Répondre à la discussion
Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 41

Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet




  1. #1
    Corazon

    Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Tout en lisant un article sur la glossodynie, d'un site Internet dit être rédigé par 3 orls, voici un passage qui m'a laissé passablement perplexe:

    Le traitement est simple (de la glossodynie) : rassurer car cette pathologie se classe dans les affections psychosomatiques, comme l'est l'ulcère de l'estomac, l'hypertension, les infarctus ou les problèmes de transit.
    http://www.conseils-orl.com/gorge/pa...hesies_021.htm
    Assez surprenant comme affirmation qui en partie nécessite certaines nuances, et en autre partie est tout simplement fausse.

    Comme quoi Internet est un outil formidable, mais également potentiellement fort trompeur pour la population en général.

    D'un calcul rapide, de par expérience, l'ensemble de l'information médicale divulguée sur Internet va de imprécise à tout simplement fausse, dans peut-être 50% des cas ou quelque chose comme ça.

    -----

    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  2. Publicité
  3. #2
    Ancyr

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Bonsoir,

    non seulement il y a de fausses informations (dans mon domaine pro, je lis des abérrations) mais il y a aussi celles qui sont données en "brut" hors contexte ou avec exagérations.

  4. #3
    zendub

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Le phénomène n'est pas à négliger et risque de s'amplifier avec le temps ...

    Tout professionnel de santé à déjà rencontré des patients qui vous sortent "oui mais non j'ai lu ça sur internet" et qui arrivent même à mettre en doute vos conseils/diagnostic/affirmation.

    Pour ne pas citer de nom ... certains forum français de santé (heureusement pas celui de FS ) me donnent froid dans le dos tant les affirmations données par des personnes lambda, qui se disent (vrai ou non) professionnel de santé, peuvent être aberrante fausse et dangereuse !
    "la vie est une farce" E. Ionesco - section santé for ever :D


  5. #4
    Eurole

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Bonjour.
    Internet est un merveilleux outil, dont Esope dirait aujourd'hui qu'il peut être la meilleure ou la pire des choses
    - comme la langue, selon qu'elle exprime une vérité ou un mensonge
    - comme un livre
    ...

    On ne peut empêcher les mensonges. Il est utile de les signaler.
    La question est au niveau du "consommateur", qu'il faut éduquer.
    Ce forum peut y contribuer.

    Laisse-t-il assez de place aux initiatives ?
    Hippocrate avait la force de dire: "Soyez votre propre médecin"



  6. #5
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par zendub Voir le message
    Tout professionnel de santé à déjà rencontré des patients qui vous sortent "oui mais non j'ai lu ça sur internet" et qui arrivent même à mettre en doute vos conseils/diagnostic/affirmation.
    C'est l'un des problèmes. Je pense qu'il faut avoir les connaissances requises pour savoir interpréter les informations médicales en vrac, même celles qui sont vulgarisées.

    Un autre problème concerne la rédaction même de ces informations sur Internet. D'un côté il y a le médecin-rédacteur, qui veut bien faire, mais qui dans certains cas augmente la cadence et couvre un ensemble de sujets beaucoup trop vaste pour les compétences d'une seule personne, avec les imprécisions que cela donne.

    D'un autre côté il y a toute "l'information" dite médicale rédigée par des non scientifiques ou non médecins (naturos, homeopathes, journalistes, DO, chiros etc), qui parfois même relève davantage de l'opinion, voire de l'idéologie.

    Évidemment les patients ne sont pas à blâmer. Il s'agit d'un réflexe normal et légitime qu'une personne veuille se documenter sur ce qu'elle éprouve. Le danger étant qu'elle tente de combler les carences du système de santé par l'auto-diagnostic et/ou qu'elle mette en exercice son propre traitement à partir d'Internet.

    Dans le cas donné dans le premier post en exemple, la phrase semble insinuer que l'hypertension, l'Infarctus, l'ulcère d'estomac sont des troubles ou des pathologies qui doivent être attribuées illico au phénomène psychosomatique. C'est pas bénin comme affirmation.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    noir_ecaille

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    D'un autre côté, avec des projets de lois qui veulent mettre certains médicament en vente dans les supermarchés du coin, donc cautionner l'auto-médication non accompagnées, les potentiels consommateurs d'automédication ne risquent pas de se lasser de conseils, si mauvais soient-il.

    Or par honnêteté, sur certains sites web, on refuse de diagnostiquer "en ligne" en lieu et place d'un vrai praticien et surtout pas sur de vagues symptômes (question de confiance). Beaucoup croient à un réel refus d'aider et se tournent parfois vers les mauvais acteurs ou les mauvaises références.

    Dur de leur en vouloir quand ils sont inquiets. Question d'accompagnement et d'éducation sanitaire minimum je suppose -- "demandez toujours à un professionnel de santé", oui, mais "lequel ?" Là, La réponse n'est pas encore automatique -- soit : vers votre médecin référent/traitant.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  9. #7
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Parallèlement, de ce que j'en conclut c'est qu'aucun système de santé n'est parfait, ce qui laisse la place aux phénomènes de l'auto-diagnostic et de l'auto-traitement via Internet.

