Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.



  1. #1
    Bango Shank

    Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.


    ------

    Tout d’abord bonsoir à tous,
    Je n’entends pas grand-chose au monde de la physique et encore moins à celui de la physique quantique, je n’y entends rien du tout à vrai dire…
    C’est pourquoi l’humble veilleur de nuit que je suis c’est permis de s’inscrire sur votre forum dans sa quête désespérée d’éclaircissements. J’espère du plus profond de mon cœur que quelqu’un ici sera assez généreux pour m’aider. J’ai parcouru le net de long en large dans l’attente de trouver un article vulgarisant de façon satisfaisante la physique quantique… En vain. Et je dois bien vous avouer, pardonner mon langage, que ça commence à me les briser !

    Mes questions :

    -Concernant le principe d’indétermination d’Heinsenberg, qui si j’ai bien compris (mais ce n’est sûrement pas le cas) est un des principes fondateurs de la physique quantique, qu’avez à opposer à ceci :

    Le principe d’incertitude ne revient-il pas à dire: si nous les scientifiques ne parvenons pas à localiser théoriquement la position d’un électron alors c’est qu’il n’est réellement pas localisé et puis c’est tout !
    Ce que je veux dire par là, ce que je ne comprends pas, c’est que si en effet l’électron est une particule au moment de l’observation, en quoi cela implique-t-il qu’il n’est nécessairement pas une particule localisée avant l’observation ? Est-ce un dogme pré-établi où y a-t-il une expérience, ou même une simple argumentation abordable pour un profane, qui prouve ou tend à prouver qu’il n’existe pas d’électron mais uniquement une orbitale électronique avant l’observation.

    -Concernant une réponse scandaleuse qu’il m’a été donné de lire à propos de l’origine de l’univers, de la singularité primordiale, et du mur de Planck :

    On me disait, en gros, que la singularité primordiale étant infiniment petite et chaude, le temps n’y existait pas, et qu’ainsi la question « Qu’y avait-il avant le singularité primordiale ? » ne se posait pas. Quelle lamentable façon de se tirer de l’aporie du principe de cause à effet, vous ne trouvez pas ? Certains scientifiques et théoriciens ne se planqueraient-ils pas derrière le mur de Planck (on n’a sûrement dû vous la faire milles fois déjà) ? Quelqu’un a-il une théorie vulgarisable à ce sujet, hormis celle des bulles d’univers, qui à mon sens ne font que renvoyer le problème plus loin, et bien sûr celle de l’existence de Dieu.

    -Concernant les deux questions précédentes :
    Si la théorie quantique parvient à admettre que la matière est à la fois onde et particule, et que la singularité primordiale ne « contenait pas de temps », que dites vous du raisonnement suivant :

    Lorsque que quelque chose n’est pas soumis au temps il ne lui est permis aucun changement d’état : si à un moment vous êtes en dehors du temps vous l’êtes pour toujours (je me rend bien compte que dis comme cela ça n’a aucun sens mais je pense que vous me suivez). Ainsi, tout comme la matière est double dans son état, l’univers est à la fois singularité et déploiement de la singularité.
    Ca ne veut rien dire pour moi (et de plus ça me laisse penser que tout se produit en même temps). La personne à qui je dois se raisonnement est-elle malhonnête où existe-il bien une quelconque branche d’une quelconque théorie abordant, ne serait-ce que vaguement, ce genre d’idée ?

    -Enfin concernant l’humour, car je me fatigue :

    Si un quark avait alternativement un spin positif puis négatif de valeur égale, serait-il tout seul dans les ennuis ou est-ce que globalement on serait dans la merde ?

    Voilà, j’espère que je ne me suis pas fait trop mal comprendre et que mes propos ont tout de même un semblant de sens. Je remercie le ou les personnes qui m’ont lu jusqu' ici et plus encore celui ou celles qui voudront bien me répondre. J’espère, par ce post, engager un véritable dialogue me permettant de me faire une vision vulgaire de la physique quantique et de ses conséquences en astrophysique. Je prie que certains nombres d’entre vous se prêterons au jeu, car, amis scientifiques et théoriciens, un jour il vous faudra être prêt à répondre au peuple !

