Page 1 sur 2 1 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 47

Le nihilisme



  1. #1
    invite9321657

    Le nihilisme


    ------

    Voilà, j'en suis arrivé à la conclusion suivante..
    Dans le monde des pensés, des actes et des opinions... se cache une bête immonde : le nihilisme..
    Par nihilisme, j'entend l'acte d'agir sans être motivé par une logique, une réflexion posé qui survivrait durablement au teste de la réalité...
    J'observe dans l'océan de pensé, des points de nihilisme flagrant (par exemple : les tabous, le fashisme, la fanatisme, etc... )
    Le nihilisme est en générale une chose normale : en l'absence d'information sur une situation on doit choisir et opter pour une attitude bénéfique à soi... en ce sens, ce nihilisme n'en est un que parce qu'il s'oppose rationnelement, pour des impératifs prgamatiques à la recherche d'information : ce nihilisme que chacun posséde au fond de lui, est souvent nécessaire et bénéfique, et découle naturellement de la hiérarchie des priorités décisionnels entre action et réflexion.. c'est le nihilisme du pessimisme possible, c'est à dire l'optimisme..
    Mais à certains moments, dans certaines conditions, c'est bien ce nihilisme, qui "déborde", prend du terrain, et conduit l'homme à se conduire comme un animal... en oubliant morale, logique..
    Ce nihilisme peut prendre de nombreuses formes.. : par exemple, quand George Bush dit que c'est Dieu qui lui à soufflet son comportement, il peut vraisemblablement en être persuader.. mais en cela réside une forme de nihilisme, car si c'est bien Dieu, ce n'est pas la raison qui a guidé Bush.. Je ne m'oppose pas ici particuliérement à Dieu et au fondement de la philosophie religieuse, mais bien à l'utilisation par Bush et par les américains, du sacré, du devoir, et même du "bien" et du "mal", qui permettrait de légitimer des argument comme étant "vrai" sans justification....
    A cause de ce probléme d'honneté intellectuelle de Bush, fondé sur un nihilisme déguisé en foi, on peut cerner l'état de la pensée américaine, et comprendre que ce nihilisme peut très bien emprunté sans encombre, sans l'abimé, ni le remettre en cause, le systéme démocratique américain (au sens propre : le systéme d'expression des volontés pour coordonner l'action national), sans qu'il soit invalidé.. simplement parce que finalement ce nihilisme est une opinion comme une autre... et que la démocratie n'est pas l'opinion de ces citoyens, mais le systéme de leur expression.
    (d'ailleurs le probléme mondiale actuellement, c'est plutot la survie de toutes les formes de nationalisme, qui divise spontannément les humains).
    L'autre probléme paradoxale, et qu'un systéme de pensé qui serait trop exigeant envers ces adeptes, qui nierait trop brutalement le nihilisme positif des besoins concrets et immédiats conduits inévitablement à l'émmergence du nihilisme négatif, rejetant du même coup le systéme de pensé incriminé... L'homme enfermé dans une perfection structurel, si il n'est pas concrétement satisfait de ces opinions, du résultat directe de ce systéme, finit comme une souris dans une boite en verre : prostré deséspéré, bref dangereux, puisque la raison sencé être bénéfique, et naturellement rejeté par l'organisme aux vus de ses résultats mauvais si ils le sont...
    Le nihilisme optimiste, si il devient trop "imposant", trop contraignant pour l'individu, se transforme chez lui en optimisme négatif..
    Il convient donc d'établir un seuil de tolérance au changement, un seuil d'endurance à l'asservissement à une cause, qui doit être accepté, même si la cause, une fois appliquée, reste la bonne cause. C'est ce seuil qu'il faut bien définir, bien juger...

    Qu'en pensez vous ?

    -----

  2. Publicité
  3. #2
    shokin

    Re : Le nihilisme

    Penses-tu qu'on puisse maintenir ce "seuil" ? est-ce réaliste, réalisable ?

    ce n'est pas le but des politiciens et des media que de maintenir ce seuil. Ils veulent justement maintenir "le peuple" en dehors de ce seuil (sans forcément avoir conscience qu'il s'agit de nihilisme) pour donner au peuple une mauvaise image de la réalité, pour faire croire qu'ils incarnent une sorte de perfection.