    Quelques exemples:

    France: Bien que je n'y suis jamais allé, j'ai pu remarquer à distance et par la lecture d'articles qui le relataient, que plusieurs patients se plaignent du manque de communication docteur-patient. Je n'ai plus la source, mais entre autres une étude montrait que plus de 30% des diagnostics n'étaient même pas mentionnés (et encore moins expliqués) au patient par le médecin. Ce genre de situation, lorsqu'elle survient, fait en sorte que le patient revient à la maison, toujours avec le même mal, et pas vraiment plus avancé dans sa compréhension de ce qu'il a (il y a quelques années, sur un forum, un patient français exposait son dossier médical aux médecins et étudiants en médecine du forum, sous prétexte que son médecin traitant ne lui avait rien dit. Sa question était: "ai-je raison de m'inquiéter ou ce n'est rien"? Or, en outre de par toute la dynamique métastasique qui l'affectait, entre autres, je doute qu'il lui resta plus que quelques mois à vivre...ce qui évidemment laissa tout le monde perplexe, les médecins forumeurs ne pouvant se prononcer via le forum).

    Québec: Idéologie enracinnée au pouvoir (des 2 partis politiques dominants) oblige, c'est un système de santé gratuit pour tous, fort louable à la base, mais qui est devenu un système de santé communiste (tout le monde au même niveau, une personne ayant les moyens ne peut recourir à des soins privés pour accélérer son traitement, elle doit "attendre" pour les soins gratuits ou mourrir...malgré les longues listes d'attentes, la déficience croissante en technologies vs états-unis etc). Bref, c'est la surcharge du système, avec une pénurie de médecins, d'autres manques d'effectifs et de ressources...et donc le patient se retrouve abandonné par le système dans bien des cas. Normal qu'il se tourne vers Internet. Pour tenter de contrer ce système de surcharge, le gouvernement a eu la douteuse idée de: 1) former des infirmières spécialisées qui pourront dorénavant poser certains diagnostics et prescrire des médicaments; 2) permettre aux pharmaciens de poser eux aussi des diagnostics directement à la pharmacie et de vendre des médicaments sans aucune consultation via un médecin (et les pharmaciens, sautant sur l'occasion comme le ferait une truite, portent maintenant le titre de Dr.).

    Certains pays d'Amérique latine (et problement plusieurs autres dans le Monde): Pas besoin de rien. Tout est en vente libre en pharmacie. La personne ira un peu sur Internet pour voir quelle molécule elle a besoin. Si elle n'a pas le temps, le commis de la pharmacie lui suggérera tel ou tel médicament. On parle de tous les types de médicaments. Et là on se retrouve face à un problème éthique qui rejoint celui de l'Internet médical: devant une personne qui est dans l'impossibilité de recevoir quelque soin de santé que ce soit: vaut-il mieux lui ouvrir l'accès à toute forme d'auto-diagnostic et d'auto-traitement, oui lui refuser cette possibilité dans son entier? La réponse objective devrait être statistique et venir d'études (je n'en connais pas personnellement). Idéologiquement, pour ma part, la réponse est Oui. De ce que j'ai vu de mes yeux, ce libre accès aide les gens, alors que dans d'autres cas les médicaments qu'ils prennent de leur propre décision n'avaient aucun rapport.

    L'Internet-médical cause divers troubles et problèmes éthiques, comme tout développement. Mais c'est l'envers de la médaille. Il faut donc voir aussi les 2 côtés de la médaille: je suis certain que notre génération d'étudiants et de professionnels de la santé est moins ignorante que celles précédentes. L'Internet nous donne accès direct à un débit et à une variété d'informations médicales et scientifiques qu'une bibliothèque ne peut donner.

    Pour le reste, je crois qu'il revient aux gouvernements et aux associations professionnelles de faire de la prévention par publicité. Ils en font déjà pour un tas de conneries, ils pourraient le faire en ce qui concerne l'usage auto-médical d'Internet.

    De plus, les gouvernements s'ingèrent de plus en plus dans un tas de réglementation de ce nouveau monde qui échappe encore à leur entier contrôle. Mais je me dis qu'alors qu'ils font des pirouettes pour mettre un tas de réglementation sur des noms de domaine, sur les jeux en ligne, sur la porno etc, ne peuvent-ils pas contrôler la rédaction d'information médicale? Bien sûr, que l'information médicale sur Internet soit plus juste ne changera pas le fait que les gens continueront de tenter l'auto-xy, et même si l'information médicale est bonne, la démarche de l'auto-diagnostic et de l'auto-médicamentation est par nature mauvaise. Mais ce serait au moins un début.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  10. Publicité
  11. #8
    myoper

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    "demandez toujours à un professionnel de santé", oui, mais "lequel ?" Là, La réponse n'est pas encore automatique --
    La réponse n'est plus automatique, je dirais ...

    +1 pour le reste de tout le fil.

  12. #9
    noir_ecaille

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Et l'OMS en dit quoi ? Parce qu'il s'agit apparemment d'un problème de santé mondial, non ?

    On pourrait avoir un nom de domaine spécifique style "*.med" délivré avec parcimonie et uniquement par le biais de commission d'experts. D'accord c'est lourdingue, mais ce serait une marque de confiance/qualité, et comme point de repère ce serait l'étalon idéal ("c'est pas un point med, donc j'me méfie un peu quand même").

    C'est une idée presqu'en l'air, mais en même temps il faudra bien qu'un consensus international émerge ainsi que de nouvelles règles -- ou de nouveaux domaines.
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  13. #10
    Ryuujin

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Évidemment les patients ne sont pas à blâmer. Il s'agit d'un réflexe normal et légitime qu'une personne veuille se documenter sur ce qu'elle éprouve.
    Quand même un peu ; au final, cela revient à placer une auto-analyse au dessus de celle du mèdecin, qui a quand même fait pas mal d'études pour ça.