    -----

  2. #2
    GillesH38a

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Malheureusement on ne peut pas te répondre très différemment que ce que tu parais avoir deja lu ! sans formalisme mathématique, on risque de répeter le même genre de phrase et tu seras toujours aussi insatisfait...

    Pour l'électron, il y a quand même une expérience qui justifie que l'électron ne puisse pas être considéré comme localisé avant la mesure : celle des fentes d'Young (le principe est utilisé quotidiennement dans les microscopes électroniques, sous une forme un peu différente) : si tu fais une petite fente dans un écran, et que tu envoies un faisceau d'électrons,chacun fera un petit impact ponctuel sur un écran placé derrière, et l'ensemble de ces points reproduira une petite tache élargie. Si tu fais une deuxième fente a coté en bouchant la première, ils feront logiquement une autre petite tache a coté. Mais si tu ouvres les deux, a l'endroit ou elles se recouvrent, l'intensité ne sera pas la somme des intensités de chaque tache prise à part : il y aura des "franges d'interférences" où alternativement il y aura jusqu'a deux fois plus d'électrons arrivant que prévu et à d'autres endroits pas du tout (alors qu'il en arrivait quand une seule fente etait ouverte). Ca ne peut s'ecpliquer que si "quelque chose" est passé par les deux fentes à la fois, ce qui implique une "délocalisation". En revanche sur l'écran chaque électron est bien détecté à un endroit avec un impact ponctuel.....

  3. #3
    humanino

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Bonjour,

    Il me semble en effet que l'expérience des fentes d'Young est celle qui est la plus parlante et la plus convaincante pour introduire physiquement le principe d'indétermination de Heisenberg. D'ailleurs, je me permets de te conseiller la lecture du cours de Feynman à ce sujet, c'est très simplement et très brillamment expliqué dans le premier chapitre de MQ. J'ajoute que ce principe n'en est pas vraiment un, je veux dire que c'est plutôt une conséquence des axiomes de la MQ, mais bon, c'est un peu un point de vue a posteriori, anachronique.

    En ce qui concerne l'application de la MQ à l'Univers entier (si 'jai bien compris tes préoccupations) alors là en revanche, il est clair que tu n'obtiendras pas de réponse satifaisante, parce qu'il n'en existe pas sur le marché tout simplement ! On tombe dans toutes sortes de compllications en essayant de faire ce genre de choses.

    Quelle lamentable façon de se tirer de l’aporie du principe de cause à effet, vous ne trouvez pas ?
    C'est une jolie phrase, mais non je ne trouve pas cela lamentable Physiquement, tu peux t'approcher aussi près que tu veux de la singularité initale, mais tu ne peux pas l'atteindre. J'ai souvent l'impression que les théories pré-big bang ne peuvent donc pas être considérées comme scientifiques. Ou alors, qu'on m'explique comment elles peuvent être falsifiables (au sens de Popper).
    "Puisque toute ces choses nous depassent, feignons de les avoir organisees"

  4. #4
    feldid

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    on convoque les frères Bogdanov?

  5. A voir en vidéo sur Futura
  6. #5
    Pio2001

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Citation Envoyé par Bango Shank Voir le message
    On me disait, en gros, que la singularité primordiale étant infiniment petite et chaude, le temps n’y existait pas, et qu’ainsi la question « Qu’y avait-il avant le singularité primordiale ? » ne se posait pas. Quelle lamentable façon de se tirer de l’aporie du principe de cause à effet, vous ne trouvez pas ? Certains scientifiques et théoriciens ne se planqueraient-ils pas derrière le mur de Planck
    Alors tout d'abord, la singularité primordiale n'est pas forcément infiniment petite. C'est incorrect. C'est la taille de la partie d'univers actuellement observable (25 milliards d'années-lumières de diamètre) qui était infiniment petite.
    Mais si on inclut tout l'espace, et que celui-ci est infiniment grand, alors la singularité initiale pourrait tout aussi bien être infiniment grande.

    Ensuite, cette singularité est une limite au niveau de laquelle la théorie de la relativité générale, qui décrit l'expansion de l'univers, cesse de fonctionner. Par conséquent, il n'est pas très adroit de dire que cette sigularité était comme ceci ou comme cela.

