Affichage des résultats 1 à 18 sur 18

Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"



  1. #1
    Romain-des-Bois

    Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"


    ------

    Bonjour à tous,

    pour ceux qui ne le savent pas, je suis en prépa MPSI et étant intéressé par les maths et les orientations autour, et ayant rencontré pas mal de gens qui ont eu des expériences dans le domaine des études en maths, je me pose ce type de question (je préviens tout de suite que je ne cherche pas à nuire au forum en postant un sujet à débat )...
    bref, quelle place y a-t-il pour les chercheurs en maths (plus ou moins appliquées) qui ne sont pas des génies

    J'avais déjà posté dans la rubrique débat scientifique pour signaler qu'un chercheur en maths classait les matheux en 3 catégories : les génies/les suiveurs de génies/les poseurs de problèmes...

    Il est clair que tout le monde ne rentre pas à Ulm et si tous les matheux avaient fait les ENS, on n'avancerait pas beaucoup...
    En dessous (tout juste), il y a les magistères, puis l'université plus classique...

    Seulement voilà, en prépa, je vois des gens vraiment bons (on en a tous vu un jour )... Si je ramène ça à toutes les classes de mon lycée, puis tous les lycées de France, puis tous ceux dans ce cas en université, ça me fait un bon paquet de gens bons (au vrai sens du terme !).
    Ils n'iront pas tous à l'ENS, ni même dans un magistère, ou peut-être ne feront-ils jamais de maths après la prépa... mais il y a des gens derrière, moins bons au départ, mais follement intéressés par les mathématiques... c'est d'eux dont je parle ! Et c'est leur place à eux que je voudrais connaître...

    Ils iront à l'université de leur ville - au mieux dans un magistère de maths - et après ? sont-ils "condamnés" à l'enseignement (avec au mieux l'agrégation) ou à intégrer une école d'ingé en parallèle (maths financières etc...) ou pourront-ils faire ce qui les intéresse vraiment : master R puis thèse (je ne parle pas ici de trouver un poste en France )

    J'ai vraiment l'impression que la recherche en maths est la plus sélective.
    En physique, on distingue plus facilement plusieurs domaines : la physique théorique très très difficile d'accès, puis la physique de plus en plus appliquée et de plus en plus facile d'accès. Je connais des gens en thèse de physique, et qui ne sont pas géniaux, qui ne majoraient pas en prépa... mais je n'ai pas d'exemples en maths...

    Je me justifie encore un peu je ne veux pas d'un topic fauteur de trouble et il me semble que ce sujet a sa légitimité...

    merci

    Romain

    -----

  2. Publicité
  3. 📣 Nouveau projet éditorial de Futura
    🔥🧠 Le Mag Futura est lancé, découvrez notre 1er magazine papier

    Une belle revue de plus de 200 pages et 4 dossiers scientifiques pour tout comprendre à la science qui fera le futur. Nous avons besoin de vous 🙏 pour nous aider à le lancer...

    👉 Je découvre le projet

    Quatre questions à explorer en 2022 :
    → Quels mystères nous cache encore la Lune 🌙 ?
    → Pourra-t-on bientôt tout guérir grâce aux gènes 👩‍⚕️?
    → Comment nourrir le monde sans le détruire 🌍 ?
    → L’intelligence artificielle peut-elle devenir vraiment intelligente 🤖 ?
  4. #2
    zarkis

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Bonjour, tout dépend dans quelle branche des maths tu t'orientes. tu es plutôt, algébriste, géométre, analyste, numéricien, théorie des nombres, proba stats ??

  5. #3
    Romain-des-Bois

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Bah tu sais, je ne suis qu'à un niveau Bac+1, donc je ne connais pas grand chose à tous ces domaines des maths... quand je vois tout ce que j'ai découvert cette année...

    Je sais que dans les domaines des probas-stats il y a pas mal d'applications notamment en finances, gestion du risque etc... mais il s'agit d'applications à des domaines qui en ont besoin et non de faire des maths pour les sciences

    Ensuite, je ne cherche pas là à m'orienter, mais plutôt à trouver la place des matheux dans le cursus étudiant supérieur.

    D'après ce que tu dis, les différentes branches des maths n'offrent pas toutes les mêmes sorties...

    Que sont les maths pures ou fondamentales (réputées très difficiles d'accès) ?

