezonders, vous pouvez passer ), ce qui permet de prendre de sacres raccoucis...
    • la plupart des centre-villes ont une politique anti-bagnole assez poussee, et ils se donnent les moyens d'etre efficaces ; parkings systematiquement payant (et cher ! plus de deux euros de l'heure) en centre-vile, tres limites dans temps (30 minutes max a Scheveningen, en bord de mer de La Haye), rare et police super efficace (si vous restez plus de 15 minutes sur un emplacement payant sans avoir paye, vous pouvez etre certain d'etre verbalise voire sabot-de-denverise comme a Amsterdam ).
    • Ces politiques anti-voitures ne sont generalement prises qu'en centre ville et en zone residentielle. En dehors, de belles autoroutes gratuites sillonnent tout le pays mais il existe quand meme des pistes cyclables en site propre entre chaque ville.
    • On trouve des parkings a velo a peu pres partout en ville, ce qui permet de les attacher et d'eviter de se les faire piquer (un genre de sport national ici )


    Je pense que, sans aller jusqu'au extremites neerlandaise, opter pour une politique volontariste sur le velo est d'autant plus facile et peu onereux a faire que l'on est une petite commune, essentiellement en raison de l'espace disponible (les petits villages sont souvent ruraux).

    Le frein principal a l'utilisation du velo en France reste majoritairement le probleme de securite routiere (si on evacue la simple faineantise), et resoudre ce probleme comme l'ont fait les neerlandais est sans doute le meilleur moyen d'encourager l'utilisation de la petite reine.

  22. #19
    Cécile

    Re : élections municipales et environnement

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    l'ecologie c'est surtout economiser le gaspilage
    Oui, surtout le gaspillage d'énergie et d'eau, mais toi, tu parles de gaspillage d'argent. Or, quelque chose d'économique peut ne pas être écologique et vice versa.

    2eme coup les commune sont trop petite : on fait les communauté de commune qui font completement double emploi avec les communes : un etage de gouvernement en plus

    les gaspillages produit par ces etages de gouvernement superfux coutent bien plus cher que quelques eclairages public de plus ou de moins
    Je ne suis pas d'accord. Vaut-il mieux que chaque petite commune ait ses bennes de ramassage des ordures, sa déchetterie, sa station d'épuration, son camion de déneigement, etc. Ou vaut-il mieux mutualiser certains de ces moyens ?
    Une benne de ramassage d'ordures utilisée un jour ou deux par semaine dans une commune de 1000 habitants, je n'appelle pas ça de l'économie ni de l'écologie.

  23. #20
    chatelot16

    Re : élections municipales et environnement

    commune ou communauté de commune ca ne change rien : pour les service genre ordure ou distribution d'eau il faut des truc plus gros : public privé ou mixte : par contre quand il faut prendre des decision il ne faudrait pas que la moitié des decision soit prise par la commune et l'autre par la communauté ...

    ce que je trouve source de gaspillage c'est les conflits d'autorité entre les different niveau : quand l'un veut faire A et l'autre B , A ou B sont plus ou moins bon mais pas mauvais : resultat des 2 autorité qui se contredisent : un melange batard entre A et B plus mauvais que tout

  24. #21
    chatelot16

    Re : élections municipales et environnement

    Oui, surtout le gaspillage d'énergie et d'eau, mais toi, tu parles de gaspillage d'argent. Or, quelque chose d'économique peut ne pas être écologique et vice versa.

    en general toute depense est le signe de consomation si ce n'est de matierere premiere c'est d'energie grise

    ensuite c'est le role du gouvernement de placer les taxes ou les tarif de service public comme il faut pour eviter les contradiction entre cout et ecologie

    faire des choix contre economique par principe ecologique ne sert a rien , car on ne sera jamais assez nombreux a le faire : par contre quand les tarif poussent dans le bon sens tous le monde devient ecolo

  25. #22
    SK69202

    Re : élections municipales et environnement

    Bonsoir,

    Un point qui ne semble pas avoir été abordé: le ramassage scolaire et le flot des voitures parentales.