    D'autant qu'avant la sigularité (temps t=0), il y a le mur de Plank (t=10^-43 s)... enfin, après dans l'ordre chronologique.
    Ce mur de Plank, en gros, c'est la mécanique quantique qui nous dit "de toutes façon, en remontant vers le big bang, à partir de ce temps t, on est sûrs que la relativité generale ne peut plus marcher". Donc que le rayon de notre partie d'univers ne décroît plus vers zéro, que la température ne croît plus vers l'infini, et au niveau du temps, alors là c'est le flou artistique le plus complet.
    On sait juste qu'il n'y a aucune raison de supposer qu'il s'écoulait normalement à cause de la double barrière de Plank, et de la singularité initiale.
    A ce stade, on est est réduits à constater qu'étant donné que personne n'en est venu pour nous dire ce qu'il avait vu, on ne sait pas ce qu'il s'y trouvait. Temps, espace, énergie ? Allez savoir...

  7. #6
    Bango Shank

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Je vous remercie tous de m'avoir répondu, vous m'êtes d'un grand secours!

    L'expérience des fentes de Young est en effet très convaincante, je suis pleinement satisfait. Merci encore!

    Alors j'ai bien conscience que la mécanique quantique avec son formalisme mathématique est quasiment impossible à vulgariser, mais malheureusement, un jour, l'un d'entre vous va devoir le faire parce que, voyez vous, on ne redéfinie pas la nature du réél sans prévenir les gens. C'est très impoli.

    Même si l'invention du transistor vous excuse un peu.

    J'ai une autre question, parmis tant d'autres:

    Ce que je ne comprends pas, c'est l'onde éléctromagnetique. Une onde, comme quand on balance un cailloux dans l'eau ou même simplement le son, ça je comprends, c'est la déformation ondulatoire d'un "support".

    Or la lumière se déplace dans le vide... Vous voyez mon problème? L'onde électromagnétique est la déformation ondulatoire de l'absence de "support"?

    Peut-être est-ce que le terme onde électromagnétique est juste un langage et ne renvoie pas aux ondes ordinaires. Alors faudait prévenir.

    En clair, si quelqu'un pouvait me dire ce qui ondule la-dedans, il aura toute ma reconnaissance.

    Elucubration personnelle et infantile:
    Se peut-il que le caractère double onde/corpuscule soit dû à la déformation d'un "support indétecté" par la particule éléctromagnétique?

    A-t-il été envisagé que la "masse manquante", la "matière noire" soit le "support indétecté" dont je parle?

    Je me doute que je dis n'importe quoi mais j'aimerais comprendre pourquoi ces idées sont à exclure d'office.

    Merci d'avance et encore merci.

  8. #7
    Floris

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Bonjour, alors je vais essayer de répondre avec plaisir à tes questions très interessantes. Cela dit je ne suis pas au plus haut de ma forme car là il est 1h54 du math et je pene un peut


    Alors les ondes électromagnetiques ne sont pas des ondes assimilables à une vibration méquaniques. En fait pour mieux comprendre je t'invite à prendre conaissance de la notion de champ.

    Prenons par exemple un balon métalique conecté à un dispositif avec le quel je peut faire varier la quantité de charge qui se trouve acumué. Si maintenant à 20m je place une charge électrique (un autre balon chargé par exemple), celle ci ressentira une force (d'atraction ou de répulsion dependant de la charge). Ainsi par exemple à 20m il s'exercera par exemple une force de 1N entre les deux balon. Maintenant si je fais varier la quantité de charge dans un des balon, la force qui s'exerce entre les deux va également varier. En faisant varier la charge de mon balon, l'autre balon ressent une variation du champ électrique là ou il est. (A titre d'information on représente un champ en un point donné de l'espace par un vecteur)

    Avec mon expérience je viens de créé une onde électromagnetique! En effet, une onde électromagnetique c'est la modification ou variation au cours du temps du vecteur champ électrique et magnetique. En effet il se trouve que l'orsque tu fais varier un champ magnetique tu à un champ électrique qui se créé et inversement lorsque tu fais varier un champ électrique tu à un champ magnetique qui se crée.

    De plus il se trouve que la modification du champ électrique et magnetique en un point de l'espace n'est pas instantanée. Plus généralement les événements à travers l'espace ne sont pas instantanée. (Il existe une théorie qui décris cela, il s'agit de la RR). Ainsi le temps de la modification de l'états du champ électromagnetique en un points de l'espace est égale d/c ou c est une constante propre à l'espace-temps.
    c est égale à 300000Km/s

    Une onde électromagnetique n'est par conséquent pas instantanée.

