Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Suites d'une rupture complète du LCA



  1. #1
    Yoghourt

    Question Suites d'une rupture complète du LCA

    Salut,

    Il y a une douzaine d'années quand j'avais 25-30 ans, j'ai flingué définitivement mon ligament croisé antérieur gauche. Je croyais à "une entorse légère de plus". Au bout d'1 bon mois, ça ne revenait pas comme d'habitude. J'étais alors allé consulter un médecin du sport. Je ne me souviens plus s'il y avait eu radio. En tout cas, il n'y avait eu ni scan ni IRM. Ce médecin ne m'avait prescrit que de la kiné.
    Bon an, mal an, ça allait à peu près, en faisant attention aux sensations et à la fatigue.

    J'ai repris les arts martiaux (version dynamique mais soft) il y a 3 ans environ. Le mois dernier, à l'aikido (un "sport" de position avec diverses rotations), ça a fait *CLOC* avec sensation type déboitement/remboitement.
    Consultation chez mon médecin traitant (qui a la spécialité sport), radio, IRM.
    Bilan :
    - plus aucune trace de feu mon LCA. Nada de chez rien, que pouic, comme s'il n'avait jamais été là!
    - ça s'use un petit peu là dedans (os, ménisque), sans surprise
    - le ménisque est fendillé à 2-3 endroits.
    Mon médecin est même épaté que mon genou soit en si "bon" état au bout de tant de temps. Il s'attendait à pire.
    Entre ça, mon jeune age , et mes activités sportives, il ne rejette pas d'emblée la possibilité d'une opération de reconstruction du LCA. Ca, c'est pour moi une excellente nouvelle!

    Prochaine étape : rendez-vous avec le chirurgien pour arthroscopie et diagnostic plus fin, histoire de décider si on opère.

    Est-ce que quelqu'un d'autre a vécu ce genre de chose? Qui connait le Dr Kirchmeier de la clinique mutualiste de Grenoble?

    Chuss,
    Y.

    -----

    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  2. Publicité
  3. #2
    myoper

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Bonsoir.
    Oui, ça se refait bien, ces ligaments, même à partir de rien s'ils sont nécessaires.
    Il y a eu des sportifs chez qui cette observation a été faite (disparition de la prothèse LCA), bien après la chirurgie et qui ne s'étaient aperçu de rien et en particulier, pas de diminution de performance ni de douleurs, cette chirurgie n'est pas une obligation générale pour des performances de haut niveau (dans ton cas, moi y'en a pas savoir).
    Il y a gêne qu'il faut d'abord attribuer (ménisque, LCA ou les deux), puis voir si une remusculation est a envisager pour compenser si besoin et au final, opérer ce qu'il y a à opérer (pour les réponses sur la clinique et le Dr X, c'est par MP).
    Bonne chance, en tous cas.

  4. #3
    Neutrino

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Un genou sans LCA est "bien", à part qu'il est instable. C'est 15 ans plus tard qu'il est niqué par l'arthrose.

    Rien ou presque ne compense les croisés pour la stabilité antéro-postérieure du genou. Ce qui guide ou pas la réparation, c'est l'existence d'une instabilité. Certaines personnes ont une instabilité mineure voire inexistante sans LCA, d'autres ont un genou très instable qui se dérobe à chaque pas.
    Outre l'instabilité, c'est l'usage que les gens font de leur genou qui pèse dans la balance : un employé de bureau sédentaire n'a pas le même usage de son genou qu'un ouvrier du BTP footballeur.

    En gros, ce que le chirurgien va "calculer" dans sa tête, c'est la faisabilité d'une reconstruction, et la probabilité/rapidité d'un bousillage complet du genou sans cette reconstruction...
    Neutrino

  5. #4
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Hello,
    Merci pour vos messages, c'est intéressant et ça fait plaisir à lire.
    RdV chez le chir' ce matin...