    Je reprécise ici que je me renseigne sur les domaines mathématiques utilisés pour les maths/physique et non utilisés pour d'autres domaines (finances, économie, etc...)

    merci de ton intérêt

  6. #4
    zarkis

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    J'avais déjà poster sur le sujet, mais en gros en math tu as 2 domaines eux-même divisés en sous parties. Les maths fondamentaux (géométrie, algébre, nombre) les math appliqué à la physique, bio ou à la finance etc..

    Le domaine des maths fondamentaux est difficiles et les débouchés sont prof strictement, sauf quelques trés trés rares cas particuliers qui ont su ce recycler (je n'en connais pas personnellement).

    Les maths appli sont plus souple, le cursus y est peut-être plus facile d'accés. Aprés si tu veux faire une thése tu as interet a être trés bon en master 2 recherche, les places sont chéres et la concurence et là, même pour des théses industrielle ils veulent de bon dossier. Donc le parcours est certes plus sympa, mais si tu te reposes trop tu le sentiras à la sortie.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #5
    IceDL

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Citation Envoyé par Romain29
    Il est clair que tout le monde ne rentre pas à Ulm et si tous les matheux avaient fait les ENS, on n'avancerait pas beaucoup...
    En dessous (tout juste), il y a les magistères, puis l'université plus classique...
    Salut à toi,

    A mon avis, les ENS ne sont pas les seules écoles accessibles après prépa qui permettent de faire de la recherche en maths !

    D'ailleurs, beaucoup d'écoles d'ingé proposent une poursuite d'étude avec un doctorat, je crois qu'il faut se renseigner sur chaque école...

    Enfin bref tout ça pour dire que pour faire de la recherche en maths, il y a d'autres possibilités que celles que tu as citées.

    @+

  9. #6
    zarkis

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    IceDL à en partie raison, il existe quelques écoles d'ingénieur qui font des maths appliqués. En partie parceque ça dépend du niveau de math que tu désire avoir. Pour avoir un bon niveau soit les ENS où les magistére où la fac. J'ai un bon exemple d'un étudiant cette année qui sort de centrale il était en master 2 avec moi, et il avait pas fait de math du même niveau que les notres. Et c'est bien normal ils forment des ingénieurs donc y a tout un bagage théorique qu'ils ne voient pas.

    Concernant les ens ou magistére juste pour rappel, les étudiants en ENS ont des cours de la fac, et les magistére aussi, ce sont les même profs les mêmes matiéres, juste qu'ils ont un régime spéciaux, plus d'heures, en ENS ils ont un choix à la carte (comme le systéme universitaire américain d'ailleurs).

  10. Publicité
  11. #7
    Gwyddon

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Et en maths ils font licence et maîtrise (L3-M1) en 1 an.

    Il faut aussi savoir que très peu d'écoles d'ingénieur proposent une formation en maths appliquées orientée recherche. Comme le dis zarkis, l'idéal dans cette optique reste l'université, soit en parcours classique, soit en parcours magistère ou ENS.
    A quitté FuturaSciences. Merci de ne PAS me contacter par MP.

  12. #8
    IceDL

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Citation Envoyé par Romain29
    bref, quelle place y a-t-il pour les chercheurs en maths (plus ou moins appliquées) qui ne sont pas des génies
    En fait, je ne sais pas si c'est réellement la bonne question à se poser. Si tu es vraiment animé d'un désir véritable de faire de la recherche en maths, je crois que ta motivation te permettra de faire les études pour assouvir ta passion (que ce soit à l'ENS ou dans une autre structure).

    Peut-être aussi que tu ne connais-pas suffisament ce qu'est le métier de chercheur en mathématiques ? Tu y vois certainement l'attrait de la matière mais pas nécessairement tous les inconvénients (là il faudrait demander à des personnes qui font de la recherche en maths pour t'aider à peser le pour et le contre).

    @+

    Au fait, je penses que tes questions sont légitimes. Comme le montre un sujet (brûlant) sur ce même forum il vaut mieux bien réflechir avant...

