Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle



  1. #1
    Runjulia

    Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Bonjour à tous et toutes,

    encore une petite enquête pour mon plus grand plaisir et élargir mes connaissances et j'espère les vôtres. Que vous soyez débutant, amateur ou pro, j'aimerais que vous partagiez ici vos plus belles observations (végétaux, animaux, champignons) en milieu naturel ouvert ou en réserve naturelle, à vos claviers...

    Merci de suivre le schéma suivant:

    Localisation:

    Biotope:

    Observation effectuée:

    Identification (nom commun et scientifique:

    Commentaires sur l'observation exceptionnelle (circonstances, difficultés,...):



    Merci de votre participation enthousiaste et scientifique, en espérant que vous apprécierez de vous plonger dans vos souvenirs naturalistes

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Nepenthes

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Comme pour l'animal préféré ça va être dur ...

    Localisation: frontière Pologne-République thèque

    Biotope: berge de rivière et forêt de conifères

    Espèce: la cigogne noire (Ciconia nigra)

    Observation: un adulte qui pêche au bord de l'eau

    Commentaires: descente en radeau de la rivière, dans la brume. Tout à coup le voile se déchire et la cigogne est là, à quelques mètres. Et c'est une coche !
    Il n'est qu'une clef pour accéder au savoir, et c'est le désir (A. Nothomb)

  4. #3
    Runjulia

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Ah oui pas mal Nep, surtout quand on sait que la Cigogne noire est si farouche...

    Rien ne t'empêche d'en mettre plusieurs, c'est un vrai plaisir de vous lire

  5. #4
    invite87654345678
    Invité

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Bonsoir

    Localisation : Rouffach - Haut-Rhin - Alsace
    Biotope : Colline sèche
    Observation : Huppe fasciée
    Nom scientifique : Upupa epops
    Conditions d'observation : Je m'étais rendu sur un site pour photographier des orchidées sauvages et ai croisé des ornithologues qui attendaient l'oiseau rare avec un télé long comme le bras, trépied, et tout le barda... Ils étaient en place depuis un moment. Ayant fini de photographier les ophrys, je rejoignis mon véhicule et m'engageais sur le chemin de terre qui me permettait de quitter le site, lorsqu'un oiseau se posa à quelques mètres du capot sur la droite. J'avisais aussitôt une huppe fasciée et arrêtais la voiture à sa hauteur (elle se trouvait à 4 mètres de moi). Je serrais le frein à main en laissant tourner le moteur (je m'étais dis que si je l'arrêtais l'oiseau allait s'envoler), et abaissait la vitre passager avant. Je saisis mon Lumix FZ18 et pris une quinzaine de clichés à bout portant. J'aurais pu remplir une carte SD tant l'oiseau était en confiance... Finalement, je relevais la vitre, desserrais le frein à main et repartis en roue libre pour ne pas effaroucher la huppe. Je pense encore aujourd'hui aux ornithologues qui ont dû rentrer bredouilles...

  6. #5
    Runjulia

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Merci Patrick, très joli récit et belle rencontre...tout vient à point à celui qui n'attend point!

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Bartoumire

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Un certain dimanche d'été je contemple, dans mon jardin forestier sis sur les hauteurs de Nice, un eucalyptus qui fut majestueux et qui ne l'est plus car il est mort au cours de l'été 2008.
    Je m'étais rendu compte que son pied était l'hôte d'une fourmilière et de champignons , qu'il était ça et là perforé par quelques xylophages, qu'il abritait sous son écorce quantité d'insectes. Que des scolies à front jaune venaient très souvent lui tourner avec insistance autour du pied ...
    Quelques semaines avant j'avais un peu testé cet eucalyptus et je m'étais aperçu qu'il avait une assise plutôt chancelante. Je décidais de le faire abattre un jour prochain.
    Ce dimanche là mes petits enfants dormaient pas loin de cet immense tronc et comme il faisait du vent je me suis subitement interrogé : Et si une rafale plus forte venait à ... J'ai aussitôt déplacé les deux poussettes et je suis allé le "secouer" de manière énergique. Craquements dans le pied. Bon ! Plus le temps d'attendre. Une grosse corde (25 m), un tire fort, le pied d'un gros pin parasol pour fixer le tire fort et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, l'eucalyptus était au sol. Son pied quasiment réduit en sciure.
    eucamort-red.jpg
    Et là, avec la joyeuse compagnie qui me regardait nous avons découvert le spectacle.
    Quelques scolies à front jaune engourdies dans la sciure :
    scolie1.jpg
    Quelques oryctes (rhinocéros qui me font plutôt penser à des phacochères, la corne en moins) sortant de trous, je n'en avais jamais vu dans le coin.
    orycte-5red.jpg
    J'ai cherché à en savoir plus sur les mœurs de ce gros coléoptère et je suis tombé sur le livre 3 des souvenirs entomologiques de Henri Fabre pour y découvrir que les scolies recherchent (et donc ici avaient découvert) les larves des gros coléoptères pour y pondre leurs oeufs afin que leurs larves à elles aient une nourriture abondante et, étrange curiosité, ces larves au cours de leur évolution, vident le gros ver blanc à partir d'un trou fait sur le ventre, et ce, sans que le ver n'en meure, constituant ainsi une nourriture toujours saine et fraîche.