    Personnellement, même si je suis toujours tenté de faire ce genre de recherche sur internet, je ne le fais pas parce que je sais que cela va influer sur la façon dont je décris, voire dont je perçois mes symptômes.

  14. #11
    mh34

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    On pourrait avoir un nom de domaine spécifique style "*.med"
    En principe, c'est à ça que sert la charte "Hon code".https://www.hon.ch/HONcode/HONcode_membership_f.html
    Mais certains sites la refusent, avec des arguments qui sont valables : http://www.atoute.org/n/article153.html
    Je ne pense pas qu'il y ait un moyen totalement satisfaisant de garantir la qualité de l'information lue sur le net...

    Pour Corazon ; en France, les pharmaciens ont le titre de docteur. Pour exercer en tant que pharmaciens, ils doivent soutenir une thèse.
    νοὗσοι δ'ἄνθρώποισιν φέρουσαι σιγῇ, ἔπει φωνὴν ἕξειλετο μητιστα Ζεύς

  15. #12
    noir_ecaille

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par mh34 Voir le message
    En France, les pharmaciens ont le titre de docteur. Pour exercer en tant que pharmaciens, ils doivent soutenir une thèse.
    Exact ! Ces "praticiens" (?) sont aussi habilités à délivrer des médications sans ordonnance selon la liste à laquelle appartiennent lesdites médication.

    C'est dommage concernant le HONcode, qu'il repose surtout sur la bonne volonté, plus que sur une sélection-ségrégation pour avoir le droit d'afficher ledit label. Mais on ne devient pas forcément populaire en distribuant "des mauvaises notes". Il manquerait juste un petit comité d'étude et surtout d'expertise des candidatures, notamment expertise juridique concernant les conflits d'intérêts -- bien que le déroulement de ces commissions risqueraient de prendre alors beaucoup plus de temps et donc d'argent.
    Vision naïve d'un monde hors réalité...
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  16. #13
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    Quand même un peu ; au final, cela revient à placer une auto-analyse au dessus de celle du mèdecin, qui a quand même fait pas mal d'études pour ça.

    Personnellement, même si je suis toujours tenté de faire ce genre de recherche sur internet, je ne le fais pas parce que je sais que cela va influer sur la façon dont je décris, voire dont je perçois mes symptômes.
    Lorsque je parlais de la tendance légitime du patient à faire une "auto-analyse" via Internet, pour reprendre votre terme juste, je parlais dans un contexte de soins de santé déficient, soit entre autres:
    a) mauvaise communication médecin-patient; pour xy raisons le médecin ne croit pas utile ou dédaigne à expliquer au patient ce qu'il a;
    b) pénurie de médecins et système surchargé (eg, Québec): les patients sont en attente et en attente de soins, et lorsqu'ils ont la chance de pouvoir voir le médecin, celui-ci peut ne pas avoir les 3 ou 4 minutes nécessaires pour expliquer les choses, répondre aux questions. Bien que les médecins québécois soient généralement fort courtois, ils sont surchargés.
    c) soins de santé gratuits peu ou pas accessibles: le cas de plusieurs pays.

    C'est justement ce que l'on dénote de manière générale, à savoir que l'auto-analyse, l'auto-diagnostic, l'auto-traitement, sont hasardeux voire probablement erronés et mauvais dans la très très grande majorité des cas. Malheureusement plusieurs gens pensent que si la description de quelques symptômes d'une pathologie correspond grosso modo à ce qu'ils ressentent, alors paf ils ont trouvé. Suffit de voir sur un certain forum dit "médical" sur Internet, fort populaire, où pulule ce genre de réflexe: "depuis quelques jours je ressents une douleur au thorax, quelqu'un sait ce que j'ai?"..."ah moi aussi j'ai déjà eu, ce n'est rien du tout, juste un muscle intercostal un peu enflé. Tu as du faire un mauvais mouvement. Ne t'inquiète pas ça va passer".

    Si la médecine était aussi simple, un cours d'une fin de semaine serait suffisante pour être médecin.

    Mais...est-il bon voire souhaitable que les patients diagnostiqués aillent sur Internet, pour par exemple: en apprendre davantage sur l'anatomie reliée à leur pathologie, sur certaines explications physiopathologiques, sur la médicamentation et la mise en garde, etc. Bien sûr que oui. Et c'est le très bon côté d'Internet. On ne peut non plus être contre les forums d'échanges qui regroupent une classe de patient aux prises avec une maladie x, les parents d'enfants malades etc. L'écoute et le support est un gros plus à toute thérapie médicale, et Internet permet cela entre autres.

    Et l'OMS en dit quoi ? Parce qu'il s'agit apparemment d'un problème de santé mondial, non ?

    On pourrait avoir un nom de domaine spécifique style "*.med" délivré avec parcimonie et uniquement par le biais de commission d'experts. D'accord c'est lourdingue, mais ce serait une marque de confiance/qualité, et comme point de repère ce serait l'étalon idéal ("c'est pas un point med, donc j'me méfie un peu quand même").

    C'est une idée presqu'en l'air, mais en même temps il faudra bien qu'un consensus international émerge ainsi que de nouvelles règles -- ou de nouveaux domaines.
    Je ne sais pas si l'OMS a prit position sur la chose. Mais elle le devrait, c'est réellement de son terrain.

