Discussion fermée
Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Le mythe de l'obésité



  1. #1
    asccs

    Le mythe de l'obésité


    ------

    Bonjour,

    Certaines thèses défendues sur cette page http://www.vivelesrondes.com/obesite-mythe/ me laissent un peu perplexe.

    Déjà,
    Le poids n'a pas de rapport avec la santé. Le discours de perte de poids de la santé publique, des grands médias et des industries n'a aucune base médicale valide.
    Bizarrement, les études les plus impartiales et représentatives à ce sujet sont délaissées, au profit de détournements de statistiques et de raisonnements sans rigueur.
    Soulignons quand même que ces positions sont à la base, mises en avant par un dénommé Paul Campos qui est professeur de droit (pas diététicien ou nutritionniste).

    Ces réflexions tentent de contre-attaquer, les propos du chirurgien en chef de l'armée des Etats-Unis, Richard Carmona qui a affirmé haut et fort,
    "Faisons plutôt face à un problème plus réèl, et déjà présent : l'obésité."

    Soulignons aussi que la page dont je viens de vous soumettre le lien provient d'un site intitulé "vivelesrondes"

    Ce site semble vouloir rendre compte d'une conspiration américaine, voir d'un raciste anti-gros. Etrange pour un pays qui a toujours insidieusement poussé à la consommation.

    D'après les critères de santé publique actuels, Brad Pitt, Michael Jordan et Mel Gibson sont tous en surpoids, tandis que Russell Crowe, George Clooney et la star de baseball Sammy Sosa sont tous "obèses". D'après ce même calcul si votre IMC est au-dessus de 25, vous êtes en surpoids, point final.
    IMC = Indice de masse corporelle = poids/taille²
    IMC normal se situ grosso modo entre 19 et 25, il me semble difficilement concevable que les acteurs en question soient obèses ou alors ils se sont laissé allé.

    Pour moi un "obèse léger" a un IMC > 27

    Entre 25 et 27, il est "simplement "en surpoids.

    Après tout, c'est ce qui la plupart des gens pensent quand ils lisent que les autorités de santé médicale et publique ont déterminé qu'un IMC de 25 ou plus est dangereux à la santé d'une personne. Cependant, cette croyance est balayée devant une preuve évidente.

    Un projet mené en 1996 par des scientifiques du National Centre for Health Statistics and Cornell University a analysé les données de dizaines d'études précédentes, réunissant au total plus de 600 000 sujets suivis pendants 30 ans. Parmi les hommes blancs non-fumeurs, le plus bas taux de mortalité a été trouvé chez ceux avec un IMC entre 23 et 29, ce qui signifie qu'une grande majorité des hommes qui ont vécu le plus longtemps étaient en excès de poids selon des directives de gouvernement. Le taux de mortalité pour les hommes blancs dans la gamme censée être idéale idéale de 19 à 21 était identique à celui pour ceux dans les 29 à 31 (les la plupart de qui serait défini maintenant comme "obèses").

    Rappelons quand même qu'un BMI entre 23 et 25 rentre dans la normale.
    Cela dit l'étude peut quand même susciter de réelles interrogations car entre 19 et 21 on est toujours dans la norme autorisée alors qu'au-delà de 25 on est en surpoids.

    Dans presque toutes les études épidémiologiques à grande échelle, on a trouvé peu ou pas de corrélation entre poids et santé pour une grande majorité de la population - et en effet la corrélation qui existe suggère qu'il soit plus dangereux d'être juste à quelques kilos en "sous poids" que des dizaines de kilos en trop.
    Il aurait été préférable que nous soient communiquées en annexe toutes les références des études scientifiques.


    Parmi les individus au "poids idéal" (IMC 18,5 à 24,9), l'étude a observé un taux de mortalité du cancer de 4,5 décès pour 1.000 sujets. Parmi les individus "en surpoids" (IMC 25 à 29,9 - une catégorie qui inclut actuellement environ deux fois plus d'Américains adultes que ceux au "poids idéal"), le taux de mortalité de cancer était les 4,4 décès pour 1.000 sujets. En d'autres mots, les gens en surpoids avaient en fait un taux global de mortalité du cancer plus faible que ceux au poids idéal.

    L'étude ne devrait-elle pas être reproduite ?
    A moins qu'un échantillon de 1000 personne suffise à démontrer une fois pour toute qu'il est préférable d'être en surpoids ou un peu obèse pour avoir plus de chance de ne pas avoir de cancer ?