    Au fait, je viens tout juste de tomber là dessus :
    http://www.ghm-grenoble.fr/cms/easys...dents-du-genou
    http://www.ghm-grenoble.fr/cms/easys...u-genou-page-2

    Y.
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  6. #5
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Re,

    => DIDT par arthroscopie, avec ablation probable d'un bout ou deux de ménisque.
    Et je pourrai à terme continuer les arts martiaux. Youpi!!!

    Cette technique a été préférée au Kenneth-Jones vu mon age, à cause de son risque d'arthrose et de ne plus pouvoir à terme me mettre à genoux. Vu que je pratique deux arts martiaux qui comprennent du travail à genoux, c'est complètement rédhibitoire.
    Le chirurgien m'a dit que le DIDT a moins bonne réputation vis à vis des arts martiaux, à cause de sa faiblesse sur les mouvements de "croche patte en arrière" qu'on voit typiquement au judo (cf cette vidéo, 3e mouvement). A ce que je comprends, ce genre de mouvement charge beaucoup le genou, avec un risque accru dans les situations de combat/compétition par manque d'attention et imprévu. A l'Aïkido et dans l'autre art martial interne que je pratique, rien de tel il me semble.

    En préparation, "goniométrie debout en charge" machin chose. Je ne sais pas trop ce que c'est. Bah, on verra bien. Je n'en suis plus à une radio près!
    Puis rendez-vous préparatoire avec anesthésiste.

    Le chir' m'a donné son feu vert pour mon passage de grade "ceinture noire" du 2e art martial en juin, du moment que je ne fais pas les techniques à genoux. Youpi!!!
    Opération juste après.

    Puis 3 semaines d'arrêt, portées par avance à 4 car nos TER sont remplacés par des bus pour 1 an. Et, avec mon gabarit, le "confort" des bus pour les genoux, c'est souvent la loterie pour essayer de choper l'une des 5 places spacieuses.
    Et kiné 1h/jour durant toute cette période.

    Si tout se passe bien, reprise des arts martiaux 8 mois après l'opération.

    Entre temps, le chirurgien me dit "continuer la kiné proprioceptive". Je passerai le message à mon kiné, qui pratique la méthode Mézières. J'imagine sans peine que ça lui parlera plus à lui qu'à moi.

    Bon, ben, plus qu'à trouver des béquilles, et passer chez le pharmacien pour une paire de bandes contention élastiques et une "genouillère proprioceptive".

    Voilà voilou
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Question importante : Quel est le délai de garde entre des soins dentaires (type implant) et l'opération du genou?

    Ni la secrétaire du chirurgien, ni la secrétaire de l'anesthésiste ne savent répondre. Cette dernière me propose un rdv 15 jours avant l'opération. Or la reconstitution osseuse à chaque phase de l'implantologie, c'est 2 mois.
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  9. Publicité
  10. #7
    myoper

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Le risque ici, s'il existe, est infectieux (greffe bactérienne) et il faut demander au dentiste mais en l'absence de données (moi, je n'en ai pas mais peut être le dentiste ou un intervenant), le risque théorique est pendant la phase de cicatrisation (mais l'implantologie n'est pas particulièrement connue pour des infections qu'on pourrait attendre de ce type de soins).

  11. #8
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Merci pour ta réponse rapide

    En pratique, on n'en saura pas plus.
    J'ai discuté avec mon dentiste implantologue. Lui ne vois pas de raison d'avoir un délai de garde. En dehors du cas d'un greffe osseuse avec la pose d'implant, il estime que le traitement antibiotique flash est suffisant pour parer le risque infectieux.
    Mais, vu le planning initial serré, et en considération d'un éventuel avis différent de l'anesthésiste, on a décidé de repousser la pose de mes implants dentaires après mon...implant au genou.
    La question ne se posera donc plus quand je verrai l'anesthésiste je-sais-pas-quand.

    A+,
    Y.
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  12. #9
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Salut salut,

    Mon genou a été opéré mardi dernier sous anesthésie loco-régionale.