    Pour l'idée d'un nom de domaine style .med, très bonne idée. Je pense que c'est techniquement possible de mettre une telle restriction. Il y a plusieurs années j'ai voulu acheter un nom de domaine .fr, n'étant pas Francais, et c'était passablement compliqué voire impossible (nécessité d'être inscrit comme société en France, nécessité subséquente d'avoir en banque un fonds de valeur Y, etc etc). Le .ca pour le Canada demande déjà un minimum de contrôle, supérieur au .com et cie.

    Envoyé par mh34
    En France, les pharmaciens ont le titre de docteur. Pour exercer en tant que pharmaciens, ils doivent soutenir une thèse.
    Au Québec, cas auquel je faisais allusion, il n'y a à ma connaissance aucune thèse. Jusqu'à tout récemment le titre de pharmacien, hormis les examens, était délivré après l'obtention d'un baccalauréat en pharmacie si je ne me trompe. Le baccalauréat, dans toutes les amériques, est un bacc universitaire (contrairement à l'Europe je crois). Il s'agit de 3 à 4 années d'université, sans thèse.

    Les pharmaciens ont fait pression sur le gouvernement du Québec pour que leur soit accordé le titre de Dr., mais je ne crois pas que la formation ait changé pour autant.

    En passant, aux États-Unis et au Canada le diplôme de médecine est aussi un Doctorat....mais il s'agit d'un doctorat de premier cycle et on ne fait pas de thèse. Les thèses, du moins ici, sont le propre des PhDs et non des doctorats professionnels.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  17. #14
    Edelweiss68

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Exact ! Ces "praticiens" (?)
    Oui, oui ça se dit!

  18. #15
    Edelweiss68

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Corazon Voir le message
    Au Québec...Il s'agit de 3 à 4 années d'université, sans thèse.
    C'est 4 ans d'études supérieures plus l'examen de l'Ordre des pharmaciens du Québec.

  19. #16
    Cécile

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Je vous trouve un peu dur avec les sites médicaux sur Internet. Dans beaucoup de cas, c'est utile, je n'en citerai que quelques uns :
    - j'ai répondu à beaucoup de posts sur les entorses, car j'en ai eu un grand nombre. OK, il faut aller voir un médecin, nous sommes tous d'accord. Il n'empêche que les gestes de base restent les mêmes dès qu'il y a entorse : mettre de la glace, immobiliser l'articulation,... si bien qu'une personne qui a une entorse aura déjà bien agi dessus avant d'avoir son rendez-vous chez le médecin. Il existe de nombreux cas comme celui-là, où les gestes de base sont les mêmes pour tous.
    - Il est souvent utile, pour un malade, de connaître le vécu d'autres malades. Lorsque ma mère a eu un cancer, j'ai été sur des sites de malades. Non pour la soigner à distance, bien sûr, mais pour connaître le vécu "de l'autre côté du miroir", et savoir ainsi les choses à faire et les choses à éviter (je parle surtout de l'aspect psychologique). Pour cela, rien ne remplace les paroles des malades.
    - Dans de nombreux posts, notamment sur la sexualité, on peut rassurer les gens facilement, sans même qu'ils aillent voir un médecin. Et dans le cas où un médecin est nécessaire, les forumeurs conseillent presque systématiquement d'aller les voir.
    Bref, les forums médicaux et les sites médicaux, bien qu'imparfaits, remplissent une fonction importante de conseils de base, de parole de malades, et de simple bon sens.

  20. #17
    zendub

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Exact ! Ces "praticiens" (?)[/SIZE]
    Les pharmaciens praticiens sont les pharmaciens ayant suivis l'internat et obtenus un DES de biologie médicale (le même que pour les médecin) ou de pharmacie hospitalière. Ces pharmaciens là sont des praticiens.
    "la vie est une farce" E. Ionesco - section santé for ever :D

  21. #18
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Edelweiss68 Voir le message
    C'est 4 ans d'études supérieures plus l'examen de l'Ordre des pharmaciens du Québec.
    Oui. Mais ce sont des "études supérieures" dans le sens de "universitaire", puisque cela demeure des études de 1er cycle. Par ailleurs, l'idée n'était pas de discréditer les pharmaciens; au contraire j'ai beaucoup de respect pour eux.

    Envoyé par Cécile
    Je vous trouve un peu dur avec les sites médicaux sur Internet. Dans beaucoup de cas, c'est utile
    C'est ce que l'on dit. Simplement qu'il y a l'envers de la médaille.

    j'ai répondu à beaucoup de posts sur les entorses, car j'en ai eu un grand nombre. OK, il faut aller voir un médecin, nous sommes tous d'accord. Il n'empêche que les gestes de base restent les mêmes dès qu'il y a entorse : mettre de la glace, immobiliser l'articulation,... si bien qu'une personne qui a une entorse aura déjà bien agi dessus avant d'avoir son rendez-vous chez le médecin. Il existe de nombreux cas comme celui-là, où les gestes de base sont les mêmes pour tous.
    Justement, non. Même dans le cas d'une entorse, il y a des nuances. Deuxièmement, ce que vous faites en proposant un traitement, c'est implicitement et a priori de poser un diagnostic (ou de confirmer celui de la personne) et ce, via Internet. Troisièmement, et selon leur condition médicale, il y a certaines personnes à qui il peut ne pas être bon d'appliquer de la glace comme vous dites le proposer systématiquement et sans nuances.
    Enfin, je ne peux pas affirmer que construire un pont c'est simple, et que cela nécessite seulement du béton et un peu d'acier, car je ne suis pas ingénieur. Je n'en sais rien. Alors je ne peux pas réduire l'ensemble d'un domaine de connaissances à quelque chose de simple....du simple fait que j'ignore l'existence ce dit ensemble.

