Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 21 sur 21

chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?



  1. #1
    dgino

    Question chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?


    ------

    Bonjour à tous,
    mon père me disait souvent : "si tu quittes ta maison pour quelques heures voire quelques jours, n'éteint pas ton chauffage, mets le plutôt à une température genre 12 ou 15 degré minimum. Sinon si ta maison se refroidit trop après quand tu rentreras tu vas user énormément d'énergie pour la remettre à bonne température, plus d'énergie même que si tu avait maintenue ta maison avec une certaine chaleur. Cela à cause de l'inertie de ta maison"
    Et je ne suis toujours demandé s'il avait raison le bougre, car ça me parait intuitivement illogique. Mais avec le truc de l'inertie ça me parait pas non plus si bête.
    D'ou ma question : avait-il raison ? Si oui dans quelle mesure ? c'est à dire après combien de temps d'absence on peut considérer qu'il vaut mieux éteindre le chauffage ? Est-ce que cela peut se calculer, si oui avec quels paramètres et selon quelle formule ?
    Si vous pouviez m'éclairer et répondre cette question existentielle, je vous en remercierais.
    Cordialement,

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Tam

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Bonsoir,
    Seize pages de discussion plus un lien ICI

  4. #3
    cornychon

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Bonjour,

    Effectivement, toutes choses égales par ailleurs, quelle que soit la durée, diminuer le ΔT int-ext conduit à une économie d’énergie.

    Ceci dit ! Lorsqu’il fait très froid, que le moyen de chauffage est utilisé quasiment au max de sa puissance, il faut éviter de laisser chuter la température intérieure.

    Surtout lorsque la maison comporte une grande masse thermique, plusieurs dizaines de tonnes de murs et autres matériaux qui vont jusqu’à la vaisselle.

    On peut se trouver dans des situations ou pour récupérer la température et l’équilibre thermique de confort, il faille plusieurs dizaines d’heures.

    Pour remédier à ce problème, je fais parti de ceux qui pensent qu’il faut surdimentionner le moyen de chauffage.
    Il suffit par exemple, en région parisienne, de viser +20°c int pour – 20°C ext.

    Pour un tat de bonnes raisons écologiques et économiques, cette manière de voir les choses est souvent contestée, mais le confort de chauffage a un prix.
    Dernière modification par cornychon ; 22/10/2013 à 23h47.
    Faire compliqué c'est simple, faire simple c'est très compliqué.

  5. #4
    yves35

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    bonjour ,

    votre père à un réflexe qui date du temps de l'énergie pas chère.... raisonnons par l'absurde: vous avez une maison de week end chauffée au fuel et mal isolée. Allez vous vous la laisser en chauffe toute la semaine? La solution dans ce cas est de l'isoler par l'intérieur pour qu'elle se réchauffe rapidement en entrant

    yves

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    behache

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Bonjour à Tous
    Citation Envoyé par dgino Voir le message
    Bonjour à tous,
    mon père me disait souvent :
    Et je ne suis toujours demandé s'il avait raison le bougre, car ça me parait intuitivement illogique. Mais avec le truc de l'inertie ça me parait pas non plus si bête.
    D'ou ma question : avait-il raison ?
    Si vous pouviez m'éclairer et répondre cette question existentielle, je vous en remercierais.
    Si une formule existait, tu ne saurais pas renseigner les innombrables paramètres de base ni fixer facilement des limites (le but à atteindre)

    Ta question est plus théorique que pratique.
    Chacun a sa bonne réponse mais nul ne peut te répondre surement ici (moi compris) tu et nous, nous faisons plaisir !
    ce qui n'est déjà pas si mal

    Il y a que l'alternative suivante, qui soit incontestable :
    Confort maxi =>
    Pas d'arrêt ni d'abaissement.
    Économie maxi =>
    Chauffage limité pour assurer le hors gel partout (8 à 9°C dans la pièce de référence),
    ce qui est à peu près le cas du relevé ci-dessous
    Entre ces deux extrêmes (un Chou et un Rave,) ce n'est que " philosophie.... de cuisine " où comme tu l'écrivais " une question existentielle" mais triviale, avec d'infinies variantes personnelles !

