Discussion fermée
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Encore le modèle allemand.




  1. #1
    SK69202

    Encore le modèle allemand.

    Il y a déjà eu pas mal de choses dites ici, mais , ce sont des journalistes allemands qui l'écrivent.
    Ce n'est pas payant mais c'est en anglais..

    @+

    -----

    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  2. Publicité
  3. #2
    vincent66

    Re : Encore le modèle allemand.

    Bonsoir
    Les Allemands ne sont pas tous idiots et sont capables d'un crû sens des réalités...
    Un ami de mon frangin qui s'extasiait devant la petite installation PV du chalet a sorti la remarque qui tue : " le problème avec l'énergie PV c'est qu'il n'y en a jamais assez*...
    Avec ma tronche de Suisse-Allemand je lui ai fait remarquer que le vrai problème c'est que nous avons tous grandi avec l'habitude de voir une ampoule s'allumer en appuyant sur un bouton et que nous avons attrapé une mentalité d'enfants gâtés ..!

    Vincent
    Leonardo était ingénieur "sans papier", et moi diplômé juste...technicien...

  4. #3
    Tilleul

    Re : Encore le modèle allemand.

    Le Spiegel ? Vraiment vous commencez à être désespéré de rien pouvoir trouver à ce que je vois. C'est vrai qu'il n'y a qu'en Allemagne et qu'uniquement en Allemagne et jamais dans aucun autre pays du monde et spécialement pas en France ou en Belgique... qu'on trouve des articles de journaux qui disent que l'énergie devient chère

    (j'ai particulièrement aimé le passage sur le journaliste qui découvre l'équivalent des tarifs EJP qui existent depuis plus de 40 ans en France...)
    Keep it in the Ground !


  5. #4
    yves35

    Re : Encore le modèle allemand.

    bonsoir,


    L'Allemagne fait sa révolution énergétique
    pour ceux qui ne l'on pas vu en live :foncez voir sur arte replay :
    http://www.arte.tv/guide/fr/048914-0...que?autoplay=1

    avec une bonne bière

    et revenez raconter

    yves

  6. #5
    barda

    Re : Encore le modèle allemand.

    Citation Envoyé par yves35 Voir le message
    bonsoir,


    L'Allemagne fait sa révolution énergétique
    pour ceux qui ne l'on pas vu en live :foncez voir sur arte replay :
    http://www.arte.tv/guide/fr/048914-0...que?autoplay=1

    avec une bonne bière

    et revenez raconter

    yves
    Tiens donc !!! Il semblerait que les sources du ministère allemand de l'écologie soient les mêmes que celles du journal "Le Monde"....
    Et avec des conclusions identiques....

    20 milliards de subventions cette année pour les énergies renouvelables (et il est prévu 100 milliards dans quelques années), des usines charbon et lignite qui tournent à plein, une augmentation des émissions de CO2 de 2% en 2012, encore plus pour le début 2013, des enr qui posent de graves pbs au réseau quand elles prennent une part significative de la production... mais où vont-ils chercher tout cela, au ministère de l'écologie allemand?

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    f6bes

    Re : Encore le modèle allemand.

    Citation Envoyé par Tilleul Voir le message

    (des tarifs EJP qui existent depuis plus de 40 ans en France...)
    Bjr à toi,
    Je ne le dirais pas en ces termes...l'EJP ne peut PLUS etre...souscrit depuis....(houlà là comme disait la grand mére...en manque de...) bien longtemps !!
    Les contrats DEJA souscrits restant valables bien entendu.
    Mon intervention juste pour et éviter des malentendus...occasionnels.
    Bonne journée
    "Ce fut la goutte d'eau de trop qui mit le feu aux poudres!"

  9. #7
    Tilleul

    Re : Encore le modèle allemand.

    C'était plus pour montrer que le fait pour un industriel d'adapter sa consommation à la production électrique ça ne date pas d'hier et n'est pas le résultat du développement des EnR (d'ailleurs ça se faisait déjà à la fin du XIXe siècle!)

    Celà dit je signale que cette discussion est hors charte...