    Alors qu'un seul homme, qu'il soit mendiant ou président, ne peut changer le comportement et les mentalités à lui tout seul. Mais c'est ce qu'il peut faire croire pour maintenir une "relation de dépendance intellectuelle (ou populaire)" chez les personnes qui ne prennent pas assez de recul (càd beaucoup de personnes).

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.

  4. #3
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par shokin
    Penses-tu qu'on puisse maintenir ce "seuil" ? est-ce réaliste, réalisable ?

    ce n'est pas le but des politiciens et des media que de maintenir ce seuil. Ils veulent justement maintenir "le peuple" en dehors de ce seuil (sans forcément avoir conscience qu'il s'agit de nihilisme) pour donner au peuple une mauvaise image de la réalité, pour faire croire qu'ils incarnent une sorte de perfection.

    Alors qu'un seul homme, qu'il soit mendiant ou président, ne peut changer le comportement et les mentalités à lui tout seul. Mais c'est ce qu'il peut faire croire pour maintenir une "relation de dépendance intellectuelle (ou populaire)" chez les personnes qui ne prennent pas assez de recul (càd beaucoup de personnes).

    Shokin
    Excuse moi, mais je pense que tu es encore victime d'une forme de nihilisme, assez perverse...
    Il s'agit de la perte de confiance globale en la politique de la fin des années 90... avec la crise, les magouilles, les scandales...
    (sans compter le nihilisme qui concerne l'avenir des jeunes des banlieux, le nihilisme de l'exclusion etc.. )
    Je sais c'est facile à dire.. ça n'en est pas moins vrai !

    Les hommes politiques ne sont pas tous des truands... beaucoup certe sont arrivistes, mais il y a quand même une certaine volonté et possibilité pour la politique de changer les choses... les lois sont votés, l'europe est en marche, cela à une influence non négligeable sur la société... la démocratie fonctionne et c'est tant mieux..
    Pas assez de gens votent et tout le monde se pleint que la politique est pourri : il y a un paradoxe !
    La base de la plupart des nihilismes de l'opinion publique concernant la politique viennent du mensonge discret suivant : on parle de la société comme une entité externe à soi (pas forcément volontairement), alors que la société est précisément l'union des "sois" de la population.. plus personne, plus de société..
    La société ne concerne pas que "les autres", sinon elle n'existe jamais (puisque les autres sont précisément aussi différents que ceux qui en parlent). A cause de cela, tout ceux qui parle de "la société" ne se disent pas impliqués dans ses problémes, mais victime.. il est si facile d'accuser les autres..
    Si vous vous faites agressé dans la rue : accusez l'agresseur ! Pas la société. ça voudrait dire que l'agresseur est un pauvre pion qu'on a pas bien dirigé.. d'accord, il y a l'irresponsabillité de la jeunesse... mais la solution, c'est précisément de redonner leur responsabilité aux gens.
    Sinon idem concernant concernant la politique : il faut punir les coupables d'abus somme toutes assez banales, (l'abus de bien sociaux et un vol comme un autre aprés tout) mais pas rejeté pour autant le systéme !
    Ce n'est pas parce qu'il existe des voleurs qu'il faut arrêter le commerce !
    Le simple faite que tu penses qu'un homme ne peut pas changer le monde.. est faux ! Heureusement que Nelson Mandela et Indira Gandi (désolé pour l'orthographe) ne se sont pas dit "ben j'abandonne, je peux pas changer le monde"...
    On est pas obligé de devenir mère Thérésa, mais on peut, en restant réaliste, penser que le monde peut changer si les gens sont suffisament d'accord.. quand même !