    Quelques certitudes pour" frôler " la réponse à question cachée (économie ou pas ?)
    - Moins une pièce est chauffée = moins il y a de pertes à compenser => moins il y a d'énergie à y apporter.
    - Un abaissement limité dans le temps apportera moins d'économies qu'un abaissement prolongé
    - L'énergie apparemment économisée pendant un abaissement sera exactement compensée par un apport équivalence pendant le réchauffage.
    Une somme à résultat exactement nul pour cette seule ligne.
    Il n'y a pas réelle surconsommation au " réchauffement " avec la majorité des chaudières (sauf celles gaz et condensation)
    Pour t'en convaincre, regarde le régime de marche pour lequel est donnée le rendement théorique des chaudières, je ne doute pas que ce soit un point voisin de celui à rendement maxi.


    Seule la diminution des pertes dues à l'abaissement constaté (en cours et surtout pendant) apporte une économie réelle
    au " prix "d'un certain inconfort
    En outre, moins il y a de perte, moins d'économie potentielle à espérer des abaissements.

    ============================== ===================

    Ci-dessous à titre purement documentaire, relevé de températures d'une maison mise en simple hors gel,
    télé-surveillée par serveur internet spécialisé " à quatre Francs six sous " (permet également de télécommander " Normal ou Hors gel "

