Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

vessie de surpresseur et eau de pluie




  1. #1
    qilo4

    Question vessie de surpresseur et eau de pluie

    Bonjour,

    Je compte installé un système de récupération d'eau de pluie dans ma maison pour alimenter WC et jardin. J'ai déjà une cuve enterrée et il me faut maintenant une pompe. J'envisageais l'achat d'une pompe immergée et d'un ballon à vessie (surpresseur) de 200L. Après quelques détours sur des forums spécialisés en Allemagne, j'ai découvert que l'utilisation de ballons à vessie pour le pompage de l'eau de pluie est déconseillée. Raison: en absence d'air (c'est le cas dans les ballons à vessie) des bactéries anaérobies se développent et attaquent (mangent) la vessie en caoutchouc, ce qui la rend très vite poreuse! Ces ballons sont normalement destinés à de l'eau potable et là pas de problème car l'eau contient très peu de bactérird. Mais avec l'eau de pluie c'est très différent.

    Bref en Allemagne le seul système de pompage d'eau de pluie recommandé utilise des pompes automatisées à presscontrol qui démarrent dès l'ouverture d'un robinet.

    Je n'ai pas vu de tels conseils en France. Savez-vous si les ballons à vessie sont effectivement à proscrire en utilisation eau de pluie? Si vous en utilisez, avez-vous déjà du changer la vessie, et si oui, à quelle fréquence?

    Merci pour vos réponses

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    barda

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    slt,

    on est bien d'accord, l'eau de pluie est une des plus sales et des plus nocives que l'on puisse trouver...
    ceci dit, avant qu'en situation anaérobie (étrange, cet anaérobie, pour une eau qui vient de séjourner longuement dans l'atmosphère, et a donc dissous une bonne quantité d'oxygène) des bactéries attaquent et mangent une membrane en caoutchouc synthétique, il risque de se passer quelques années... à moins qu'il ne s'agisse des fameuses bactéries tueuses des graines de soja allemandes bio qui ont fait quelques dégats ces mois derniers...
    en fait, une membrane de vessie de ballon vieillit et se change de temps en temps (ça dure quelques années), comme c'est le cas pour pas mal de choses...
    inutile donc de s'inquiéter outre mesure...
    par contre, pour ton installation, tu as choisi la voie la plus chère: une pompe immergée n'est vraiment utile que pour les puits ou forages profonds, et l'alternative à un ballon-vessie pour automatiser le fonctionnement de la pompe, c'est effectivement un "presscontrol" à quelques dizaines d'euros; mais l'alimentation des wc peut justifier l'installation d'un ballon (diminution des cycles courts, mal supportés par les pompes)...

  4. #3
    qilo4

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    Salut,

    Merci pour ta réponse. A vrai dire l'eau peut stagner assez longtemps dans la cuve enterrée et cela peut avoir un effet sur la teneur en oxygène de l'eau surtout que dans la cuve une partie de cet oxygène sera consommé par d'autres bactéries. Mais le problème apparait vraiment dans le ballon car comme celui-ci n'est pas enterré (il est au sous-sol) la température de l'eau dans la vessie grimpe vite dans des zones propices au développement bactérien. Il suffit d'un weekend d'absence en été (pas de chasse WC) pour se retrouver avec un beau film de bactéries mangeuses de caoutchouc... Les forums allemands indiquent qu'une vessie neuve peut devenir poreuse en l'espace de 6 mois avec de l'eau de pluie. A ce rythme ce système n'est pas viable mais ca m'étonne tout de même de ne voir ces mises en garde qu'en Allemagne et pas ailleurs.

    Je pensais à une pompe immergée pour qu'elle soit hors gel en hiver et surtout pour éviter le bruit. De plus il semble qu'il n'y ait pas une énorme différence de prix entre une pompe immergée et une pompe de surface multicellulaire utilisable en intérieur. Seules les pompes jet bruyantes sont bon marché.

