Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

inhalation de "pchit-pchit"



  1. #1
    Dordon

    inhalation de "pchit-pchit"

    Bonjour,
    On m'a parlé d'une pratique qui m'a parru non seulement bizarre mais dangereuse, je voudrais connaitre votre avis:
    on prend un déodorant, on recouvre l'embou d'une serviette que l'on applique sur la bouche, après on expulse le produit du déodorant et on l'inspire à travers la serviette. Cette inhalation ralentirait la fréquence de notre vision, on a l'imppression de voir 0.5 img/s. On m'a dit que cette effet serait dû au monoxyde de carbonne mais vu la dangereusité du gaz j'en doute fortement. Qu'en pensez-vous ? Quel sont les dangers ?

    Drdn

    -----

    DrDn en qwerty

  2. Publicité
  3. #2
    Glast

    Re : inhalation de "pchit-pchit"

    Le CO a une affinité très largement supérieure à l'oxygène pour la fixation sur l'hémoglobine, du coup il se fixe en priorité et l'organisme se voit priver d'oxygene : il rentre en hypoxie. Le cerveau et la rétine en particulier sont très sensibles à l'hypoxie et les dégats causés dépendent du taux de formation de carboxyhémoglobine dans le sang (HbCO). Ce que je pense de cette pratique ? totalement débile.



    Voici un tableau des risques

    Taux de HbCO

    0 à15% Pas de symptôme

    Non-fumeur : 1 à 2 % (catabolisme de Hb, pollution)

    Fumeur : jusqu’à 15 % de façon transitoire

    15 à 25% Céphalées, nausées, étourdissements, troubles visuels et/ou de concentration.

    > 25% Anomalie à l’ECG (ischémie, arythmie)

    > 30% Somnolence, convulsion, coma

    > 60% décès


    tableau tiré de ce site :
    http://perso.wanadoo.fr/aresub/medec...eneralites.htm
    Le maître montre la lune
    L' idiot regarde le doigt

  4. #3
    kinette

    Re : inhalation de "pchit-pchit"

    Bonjour,
    Je ne pense pas qu'on ait ici affaire à du CO mais plutôt à des substances style butane, pentane... (le CFP ayant été supprimé).
    Pour information, je pense que cette page suffit à comprendre les risques de telles pratiques:
    http://www.prevention.ch/sniffing.htm
    Une fois les effets estompés, la personne qui a sniffé se retrouve avec un léger mal de tête et des problèmes de concentration, qui s'apparentent à une «gueule de bois». Il arrive que l'inhalation de solvants organiques provoque des vomissements, un rhume, des quintes de toux ou des saignements de nez. Durant la phase d'intoxication, une altération de l'ouïe peut survenir, de même que des picotements aux pieds et aux mains. Une haute concentration de solvants est susceptible de causer des hallucinations, voire une perte de conscience.
    Le «sniffing» entraîne parfois la mort, bien que les cas soient rares. Les décès soudains sont généralement dus à des troubles du rythme cardiaque et à un apport insuffisant d'oxygène dans le cerveau («Sudden sniffing Death Syndromes» ou syndrome de mort soudaine par «sniffing»). En Angleterre, on recense quelque cent cas par an, et la Suisse n'est pas épargnée par ces décès subits. Il convient de relever que la mort peut aussi avoir des causes indirectes, à savoir l'asphyxie de l'usager dans ses propres régurgitations en cas d'inhalation dans un sac de plastique posé sur la tête. Parmi les causes indirectes de décès, relevons également les explosions à la suite d'une mauvaise manipulation des substances, les chutes et les accidents de la circulation imputables à l'état d'ébriété.
    Les effets de l'inhalation répétée et chronique de solvants n'ayant pas fait l'objet d'études approfondies, on ne connaît pas suffisamment les effets des mélanges de solvants, qui cumulent parfois jusqu'à 20 composants différents. Il est toutefois certain que l'interaction alcool-solvants a des effets néfastes sur l'usager. Si l'on sait que les solvants sont neurotoxiques, leurs effets diffèrent en fonction de la substance absorbée. A titre d'exemple, le toluène touche le système nerveux, entraînant altération de l'ouïe, pertes d'équilibre et problèmes de concentration. L'hexane et l'essence altèrent le système nerveux, endommagent la moelle osseuse et entraînent parfois des spasmes musculaires. L'usage de produits organiques chlorés affecte les poumons, le foie et les reins.
    La consommation habituelle de substances volatiles est souvent la cause d'irritations des muqueuses labiales et nasales qui surviennent au moment de l'inhalation et peuvent causer des inflammations aux endroits de contact avec la substance. Outre les troubles de nature physique, l'usage régulier de ce type de produits peut être à la source de problèmes scolaires. En effet, la fatigue liée à la disparition de l'état d'ébriété, le manque de mémoire et les problèmes de concentration (faiblesse cognitive) influent directement sur les prestations scolaires. Autant de symptômes qui rétrocèdent lorsque l'élève cesse de sniffer. Alors qu'une certaine tolérance s'installe en cas de consommation régulière - c'est-à-dire que le consommateur doit absorber de plus grandes quantités de produit pour atteindre les mêmes effets -, on a rarement constaté une dépendance physique. Toutefois, les études ont démontré que les adolescents souffrant de problèmes familiaux ou personnels affichaient souvent une dépendance d'ordre psychique.
    K.
    Nomina si nescis, perit et cognito rerum.

