Répondre à la discussion
Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 77

Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)




  1. #31
    Moux

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Merci de ta réponse rapide. En fait, si j'ai bien compris, tu ne découpes pas le pare vapeur pour le retirer et pour le remettre, tu l'enfiles plutôt comme une chaussette? Opération délicate, non?

    Autrement, comme je l'indiquais, il existe à présent des gaines déjà équipées en ouate de polyester, le seul inconvénient étant que je ne les trouve pas en 50mm d'épaisseur (seulement 25mm)
    Effectivement, j'ai regardé mais le fait que ça n'existe pas en 50 mm m'embête un peu... Je préfère avoir une bonne isolation phonique quitte à galérer un peu .

    Il faudra tout de même faire attention au type de bouche que tu mettras en place, car celles-ci génèrent plus ou moins de bruit d'air lorsque tu réduis leur débit de sortie (comme dans la voiture, lorsque l'on ferme presque totalement un aérateur).
    Je pense mettre des grilles linéaires type LAC 47 largement dimensionné pour les plus grands débits (200 m3/h et 150 m3/h) et des "Australe" pour les petits débits. Je ne sais pas encore si je mets un registre derrière les LAC ou si je mets un volet circulaire manuelle en sortie de caisson de répartition sur chaque départ (sauf pour les "australe" qui possède leur propre réglage). Comme tu le dis avec ton exemple de l'aérateur de voiture, j'ai un peu peur que la solution "registre" soit bruyante... Et d'un autre côté, il faut que je vois si j'ai la place pour mettre des volets en sortie de caisson de répartition ...

    -----


  2. Publicité
  3. #32
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Je pense effectivement qu'un clapet de dosage situé en amont des silencieux serait la meilleure des solutions.
    Entre le caisson de répartition et le silencieux, quelque part sur le conduit acier galva, tu n'as pas la place ?

    Sinon, ca aussi c'est pas mal (mais surement plus onéreux) http://www.france-air.com/Portals/0/...FT_2068_10.pdf

  4. #33
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    et, pour répondre à ta 1ere question, non, ce n'est pas si délicat que cela. Il faut juste être deux. Le pare vapeur est certes fragile, mais pas à ce point.

  5. #34
    KroM67

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Citation Envoyé par yoko83 Voir le message
    Non, car le capteur mesure la pression dans le conduit juste après la sortie moteur.
    C'est donc la pression insufflée qui est gérée.
    Le moteur est asservi en fonction de la pression dans la maison non?
    Y'a un truc qui m'échappe...

  6. #35
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Citation Envoyé par KroM67 Voir le message
    Le moteur est asservi en fonction de la pression dans la maison non?
    Y'a un truc qui m'échappe...
    Le moteur est asservi sur la pression d'insufflation (différence entre pression atmosphérique et pression en sortie moteur, exactement), pas la pression dans la maison (qui, même si l'on met cette dernière en "surpression" relative, ne doit pas être très différente de la pression atmosphérique extérieure. La maison n'est pas une bombonne étanche et pressurisable...)

  7. #36
    vinsurvain

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Citation Envoyé par yoko83 Voir le message

    Non, il n'est pas prévu d'extracteurs indépendants, ni dans la cuisine ni dans les salles de bains.
    En fait, je me réserve cette option en dernier recours, si l'étanchéité de la maison ne suffirait pas, et dans ce cas l'air insufflé ne trouverait pas "son chemin" jusqu'aux ouvertures des salles humides. Car, bien sûr, chaque pièce humide (ici une salle de bains et une salle de douche) doit comporter une ouverture "passive" vers l'extérieur. Une simple "grille" suffirait, mais le mieux est de rajouter une sorte de clapet antiretour (comme celles pour hottes de cuisine, mais ici la membrane est élastomère, tarée à une pression d'ouverture beaucoup plus faible; je mettrai un lien vers le modèle plus tard), empêchant l'air extérieur de rentrer (en cas de vent par exemple) ; il ne pourra que sortir. Si la maison n'est pas suffisamment étanche, l'air s’échappera par les "défauts d'étanchéité" ; ce n'est pas un mal en soi mais l'air ne sortira plus par ces grilles prévues, donc les pièces humides...le resteront.
    Si j'ai bien compris, tu ne mets pas de bouches d'extraction pour le moment car tu n'as pas une maison étanche. Mais est-ce que tu n'as trop d'humidité dans la sdb ?

    Si tu as le lien du clapet anti-retour avec membrane élastomère, je suis preneur !

  8. #37
    KroM67

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Citation Envoyé par yoko83 Voir le message
    Le moteur est asservi sur la pression d'insufflation (différence entre pression atmosphérique et pression en sortie moteur, exactement), pas la pression dans la maison (qui, même si l'on met cette dernière en "surpression" relative, ne doit pas être très différente de la pression atmosphérique extérieure. La maison n'est pas une bombonne étanche et pressurisable...)
    Il y a forcément une différence de pression entre l'intérieur et l'extérieur si on veut que l'air s'échappe par les grilles...
    Cet asservissement en pression permet donc au moteur d'adapter sa vitesse en fonction de ce qui se passe en amont : puis canadien ou by-pass, c'est ça?

