ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?
Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 28 sur 28

ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?



  1. #1
    Lapinos63

    ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?


    ------

    Bonjour et grand merci pour votre intérêt sur ce sujet,

    En 2019, notre maison des années 70 a reçu une ITE en polystyrène sous enduit.
    En même temps, le toit en bac acier a été refait avec isolation des combles (35 cm de laine de verre en flocons). Ce sont des combles perdus, ventilés, et inaccessibles.

    La pose calée-chevillée de l'ITE a créé une lame d'air d'environ 20 mm entre les murs et l'isolant.
    Cette lame d'air est bien fermée en partie basse avec un joint de mastic au niveau du rail de départ.
    Mais le gros problème c'est que cette lame d'air est ouverte sur sa partie supérieure et communique librement avec le volume ventilé sous toiture.

    Je l'ai constaté en voyant les artisans poser le dernier rang de panneaux isolants avec uniquement 5 ou 6 plots de mortier-colle par panneau.
    Avec le recul, je pense qu'ils auraient dû fermer cette lame d'air avec un cordon horizontal de mortier-colle ou un collage en plein.

    Cette lame d'air "parasite" s'est confirmée ce début d'hiver en mettant la maison en dépression (obstruction des grilles d'entrée d'air + mise en marche VMC grande vitesse et hotte de cuisine). De l'air très froid pénètrait généreusement par les défauts d'étanchéité situés sur des zones recouvertes extérieurement par l'ITE.
    Bien sûr, j'ai calfeutré par l'intérieur les défauts d'étanchéité accessibles au fil de leur découverte.


    Aujourd'hui, 2 questions :

    - quel est l'impact de ce défaut sur la performance thermique ?
    Fabien, un ami bien calé en thermique, a évalué d'après nos factures EDF (logement tout électrique) notre consommation énergétique (chauffage + eau chaude sanitaire + ventilation + éclairage) à 60 kWh/m²/an, soit un score situé entre RT2005 et RT2012.
    La maison a pour atouts une forme très compacte (cube de 40 m² de surface au sol ; deux niveaux chauffés et isolés élevés sur un sous-sol non chauffé non isolé) et 70 % des surfaces vitrées sont exposées Sud-Sud-Ouest sans masque (apports solaires gratuits ).
    Les murs sont en parpaings pleins composés de graviers de pouzzolane liés au mortier de ciment : est-ce bien en terme d'inertie ou d'isolation ?

    - comment y remédier ? Fabien conseille d'injecter de la mousse de polyuréthane en suivant une ligne horizontale en partie haute de l'ITE via des trous de 10 mm tous les 20 cm dans l'isolant. Puis rebouchage au mastic.
    Bonne idée ou pas ?
    La difficulté : c'est à 10 m de hauteur donc échafaudage oblige (€€€€€ !!!) ou à l'échelle (dangereux ???).
    La mousse PU n'est pas étanche à l'air, parait-il ?
    Doit-on craindre une expansion excessive qui déformerait ou fragiliserait l'ITE ?

    Pour dédramatiser, Fabien ironise :
    "C'est pas une ITE, c'est un bardage décoratif super-épais !"...
    "Pour le même résultat, ça t'aurait coûté moins cher s'ils avaient posé l'isolant sur tes murets de clôture !!!"...

    Enfin pour illustrer, en pièce-jointe un schéma en coupe (façades et pignons).Nom : IMG_8486bis.jpg
Affichages : 3336
Taille : 70,9 Ko

    -----

  2. #2
    SK69202

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Rechercher les messages de Gilles25400 ou ou lire à partir de ce message.
    https://forums.futura-sciences.com/h...ml#post6483707
    Dans les villages gaulois, ils ne sont jamais tous d'accord. Jules César

  3. #3
    fix_k

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    avec une lame d'air ouverte, effectivement, votre ITE perd toute son utilité.

    il faut au minimum "fermer" cette lame d'air (pour l'immobiliser), ou mieux la remplir (insuffler de l'isolant en vrac : https://forums.futura-sciences.com/h...lle-isole.html)

    mais il y a aussi un autre souci : vous avez un très beau pont thermique avec le haut du mur qui n'est pas isolé ?

  4. #4
    brico6767

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    Je mettrais un point de mousse tous les 10 cm . 1/ pour être sûr que le cordon soit bien continu 2 / pour ne pas être obligé d'injecter trop de mousse sur un point . Eventuellement faire un essai en collant un panneau sur un ancien mur.

