Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 34

impact psychologique du confinement.



  1. #1
    ansset

    impact psychologique du confinement.


    ------

    bonjour,
    Je lance le sujet peut être un peu rapidement, n'ayant pas eu vraiment le temps de me documenter dessus.
    Je me suis posé la question cette nuit d'insomnie.
    0n commence à trouver qcq articles sur la toile comme celui-ci:
    https://www.franceculture.fr/societe...st-traumatique
    pour ma part, mais ce ne sont que des ressentis perso ( donc sans + ) je crains que l'on sous estime cet impact sur une durée assez longue et selon la composition du "tissus confiné". ( personne seule privée de réel contact , familles nombreuses, ....)

    je préfère à ce stade lancer le sujet comme un point d'interrogation, parce que je ne suis pas psychologue et qu'il me semble préférable de "poser la question" que de tenter "d'imaginer que".

    merci par avance pour vos avis éclairés.

    -----
    Dernière modification par ansset ; 26/03/2020 à 10h09.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  2. Publicité
  3. #2
    pm42

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    bonjour,
    Je lance le sujet peut être un peu rapidement, n'ayant pas eu vraiment le temps de me documenter dessus.
    On va sans doute avoir des avis éclairés mais en attendant, tu peux regarder ce qui a été écrit sur les astronautes au long cours. Je crois me souvenir que c'est un problème non négligeable et pourtant, ils sont sélectionnés.
    D'un autre coté, c'est un cas extrême.

  4. #3
    ansset

    Re : impact psychologique du confinement.

    re-
    comme tu le précises bien, eux sont préparés pour, au moins dans dans leur projection de mode vie.
    je m'intéresse d'avantage à la famille lambda avec l'un ou les deux parents à la fois en télétravail ( ou pas) et avec des enfants. ( d'âges divers )
    il me semble (*) que ni les uns, ni les autres, ne sont "préparés pour", surtout que cela s'accompagne aussi d'un suivi scolaire.

    (*) voilà que je commence à pointer des interrogations plus précises ( ce que je voulais éviter ).
    mais je m'imagine dans cette situation familiale enfant avec mes frères et soeurs dans app réduit , et j'imagine les tensions montantes
    Dernière modification par ansset ; 26/03/2020 à 10h50.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  5. #4
    vep

    Re : impact psychologique du confinement.

    Il y a eu une meta analyse faite par une équipe qui est évoquée ici : https://www.lejournaldumedecin.com/m...eck=1584369926

    Beaucoup d'effets négatifs sont en effet relevés.
    La plupart des études examinées signalent des effets psychologiques négatifs, notamment les symptômes de stress post-traumatique, la dépression, la confusion, la colère, la peur, et l'abus de substances médicamenteuses. Les facteurs de stress comprennent une durée de quarantaine plus longue - au-delà de 10 jours, le risque est plus élevé -, la crainte d'infection, la frustration, l'ennui, le manque de fournitures de base telles que la nourriture, l'eau et les vêtements, des informations inadéquates des autorités sanitaires, des pertes financières engendrées notamment par l'absence au travail et la stigmatisation, parfois même de la part de l'entourage proche.
    A noter :
    Actuellement les professionnels de la protection de l'enfance et les associations de défense des femmes battues s'inquiètent beaucoup de ce qui va se passer pour ces personnes fragile en période de confinement.

  6. #5
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Le confinement induit une rupture avec une existence physique à l'extérieure et à l’intérieur très différente d'une famille, d'un individu à l'autre. La richesse est l'équilibre de vie précédent le moment de confinement vont déterminer des seuils de résilience. Le type d'habitat aussi; au delà de la surface/individu, il y a une variabilité de voisinage: le bruit s'invite et envahi.
    Mes plus grosses inquiétudes concerne les familles avec violences conjugales, les personnes seules, les personnes phobiques etc..
    Un ou des N° verts devraient être rapidement crées, avec des écoutants etc..
    Une solidarité de communication pourrait être envisagée aussi , en particulier avec les personnes âgées.

