Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?



  1. #1
    Loup_solitaire

    H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?


    ------

    Je m'étonne que cette interrogation, d'abord introduite en réponse à une autre discution n' ai reçu aucune suite.
    C'est pourquoi je retente ma chance ici.
    --------------------------------------------------------------------------------

    Un élevage de 11000 dindes contaminé par le H5N1 a été exterminé dans l' Ain.
    Est-ce la bonne réaction ?
    Je précise que je ne suis ni biologiste ni généticien ni vétérinaire ni quoi que ce soit qui m’autorise à prétendre à quelque compétence sur le sujet.
    Maintenant que la grippe aviaire s’est répandue sur la planète, il n’y a pas de raison pour que çà s’arrête un jour : il faut donc traiter ce virus nouveau venu sur le long terme, à un horizon illimité.
    En application de ce que je crois avoir compris sur le sujet, je me demande s’il ne fallait pas plutôt confiner ce troupeau et observer la suite (sous réserve que ce soit compatible avec la santé de l’éleveur et de l’ efficacité dudit confinement).
    Mon idée est la suivante :
    Les contacts entre les conquistadors et les populations autochtones d’Amérique du sud eurent entre autres conséquences, de répandre des maladies, nouvelles en ces lieux, telles le coryza dont j’ai lu qu‘il fut fatal à des tribus entières.
    Chez nous, le rhume ne tue pas.
    Pas ou plus ?
    J’imagine comme un scénario possible que l’apparition du coryza dans nos contrées, qui semble ne pas dater d’hier, ai pu exterminer à cette époque les populations humaines locales pour ne laisser survivre in fine que ceux de nos lointains ancêtres qui possédaient le « bon gène », qui devait ensuite se transmettre jusqu’à nous.
    J’entends parler d’un phénomène similaire sur la résistance des bactéries aux antibiotiques et des moustiques au DDT.
    Par analogie, ne serait-il pas judicieux de tenter d’isoler, quand un élevage important est contaminé, les survivants s’ils existent, qui combattent avec succès l’infection, et qui pourraient devenir le point de départ de nouvelles souches immunisées.
    Même dans le cas où les oiseaux survivants se transformeraient en porteurs sains susceptibles de répandre la contamination, avons nous le choix, les oiseaux sauvages continuant la transmission avec ou sans nos oiseaux domestiques.
    Peut être, pédalé-je dans la semoule ?
    Merci à nos membres compétents de m’(nous) éclairer de leurs lumières.
    Sans prétention.

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    Djelaba

    Re : H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?

    Salut, je vais tenter de réfuter ton idée, ^^

    Par analogie, ne serait-il pas judicieux de tenter d’isoler, quand un élevage important est contaminé, les survivants s’ils existent, qui combattent avec succès l’infection, et qui pourraient devenir le point de départ de nouvelles souches immunisées.
    Isoler les élevages contaminés et voir l'évolution de la maladie au sein de cette élevage :
    --> Nourrir et héberger des animaux à un coût très important, coût qui est compensé par les recettes sur la vente de la viande, mais pour des animaux qui vont pour la plupart finir dans l'incinérateur, la dépense est forte mais la recette nulle... Je ne pense pas que cette idée enchante les dirigeants ou les éleveurs. Le coût serait d'autant plus élevé qu'une zone de confinement nécessite des précautions et des aménagements particuliers.
    --> La principale crainte actuellement est que le virus de la grippe aviaire recombine avec le virus grippal humain, pour donner un virus hautement pathogène et transmissible pour les humains. La stratégie pour éviter cet évenement est de limiter au maximum les probabilités qu'un virus de la grippe aviaire rencontre un virus grippal humain --> d'où l'intérêt de ne pas garder de volailles contaminées à proximité des éleveurs.

    Même dans le cas où les oiseaux survivants se transformeraient en porteurs sains susceptibles de répandre la contamination, avons nous le choix, les oiseaux sauvages continuant la transmission avec ou sans nos oiseaux domestiques.
    --> Alors d'une les choses ne sont pas aussi simples, et je le répète, ce que l'on éviter, c'est que des volailles contaminées soit à proximité des hommes, c'est là que réside le danger pour les humains.
    --> De deux, admettons que nous réussissions à isoler quelques animaux résistants, (imaginons une centaine), il faudrait à partir de ces quelques animaux reconstituer tout le cheptel mondial de volaille, qui se chiffre en millions...Economiquement inpensable...