    Date heure ;Temp. ext.;Temp. Bureau;Temp. S\sol (chaufferie);
    2013-10-14 21:00; 11; 14.5; 15.8;
    2013-10-14 20:00; 11;
    2013-10-14 19:00; 13;
    2013-10-14 18:00; 15; 14.5; 15.8;
    2013-10-14 17:00; 15;
    2013-10-14 16:00; 15;
    2013-10-14 15:00; 15; 14.4; 15.8;
    2013-10-14 14:00; 14;
    2013-10-14 13:00; 13;
    2013-10-14 12:00; 12; 14.5; 15.8;
    2013-10-14 11:00; 11;
    2013-10-14 10:00; 10;
    2013-10-14 09:00; 9; 14.5; 15.9;
    2013-10-14 08:00; 9;
    2013-10-14 07:00; 9;
    2013-10-14 06:00; 9; 14.5; 15.9;
    2013-10-14 05:00; 9;
    2013-10-14 04:00; 9;
    2013-10-14 03:00; 9; 14.5; 15.9;
    2013-10-14 02:00; 10;
    2013-10-14 01:00; 10;
    2013-10-14 00:00; 11; 14.5; 16.0;
    2013-10-13 23:00; 11;
    2013-10-13 22:00; 11;
    2013-10-13 21:00; 11; 14.5; 16.1;
    2013-10-13 20:00; 11;
    2013-10-13 19:00; 12;
    2013-10-13 18:00; 12; 14.5; 16.0;
    2013-10-13 17:00; 13;
    2013-10-13 16:00; 13;
    2013-10-13 15:00; 13; 14.6; 15.9;
    2013-10-13 14:00; 12;
    2013-10-13 13:00; 10;
    2013-10-13 12:00; 9; 14.7; 15.9;
    2013-10-13 11:00; 7;
    2013-10-13 10:00; 7;
    2013-10-13 09:00; 6; 14.9; 16.1;
    2013-10-13 08:00; 6;
    2013-10-13 07:00; 6;
    2013-10-13 06:00; 7; 15.0; 16.1;
    2013-10-13 05:00; 6;
    2013-10-13 04:00; 6;
    2013-10-13 03:00; 6; 15.1; 16.2;
    2013-10-13 02:00; 6;
    2013-10-13 01:00; 7;
    2013-10-13 00:00; 7; 15.2; 16.2;
    2013-10-12 23:00; 7;
    2013-10-12 22:00; 7;
    2013-10-12 21:00; 8; 15.2; 16.3;
    2013-10-12 20:00; 9;
    2013-10-12 19:00; 11;
    2013-10-12 18:00; 11; 15.2; 16.4;
    2013-10-12 17:00; 12;
    2013-10-12 16:00; 11;
    2013-10-12 15:00; 11; 15.4; 16.4;
    2013-10-12 14:00; 11;
    2013-10-12 13:00; 10;
    2013-10-12 12:00; 9; 15.5; 16.4;
    2013-10-12 11:00; 8;
    2013-10-12 10:00; 8;
    2013-10-12 09:00; 7; 15.7; 16.5;
    2013-10-12 08:00; 7;
    2013-10-12 07:00; 7;
    2013-10-12 06:00; 7; 15.9; 16.5;
    2013-10-12 05:00; 6;
    2013-10-12 04:00; 6;
    2013-10-12 03:00; 6; 16.0; 16.6;
    2013-10-12 02:00; 7;
    2013-10-12 01:00; 8;
    2013-10-12 00:00; 8; 16.1; 16.7;
    2013-10-11 23:00; 8;
    2013-10-11 22:00; 8;
    2013-10-11 21:00; 8; 16.2; 16.7;
    2013-10-11 20:00; 8;
    2013-10-11 19:00; 9;
    2013-10-11 18:00; 10; 16.4; 16.7;
    2013-10-11 17:00; 10;
    2013-10-11 16:00; 10;
    2013-10-11 15:00; 10; 16.5; 16.8;
    2013-10-11 14:00; 10;
    2013-10-11 13:00; 10;
    2013-10-11 12:00; 9; 16.7; 16.9;
    2013-10-11 11:00; 8;
    2013-10-11 10:00; 8;
    2013-10-11 09:00; 8; 16.9; 16.9;
    2013-10-11 08:00; 8;
    2013-10-11 07:00; 8;
    2013-10-11 06:00; 8; 17.1; 16.9;
    2013-10-11 05:00; 8;
    2013-10-11 04:00; 9;
    2013-10-11 03:00; 9; 17.3; 16.9;
    2013-10-11 02:00; 9;
    2013-10-11 01:00; 9;
    2013-10-11 00:00; 9; 17.4; 17.1;
    2013-10-10 23:00; 9;
    2013-10-10 22:00; 9;
    2013-10-10 21:00; 10; 17.5; 17.1;
    2013-10-10 20:00; 10;
    2013-10-10 19:00; 11;
    2013-10-10 18:00; 12; 17.7; 17.2;
    2013-10-10 17:00; 11;
    2013-10-10 16:00; 11;
    2013-10-10 15:00; 10; 17.9; 17.2;
    2013-10-10 14:00; 10;
    2013-10-10 13:00; 10;
    2013-10-10 12:00; 11; 18.1; 17.2;
    2013-10-10 11:00; 9;
    2013-10-10 10:00; 8;
    2013-10-10 09:00; 7; 18.2; 17.3;
    2013-10-10 08:00; 7;
    2013-10-10 07:00; 6;
    2013-10-10 06:00; 8; 18.4; 17.4;
    2013-10-10 05:00; 9;
    2013-10-10 04:00; 11;
    2013-10-10 03:00; 12; 18.4; 17.5;
    2013-10-10 02:00; 13;
    2013-10-10 01:00; 13;
    2013-10-10 00:00; 14; 18.5; 17.5;


    NB :
    - Ne pas déduire que si la température interne n'y est pas encore descendue dans le Bureau, sauf erreur de ma part, au dessous de 14.5°C, ce serait parce que le chauffage est intervenu, ce n'est pas le cas
    ni que la température se maintiendrait indéfiniment à14°C.
    - Le réglage actuel vise 9°C dans le bureau sous l'unique pilotage d'un régulateur climatique à sonde extérieure
    Il n'y a simplement aucun apport au dessus de 7 8 ou 9° température extérieure !
    Cordialement.

  8. #6
    Vince44

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Salut,

    Perso je dirais que ton père t'as donné la bonne pratique pour la mauvaise raison.

    Non, sauf cas particulier de moyen de chauffage et pour une plage d'absence définie, il n'y a pas de perte énergétique à faire descendre puis remonter la température d'un logement. Se méfier des absences courtes et des PAC ou chaudières à condensation tout de même.... Il peut y avoir une perte de confort effectivement mais on peut aussi programmer la remontée pour avant le retour par exemple avec une régul pas hors de prix...