  5. #4
    charlie

    Re : Le nihilisme

    Bonjour,

    je n'infirme pas ce que tu dis mais juste une remarque:
    Indira Gandi (désolé pour l'orthographe)
    tu confonds Indira Gandhi qui était la première femme ayant gouverné l'Inde (dans les années 80) et le mahathma Gandhi (l'orthographe n'est sûrement pas celle-là ) qui a lutté pour lindépendance de l'Inde en 1947 (je pense que c'est de celui-là que tu voulait parler).

    C'est tout

    C
    Soon, oh soon the light, ours to shape for all time, ours the right; the sun will lead us.

  6. #5
    shokin

    Re : Le nihilisme

    Je n'allais pas jusqu'à diaboliser les politiciens, et encore moins la société. Je suis conscient qu'elle est formée de "sois".

    Tout à fait d'accord avec toi pour rendre responsable chaque personne. Pour moi, cela implique renoncer à certaines libertés individuelles et faire du bien-être du groupe une priorité.

    Quand je dis "un homme ne peut pas changer le monde", je ne signifie pas qu'il ne peut rien changer, mais qu'il peut changer son entourage auquel il est lié (mais pas toute la société). Ce que je veux aussi dire, c'est qu'il ne doit pas se contenter de ce qu'il a fait jusqu'à maintenant. Dire "j'abandonne" n'est pas productif non plus, comme tu dis.

    Pour ce qui est du "nihilisme", c'est un terme que j'emploie pas souvent, parce que je ne l'ai pas encore vraiment compris ni entendu régulièrement.

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.

  7. A voir en vidéo sur Futura
  8. #6
    invite9321657

    Talking Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par charlie
    Bonjour,

    je n'infirme pas ce que tu dis mais juste une remarque:

    tu confonds Indira Gandhi qui était la première femme ayant gouverné l'Inde (dans les années 80) et le mahathma Gandhi (l'orthographe n'est sûrement pas celle-là ) qui a lutté pour lindépendance de l'Inde en 1947 (je pense que c'est de celui-là que tu voulait parler).

    C'est tout

    C
    oups !
    je me doutais qu'il y avait un pb quelque part..

  9. Publicité
  10. #7
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par shokin
    Tout à fait d'accord avec toi pour rendre responsable chaque personne. Pour moi, cela implique renoncer à certaines libertés individuelles et faire du bien-être du groupe une priorité.
    Un autre détail qui me choque (désolé si je suis chiant)...

    Le paradoxe de la liberté... (une autre forme de nihilisme)
    On dit : pour les autres, il faut renoncer à des libertés.... ça ça ne marche pas et ne marchera jamais.
    On ne doit pas renoncer à sa liberté, on doit librement choisir de faire du bien-être du groupe une priorité (ou pas et on assume les conséquences)...
    La liberté, ce n'est pas de pouvoir voler dans les magasins....
    La liberté s'oppose à l'origine à l'asservissement des uns par rapport aux autres... Si tout le monde décide de punir ceux qui volent, ce n'est pas une restriction de la liberté de chacun face au systéme...Ce sont les individus qui ont choisis librement de restreindre leurs actes.. si je ne braque pas de banque, ce n'est pas par peur de la police... c'est juste parce que j'ai pas envie de vivre au far ouest ou le moindre dépot à la banque peut disparaitre du jour au lendemain...
    Si tu met trois personnes super affamés dans une pièce avec un gateau :
    Soit elles se battent à mort pour avoir un bout, et le plus fort s'en tire avec des égratinures, le plus faibles repose mourrant sur le sol toujours affamés.. le gateau éparpillé à moitié sur le sol, est à moitié mangé par le plus fort... (ou même le plus malin, cela ne change quasiment rien)...
    Si elles partagent (si si c'est possible), chacun à un tiers du gateau.. rien n'est perdu... tout le monde à un peu moins faim... et pour crocheter la serrure de la pièce, chacun propose ses idées originales, et ça marche mieux...
    Choisissez.