    L'intervention s'est bien passée :
    - le brancardier ne s'est pas fait flasher pour excès de vitesse
    - le chirurgien ne s'est pas trompé de genou
    - j'ai pu voir une bonne partie de l'arthroscopie sur écran, et même poser en live une question au chirurgien
    - une infirmière du bloc m'a dit que j'étais "encore plus psychopathe que les chirurgiens" quand j'ai dit que j'avais l'estomac dans les talons (ben quoi? Elle me demande en pleine op' comment je vais, tout ça... Comme ça allait bien, j'ai zappé tous les trucs évident genre "il y aurait pas quelqu'un qui me chatouille le genou par hasard?" et répondu le seul signal significatif que m'envoyait mon corps à ce moment là )

    C'est la nuit d'après que ça s'est un peu corsé, pas tant à cause du trifouillage de genou que de ma réaction à l'anesthésie loco-régionale. Nausées, 3 malaises dont le premier avec perte de connaissance pendant une trentaine de secondes, 2 vomissements (même en ayant rien dans l'estomac), impossible d'uriner pendant 18h. Une poche en perf' de je-sais-pas-quoi anti-nausée, 3 poches de paracétamol, 1 piquouse d'anti-coagulant. De mémoire pas bien nette, ma tension durant la nuit est tombée au plus bas à 8-4. Que du bonheur...

    Enfin, tout ça s'est tassé progressivement, et le chirurgien m'a viré vendredi après-midi : "z'allez vous ennuyer ici...". Il avait dû remarquer qu'il ne me restait qu'une cinquantaine de pages à lire d'un roman.

    Allez, c'est l'heure du diner, je vous en dirai plus un peu plus tard, avec une question ou 2 au passage.

    Y.
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  13. #10
    Don-Quichotte

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Coucou Yoghourt,

    J'étais passé pour t'envoyer un petit mp pour prendre de tes nouvelles, mais ta messagerie étant pleine ...
    En cliquant sur ton profil je suis tombé ici, alors comment ça va maintenant ?
    Et ton chantier chez toi ça roule ? Tu as pu faire ce que tu voulais ?

    Bon courage !!!

  14. #11
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Hello,

    Je ne savais pas que ma BAL était pleine, zut. (un truc de plus à faire )
    Côté chantier, j'ai fini le plancher du garage la semaine avant l'opération. Je suis un peu passé 2-3 fois au travers comme un c*n, dont 1 fois où je me suis fait bien peur. Quelques estafilades aux bras et jambes écopées au passage.

    J'avoue, très très grosse flemme ces 2 derniers mois vis à vis de l'ordinateur.

    En juillet, mon genou gauche faisait le double de volume du droit (mesuré juste au-dessus de la rotule). Je n'ai pas vu le temps passer. Journée type :
    - 8h pop! Tout d'abord, la pommade contre les bleus (hémoclar) puis les belles bandes de contention sans se lever du lit, p'tit dèj, arrosage du jardin (en gros à partir de J+15), douche, p'tite sieste/télé/lecture/couture avec jambes surélevées et glace
    - 10h kiné 2x par semaine ou exercices à la maison, passage de l'infirmière à domicile (piquouse anticoagulant, bandage 1 jour sur 2, prise de sang 2x par semaine)
    - 11h30 déjà => vite, cuisine puis déjeuner, sieste avec jambes surélevées et glace
    - 14h30-15h exercices, petit repos jambes surélevées + glace
    - 17h éventuelle sortie ou tout petit bricolage de passe-temps (genre re-remplir le pilulier) ou lecture
    - 18h? ça passe trop vite! Cuisine puis diner, petit repos avec jambes surélevées
    - 20h30-21h exercices, télé/lecture avec jambes surélevées et glace
    - 22h30-23h ouf, enfin je peux enlever les bandes de contention! Pommade, dodo

    J'ai jamais autant cuisiné de ma vie. Ma dame a beaucoup apprécié d'avoir son homme à la maison. Mouarf!

    Ca faisait très lapin qui marche à la vitesse de la tortue, tout ça

    A force de faible activité physique, je commençais à avoir un mollet de fillette! C'est très rapidement revenu en août avec la kiné.
    J'avais le genou qui se dérobait au moins 1x par jour. Et je me suis tapé quelques fort douloureuses "contractions réflexes" des ischio-jambiers. Ouille.