    Par contre, laisser descendre une maison à moins de 12°C pour une absence de quelques jour c'est très possiblement une bêtise. ça fait tout de même des grosses variations climatiques pour les matériaux, certains tuyaux pourraient ne plus être hors gel, .... et globalement y'a deux cas: les conditions extérieures sont correctes (4 à 12°C par exemple) et y'aura pas grand chose à gagner, les conditions extérieures sont froides (-10 à 4°C par exemple) et là les risques de gels et autres désordres thermiques sont réels et la galère à la remontée en température très probable.... après, pour certaines maisons/condition le seuil à respecter est à 8° pour d'autres à 14°C... à voir. Mais dans le principe il est rarement rentable ET sans risque de laisser descendre trop bas une maison sans procéder à des mises en hivernage comme on le ferait d'une maison d'été (vidange circuits d'eau notamment)

    A+

    Vincent

  9. Publicité
  10. #7
    Did67

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Citation Envoyé par behache Voir le message

    - L'énergie apparemment économisée pendant un abaissement sera exactement compensée par un apport équivalence pendant le réchauffage.
    On est presque toujours d'accord, mais là, tu as "buggé", je pense. Ou tu t'es mal exprimé.

    Tu as confondu "stock" et "flux"...

    - lors de la phase d'abaissement, la pièce va perdre une partie de son stock de calories (liée à l'inertie de la pièce)
    - ce stock, en effet, il faudra le "re-remplir" lors de la relance
    - à ce niveau, l'opération est "blanche" : le stock aura chauffé à la place de la chaudière...

    Mais la pièce perdra des calories en flux continu.

    Ce flux est proportionnel à l'écart temp int - temp ext.

    Donc la pièce perdra moins lorsqu'on ne chauffe pas. Cette économie est "acquise".

    Reprenons donc calmement :

    1) on part le jour j et on laisse le chauffage ; on revient disons j+5

    - le "stock" ne bouge pas
    - le chuaffage ne s'arrête pas
    - les pertes seront de x kwh par jour [par ex : temp externe 5 en moyenne ; interne 20]
    - la chauidère consommera 5 X (5 jours)

    2) on part le jour j et on met le chauffage hors gel ; on revient disons j+5

    - le chauffage s'arrête immédiatement
    - le "stock" de calories va se dilapider
    - la température intérieure va s'abaisser : jour j :17 ° en moyenne ; j+1 : 12 ° en moyenne ; j+ 2 : 9 ° ; et cela va tendre vers les 5°...
    - les pertes de la pièce seront : X (12/15) le jour j ; X (7/15) le jour j + 1, etc... Elless eront décroissantes
    - on revient le jour j+5 : il fait froid (un peu plus de 5°) ; on lance le chauffage qui va trubiner à fond pour "remplir" le stock correspondant à l'inertie de la pièce, qui aura servi à compenser les pertes (mais n'aura pas suffi).
    - la chauidère consommera moins : ce sera au maxi la somme des pertes !

    Le seul inonvénient, ce sera donc le froid à l'arrivée et le temps que cela mettra à remonter (cela peut être 24 h dans une maison inertielle !).

    La solution : les régulations modernes qui permettent de programmer des "vacances", voire, de pus en plus, qui se pilotent par internet ou GSM... Donc on programme la remise en route 24 h avant le retour (ou on commande la remise en route 24 h avant, à distance).

    Et dans ce cas, on aura fait des économies à coup sûr et on aura chaud à l'arrivée..
    Dernière modification par Did67 ; 23/10/2013 à 10h40.

  11. #8
    Did67

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Citation Envoyé par Vince44 Voir le message

    Se méfier des absences courtes et des PAC ou chaudières à condensation tout de même.... Il peut y avoir une perte de confort effectivement mais on peut aussi programmer la remontée pour avant le retour par exemple avec une régul pas hors de prix...
    Et se méfier de la "sensation de froid", qui pousse à "remonter" le thermostat... Là, on peut perdre ce qu'on a gagné (surtout si on oublie de remettre sur la température de consigne "normale").

    La "sensation de froid" est une combinaison entre la température des surfaces (murs) et la température de l'air... Donc il se peut que la chauidère régule parce que les 20° sont atteints, mais que les murs sont encore à 17°. ON aura une "sensation" de 18/19°, ce qui incitera à jouer du "thermostat".