    Pour conclure, j'avoue n'avoir aucune idée intéressante pour se débarrasser de ce virus ^^ Je laisse le soin aux spécialistes de veille sanitaire de s'en occuper au mieux, j'ai confiance en leurs compétences et en leurs actions.

  4. #3
    Loup_solitaire

    Thumbs down Re : H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?

    Oui,tes arguments sont bons mais je n'ai jamais pensé que des éleveurs feraient ça gratuitement.
    Je me demande jusqu'où se développera cette maladie et je pensais aussi à conserver les espèces domestiques, peut être menacées.
    De toute façon, il me vient à l'idée que cette "manip" se fera naturellement chez les oiseaux sauvages.
    Quant au risque de mutation du virus, si la maladie continue à se répandre, je ne suis pas très optimiste pour nous, question de nombre donc d'opportunité que ça se produise.
    J'admet que mon idée n'est pas valable.
    Merci de ta réponse, je commençais à me sentir très seul.

  5. #4
    Vinc

    Re : H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?

    Salut!
    Citation Envoyé par Loup_solitaire
    Quant au risque de mutation du virus, si la maladie continue à se répandre, je ne suis pas très optimiste pour nous, question de nombre donc d'opportunité que ça se produise.
    Les médias ont raconté pas mal de chose érronées (comme d'habitude). La recombinaison en question ne peut se faire que chez le porc qui est permisible aux 2 virus (aviaire et humain)...pas chez le poulet. En outre, il faut faire la différence entre oiseau sauvage et oiseau domestique car c'est le premier qui semble être le réservoir et pas les oiseaux domestiques.

    A+
    Vinc
    Primum non nocere.

  6. #5
    abracadabra75

    Re : H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?

    Bonjour.
    Les médias ayant, comme à leur habitude, fait un catastrophisme effréné, il a fallu rassurer l' opinion publique, et les pouvoirs publics, bien au chaud dans leurs bureaux parisiens, au nom du sacro-saint principe de précaution, ont sacrifié quelques milliers de volatiles (et en même temps leur éleveur, mais 1 paysan, ça ne compte pas).
    A la va-vite, on met les volailles impropres à la consommation, et huit jours après, elles sont de nouveau consommables...
    Sans nier les risques que présentent ce virus, à ce jour il a fait beaucoup moins de victimes que des maladies hélas bien présentes et non médiatiques, tuberculose, paludisme, fièvre jaune, bilharsiose, dengue, et tutti quanti, mais qui ne sont pas médiatiques.
    Quant a isoler le élevages contaminés pour étudier l' évolution de la maladie, si l'idée est bonne, elle est difficilement réalisable sur le terrain. Un élevage n'est pas un labo. Et sur le plan financier, l' agriculteur qui doit vivre en vendant sa marchandise, ne peut supporter le coût d' une recherche dont ni la durée ni le résultat ne sont connus; de plus il doit être exceptionnel qu' il ait les connaissances suffisantes pour en faire l' étude. Combien de temps a-t-il fallu pour élucider le mécanisme de la peste, de la fièvre jaune, de la malaria?

    Mais je ne suis pas expert, je ne fais que réagir en consommateur de volaille...
    Il n'y a que dans le dictionnaire où 'réussite' vient avant 'travail'.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    Djelaba

    Re : H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?

    Les médias ont raconté pas mal de chose érronées (comme d'habitude). La recombinaison en question ne peut se faire que chez le porc qui est permisible aux 2 virus (aviaire et humain)
    Elle peut se faire aussi chez l'humain qui peut être contaminé directement par H5N1, par un contact étroit avec des volailles contaminées.
    >Donc un humain ou un porc contaminé par les deux virus peuvent être le creuset potentiel d'une recombinaison en un virus hautement pathogène et transmissible d'homme à homme, ce qui n'est pas le cas pour l'instant.

    Donc tant que les volailles restent confinées à l'écart du porc ou de l'homme, on a pas trop de soucis à se faire mis à part des grosses retombées économiques.