    Il y a aussi à prendre en compte les non-confinnés, les "premières lignes" qui vivent surement quelque chose de bien plus traumatisant.
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    archeos

    Re : impact psychologique du confinement.

    Hello!
    (Vep, si tu veux effacer, je serai pas vexé mais ça m'a fait trop rire)

    JOURNAL DE CONFINEMENT

    JOUR 1

    Mercredi 18 mars. Premier jour à quatre à la maison. Journée ensoleillée, les enfants ont pu profiter du jardin. Pas encore de nouvelles de la maîtresse, j'imagine qu'il faut le temps de s'organiser. Ce midi, apéritif en famille, jeux l'après-midi ; Mathilde avait fait un gâteau au chocolat pour le goûter. Petit air de vacances !

    JOUR 2

    Jeudi 19 mars. Première tonte de l'année ! J'adore l'odeur de l'herbe coupée. Les arbres sont en bourgeons, les tulipes sortent de terre, les premiers jours de printemps sont toujours agréables !
    Foot avec les enfants qui ont fini par se disputer, comme toujours. La vie s'organise tranquillement.

    JOUR 3

    Vendredi 20 mars. Les premiers devoirs sont tombés pour Mathis : révisions sur les divisions. Surtout rester calme...
    Léa fait des dessins pour papa et maman. Trop mignon.

    JOUR 5

    Dimanche 22 mars. Le jardin est au carré, on dirait Versailles ! Comme quoi il y a toujours du bon à prendre ! Mathilde a les mains dans la farine la moitié du temps : gare aux kilos en trop !
    Léa a épuisé la moitié du stock de pages blanches, c'est moche pour la planète.
    Côté divisions, on rame...

    JOUR 7

    Mercredi 25 mars. Si Mathis me demande encore une fois ce qu'est un dividende, je lui fais manger son cahier !
    Léa a enfoncé toutes les pointes de feutres et chouine à longueur de journée.
    Mathilde s'est lancée dans la confection d'un gâteau roumain à la purée de marrons et aux pruneaux. Est-ce vraiment une bonne idée ? Le temps commence à sembler long.

    JOUR 10

    Samedi 28 mars. Je crois que mon fils est con, j'ai abandonné la division. On a une semaine de retard sur le travail envoyé par la maîtresse. J'ai vomi le gâteau aux marrons.

    JOUR 11

    Dimanche 29 mars. La caisse à outil est nickel, j'ai rangé mes clefs plates par ordre de grandeur, les marteaux par ordre croissant de poids. J'ai trié tout ce qui pouvait se trier dans la maison : clous, vis, boutons, punaises (par couleurs), slips.. Je commence à voir flou.

    JOUR 14

    Mercredi 1er avril. On continue sur le passé simple. La décence m'oblige à me taire. ..

    JOUR 15
    Je rédige une lettre à l'attention du pape pour faire canoniser la maîtresse de mon fils. J'ai envie d'écouter Céline Dion en passant l'aspirateur dans le garage. Je crois que ça va pas le faire.

    JOUR 16

    Vendredi 3 avril. « Les enfants prenâmes le goûter sur la terrasse ». Bon c'est fois-ci c'est clair, Mathis n'aura pas non plus le prix Nobel de littérature... J'ai envie d'épouser sa maîtresse...je crois que je commence à délirer...
    Léa regarde la télé H 24.
    Mathilde a commencé une pièce montée à cinq étages. Je le sens pas trop. J'ai déjà pris cinq kilos...

    JOUR 17

    Samedi 4 avril. Je crois que j'ai chopé un Gilles de la Tourette avec ce putain de passé simple de merde !
    La pièce montée s'est cassé la gueule.
    J'ai des hallucinations, les dessins de ma fille me parlent !

    JOUR 18

    Dimanche 5 avril. Pour la première fois de ma vie, j'ai prié Dieu...

    JOUR 19

    J'ai bouffé la page du livre de conjugaison. Problème réglé...

    JOUR 20

    Passé la journée à chercher le chien, on l'a perdu !

    JOUR 21

    Merde, c'est vrai, on n'a pas de chien ! J'attaque ma cinquième bière de la journée.
    Léa ressemble à un lapin qui aurait attrapé la Myxomatose.