    Je pense qu'il faut bien repèrer le "rythme" de la maison, liée à son inertie : combien d'heures faut-il pour passer par ex de 15° à 20° ???

    A partir de là, on peut estimer combien il faut anticiper la relance. Et rajouter 12 h pour aussi bine réchuaffer les murs, mais sans toucher au thermostat !

  12. #9
    behache

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Citation Envoyé par Did67 Voir le message
    .... là, tu as "buggé", je pense. Ou tu t'es mal exprimé.
    J'explique différemment
    Outre la puissance à peu près constante à apporter dans l'habitation pour compenser les perte thermiques,
    l'énergie supplémentaire exprimée en kWh à apporter pour remonter la température le matin est exactement équivalente à celle qui semble avoir été économisée durant l'abaissement.
    Cordialement.

  13. #10
    bougeardg

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Citation Envoyé par behache Voir le message
    J'explique différemment
    Outre la puissance à peu près constante à apporter dans l'habitation pour compenser les perte thermiques,
    l'énergie supplémentaire exprimée en kWh à apporter pour remonter la température le matin est exactement équivalente à celle qui semble avoir été économisée durant l'abaissement.
    Bonsoir,
    je pense que le problème ne vient pas de l'énergie dépensée pendant le réchauffage ou économisé pendant la descente en température.
    L'économie vient de la phase stationnaire.
    Si la période d'absence est de 10 jours, et qu'il y a 1 jours pour descendre en température et 1 jour pour remonter.
    il y a donc 8 jours d'absence à basse température pendant lesquels la puissance nécessaire pour compenser les pertes thermiques est plus basse. j'avais retenu que la puissance d'échange de chaleur à une interface était proportionnelle à la différence de température (vieux souvenirs de spéciale), on peut donc faire le calcul à mon avis très grossier : à 0°C dehors, en baissant de 20°C à 15°C la température intérieure, on fait 25% d'économie soit 2 jours de chauffage. Si on a 200 jours de chauffage par an, ça fait 1%.

    Guy b.
    Dernière modification par bougeardg ; 24/10/2013 à 19h58.

  14. #11
    cornychon

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Bonjour,

    Une autre manière d’expliquer le phénomène :

    Une maison est une masse thermique au même titre qu’une sphère en acier de 50 cm de diamètre.

    On est obligé de considérer que l’environnement de la boule est à 20°C dans un air stable.

    Pour la faire passer de 20°C à 30°C il faut dissiper au centre une énergie de « N » kWh.

    Lorsqu’on coupe l’apport d’énergie, la boule va retrouver ses 20°C après avoir dissipé les
    « N » kWh emmagasinés.

    Dans tous les cas, si on diminue le ΔT boule air, à l'équilibre thermique, on diminu la quantité d’énergie consommée.
    Faire compliqué c'est simple, faire simple c'est très compliqué.

  15. #12
    Did67

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Citation Envoyé par behache Voir le message
    Outre la puissance à peu près constante à apporter.
    Ben justement non : elle n'est pas constante !

    Si on ne raisonne que par rapport à un e température moyenne, en 1èer approximation:

    a) une maison qu'on va maintenir dison en mode "abaissé" car on est tout de même soucieux, donc à 17 ° ; prenons une semaine de vacances de Noël ; température extérieure moyenne 0° ; elle va perdre et donc consommer, pour se maintenir, Q x (17 - 0) X 7 donc 17 X 7 x Q

    b) la même maison qu'on va laisser filer "hors gel", donc vers les 7 ° ; une semaine toujours ; le premire jour, elle va baisser, donc perdre pas mal : Q x 1 jour x 17 ; mais le deuxième jour, elle sera par ex à 14 ° ; donc elle va perdre Q x 1 jour x 14 ; le troisième, elle va être à 8, donc Q x 1 j x 8, le 4ème et 5ème, 6ème jour, elle sera à 7 °, la chauidère commence à travailler un peu : Q x 7 x 3 jours ; et le 7ème jour, on relance, la maison va perdre Q x 1 jour X 14 (la moyenne entre 8° le matin et 20 ° le soir)....

    Dans l'un comme dan sl'autre cas, la chauidère n'aura rine fait d'autre que de compenser la somme des pertes de la maison. Vous pouvea additionner, remplacer Q par un chiffre, et vous verres que c'est imparable.