    Mais imaginons qu'une fenêtre est ouverte, la pression dans le tuyau d'extraction va forcément baisser, et l'asservissement compenser en augmentant la vitesse. Non?
    Il se passe quoi exactement quand tu ouvres une fenêtre? A quel moment la vitesse du moteur varie?

    Je suis très intéressé par une VMI dans ma future maison, mais y'a un truc qui m'échappe...

  9. Publicité
  10. #38
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    à Vinsurvain :

    Si, j'ai déjà équipé une salle d'eau avec une bouche. Ca fonctionne très bien, sauf quand on ouvre une porte, une fenêtre, ou que le % d'air neuf entrant est trop faible (cad lorsque je suis en mode poêle, la nuit et le matin en hiver)

    Voici un lien vers le site sur lequel j'ai acheté le clapet :

    http://www.elektronetshop.de/helios-...ppe.61086.html

    J'espère que le lien ne sera pas supprimé.
    Il existe d'autres diamètres. Il y a 2 membranes fournies avec le clapet, 1 fine, et 1 plus épaisse, qui nécessite donc une pression plus importante pour que celle-ci s’entrouvre.

    En France, le seul devis que j'ai reçu = 74€ pièce + 22€ de frais de port... du foutage de gu...e


    à KroM67 :

    Oui, c'est vrai, mais je pense que si la maison n'est pas équipée de bouches d'extraction, l'air trouve tout de même son chemin vers l'extérieur, sans pour autant faire augmenter la pression de la maison. L'air prend le chemin le plus "facile". J'ai pu observer en effet que même avec une fenêtre ouverte à l'opposé de la maison, l'air sort tout de même par l'extracteur prévu. Si on ouvre par contre une fenêtre non loin de cet extracteur, ce n'est plus le cas.

    L'asservissement en pression permet au moteur d'adapter sa vitesse à ce qui se passe en aval, pas en amont :
    Je programme le moteur pour fonctionner par exemple à 60 Pa. Mes bouches de soufflage (je ne parle pas des extracteurs de salle de bain, qui ne sont pas reliés aux gaines de ventilation, d'ac ?) sont réglables : lorsqu'on en ferme une ou plusieurs, la pression dans le réseau aérolitique augmente immédiatement => le moteur baisse alors sa vitesse, pour revenir à une pression de 60 Pa. C'est ce qu'on appelle la pression constante. C'est surtout pratique, lorsque l'on a besoin de fermer une bouche (pièce inoccupée), ou augmenter ou diminuer le débit à une autre => en faisant cela, on n'affecte pas le volume d'air soufflé par les autres bouches.
    Si j'ouvre une fenêtre de la maison, j'entends les oiseaux... Non, plus sérieusement, il ne se passe rien au niveau moteur. Peut-être avec une maison très très étanche (passive ?), en obturant les extracteurs, pourrait-on observer un petit changement de pression lue sur le boitier de commande ? A voir
    Dernière modification par yoko83 ; 09/02/2013 à 17h26.

  11. #39
    Gore-

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Bonjour,

    Un grand merci pour ce sujet très clair et très complet.
    En train d'étudier l'installation d'une VMI chez nous, j'ai lu de nombreux sujets, dont le très complet Choix ventilation : v.m.i, ventilation naturelle régulée, et je dois dire que ton sujet est une très bonne source d'inspiration et un bon résumé des règles à respecter que j'aie lues ici et là.
    De plus, habitant la même région, le retour d'expérience est très intéressant pour moi

    J'avais une question : Etant donné ton système de régulation automatique de la vitesse du moteur en fonction de la pression dans les conduits, est-ce que des bouches "hygrométriques" ou à détecteur de présence ne seraient pas une option possible dans tes sanitaires ? Leur débit varie entre deux valeurs.
    Mais au vu du volume de ton habitation, leur débit est peut-être un peu faible ?

    De mon côté le volume habitable est de 266m3, et le budget restreint, donc le dimensionnement sera tout autre. Mais je prévois une évolution possible de la solution que je mettrais en oeuvre pour pouvoir l'améliorer dans le futur.

    Encore bravo pour ce sujet !

  12. #40
    Gore-

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Ah oui j'oubliais (et pourtant, j'y tenais)

    En ce qui concerne la prise d'air au-dessus du poêle.
    Est-ce que tu peux nous donner tes règles d'utilisation lors de cet hiver ? Et le retour sur l'efficacité de la solution.
    Dans ta description tu parles de totalement ouvert, fermé, ou position intermédiaire prédéfinie. C'est à dire que parfois tu ne renouvelles plus du tout l'air de la maison pour distribuer juste l'air se provenant du poêle?
    ta reprise au dessus de celui-ci est donc en 160 au moins ?

    Dans mon cas, pas de PC, mais une reprise prévue au-dessus du poêle qui tourne quasiment en permanence.
    Sur le plafond au dessus du poêle, la température dépasse facilement les 30°. Je me demandais quelle température pouvait atteindre un air non préchauffé autrement que par cet apport, en fonction des proportions de cet air rapporté.
    Ce que je comptais faire : un caisson de répartition dans lequel se rejoignaient les deux arrivées (diamètres différents, certainement 160 pour l'extérieure et 100 ou 125 pour le poêle), mais juste un registre "tout ou rien" dans le conduit du poêle : ouvert quand la température de cette bouche dépasse celle extérieure, fermée sinon. (et l'inverse en été)
    Ton retour d'expérience me permettrait d'affiner mes choix.