  13. #9
    Suzanna

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Bonjour à tous,

    Seulement voilà, en prépa, je vois des gens vraiment bons (on en a tous vu un jour )... Si je ramène ça à toutes les classes de mon lycée, puis tous les lycées de France, puis tous ceux dans ce cas en université, ça me fait un bon paquet de gens bons (au vrai sens du terme !).
    Ils n'iront pas tous à l'ENS, ni même dans un magistère, ou peut-être ne feront-ils jamais de maths après la prépa... mais il y a des gens derrière, moins bons au départ, mais follement intéressés par les mathématiques... c'est d'eux dont je parle ! Et c'est leur place à eux que je voudrais connaître...
    Cette description me fait penser à un des enseignants-chercheurs que j'ai eu (en cours magistraux et c'était aussi notre prof de TD), qui nous racontait qu'il avait fait une prépa, et qu'il n'était pas vraiment très bon (d'ailleurs parfois en TD les étudiants arrivaient à résoudre certains exos avant lui), enfin tout ça pour dire qu'il est quand même enseignant-chercheur en maths même s'il n'était pas "variment bon", car on voit bien qu'il est "follement" dans les maths.

    Si tu es vraiment animé d'un désir véritable de faire de la recherche en maths, je crois que ta motivation te permettra de faire les études pour assouvir ta passion (que ce soit à l'ENS ou dans une autre structure).
    Je suis tout à fait d'accord

    Peut-être aussi que tu ne connais-pas suffisament ce qu'est le métier de chercheur en mathématiques ? Tu y vois certainement l'attrait de la matière mais pas nécessairement tous les inconvénients (là il faudrait demander à des personnes qui font de la recherche en maths pour t'aider à peser le pour et le contre).
    Moi aussi, le métier "d'enseignant-chercheur" dans les maths m'intéressait, alors je suis allée me renseigner auprès d'un enseignant-chercheur de ma fac, et faut dire que l'idée que j'avais de ce métier était carrément à côté de la réalité !

    Je n’avais pas d’idée précise pour ce qui était de la recherche : j’ai appris qu’elle se faisait sur un thème très précis et qu’elle s’effectuait de manière assez « libre ».

    Puis, un ens-chercheur (et c'est idem pour les chercheurs) travaille souvent en groupe ("L’enseignant-chercheur enseigne, cherche et communique. Il participe à l’avancée des connaissances scientifiques, à la fois en créant du savoir et en le transmettant. Il contribue aux travaux de centres de recherche, dont les résultats donnent lieu à des publications ou des conférences")

    Donc à mon avis, ce groupe doit être hétérogène (y'aura peut-être des "génies" (il en faut), mais d'autres personnes peuvent aussi apporter beaucoup de choses, dans d'autres domaines (et il en faut aussi !))

    Et c'est justement parce qu'il y a ce travail de recherche en groupe, que toutes les personnes intéressées par les maths (maths pures/maths-physiques/maths-info ou autres), ceux qui aiment vraiment en faire (et pas ceux qui se contentent de réviser pour leur DS ou leur colles pour avoir une bonne note) ont leur place (potentielle !) dans la recherche en maths, au même titre que les "génies".

  14. #10
    Romain-des-Bois

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Sur ce que j'ai vu des maths en écoles d'ingé, ça me semble vraiment appliqué

    Je me pose cette question pas mais pas pour m'aider spécialement dans mon orientation ... je suis en sup, j'ai des idées d'orientation, mais je n'ai pas pour objectif premier de faire de la recherche en maths... je connais des personnes qui veulent faire de la physique théorique et qui n'auront sûrement pas les ENS (je peux me tromper - tant mieux pour elles), mais je ne les vois pas s'inquiéter... et c'est ce qui me fait poser ces questions

    Citation Envoyé par IceDL
    Comme le montre un sujet (brûlant) sur ce même forum il vaut mieux bien réflechir avant...
    Tu penses à quoi ?


    merci

    Romain

  15. #11
    Romain-des-Bois

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Suzanna

    d'abord merci pour ton avis éclairé
    Citation Envoyé par Suzanna
    Moi aussi, le métier "d'enseignant-chercheur" dans les maths m'intéressait, alors je suis allée me renseigner auprès d'un enseignant-chercheur de ma fac, et faut dire que l'idée que j'avais de ce métier était carrément à côté de la réalité !
    et tu t'es orientée vers quoi alors ?

    Romain

  16. #12
    Suzanna

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    et tu t'es orientée vers quoi alors ?
    Je suis toujours en licence maths (2ème année), et au début de ma 1ère année je ne voulais faire que des maths, mais bon, vu le choix d'options qu'y a à la fac, j'ai pu découvrir qu'il y avait plein d'UE de physique et d'info liées aux maths qui m'ont beaucoup plu, alors du coup je me suis dit que ens-chercheur en maths ça ne me plaisait plus comme au début

    Mais bon, en ce moment je commence à rechanger d'avis (y'a tellement de domaines différents en maths comme l'a précisé zarkis plus haut, qu'on découvre petit à petit au fil des semestres) !!!