    JOUR 30

    36 mars. Je suis sûr d'avoir vu passer la maîtresse de Mathis dans la pâture derrière chez nous : elle promenait son Bescherelle en laisse.
    Je vais reprendre un Ricard …

    JOUR 31

    J'ai les dents qui grattent, je transpire des yeux. Je me rends compte que mon slip est à l'envers. Comme je le porte au-dessus mon pyjama, j'ai l'air encore plus con.

    JOUR 32

    An 3020 après ma belle-mère. Plus de farine dans les magasins, Mathilde est prostrée sur une chaise dans la cuisine, elle fait la conversation au four.
    Mathis essaye de diviser le passé simple. Léa bave devant la télévision. Les stocks de Ricard sont épuisés. Au secours...

    JOUR 40

    37 avril 2028. Oh putain on a remonté le temps ! Il se passe des trucs bizarres... Il y a une dame dans ma cuisine qui pleure en regardant le four, je ne sais pas du tout qui c'est. Et cette petite assise dans le coin qui regarde en ricanant, elle me file les jetons. De toute façon je ne sais plus comment je m'appelle. Je ne sais même plus pourquoi j'écris. C'est la fin...

    JOUR 50

    Il s'est passé quelque chose. Il y a des gens partout, on entend « c'est fini ! », « C'est fini ! », « Plus de confinement ! ». Je ne sais pas ce qu'il se passe. Je sors pour voir. Je m'y reprends à trois fois avant de savoir enfin passer la baie vitrée. Je respire à pleins poumons. Je tombe dans les pommes. Direction les urgences.

    JOUR 60

    Vendredi 15 mai. Reprise du travail depuis une semaine. Mathilde, Mathis et Léa vont bien. La vie a repris son cours normal, si ce n'est que j'ai du cholestérol, du diabète, des troubles de la personnalité (mon double ne parle qu'au passé simple et cherche à diviser tout ce qu'il peut, c'est un peu pénible...) Mais bon nous en sommes sortis vivants ! Rendez-vous demain chez la psy, 15h30...
    Veuillez contacter l'administrateur si votre date de naissance a changé
    (Futura Sciences)

  9. Publicité
  10. #7
    pm42

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par archeos Voir le message
    Hello!
    (Vep, si tu veux effacer, je serai pas vexé mais ça m'a fait trop rire)
    J'espère qu'on ne va pas effacer, j'ai ri aux larmes.

  11. #8
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par pm42 Voir le message
    J'espère qu'on ne va pas effacer, j'ai ri aux larmes.
    Attention à J+15 tu riz au lait.
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  12. #9
    vep

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par Liet Kynes Voir le message
    Un ou des N° verts devraient être rapidement crées, avec des écoutants etc..
    Une solidarité de communication pourrait être envisagée aussi , en particulier avec les personnes âgées.

    Il y a aussi à prendre en compte les non-confinnés, les "premières lignes" qui vivent surement quelque chose de bien plus traumatisant.
    Dans les services hospitaliers, les psychologues ont été mobilisés dans le cadre du "plan blanc" , au service des patients mais également des soignants.
    Les CUMP sont également sur le terrain.

    Par ailleurs, beaucoup de psychologues se sont engagés dans le cadre de la réserve sanitaire pour accompagner les soignants.

  13. #10
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par vep Voir le message
    Dans les services hospitaliers, les psychologues ont été mobilisés dans le cadre du "plan blanc" , au service des patients mais également des soignants.
    Les CUMP sont également sur le terrain.