    Une autre question, concernant cette fois tes caissons de répartition. Les as-tu isolé à l'intérieur (bruit) ? et à l'extérieur ? (température)

    Merci pour tes réponses
    Dernière modification par Gore- ; 26/04/2013 à 12h03.

  13. #41
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Hello,
    Je rentre tout juste de vacances,
    je n'oublierai pas de te répondre dès que j'aurais un moment.

  14. #42
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Ouff,
    je trouve enfin un petit moment pour te répondre (je n'avais pas oublié...)

    Concernant la mise en place de bouches hygroréglables dans les sanitaires, ce n'est pas possible car... il n'y a tout simplement pas de bouches dans ces pièces ! Mise à part des bouches de "sorties" (pièces humide vers extérieur de la maison) qui elles, comportent les fameux clapets antiretour. J'avais pensé, à l'époque, mettre en place des sondes hygrométriques couplées à la régulation du moteur. C'est une option envisageable, cela permettrait d'augmenter le débit uniquement quand c'est nécessaire (évacuation de d'humidité).

    Alors, concernant la prise d'air au dessus du poêle :
    je l'avais dimensionnée suite aux conseils que j'avais pu lire sur le post Choix ventilation : v.m.i, ventilation naturelle régulée.
    Pour le retour après expérience, je pense que le diamètre 160 est correct, mais il n'aurait pas fallu, dans mon cas, descendre en dessous.
    Avant la mise en place de mes silencieux, cette bouche de reprise d'air était l'une des plus bruyante, y compris lorsqu'elle ne fonctionnait pas ! (clapet entièrement fermé). Le conduit acier galva rayonne énormément le bruit, et ce conduit ne passe pas par les caissons de répartition en bois, mais par le bypass qui est connecté au moteur...

    Pour en venir au fait, cet hiver nous avons fonctionné comme ceci : de 17h00-9h00, soit pendant les heures les plus froides, le bypass est en mode 100% poêle.
    - Point important, j'ai réglé le bypass pour ne pas fermer complètement l'entrée d'air extérieur, donc quand je dis 100% poêle, dans les fait c'est plutôt 90% poêle, 10% extérieur. Il est nécessaire de faire cela, car si nous étions en circuit fermé, l'aspiration du poêle pourrait mettre la maison en dépression ; dans ce cas il y a risque d’émanation de monoxyde de carbone... -
    Dans ce mode, la reprise d'air évite de surchauffer la pièce (poêle 14kw !), l'air au niveau de la reprise monte parfois à 35° (chaleur convective), mais redescend rapidement, sans jamais descendre sous les 22° (avec 2 flambées par jour) ; en effet c'est la dalle du plafond qui accumule les calories et les restitue. La pièce en elle-même (le séjour) est la plus agréable de la maison, avec une T° en moyenne à 21°, voir 24-25° pendant les grosses flambées.
    Dans les pièces distantes, c'est une autre histoire. La pièce la moins isolée a du mal à monter en T°. On gagne péniblement 1 ou 2 ° dans la chambre des enfants, passant de 13° à 15° après la flambée ; l'air insufflé dans cette chambre est à 22° au plus fort de la flambée, du fait du mélange d'air repris au dessus du poêle + air extérieur (préchauffé par puits canadien). Au plus froid de la nuit (T° entre -2° et -5°), l'insufflation est à 15° dans cette même pièce. A noter que malgré ces T° qui semblent basses, nous avons beaucoup moins souffert du froid cet hiver, du fait d'un air beaucoup plus sec. Aucune condensation sur les vitres. Il est clair que quand cette pièce sera mieux isolée, l'insufflation à 22° devrait être suffisante.

    Dans la journée, de 9h00 à 17h00, c'est un mélange de 50%-50% d'air poêle + air ext.

    Je n'ai pas compris "Je me demandais quelle température pouvait atteindre un air non préchauffé autrement que par cet apport, en fonction des proportions de cet air rapporté." ; peux-tu m'expliquer ?

    Concernant les caissons de répartition, oui, j'avais tenté de les isoler phoniquement, assez fortement : plusieurs couches (à l'intérieur) d'isolant à base de plastique recyclé. Le bénéfice était assez minime, j'ai préféré tout virer (pour ne pas risquer des pertes de charge), et adopter les silencieux bien plus efficaces.
    A l'extérieur, ils sont isolés par la ouate de cellulose, et la partie qui dépasse par de la laine de roche et des panneaux de liège expansés à certains endroit.

    Voilà n'hésite pas si tu as des questions, j'espère ne pas t'avoir trop embrouillé.

  15. #43
    Gore-

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Merci beaucoup pour tes réponses, qui ne m'ont pas embrouillé ne t’inquiète pas

    Je commence par la phrase qui n'était pas claire. Je voulais dire que je me demandais quelle température pouvait atteindre l'air insufflé en mixant un air extérieur avec cet air venant du poêle, sans préchauffage par un PC.