    Côté médocs, jamais j'en ai avalé autant Ma moitié a fait l'appro, elle a eu l'impression de dévaliser la pharmacie
    Enfin, il faut ce qu'il faut, j'imagine...

    L'anti-inflammatoire, malgré l'hinibiteur de pompe à proton, m'a "joyeusement" fait découvrir ce que sont les "aigreurs d'estomac" au niveau cardia-estomac, genre 1/2h après chaque repas. Quelle saloperie! Je plains très très sincèrement les gens qui se tapent des ulcères.
    Qu'est-ce qui fait que les anti-inflammatoires récents soient aussi agressifs? Quand je m'étais rompu le croisé il y a une quinzaine d'année, le nifluril ne m'avait pas bousillé l'estomac...
    En plus, j'avais une belle interaction, non médicamenteuse mais pathologique, entre l'anti-inflammatoire et l'un des antalgiques (petit effet secondaire estomac-foie). Le joie... Mon médecin généraliste m'a fait troquer l'antalgique par du paracétamol. Ca allait un peu mieux.
    Des connaissances qui sont passées par là avec les anti-inflammatoire m'ont conseillé d'orienter un peu mon alimentation vers des aliments plus alcalins, en particulier lait et yaourt -comme il était communément prescrit jusqu'à la 1ère partie du XXe pour calmer les ulcères. Est-ce qu'il existe un classement fiable du caractère acido-basique des aliments -avec prise en compte du mode de cuisson? En farfouillant sur le net, j'ai trouvé quelques tableaux, un peu contradictoires, sortis un peu d'on ne sait où. J'imagine que le réflexe d'un pharmacien serait du genre "te fait pas suer, prends simplement un peu plus d'inhibiteurs de pompe à proton" (IPP). Sauf que quand on cherche un peu d'info sur l'impact des IPP à moyen et long terme, c'est pas réjouissant et encore objet d'étude. Je ne suis pas partisan du bazooka médicamenteux pour écraser une mouche...

    Pour la petite histoire, je prenais en parallèle 2 trucs de gemmothérapie : macérats de séquoïa, cassis, genévrier (préparés à l'agave plutôt que glycérine). Et je buvais beaucoup, dont assez souvent de l'infusion cassis-frêne-noisetier (dont j'apprécie le goût). Tout ça suite à rencontre d'une herboriste en mai. Je ne saurai dire si tout ça a eu un effet significatif. Bah, tant que ça fait pas de mal, c'est que ça ne fait ou rien ou du bien

    En août, plus de piquouses, ni de médocs, plus de bandes de contention, plus de béquilles, OUF!
    Restait la pommade (je suis passé à l'arnica, qui de toute façon n'est pas plus remboursée que l'hémoclar). En temps normal, je n'ai quasi-jamais de bleus. Au droit du prélèvement du greffon tendineux, plus bas sur la jambe où je m'étais malencontreusement cogné dans les jours qui ont suivi l'opération, et sur le ventre où où on m'injectait l'anticogulants, méga-bleus comme jamais!
    Deux mois après opération, c'est pas encore parti. Il faudrait que je m'astreigne à remettre de la pommade tous les jours. suis pas motivé...

    Les infirmières ont systématiquement trouvé que les cicatrices étaient plutôt belles et bien propres. Aucune sensation quand on m'a enlevé la suture en surjet. Tout bonnement épatant!

    J'ai commencé à "émerger" vers mi-août : mobilité réduite, mais un peu plus la pêche et la capacité de faire une bricole par-ci par-là. Surtout au jardin. Youpi!

    Le 19 août, le chirurgien a mesuré avec sont petit rapporteur 0 à 130° d'amplitude à froid. Il m'a dit de féliciter le kiné En fait, 2 semaines avant, le kiné mesurait déjà ~0 à 125° à chaud avec un rapporteur-réglette.