    Impact de la conduite des mères "à la bourre" sur les quelques téméraires qui viennent seul à pied ou en vélo. Suite à des plaintes d'excès de risque pour les enfants et piétons, un maire d'une commune voisine à demander des "mesures" à la gendarmerie aux heures ad hoc, résultat une majorité de voiture de parents en infraction....


    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  26. #23
    Cécile

    Re : élections municipales et environnement

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Impact de la conduite des mères "à la bourre"
    ... et des pères

    Signé : une mère qui amène ses enfants à l'école en vélo

  27. #24
    remyb

    Re : élections municipales et environnement

    Citation Envoyé par SK69202 Voir le message
    Un point qui ne semble pas avoir été abordé: le ramassage scolaire et le flot des voitures parentales.
    J'ai entendu dire que la peur que ses enfants se fassennt écraser est une des principales raisons qui poussent les méres (et les péres) a mener leurs enfants à l'école en voiture...

  28. #25
    Dindonneau

    Re : élections municipales et environnement

    Citation Envoyé par chatelot16 Voir le message
    ou qu'il soit si il y avait 3 million de logement en plus il n'y aurait plus de penurie et on pourait acheter vendre ou changer de location comme on change de chemise : on pourait donc toujours trouver un logement proche de son travail

    actuellement la penurie de logement coince chacun chez lui

    celui qui travaille au nord et a un logement au sud
    celui qui a besoin de place a un logement trop petit
    celui qui manque d'argent a un logement trop grand donc trop cher

    donc la construction de logement pour faciliter la mobilité est le meilleur moyen d'economiser les transport
    Il pourrait effectivement y a avoir une baisse de la consommation énergétique si la contrainte du coût du transport est forte sur les ménages et entraine une adaptation du marché de la construction immobilière. Maintenant, il suffit de regarder de l'autre coté de l'atlantique pour voir comment une libéralisation de la construction immobilière conduit à la constitution de villes tentaculaires, hyper étalées, énergivores au possible tant que le coût du transport n'est pas une contrainte sur les ménages.
    Areuh!

  29. #26
    Dindonneau

    Re : élections municipales et environnement

    Contrairement aux Etats-Unis et ses 30 hab/km², la France ne peut pas se permettre une libéralisation du territoire. Ce serait un désastre environnemental.
    Areuh!

  30. #27
    42jerome

    Re : élections municipales et environnement

    Je vous remercie pour vos remarques. J'y vois d'après les thèmes évoqués que je n'étais pas trop loin dans ma réflexion: économies d'énergie, urbanisation et gestion des flux, gestion des déchets et de l'eau.

    Je cherche aussi des moyens d'actions concrets, modestes, peu couteux, simples pour développer ce souci environnemental. Par exemple, une politique d'incitation envers les jeunes (en collaboration avec l'école) pour faciliter l'évolution des moeurs : installer les réflexes du compostage, du souci énergétique par le biais des gamins, avec les moyens de la commune (Je pense par exemple bêtement à mettre en place par exemple un bac à compost pour la cantine, dans un arrière-coin de la cour mais je suppose qu'il y a plein de trucs à faire et c'est ici que j'aimerais avoir d'autres pistes ).

    Enfin, la remarque de Chatelot n'est que trop vrai sur l'interconnexion des centres de décisions: c'est le bordel entre la communauté de communes, la commune, les différentes communautés énergétiques, de ramassage d'ordures ...

    En fait, si c'est pas tant l'idéologie que cherche à développer, c'est plus dans les moyens d'actions concrets sur ces thèmes que je cherche des idées.