  11. #8
    bardamu

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par One Eye Jack
    Voilà, j'en suis arrivé à la conclusion suivante..
    Dans le monde des pensés, des actes et des opinions... se cache une bête immonde : le nihilisme..
    Par nihilisme, j'entend l'acte d'agir sans être motivé par une logique, une réflexion posé qui survivrait durablement au teste de la réalité...
    Salut,
    je trouve que ta définition ressemble plus à la bêtise ou à l'irrationnalisme qu'à ce qu'on appelle généralement le nihilisme. Le nihilisme (de "nihil" = "rien" en latin), c'est plutôt les doctrines de destruction ou menant à la destruction : nihilisme apocalyptique, athée anarchiste, bouddhiste (détruire le désir)...
    Le nihilisme en tant que doctrine anarchiste et terroriste est apparue dans la Russie du XIXe siècle. Dans les romans de Dostoïevski, tu as des exemples de nihilistes très rationnels, très intelligents, qui réfléchissent bien avant de tout détruire.
    Nietzsche a aussi beaucoup attaqué ce qu'il appelait le nihilisme chez les chrétiens, les bouddhistes et toutes les doctrines affirmant que la mort (= vie future, paradis etc.) est meilleure que la vie.

  12. #9
    shokin

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par One Eye Jack
    Un autre détail qui me choque (désolé si je suis chiant)...

    Le paradoxe de la liberté... (une autre forme de nihilisme)
    On dit : pour les autres, il faut renoncer à des libertés.... ça ça ne marche pas et ne marchera jamais.
    On ne doit pas renoncer à sa liberté, on doit librement choisir de faire du bien-être du groupe une priorité (ou pas et on assume les conséquences)...
    La liberté, ce n'est pas de pouvoir voler dans les magasins....
    La liberté s'oppose à l'origine à l'asservissement des uns par rapport aux autres... Si tout le monde décide de punir ceux qui volent, ce n'est pas une restriction de la liberté de chacun face au systéme...Ce sont les individus qui ont choisis librement de restreindre leurs actes.. si je ne braque pas de banque, ce n'est pas par peur de la police... c'est juste parce que j'ai pas envie de vivre au far ouest ou le moindre dépot à la banque peut disparaitre du jour au lendemain...
    Si tu met trois personnes super affamés dans une pièce avec un gateau :
    Soit elles se battent à mort pour avoir un bout, et le plus fort s'en tire avec des égratinures, le plus faibles repose mourrant sur le sol toujours affamés.. le gateau éparpillé à moitié sur le sol, est à moitié mangé par le plus fort... (ou même le plus malin, cela ne change quasiment rien)...
    Si elles partagent (si si c'est possible), chacun à un tiers du gateau.. rien n'est perdu... tout le monde à un peu moins faim... et pour crocheter la serrure de la pièce, chacun propose ses idées originales, et ça marche mieux...
    Choisissez.

    Et oui ! d'accord avec toi ! dure réalité ! j'encourage la confiance et la collaboration, même si celles-ci impliquent une prise de risque. Tout le monde n'a pas forcément envie de collaborer, là est le risque (cf théorie des jeux).

    Shokin
    Pardon, humilité, humour, hasard, tolérance, partage, curiosité et diversité => liberté et sérénité.

  13. #10
    aka

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par One Eye Jack
    Si tu met trois personnes super affamés dans une pièce avec un gateau :
    Soit elles se battent à mort pour avoir un bout, et le plus fort s'en tire avec des égratinures, le plus faibles repose mourrant sur le sol toujours affamés.. le gateau éparpillé à moitié sur le sol, est à moitié mangé par le plus fort... (ou même le plus malin, cela ne change quasiment rien)...
    Si elles partagent (si si c'est possible), chacun à un tiers du gateau.. rien n'est perdu... tout le monde à un peu moins faim... et pour crocheter la serrure de la pièce, chacun propose ses idées originales, et ça marche mieux...
    Bonjour,

    oui, je suis d'accord, et je trouve dommage que l'on lie si facilement la notion de faim à celle de violence. Logique de "faim" souvent mise en avant par des gens qui n'ont jamais été affamé. Il existe d'autre type de faim ; on peut être affamé de pétrole, on peut être affamé de sexe.