    Il est souvent utile, pour un malade, de connaître le vécu d'autres malades. Lorsque ma mère a eu un cancer, j'ai été sur des sites de malades. Non pour la soigner à distance, bien sûr, mais pour connaître le vécu "de l'autre côté du miroir", et savoir ainsi les choses à faire et les choses à éviter (je parle surtout de l'aspect psychologique). Pour cela, rien ne remplace les paroles des malades.
    Bien entendu. A la délicate tâche de devoir me citer, si vous lisez mon post précédent:
    Mais...est-il bon voire souhaitable que les patients diagnostiqués aillent sur Internet, pour par exemple: en apprendre davantage sur l'anatomie reliée à leur pathologie, sur certaines explications physiopathologiques, sur la médicamentation et la mise en garde, etc. Bien sûr que oui. Et c'est le très bon côté d'Internet. On ne peut non plus être contre les forums d'échanges qui regroupent une classe de patient aux prises avec une maladie x, les parents d'enfants malades etc. L'écoute et le support est un gros plus à toute thérapie médicale, et Internet permet cela entre autres.
    Ça fait partie de la thérapie. Ne serait-ce que l'écoute, ce que malheureusement le médecin n'a pas toujours le temps de faire, et ce que souvent même la famille du patient a de la difficulté à faire ou à bien faire et ce, quand famille il y a. Et effectivement, n'oublions jamais que le médecin n'est pas dans le corps du patient (en se rappelant toutefois que le médecin est aussi un être vivant, et qu'il est aussi un patient à l'occasion et n'est donc pas dénué de toute sensibilité). Pour cela, Internet est quelque chose qui peut être très positif et participer à la thérapie.

    Dans de nombreux posts, notamment sur la sexualité, on peut rassurer les gens facilement, sans même qu'ils aillent voir un médecin. Et dans le cas où un médecin est nécessaire, les forumeurs conseillent presque systématiquement d'aller les voir.
    Bref, les forums médicaux et les sites médicaux, bien qu'imparfaits, remplissent une fonction importante de conseils de base, de parole de malades, et de simple bon sens.
    Encore là, difficile d'expliquer comment un forumeur sans la formation requise peut être en mesure de dire à un autre forumeur quand il faut consulter ou quand il ne faut pas consulter. Mêmes les ambulanciers ne prennent pas cette initiative; mêmes les infirmières au triage à l'urgence ne prennent pas cette initiative, et peu importe les cas. Mais vous dites que n'importe qui sur un forum le peut? C'est un non sens.

    Les seuls forums sécuritaires, quoique rien n'est parfait, ce sont ceux comme celui de FS, d'autres aux ÉU, celui de Dr.Dupagne même si je pense qu'il est débordé, où il y a des intervenants médicaux et une modération médicale pour prévenir tout risque ou ambiguité. Un bon forum médical est celui où il y a un médecin qui assure une surveillance sur chaque fil. Parfois les internautes peuvent se donner de bons conseils, mais si il y a dérapage au moins il y aura intervention et rectification. On parle de santé, pas de voitures à coller.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  22. #19
    Cécile

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Corazon Voir le message
    Justement, non. Même dans le cas d'une entorse, il y a des nuances. Deuxièmement, ce que vous faites en proposant un traitement, c'est implicitement et a priori de poser un diagnostic (ou de confirmer celui de la personne) et ce, via Internet. Troisièmement, et selon leur condition médicale, il y a certaines personnes à qui il peut ne pas être bon d'appliquer de la glace comme vous dites le proposer systématiquement et sans nuances.
    Ah bon, il y a des entorses où il ne faut surtout pas mettre de la glace ?

    Enfin, je ne peux pas affirmer que construire un pont c'est simple, et que cela nécessite seulement du béton et un peu d'acier, car je ne suis pas ingénieur. Je n'en sais rien. Alors je ne peux pas réduire l'ensemble d'un domaine de connaissances à quelque chose de simple....du simple fait que j'ignore l'existence ce dit ensemble.
    Personne ne dit que la médecine est simple.
    Le problème, c'est que tu sous-entends que le malade lui-même sait précisément quand aller voir le médecin et quand ne pas aller le voir. Et qu'il sait précisément quoi faire en attendant le rendez-vous. Ce qui n'est évidemment pas le cas. Répondre systématiquement "va voir un médecin" n'a aucun sens, si ce conseil était suivi, les médecins seraient submergés. Les gens viennent sur Internet pour avoir des conseils, il y a de nombreux cas où ils ne peuvent pas en recevoir (pour les demandes du type "j'ai mal au ventre, est-ce que c'est grave ?), d'autre cas où ils peuvent en avoir. Il ne s'agit pas de diagnostic par Internet, mais d'avis. Un avis peut être donné par un non médecin, ça arrive tous les jours, par exemple lorsque quelqu'un prend conseil auprès de son(sa) conjoint(e) pour décider s'il va ou non chez le médecin. Pour moi, Internet est du même niveau. Certainement pas une consultation. Mais une aide parmi d'autres.