  31. #28
    Cécile

    Re : élections municipales et environnement

    J'imagine, vu tes messages, que tu as quelques responsabilités dans ta commune.
    Pour sensibiliser, une bonne manière est de passer par les enfants, très réceptifs, et qui informent ensuite leurs parents.
    Par exemple, le ramassage un jour dans l'année des papiers gras et autres déchets par terre par les enfants de l'école les incite bien à ne pas jeter.
    Des travaux pratiques sur l'eau ou les déchets, en collaboration avec les instituteurs, est aussi une bonne idée. Cela peut se terminer par une expo préparée par les enfants et présentée aux parents. Combinée à une distribution de produits utiles (bacs à compostage par exemple) payés par la mairie.
    Le bilan carbone permet de faire un diagnostic intéressant. Cela mesure non seulement les émissions directes de la ville, mais aussi ses émissions indirectes, par exemple celles liées aux déplacements des habitants, aux marchandises qui viennent sur la commune, etc. On trouve des renseignements sur le bilan carbone sur le site de l'Ademe.
    Ensuite, les gens sont plus facilement convaincus s'ils participent aux décisions. Un grand débat sur les gestes à mener à l'échelle de la commune peut être un bon moyen.
    Enfin, la mairie peut plus facilement inciter si elle est elle-même exemplaire. Par exemple, si elle fait le bilan thermique de ses bâtiments, elle peut afficher les résultats et les objectifs, et faire le bilan régulièrement. Certaines mairies ont mis quelques panneaux photovoltaïques, avec ces compteurs lumineux visibles par tous montrant la production minute par minute. En plus d'être pédagogique, cela incite à économiser l'électricité.
    A priori, tout cela peut être fait à l'échelle de la commune, pas besoin d'intercommunalité ou de faire intervenir le département ou la région.

  32. #29
    Tilleul

    Re : élections municipales et environnement

    Si l'on part plus dans l'optique développement durable que simplement protection de l'environnement, je peux te conseiller l'approche d'Ernesto Siroli, par contre je ne pense pas que son livre "Ripples from the Zambezi" ait été traduit en France. J'ai déjà pu l'essayé sur un projet et le peu que j'en ai fait m'a réellement impressionné. Le principe est de créé un faciliteur qui a pour charge de trouver l'information dont a besoin une personne.

    Le but de Siroli était essentiellement de s'occuper de la création d'activité : par exemple mettre en relation un jeune chomeur qui a du mal à lancer sa propre entreprise à cause des problèmes administratifs avec un ancien patron à la retraite qui s'ennuie et cherche une activité, mais au niveau environnement on peut très bien imaginer une entreprise ou un exploitant agricole qui vient demander ce qu'on peut faire de ses déchets et cherche à savoir qui peut les exploiter. De plus le développement de l'activité au sein de la commune permet de réduire les déplacements pendulaires vers les plus grandes villes où se trouve l'activité.

    Par contre la difficulté c'est qu'il s'agit d'une activité uniquement réactive (personne n'aime écouter, on sait tous mieux que les autres ce qu'il faut faire n'est-ce pas ? ).

    Plus d'information sur le rôle du faciliteur :

    Présentation
    Présentation de la philosophie d'Ernesto Sirolli.

    Extrait
    Le chômage, le crime et l’aliénation sont monnaie courante dans nos sociétés. Pour faire face à ces maux, de nombreux programmes ont été mis sur pied, mais les résultats de ces efforts sont rarement une source d’inspiration, et il peut même arriver qu’ils fassent plus de tort que de bien. Chose certaine, l’expérience montre que les stratégies traditionnelles ne fonctionnent pas comme elles devraient.
    Contrairement à ces approches, qui vont du haut vers le bas, la méthode Sirolli commence avec la croyance dans le fait que la passion et le caractère imprévisible sont parties intégrantes du développement économique durable. Son approche originale, qui sera décrite ci-après, a fait ses preuves auprès de plus de 200 communautés.