    Effectivement comme tu dis une onde électromagnetique n'est pas analogue aux ondes méquaniques qui elle nésésitent bien entendu un millieux pour se propager.

    J'aispaire avoir été le plus complet et claire possible. Ne pas hésiter si quelque chose ne va pas.
    bien amicalement
    flo
    Seul les imbéciles sont bourrés de certitudes !

  9. #8
    mr green genes

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Citation Envoyé par Bango Shank Voir le message

    Ce que je ne comprends pas, c'est l'onde éléctromagnetique. Une onde, comme quand on balance un cailloux dans l'eau ou même simplement le son, ça je comprends, c'est la déformation ondulatoire d'un "support".

    Or la lumière se déplace dans le vide... Vous voyez mon problème? L'onde électromagnétique est la déformation ondulatoire de l'absence de "support"?

    [...]

    Elucubration personnelle et infantile:
    Se peut-il que le caractère double onde/corpuscule soit dû à la déformation d'un "support indétecté" par la particule éléctromagnétique?

    A-t-il été envisagé que la "masse manquante", la "matière noire" soit le "support indétecté" dont je parle?

    Salut !

    ton élucubration n'est pas si infantile que ça vu qu'avant la relativité restreinte, on pensait qu'il existait un support qui servirait à propager la lumière ( je crois que c'est Huygens qui a introduit ce concept ) qu'on a appellé l'éther. Donc des scientifiques se sont bel et bien posés la question ( par contre à l'époque il n'était nullement question de matière noire, l'expansion de l'Univers n'ayant pas encore été observée )

    Mais quand on a essayé de mesurer la vitesse de la lumière, on a trouvé qu'elle était identique dans toutes les directions, donc que la Terre était immobile dans cet éther, ce qui est ridicule.
    La découverte de la relativité restreinte par Enstein en 1905 a balayé la notion d'éther.


    voila voila

  10. #9
    Bango Shank

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Bonsoir, encore merci pour vos réponses!

    Pour les champ, euh, comme dirait l'autre: On peut faire un tour pour rien? Parce que là j'arrive pas encore bien à me représenter...

    Ca voudrait dire, grossièrement, que le champ est son propre support?

    Aussi: y a t-il une différence entre ce qu'on appelle le champ quantique et le champ électromagnétique, et si oui laquelle?

    Merci de m'avoir parler de la théorie de l'éther, cela m'a permis de me documenter, ici même d'ailleurs, et de plus ou moins (moins que plus) comprendre comment elle a cédé la place à la relativité restreinte. Dans le document que j'ai trouvé (et que je n'ai sûrement pas très bien compris) le passage entre les deux théories commence à ce faire quand la simultanéité est remise en question. Ce que je ne comprends avec les exemples d'Einstein c'est qu'il remettent en cause uniquement la simultanéité de la perception d'un événement, pas de l'événement. Je veux dire: même si je m'aperçois de la disparition d'une étoile après un collègue extra-terrestre situé plus proche de cette étoile mourante, ça ne veux pas dire que cette étoile finit d'exister deux fois, à deux moments différent? Si? Me dites pas ça hein, ça fout la frousse. Voilà, si quelqu'un veut bien me montrer ce que j'ai mal compris, ça serait très sympathique.

    Pour finir: est-ce vrai que le paradoxe EPR et le fait qu'on n'ai toujours pas détecter le fameux graviton remettent en cause la mécanique quantique?

  11. #10
    GillesH38a

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Citation Envoyé par Bango Shank Voir le message
    Bonsoir, encore merci pour vos réponses!

    Pour les champ, euh, comme dirait l'autre: On peut faire un tour pour rien? Parce que là j'arrive pas encore bien à me représenter...

    Ca voudrait dire, grossièrement, que le champ est son propre support?