    La mousse est étanche à la circulation d'air.

    Il faut toujours poser les plaques avec un encollage périphérique ET plots ( ou encollage en plein ) , jamais par plots seuls. Ceci permet d'éviter toute circulation d'air , même si une ou plusieurs plaques seraient perforées
    J'essayerait d'expliquer , en douceur , à l'entreprise que leur travail n'est pas top. Peut être qu'ils seraient prêt à poser un échafaudage ....

    Cordialement

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    Paillafond

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour
    Injecter de la mousse, j'y crois pas trop, car elle risque de pousser sur la plaque.
    Je m'orienterais plutôt vers la bille graphite qui pourra s'insinuer dans l'espace de 20 mm.
    Il y a un fil de discussion qui en parle actuellement.
    https://forums.futura-sciences.com/h...ml#post3886064
    Dernière modification par Paillafond ; 02/02/2022 à 09h32.
    PaillàDonF

  7. #6
    Mickele91

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Lapinos63
    En 2019, notre maison des années 70 a reçu une ITE en polystyrène sous enduit.
    Travail fait en 2019...Tu es donc, encore, en plein dans la garantie décennale ?...

    Citation Envoyé par brico6767
    J'essayerait d'expliquer , en douceur , à l'entreprise que leur travail n'est pas top. Peut être qu'ils seraient prêt à poser un échafaudage ....
    Oui...moi aussi, dans un premier temps, j'essaierais de négocier quelque chose dans ce style, surtout si la décennale est toujours "courante"...

    Citation Envoyé par Lapinos63
    Avec le recul, je pense qu'ils auraient dû fermer cette lame d'air avec un cordon horizontal de mortier-colle ou un collage en plein.
    C'est ça......

    Cordialement

  8. #7
    Mickele91

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Re,

    Citation Envoyé par Lapinos63
    - quel est l'impact de ce défaut sur la performance thermique ?
    Ca, normalement, ton ami qui est calé en thermique devrait pouvoir au moins, t'en donner une idée...en faisant un calcul comparatif, isolation défaillante, isolation non défaillante.

    Après pour aller plus loin, il faudrait faire un "scan" à la caméra thermique et passer le résultat dans un logiciel d'analyse...Mais bon, je ne suis pas persuadé que "le jeu en vaille la chandelle".

    Tu sais qu'il y a une défaillance, commence par corriger la défaillance.

    Citation Envoyé par Lapinos63
    Les murs sont en parpaings pleins composés de graviers de pouzzolane liés au mortier de ciment : est-ce bien en terme d'inertie ou d'isolation ?
    Ca c'est comme ta première question, si ton ami qui est calé en thermique, possède un logiciel de simulation dynamique, il devrait pouvoir, à minima, "t'éclairer" avec des "chiffres".

    Cordialement

  9. #8
    lucienpel

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour

    bien d'accord dans un premier temps j'essaierai de voir ce que l'entreprise qui a réalisée l'ITE propose,
    car visiblement ii s'agit d'une malfaçon .

    Cdt

  10. #9
    Lazyjoe

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Dans le cahier 3035_v3 du cstb

    https://www.google.com/url?sa=t&rct=...yiFCO3lY_7wAC2

    A la fin du paragraphe 4.2.4.1 :

    En cas de collage par plots et si la réglementation
    incendie n’impose pas la mise en œuvre de bandes
    filantes horizontales en laine de roche, un collage des
    panneaux isolants en plein ou par boudins doit être réalisé
    tous les deux niveaux (à partir du rez-de-chaussée) et
    sur la dernière rangée. Cette disposition a pour objectif
    de limiter les lames d’air parasites qui dégradent les
    performances thermiques

    C'est donc clairement une malfaçon dans la pose.

  11. #10
    Ulyssesourd

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour

    Moi aussi j'ai une ITE par collage par plots et chevilles. J'ai constaté des espacements de 5 à 10mm. J'avais peur que les économies d'énergie seront compromises.
    La dernière rangée de plaques est collée-calée à la planche sous rive - mon toit est à 3 pans et ma maison est mitoyenne 1 coté.