    J'hésite aujourd'hui entre l'utilisation d'un ballon 200L à vessie + pressostat ou l'utilisation d'une pompe avec presscontrol sans ballon comme ce qui est recommandé en Allemagne. La 2ême option est plus simple à installer mais la pompe va démarrer à chaque chasse d'eau. Pour éviter cela je pensais remplir un réservoir plastique de 300L placé dans le grenier et alimenter les WC par gravité depuis ce réservoir. De cette manière la pompe démarrerait 1x pour remplir les 300L et ensuite les chasses d'eau seraient indépendantes de la pompe. J'aime bien cette idée qui reprend un peu le concept de réserve utile du ballon. Hors ici la réserve serait de 300L effectifs au lieu de seulement 50-60L de réserve utile entre 2 démarrages de pompe sur un ballon à vessie de 200L. Ca complique un poil l'installation (il faut tirer une conduite du sous-sol au grenier et placer une electrovanne ainsi qu'un niveau dans le réservoir pour commander la pompe mais le reste de l'installation reste simple). Penses-tu que ce soit une bonne solution? Là au moins il n'y a pas de bactéries anaérobies car le réservoir n'est pas fermé.

    Bref je suis un peu perdu et ne sais pas trop vers quel système de surpression me tourner!


  5. #4
    SK69202

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    Bonjour.
    Mon surpresseur marche depuis 4 ans avec l'eau polluée de mon puits (colibacilles et autres germes). Le voile bactérien apparait dans le réservoir de la chasse. Comme tout les surpresseurs, il faut régulièrement refaire la pression de la vessie.

    @+
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  6. #5
    Touche-à-tout

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    Bonjour,

    Si le réservoir du grenier est à l'air libre, il va collecter d'autres germes et surtout ses conditions ambiantes seront encore plus dévaforables que pour un surpresseur dans un sous-sol. Il est connu que le système de récupération d'eau de pluie n'est pas parfait et c'est bien pour cela qu'il est interdit de le raccorder au réseau d'eau potable. Le choix doit donc se porter sur la solution la plus simple à entretenir.
    J'ignore ce qui se dit chez les allemands, et surtout de quel genre de matériel ils parlent mais quand je lis qu'un membrane de caoutchouc est mangée en 6 mois, je me dis que le caoutchouc en question n'et peut-être pas celui qu'il faudrait utiliser... il n'y aurait pas de l'incitation à faire marcher les SAV derrière tout ça ?
    Heureusement que la cuve est enterrée car si elle prenait la lumière, il faudrait ajouter la gestion des algues au problème...
    Si en France on ne se pose pas ce genre de question c'est avant tout parce que notre approche est fondamentalement différente mais c'est un autre débat. Le plus souvent, on utilise un simple surpresseur qui détecte la chute de pression dans le circuit et déclenche la pompe qui est faite pour ça. Si les pompes ne supportent plus les démarrages, où va-t-on ? Et au prix de ces pompes de nos jours, pourquoi encore se poser la question ? (alors, oui, on se veut écolo en économisant l'eau mais on gaspille le matériel...)
    L'avantage est que c'est beaucoup plus compact.

    Un réservoir au grenier, j'en ai vu un dans les ruines d'une maison du XIXe siècle (condition totalement différentes, bien entendu), l'idée est intéressante mais la contruction doit être prévue pour supporter le poids localisé et toutes les maisons ne le permettent pas: on ne posera pas un bidon de 300l dans le grenier d'un pavillon Phénix par exemple. L'inconvénient majeur est que la sortie n'est pratiquement pas pressurisée et que le débit est par conséquent très faible.

    On pourra consulter les discussions similaires (liens affichés en bas de page) pour s'inspirer de ce qui se fait ailleurs et voir quels problèmes sont rencontrés. Ou quand la fonction "rechercher dans le site" peut apporter des réponses avant même d'avoir à poser la question.
    Cordialement,
    Nicolas.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    qilo4

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    Merci pour vos réponses!