  17. Publicité
  18. #13
    zarkis

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Je sais plus si je l'ai mentionné plus haut mais je finis actuellement mon stage de recherche de master2 en math appli, plus précisement le domaine des mathématiques qui s'appelle physique/mathématiques. J'ai donc pendant mon 2éme semestre cotoyé les profs assisté au séminaire et autres groupes de travail.
    Et j'ai maintenant une idée bien plus précise qu'avant sur ce monde de la recherche en math appli.

    Si vous avez des questions précises je vous écoutes. Personnellement aprés ce stage j'ai un avis un peu plus mitigé notament en physique/mathématiques.

    Je peux vous dire ceci : les chercheurs ont un domaine de recherche et font partis d'une équipe, j'étais pour ma part dans l'équipe relativité général. Et généralement ils n'ont pas où ne veulent pas de connexité avec les autres domaines des maths appli. Il y a comme partout des petites lutte interne, bien que moi je n'ai rien vue de trés méchant, mais on m'en a raconté de belle dans d'autres labos. Dans des domaines pointus comme la physique/mathématiques, où le nonlinéaire il n'y a que des gens trés fort et les places sont trés trés chére, faire une thése dans ce domaine là revient à prendre un gros risque sur son avenir, il me l'ont tous dit,. Aprés il y a d'autres domaines comme la méca flu, la recherche opérationnel, la proba stats (trés mode en ce moment, donc beaucoup de poste à choper),où la modélisation qui sont peut-être plus abordable.

    Voilà des questions ?
    Dernière modification par zarkis ; 28/05/2006 à 12h09.

  19. #14
    chwebij

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    bonjour,
    moi c'est le domaine des processus stochastiques qui m'interesseraient. ca semble etre un domaine ou l'on peut toucher au sciences physiques, economiques et socciales.
    est ce que c'est un domaine ou il ya une integration facile dans la vie professionnelle, plutot physique car la finance ne m'interesse pas du tout,les postes de chercheurs enseignants sont ils plus nombreux??
    merci d'avance.

  20. #15
    zarkis

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    Si au niveau pro tu entends master pro orienté stochastique, je te dirais que oui il y a de la débouché, stochastique et math financiére c'est grosso modo la même chose on en fait pas de l'un sans l'autre. D'ailleurs moi qui aime bien la théorie, j'ai assisté aux 1rs cours de math financiére et je dois dire que ça m'a plu.
    Tout ce qui est math fi proba et stat ont pour le moment le vent en poupe, dans les banques assurances, ingénieur acheteur etc..

    Du point de vue recherche dans le domaine (je connais pas trop c'est pas mon rayon) mais je sais que de meme il y a plus de poste qu'en théorie, pour le moment. Tout ce qui est EDP et calcul scientifique n'est plus trop au gout du jour dans les entreprises. Je connais aussi un (trés) peu le monde de l'entreprise pour mettre renseigner en vue d'une éventuelle reconversion, il ne faut négliger aucune offre ni piste.

  21. #16
    zarkis

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    En revanche si vous voulez une formation professionalisante hors finance, je vous conseil de faire plutôt une école d'ingé généraliste ou de math appli bien qu'elle ne soit pas nombreuse, mais pas la fac, vaut mieux pas.

  22. #17
    chwebij

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    he bien je preferais sans doute faire un cursus fac avec une agreg pour assurer au cas ou, mais quels sont les chiffres (taux de reussites, nbres d'inscrits) de l'agreg??

  23. #18
    zarkis

    Re : Mathématiques - enseignement/recherche et "niveau de l'intéressé"

    ça je sais pas vraiment, j'ai des amis qui passent l'agreg je me souviens plus des chiffres. Pour une thése théorique ils m'ont tous dit que le mieux était de passer l'agreg avant de commencer, pour être sûr d'avoir un boulot aprés si jamais y a pas de poste.

  24. Publicité

Discussions similaires

  1. "La Recherche" ou "Pour la Science"
    Par patoff10 dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 4
    Dernier message: 04/04/2005, 10h09