    Par ailleurs, beaucoup de psychologues se sont engagés dans le cadre de la réserve sanitaire pour accompagner les soignants.
    Une collègue soignante de mon épouse viens de nous appeler: 39° et toux , elle va être testée ce matin. Son désarrois est total.
    Il y a l'angoisse permanente du fait de l'exposition mais les psychologues apportent un soutien et il y a le moment ou l'on est "finalement" touché..
    Dans les autres professions exposées (personnel de supermarché en particulier) la situation est traumatisante dans la durée, il faut s'attendre à de lourdes conséquences psychologiques chez ces personnes qui ne sont pas forcement accompagnées comme les soignants.
    Pour les confinés de longue durée, l'extérieur risque d'être perçu à terme comme une zone de guerre: des troubles phobiques à venir sont peut-être à craindre. La nécessaire distanciation sociale lors des rares sorties (pour les plus terrorisés) peut se transformer en troubles aussi peut-être?
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  14. #11
    pm42

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par Liet Kynes Voir le message
    Dans les autres professions exposées (personnel de supermarché en particulier) la situation est traumatisante dans la durée, il faut s'attendre à de lourdes conséquences psychologiques chez ces personnes qui ne sont pas forcement accompagnées comme les soignants.
    Je ne sais pas si on a des statistiques sur l'effet des grosses crises. Cela serait intéressant.

  15. #12
    gunthiern

    Re : impact psychologique du confinement.

    Cela dépend de l'environnement où habite le confiné
    i1)isolé, seul, sans famille
    (2)en appartement famille en appartement
    (3) en famille dans maison avec jardin
    La différence de stress entre ces 3 cas doit certainement être très importante

  16. Publicité
  17. #13
    gunthiern

    Re : impact psychologique du confinement.

    Véronique Le Guen,
    Un exemple de confinement aigüe

    https://www.lemonde.fr/archives/arti...9_1819218.html

    qui tourne au suicide

  18. #14
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Pour la population Française le confinement permet des sorties, il faut relativiser.. le principal impact psychologique réside dans la peur de la maladie à mon avis.
    Il y a peut-être des situations ou le confinement induit une rupture brutale d'avec certaines dépendances ou addictions, parfois insoupçonnées.
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  19. #15
    vep

    Re : impact psychologique du confinement.

    Effectivement c'est surtout l'augmentation significative du niveau de stress qui peut être délétère.

    Quant au confinement il pose surtout problème pour ceux qui vivent dans des environnement familiaux déjà problématiques (promiscuité excessive, personnes violentes au domicile, par exemple)
    La situation "d'école à la maison" est également génératrice d'énormément de tensions parents-enfants.

  20. #16
    ansset

    Re : impact psychologique du confinement.

    je viens d'entendre ( hier ) sur France Culture ou France Info ( sais plus ), qu'il y avait une estim d'augmentation de 30% de violences conjugales.
    désolé de ne pas avoir plus de fiabilité de source, mais cela ne me surprendrait pas.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  21. #17
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    je viens d'entendre ( hier ) sur France Culture ou France Info ( sais plus ), qu'il y avait une estim d'augmentation de 30% de violences conjugales.
    désolé de ne pas avoir plus de fiabilité de source, mais cela ne me surprendrait pas.
    C'est une certitude, + le contact avec une personne violente est fréquent plus les risques augmentent, la permanence de ces situations est dramatique.

    Sur le côté Parents-enfants , le stress est pour les parents avec mon gamin on parlait de compacité des minéraux aujourd'hui ; En cristallographie, la compacité (ou taux de remplissage) d'un édifice cristallin, dans le modèle des sphères dures, est le rapport du volume total des sphères d'une maille à celui de la maille qui les contient. C'est le taux d'occupation réel de l'espace. encore une histoire de fragilité pour un espace occupé
    Le côté positif dans notre époque c'est que les enfants ont des outils pour communiquer et jouer ensembles à distance.. Si une discipline de vie est en place entre travail scolaire, divertissement et sport-culture les choses vont bien. Si au départ ces équilibres ne sont pas là c'est beaucoup plus compliqué.
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  22. #18
    ansset

    Re : impact psychologique du confinement.

    ceci dit, je vois aussi des gestes et comportements de solidarité entre voisins qui n'existaient pas avant.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  23. Publicité
  24. #19
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par ansset Voir le message
    ceci dit, je vois aussi des gestes et comportements de solidarité entre voisins qui n'existaient pas avant.
    Lorsque les cellules familiales sont menacées la recherche de nouveaux équilibres est nécessaire, c'est aussi le fondement de la société..
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  25. #20
    amineyasmine

    Re : impact psychologique du confinement.

    bonjour
    un petit avis

    3 Premiers jours bien passer
    le 4ème jour, travail appel, au bureau, il y une petit urgence.

    cette urgence a pondue d'autres urgences, il faut revenir le lendemain au bureau

    IDEM les jours suivants


    si tu as la possibilité de se confiner et sans manque de nourriture d’internet et autres

    il faut s’estimer chanceux et heureux
    Dernière modification par amineyasmine ; 28/03/2020 à 00h03.