    Avec le recul, j'ai calculé les économies d'énergies d'avant et après : j'ai un facteur de 6. (Avant 320kWh.m².an , après +/- 53kWh.m².an chauffage seul)

    L'ITE est faite entre 2013 et 2014, je fais le tour de ma maison pour regarder s'il n'y a pas de dilation avec le temps : RAS

    Les combles perdues sont isolées avec de la ouate de cellulose de 40cm + 13 PSE expansé existants -> R > 10.

    Zéro isolation à l'intérieur sauf sur une partie d'un mur non isolé par l'ITE car limite de propriété : 15cm de LDR.

    A+
    L'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas.

  12. #11
    froglock

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Salut,

    Idem ici, collage par plots et chevilles - pas de boudin de collage périphérique, par contre de la mousse PU aux endroits ou les profilés alu ne plaquaient pas bien et l'enduit par dessus. La lame d'air n'est donc pas ventilée dans mon cas.

    Pour le gain, c'est difficile à dire car on a eu un rythme de vie différent, par contre on a gagné 2°C environ et nous n'avons plus de condensation sur les murs donnant sur l'extérieur de plus moisissures (les murs tombaient à 12°C avec 0° extérieur)

    Fred

  13. #12
    Lapinos63

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour et mille merci pour vos propositions et témoignages, pour moi très utiles.

    Avant d'y répondre, en préambule je préciserais qu'avec la crise actuelle, le revenu de notre foyer a été divisé par 2.
    Si auparavant pour un tel problème, j'aurais priorisé l'efficacité du résultat quel que soit le coût économique, aujourd'hui mon raisonnement est beaucoup plus RATIONNEL.

    Pour info, nous sommes dans la plaine clermontoise : climat continental, hivers assez bien ensoleillés, moins froids ces dernières années.
    Maison sur 3 niveaux de 40 m² : 2 niveaux isolés et chauffés sur un rez-de-chaussée non isolé et non chauffé.
    Aujourd'hui à 10h, la T° ext est de 2°C, la T° de surface de nos murs donnant sur l'extérieur se trouve entre 18 et 20°C pour un air à 21°C (séjour exposé Sud) et entre 15 et 17°C pour un air à 18°C (hall et WC exposés Nord). Avant les travaux d'isolation, nous avions un peu de condensation dans les angles de murs Nord mais depuis c'est fini.

    - les billes graphite :
    Cela parait performant et j'ai un fournisseur à 10 km.
    Mais la mise en oeuvre me semble complexe vu la surface à couvrir (180 m² ; échafaudage indispensable).
    Pour assurer un remplissage complet de la lame d'air sans tassement dans le temps, il faudrait forer une multitude de trous de remplissage. Et après leur rebouchage, une reprise complète des façades. Beaucoup trop cher.

    - la mousse expansive :
    L'idée de rapprocher les points d'injection à 10 cm et de faire un essai sur une surface-test pour vérifier que ça forme bien un cordon continu sans déformer l'isolant :
    bien vu !!!
    Il y a 28 m linéaires soit 280 trous : percer, injecter la mousse, découper le reflux, recouvrir de mastic PU puis retouche de peinture. Je pense que 2 jours-homme suffiraient.
    Reste à trouver un volontaire pour faire ça sur échelle car le coût d'un échafaudage me semble rédhibitoire. La zone de travail est à 10 m de haut. Moi j'ai le vertige à partir de 3 m .

    - obtenir une correction par l'entreprise :
    Amiablement, j'en doute. Pour eux le dossier est définitivement clôturé, leur agenda est complet à 1 an. Et ils ne vont pas revenir poser gratos un échafaudage qui m'avait été facturé initialement 900 €...
    Quant à la voie de la malfaçon :
    Connaissant l'aléas juridique : ma tête ne plait pas au juge, l'expert désigné est bon copain avec l'artisan... Et j'en sors perdant après 3 ans de procédure stressante, 7000 € de frais d'avocat, d'expertise et de dommages-intérêts à ma charge... (c'est arrivé à mon voisin, pourtant son procès semblait gagné d'avance)

    Je viens de passer un coup de fil à l'un des 2 ouvriers qui ont posé l'ITE.
    Très sympa, il m'a confirmé qu'il a bien mis un boudin de mortier-colle sur le dernier rang de panneaux isolants, mais sans pouvoir garantir que ce cordon est bien continu ni étanche, ni que son collègue moins expérimenté l'avait fait systématiquement sur tous les panneaux du dernier rang (c'est ce que j'avais constaté). Cela ne m'avance pas vraiment.
    Toujours est-il que mes tests de mise en dépression confirment cette lame d'air parasite.
    Et il est sûr que son patron n'acceptera aucune réclamation pour un chantier achevé depuis 2019.