    La principale différence entre notre config et la tienne, c'est la taille de la maison. Aujourd'hui les chambres sont chauffées par la simple convection du poêle, avec un apport en fin de nuit (pas toujours, et le plus souvent entre 4 et 5h du matin) par des radiateurs (chaudière)
    Dans les autres pièces les radiateurs sont en permanence fermés. et on a un appoint électrique dans la SDB (le temps de la douche des petits surtout)
    On atteint 20-21° dans les chambres en général, et ca redescend jusque 18° environ dans la nuit (peut-etre un peu plus, mais les radiateurs pouvant prendre le relais à partir de cette température, je n'ai pas cette donnée)
    Dans la pièce principale, dans la quelle se situe le poêle on atteint un très doux 23 à 25° (poêle 7kW). Pas de "surchauffe" possible actuellement.

    L'apport du poêle serait là pour éviter de perdre la chauffe apportée par cette répartition de l'air. Mais si ça pouvait permettre de ne plus du tout avoir d'appoint chaudière ça serait un plus.

    Actuellement les chambres sont complètement hermétiques, Ce qui n'est pas un bien. dans tous les cas il faut ventiler.

    Donc tu modules l'apport assez finement finalement.
    J'avais dans l'idée de regrouper dans un caisson de répartition mon arrivée extérieure et celle du poêle. cette dernière serait munie d'un registre motorisé tout ou rien, et d'une bouche de reprise dont le débit est réglable.
    Dans ce cas, en fonction des diamètres de gaines, du réglage de la bouche de reprise et des pertes de charge, j'aurais plus ou moins d'air venant du poêle, mais jamais dans le ratio que tu donnes. Mais en aurais-je besoin finalement?

    Sur l'arrivée extérieure, Je comptais utiliser un bypass tout ou rien pour prendre l'air au-dessus de la toiture la plus exposée afin de profiter des quelques degrés de la chaleur du toit. Et de l'autre coté en façade pour le rafraîchissement l'été (l'air y est facilement 5° plus frais que l'intérieur de la maison la nuit) et donc passer d'une entrée à l'autre en fonction de la saison.

    Aujourd'hui la circulation de l'air est "passive". Il y a des aérations en bas dans la cuisine / SDB / WC, en haut dans SDB / WC (arrivent dans les combles), des ouvertures sur les menuiseries du salon et salle à manger, une arrivée d'air dédiée au poêle, et ... une porte d'entrée aussi hermétique fermée .... qu'ouverte
    Donc il y aura condamnation des entrées d'air basses, celle du poêle, celle des menuiserie, et j'essaierais d'arranger la porte d'entrée encore un peu, en attendant son remplacement.

    Finalement, avec un air réchauffé par le poêle les entrées seront moins froides qu'actuellement. mais dans les chambre aujourd'hui, pas d'entrées d'air, et donc si ça se trouve la circulation créée abaissera leur température l'hiver.
    C'est pour ça que j'avais pensé au départ faire un point central de soufflage, avec évacuation dans chaque pièce, pour augmenter la circulation de l'air chaud plutôt que de risquer de l'inverser.

    Ton retour me rassure : tu as de la distance pour les gaines et arrive à insuffler un air à une température correcte. Et comme tu le dis, avec un air plus sec, on souffre moins du froid.
    Mais je me demande quel est l'apport du PC dans ton cas. Est-ce que tu sais quelle température atteint l'air après passage de l'échangeur de ton PC ? Dans le graphique donné en première page, il fait 11° au plus bas dehors.
    En tous cas tu dois être bien exposé vu l'écart entre les températures extérieurs et celles des combles. nous sommes assez mal exposés, et on atteint parfois un écart de seulement 1 ou 2°
    En même temps, notre toiture est composée de tuiles posées directement sur la charpente, et notre exposition aux vents est assez importante, et donc il y a une circulation d'air assez importante dans nos combles.

    Une question qui m'est venue entre temps. DU fait de l'ajout de tes silencieux home-made, est-ce que le nettoyage des gaines ne vas pas être compliqué ?

    Merci encore.

  16. #44
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Citation Envoyé par Gore- Voir le message
    Je comptais utiliser un bypass tout ou rien pour prendre l'air au-dessus de la toiture la plus exposée afin de profiter des quelques degrés de la chaleur du toit. Et de l'autre coté en façade pour le rafraîchissement l'été (l'air y est facilement 5° plus frais que l'intérieur de la maison la nuit) et donc passer d'une entrée à l'autre en fonction de la saison.
    Effectivement, tout apport de calories "gratuites" est bon à prendre. J'ai pu également mesurer des différences de T° marquées, à différents point extérieurs de la maison. Au final mon entrée d'air ext est située dans une terrasse couverte (T° plus fraiche en été, plus clémente en hiver). Attention toutefois à ne pas insuffler dans ta maison un air trop froid, qui t'obligera au final à diminuer drastiquement ton renouvellement d'air.

    Citation Envoyé par Gore- Voir le message
    Aujourd'hui la circulation de l'air est "passive". Il y a des aérations en bas dans la cuisine / SDB / WC, en haut dans SDB / WC (arrivent dans les combles), des ouvertures sur les menuiseries du salon et salle à manger, une arrivée d'air dédiée au poêle, et ... une porte d'entrée aussi hermétique fermée .... qu'ouverte
    Donc il y aura condamnation des entrées d'air basses, celle du poêle, celle des menuiserie, et j'essaierais d'arranger la porte d'entrée encore un peu, en attendant son remplacement.
    Rien qu'en améliorant ton étanchéité, tu vas gagner en confort été comme hiver, si ton apport d'air neuf est une fois de plus bien tempéré.