    En 1985, la petite ville d’Espérance, en Australie, était une des plus endettées du monde rural. À cette époque, le monde rural souffrait de dépression et l’industrie des pêcheries broyait du noir. Après des années de laisser-aller, des limitations drastiques avaient été introduites et la flotte de pêche était passée de quarante-cinq à sept bateaux. Le chômage des jeunes frisait les 20%. Au milieu de ce marasme, Ernesto Sirolli surgit avec une grande foi dans la capacité des gens à sortir de leurs difficultés économiques. Son intuition première était que la clé du développement économique se trouvait dans la capacité de soutenir les idées émanant des populations concernées. Estimant que la grandeur peut se trouver partout, il eut la patience de s’asseoir, d’écouter et d’attendre qu’elle se manifeste. À mesure que les idées surgissaient, il évaluait, non pas la viabilité d’un plan d’affaires mais la passion et l’engagement des citoyens proposant leurs idées pour un avenir meilleur.
    C’est ainsi que Sirolli a prêté l’oreille à Mauri, un pêcheur qui voulait fumer le poisson dans son garage, ou aux hippies fabricants de sandales qui avaient des idées pour améliorer leur commerce. À première vue, ces candidats n’étaient pas les plus brillants, mais ils étaient passionnés et avec son aide, ils ont pu mener leur lutte. Trois ans plus tard, Espérance comptait 45 nouvelles entreprises cumulant un revenu annuel de 7,1 millions de dollars et employant 71 personnes à temps plein.

    Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui pensent que rien ne va plus. Certains vont jusqu’à penser que la manière dont nous décrivons le monde n’a plus de sens. Ernesto Sirolli est d’accord avec eux. Nous avons effectivement besoin d’une nouvelle description.

    Le chômage, le crime et l’aliénation sont monnaie courante dans nos sociétés. Pour faire face à ces maux, de nombreux programmes ont été mis sur pied, mais les résultats de ces efforts sont rarement une source d’inspiration, et il peut même arriver qu’ils fassent plus de tort que de bien. Chose certaine, l’expérience montre que les stratégies traditionnelles ne fonctionnent pas comme elles devraient.

    Contrairement à ces approches, qui vont du haut vers le bas, la méthode Sirolli commence avec la croyance dans le fait que la passion et le caractère imprévisible sont parties intégrantes du développement économique durable. Son approche originale, qui sera décrite ci-après, a fait ses preuves auprès de plus de 200 communautés.

    Ce qu’on appelle en anglais Entreprise Facilitation diffère de l’approche traditionnelle du développement économique des communautés. Cette nouvelle approche, centrée sur la personne, s’appuie sur les travaux d’Abraham Maslow, Carl Rogers et E.F. Schumacher. Sa principale prémisse est que le développement durable est lié aux aspects qualitatifs plutôt que quantitatifs de la vie: fournissez aux gens des occasions véritables et ils lutteront pour les faire fructifier.

    Les théologiens utilisent le terme latin acedia pour désigner le péché de ceux qui ne font pas tout ce qu’ils pourraient de leur vie. Dans le même esprit, Sirroli considère que toute action prend sa source dans l’âme humaine et que tout un chacun a des talents cachés qui ne demandent qu’à s’exprimer. Pour lui, le devenir est un impératif moral, ce qui signifie que nous avons collectivement la responsabilité de créer des occasions qui permettront aux gens de retourner à la société le profit des dons qu’ils ont reçus avec la vie. Il s’agit de promouvoir le développement personnel passant par le «bon travail», qui est défini comme la faculté de faire de son mieux à l’intérieur de la vocation choisie.

    La passion humaine est au coeur de cette approche. Les individus passionnés ont plus de chances de réussir que ceux qui se contentent de suivre le courant. Sirolli remarque que le mot développement comprend la racine vellum, qui signifie un enchevêtrement de laine. Le rôle du développeur est de voir clair dans cet enchevêtrement, afin de permettre à la semence ou passion de grandir.