    Petite précision : je vois 2 kinés. Un pour faire la rééduc' classique (muscu, flexion, proprioception). Et l'autre orienté Mézières pour étirements et muscu que je ne peux faire seul, ainsi que posture et massages (pour remettre de la torture :-p ). C'est très complémentaire, je douille parfois, mais au final ça aide bien! A la maison, pour faire mes exercices, j'ai un tapis de sol, un espalier, et je me suis installé des poulies à la cave.

    J'en suis à la phase entre 2 et 3 mois où le greffon est le plus fragile et se revascularise. Vélo strictement interdit (sauf vélo d'appart mais j'en ai pas). Théoriquement, piscine autorisée en y allant mollo (pas de brasse), mais je préfère attendre encore 1 semaine pour ça. Et bien cacher/protéger du soleil.
    Bien évidemment, je ne fais actuellement rien d'ampleur à la maison ou au jardin.

    J'ai repris le boulot lundi dernier. Entre les 2h bien tassées de bus et la position assise, dur dur. Pas évident non plus de dégager du temps le soir pour faire mes exercices, d'autant plus que j'essaye de bosser un peu plus en endurance qu'en force et faire travailler un peu le reste du corps itou, ce qui fait une séance complète de 1h30 l'un dans l'autre.

    Je commence tout juste à écluser mon retard de mails et autres trucs sur ordi
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  15. #12
    myoper

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    C'est bô quand tout marche bien !
    Citation Envoyé par Yoghourt Voir le message
    Qu'est-ce qui fait que les anti-inflammatoires récents soient aussi agressifs? Quand je m'étais rompu le croisé il y a une quinzaine d'année, le nifluril ne m'avait pas bousillé l'estomac...
    En fait, ce n'est pas l'ancienneté qui fait l'agressivité.
    Il faut se baser sur leur classification sans oublier que la susceptibilité individuelle peut être plus supérieure à "l’agressivité" de l'antiinflammatoire, qu'il n’y a pas de parallèle entre les signes digestifs et l’importance des lésions gastriques et que comparée à la toxicité des AINS, les IPP font pâle figure.
    Une fois ça en tête, la glace sur le genou et un plan d'utilisation des antalgiques, on se cherche le confort optimal...

    Des connaissances qui sont passées par là avec les anti-inflammatoire m'ont conseillé d'orienter un peu mon alimentation vers des aliments plus alcalins, en particulier lait et yaourt -comme il était communément prescrit jusqu'à la 1ère partie du XXe pour calmer les ulcères. Est-ce qu'il existe un classement fiable du caractère acido-basique des aliments -avec prise en compte du mode de cuisson?.
    Pourquoi pas mais on est pas sur que ça agisse comme ça ou même que ça agisse ; par exemple, les crudités peuvent être digérées sans gênes ni douleurs par des porteurs de gastrite objectivées et tordre des gens à l'estomac endocopiquement sain.
    Conseil: faire des essais et se baser sur ses préférences (pour une fois ).

  16. Publicité
  17. #13
    Don-Quichotte

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Reprise du boulot, ..., j'espère que ça se passe bien pour toi et que c'est pas trop dur !
    Je te souhaite un bon rétablissement et du courage.
    Moi aussi je fais du Mézière pour mon dos en compote (cyphose, scoliose, hyper lordose ), et comme toi, quand j'y vais c'est un peu séance de torture ^^ il faut ce qu'il faut.

    Prend soin de toi, courage et patience
    En tout cas ça fait plaisir d'avoir de bonnes nouvelles sur ta santé (même si j'ai pas tout capté ^^).

  18. #14
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Ouh-là! Gaffe! Soigne toi bien. Une collègue -la quarantaine- n'a "que" une grosse scholiose qui vient tout juste d'être diagnostiquée suite à un problème. Elle se retrouve carrément en mi-temps thérapeutique sous forme de télétravail, le temps de rectifier puis tout remuscler. Elle en a ch*é cet été...