    D'après nos factures, notre conso annuelle de chauffage était évaluée à 4500 kWh avant isolation toiture et ITE.
    Depuis, elle est estimée à 3200 kWh soit 500 €/an (au prix actuel de 15,6 cts/kWh) soit une amélioration de presque 30 %. Je pense que l'isolation toiture y a contribué bien plus que l'ITE.
    Si corriger ce problème de lame d'air parasite nous fait économiser encore 20 % supplémentaires soit 100 € de chauffage/an (au prix actuel qui va sûrement augmenter), nous serons prêts à payer une intervention "mousse expansive" à 1000 € maximum. Si l'économie est moindre ou si l'intervention est plus coûteuse, cela nous ne semble pas pertinent.


    Donc, nos questionnements :

    - Avec aujourd'hui 500 € de chauffage/an pour 80 m² habitables, peut-on espérer encore obtenir 20 % d'économie de chauffage en fermant cette lame d'air ?
    (maison de 1970 ; ponts thermiques notamment à la crête des murs périphériques et au niveau du rail de départ de l'ITE, doubles vitrages datant de 2005 avec un Uw de 2,3 ; dalle du 1er étage non isolée mais participant à "tempérer" le rez-de-chaussée non chauffé et composé de pièces peu occupées - buanderie, atelier, rangements)

    - Comment trouver un pro qui prendrait ce petit chantier "mousse expansive" pour 1000 € maxi ?
    Quel corps de métier ?
    (ça doit pas être courant comme intervention ; est-ce que l'engagement de sa responsabilité sur le devenir de l'ITE pourrait le rebuter ?)

  14. #13
    Mickele91

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Lapinos63
    Cette lame d'air "parasite" s'est confirmée ce début d'hiver en mettant la maison en dépression (obstruction des grilles d'entrée d'air + mise en marche VMC grande vitesse et hotte de cuisine). De l'air très froid pénètrait généreusement par les défauts d'étanchéité situés sur des zones recouvertes extérieurement par l'ITE.
    Est-ce que tu peux nous dire en quoi à consisté le test, comment tu as "visualisé" les défauts d'étanchéité et de quelle manière tu les as corrigé ?...

    Merci

    Cordialement

  15. #14
    Ulyssesourd

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    - Avec aujourd'hui 500 € de chauffage/an pour 80 m² habitables, peut-on espérer encore obtenir 20 % d'économie de chauffage en fermant cette lame d'air ?
    (maison de 1970 ; ponts thermiques notamment à la crête des murs périphériques et au niveau du rail de départ de l'ITE, doubles vitrages datant de 2005 avec un Uw de 2,3 ; dalle du 1er étage non isolée mais participant à "tempérer" le rez-de-chaussée non chauffé et composé de pièces peu occupées - buanderie, atelier, rangements)
    1- Comment as tu fait le test d'air parasite ?
    2- Les fuites d'air qui refroidissent le plus ta maison sont les fuites d'air autour des ouvrants, prises, interrupteurs, autour des tuyaux de plomberie, jonction dalle mur et plafond mur, etc...
    3- Le gain de 20% que tu préconises est illusoire, car le mur extérieur est isolé et l'air parasite est beaucoup moins froid que l'air extérieur.
    4- les ponts thermiques des bas de portes, baies, dalle cave est bien traités? le départ de l'ITE est bien démarrée au moins 20cm mini au dessous du niveau du plafond de la cave ?
    5- Isolation des dalles qui séparent les étages : pas obligatoire Sauf la dalle cave - RDC
    6- comment a calculé ton copain les pertes occasionnés par cette lame d'air ?

    A+
    L'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas.

  16. #15
    Lapinos63

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Merci pour vos réactions,


    Voici les détails demandés :

    Afin d'optimiser le fonctionnement de ma VMC SF, j'ai eu l'idée en décembre dernier quand il faisait bien froid, de traquer les défauts d'étanchéité à l'air à l'intérieur de la maison.