    L'erreur d epercpetionb vient du fait que le 7ème jour, on voit la chaudière à fond toute la journée car il faut refaire le stock + compenser les pertes.
    La croyance populaire qui n'est pas toujours sagesse en déduit donc, à tort, que cela n'aura servi à rien. On oublie que pedant 2 joirs, la chauidère était à 'arrêt complet et que pendant 3 autres jours, elle n'aura "travaillé" que le tiers de ce qu'elle aurait fait si on avait maintenu la température.

    Pour ceux qui sont fâchés avec les "formules", une façon imagée :

    a) on compare la maison à un tube de 20 cm de haut, percé d'un pêtit trou tous les cm.

    b) la température peut être comparée à la hauteur d'eau. Donc quand il fait 20°, c'est comme si l'eau est en haut, à 20 cm. 18°, c'est 18 cm.

    c) on comprend donc que quand on baisse la temp, on baisse le niveau. Le tube fuit moins...

    [il faut imaginer que le débit dans chauqe trou est le même, ce qui, ne hydraulique, n'est pas vrai]

    d) Le chuaffage, c'est "pomper de l'eau dans le tube pour maintenir le niveau". Ni plus, ni moins.

    e) On comprend aisément que plus on monte le niveau d'eau, plus il faudra pomper ! ET au contraire, plus on baisse, en moins on pompera.

    C'est exactement ce qui se passe si on abaisse la température : le chauffage marche moins.

    f) Chacun comprendra que quand on part, il vaut mieux laisser baisser le niveau, quitte à piomper vite et beaucoup avant le retour, pour que le niveau soit près de 20 cm !

    Personne ne laisserait tourner la pompe en son absence. C'est le bon sens.

    Encore une fois, la seule "diifciulté", c'est de connaître l'inertie de sa maison (le volume d'eau contnu dans le tube : on comprend qu'on peut avoir une maison avec beaucoup d'inertie et une faible consommation = un très gros fut mais des petits trous) et la puissance de sa chaudière (une petite ou une grosse pompe) ! Plus on aura d'inertie et mieux la maison sera isolée (petits trous), et plsu il ya des chances que la chaudière soit peu puissante. Donc elle mettra quelques jours à remonter le niveau !

    Et là, en effet, dans ces circonstances, il peut ne pas être "éfficace" (mais rentable !) de couper, si l'absence n'est pas longue : on risque d'avoir froid au retour !

  16. Publicité
  17. #13
    cchristof

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Bonsoir,
    Pas mal cette analogie avec le niveau, la fuite et la pompe !
    Je pense que la réduction de température peut être carrément contreproductive, même si ça semble aller "à l'encontre des lois de la physique"...

    Avec l'analogie de Did :

    Si la maison est une passoire (cas fréquent) : tube de petit ou fort volume (inertie, stock) mais on s'en fout car grosse fuite (déperditions). Alors grosse pompe. Donc, moins ça tourne, mieux c'est, c'est du bonus, et oui le réduit est intéressant. C'est l'ancienne façon de voir, celle qui prévalait avec des maisons qui ne sont que des casseroles avec des trous qu'il faut en permanence remplir... (le chauffage ne sert qu'à compenser des défauts !). Et puis vu la grosse pompe ce sera facile de remonter le niveau lorsque ce sera nécessaire. En clair, gros système de chauffage, bonne régulation et hop c'est """"rentable"""" (pourquoi isoler ? ).

    Si la maison est passive (ou presque, encore faudrait-il s'entendre sur ce que signifie passive mais on va dire que c'est le niveau passivhaus, c'est ce qui me paraît le plus honnête parce que ce seuil présente un intérêt du point de vue de sa définition, il n'est pas arbitraire comme "BBC" ou "RT 2012" ou autres, qui ont quand même l'intérêt de fixer un objectif et de limiter les dérives) :
    Tube petit ou gros (selon inertie) et toute petite fuite (déperdition). Et donc toute petite pompe. Qui va ramer car n'est pas faite pour reconstituer un stock, elle est dimensionnée juste pour compenser des toutes petites fuites, c'est le principe. Elle va fonctionner dans de mauvaises conditions, et va mettre des plombes à se recaler. Dans cette maison il y aura inconfort, difficulté de régulation, surconsommation (en plus la température risque de jouer au yoyo avec dépassement de consigne car conflit entre sensation de confort et température mesurée+utilisation d'un système hors de ce pour quoi il a été dimensionné). Il faudra s'y faire, en tout cas pour l'usage résidentiel, mais bon il y en aura toujours pour dire qu'il vaut mieux installer une super pompe que de boucher les trous parce que c'est plus "rentable" !