    Tout d'abord j'ai bien cherché au sujet des bactéries sur une vessie et que ce soit sur ce forum ou dans google on trouve fort peu de choses, excepté en Allemagne. C'est la raison pour laquelle je poste ici. Il y a énormément de discussions sur le fonctionnement des surpresseurs etc et ce qui revient souvent sont les problèmes de vessie perçée. C'est d'ailleurs cela qui me fait peur: on parle beaucoup (trop?) de vessies perçées!! Mais on ne connait presque jamais la raison de ces percements. Je me demande si ces bactéries n'en serait pas la cause...au moins en partie.

    A propos des 6 mois, c'était un minima indiqué sur l'un des forum allemand. Maintenant si la vessie doit être changée tout les 1,2 ou même 3 ans, ça fait toujours beaucoup de contraintes. J'aurais souhaité envisager une durée de vie de la vessie d'au moins 5 ans. Il faut dire qu'une vessie sur un réservoir de 200L coûte presque le prix d'une pompe premier prix...

    C'est vrai que la solution du réservoir au grenier va favoriser le développement de bactéries mais pas les anaérobies. Mais ce n'est pas vraiment un problème pour une utilisation WC (sauf odeurs mais là encore il semble que ce soit les bactéries anaérobies qui génèrent le plus d'odeurs). Pour les 300L et donc 300kg au grenier, pas de problème chez moi. La chappe supporte déjà bien plus que ça localement. Enfin pour la faible pression, là encore a-t-on besoin de beaucoup de pression pour remplir un réservoir WC? Il me semble que la gravité suffirait largement non? Pour le jardin, évidemment les robinets seraient alimentés en direct par la pompe à presscontrol. Avec ce système il y a 0 entretien, à part peut-être un nettoyage du réservoir au grenier 1x/an. Mais c'est bien plus rapide et moins cher que de changer une vessie tout les 2-3 ans, enfin il me semble.

    A voir mais si vous avez d'autres avis ou commentaires n'hésitez pas car ce sujet m'intéresse! Merci

  9. #7
    Touche-à-tout

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    Bonjour,

    Citation Envoyé par qilo4 Voir le message
    Il faut dire qu'une vessie sur un réservoir de 200L coûte presque le prix d'une pompe premier prix...
    D'où le choix bien plus facile des groupes surpresseurs tout faits dont on peut remplacer les éléments on en faire un soi-même avec des éléments fiables.
    Petite précision: les réservoirs dont on parle sont des accumulateurs hydropneumatiques, la différence est que sur un groupe surpresseur, il s'agit d'un petit volume destiné à pressuriser le circuit pour permettre la détection de consommation tandis que la ballon de stockage sert à alimenter la consommation. La sollicitation de la membrane n'est donc pas la même.

    A partir du moment où il y a une pompe pour les robinets de jardin, le plus simple est de s'en servir aussi pour l'alimentation des WC. C'est ce qui se fait très majoritairement par chez nous et cela explique la différence avec les Allemands.

    La question du débit pour le remplissage d'un réservoir de chasse d'eau n'est évidemmant pas absolument critique, encore que ça dépend de ce que vous avez mangé. Par contre, ça peut poser problème pour un lave-linge dont la gestion du remplissage peut être perturbée par une vitesse insuffisante que la programmation ne saura pas compenser.

    Pour limiter les problèmes, il vaut mieux placer un bloc de filtration à cartouches sur la partie du réseau alimentant WC et lave-linge, c'est mieux que rien.

    Cordialement,
    Nicolas.

  10. Publicité
  11. #8
    qilo4

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    C'est vrai en France on me conseille l'utilisation d'un filtre sur le réseau WC/lave linge....mais à nouveau pas en Allemagne. Leurs arguments sont que ces filtres sont des pièges pour ces mêmes bactéries et favorisent leur développement. C'est curieux ces différences culturelles

    En fait n'y-a-t-il pas des pros en France qui installent des systèmes de récupération d'eau de pluie sans verser dans des systèmes surchers style Hyrain etc? Qu'est-ce que ces pros utilisent, surpresseur à vessie ou pompe automatique à presscontrol sans vessie?