    La plupart des Américains, et donc la plupart des médecins, supposent simplement que plus vous êtes gros, plus vous souffrirez des maladies des artères. Pourtant plusieurs études ont spécifiquement cherché à déterminer l'incidence de la graisse sur les maladies coronariennes. Réponse: non. Même massivement les hommes et les femmes obèses ne semblent pas être plus enclins aux maladies vasculaires que la moyenne.
    Quelles études ??

    Il est vrai que le poids est associé à l'hypertension et à certains types de maladie de coeur. Mais là encore il a été indiscutablement prouvé que cette corrélation n'est pas nécessairement le produit du poids, mais plutôt de la perte et du regain de poids. Les patients obèses qui ont soumis des régimes à très basses calories montrent plus tard des taux beaucoup plus élevés de crises cardiaques que les personnes également grosses qui n'ont pas essayé de perdre le poids en premier lieu.
    Il est vrai que les régimes yo-yo sont très mauvais pour le coeur mais le coeur des gens qui ont un BMI > 25 doivent également alimenter plus de masse, il se fatigue plus vite.

    Si nous devions utiliser jusqu'au bout la logique des guerriers anti-gros, ne devrions nous pas être encouragés à gagner le poids pour se protéger contre, entre autres, le cancer, l'ostéoporose et la plupart des grandes maladies pulmonaires ?
    Le signifiant "guerriers" semble là directement exprimer un parti pris ce qui ne favorise pas le caractère objectif de la réflexion.


    De même manière, en 1999 une étude du Cooper Institute sur 22 000 hommes a trouvé le taux de mortalité le plus élevé chez les hommes sédentaires au tour de taille de moins de 89 cm, alors que le plus faible taux a été trouvé pour ceux dont cette mesure se situait à 100 cm et plus. Une étude Blair de 1995 a trouvé que le démarage d'une activité physique (pour des personnes sédentaires) équivalent à une promenade d'une demi-heure de marche rapide quatre ou cinq fois par semaine réduit le taux de mortalité de 50 %. Comme Blair le dit lui-même, les américains "se trompent de coupable avec le poids et la perte de poids. C'est tout faux ! C'est l'activité physique la clé !"
    Oui faire du sport, c'est bon pour la santé.
    Mais ne peut-il pas avoir plusieurs coupables ? Ce n'est pas parce que l'activité physique apporte un mieux être qu'il faille plus prendre en compte l'indice de masse corporelle.
    Une maladie peut avoir plusieurs cause.

    Alors qui croire ? Les tenant de la restriction calorique dont le chef de file fut le Dr Walford ou les tenant de l'obésité ?
    Pour ma part, je pense qu'une restriction calorique trop importante engendre des problèmes;Notamment au niveau musculaire, osseux, protection contre les affections bactériennes ou virales, des problèmes d'infertilité.
    Mais l'obésité peut aussi générer d'autres problèmes comme l'hypertension artérielle, des problèmes, des problèmes d'infertilité, des hernies, des problèmes respiratoires (même si l'étude mentionnée ci-dessus semble l'infirmer, je compte donc sur vous pour trancher), des problèmes cardiaques (même si l'étude mentionnée ci-dessus semble l'infirmer je compte donc sur vous pour trancher).
    Par rapport aux cancers, j'aurais aussi tendance à dire que l'obésité ne favorise pas leur non-apparition mais là encore cette étude tend plus ou moins à prouver le contraire.
    Reste donc à lire le livre pour savoir ce qu'il y est exactement dit! Mais je ne sais pas, peut-être quelqu'un ici l'a déjà lu.

    Peut-être enfin que j'ai mal lu le texte et que je n'ai rien compris, puisque j'en retiens qu'il est préférable d'être obèse pour être en meilleure santé.

    Bientôt, je me dis que je vais réussir à trouver une étude qui me dit qu'il vaut mieux être totalement sédentaire (marcher le moins possible, promener son chien en voiture, toujours se déplacer avec un véhicule motorisé) plutôt que de pratiquer modérément un sport.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    trebor

    Re : Le mythe de l'obésité

    Bonsoir à toutes et tous,
    Il y en a toujours pour contre dire l'évidence comme par exemples :
    Fumer n'est pas toxique, le port de la ceinture de sécurité est dangereuse, l'eau du robinet n'est pas bonne pour la santé,.....il y a pleins d'autres exemples comme ceux-là.
    Il y a toujours des pour et des contres dans bien des domaines et chacun choisi son camp, car on comprend bien que celui qui est obése et qui est très bien dans sa peau ne dira pas le contraire.
    Certain vont jusqu'au seuil de la mort avant de faire marche arrière avec leur idée, un exemple, le médecin dit à son patient que si il n'arrête pas de boire de l'alcool qu'il lui reste quelques mois à vivre .
    Bonne soirée et A+
    Faire tout pour que demain soit meilleur

  4. #3
    etoile64

    Re : Le mythe de l'obésité

    Connaissant ce site, leur philosophie plus génerale est "arretons le racisme anti-gros : on n'est pas forcement gros parce que l'on mange gras et sucré et l'on n'est pas forcement malade car on est gros"...