    Et pour les maisons entre les deux ? Euh, ça dépend...
    Dernière modification par cchristof ; 24/10/2013 à 21h45. Motif: ben oubli

  18. #14
    cchristof

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Une autre idée comme ça (on reste sur une maison bien isolée, mais pas forcément passive)...
    Avec un chauffage du type 16-19, la température superficielle intérieure des parois sera inférieure à celle de l'air à la température de consigne en occupation. Et inversement hors occupation. Et c'est elle qui détermine nos échanges par rayonnement avec la paroi, et donc une partie du confort... La température opérative sera plus faible que celle qui permettrait le confort voulu : la température de consigne, à confort égal, devra donc être augmentée...

  19. #15
    Larzacien

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    bonjour, Avec du chauffage central à eau, il y a le souci du hors gel en période froide qui oblige à laisser la chaudière en fonctionnement, avec thermostat au plus bas, en général ça ne descend pas au dessous de 12° C. Et l'antigel est déconseillé paraît-il.

    En tout cas, si on arrête le chauffage, il ne faut pas remettre le thermostat d'ambiance à 25° lorsqu'on revient. Perso, je fais un palier à 18° et ensuite au bout de demi heure à 20°.

    Ma maison de 1975 avec 5 cm de LV dans les murs, mais mitoyenne sur deux côtés (les voisins me maintiennent les murs chauds), même si j'ai arrêté le chauffage, remonte très vite en température, même si le chauffage a été complètement arrêté.

    Je crois que le secret, c'est qu'il y a un peu d'isolation malgré tout (murs, sol, combles) -même si elle est nettement moindre que ce qui se fait de nos jours- et aussi, j'ai des radiateurs en fonte plutôt surdimensionnés (on ne tirait pas sur les prix à l'époque), à tel point que pour avoir 20° même par grands froids, il suffit que les radiateurs soient tièdes.

    Je consomme quand même 1200 litres de fioul par an pour 120 m2 chauffés -chaudière de 92 qui ne produit pas l'eau chaude mais le chauffage seulement.

    Dans mon cas, si j'arrête le chauffage pendant une semaine d'absence, j'y gagne c'est sûr (reste à faire attention au hors gel en janvier février) Une semaine avec des températures négatives 24/24, même si c'est exceptionnel, ça peut faire claquer un chauffage central.

    Avec une maison non isolée, le risque de gel du chauffage est plus grand, et il sera plus difficile de chauffer, sauf d'avoir un bon chauffage au bois qui, avec sa puissance va aider, mais ce sera plus laborieux.
    Dernière modification par Larzacien ; 25/10/2013 à 02h59.

  20. #16
    kitus

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Bonjour. Dans le cas d'une maison sans inertie je coupe ou réduit (hors gel) le chauffage le jour ou la veille du départ.
    Par contre plus la maison a d'inertie et j'anticipe la réduction du chauffage 1, voir plusieurs jours avant ce départ.
    Au retour même mode opératoire suivant les qualités de la maison.

  21. #17
    Did67

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    1) D'accord pour la maison passive.

    C'est en effet l'exception qui confirme la règle. Il y en a combien en France ?

    [J'évoquais le cas des maisons bien isolées, avec une chaudière de puissance faible, pour lesquelles les gains seront plus faibles (la phase de descente prendra plusieurs jours, de même la remontée). La maison passive en est l'exemple extrême. Donc oui, dans ce cas là, la mise hors gel n'aura guère d'intérêt, sauf inoccupation très longue. Pour le reste, désolé, mais l'adage très couramment répandu pour des maisons ordinaires - quelques millions de maisons entre l'épave thermique et la maison médiocrement islée, voilà al la réalité du parc ! - est, il faut bien le dire, une connerie. Comment une connerie peut être aussi populaire ? Mystère.]