    Mais je crois qu'à la source de la confusion, se situe le fait que liberté pour les uns, n'est pas liberté pour les autres, que le minimum pour les uns, n'est pas le minimum pour les autres, que le mieux pour les uns, n'est pas le mieux pour les autres.

    En bref, qu'un raisonnement peut s'appuyer sur une logique très concrète, sans être nécéssairement mu par un esprit de "rationnalisme"*. On a souvent tendance à appliquer notre esthétique vision du monde à celle des autres, à penser que les autres, au fonds, sont comme nous.

    Ce qui est vrai en partie, ne l'est pas en totalité ;

    Par nihilisme, j'entend l'acte d'agir sans être motivé par une logique, une réflexion posé qui survivrait durablement au test de la réalité...
    Une logique marchande ne sera pas rassasiée par la découverte d'un nouveau mollusque bivalve de l'ordovicien. Pour elle le concret se situe plutôt au niveau de la bourse de tokyo, ou d'un nouveau produits de consommation, qui sans être révolutionnaire, se vendra bien. Son test de réalité, c'est celui des pertes et profits.

    On peut par exemple être matérialiste, se considérer des opinions solides, comme si elles étaient de briques et de fer. Ayant basée sa logique sur celle du terrain, du ranch. La réalité, c'est alors celle du terriroire.** ( *** )

    On peut-être plus nomade, et s'attacher aux grands vents, être moins posé, et préférer la sensibilité.

    En conclusion. La réalité des uns n'est pas celle des autres.

    Sur un forum de science, on entend le mots vérité comme vérité scientifique. Le mots, quant à lui, est sans doute antérieur à la science.



    * ( le rationnalisme permet de découvrir des choses concrète, mais le rationnalisme lui-même ? )

    ** matérialisme qui peut dévier facilement. C'est du "solide" donc c'est rationnel ! ou plus religieusement, c'est écrit donc c'est vrai !
    ( tant que l'on peut se justifier )

    *** un exemple tout de suite, l'homme à un territoire au même titre que les mammifère prédateur. -> Et pourtant l'homme ne le marque pas de son odeur.

  14. #11
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par bardamu
    Salut,
    je trouve que ta définition ressemble plus à la bêtise ou à l'irrationnalisme qu'à ce qu'on appelle généralement le nihilisme. Le nihilisme (de "nihil" = "rien" en latin), c'est plutôt les doctrines de destruction ou menant à la destruction : nihilisme apocalyptique, athée anarchiste, bouddhiste (détruire le désir)...
    Le nihilisme en tant que doctrine anarchiste et terroriste est apparue dans la Russie du XIXe siècle. Dans les romans de Dostoïevski, tu as des exemples de nihilistes très rationnels, très intelligents, qui réfléchissent bien avant de tout détruire.
    Nietzsche a aussi beaucoup attaqué ce qu'il appelait le nihilisme chez les chrétiens, les bouddhistes et toutes les doctrines affirmant que la mort (= vie future, paradis etc.) est meilleure que la vie.
    oui c'est vrai
    j'ai choisi ce mot plus parce qu'il se référe au néant (néant intellectuel)...

  15. #12
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par shokin
    Et oui ! d'accord avec toi ! dure réalité ! j'encourage la confiance et la collaboration, même si celles-ci impliquent une prise de risque. Tout le monde n'a pas forcément envie de collaborer, là est le risque (cf théorie des jeux).

    Shokin
    Je vois ce que tu veux dire... mais la théorie des jeux implique qu'il y ai des régles pour marcher.. hors il n'y a pas de règles.. (je regrette, j'ai longtemps défendu cette histoire de théorie des jeux (voir mon site)...) ou plutot c'est nous qui écrivont les régles..
    Dans ce cas particulier, si tu imagine par exemple une terre à conquérire ou un gateau à partager... si tu ne fixe pas de limite concrete qui découpe des formes et des angles, tu obtient un espace de jeux potentiellement vide... hors si il n'y a rien à part les deux joueurs et le gateau (et donc pas de distance entre chacun des joueurs et le gateau, ce qui serait déjà une contrainte), la solution mathématique optimum au probléme est ... le partage équitable!
    Logique..
    La théorie des jeux (qui inclue le jeux comme explication de la forme de la réalité) décrit le monde tel est, et non tel qu'il peut devenir...