    Aussi: y a t-il une différence entre ce qu'on appelle le champ quantique et le champ électromagnétique, et si oui laquelle?
    Quand tu dis qu'il y a un "support", tu penses que la matière est "quelque chose" de solide. Or en Meca Q justement, la matière est décrite par .... aussi des champs. Il n'y a plus de différence fondamentale entre la matière et la lumière, elles sont décrites toutes les deux par des "champs quantiques" (il y a une différence importante dans ce qu'on appelle le spin, qui fait que la lumière peut "s'interpénetrer" et que différents photons peuvent s'accumuler dans le même état, ce qui fait apparaitre son caractère ondulatoire plus apparent, alors que la matière décrit des particules toutes différentes, ce qui amplifie son apparence "corpuscule" , mais en fait les deux propriétés coexistent dans les deux). Le champ électromagnétique n'est pas exactement le champ quantique, mais disons qu'il s'en déduit.

    La physique actuelle ne donne pas d'explication de ce qu'il y a "sous" ces champs. Il y a bien la théorie des cordes, mais elle ne dit pas plus "de quoi" sont faites les cordes et les espaces dans lequel elles se propagent : ce sont juste des êtres mathématiques finalement... mais ça marche ! (plus ou moins...).

    Merci de m'avoir parler de la théorie de l'éther, cela m'a permis de me documenter, ici même d'ailleurs, et de plus ou moins (moins que plus) comprendre comment elle a cédé la place à la relativité restreinte. Dans le document que j'ai trouvé (et que je n'ai sûrement pas très bien compris) le passage entre les deux théories commence à ce faire quand la simultanéité est remise en question. Ce que je ne comprends avec les exemples d'Einstein c'est qu'il remettent en cause uniquement la simultanéité de la perception d'un événement, pas de l'événement. Je veux dire: même si je m'aperçois de la disparition d'une étoile après un collègue extra-terrestre situé plus proche de cette étoile mourante, ça ne veux pas dire que cette étoile finit d'exister deux fois, à deux moments différent?
    Tu as bien compris , l'essentiel de la Relativité vient de la remise en cause de la notion fondamentale et absolue de simultaneité. Ce n'est pas juste le probleme du temps fini de propagation de la lumière (bien sûr on voit les étoiles comme elles étaient il y a des dizaines voire des milliers d'année, mais on en tient compte dans le calcul) : le problème est que MEME en corrigeant du temps de parcours de la lumière, deux observateurs en mouvement ne seront pas d'accord sur la notion de simultaneité : même si ils sont au même endroit, et regardent deux explosions d'étoiles à la même distance au moment de l'explosion, et bien l'un peut les voir simultanées, et pas l'autre, si il y a un mouvement relatif entre les deux.

    On peut bien sur se demander si l'explosion est "vraiment" simultanée ou non, et donc si un des observateurs a "vraiment " raison et l'autre tort, ses mesures etant "faussées" par quelque chose en liaison avec la vitesse de la lumière (en gros c'etait la question que se posaient les physiciens avant Einstein) : Einstein introduit une rupture epistémologique en disant : puisque deux observateurs en mouvement l'un par rapport a l'autre observent les MEMES lois physiques et que, sans point de comparaison, ils n'ont aucun moyen de savoir qui est fixe et qui est mobile, alors ils doivent etre considérés comme absolument équivalents, et donc si ils ne sont pas d'accord sur la simultaneité, c'est que la simultanéité en elle-même n'a pas de sens absolu et dépend de l'Observateur. Et avec ça tu construis toute la Relativité Restreinte .

    Pour la Relativité Générale, c'est un autre principe mais c'est un peu la même démarche : on part d'un principe fondateur, le principe d'Equivalence (le fait qu'un observateur en chute libre dans un champ de gravitation ne doit plus pouvoir SAVOIR qu'il y a un champ de gravitation, sa chute "annule" tous les effets du champ) , et on en deduit ensuite les conséquences.

  12. #11
    Bango Shank

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Bonsoir,Heureux de constater que je n'avais pas tout compris de travers. Bon je trouve la rupture épistomologique dont vous parlez complétement flippée, mais bon si les calculs qui en découlent fonctionnent sur le plan expérimentale je suis forcer d'admettre que je ne peux pas la réduire à une grosse loufoquerie.

    [...]différence fondamentale entre la matière et la lumière, elles sont décrites toutes les deux par des "champs quantiques" (il y a une différence importante dans ce qu'on appelle le spin, qui fait que la lumière peut "s'interpénetrer"[...] C'est la propriété des bosons, c'est bien ça? Le photon est un boson? Quelles sont les autres propriétés du boson?