  23. #20
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Le problème, c'est que tu sous-entends que le malade lui-même sait précisément quand aller voir le médecin et quand ne pas aller le voir.
    Je n'ai jamais dit ça, ni de près ni de loin ni même très implicitement.

    Les gens viennent sur Internet pour avoir des conseils, il y a de nombreux cas où ils ne peuvent pas en recevoir (pour les demandes du type "j'ai mal au ventre, est-ce que c'est grave ?), d'autre cas où ils peuvent en avoir.
    Dans le cadre de quoi? Avant un diagnostic? Quels cas? Pouvez-vous nous en nommer, nous en décrire?

    Essentiellement un forum médical sérieux va parler de la pathololgie dans son ensemble, à la limite expliquer par ceux qui en ont les compétences ce que la pathologie implique, une fois celle-ci diagnostiquée par un médecin, certaines variables pronostiques etc. Mais en aucun cas pour une démarche diagnostique.

    Il ne s'agit pas de diagnostic par Internet, mais d'avis. Un avis peut être donné par un non médecin, ça arrive tous les jours, par exemple lorsque quelqu'un prend conseil auprès de son(sa) conjoint(e) pour décider s'il va ou non chez le médecin.
    Si votre voiture fait un sillement du genre "couic couic couic" et que vous allez demander à des forumeurs qui ne connaissent rien en mécanique de juger ce que votre voiture a, pensez-vous réellement que vous pouver vous y fier? Le bon sens dit que non. Alors afin de rester dans la même ligne de bon sens, comment se pronocer sur un domaine infiniment plus complexe?

    D'autre part, votre exemple de la famille n'est pas mauvais pour autant. Toutes les mamans ont un jour ou l'autre à pratiquer la médecine, de près ou de loin. Mais il s'agit d'un contexte totalement différent. Premièrement, d'un point de vue légal il est rare que poupon traîne maman en justice pour préjudices subis. Deuxièmement, maman connaît son poupon passablement plus que vous ne connaissez un quelconque forumeur. Elle est à même de voir davantage si quelque chose cloche.

    Troisièmement, il y a des patients qui se présentent à l'hôpital pour de simples "picotements", ou pour une légère difficulté à respirer (que classiquement les forumeurs diront "ne t'en fait paaaaas c'est surement dû au stress")...et qui n'en ressortent que quelques jours plus tard, mais les pieds en premier. Mais vous, vous affirmez que vous pouvez à distance juger de ce qui est grave ou non, de la nature du problème, de ce qui doit être donné comme traitement, etc.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  24. #21
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Ah bon, il y a des entorses où il ne faut surtout pas mettre de la glace ?
    Tout à fait. La présence de certaines pathologies exclut le recours à la glace. Par votre conseil que vous dites s'appliquer pour "tous", vous pouvez faire plus de mal à une personne que de bien.
    Et encore, ce qui est dit "entorse" peut être quelque chose de plus complexe, survenir sur une condition pathologique préexistante, etc.
    Et je passe sur le fait que dans le traitement de l'entorse, entre autres, la glace n'a pas tout au cours du processus de guérison sa place, et peu devoir la laisser pour son contraire, soit la chaleur.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  25. #22
    zendub

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Corazon Voir le message
    Si votre voiture fait un sillement du genre "couic couic couic" et que vous allez demander à des forumeurs qui ne connaissent rien en mécanique de juger ce que votre voiture a, pensez-vous réellement que vous pouver vous y fier?
    Bien souvent, et là encore ça dépend du forum visité, les gens qui répondent ont une minimum de connaissance et sont soit des professionnels soit des étudiants. Le problème se pose sur la confiance que l'on peut accorder à ces gens et l'assurance de ce qu'ils sont réellement.

    Mais je ne pense pas qu'on parle du forum lambda qui parle de tout et de rien.
    "la vie est une farce" E. Ionesco - section santé for ever :D

  26. #23
    myoper

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Ah bon, il y a des entorses où il ne faut surtout pas mettre de la glace ?
    Certaines persnnes a t'il dit (phénomènes de Raynaud, certaines sclérodermies ou vascularites, diabète avancé ou problème plus "aigu" (ulcère) ...).
    On peut espérer qu'ils le sachent mais rien n'est moins sur.

    Répondre systématiquement "va voir un médecin" n'a aucun sens ...
    Et moi de plussoyer abondamment.
    Mais il est difficile d'estimer l'adéquation entre la description des signes et la présentation clinique réelle (-> ).


    Un avis peut être donné par un non médecin, ça arrive tous les jours, par exemple lorsque quelqu'un prend conseil auprès de son(sa) conjoint(e) pour décider s'il va ou non chez le médecin. Pour moi, Internet est du même niveau.
    Je pense qu'un avis "d'internet" est perçu différemment : si un inconnu a pris le peine de se pencher sur son cas et de me répondre, il a peut être une certaine légitimité a répondre et d'autant plus si l'avis n'est pas contredit tandis que l'avis de la belle-mère reste l'avis de la belle-mère.
    Cela dit, je n'ai pas la prétention d'estimer le poids de ce conseil dans la conduite que va ensuite avoir le patient (?).



    Edit : pas vu la page 2 !

