Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 17 sur 17

Tpe sur les effets des rayonnements radioactifs sur le corps



  1. #1
    vito
    Bonjour,
    J'aimerais avoir votre avis quant aux choix que je dois faire pour ma problématique. Sur quelle partie du corps pensez vous qu'il serait le plus judicieux de travailler ? Autrement dit sur quelle partie du corps les effets des rayonnements sont-ils les plus importants et interéssants à étudier ?
    Merci d'avance pour vos conseils

    -----


  2. Publicité
  3. #2
    Cécile
    Je ne sais pas s'il est judicieux de "découper" le corps pour n'étudier que les effets sur certaines parties. En effet, c'est généralement l'ensemble du corps qui est touché. Sauf cas particulier, comme la tyroïde, qui est spécialement touchée par l'iode radioactif (car la tyroïde contient beaucoup d'iode). C'est peut-être le plus facile à étudier pour ton TPE.

  4. #3
    vito
    Merci pour votre conseil je vais le suivre et donc choisir la thyroïde.
    Vous avez l'air de vous y connaitre dans les rayonnements radioactifs, c'est pourquoi je vous demande si vous connaissez des liens qui nous seraient utiles dans nos recherches.
    Merci d'avance pour votre réponse.

  5. #4
    Narduccio
    En tant que "travailleur du nucléaire", je te dirais l'inverse. Ce n'est pas essentiellement le corps entier qui est affecté. Certains organes sont beaucoups plus fragiles que d'autres, et il le sont différemment en fonction de produit contaminant et du type de rayonnement.
    L'irradiation "corps entier" sert de mesure de référence. Mais en cas de contaminations ou d'irradiation au dessus des limites de déclaration, on essaye de savoir précisement ce qui prend quoi et combien. Car ensuite, le suivis et le traîtements changent.
    Les organes les plus sensibles, si mes souvenirs sont exacts sont: la thyroïde (pour l'iode), les os (sensible au strontium, il prend la place du calcium et reste très longtemps donc des dégats sur le long terme), les cellules germinales (testicules et ovaires), les yeux (risque de cataracte).

    J'avais mis une série de liens sur ce post http://forums.futura-sciences.com/vi...ght=tchernobyl
    Tu devrais trouver sur ces pages les réponses a tes questions.
    Si tu as besoin d'éclairsissement, n'hésite pas à les demander, il y aura surement quelqu'un pour répondre.

  6. #5
    JPL
    Pour compléter la réponse de Narduccio (pour qui c'est tellement évident qu'il n'a pas pensé à le préciser) il faut rappeler 2 définitions de base.
    Irradiation : exposition du corps à une source de rayonnement externe ; dans ce cas les paramètres importants sont la nature du rayonnement (qui conditionne son pouvoir pénétrant et la "facilité" avec laquelle il transfère tout ou partie de son énergie aux tissus vivants) ; l'intensité et la durée d'exposition.
    Contamination : elle peut être externe, c'est-à-dire qu'une substance radioactive souille les vêtements ou la peau ; plus grave elle peut être interne et là tout dépend de l'affinité plus ou moins grande de l'élément ou la molécule pour tel ou tel organe, de l'activité de la dose absorbée, de la période biologique de la substance dans l'organisme (à distinguer de la période radioactive) et de la manière dont on peut accélérer l'élimination (ce qui revient à raccourcir la période biologique) ; tiens en marge de cette question, explique bien pourquoi on donne de l'iode lors de certains accidents nucléaires.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Narduccio
    Pour compléter la réponse de JPL.
    Le différence entre période radioactive et période biologique est importante pour certains éléments donc l'iode.
    Ainsi le tritium a une période radiologique assez importante, demie-vie radio de 12 ans, mais on considère généralement que ce n'est pas un problème car sa demi-vie bio est de 10 jours. Donc, à moins d'en ingérer une quantité importante, il n'a pas le temps de faire des dégats.
    Tandis que l'iode se fixe au niveau de la thyroïde, et il me semble que sa demi-vie bio est supérieure à sa demi-vie radio, donc il est là et délivre toute les radioations dont il est capable jusqu'à ce qu'il est atteint une forme stable.
    Vu le temps de la demi-vie de l'iode radio, une expérienc possible serait d'injecter dans un liquide (lait ou eau) une certaine quantité d'iode radioactif. Faire une mesure. Laisser reposer une semaine et constater la baisse notable d'irradiation. Chose qu'il ne serait pas possible de constater avec du césium ou du tritium.