    Je commence à me faire une image de ce que propose la mécanique quantique comme "modèle de la nature", si je peux m'exprimer ainsi, c'est à dire: Un monde dépourvu d'objet au sens commun. Y a juste un gros champ quantique d'ou découlent des champs éléctromagnétiques. De la varation d'un champ éléctromagnatique et de son intéraction avec d'autres champs découlent les particules observés (y aurait-il autant de particule observables que de variations électromagnétique possible dans le champ?) qui ne sont que les fruits ponctuels de tout ce bazar. Et c'est le nombre incroyablement grand des interactions, et la complexité fabuleuse de celles-ci qui donnent à nos "objets ordinaires" leur apparence de stabilité et de solidité ainsi qu'un semblant de "persistance dans le temps" (si vous voyez ce que je veux dire, mais même moi j'ai du mal.)
    Suis-je sur la bonne voie?

    Merci à toi Gillesh38 et si d'autres de sentent de répondre aux questions laissées en suspend, c'est cool.

  13. #12
    Floris

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Citation Envoyé par gillesh38 Voir le message
    Il n'y a plus de différence fondamentale entre la matière et la lumière, elles sont décrites toutes les deux par des "champs quantiques" (il y a une différence importante dans ce qu'on appelle le spin, qui fait que la lumière peut "s'interpénetrer" et que différents photons peuvent s'accumuler dans le même état, ce qui fait apparaitre son caractère ondulatoire plus apparent, alors que la matière décrit des particules toutes différentes, ce qui amplifie son apparence "corpuscule" , mais en fait les deux propriétés coexistent dans les deux).
    Bonjour gillesh, tu dit "s'interpénetrer" ne seraice pas plutôt interférer ou ne pas interférer? En effet j'imagine que le spin du photon est sa polarisation et que dans une expérience d'interférences l'état de spin est un point important à prendre en compre si l'on veux faire interférer les deux photon n'est pas??

    Merci de tes précisions.
    Flo
    Seul les imbéciles sont bourrés de certitudes !

  14. #13
    skyjoe

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Floris, je voudrais te poser une question car je suis moi aussi novice en la matière ( c'est le cas de le dire lol)

    Dans le cas ou deux photons ne peuvent s'interférer à cause de leur spin opposés l'un a l'autre (si j'ai bien compris), est ce que les particules se repoussent ?

    Et jfais un clin d'oeil a bango qui me rassure en me prouvant que je suis pas le seul profane sur le site, courage mec on y arrivera lol !

  15. #14
    humanino

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Bonjour,
    Citation Envoyé par Floris Voir le message
    Bonjour gillesh, tu dit "s'interpénetrer" ne seraice pas plutôt interférer ou ne pas interférer?
    Oui je pense que tu as raison et que c'est ce que signifiait gillesh38.
    En effet j'imagine que le spin du photon est sa polarisation et que dans une expérience d'interférences l'état de spin est un point important à prendre en compre si l'on veux faire interférer les deux photon n'est pas??
    Le spin du photon t'indique dans quelle direction pointe le champ éléctrique (ou magnétique). Pour qu'il y ait interférence (constructive ou destructive) il faut donc que les polarisations (ou spin) soient les mêmes. Tu as donc raison à nouveau à mon aivs
    "Puisque toute ces choses nous depassent, feignons de les avoir organisees"

  16. #15
    humanino

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Citation Envoyé par skyjoe Voir le message
    Dans le cas ou deux photons ne peuvent s'interférer à cause de leur spin opposés l'un a l'autre (si j'ai bien compris), est ce que les particules se repoussent ?
    Ah non, attention aux interprétations en termes de particules, pour les interférence c'est un peu délicat. On pourrait dire qu'un photon ne peut interférer qu'avec lui-même !

    Concrètement pour faire des interférences tu prends (par exemple) un laser (qui est un faisceau de plein de photons) et tu le divises en deux avec (par exemple) un miroir semi-transparent. Plus loin les deux faisceaux (cohérents) se croisent à nouveau. Là où ils ont parcouru des distances identiques (modulo la longueur d'onde, ou couleur, du photon) les interférences sont constructives, et là où elles diffèrent (d'un multiple demi-entier de longueurs d'ondes) les interférences sont destructives. Si tu veux avoir une interprétation en terme d'un seul photon, il faut que tu envoies un seul photon à la fois dans ton dispositif, et tu observes alors des impacts sur un écran qui se répartissent statistiquement et à long terme selon le motif d'interférence. Cela implique que le photon unique que tu vois sur ton écran a nécessairement emprunté les deux chemins simultanément (et donc là ou tu ne le regardais pas, en particulier entre le miroir semi-transparent divisant le "faisceau" en deux et l'écran, il est difficile d'imaginer le photon comme étant à deux endroits en même temps...)