    Donc, j'ai bouché les grilles d'entrée d'air des pièces sèches, puis j'ai mis en marche la hotte de cuisine et la VMC en grande vitesse
    De là, j'ai recherché les entrées d'air parasites, main mouillée pour détecter cet air entrant qui était très froid.

    Voici les plus flagrantes que j'ai repérées :
    - autour du dormant intérieur de la porte d'entrée. Je précise que l'enduit de l'ITE est parfaitement jointif avec les dormants extérieurs de toutes les huisseries de la maison ;
    - via la gaine de l'ancienne sonnette ; cette gaine débouche sur l'ancien bouton de sonnette qui a été définitivement condamné et recouvert par l'ITE ;
    - autour du point de pénétration de la gaine de l'éclairage du porche extérieur : cette gaine est noyée dans l'ITE et au niveau de son extrémité qui est coupée au raz de l'enduit de l'ITE, le calfeutrement autour de la gaine est parfaitement soigné (mastic silicone).

    Etant donné :
    - que ces entrées d'air parasites communiquent toutes avec la lame d'air située entre la maçonnerie et l'ITE,
    - que l'air entrant par ces fuites était vraiment très très froid (5°C mesuré au thermomètre) et pénètrait en grande quantité,
    j'en déduis que de l'air à quasi température extérieure circule dans cette lame d'air, amenuisant les performances de l'ITE. Les pertes occasionnées par cette lame d'air resteraient à évaluer.

    J'ai corrigé ces défauts d'étanchéité par l'intérieur avec du mastic.

    (bien sûr, j'ai repéré aussi d'autres entrées d'air parasites ne communiquant pas avec l'ITE mais qui restent à corriger : joints des vantaux de fenêtres, porte de l'escalier menant au rez-de-chaussée non chauffé...).


    Concernant la dalle séparant la partie chauffée du rez-de-chaussée non chauffé, cette dalle n'est pas isolée. Tout simplement car le plafond est trop bas : 1m98.
    De plus, les déperditions à travers la dalle contribuent probablement à tempérer ces pièces de service où l'on passe un peu de temps chaque jour (buanderie, atelier, rangements). Il y fait entre 10 et 15°C en hiver.


    Quant au départ bas de l'ITE, il se situe au niveau du plafond du rez-de-chaussée.
    Pour supprimer ce pont thermique de nez-de dalle, j'avais prévu d'isoler le rez-de-chaussée par l'extérieur. Je comptais poser moi-même des panneaux de laine de roche entre chevrons puis bardage bois peint. Facile, pas besoin d'échafaudage.
    Mais je pense finalement que ce n'est pas rentable : 2000 € de matériaux + 7 jours de boulot pour peut-être économiser 40 € de chauffage/an ???
    Ou bien existe-t-il un système isolant moins coûteux ???

  17. #16
    Mickele91

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    Citation Envoyé par Lapinos63
    Etant donné :
    - que ces entrées d'air parasites communiquent toutes avec la lame d'air située entre la maçonnerie et l'ITE,
    - que l'air entrant par ces fuites était vraiment très très froid (5°C mesuré au thermomètre) et pénètrait en grande quantité,
    j'en déduis que de l'air à quasi température extérieure circule dans cette lame d'air, amenuisant les performances de l'ITE. Les pertes occasionnées par cette lame d'air resteraient à évaluer.
    D'accord, je vois...

    Perso, je louerais ou me ferais prêter (Certaines collectivités le font...) une caméra thermique et je referais le test que tu as fait, en balayant l'ensemble de mes murs.

    Citation Envoyé par Lapinos63
    Ou bien existe-t-il un système isolant moins coûteux ???
    Une ITE telle que celle que tu as déjà en place, mais moins épaisse, te coûterait plus cher ?...

    Cordialement

  18. #17
    Lapinos63

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    J'ai déjà fait un passage rapide de caméra thermique en janvier, prêtée par mon copain Fabien. Hélas ce jour il ne faisait pas très froid (autour des 6°C).
    Et je n'ai même pas eu l'idée de l'utiliser en refaisant mon test de mise en dépression : dommage !
    Pas sûr de pouvoir la réemprunter...

    J'ai surtout cherché à évaluer l'importance des ponts thermiques :
    - au niveau du départ bas de l'ITE : côté extérieur, la thermographie est effrayante avec un gros bavement orangé sous le départ de l'ITE (différence de 5° entre la surface de l'ITE et la surface du mur non isolé juste en dessous) ;
    - à la jonction murs-plafonds du dernier étage côté intérieur : pas de gros écart de T° avec le bas des murs ou les cloisons intérieures (1,5 à 2° maxi).