  9. Publicité
  10. #7
    JPL
    Tandis que l'iode se fixe au niveau de la thyroïde, et il me semble que sa demi-vie bio est supérieure à sa demi-vie radio,
    La période biologique d'un élément (ou d'une molécule) non radioactif est sa durée de demi-vie dans l'organisme telle qu'elle peut être établie par des dosages chimiques
    La période biologique d'un élément (ou d'une molécule) radioactif est la période au bout de laquelle la moitié de l'activité a disparu du corps, par décroissance radioactive ou élimination biologique. Donc par définition elle est plus courte que la période radioactive.
    Vu le temps de la demi-vie de l'iode radio, une expérienc possible serait d'injecter dans un liquide (lait ou eau) une certaine quantité d'iode radioactif. Faire une mesure. Laisser reposer une semaine et constater la baisse notable d'irradiation. Chose qu'il ne serait pas possible de constater avec du césium ou du tritium.
    Je ne comprends pas le rapport avec la période biologique : on va mesurer simplement la décroissance radioactive, comme si l'iode était dans son flacon d'origine.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  11. #8
    Narduccio
    Cela montre que pour certains polluants radioactifs, il y a une décroissance rapide et donc que ce qui est impropre à la consommation aujourd'hui peut-être consommé demain. Mais pour le lait, je me méfierais car l'introduction de l'iode entrainerais surement l'introduictions de germes biologiques et la produit serait de toute facon impropre à la consommation.

  12. #9
    coco
    Bonjour,
    J'ajoute que dans le cas des cancers thyroidiens, on fait bien sûr l'ablation de la thyroide, mais on détruit totalement les cellules thyroidiennes restantes après ingestion d'iode radioactif... on place l'individu dans une chambre plombée pendant 1 semaine... le temps que la radioactivité diminue...

  13. #10
    JPL
    J'ajoute que dans le cas des cancers thyroidiens, on fait bien sûr l'ablation de la thyroide, mais on détruit totalement les cellules thyroidiennes restantes après ingestion d'iode radioactif... on place l'individu dans une chambre plombée pendant 1 semaine... le temps que la radioactivité diminue...
    Je n'ai rien compris. Si on enlève totalement la thyroïde, où sont les cellules thyroïdiennes restantes (à moins de supposer que la tumeur a déjà métastasé... et alors comment être sûr de détruire toutes les cellules métastatiques ; il y a toujours une part d'aléa dans les chimiothérapies).
    Les cancers se développant des années après l'exposition à l'iode radioactif, il ne reste plus de radioactivité. Donc que signifie la chambre plombée ? Ou alors tu veux dire qu'on détruit les métastases en administrant de l'iode radioactif à haute dose ? Possible, mais comme je ne suis pas médecin, je ne sais pas quel est le protocole actuellement utilisé. Dans ce cas il faudrait corriger ta phrase en "on détruit totalement les cellules thyroidiennes restantes grâce à l'ingestion d'iode radioactif"
    Merci de clarifier ton propos.
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  14. #11
    vito
    Tout d'abord, merci pour vos réponses précises et très rapides .
    Mon professeur m'a dit cet après-midi que la demi-vie bio de l'iode 31 était de 8 jours. Or, vous dites que les éléments possédant une demi-vie courte n'ont pas le temps d'affecter des organes. Je suis vraiment ignorant dans ce domaine et c'est pourquoi je m'excuse par avance de mes questions peut-être évidentes .
    J'ai une autre question. J'aimerais savoir plus concretement comment l'iode 31 radioactif peut être nocif sur la thyroïde et quels en sont en gros ( je ne suis qu'en 1ere ! ) les mécanismes.
    Merci d'avance.

  15. #12
    JPL
    Correction, c'est l'iode 131, symbole <sup>131</sup>I.
    Sa période radioactive, qui doit se confondre avec sa période biologique est en effet de 8 jours. Cela signifie qu'en 8 jours, il y a a la moitié des atomes (et la moitié seulement) qui se sont transformés en xénon qui est rapidement éliminé. Ce qui est important pour le risque de cancérogenèse, c'est la dose absorbée, quelle que soit la durée d'exposition, sachant que le risque est nul pour une dose nulle (ce qui augmente avec la dose, c'est la probabilité de développer une tumeur). Donc il est tout à fait possible d'obtenir des tumeurs avec un isotope de courte période.
    Les rayonnements ionisants produisent des altérations de nombreuses molécules biologiques. Les cancers sont dus à une altération de l'ADN qui entraîne des mutations de certains gènes, entre autres des gènes impliqués dans le cycle de la division cellulaire où dans la régulation de ce cycle (en simplifiant beaucoup).

    Un lien presque au hasard : http://www.laradioactivite.com/pages...ne/02_iode.htm
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  16. Publicité
  17. #13
    vito
    J'avais averti de mon ignorance quasi-totale !
    Merci pour ces précisions. Donc pour résumer c'est l'iode 131 ou plutôt son noyau qui émet des rayonnements ionisants, ayant pour effets des mutations au niveau des nucléotides et donc des déréglements au niveau de la cellule.
    Merci de me corriger si je commets des erreus ou oublie de mentionner des précision importantes.