    Voila en gros ce que prone le site : pas du tout un hommage à l'obesité, mais une demande d'acceptation des gens comme ils sont, si leur "etat" ne les met pas en danger...


    Cela dit j'ai lu recemment un article du Dr Apfeldorfer (psychiatre spécialisé dans les troubles du comportement alimentaire) qui a réalisé une étude sur la conception de l'alimentation dans differents pays. Et il a trouvé qu'aux Etats-Unis, ils ont été les 1er a édicter de nombreuses règles d'hygiène alimentaire et de diéttétique, de developper les produits allegés et sans sucre, alors que le taux d'obèses n'avait pas encore augmenté.
    A l'opposé; d'autres pays qui ont pendnat bcp plus longtemps considerés l'alimentation comme un plaisir, ont gardé un traux d'obesité beaucoup plus faible...
    Il expliquait cette decouverte par le fait qu'a force de nous rabacher toutes ces regles dietetiques, les gens deviennent completement nevrosés par rapport à l'alimentation et qu'ils perdent l'auto-regulation du corps qui dit quandil a faim et quand il n'a pas faim...
    Cette théorie me semble tres interessante, surmement a creuser un peu, mais c'est vrai qu'aujourd'hui lorsque des études montrent que 50% des jeunes filles de 11ans ont deja fait un regime ou souhaitent le faire... C'est assez affolant...

  5. #4
    Corazon

    Re : Le mythe de l'obésité

    Que de conneries. Il y en a aussi pour dire que l'environnement ne s'est jamais aussi bien porté Pas la peine de débattre quand la rigueur n'est même pas au rendez-vous.

    Cependant, il faudrait mettre en perspective "l'obésité abdominale" lorque l'on parle d'incidence cardio-vasculaire, et non simplement d'obésité.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    bbdoll

    Re : Le mythe de l'obésité

    qu' esy-ce que l' obésité abdominale??
    "Ne craignez pas d' être lent, craignez seulement d' être à l' arrêt"

  8. #6
    trebor

    Re : Le mythe de l'obésité

    Bonjour à toutes et tous,
    Quand un homme fait pipi, s'il ne voit plus son cui-cui = obésité abdominale.
    A placer dans humour scientifique
    A+
    Faire tout pour que demain soit meilleur

  9. Publicité
  10. #7
    bbdoll

    Re : Le mythe de l'obésité

    Citation Envoyé par trebor
    Bonjour à toutes et tous,
    Quand un homme fait pipi, s'il ne voit plus son cui-cui = obésité abdominale.
    A placer dans humour scientifique
    A+
    c pa gentil pour celui concerné
    "Ne craignez pas d' être lent, craignez seulement d' être à l' arrêt"

  11. #8
    Corazon

    Re : Le mythe de l'obésité

    Voici un lien qui présente une fiche brève mais très juste de la chose:


    On y parle justement de la différence entre l'obésité androĩde (abdominale et viscérale), et l'obésité gynoĩde.

    En passant, il semble reconnu maintenant que une obésité abdominale même petite, représente un risque. On a tous de la misère avec le concept d'obésité, et on s'imagine que les obèses sont des gens très gros. Or, un léger surplus de graisse abdominale constitue un début d'obésité et peut mener potentiellement à une pathologie ou à un trouble cardio-vasculaire.

    Faut pas prendre ca à la légère.

  12. #9
    Corazon

    Re : Le mythe de l'obésité

    ....bon désolé le lien n'a pas fonctionné hehe.

    http://www.obesite.com/comprendre/definition/quand.htm

Discussions similaires

  1. Comment lutter contre l'obésité ?
    Par Igothigh dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 24
    Dernier message: 22/03/2007, 13h53
  2. TPE sur la croissance de l'obésité
    Par pika48 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 21
    Dernier message: 12/10/2006, 13h27
  3. Facteurs à l'origine de l'obésité
    Par Hawkboy dans le forum Biologie
    Réponses: 3
    Dernier message: 30/12/2005, 14h17
  4. L'excès pondéral et l'obésité en explosion
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 02/10/2005, 13h36
  5. L'obésité comme cause de mortalité c'est surfait !
    Par deus-ex-machina dans le forum Discussions scientifiques
    Réponses: 4
    Dernier message: 25/02/2005, 12h37
Découvrez nos comparatifs produits sur le sport et la santé.