  16. Publicité
  17. #13
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par aka
    Bonjour,

    oui, je suis d'accord, et je trouve dommage que l'on lie si facilement la notion de faim à celle de violence. Logique de "faim" souvent mise en avant par des gens qui n'ont jamais été affamé. Il existe d'autre type de faim ; on peut être affamé de pétrole, on peut être affamé de sexe.

    Mais je crois qu'à la source de la confusion, se situe le fait que liberté pour les uns, n'est pas liberté pour les autres, que le minimum pour les uns, n'est pas le minimum pour les autres, que le mieux pour les uns, n'est pas le mieux pour les autres.

    En bref, qu'un raisonnement peut s'appuyer sur une logique très concrète, sans être nécéssairement mu par un esprit de "rationnalisme"*. On a souvent tendance à appliquer notre esthétique vision du monde à celle des autres, à penser que les autres, au fonds, sont comme nous.

    Ce qui est vrai en partie, ne l'est pas en totalité ;



    Une logique marchande ne sera pas rassasiée par la découverte d'un nouveau mollusque bivalve de l'ordovicien. Pour elle le concret se situe plutôt au niveau de la bourse de tokyo, ou d'un nouveau produits de consommation, qui sans être révolutionnaire, se vendra bien. Son test de réalité, c'est celui des pertes et profits.

    On peut par exemple être matérialiste, se considérer des opinions solides, comme si elles étaient de briques et de fer. Ayant basée sa logique sur celle du terrain, du ranch. La réalité, c'est alors celle du terriroire.** ( *** )

    On peut-être plus nomade, et s'attacher aux grands vents, être moins posé, et préférer la sensibilité.

    En conclusion. La réalité des uns n'est pas celle des autres.

    Sur un forum de science, on entend le mots vérité comme vérité scientifique. Le mots, quant à lui, est sans doute antérieur à la science.



    * ( le rationnalisme permet de découvrir des choses concrète, mais le rationnalisme lui-même ? )

    ** matérialisme qui peut dévier facilement. C'est du "solide" donc c'est rationnel ! ou plus religieusement, c'est écrit donc c'est vrai !
    ( tant que l'on peut se justifier )

    *** un exemple tout de suite, l'homme à un territoire au même titre que les mammifère prédateur. -> Et pourtant l'homme ne le marque pas de son odeur.
    Tout ce que tu dis ne prouve rien, c'est une justification de la réalité humaine. Oui de nos jours les hommes se battent pour des gateaux... ils ont leurs raisons pour le faire, mais ont ils vraiment raison de le faire ?
    Sinon l'homme n'a pas plus de territoire que de frontière, de nationnalité, de religion, etc... chaque homme est un organisme... la propriété même, n'est que le choix sociale de définir qui utilise (plus généralement qui choisi l'avenir de) l'objet..
    Si les animaux marque leur territoire c'est plus pour éviter d'avoir à se battre sans cesse : si il ne le faisait pas il passerait leur temps à se demander à qui appartient tel terrain, l'appartenance étant devenu un révélateur de la capacité à se battre dudit animal, bref, le territoire du lion, c'est un peu comme ses dents et sa crinière, cela traduit une supériorité dont la seul utilité finalement et de favoriser la survie de l'espéce à travers une meilleurs séléction naturelle...
    L'homme est différent, il parle et réfléchie !
    L'espèce humaine tire plus de profit à dialoguer qu'à se battre, c'est pourquoi les hommes, avec leurs fusils (dont la poudre à été inventé en chine il y a longtemps), n'ont plus peur des lions (il peut toujours essayer de pisser partout le Lion). Si tout les inventeurs de la poudre avaient gardé leur secret pour eux dans leurs territoire, les autres se feraient toujours bouffer par les Lions...
    Sinon le concret est partout tout le temps. Les choses n'existent pas seulement là ou on les regarde...
    (bien qu'on ne puisse pas le prouver, cela semble vrai)