  26. #21
    amineyasmine

    Re : impact psychologique du confinement.

    carte interactive réduit le stresse si vous êtes confinés

    https://gisanddata.maps.arcgis.com/a...23467b48e9ecf6

    si vous êtes dehors ça augmente le stresse
    Dernière modification par amineyasmine ; 28/03/2020 à 00h14.

  27. #22
    vep

    Re : impact psychologique du confinement.

    L'inserm lance une étude sur le sujet;
    nous verrons bien si les résultats sont intéressants.
    https://www.inserm.fr/actualites-et-..._AO-8O0sugcGzk

  28. #23
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par amineyasmine Voir le message
    bonjour
    un petit avis

    3 Premiers jours bien passer
    le 4ème jour, travail appel, au bureau, il y une petit urgence.

    cette urgence a pondue d'autres urgences, il faut revenir le lendemain au bureau

    IDEM les jours suivants

    si tu as la possibilité de se confiner et sans manque de nourriture d’internet et autres

    il faut s’estimer chanceux et heureux
    Il y a ceux qui vont servir à développer l'immunité globale et ceux qui vont en profiter, c'est clair.

    En principe la population active est aussi protégée du fait des comorbidités potentielles, dans ces situations des actifs sont confinés, cela dit la liste de comorbidité reconnue est assez étroite, certains emplois précaires laissent les gens fragiles dans un dilemme: le risque de santé ou le risque financier.
    Il faut citer les parents qui peuvent prétendre à la garde des enfants chez eux mais qui ne le font pas de peur de perdre leur emploi.
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  29. #24
    ansset

    Re : impact psychologique du confinement.

    merci pour le lien Vep.
    ceci dit, il semble que cette étude ait été lancée très tôt :
    "Il était important d’aller vite pour capter ce moment extrêmement particulier des premiers jours du confinement, ce changement brutal des habitudes et de l’organisation, l’état d’esprit des individus", explique Anne Giersch.

    De fait, elle donnera une indication sur la réaction à la "mise en confinement" , qui est certes utile, mais pas à "l'effet confinement" sur la durée.
    Qui est d'un ordre différent/complémentaire.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  30. Publicité
  31. #25
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Aussi et en particulier l'effet de confinement chez les enfants?

    - Les enfants qui ont leur parents avec eux
    - Les enfants qui on un ou les deux ou l'unique parent qui travail
    - Les enfants qui constatent la maladie dans les familles avec lesquelles ils sont en contact via les réseaux sociaux
    - Les enfants qui constatent la maladie à travers l'absence brutale de ou d'un enseignant via la voie numérique
    - Les enfants qui appréhendent qu'un des parents tombe malade

    Etc... jusqu'au pire, la situation de violence intra-familiale

    https://www.lassmat.fr/etre-assmat/t...ur-les-enfants
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  32. #26
    ansset

    Re : impact psychologique du confinement.

    Citation Envoyé par Liet Kynes Voir le message
    Il y a ceux qui vont servir à développer l'immunité globale et ceux qui vont en profiter, c'est clair.
    heu ! non, c'est pas clair, que veux tu dire ?
    Citation Envoyé par Liet Kynes Voir le message
    En principe la population active est aussi protégée du fait des comorbidités potentielles, dans ces situations des actifs sont confinés, cela dit la liste de comorbidité reconnue est assez étroite, certains emplois précaires laissent les gens fragiles dans un dilemme: le risque de santé ou le risque financier.
    Il faut citer les parents qui peuvent prétendre à la garde des enfants chez eux mais qui ne le font pas de peur de perdre leur emploi.
    là aussi, je ne suis pas certain de comprendre, mais il me semble quand même que ce n'est pas vraiment le sujet du fil.