    Pour les interactions photon-photon,à toutes fins pratiques elles n'existent pas : le photon interagit avec les particules chargées et il n'est pas chargé lui-même.
    Peut-être des gens vont sortir des arguments capilotractés du genre que strictement ils peuvent interagir par l'intermédiaire d'une particule chargée, comme les interactions lumière-lumière au sein d'un plasma, mais je ne crois pas que c'est ce dont tu parlais ici.
    "Puisque toute ces choses nous depassent, feignons de les avoir organisees"

  17. #16
    skyjoe

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    En fait jusqu'ici j'ignorais l'appellation "destructive" et "constructive" c'est te dire le bourbier dans lequel on se met quand on a pas de cours lol


    Cela dit je n'ai pas très bien compris pourquoi un photon ne peut interférer qu'avec lui-même...dans le cas ou deux photons ont la même longueur d'onde, il peut y avoir interférence constructive non ?

    En tout cas si j'ai bien compris, puisque lorsqu'on constate, a titre d'exemple, avec l'expérience portant sur un seul photon, que celui ci emprunte les deux itinéraires possibles, cela veut dire que lorsqu'on envoie un faisceau de photon sur un miroir semi transparent (au debut j'avais cru comprendre qu'il était disposé a l'horizontal pour "diviser le faisceau", ne comprenant pas comment un photon peut traverser une paroi, chose pourtant commune à travers une fenetre, donc il faudra que je me penche sur la question lol), bref cela veut dire que TOUS les photons du faisceaux ont en théorie emprunté les deux itinéraires possible ?????
    Dans ce cas pourquoi la lumière ne garde pas la même intensité ???

    Pourquoi le cas avec un seul photon ne se reproduit pas pour le faisceau entier ?

    Tout ca est tres interressant, mais plus on cherche a comprendre la physique quantique, et plus on tombe sur des phénomenes qu'on, ou plutot que JE comprends pas, lol !

    En tout cas merci d'avoir répondu, et si certaines persones veulent bien continuer à me renseigner, ça serait tres sympa de votre part (j'ai pris le relai Bango, c'est un marathon ce topic ahah)

    Merci !

  18. #17
    GillesH38a

    Re : Interrogations irritantes du profane à propos de la physique quantique.

    Citation Envoyé par Floris Voir le message
    Bonjour gillesh, tu dit "s'interpénetrer" ne seraice pas plutôt interférer ou ne pas interférer? En effet j'imagine que le spin du photon est sa polarisation et que dans une expérience d'interférences l'état de spin est un point important à prendre en compre si l'on veux faire interférer les deux photon n'est pas??

    Merci de tes précisions.
    Flo
    non, c'est le principe d'exclusion de Pauli qui dit que deux particules ne peuvent pas occuper la même place au même moment (ou le même etat quantique). C'est vrai pour les fermions comme les électrons, mais rien n'interdit aux photons d'être au même endroit. L'interférence est autre chose, elle peut avoir lieu pour toutes les particules et concerne plutot les particules avec elles-mêmes (cependant on peut avoir des interférences à deux photons en prenant beaucoup de précaution).

Discussions similaires

  1. Physique Quantique
    Par SwizzBeatz dans le forum Physique
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/11/2007, 12h00
  2. vulgarisation:physique newtonienne,relativité et physique quantique
    Par bashad dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 3
    Dernier message: 04/10/2007, 18h26
  3. Physique quantique
    Par Exocet AM39 dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 16
    Dernier message: 15/04/2006, 12h21
  4. physique quantique
    Par paradoxdu74 dans le forum Physique
    Réponses: 9
    Dernier message: 20/03/2006, 00h55
  5. Joindre la physique quantique à la physique relativiste...
    Par mort_khan/Triskaël dans le forum Physique
    Réponses: 79
    Dernier message: 01/08/2005, 16h03