  18. #14
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Sinon, j'entend souvent ce mot "rationnalisme".. voici que j'en sais.. on dit rationnalisme quand on revient à la réalité concrete pour résoudre un problème alors qu'on s'est perdu dans sa profondeur..
    Les philosophes discutent, se prennent la tête etc.. et un type dit : "moi, j'ai faim, et je vais donc chopper le gateau".. c'est aussi une philosophie : c'est le rationnalisme.
    Mon intervention, fait apparement preuve de nationnalisme.. le pb, c'est qu'au rationnalisme, on associe la prise de décision concréte, sans réflechir, puisque la réflexion n'a mené à rien... le rationalisme est donc une forme de nihilisme, mais un nihilisme positif pour celui qui le prone : il pique le gateau.. bref pendant que deux compére se disputent pour savoir comment couper le gateau, le troisiéme, en bon rationnaliste, le choppe..
    Je suis contre le rationnalisme, et contre l'association qui existe entre la rationnalité et le rationnalisme....
    La rationnalité c'est aussi accepter quand on n'a pas de solution... hors les solutions, on les a. Le probléme de ceux qui discutent pour savoir comment couper le gateau, c'est qu'ils n'ont pas envie de se mettre d'accord, ou qu'il refuse de trancher raisonnablement...
    Corsons un peu l'exemple : imaginons que dans la pièce, il y a un veillard, un jeune, et une femme enceinte.. qui a droit à plus de gateau ?
    La réponse est : peut on réélement déterminer qui biologiquement et objectivement mérite exactement quelle part du gateau. La rationnalité, face à cette ignorance, c'est de faire une estimation raisonnable, mais juste, et aprés un temps de réflexion modéré, de faire un choix. Ce choix fait, on s'y tient, et on coupe le gateau..
    La raison ce n'est pas que chacun défende sa part de gateau (et que celui qui parle mieux en mange plus), car la, c'est déjà la loi du plus fort. La raison c'est de ce contenter d'observer la réalité et ses connaissances, en faisant confiance en celle des autres et en ne mentant pas sur les siennes... Ainsi après quelques discutions, on pourra par exemple (c'est mon avis) donner une grosse part à la femme enceinte, une moins grosse part au jeune, et une part réduite au veillard.. (je pourrais expliquer pourquoi)...
    Comment dire.. il n'y a qu'une réalité, quelque soit les gens qu'on met dans la pièce, il existe un seul partage réélement optimum.. chacun aura son idée sur ce partage optimum.. chacun aura trés vraisemblablement vécu suffisament pour avoir une idée objective et honnête de cette réalité.. un bon partage serait la moyenne de ces partages pondéré par l'age... (à cause de l'expérience)...
    enfin c'est mon avis !
    celui des trois qui dirait ça, pourrait expliquer pourquoi, si personne n'a de meilleurs idée, ce sera celle choisi...
    Tu me diras : quand on est affamé, on n'a pas le temps de réflechir ! la meilleurs solution sera alors d'un commun accord, le partage équitable... on réflechie moins on va moins loin dans la compléxité : on partage en trois...
    Celui qui voudrait parler parce qu'en parlant il aurait plus de partage, doit opter pour le silence, en considérant que la majorité des partageur n'ont pas envie de parler...
    (ça à l'air long mais j'essaye d'envisager tout les cas)...
    Dernière modification par invite9321657 ; 25/11/2004 à 21h30.