    Petite précision juste pour l'angoisse : Je ne sais pas si les virus HN peuvent recombiner facilement, mais si on prend l'exemple du HIV, c'est inquiétant.
    Quand un individu héberge deux sous types différents du HIV, ces deux virus ont une forte probabilité de recombiner en un nouveau sous type. (d'où le grand nombre de virus HIV différents aujourd'hui identifiés).
    Si c'est la même chose pour les virus de la grippe, évitons à tout prix de donner l'occasion aux virus de recombiner ^^

    Oui,tes arguments sont bons mais je n'ai jamais pensé que des éleveurs feraient ça gratuitement.
    Moi non plus, mais qui va payer ? L'état ? Qui rechigne déjà pour des indemnisations sur les élevages incinérés, si il faut en plus continuer à les nourrir, à les élever, et donc dans le meme temps, empecher l'éleveur de recommencer avec un élevage sain.

    je pensais aussi à conserver les espèces domestiques, peut être menacées.
    Personnellement je ne m'inquiète pas du tout de la conservation des espèces domestiques, la nature est équilibrée, certaines espèces disparaissent, d'autres apparaissent, c'est un cycle normal, mais la vie jusqu'à aujourdhui a toujours repris ses droits.
    Même si une terrible épidémie destructice fait un ravage chez les oiseaux, je suis prêt à parier que nos p'tits p'tits enfants mangeront du poulet et qu'ils pourront entendre des gazouillis dans les forêts (si il en reste ^^)

  9. Publicité
  10. #7
    Djelaba

    Re : H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?

    tuberculose, paludisme
    Peut être ces maladies sont elles peu médiatiques mais elles font tout de même partie, si je ne m'abuse, des trois priorités principales au niveau de la recherche internationale. (HIV, palu, tuberculose, je crois)

    Il est vrai toutefois que ces maladies ne concernent plus trop les pays riches, donc il est compréhensible (je dis bien compréhensible, et non pas acceptable) que les médias s'intéressent plus à cette maladie qui touchera nos populations.

    Un élevage n'est pas un labo.
    En effet, il faudrait une animalerie niveau 2 ou 3 je pense pour conserver des telles animaux, or l'entretien d'animaux dans ces conditions a un prix exhorbitant.
    Et garder un élevage de volailles contaminées en vie, même confinées, je crois que c'est un peu comme s'asseoir sur une bombe. ^^

  11. #8
    moicat

    Re : H5N1: La réponse par l'extermination des élevages contaminés est elle adaptée?

    Citation Envoyé par Loup_solitaire
    Oui,tes arguments sont bons mais je n'ai jamais pensé que des éleveurs feraient ça gratuitement.
    Je me demande jusqu'où se développera cette maladie et je pensais aussi à conserver les espèces domestiques, peut être menacées.
    De toute façon, il me vient à l'idée que cette "manip" se fera naturellement chez les oiseaux sauvages.
    Quant au risque de mutation du virus, si la maladie continue à se répandre, je ne suis pas très optimiste pour nous, question de nombre donc d'opportunité que ça se produise.
    J'admet que mon idée n'est pas valable.
    Merci de ta réponse, je commençais à me sentir très seul.
    Les oiseaux sauvages,et particulièrement le canard(réservoir du virus) vivaient en bons termes avec h5n1 avant que les mutations successives suite aux flambées de peste aviaires DANS les élevages ne produisent la souche actuelle,qui est non seulement hautement pathogène,y compris chez les anatidés sauvages depuis 2005, mais également transmissible à des mammifères.

    Donc cette fameuse souche,susceptible d'entrainer une pandémie si elle trouvait à se recombiner avec un virus contagieux chez l'homme,est une production des grands élevages,et sa "cible" reste actuellement l'oiseau d'élevage.

    Des généticiens anglais cherchent à mettre au point un poulet transgènique,qui serait bien sûr résistant au h5n1.

    C'est à coup sûr un créneau commercial très porteur;mais au cas où ce poulet serait résistant à la vie en élevage,ça me coupe un peu l'appétit!

Discussions similaires

  1. PC contaminés par des fenêtres intenpestives +virus virtumonde,trojan,cheval de troie
    Par wafa_s91 dans le forum Sécurité et malwares : désinfectez votre machine
    Réponses: 8
    Dernier message: 01/12/2007, 16h50
  2. La réalité est-elle crée par l'observateur?
    Par anton dans le forum Epistémologie et Logique (archives)
    Réponses: 76
    Dernier message: 10/03/2007, 01h41
  3. SIDA : la thérapie antirétrovirale est-elle adaptée ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/04/2006, 15h13
  4. Virus H5N1 : la transparence est-elle grippée ?
    Par RSSBot dans le forum Commentez les actus, dossiers et définitions
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/11/2005, 15h46
  5. Toute courbe est-elle décrite par une équation?
    Par Sharp dans le forum Mathématiques du supérieur
    Réponses: 23
    Dernier message: 07/10/2004, 11h11