Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Torpille a supercavitation "sqval"



  1. #1
    migou

    Torpille a supercavitation "sqval"

    Quelqu'un peut-il m'expliquer comment ca marche ? par quel miracle l'injection de bulles au nez de la torpille permet a celle ci d'atteindre des vitesses enormes sous l'eau ?

    -----


  2. #2
    domlefebvre

    Re : Torpille a supercavitation "sqval"

    La réponse est bête comme chou, même si la mise en oeuvre est coton. En injectant du gaz autour de la torpille, on crée une interface gazeuse entre le corps de l'arme et le milieu marin. En fait, la torpille se déplace dans une bulle d'air, où bien sur la résistance à l'avancement est beaucoup plus faible (viscosité moindre).
    Il faut bien sur que la bulle se déplace en même temps que l'arme. Et c'est là tout le problème. D'autant qu'il faut aussi éviter la cavitation, à cause du bruit! Bien qu'une torpille qui arrive à 60 ou 100 noeuds d'un SM soit difficilement évitable!

  3. #3
    migou

    Re : Torpille a supercavitation "sqval"

    D'accord mais comment créer le débit de gaz nécessaire à maintenir une telle enveloppe gazeuse au nez de la torpille. Ca doit etre enorme, non ? Quel générateur peut fournir ca? Comment ca marche au pratique pour que la bulle reste en place de façon permanente ? parce que si elle creve d'un coup, bonjour les degats !

  4. #4
    domlefebvre

    Re : Torpille a supercavitation "sqval"

    Citation Envoyé par migou
    D'accord mais comment créer le débit de gaz nécessaire à maintenir une telle enveloppe gazeuse au nez de la torpille. Ca doit etre enorme, non ? Quel générateur peut fournir ca? Comment ca marche au pratique pour que la bulle reste en place de façon permanente ? parce que si elle creve d'un coup, bonjour les degats !
    Ben mon gars, comme on dit dans la Marine, si c'était simple, cette arme fonctionnerait depuis longtemps!
    Tout d'abord, disons que cette techno relève en grande partie du secret défense, pas dans le principe mais dans les mécanismes employés.
    Ce que j'en sais (mon domaine ce sont plutôt les systèmes d'armes spéciaux), c'est qu'on utilise un générateur de gaz chimique. Si tu regardes bien, la quantité de gaz produite n'est pas très importante (c'est relatif!): le temps de course de l'arme est très court (portée de tir efficace de l'ordre de 10 à 20 nautiques, vitesse supposée > 100 noeuds).

    Le pb consiste à créer un flux gazeux homogène et laminaire autour du corps de la torpille.
    Mais songe aussi qu'il y a un autre pb à résoudre: si la torpille est propulsée par une hélice: gros pb, l'hélice bat de l'air! Pas bon ça! Il faut donc trouver un autre système de propulsion.
    Autre chose, il ne faut pas qu'on l'entende venir de l'autre bout du monde, sinon, en 2 ou 3 minutes, on peut déclencher des contre-mesures... Et la supercavitation en termes de discrétion acoustique, on a vu mieux.

    Tout ça pour dire que ces joujoux ne sont pas encore au point, enfin pas vraiment! (les russes sont spécialistes des destructions massives de SM par ces jouets, de leurs SM....)

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. La science du "Comment?" peut-elle dire "POURQUOI?" au moins une fois?
    Par Jean-Michel Tengang dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 83
    Dernier message: 12/07/2017, 22h12