    J/B

  9. Publicité
  10. #7
    Runjulia

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Intéressant Bartoumire, mais la larve du rhino finit quand-même par mourir, je suppose ?

  11. #8
    Bartoumire

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Citation Envoyé par Runjulia Voir le message
    Intéressant Bartoumire, mais la larve du rhino finit quand-même par mourir, je suppose ?
    La larve pénètre dans le ventre du ver là où l'oeuf a été collé par la scolie, elle pénètre et consomme en premier les constituants non vitaux, puis les éléments n'ayant pas une nécessité essentielle à la vie du ver et enfin les éléments vitaux ce qui entrainera la mort du ver.
    http://www.ebooksgratuits.org/html/f...#_Toc144031303
    J/B

  12. #9
    Runjulia

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Bonsoir;


    ma petite bête vous allez la trouver trop con, sans doute, cela se passe il y a longtemps, ce n'était pas encore le fameux parc naturel du Mercantour.



    Localisation: Col St Martin, Alpes

    Biotope: bien vert au début, et puis tout gris avec rien, plus un poil sur le caillou

    Observation effectuée: une marmotte alpine

    Identification (nom commun et scientifique: Marmota marmota pas sûre ?

    Commentaires sur l'observation exceptionnelle (circonstances, difficultés,...): oui, me voilà totalement nulle, en arrière, je ne peux plus avancer, je m'arrête, tous sont loin devant. Il s'agit d'une gentille petit colline vert tendre tout le monde passe, je n'en peux plus: je profite d'une tendre petite herbe, la dernière.

    Je m'écroule, seule, je m'assieds, là, à même le sol, puis 3 ou 4 mètres, je vois , elle me voit, mais je suis tellement crevée, elle aussi. J'étais tellement naze: elle me regarde, je la regarde ! Splendide, elle a bu puis comme une carpette, (moi aussi) en plein soleil on a décidé de faire sa sieste. Elle est restée, c'était trop joli.
    Enfin, j'ai bien dû repartir. Je serais bien restée avec ma marmotte. Avez-vous jamais vu une marmotte de près, elle est trop adorable !

  13. #10
    invite87654345678
    Invité

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Je pense que le plus beau moment c'est quand un animal sauvage vous voit et reste sans s'enfuir. Comme si une osmose se réalisait entre la "bête" et l'humain.
    J'ai vécu cela souvent dans ma jeunesse avec les chevreuils que je pouvais approcher à une dizaine de mètres. (Quelques photos jaunies sur mon blogs rubrique mammifères).
    C'est un moment d'émotion et je comprends ce que tu as pu ressentir

  14. #11
    Perdriel

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    C'est dans l’Oise, proche de Clermont, un bois sur du terrain sableux. Les gens viennent prendre du sable ce qui crée des trous, on y trouve des moules internes de bivalves. Je suis dans un de ces trous et j'entends comme un léger sifflement qui me fait penser aux nains de Blanche Neige. Je relève la tête au ras de la végétation et je voie défiler devant moi, sans se presser, à quelques centimètres de mon visage, une petite musaraigne.
    Cela fait au moins quarante ans, mais je ne l'ai pas oublié.

  15. #12
    Guigui51

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Localisation : Jura
    Biotope : Versant enneigé d'une montagne
    Observation : Chamois
    Nom scientifique : Rupicapra rupicapra
    Conditions d'observation : Pendant une semaine en vacance dans le jura, j'observais le terrain, et les traces de passages, je devais avoir 12-13ans, le derniers jours, je demandais a mon père d'aller là où je pensais en voir, assez tôt le matin, 7h environ...je prend la longue vu et l'appareil...on attend attend....et au bout de 45 min 5 chamois sortent de la foret pour venir manger plus bas...très heureux a ce moment!!!!

    Sinon etant passionné d'ornitologie, j'ai apprécié quelques rencontres notamment avec un couple de Cygne Chanteur !

  16. Publicité
  17. #13
    BourrinOman

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Localisation: Var (plus précisément, aux alentours du Castellet)

    Biotope: Jardin en partis dégagé.

    Observation effectuée: deux sangliers se baladant dans le jardin de ma mère

    Identification (nom commun et scientifique): sangliers (Sus scrofa)

    Commentaires sur l'observation exceptionnelle (circonstances, difficultés,...): Ca peut paraître banale, comme observation, mais c'est pas tous les jours qu'on voit, ma mère et moi, des sangliers se baladant dans le jardin.

  18. #14
    Perdriel

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Localisation : Doubs
    Biotope : talus nouvellement enherbé en bord de nationale.
    Identification : chamois Rupicapra rupicapra
    L'histoire de Guigui51, me fait remonter un souvenir. Il y a quelques années nous avons été en Suisse chez un ami. Il nous a conduit plusieurs fois en montagne pour nous montrer des chamois, sans résultat. En rentrant, on franchit la frontière, vers Pontarlier. Sur le grand talus, bordant la nationale, il y avait un chamois qui broutait tranquillement avec les poids lourds qui défilaient à quelques mètres de lui !