    Aussi, j'ai essayé de repérer les émanations de la lame d'air parasite au sommet de l'ITE, mais hélas à distance depuis le sol, on ne voit rien. Toute l'ITE et la bordure de toiture apparaissaient bleu foncé sans aucune nuance qui témoignerait d'une circulation ascendante d'air tiède venant de la lame d'air parasite.
    Il faudrait faire des images depuis le toit après avoir déposé les débords de toiture, gouttières, etc. Travail titanesque...

    Ou peut-être même que la circulation de cette lame d'air parasite se fait dans l'autre sens, descendant depuis le sommet de l'ITE vers le bas : par effet de tirage thermique, l'air de cette lame étant aspiré par le volume habitable chauffé via les défauts d'étanchéité ???


    Donc, il faudrait calfeutrer toutes les fuites côté intérieur.
    Mais pour certaines, cela demanderait un gros travail de démontage puis d'importantes reprises de finition :
    - coffrages bois contenant des conduits : là-dedans, les parpaings sont à nu car l'enduit intérieur et le parpaing ont été piochés pour encastrer les conduits
    - derrière les plinthes, par endroit les parpaings sont à nu ; idem derrière les meubles de la cuisine encastrée


    Quant au projet d'ITE du rez-de-chaussée, il me semble qu'il faille un système perspirant ??? D'où l'idée de la laine sous bardage ventilé.
    Car contrairement aux 2 niveaux habitables qui sont en parpaings, les murs du rez-de-chaussée sont en pierre et enduits à la chaux.
    Quel système conviendrait ?

  19. #18
    Mickele91

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Re,

    Citation Envoyé par Lapinos63
    Aussi, j'ai essayé de repérer les émanations de la lame d'air parasite au sommet de l'ITE, mais hélas à distance depuis le sol, on ne voit rien. Toute l'ITE et la bordure de toiture apparaissaient bleu foncé sans aucune nuance qui témoignerait d'une circulation ascendante d'air tiède venant de la lame d'air parasite.
    Si tu dis que cela apparaissait en bleu foncé, c'est donc que tu as fait la mesure depuis l'extérieur ?...

    Ca, ce n'est pas bon. L'épaisseur de ton isolation, te "masque", ce qui se passe derrière, c'est à dire dans ta "lame". C'est même rassurant, ça montre que la surface plane de ton isolation n'est pas "fuyarde".

    Ce qu'il te faut faire, c'est le même test, mais depuis l'intérieur.

    Je t'explique : Il y a deux ans, avec mon beau frère qui est architecte, on a passé le plafond de son séjour cathédrale à la caméra thermique. A mi-hauteur entre sa panne faitière et une de ses autres pannes, derrière sa couche de placo, on a visualisé une "trainée bleu" (Alors que tout le reste de la surface de placo était "Jaune orangée"), signe que le froid, pénétrait entre son placo et son isolation en laine minérale.

    C'était une "galerie", creusé par des loirs......

    Il savait qu'il en avait, parce qu'il les a "entendu", là, il en a eu la confirmation.

    Maintenant, il est aussi possible qu'en statique, si les défaillances ne sont pas "béantes", tu ne visualises rien. Il faut donc faire la mesure en dynamique, c'est à dire mettre la maison en dépression, comme tu l'as fait, de manière à contraindre l'air à circuler et à pénétrer à l'intérieur de la zone habitable.

    Citation Envoyé par Lapinos63
    Quel système conviendrait ?
    J'avais "zappé" le côté pierre de ton rdc.

    Donc oui, sous bardage ventilé, sous enduit ventilé, ou sous une laine de roche recouverte d'un enduit ouvert à la vapeur d'eau...Après pour ce qui est du prix, je n'ai pas d'idée.