  5. #4
    fred58769

    Exclamation Re : inhalation de "pchit-pchit"

    Bonjour,

    Je voudrais faire partager une expérience dont je ne suis pas fier du tout: l'inhalation de butane.

    Formule chimique: C4H10.

    Chaque "shoot" avais une période d'une une heure et pouvait durer 20 heures, les effets étaient agréable: sensation de légèreté, d'euphorie, je me sentais décontracté.

    Seulement, après une semaine de ce traitement, je commençais à me blesser tout seul (de beaux hématomes sur les jambes), a avoir de graves hallucinations (voir et parler à des personnes inexistantes, se retrouver dans un autre lieu,...) qui avaient l'air trop réelles. Puis la légèreté se transforma en lourdeur, l'euphorie en dépression (crises de larmes apparement sans causes), Et il m'étais arrivé une fois de sortir du "shoot" car je ne respirais plus; je commencais à m'asphyxier!!! Ensuite vint les réveils en sursaut, en sueur et le cerveau qui devenait trop petit pour mon crâne. Je dois remarquer cependant que mes rêves n'ont jamais été aussi clair et surtout aussi précis.

    Une autre chose grave: la DEPENDANCE.

    Je suis maintenant super nerveux et distrait, je fais de la tachycardie, des sueurs froides et je dors très mal (endormissement difficile et réveil très tôt).

    Je n'ai jamais voulu consulter de médecin pour quelques raisons évidentes.

    A ne pas faire.

  6. #5
    nigelll

    Re : inhalation de "pchit-pchit"

    Fred58679
    G les mème symptome que toi, il son apparu 3 jour après avoir expérimenté le déo!!

    Kes ke tu as fait, le sommeil est revenu?

    Ke faut il faire?

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    mh34

    Re : inhalation de "pchit-pchit"

    Ke faut il faire?
    Consulter votre médecin traitant ou téléphoner à un centre antipoisons.!
    Et cesser de jouer à ce jeu idiot!
    Il peut être mortel ( entrainer un arrêt cardio-respiratoire, comme raconté dans ce lien).
    http://www.sciencedirect.com/science...d229bbbbbd291b

  9. Publicité
  10. #7
    docteur vincent

    Re : inhalation de "pchit-pchit"

    Une jeune patiente sniffait de l'harpic depuis quelques mois quand elle a aterri à l'hôpital pour y mourir d'insuffisance respiratoire aigüe.
    tous ces produits chimiques il faut s'en méfier.
    maman et médecin, concilier le tout

  11. #8
    melmoth44

    Re : inhalation de "pchit-pchit"

    J'ai effectué la meme experience pour des raisons que vous devez soupçonner durant la fin de mon adolescence mais par contre avec une recharge de gaz pour briquet conservé bien en dessous du 0... les symptomes sont perte de connaissance,cauchemard glacé ou le temps n'existe presque plus,perte de 10 kg en moins d'une semaine et quelques troubles psychiatrique selon les professionnels...bref...quel dommage mon cerveau a encouru? pouvez vous me renseigner?

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. La science du "Comment?" peut-elle dire "POURQUOI?" au moins une fois?
    Par Jean-Michel Tengang dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 83
    Dernier message: 12/07/2017, 22h12
  2. Réponses: 0
    Dernier message: 28/02/2007, 12h35