  19. #15
    Runjulia

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Bonjour,


    pas commun comme endroit pour rencontrer un chamois, l'est plutôt du genre timide non ?

  20. #16
    invite87654345678
    Invité

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Bonjour

    Il est vrai que j'ai été surpris moi aussi d'observer des chamois (Lons le Saunier) à 300 m d'altitude... Est-ce à dire que la nourriture se fait plus rare dans les hauteurs ?
    Mais le fait de trouver ces animaux en bordure de route c'est normal. C'est le seul endroit où ils ne sont pas emm.... par les promeneurs. J'ai vécu cela avec les chevreuils.
    Les promeneurs du dimanche vont s'enfoncer dans la campagne ou la forêt en faisant du bruit, en parlant bruyamment ou laissant divaguer leur chien au pire, et les animaux sauvages n'ont qu'à se planquer. Alors ils le font en bord de route parce que le promeneur lambda, ne restera jamais en bordure d'autoroute ou de nationale.
    Comme quoi, les animaux sauvages sont plus intelligents que nous

    Patrick

  21. #17
    Perdriel

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Bonjour,
    non, pas tant que cela, ils descendent de plus en plus bas. J'ai rencontré plusieurs fois un jeune qui avait établi ses pénates en bas du Revermont en limite de Bresse. On l'approchait, on lui parlait sans l'affoler, si on restait à une vingtaine de mètres. Puis un beau jour, il est remonté. J'ai l'impression que lorsqu'ils sont solitaires, ils sont beaucoup moins sauvages. Alors ils recherchent aussi la compagnie d'autres animaux vaches, moutons. Dans les années 70, le garde chasse a abattu un chamois qui venait dans un troupeau de mouton, il faisait peur au brebis, qui fuyaient et se bousculaient, entrainant des avortements. Il y a un ou deux ans, un autre suivait les vaches qui rentraient à l'étable. Leur comportement dans ces cas semble parfois vraiment perturbé.

  22. #18
    Runjulia

    Re : Enquête: votre rencontre naturaliste la plus exceptionnelle

    Une exotique pour changer:


    Localisation: Cuba, une île satellite inoccupée

    Biotope: rocailles, buissons et arbustes épineux, sabloneux

    Observation effectuée: une bonne dizaine d'iguanes terrestres

    Identification: Cyclura nubila, Iguane de Cuba

    Commentaires sur l'observation exceptionnelle (circonstances, difficultés,...): A une bonne 1/2 heure de bateau, sur cette îlot genre timbre poste, avec un petit groupe accompagné d'un guide nature. D'un abord assez peu hospitalier, sur ces pierres bien coupantes (surtout si on a pas ces bottines de rando), un peu plus loin en bordure des arbustes, et installés paisiblement au soleil, une belle famille d'iguanes.
    Pas particulièrement fana des reptiles, j'étais quand-même très intéressée par cette rencontre en liberté, in situ et que l'animal m'avait été présenté comme inoffensif. Je m'attendais à voir des iguanes comme on en voit en terrarium, 10-15 cms.
    Mes poils et cheveux se sont dressés sur ma tête à la vue des bêtes : de gros animaux pansus, hirsutes, une gueule de belle dimension présentant un sourire narquois et des yeux mi-clos. Le trouillomètre à zéro, je laisse le petit groupe d'humains s'approcher au plus près d'eux, et me planque derrière. Le guide commence ses explications, notamment qu'il ne voit pas bien mais par contre que les gestes brusques et les mouvements précipités provoquent surtout chez le mâle le réflexe de prédation, que sa mâchoire puissante peut sectionner un doigt. A part cela, il se met à le caresser (je ne vois pas ce qu'on peut caresser chez cette bête) et décrit sa vie paisible et son biotope.

    Le groupe s'éloigne et certains s'enhardissent même à les toucher....Je me retrouve seule face à un énorme mâle vraiment gros et grand, pas trop sympa, deux grandes peaux flasques lui pendent des joues, plein de piques sur sa vilaine tête et son dos, des flancs distendus, de puissantes pattes griffues, deux couleurs et ce regard torve! J'étais tétanisée, j'avais remarqué quand-même que les autres iguanes ne se tenaient pas trop près de lui...Dans mon imagination débordante, je me voyais déjà perdre un ou deux orteils...J'ai survécu, je suis là ! Très impressionnée. (mais ce n'est rien à côté des sauriens qui vivent dans la mangrove , ou de la tortue géante !)

  23. Publicité

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Enquête: votre animal préféré
    Par Runjulia dans le forum Identification des espèces animales ou végétales
    Réponses: 102
    Dernier message: 21/04/2012, 12h31
  2. Enquête sur votre rapport face au développement durable
    Par saine dans le forum Environnement, développement durable et écologie
    Réponses: 32
    Dernier message: 29/01/2012, 16h55
  3. Enquête de notoriété d'une marque. J'ai besoin de votre aide :)
    Par roxane60 dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 1
    Dernier message: 25/11/2010, 05h41