    Une autre question liée: lorsqu'on parle de vessie poreuse, on entend poreuse à l'eau ou au gaz (air ou azote) contenu entre la vessie et la paroi du ballon? Dans le 1er cas de figure on a de l'eau à l'extérieur de la vessie mais pas dans le 2ème cas. Toutefois les 2 cas de figure peuvent engendrer des démarrages de pompe trop rapprochés alors lequel est le plus fréquent? Si la vessie devient poreuse au gaz mais reste étanche à l'eau, ne peut-on pas l'enduire (à l'état neuf) d'une graisse silicone qui 1) protège et nourrit le caoutchouc et 2) diminuerait la perméabilité au gaz?? Peut-être même que les vilaines bactéries n'aimeront pas le silicone et renonceront à finir leur repas

  12. #9
    Touche-à-tout

    Re : vessie de surpresseur et eau de pluie

    Bonjour,

    Franchement, j'ignore tout de l'action bactérienne sur le caoutchouc. Je ne pense pas qu'une graisse silicone empêche quoi que ce soit de ce point de vue. Mieux vaut passer par la case filtration, ce qui suppose un coût pour le remplacement des cartouche et donc la production de déchets, mais aussi par la case nettoyage régulier de l'installation. Et là, utilisation de produits nocifs... Outre la santé humaine, c'est précisément ce genre de problème qui a conduit au développement des traitements de potabilisation de l'eau: la préservation des réseaux et matériels d'adduction !
    Relativisons: le problème d'altération des vessies de stockage vient peut-être des vessies elles-mêmes. Le matériel pour usage sanitaire est très bon dans son domaine mais pas forcément en conditions un peu plus... "sauvages". Le matériel plus rustique destiné à l'irrigation de jardin par puisage souterrain et lui prévu pour cet usage et la matière de la vessie y est peut-être moins sensible.
    Reste qu'au prix actuel de l'eau, même s'il fallait changer son groupe surpreseur complet tous les trois ans, cela resterait économiquement viable. Pour les purs et durs de l'environnement et du développement durable il en serait certainement autrement mais le monde n'est pas parfait.

    Les filtres sont effectivement des pièges puisque c'est bien ce qu'on leur demande. qu'il sfavorisent le développement des bactéries est un nonsens: ils les concentrent par accumulation mais ne les nourrissent pas. Des filtres changés régulièrement et bien entretenus peuvent-ils être plus gênants que pas de filtre du tout ?

    Je ne sais pas ce qu'il en est de pros qui fabriquent, vendent ou installent des dispositifs de récupération d'eau. Je pense plutôt que cela relève de l'auto-construction car viendrait vite une réglementation contraignante pour les fournisseurs qui amènerait vite à des exigences de qualité de l'eau irréalistes. Donc, je ne pense pas que des pros se lancent dans une aventure aussi hasardeuse en cas de litige. Car il est bien clair qu'on se lance là dans une utilisation non prévue des matériels et que par conséquent aucune garantie ne peut être engagée contre les fabricants. Par contre, l'installateur/intégrateur pourrait voir son obligation de résultat sollicitée avec de lourdes conséquences. En auto-construction, on ne peut s'en prendre qu'à soi-même. Le bon sens prévaut et c'est très bien comme ça...

    Cordialement,
    Nicolas.

Discussions similaires

  1. vessie surpresseur Renot 1975
    Par Prune37 dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 9
    Dernier message: 13/01/2012, 09h05
  2. surpresseur pour forage eau
    Par mathier dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 2
    Dernier message: 01/10/2010, 22h43
  3. [Divers] Surpresseur eau pluviale : ne s'arrête plus !
    Par CAROLSEB dans le forum Dépannage
    Réponses: 5
    Dernier message: 25/04/2010, 14h46
  4. Surpresseur eau de puits / système d'arrosage : fonctionnement !
    Par manu840 dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 8
    Dernier message: 29/08/2009, 20h26
  5. Surpresseur eau de pluie : démarrages trop fréquents ?
    Par schingouz dans le forum Bricolage et décoration
    Réponses: 7
    Dernier message: 27/08/2009, 23h45