    Citation Envoyé par Gore- Voir le message
    Ton retour me rassure : tu as de la distance pour les gaines et arrive à insuffler un air à une température correcte.
    Oui, j'avais d'ailleurs testé en condamnant totalement l'entrée d'air ext, en recyclage poêle, prise d'air à 32° je ressort à 29° dans la pièce la plus éloignée (longueur de la gaine calorifugée près de 40m, car il y a un aller/retour), cad 3° de perdus dans les combles max. Après j'ai mis le paquet en isolation, 40cm de ouate de cellulose dans les combles, donc plus de 20cm de ouate AU DESSUS des gaines 160mm, et 10 au dessus des 250mm.

    Pour l'apport du puits canadien, il est conséquent en préchauffage : l'eau du sol, au plus froid de l'hiver, était à 12-13°C. Un air extérieur à 6° qui passe dans l'échangeur ressortait aux environs de 11-12°... Du fait que je mélange, la nuit, cet air avec la reprise d'air du poêle, je n'ai jamais insufflé d'air en dessous de 15° dans l'habitation. A cette T° (15° d'air insufflé), les pièces commencent à voir leur T° influencée (mais c'est très variable, cela dépend bien sûr le la qualité d'isolation de l'habitation ainsi que de l'inertie de tes murs).
    Pour la qualité d'isolation de mes combles (fait cet hiver), j'ai pu enregistrer des T° des combles de 0.8° alors que juste en dessous j'étais à 19°

    Pour le nettoyage, effectivement, cela compliquera la chose. C'est pourquoi j'essaie de soigner la filtration des entrées.

  17. #45
    KroM67

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Bonjour,

    Un petit retour d'expérience du fonctionnement de la VMI en "été"?

  18. #46
    Gore-

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Avec un peu de retard, Je te remercie Yoko83 pour tes retours.
    Je pense attaquer prochainement le début de la mise en place de la solution.

    Au vu des longueurs à effectuer, j'hésite à partir uniquement sur de la gaine souple isolée pour :
    2 chambres qui seront à moins de 2 mètres
    la troisième et le poêle à environ 3 ou 4 mètres

    et mixer avec de la rigide pour les deux autres :
    prise d'air frais / salle à manger, elles feront environ 5/6 mètres avec un virage.

    Donc il faudra que je réfléchisse au nettoyage aussi.

    Merci encore pour ces éléments de réponse. Il me reste a fignoler le projet et j'irais l'exposer dans l'autre sujet dédié à cette solution

    PS : je suis preneur également de ton retour d'expérience avec l'arrivée des chaleurs

  19. #47
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Hello,
    Avec des longueurs de 3-4m, la gaine souple ira très bien ; l'atténuation du bruit n'en sera que meilleure. Tu peux toujours, s'il te manque un peu de longueur, couper un bout de gaine galva rigide.

    Petit retour d'expérience avec l'arrivée de l'été :

    Pour l'instant, pas encore de grosses chaleurs : max 35.3° de T° extérieure, 40° dans les combles. Au moment de ce pic, la T° d'insufflation atteignait 24.8°. La T° enregistrée au plafond de mon salon (en fait, c'est la T° prise d'air poêle, mais qui est fermé bien sur en été) était de 27.5°. Dans les pièces, en moyenne 25-26° observé en journée.
    C'est très correct, mais je reste prudent sur l'efficacité réelle de ce type de puits canadien en confort d'été. En effet, pour l'instant la t° d'eau du sol est a 20-21°, mais l'année dernière, lors de la mise en service de la ventilation, au mois d'août, celle-ci était à 26° (!), rendant quasiment inutile ce SEWT en rafraichissement. Il est vrai qu'à présent, il y a de l'herbe en surface, et non plus de la terre brute.

    Il faut surtout considérer l'obligation de surventiler lorsque les T° redescendent, la nuit ; pour info, avec les nuits fraiches actuelles (19-20°), je fais marcher mon moteur à 100% (et oui !), j'ai même hôté les bouches de sortie dans les chambres pour augmenter le débit. Là le rafraichissement est perceptible, ce qui n'est pas le cas si l'on programme le moteur en dessous de 50-60%.

    Conclusion : en été, la surventilation doit être bien dimensionnée (surdimensionnée !), considérer 1.5 à 2x volumes d'air/heure mini... sauf dans le cas d'une maison super isolée.

  20. #48
    KroM67

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Merci yoko,

    On atteint effectivement les limites du SEWT en rafraichissement. Un ami en possède également un, accouplé à une VMCDF Hélios. J'ignore la longueur de son échangeur mais les résultats sont assez limités en été également.

    Ceci dit dans ton cas il est difficile de se faire une idée, ne connaissant pas le niveau d'isolation de la maison.
    J'ai décroché sur les travaux réalisés et je mélange un peu les différentes infos que j'ai lu dans les différentes discussions : tu envisageais une ITE, l'as-tu finalement posée?