    Citation Envoyé par myoper Voir le message
    En fait, ce n'est pas l'ancienneté qui fait l'agressivité.
    Pourtant, quand on voit la famille lepen... (désolé, j'ai pas pu résister)

    comparée à la toxicité des AINS, les IPP font pâle figure.
    Certes, certes. J'avais pas trop le choix pour les anti-inflammatoires. D'ailleurs, mon genou ne dégonflant que très lentement, plutôt qu'en prendre plus, tout le monde (généraliste, kinés, pharma, moi) préférait plutôt jouer sur glace et cie.

    Pourquoi pas mais on est pas sur que ça agisse comme ça ou même que ça agisse ; par exemple, les crudités peuvent être digérées sans gênes ni douleurs par des porteurs de gastrite objectivées et tordre des gens à l'estomac endocopiquement sain.
    Pourtant, il parait que les carottes, ça rend aimable

    Un peu de détail sur ma petite expérience perso, pour ce que ça vaut...
    Au début, j'atténuais les aigreurs ponctuelles en "noyant" ça dans l'eau. Bien sûr, rien qui tourne à la potomanie! Disons 2 bons litres d'eau/tisane/thé/... par jour. => aigreurs moins intenses.
    Un p'tit coup de lait fermier entier (pas cru quand même) à la place de la flotte, et yaourt fermier entier quasi à chaque repas => diminution nette des aigreurs en nombre et intensité. (sauf en cas de repas qui s'avère "agressif")
    Pour poivron cuit/piment/moutarde/vinaigrette se sont clairement avérés facteurs agravants. Il m'a semblé que le miel aidait, ou au moins passait mieux que la confiture. Pour le reste, je n'ai pas su corréler.

    Voici typiquement le genre de choses que j'ai trouvée, dont je n'ai aucune idée de la validité :
    Tableau issu de l'asso fibromyalgie montréal
    Sur un site "bien-être" qui semble donner ici une info plus solide que la moyenne
    C'est les deux infos les plus "sérieuses" que j'ai trouvée. Avec le recul, en relisant les commentaires, j'ai l'impression que le 1er tableau est implicitement fondé sur l'indice PRAL. Pour le 2e, c'est clairement énoncé.
    indice PRAL = charge acide rénale potentielle d’un aliment, obtenu à partir d'analyse d'urine.

    J'avais cherché aussi via scholar google, et j'en ai retenu deux choses :
    - la régulation acido-basique de la digestion est un système complexe, avec l'estomac qui est un milieu acide, et l'intestin un milieu basique (de même que la bile).
    - l'impact acido-basique (au sens de Lewis) des aliments en solution dans l'estomac semble pris comme un fait avéré. Ensuite, ça tourne à la vitesse de la lumière au "on va pas se faire suer avec les détails, il suffit de balancer un IPP et la messe est dite, alors on va parler IPP uniquement".

    => L'indice PRAL ne dit rien à proprement parler sur le caractère acido-basique des aliments au sens de Lewis en solution dans l'estomac. Ca fait des jolis tableaux qui m'étaient complètement inutiles car franchement non pertinents.
    => Soit j'ai pas eu de pot dans mes recherches (assez probable), soit c'est une zone d'ombre qui n'intéresse pas franchement la médecine/biochimie conventionnelle (hélas assez probable aussi)

    Plouf, bec dans l'eau...

    Pas bien grave, je n'ai plus vraiment besoin de l'info en tant que telle. Reste la curiosité insatisfaite
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

  19. #15
    myoper

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    En gros, c'est ça, il n'y a pas à chercher plus loin.
    Ce n'est pas l'acidité qui fait les lésions donc on absorbe ce qui nous convient le mieux - en évitant ce qui est connu comme irritant - (oui, l'indice PRAL ne donne qu'une info qui indique une tendance).
    Et je confirme aussi que la glace est souvent la grande oubliée mais les protocoles corrects ne l'oublient pas : c'est pas cher et ça marche mieux que tout ce qu'on peu coller d'autre... (re ).