    Cordialement

  20. #19
    FabStryke

    Post Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    Mon avis sur la chose :
    - je pense qu'il est illusoire de vouloir remplir cette lame d'air avec de la mousse expansive, vous allez juste faire un gruyère
    - le plus simple et efficace serait de combler ce volume avec de la vermiculite : ça se trouve facilement et c'est parfait pour combler ce genre de volume. J'ai utilisé ce système chez moi pour remplir le volume entre mur et l'ITI (placo-polystyrène). Ma lame faisait au maximum 1 cm d'épaisseur et l'écoulement se faisait nickel du haut jusqu'en bas (hauteur de 2.5m).
    - si vous pouvez accéder à cette lame avec une échelle + sécurisation (harnais + corde), ce sera l'affaire d'un WE et d'une poignée de centaines d'euros.

    Sinon je suis d'accord avec vous, avec un procès vous aurez quelques années d'emmerdes, des milliers d'euros de frais, de la colère & frustration à gogo ...

    Signé : votre artisan réalisateur de votre ITE


    (Nan je déconne ...).

  21. #20
    Gilles25400

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour.

    Pour le même problème, j'avais envisagé de mettre des billes de graphite dans la lame d'air, elle doivent moins coller que des billes de polystyrène ou de la vermiculite.
    Après avoir déposé une partie de l'ITE, je me suis rendu compte que le seul intérêt serait de fermer le dessus de cette lame d'air parasite et laisserait de grosses "poches" vides, surtout autour des fenêtres, ce qui n'est pas bon pour l'efficacité recherchée.
    Autre problème, les billes doivent bouger un peut avec le temps, il faut sûrement en remettre régulièrement (le temps de combler les poches) et en cas de travaux, tout ce qui est au dessus se vide, il faut alors retourner sur le toit et recommencer.
    Pour éviter de passer par le toit, je pensais retirer l'ITE en partie haute sous le rebord de toit sur 4 ou 5 cm ( ou faire des trous), remplir avec des billes et recouvrir avec une bande PVC pour cacher la misère.

    Mon ITE étant récente, je demande à l'entreprise de reprendre les défauts (lame d'air et fissures à tous les angles des baies). Devant son refus, je me suis lancé dans une procédure judiciaire qui dure depuis 2 ans, j'attends maintenant l'expertise judiciaire.
    À noter que je réclame une reprise dans le cadre de la garantie parfait achèvement (moins de 1 an) et non pas la garantie décennale.

    Malheureusement, j'ai pu constater sur de nombreux chantiers que la lame d'air parasite et la non découpe en L des panneaux d'isolant sont des pratiques courantes, le résultat est que l'ITE est peu (voir pas) efficace et les fissures à 45° sur les angles des baies une habitude.

    Il y a clairement un manque de formation des poseurs, en général un seul ouvrier est réellement formé (pour obtenir la certification RGE) sur l'équipe et les autres font comme ils pensent.
    Bien peu de clients font des recherches si'il trouvent que le résultat n'est pas à la hauteur des promesses et s'ils le font il est trop tard pour réclamer. La justice est très longue, coûteuse et trop incertaine pour se lancer et les gens laissent tomber.

    Bon courage pour la suite.

    Gilles

  22. #21
    Lapinos63

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    Merci Gilles pour ces précisions (j'avais aussi suivi attentivement la discussion que vous avez lancée sur le forum).

    Dans un but de rationalisation, pour l'instant nous "faisons avec" cette malfaçon, considérant que son impact est minime au niveau économique.

    La maison étant "tout électrique" (chauffage + eau chaude sanitaire + cuisson + autres usages domestiques), j'ai calculé notre consommation de chauffage de ces 3 dernières années par comparaison des mois chauffés et non chauffés sur l'année complète. Il en ressort que nous avons consommé "seulement" 3150 kWh de chauffage/an pour 80 m2 habitables.

    Donc, supprimer cette lame d'air parasite ? Entre la difficulté de mise en oeuvre, le coût des travaux et l'incertitude du résultat, nous préférons laisser ça en l'état pour le moment.

  23. #22
    Gilles25400

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour.
    Effectivement, 3150 KWh, c'est peu, le gain envisagé sur l'énergie ne sera pas énorme. Si un jour il faut retoucher à l'ITE, le plus simple est de boucher le dessus de la lame d'air à la mousse. Avec une consommation aussi faible, rien ne presse !

    Je suis plus au nord, je consomme 5 fois plus pour le chauffage (classé en C ou en D selon les années) et aucun changement depuis l'ITE. J'ai découvert les défauts très tôt et j'ai pas mal à y gagner donc je continue mais il faut s'accrocher et ne pas avoir peur d'y passer des nuits blanches.