  21. #49
    herakles

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    On atteint effectivement les limites du SEWT en rafraichissement. Un ami en possède également un, accouplé à une VMCDF Hélios. J'ignore la longueur de son échangeur mais les résultats sont assez limités en été également.
    c'est indiqué de manière claire et précise sur une doc du SEWT et sans aucune ambiguïté que j'ai eue entre les mains = efficacité limitée en climatisation , juste suffisante pour une petite pièce...

    Il aurait fallu 3 kits SEWT ( 3x 100m ) pour au moins pouvoir rafraîchir une petite maison super bien isolée , avec le by-pass mettant en fonction l'échangeur qui récupère encore un peu de la fraîcheur intérieure , la batterie du SEWT étant placée après l'échangeur (en ETE) alors qu'elle doit être placée en amont (en HIVER) .

  22. #50
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    Non, l'ITE n'est pas encore posée.

    Dans mon cas c'est très clairement ce qui manque, les pièces les plus exposées (3 murs donnant sur l'extérieur) voient leur courbe de T° très influée par la T° extérieure, en hiver comme en été.
    Par contre le paquet a été mis en isolation des combles (ouate 40cm) et du vide sanitaire.

    Mon SEWT possède 3 couronnes de 100m. C'est bien voir même sur-dimensionné, par forte chaleur la T° d'eau ne varie pas d'un poil contrairement à ce que j'ai pu lire ailleurs.
    Mon "problème" est que mon terrain est très argileux => les échanges thermiques sont très bons, ce qui est bien pour les couronnes, mais moins bien pour l'efficacité générale => la T° à -2m subit beaucoup plus l’influence de la T° de surface, du fait de cette conductivité. J'avais lu que dans un terrain de ce type, il faut aller chercher la "stabilité" de T° beaucoup plus en profondeur (3-4m), ce qui est irréalisable. Ma solution, qui semble fonctionner pour le moment, consiste à végétaliser le terrain (évaporation), l'ombrager, et "l'isoler" par le dessus)(je balance des couches de fumier mélangé à de la paille récupéré gratos ... et ca fait pousser une belle luzerne dessus)

    De là à dire qu'un SEWT n'est efficace en été que dans des petites pièces, je ne m'avancerais pas là dessus => je balance tout de même en journée 300-400m3/h d'un air à 25°, dans une maison de 600m3. Je pense qu'une fois l'ITE posée, l'efficacité en rafraichissement sera beaucoup plus marquée. A voir donc...

  23. #51
    herakles

    Re : Reportage conception et installation VMI en rénovation (version intégrale)

    De là à dire qu'un SEWT n'est efficace en été que dans des petites pièces
    C'est le fournisseur allemand qui le précise : le SEWT a pour utilité principale de protéger du gel l'échangeur de la VMCDF par temps glacial et d'éciter les cycles d'inversion du by-pass.. Il n'est donc pas dimensionné pour une maison entière même super isolée , à cause des grandes baies vitrées en vogue dans l'habitat passif ou bioclimatique .
    Ceci dit , il est vrai qu'à 2m avec une masse compacte argileuse , la température du sol est influencée , avec 2 mois de déphasage environ , de quoi affronter les canicules précoces mais pas celles du mois d'Août...

    A part la protection du luzerne , une couche de pouzzolane et de la terre allégée comme susbstrat de culture améliore l'isolation en même temps que le drainage : terre relativement sèche= moins conductrice que l'argile compacte .

  24. #52
    guyban

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Question : tes caissons en bois servent de piège à son ou bien tu n'en as pas mis?

  25. #53
    xantho

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Bonjour,

    Je me penche depuis quelques semaines sur la ventilation de ma maison et votre post est très inspirant.

    Je suis dans une maison de type pavillon année de construction 1976, brique platrée avec un étage, volume 260m3.

    Je pense partir sur des caissons type silens air, avec commande evolys, même si les prix ont bien grimpé depuis quelques temps.

    Je me pose encore des questions, notamment sur le choix du modèle. Un 250 me parait surdimensionné compte tenu du volume et de la faible longueur de réseau aéraulique nécessaire. Toutes les chambres sont à l'étage directement sous les combles. Il faudra un peu plus de longueur pour salon, cuisine et salle de bains au rez de chaussée mais c'est sans commune mesure avec votre installation. Du coup, je ne sais pas trop quel modèle prendre...et je suis preneur d'avis sur la question.

    Cordialement,

    Xantho

  26. #54
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Bonjour Xantho,
    pour répondre à ta question, vu que tu as fait le plus gros du travail, à savoir calculer les volumes de ton habitation,

    il te faut en moyenne, en hiver, renouveler 50% de ton air par heure.
    Cette moyenne doit être ajustée selon le taux d'occupation du logement, la quantité de vapeur d'eau produite, la qualité de l'air intérieur (pollution), entre autres.
    Tu ne donnes pas d'information sur ta localisation : la ventilation te servira-t-elle de rafraichissement en été ? Quel est la T° extérieure en hiver ?

    Je tiens à attirer ton attention quant au fait que la VMI nécessite un système de préchauffage naturel (préchauffer à l'aide de batteries de chauffage est un non-sens). Celui-ci est-il prévu chez toi ?