    Et il y a d'autres articles qui disent également le contraire mais en plus sourcé...

    http://www.businessspectator.com.au/...les-revolution

    Après je ne doute pas que vous pourrez trouver plein d'article de journalistes qui affirment que le réchauffement climatique est une conspiration mondiale visant à mettre en place un gouvernement planétaire ou que le tabac ne provoquent pas le cancer, mais encore une fois ça n'en fait pas une réalité...

    De toutes manières le principal point de discussion dans l'article n'est pas lié aux énergies renouvelables mais lié à la façon dont nous organisons l'électricité de manière générale.

    Aujourd'hui nous avons un mode de facturation et un marché de l'électricité qui est adapté à un réseau électrique établi : les centrales les moins chers sont celles qui tournent le plus. Le problème c'est qu'aujourd'hui nous ne sommes plus dans un réseau électrique établi mais dans un réseau qui nécessite d'être rénové partout en Europe. En Europe, les infrastructures permettant la vie moderne ont été construite au sortir de la seconde guerre mondiale pendant les trentes glorieuses, donc tout doit être remplacé au même temps.

    Ca pose problème puisqu'aujourd'hui ce qui est rémunéré c'est le court terme, or sur le court terme une centrale électrique neuve efficace avec une maintenance suivie pour la faire durer 30 ans coûte plus cher qu'une centrale usée dont le propriétaire la laisse se délabrer sans faire de maintenance en attendant qu'elle rende l'âme... Seulement sur le long terme les vielles centrales elles n'existeront plus d'ici 5 à 10 ans... donc qu'est ce qu'on fait ? Réponse : on change la façon dont on organise le fonctionnement du réseau électrique et on en débat...

    Comme je le disais précédemment tous ces points s'appliquent également en France, sauf qu'en France il n'y a pas de débat, les centrales françaises sont considérés comme éternelles ce qui est faux.

    Un autre éclairage :

    http://www.carbonbrief.org/blog/2013...ng-term-vision

    The Energiewende and energy prices: Public support and Germany’s long term vision
    26 Jul 2013, 09:30Mat Hope
    Credit: fdecomite

    Germany has committed itself to an ambitious long-term policy agenda to decarbonise the energy sector. The Energiewende - or energy transformation - policies aren't cheap, but the German government says it's a price worth paying for long term energy security and a low carbon economy.

    In 2010, the government outlined the Energiewende's goals: To reduce emissions by 80 per cent compared to 1990, and provide for 80 per cent of the country's electricity consumption from renewable sources by 2050 compared to 2008. If that wasn't ambitious enough, it made the task even more complicated by deciding to phase out all nuclear generation by 2022. The government pledged to achieve this in the most cost-effective way possible, while maintaining economic growth and high standards of living.

    So far, the public have bought into the government's long term vision and are backing the plans, despite rising energy bills. But the media is increasingly concerned the Energiewende's policies will drive up energy costs, leaving consumers to foot the bill.

    Wholesale energy prices

    At the centre of the scheme is the government's pledge to increase the amount of renewables in Germany's energy mix without harming the economy. But not everyone is convinced the Energiewende will deliver on its promise.

    As the Economist puts it:

    "It is hard to think of a messier and more wasteful way of shifting from fossil and nuclear fuel to renewable energy than the one Germany has blundered into. The price will be high, the risks are large and some effects will be the opposite of what was intended."

    While this is a common perception, the figures tell a different story. Since 2010, the wholesale price of electricity has continued to decrease, because once renewables are built they have no fuel costs:

    While this means wind and solar are increasingly competitive - helping to get more low carbon generation on the grid - the declining cost of renewable electricity may have a less desirable consequence. Some fossil fuel plants are still needed to back up renewable generation. But cheap electricity from renewables could make fossil fuel plants economically unviable. A number of German gas plants have been temporarily shut down - or mothballed - as they struggle to compete with renewables and cheap coal generation.

    The problem is exacerbated by a requirement to prioritise electricity from renewables over fossil fuels generation, known as the 'merit order'. David Buchan, senior research fellow at the Oxford Energy Institute, explains:

    "... if this capacity becomes effectively excluded from the merit order altogether, or is never in practice called by grid operators to generate, it will never earn a financial return and may, therefore, wither away".