  27. #24
    Cécile

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Corazon Voir le message
    Dans le cadre de quoi? Avant un diagnostic? Quels cas? Pouvez-vous nous en nommer, nous en décrire?
    Il y a des centaines d'exemples sur ce forum. Par exemple, dans le forum "contraception, grossesse et sexualité", il y de nombreux messages du type "j'ai oublié telle pilule pendant tant de temps, ai-je un risque d'être enceinte ?", la réponse peut être donnée.
    Essentiellement un forum médical sérieux va parler de la pathololgie dans son ensemble, à la limite expliquer par ceux qui en ont les compétences ce que la pathologie implique, une fois celle-ci diagnostiquée par un médecin, certaines variables pronostiques etc. Mais en aucun cas pour une démarche diagnostique.
    Euh, je te rappelle que je n'ai jamais dit qu'il fallait faire un diagnostic sur Internet. Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit.
    Si votre voiture fait un sillement du genre "couic couic couic" et que vous allez demander à des forumeurs qui ne connaissent rien en mécanique de juger ce que votre voiture a, pensez-vous réellement que vous pouver vous y fier?
    Le Net regorge de forums sur l'informatique, les voitures, l'électronique,... où les gens décrivent leurs pannes, et d'autres tentent de les aider à réparer. Et je peux te dire que ce genre de site est vraiment utile. Rien que sur Futura, ceux sur l'informatique et l'électronique sont très lus.

    D'autre part, votre exemple de la famille n'est pas mauvais pour autant. Toutes les mamans ont un jour ou l'autre à pratiquer la médecine, de près ou de loin. Mais il s'agit d'un contexte totalement différent. Premièrement, d'un point de vue légal il est rare que poupon traîne maman en justice pour préjudices subis. Deuxièmement, maman connaît son poupon passablement plus que vous ne connaissez un quelconque forumeur. Elle est à même de voir davantage si quelque chose cloche.
    On parle de légalité ou d'utilité ?
    Dans le premier cas, je doute qu'un forumeur puisse être poursuivi pour un mauvais conseil donné sur Internet. L'exercice illégal de la médecine, c'est quand même autre chose que ça (ou alors, il faudra aussi poursuivre tous les copains et la famille qui ont un jour donné de mauvais conseils).
    Dans le deuxième cas, je ne suis pas sûre que je sois la meilleure personne pour juger de ce qui peut clocher, médicalement parlant, chez mon enfant. Au contraire, même, la plupart des médecins refusent de soigner leurs proches, car leur diagnostic est perturbé par leur affect. Pourtant, je dois forcément décider, un jour ou l'autre, de l'amener chez le médecin ou pas.

    Troisièmement, il y a des patients qui se présentent à l'hôpital pour de simples "picotements", ou pour une légère difficulté à respirer (que classiquement les forumeurs diront "ne t'en fait paaaaas c'est surement dû au stress")...et qui n'en ressortent que quelques jours plus tard, mais les pieds en premier. Mais vous, vous affirmez que vous pouvez à distance juger de ce qui est grave ou non, de la nature du problème, de ce qui doit être donné comme traitement, etc.
    Je n'affirme absolument pas que je peux juger à distance quoi que ce soit. Une fois encore, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit.

    Tiens, un article intéressant pile sur ce sujet dans Libération d'aujourd'hui. Titre : les cybercondriaques. Après avoir décrit le fait que de plus en plus de patients cherchent des infos sur Internet, et décrit les risques, on trouve une analyse intéressante, que je cite. "Pour certains praticiens, souvent plus âgés, pas de doute : l'usage massif du Web constitue le chant du signe de la consultation. Pourtant, l'influence de la Toile est à relativiser. Avant Internet, il y avait la bobologie de comptoir ou la coupure de presse que certains stressés amenaient chez leurs généralistes. "Les ragots de santé ont toujours existé. Sur Internet, l'information est foisonnante mais souvent de qualité, explique pour sa part Jacques Lucas, vice-président du Cnom. Il y a vingt ans, nous étions dans un rapport paternaliste : le médecin avait autorité sur le patient, car il savait. Désormais, la relation reste de confiance, mais n'est plus aveugle, puisque le patient peut croiser ses sources." En pariant qu'un patient mieux informé, acteur de sa santé, se soignera mieux."

  28. #25
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Cécile Voir le message
    Tiens, un article intéressant pile sur ce sujet dans Libération d'aujourd'hui. Titre : les cybercondriaques. Après avoir décrit le fait que de plus en plus de patients cherchent des infos sur Internet, et décrit les risques, on trouve une analyse intéressante, que je cite. "Pour certains praticiens, souvent plus âgés, pas de doute : l'usage massif du Web constitue le chant du signe de la consultation. Pourtant, l'influence de la Toile est à relativiser. Avant Internet, il y avait la bobologie de comptoir ou la coupure de presse que certains stressés amenaient chez leurs généralistes. "Les ragots de santé ont toujours existé. Sur Internet, l'information est foisonnante mais souvent de qualité, explique pour sa part Jacques Lucas, vice-président du Cnom. Il y a vingt ans, nous étions dans un rapport paternaliste : le médecin avait autorité sur le patient, car il savait. Désormais, la relation reste de confiance, mais n'est plus aveugle, puisque le patient peut croiser ses sources." En pariant qu'un patient mieux informé, acteur de sa santé, se soignera mieux."
    Je vous invite à bien lire la position du Cnom à propos de l'Internet médical. Vous y verrez que leurs propos rejoignent les miens (ou l'inverse, question de modestie).
    http://www.conseil-national.medecin....s-patients-982

    ...c'est exactement ce que l'on dit.