    En fonction de ces réponses, tu pourras soit t'orienter vers un renouvellement d'air de 130m3/h, soit aller jusqu'à 650m3/h (2,5 volumes volumes/heure ne sont pas trop lorsque l'on veut surventiler en été, pendant les nuits fraiches, lorsqu'aucune autre solution de surventilation n'est envisageable (fenêtres ouvertes).

    Le choix du matériel doit être fait plus tard.

  27. #55
    benaciate

    Re : Reportage conception et installation VMI®®® en rénovation (version intégrale)

    Bonjour à tous,
    Tout d'abord un grand merci à Yoko, Hera , Vin, bref ceux qui ont animé les deux files principales de la ventilation par ....POSITIVE
    Avez vous entendu parler voir utiliser la gaine Phonic Trap, j'ai demandé des compléments d'information au vendeur, mais rien ne vaut l'avis d'utilisateur.
    Je vais installer dans ma maison ce type de ventilation, car je ne voulais pas avoir la maison en dépression, j'utiliserai un four à pain en tant que réchauffeur d'air, je n'ai pas de grenier ( toit terrasse) la maison fait 120 m2 ,100 m2 chauffés par le sol à très basse température et 20 m2 de cellier.
    Orientation sud, grandes baies, ITE 200 PSE , la plomberie est en cours de raccordement, au fur et a mesure des achats de matériel.
    Je suis entrain de faire ma liste de courses pour la venti_positive, j'ai prévu en allant dans le sens du courant:
    -Grille extérieure
    - Filtre
    -By pass
    - Tube cylindrique ou rectangulaire isolé en aérien dans garage DN250 longueur 6 m
    - reduc 250 -->200 ?
    - Caisson Recti ou Silens de 200 monté sur silent blocs raccordé par manchette souple
    - gaine ou tube de 200 isolé. de 4 m
    - Piège a son répartiteur pour ventilation bureau et s.séjour en 100 en contreplaque M1 , picages 200, 160, 2fois 100 dimensions 300x300x 500
    - gaine 160 isolée 2m
    - Second P.A.S mêmes dimensions, picages 160, 3 fois 100 pour 2 chambres et une seconde bouche dans la s.séjour.
    - Les bouches seront réglables les raccordements aux P.A.S. seront inférieurs à 2m .
    Pour la partie venti_négative, je pense installer dans les salles de bains des bouches d'extraction hygro deux vitesses avec une composante fixe très faible, de l'ordre de 5 m3/h.
    Les WC avec extracteur commandé par l'éclairage et temporisé.

    Jacques
    * En autoconstruction

  28. #56
    xantho

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Merci Yoko pour ta réponse rapide.

    Quelques précisions suite à ton message.

    Je suis en Loire-Atlantique donc surventilation l'été mais pas non plus des températures caniculaires.

    En hiver la température fleurte avec les 0° quelques semaines mais peu de températures négatives

    6 personnes dans la maison et un grand aquarium donc nécessité de ventiler. L'été, possibilité d'ouvrir les velux des chambres à l'étage.

    La maison était déjà équipée d'une "VMI" de marque anglaise version simple, une seule sortie d'air centrale et prise d'air dans les combles. Mes combles étant fermés isolés vieille laine de verre, c'est inconcevable d'y prendre l'air qui n'est pas sain. cette VMI est donc pour le moment arrêtée.

    Chauffage central gaz + poêle bullerjan

    Je suis bien conscient de la nécessité de préchauffer l'air. la "VMI" actuelle sans préchauffage, me donne un air glacial l'hiver quand bien même il est pris dans les combles!!! je suis toujours en réflexion sur ce point.

    J'avais fait a peu près les mêmes calculs que toi (150 à 600m3) et me demande donc quel matériel. Je veux pouvoir piloter par télécommande et souhaite une basse conso donc moteur ecm s'impose.

    Entre les 125 à 200, très faible différence de prix dans la gamme silens'air mais y a t'il de réelles différences pour mon usage autres que les diamètres entre ces modèles ?

    Y-a-t'il des alternatives à ces caissons qui sont maintenant chers ?, prix catalogue autour de 1000 €!!!

    Cordialement,

    Xantho

  29. #57
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI®® en rénovation (version intégrale)

    Bonjour Jacques,

    Je viens de jeter un œil concernant le produit Phonic trap. Cette gaine est composée, de l'extérieur vers l'intérieur, des matériaux suivants :
    - pare vapeur alu - polyester noir (c'est ce qui assure l’étanchéité de la gaine)
    - isolant en ouate (ce qui assure le calorifugeage de la gaine et l'insonorisation) ; plus l'épaisseur est importante mieux c'est. Il n'est pas indiqué l'épaisseur sur la notice que j'ai eue.
    - flexible intérieur en intissé microporeux (obligatoire pour que l'isolant puisse piéger les dB) sur armature spiralée en acier dur.

    Ce n'est ni plus ni moins ce que je me suis fabriqué moi-même. Avec ce produit tu es assuré d'avoir une ventilation silencieuse, et un air dépourvu de poussière potentiellement irritantes (laine de verre). C'est donc tout bon, les fabricants vont dans le bon sens.
    Renseignes-toi tout de même sur la T° max admise par ces gaines (si placée non loin de ton four à pain par ex)
    Concernant ton installation, tu as prévu 2m de ces gaines ; d'un point de vu silence, j'ai remarqué personnellement un gain significatif en augmentant la longueur de ces gaines ; il me semble avoir mis au minimum 3m ; au delà de 4m le gain est négligeable. Donc attention à ne pas faire trop court (pas moins que 2m).
    Les caissons de répartition, chez moi, jouent peu le rôle de pièges à sons. Avec du contreplaqué, logiquement se sont les hautes fréquences qui sont absorbées. Les gaines acier galva créent une sorte de résonance, qui sans l'avoir mesuré doit se situer dans les moyennes fréquences. Mes caissons, isolés ou pas, apportent peu de gain sur le plan absorption acoustique.