    Cordialement.

    Gilles

  24. #23
    Vivelesisolantsnaturel

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Oui c’est une bonne idée de prendre le produit billegraphite, mais il faut mettre la référence billegraphite premium de 3 à 4 mm car la premium+ est plus grosse soit 4 à 7 mm sauf si vous avez plus de 10 cm là c’est mieux .

  25. #24
    Vivelesisolantsnaturel

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Pour l’avoir fait il faut bloquer la billegraphite en ht du mur soit avec une colle acrylique, juste en pulvérisant sur la dernière rangé ou alors couper des morceaux de plaque en graphite ou polystyrène pour bloquer voir même des morceaux de panneaux de laine de bois ou autre feront l’affaire

  26. #25
    Larzacien

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    bonjour, Cette lame d'air n'est probablement pas inutile. En cas de forte canicule comme récemment, le mur peut chauffer beaucoup, et s'il est en contact avec la LV, ce n'est pas bon. Si c'était moi, j'essaierais de limiter le passage mais pas trop (pour la raison indiquée précédemment. Par exemple, en mettant de la laine de verre le long de la fente, et en laissant quelques petits passages pour l'air par mètre.

    S'ils ont laissé ouvert, c'est pour ne pas avoir de réclamation par la suite. J'ai fait une petite maison préfabriquée et les panneaux de béton avec une bonne partie creuse à l'intérieur, et le chef d'entreprise m'a bien recommandé de ne pas mettre d'isolant dans les creux.

    Et si on met la VMC à fond et la hotte à fond, il y a une telle aspiration que ça force sur tous les passages d'air qu'il peut y avoir.
    En situation normale ces "fuites" sont très faibles. Si l'air ne passait pas pour remplacer l'air extrait, les ventilateurs tourneraient dans le vide. D'ailleurs leur débit doit être moindre avec les entrées d'air de bouchées. Et même ces aspirations intempestives avec entrées d'air bouchées peuvent agraver les fuites.

    ¨Pour moi, on coupe les cheveux en quatre. Il faut isoler certes, mais il ne faut pas que ça tourne à l'obsession.

  27. #26
    ace81

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    intéressante discussion.

    ici en Belgique j'ai fait isoler ma maison (maçonnerie) par l'extérieur. afin d'avoir un isolant parfaitement d'équerre avant la pose du cimentage et du crepis, il y a un espacement d'environ 2 cm entre la maçonnerie et le crépis.

    personnellement, je suis content d'avoir une lame d'air (faiblement) ventilée. si cela réduit un peu le pouvoir isolant, l'humidité n'est pas piégée dans la maçonnerie et peut s'evacuer.

    depuis la pose de l'isolation, le comfort interne est incomparable. a 18°C intérieur, j'ai moins froid que quand je chauffait à 21°C!

  28. #27
    froglock

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour,

    @ace81 : En toute logique, si l'ITE est bien faite (mis à part sur des murs avec remontées capillaires et dans ce cas il faut me semble t-il des matériaux adaptés) il ne devrait pas y avoir d'humidité à évacuer et la lame d'air parasite (même faiblement ventilée) ne devrait pas exister. Si cela perturbe peu votre installation, tant mieux, mais il ne faudrait pas induire d'autres personnes en erreur

    Fred.

  29. #28
    lucienpel

    Re : ITE : lame d'air ventilée entre mur et isolant ?

    Bonjour

    tout à fait il n'est pas raisonnable de faire d'un cas particulier une généralité.

    Cdt

Discussions similaires

  1. Lame d"air entre 2 couches d' isolant
    Par pium dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/11/2018, 19h09
  2. Isolant entre chevrons de 6 cm + lame d'air
    Par houpli dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/12/2017, 17h07
  3. deux couches d'isolant croisés mais avec une lame d'air entre
    Par invitee4411c53 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 2
    Dernier message: 24/07/2016, 07h57
  4. ITE : Lame d'air entre le mur et l'isolant
    Par inviteabd34f6d dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 11
    Dernier message: 02/01/2015, 21h33
  5. Echauffement d'une lame d'air non ventilée
    Par invite604d2081 dans le forum Physique
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/05/2009, 12h17
Dans l'univers Maison de Futura, découvrez nos comparatifs produits sur l'univers de la maison : climatiseur mobile, aspirateur robot, poêle à granulés, alarme...