    En revanche
    Etc... jusqu'au pire, la situation de violence intra-familiale
    ça oui, ( ainsi que le ressenti des enfants) bien d'avantage
    Cdt
    Dernière modification par ansset ; 28/03/2020 à 11h03.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  33. #27
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Voilà un article qui donne une vision de la stratégie:

    https://france3-regions.francetvinfo...t-1804046.html

    Le confinement est partiel, le choix est fait de sauvegarder l'économie en tentant de protéger certains actifs dont le pronostique sera défavorable d'entrée en raisons de l'état de santé (diabète, pathologies cardio-vasculaires..)
    Cela induit qu'une partie de la population reste exposée, la partie en principe (et je dis bien en principe) plus à même de résister au virus, cette partie de population va constituer le noyau dur de l'immunité globale à terme.
    Tu as donc bien une partie de la population qui va en s'immunisant réduire le taux de contagion pour les autres qui ne peuvent pas être exposés sans que le risque soit inconsidéré (personnes âgées..).

    De cela c'est facile de lister un certain nombre de situations de confinements pour lesquelles le vécu peut être différent.
    Si on avait été dans un contexte de confinement total avec utilisation de stocks alimentaires ce serait moins complexe pour identifier les impacts psychologiques potentiels aussi il me semble utile de bien comprendre que le mot confinement intègre en réalité une forte variabilité de situations.
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  34. #28
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Petite relance subtile de situations délicates :

    - Confinement dans un paquebot (la croisière panique)
    - Confinement en Prison
    - Confinement à l’hôpital psychiatrique
    - Confinement à l’hôpital tout court

    Les premières sont non choisies, la dernière est relative: un certain pourcentage de la population doit être actuellement en dilemme quant à signaler des symptômes (Covid19 ou non) pour ne pas se retrouver à l’hôpital donc dé-confinés donc "exposés".
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

  35. #29
    ansset

    Re : impact psychologique du confinement.

    curieux que tu pointes des confinements spécifiques (comme à l'hosto que je connais malheureusement trop ) où on est déjà en grande partie "confiné" par principe , lié à une pathologie où suite à un traitement assez long.

    au cas où tu ne l'aurais pas compris ( plusieurs posts un peu HS sur la méthodologie j'ai l'impression ) , je pense au confinement des gens "lambda", en situation non prévue et ( il me semble ) très souvent assez déstabilisante.
    -les couples qui se retrouvent H24 avec des tensions ( violences conjugales qui semblent augmenter ).
    -les enfants à gérer où tout se gâte au fil des jours, surtout en famille nombreuses...
    -les personnes en état de fragilité avant ( troubles dépressifs, "bipolaires", autres.... )
    -etc...
    Dernière modification par ansset ; 29/03/2020 à 14h39.
    y'a quelque chose qui cloche là dedans, j'y retourne immédiatement !

  36. #30
    Liet Kynes

    Re : impact psychologique du confinement.

    Oui c'est exprès que j'ai glissé subtile dans cette relance; il y a des situations très différentes mais celles çi sont différentes par des raisons qui vont déterminer l'impact psychologique.
    Tu ouvres l'idée d'un impact psychologique cependant il y en a une multitude et tu dis que tenter "d'imaginer que.." serait non pertinent: c'est au contraire le moment de le faire.
    Faisons l'inventaire, les spécialistes y prendront du significatif à valoriser en actes et en prévention.
    Pour rendre service c'est ici : covid19.reserve-civique.gouv.fr

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Fusion par confinement inertiel vs confinement magnétique
    Par dragounet dans le forum Physique
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/09/2009, 21h03
  2. Choc psychologique !
    Par invité6543212033 dans le forum Psychologies (archives)
    Réponses: 26
    Dernier message: 18/12/2008, 09h49
  3. Impact psychologique d'un incendie
    Par lynoulune dans le forum Psychologies (archives)
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/10/2007, 16h12