  18. #14
    JPL
    Oui. Une petite recherche sur Google avec comme critère iode 131 fournit tout un tas de références.
    Tous les rayonnements ionisants agissent de la même manière, quel que soit l'émetteur (juste pour éviter une confusion hors sujet, les UV sont aussi cancérogènes pour la peau et, éventuellement, la rétine, mais ne sont pas ionisants. Ils agissent sur l'ADN en provoquant une liaison chimique anormale entre 2 nucléotides si les bases adjacentes, sur le même brin, sont 2 thymines. Les rayonnements ionisants provoquent d'autres types d'anomalies).
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  19. #15
    vito
    dimères de thymine c'est bien ça ?
    Merci à vous tous pour vos nombreux conseils précis. Si d'autres informations vous viennent à l'esprit.

  20. #16
    JPL
    Il s'agit bien de dimères de thymine que se forment avec les UV (mais comme c'est un rayonnement non ionisant, c'est un peu hors sujet).
    Quand j'ai parlé dans un message précédent de dose absorbée, il s'agit bien d'une quantité d'énergie absorbée et non d'une intensité. Pour les effets aléatoires (cancers, mutations transmissibles à la descendance), peu importe la durée qui a été nécessaire pour absorber cette dose (5 minutes ou 10 ans). Ce qui compte, c'est la quantité totale d'énergie absorbée.
    Par contre les effets non aléatoires qui apparaissent à la suite de fortes irradiations (morts cellulaires, perturbation du métabolisme des tissus, opacification du cristallin...) dépendent partiellement de la durée pendant laquelle on a été exposé. Ce n'est pas la même chose de recevoir cette dose en une fois ou de façon fractionnée ou étagée sur plusieurs mois.
    Les organes ou tissus les plus sensibles aux effets non aléatoires sont ceux qui ont le taux de mitose le plus élevé : tube digestif, moelle osseuse rouge (contient les cellles souches des cellules sanguines), testicule...
    L'opacification du cristallin est une exception explicable : il n'y a pas de mitoses à son niveau (enfin, très peu), mais les protéines transparentes qui le constituent ne sont jamais renouvelées au cours de la vie. Si elles sont dénaturées par un rayonnement, ce n'est pas réparable.
    Il y a des tas de documents sur Internet, par exemple cette page de l'Institut National de Recherche et de Prévention :
    http://www.inrs.fr/htm/prevention_ri...sionnelle.html
    Rien ne sert de penser, il faut réfléchir avant - Pierre Dac

  21. #17
    Narduccio
    Citation Envoyé par vito
    Or, vous dites que les éléments possédant une demi-vie courte n'ont pas le temps d'affecter des organes.
    Pas tout à fait. Un élément très ionisant restant peu de temps fera autant de dégats qu'un élément peu ionisant restant longtemps. C'est pour cela que l'on reporte tous les éléments en équivalents de doses corps entiers.
    Quand tu te contamine et que tu ingère un élément radioactifs, l'on te fait une anthropo-gammamétrie pour connaitre ce que tu as absorbé. Le mieux, c'est aussi de posséder une anthropo de référence que l'on appelle "point zéro". Quand, je suis entré à EDF, il y a plus de 20 ans, l'on m'a fait un point "zéro". Depuis, tous les 6 mois, je fait une anthropo de controle. Si demain, je suis contaminé, j'aurais droit à une autre anthropo pour déterminer quels éléments j'ai ingéré. Ensuite avec l'aide d'un abaque, l'on calculera en fonction de l'activité, de la demi-vie biologique et des points de fixation des éléments ingérés un équivalent de dose corps entier. Ceci permet d'estimer si je suis au-dessus ou en dessus des doses légales d'espositions et permet de déterminer s'il faut déclarer cet incident aux autorités ou s'il suffit de le noter dans mon dossier médical.
    En cas de contamination pathologique (largement supérieur au seuils légaux), on traitera spécifiquement en fonction de l'élément et des quantités absorbées.
    L'iode distribués aux populations autour des centrales est donné à titre préventif, c'est à dire qu'il doit être pris avant d'être en contact avec de l'iode radioactif, il s'agit dans ce cas de saturer d'iode la thyroïde pour qu'elle ne capte pas l'iode radioactif.

Sur le même thème :

Discussions similaires

  1. TPE sur les facteurs de la conductivité/conductence des corps solides.
    Par bono84120 dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 4
    Dernier message: 06/12/2007, 13h29
  2. Effets des rayons sur notre corps
    Par Lignorant dans le forum La radioactivité
    Réponses: 1
    Dernier message: 08/11/2007, 08h38
  3. Effets des additifs alimentaires sur le corps humain
    Par beirut-race dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/02/2007, 15h42
  4. Tpe les effets des UV sur la peau
    Par Emy Lee dans le forum TPE / TIPE et autres travaux
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/12/2006, 10h02