  20. #16
    Yoghourt

    Re : Suites d'une rupture complète du LCA

    Hello,
    Pour la petite histoire, tout n'a pas bien marché, non.
    - de mémoire, en novembre ou décembre, diagnostic du chirurgien : échec de l'opération, soit due à une rupture du greffon, soit due à une nécrose totale. Le chirurgien dit de façon très directe qu'il va falloir envisager de réopérer. Quand on s'attend à 'linverse à une confirmation que les choses se passent dans les clous, ça fait à froid deux baffes dans la tête pour le prix d'une
    - IRM : le greffon est bien en place et semble sain. Conclusion : il ne doit pas être assez tendu. Heureusement que le chir était assis quand il a vu les clichés, si je puis dire...

    Mon analyse :
    - dans mon souvenir, le chirurgien n'a pas vérifié au dernier moment la souplesse naturelle de mon autre genou. Il a sous-estimé la souplesse de mes tendons, et n'a pas assez tendu le greffon
    - fin septembre/début octobre, le kiné m'a fait faire des exercices d'hyperflexion à la maison. Idem, sans avoir vérifié ni le tiroir du genou opéré, ni le tiroir de l'autre genou. Exercices que j'ai fais consciencieusement. Hélas, c'était 1 mois trop tôt vis à vis du protocole du chirugien, dont il s'est avéré par la suite en plus que le chirurgien ne visait que des exercices de flexion. Pour lui, l'hyperflexion n'était à travailler qu'au besoin le plus tard possible.

    Il faut dire que j'ai eu beau faire, impossible de faire décrocher le téléphone à ces 2 spécialistes pour qu'ils se parlent directement, de vive vois, entre experts. Même pas une fois, même pas après découverte du problème. Même par mail

    Au final, je me suis tapé 6 mois de kiné supplémentaire avec interdiction de fortes flexions. Au passage, la musculature a été correctement récupérée, même si le chirurgien a trouvé ça un poil limite (d'après ses critères "grand sportif" alors que je ne suis que sportif même si je suis grand )
    Lors du dernier rdv avec le chirugien, quelques mois avant la fin de la kiné, le chirurgien m'a interdit la reprise de la pratique à genoux pour mes 2 arts martiaux + pratiquer toute activité avec une genouillère proprioceptive à changer environ 1x par an. C'était uniquement oral, il n'a pas signé de certificat médical pour la pratique de ces activités ni rien écrit à ce sujet. Je ne sais même pas s'il s'est fendu d'un courrier de "clôture du dossier" à mon médecin référent, et j'ai l'impression que non. Pas de proposition de rdv de suivi à long terme non plus.

    Mon médecin référent, qui a la spécialité médecine du sport : on teste 1 an sans pratique à genoux = talon-fesse, tout en redescendant très lentement à partir de 6 mois sur les genoux sans jamais aller jusqu'à la sensation de forcer la flexion ou de prendre des risques vs. tonicité musculaire disponible.

    L'année est passée. En juin, j'en étais à environ 1 poing entre talons et fesses. Pas d'instabilité notable. Le toubib a testé mes genoux fin juillet : tiroir quasi-identique des 2 côtés, un poil moins côté genou opéré. Feu vert pour la reprise progressive de la pratique à genoux en cherchant à rester en suspension au maximum, moyennant remuscler un peu tout ça, en particulier le vaste interne. En restant raisonnable et à l'écoute bien entendu.

    Donc, je m'en sors plutôt bien

    Cdlt,
    Y.
    éco-rénovation: l'aïkido du BTP

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. Renovation complete d'une maison
    Par tom1277 dans le forum Habitat bioclimatique, isolation et chauffage
    Réponses: 16
    Dernier message: 28/11/2012, 08h46
  2. rupture du LCA?
    Par Lefebvre-Corentin dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 2
    Dernier message: 12/10/2010, 16h30
  3. Rupture LCA et fissuration de la corne du ménisque
    Par Chachouuuuu dans le forum Santé et médecine générale
    Réponses: 3
    Dernier message: 03/09/2009, 08h25
  4. Etude complète d'une fonction par morceaux
    Par D1n2e3 dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 0
    Dernier message: 13/06/2008, 17h19
  5. définition d'une réaction complète
    Par Copte dans le forum Chimie
    Réponses: 5
    Dernier message: 23/04/2007, 09h26