    This means Germany must consider ways to support fossil fuel generation as well as renewables.

    One solution could be a "focused" capacity market, where plants used to provide electricity at peak times are subsidised, but plants expected to provide electricity around the clock compete in the a market. Another alternative - favoured by the environment ministry - is a strategic reserve where gas plants which would otherwise be mothballed are paid to stay online in case the system needs a boost.

    As more renewables come online and fossil fuel plants become increasingly uncompetitive, balancing Germany's energy system becomes ever more challenging.

    Household bills

    Despite the wholesale electricity price falling, household energy bills continue to rise as consumers pay for increasing renewable energy subsidies.

    It's commonplace for the UK government's policies to be blamed for rising energy bills, and Germany is no different. Bills fell between 1991 and 1998, but have risen continuously since then - and this is set to continue as more renewables are added to the mix.

    But the Energiewende's policies are only responsible for a portion of the bill hikes. German economics thinktank, the Centre for Economics Studies, calculates renewable subsidies account for about 28 per cent of the rise since 2000, but costs of electricity generation - mainly driven by the rising cost of fossil fuels - account for about 45 per cent.

    So far, consumers have been willing to accept the bill increases as they back the Energiewende's long-term goals and see the community benefits of the scheme. Private investors and farmers owned almost half of Germany's renewable energy projects in 2012. This makes bill payers more amenable to rising energy costs as some of the subsidy goes back to their communities. Environmental thinktank, Heinrich Böll Foundation, says:

    "A focus on low prices is microeconomic thinking. Germans take the macroeconomic view and want to know whether that price is paid to large corporations, foreign entities, or back to their community. They are willing to pay higher prices back to the latter."

    The public's willingness to take a slice of the subsidy pie for themselves has so far been key to maintaining support for the Energiewende.

    Reform prospects

    With the September election looming, some politicians have been keen to cut the costs of the Energiewende in the hope it will boost their popularity. But the reformers have their work cut out: Germany's political system makes changing the way renewable energy is funded particularly challenging.

    For example, some of Germany's regions are investing heavily in renewable energy - with some, like Bavaria, wishing to become self-sufficient. This makes them more resistant to subsidy reform.

    There is also bickering within the federal government. The environment ministry wants to lead the Energiewende, but the economics ministry is in charge of grid transformation. So Energiewende policies come with the risk of political infighting built in. The future direction of the transformation is likely to depend on who sits in those ministries at the end of the year.

    Public support

    In Germany, public support for the Energiewende has been robust despite rising energy bills. The government maintains the immediate costs will be worth it in the long run, and the public seems sold on the bigger picture - so far.

    But with the European economy still in stormy waters, German elections in September, and ever rising costs it remains to be seen how long the support persists.
    Keep it in the Ground !

  10. Publicité
  11. #8
    Cendres

    Re : Encore le modèle allemand.

    Citation Envoyé par Tilleul Voir le message

    Celà dit je signale que cette discussion est hors charte...
    Tout à fait, ce qui me permet de la clore, étant donné qu'avec ces histoires de "modèle allemand" nous sommes dans le politico-économique, pas dans le technico-scientifique.
    N'a de convictions que celui qui n'a rien approfondi (Cioran)

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. le modèle allemand: le Monde du 24/08/2013
    Par barda dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 135
    Dernier message: 04/09/2013, 08h48
  2. Un modèle cosmologique original, mais encore spéculatif
    Par invite6754323456711 dans le forum Astronomie et Astrophysique
    Réponses: 5
    Dernier message: 28/02/2011, 10h41
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 02/04/2010, 13h06
  4. Quelle est la différence entre modèle analytique et modèle numérique?
    Par bebert3000 dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 2
    Dernier message: 16/08/2009, 17h41
  5. [Brun] TV neufunk (80 cm Modèle : 7 82 G) - plus d'image mais encore du son
    Par trumpetman dans le forum Dépannage
    Réponses: 78
    Dernier message: 25/06/2009, 11h19