    Il y a un point à ne pas négliger : ces gaines ne sont pas (ou difficilement) nettoyables. Il faut, par conséquent, équiper toute ton installation de filtres à air performants : G3 + F5/F7 par exemple. C'est ce que j'ai fait chez moi, j'ai fait évoluer mon installation en installant 2 systèmes de filtration (1 pour l'air extérieur, 1 pour le poêle à bois) surdimensionnés. Plus la surface de filtration est grande, moins tu auras à changer ou nettoyer ces filtres (et moins tu auras de pertes de charges). Pour info mon caisson extérieur fabriqué maison (contreplaqué) fait 60cmx60cmx60cm.

    _DSC2442.jpg

    _DSC2441.jpg

    Et, hors sujet, voici l'ITE que je suis en train de réaliser :

    _DSC2439.jpg
    _DSC2437.jpg
    Images attachées Images attachées

  30. #58
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Bonjour xantho,

    pour répondre à tes questions,
    il te faut les fiches techniques des moteurs. En les consultant, on observe que :

    En se basant sur un débit de 200m3/h pour chez toi, le Silens'air ECM 125 fourni, à 7V, une pression statique de 240Pa, le ECM 160 idem, et le ECM 200 ne fourni qu'un peu plus de 200Pa (dans la réalité il faut lire le graphe à l'inverse, c'est en fonction d'une perte de charge donnée que l'on connait le débit que sera fourni).
    Il te faut évaluer les pertes de charges (en Pa) liées à ton réseau de gaines. Reste qu'avec des longueurs faibles comme les tiennes, si tu ne te plantes pas trop dans la conception et mise en œuvre, ces pertes de charges ne devraient pas être très élevées.

    Donc j'en conclus qu'à priori le plus petit modèle, ECM125, devrait suffire à ton installation: capable de fournir 250m3/h à 200Pa en "petite vitesse", et 450m3/h à grande vitesse. Sauf si tu cherches la surventilation estivale mécanisée, dans ce cas plutôt un ECM 200 ou 250. Il faut effectivement voir le diamètre de sortie également.

    Il existe également d'autres modèles ECM : Sirius, Modulys ECM, Rectilys ECM, kana ECM, Antares ECM... y'a le choix. Je ne suis pas allé voir chez d'autres fabriquants.

    Ne pas se fier aux tarifs publics. Comme je l'ai indiqué précédemment, en préparant bien ta demande de devis, tu pourras avoir une bonne surprise.

  31. #59
    benaciate

    Re : Reportage conception et installation VMI®®® en rénovation (version intégrale)

    Citation Envoyé par yoko83 Voir le message
    Bonjour Jacques,

    Je viens de jeter un œil concernant le produit Phonic trap.
    J'ai demandé au vendeur des renseignements sur l'épaisseur de l'isolant, en ce qui concerne la température, pour mon cas ce n'est pas un soucis, car je ne suis pas en mode chauffage, mais en mode réchauffement d'air, de plus vu le positionnement des activités du vendeur évacuation d'air chaud (lampes de 400 W) il est probable que les 50ºC soient un minimum, mais je le lui demanderai, s'il réponds à la première question.
    Pour les 2m de gaines j'ai déjà fait un super effort pour mettre cette longueur. il faudrait peut-être mieux pour mon cas faire un super caisson de distribution qui alimenterai en direct les bouches, moins de bruit moins de nécessité de les atténuer.
    Il me faudrait faire un caisson de 3,5/4 m de longueur x0,3 x0,3 avec des piquages presque directs pour alimenter les bouches soit 5 m2 de CP, je n'ai peut-être pas besoin du 20mm, il se trouve en intérieur fixation au mur et au plafond.
    Pour la filtration entièrement d'accord avec toi.
    A+

  32. #60
    yoko83

    Re : Reportage conception et installation VMI® en rénovation (version intégrale)

    Pour en revenir à la filtration, pour ma reprise d'air poêle à bois,
    - avant la modification, simple filtre G4, nettoyage 1X par semaine conseillé, au delà j'observe une perte de charge (moins d'air chaud redistribué dans l'habitation)
    - depuis la modif (filtre G3 + F7, mais plus grands), j'ai du nettoyer 2 fois cet hiver maximum.

Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Réponses: 0
    Dernier message: 04/04/2012, 17h09
  2. retour expérience sur installation VMI
    Par OCIV dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 1
    Dernier message: 14/05/2011, 19h46
  3. Réponses: 0
    Dernier message: 03/07/2009, 10h02
  4. renovation et vmi?
    Par enguerrand02 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 2
    Dernier message: 06/01/2009, 21h38
  5. reportage sur la rénovation de l'observatoire
    Par RT3669 dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/12/2007, 12h27