    2) Noter que les régulations modernes ont fait de grs prgrès : les régulations climatiques "lissent" les vagues de température et les "effets de murs froids". Elles intègrent de plus en plus souvent une fonction "vacances" où on peut programmer la remise en route 24 ou 48 h à l'avance. Ou une commande à distance via GSM.

    Les économies commencent par une bonne régulation. Quelques % gagnés tous les jorus feront plus que 80 % gagéns pendant 8 jours ! L'idéal étant évidemment de gagner quelques % tous les jours + 80 % pendant les vacances...!

  22. #18
    cchristof

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Salut Did,
    Je pourrais te rétorquer "combien de gens qui ont les moyens de partir aux sports d'hiver, au soleil ou dans leur résidence secondaire une ou plusieurs semaines pendant la saison de chauffe ?

    Je me permet de citer Béhache :

    Citation Envoyé par behache Voir le message
    Bonjour à TousSi une formule existait, tu ne saurais pas renseigner les innombrables paramètres de base ni fixer facilement des limites (le but à atteindre)
    Ta question est plus théorique que pratique.
    Chacun a sa bonne réponse mais nul ne peut te répondre surement ici (moi compris) tu et nous, nous faisons plaisir !
    ce qui n'est déjà pas si mal
    A mon sens, si un fil de discussion tel que celui-là présente un intérêt, c'est pour réfléchir et essayer de sortir du soi-disant "bon sens" et des habitudes. Je ne trouve aucun intérêt à jouer les madame soleil gratuitement sur les maisons des autres à distance sur des questions comme celle-là auxquelles c'est difficile de répondre autrement que par des lieux communs... Par contre, confronter mon point de vue à d'autres et échanger, c'est ça qui m'intéresse (j'aime bien être contredit et apprendre des trucs quand c'est argumenté autrement que par "moi j'ai fait les grandes écoles" ...).
    Et ton analogie (qui a des limites comme toute analogie) est intéressante, elle aide à comprendre. Du l'appliquer à des cas limites aide à comprendre que... Ce qui se trouve entre les deux est complexe n'a pas de réponse toute faite.

  23. Publicité
  24. #19
    wizz

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Citation Envoyé par cchristof Voir le message
    Salut Did,
    Je pourrais te rétorquer "combien de gens qui ont les moyens de partir aux sports d'hiver, au soleil ou dans leur résidence secondaire une ou plusieurs semaines pendant la saison de chauffe ?
    vu les méga embouteillages vers Chamberry, Grenoble, la vallée de Chamonix, la vallée Tarentaise, la vallée Maurienne, alors je dirai...beaucoup de gens

  25. #20
    bougeardg

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Bonjour,
    En fait, il devraient y aller en train, c'est plus d'économie de C02 que de réguler son chauffage sur une semaine.
    pardon pour le HS
    je sors.
    Guy B.

  26. #21
    cchristof

    Re : chauffer quand on quitte son logement, bonne idée ?

    Citation Envoyé par wizz Voir le message
    vu les méga embouteillages vers Chamberry, Grenoble, la vallée de Chamonix, la vallée Tarentaise, la vallée Maurienne, alors je dirai...beaucoup de gens
    M'en fout, peuvent se les garder leur tartiflette périmée et leurs embouteillages de 4*4 tous neufs, je vais skier à Dubaï, je serai plus près pour la coupe du monde de foot.

Discussions similaires

  1. Bonne idée ?
    Par chri54 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 25/04/2013, 20h33
  2. y a-t-il danger quand on quitte boîte mail sans déconnecter ?
    Par Cornemuse dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 7
    Dernier message: 19/01/2008, 03h42
  3. est-ce que s'est une bonne idée???
    Par José9 dans le forum Matériel astronomique et photos d'amateurs
    Réponses: 27
    Dernier message: 02/06/2007, 18h28
  4. Quand Bill Gates quitte Microsoft
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 10
    Dernier message: 24/06/2006, 11h16
  5. Idée de TPE : bonne ou pas ?
    Par rob29 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 3
    Dernier message: 15/10/2005, 13h40
Découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...