    Aujourd’hui, il n’est pas rare d’entendre parler d’approche du développement centrée sur la personne. On se gargarise de cette expression dans les domaines des services sociaux, de l’éducation et même des affaires. Pourtant, la plupart de ceux qui l’utilisent se trouvent dans des institutions très hiérarchisées qui ont des programmes, des stratégies et des structures incompatibles avec une pratique qui serait réellement axée sur les personnes. La passion n’a rien à voir avec les institutions et les stratégies de planification. On ne saurait planifier l’innovation et les idées nouvelles. Celles-ci doivent se manifester d’elles-mêmes.

    Le modèle de Sirolli intègre une technologie sociale qui assure un développement favorisant les individus. Il s’agit de créer les conditions qui rendront possible l’innovation. Ce modèle fonctionne comme suit. Une fois qu’une communauté a pris la décision de s’engager, un comité est formé et un consultant fournit gratuitement tous les renseignements nécessaires aux personnes intéressées à faire valoir leurs idées. La formation du consultant ne l’amène pas à diriger ou à motiver les intervenants mais il s’agit plutôt pour lui d’attendre les clients potentiels intéressés par le service. La première forme de marketing passe par les rencontres en présence réelle.

    Ces consultants disposent de trois outils pour assister leurs clients. La première chose à faire est d’écouter attentivement la personne intéressée, afin d’évaluer jusqu’à quel point elle est passionnée pour son idée, et de repérer éventuellement toute incongruité dans sa présentation. Il faut ensuite lui parler de la trilogie que constituent la production, le marketing et le financement. En partant de la prémisse qu’un entrepreneur qui a du succès ne réussit pas seul, le consultant amène son client à bien évaluer ses besoins et ses forces. Les avenues du partenariat et des réseaux sont explorées avec lui. Le troisième outil est celui du plan d’affaires. Sans être des experts financiers, les conseillers peuvent utiliser des données approximatives, pour repérer les points faibles et donner leur avis sur la manière de diriger une entreprise. Ils donnent des références et trouvent des ressources appropriées.

    Le comité dont il a été question plus haut est recruté et formé en vue de répondre aux besoins du client. Son travail est de mettre en contact le consultant et ses clients potentiels. Ce sont les besoins des clients qui importent et l’activité part de la base (contrairement à ce qui se passe habituellement dans les comités d’entreprises), avec pour résultat que le client trouve dans le comité une équipe dont le but est de l’aider à développer son entreprise en lui permettant de trouver les contacts et les ressources nécessaires. En vérité, un bon réseau est tout ce dont nous avons besoin pour réussir. On a donc fait un grand pas en avant du seul fait d’introduire un réseau dans la structure du développement économique d’une communauté.

    Sirolli travaille présentement en Alberta et en Colombie-Britannique. Les villes de Camrose et de New Westminster ont opté pour une philosophie de soutien à l’entreprise, en vue de développer une base économique durable pour leurs populations. Les responsables utilisent la philosophie de Sirolli pour stimuler le potentiel de l’esprit humain et l’amener à développer ses plus grands talents en vue d’assurer un futur viable et brillant à leurs concitoyens.

    Source
    L'Agora, vol 6, no 1, nov.-déc. 1998, p. 24.
    http://agora.qc.ca/reftext.nsf/Docum...Vickie_Cammack

  33. #30
    Cécile

    Re : élections municipales et environnement

    Tiens, je reçois une info pile dans le sujet : la fondation Nicolas Hulot lance un Guide de l'éco électeur. A télécharger sur www.pacte-ecologique.org/
    (je ne l'ai pas encore lu).

Sur le même thème :

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Google Earth cartographie les élections présidentielles françaises !
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 7
    Dernier message: 25/04/2007, 13h35
  2. environnement
    Par groscaca dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 20/03/2007, 08h58
  3. Environnement ?
    Par NVE dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 4
    Dernier message: 19/01/2007, 20h27
  4. Environnement!
    Par lolo27 dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 6
    Dernier message: 25/11/2006, 16h46
  5. Actions municipales en faveur de la protection de l'environnement...
    Par madecureuil dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 7
    Dernier message: 12/11/2006, 23h30