    À la base, le présent post mentionnait L'AUTRE côté d'Internet, le mauvais, le nuisible. Et si vous lisez bien la position du Cnom comme celle qui semble généralement partagée sur le présent fil, l'utilité d'Internet, dans son bienfait plutôt que dans son méfait, s'inscrit davantage SUITE à un diagnostic, et non avant.

    Aucun professionnel de la santé peut être contre le fait que son patient se soit renseigné sur sa pathologie, sur sa prise en charge; qu'il en connaisse minimalement la physiopathologie, etc. C'est un gros plus.

    La mise en garde et le risque est surtout dans l'auto-diagnostic, l'auto-traitement, le diagnostic/traitement des forumeurs. Et vous-même, bien malgré vous, en avez donné l'exemple avec le cas de l'entorse. Ce type de démarche est malheureusement caduque.

    Est-ce qu'une personne sans formation médicale peut s'auto-diagnostiquer à partir d'Internet? La réponse est non. Tous les cas de tentative d'auto-diagnostic via Internet que j'ai vu étaient un échec. Pourquoi? En outre car le couplage que font les gens, sur Internet, entre leurs symptômes et la description d'une maladie...n'est qu'une possibilité parmi des dizaines voire des centaines d'autres possibilités.

    C'est donc ce dernier point qui est mis en cause.
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  29. #26
    Corazon

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Malgré le bon contenu, la composition du comité thématique du Cnom me laisse songeur, pour au moins la représentation d'une institution:



    Lors de la troisième édition des débats du CNOM, autour du Docteur Jacques LUCAS, Vice - Président du CNOM et du Docteur François STEFANI, Vice - Président de la section éthique et déontologie du CNOM, ont notamment participé en qualité d’intervenants :

    •Mme Valérie BROUCHOUD, Présidente de Doctissimo.fr
    •Mme Dr Marie Thérèse GIORGIO, Présidente de l’Association des Médecins Maîtres Toile
    •Mme Célia BOYER, Directrice exécutive de la Fondation Health On the Net
    •Mme Marie-Line SALAMA-BIARD, Directeur Affaires Réglementaires & Qualité et Pharmacien Responsable du laboratoire pharmaceutique Lilly France
    •M. Gérard RAYMOND, Président de l’Association Française des Diabétiques
    M'excusant pour la pauvre qualité de mon Francais écrit. Corazon, alias Vésicule.

  30. #27
    zendub

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    ha oui quand même ...
    "la vie est une farce" E. Ionesco - section santé for ever :D

  31. #28
    Ryuujin

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Normal qu'elle soit présente : elle est concernée. Et ce n'est pas un problème ; la production de ce genre d'organisme découle généralement de débats techniques entre leurs membres. Mieux vaut que tous les partis soient représentés, pour que le résultat puisse démonter tous les arguments fallacieux des uns et des autres.


    En gros, ça reviens un peu à ce que je disais : il ne faut pas consulter internet avant un médecin.
    L'exemple de la voiture est bien joli, mais dans le pire des cas on perd une voiture, et le ait d'aller fouiner sur internet ne changera pas le diagnostic du garagiste.

    C'est plus compliqué en médecine : le fait d'avoir consulté des sites internets et forums peut biaiser considérablement l'énoncé que le patient fera de ses symptômes, et donc gêner voire fausser le diagnostic.

    Personnellement, je ne crois que moyennement au diagnostic par internet. Il n'y est souvent pas possible de distinguer le vrai du faux, et on peut y trouver à peu près tout et n'importe quoi : celui qui veut être rassuré le sera, celui qui est sujet à l'angoisse y trouvera toujours matière à s'inquiéter sur la base d'un ou deux cas anecdotico-fictifs.
    Au final, chacun trouvera ce qu'il pensais trouver et ira voir son médecin conforté dans ses préjugés bétonnés à coups de références internet.


    Le gros problème qu'on a avec internet en sciences -et c'est général- c'est qu'elle n'y est pas réellement accessible, mais a l'air d'y être dans le détail tout en paraissant vachement plus simple qu'elle ne l'est réellement.
    Dans tous les domaines les experts auto-proclamés pullulent sur le net. Et ce ne sont plus des mythomanes, mais des gens normaux qui croient sincèrement savoir parce qu'ils ont acquis un jargon, des notions mal maitrisées et piochées au hasard du net, et une foule d'information douteuses.

    "Malheureusement", la science est dans la méthode également.

  32. #29
    myoper

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    Citation Envoyé par Ryuujin Voir le message
    L'exemple de la voiture est bien joli, mais dans le pire des cas on perd une voiture, et le ait d'aller fouiner sur internet ne changera pas le diagnostic du garagiste.
    Je crois qu'il a choisi cette image à cause du risque corporel (accident).
    (ceci dit, avec les voitures modernes ...)

  33. #30
    noir_ecaille

    Re : Comme quoi il faut se méfier de ce qu'on peut lire sur Internet

    [CULTURE G] "Le chant du cygne"[/CULTURE G]
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. on peut faire quoi comme études aprés MBA????
    Par Exbrayat dans le forum Orientation après le BAC
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/06/2010, 12h18
  2. c'est quoi comme composant sur la carte
    Par cyrille91 dans le forum Électronique
    Réponses: 5
    Dernier message: 11/08/2009, 09h12
  3. Comment faire pour qu'on puisse lire video en direct sur site
    Par fondevilla williams dans le forum Internet - Réseau - Sécurité générale
    Réponses: 10
    Dernier message: 14/05/2005, 14h55