  19. #15
    Defractator
    Invité

    Re : Le nihilisme

    Alors là, je suis révolté...
    Ta conception du nihilisme me dégoute !
    Je suis nihiliste moi même, j'entends déjà ton cri de là où je suis... laisse moi te dire que c'est pas parce que je suis un nihiliste que je suis un terroriste, un raciste, un nazi ou encre le mal incarné... stop aux préjugés ...
    Ah oui: Le nihilisme et la religion n'a rien à voir, tout au contraire, alors je vois pas pourquoi tu vas comparer Bush à un nihiliste...
    Je suis nihiliste, plus précisément, un nihiliste "joyeux" et je t'explique ma vision du monde:
    -Les humains sont des animaux comme tous les autres, le problème c'est qu'ils se croient supérieurs, plus intelligents, pourtant, on est des animaux, on s'entre-tue, mais nous en plus, c'est pour le plaisir et pour les différences qui nous opposent, et pire, on a une technologie suffisante pour annihiler toute vie à la surface de la planète en quelques heures...
    Alors pour moi les humains pourrait tous crever, j'en aurai rien à foutre, on est tous voués à la mort, et on est tous des saloperies d'humains, alors crever, tôt, ou tard, ça ne change rien, cela ne veux pas dire que je veux annihiler la race humaine, pas du tout, alors arrête de nous considérer comme des dangers publics... ça veut juste dire que j'en ai rien à foutre de tout, un astéroïde peut s'écraser à Tokyo demains, tant que je suis pas touché et que je peux voir un bilan de 30 millions de morts à la télé le lendemain, je m'ammuserai du scandale qui ne représente rien pour moi... puis si il s'écrasait là où je suis, rien à foutre non plus, je suis moi aussi voué à la mort... ça ne veut pas dire que je suis suicidaire...
    La connerie humaine m'amuse...
    Si je déteste tant les humains que ça, c'est parce qu'ils veulent l'impossible: la liberté, c'est un concept imaginaire qui ne peux pas exister, ce qui se rapproche le plus de la liberté, c'est l'anarchie, la loi du plus fort, le retour à la nature, c'est aussi parce qu'ils veulent préserver la monde de la guerre, mais que par derrière, ils se font des réserves de bombes nucléaires... dans quel but ? j'en sais rien, mais le jour où ça fera BOOM, ben je me taperai un fou rire XD
    je deteste aussi les humains parce que ce sont tous des faibles, ou presque, qui ne veulent pas voir la réalité en face: on est tous voués à la mort, la vie après la mort, ça n'existe pas, je déteste toutes formes de croyances, néanmoins, c'est un sujet qui m'interesse, pour contempler la connerie de 90% des croyants qui préfèrent se voiler la face et se persuader de conneries plutôt que de voir la réalité en face...
    Le nihilisme c'est la liberté totale, plus encore que l'anarchie: c'est la fin du monde !
    Bon alors maintenant je m'explique pourquoi je suis un nihiliste "JOYEUX", joyeux parce que, si je ne l'étais pas, avec mes idées, je me serais déjà flingé... en même temps d'être nihiliste, je suis du genre à prendre la vie du bon côté, même avec mes idées horribles de psychopathe nihiliste qui pense que la race humaine ainsi que toute autre forme de vie ou de matière ou même d'existence théorique est une sous merde dénuée de tout but, et que le futur est programmé, et que nous sommes donc pas au contrôle de nous même (physique quantique, c'est pas le sujet...), oui donc je suis du genre à prendre la vie du bon côté, malgrès mes idées... pourquoi ? Parce que même si la vie n'est qu'une illusion, elle procure du bonheur, et même si il est faux, et que je ne suis pas au contrôle de moi, j'ai l'illusion qu'il est vrai, et ça ne me dérange pas, point n°2: la vie, c'est tellement génial, l'amour, la gaité, le bonheur, mais c'est tellement horrible: la face cachée: la mort, le déterminisme... la vie c'est une lueur de bonheur dans les flames des l'enfer, le seul moyen de perde glorieusement contre la vie, c'est de la vivre dans le bonheur, même si on perd, on perd "moins", le seul moyen de gagner contre elle, c'est de lui enlever la possibilité d'exister: éliminer la race humaine, mais je vous rassure, c'est pas mon but, je sais que vous pensez différement, mais je suis pas le maître du monde, je vous respecte...

    Voilà ! Je sais, certains dironts que je suis pas vraimment un nihiliste, mais plutôt un truc indéfini, néanmoins, je me considère comme nihiliste... même si je sais que d'autres nihilistes sont de vrais connards... c'est un phénomène de société, pas exemple, les ghotiques ne sont plus ce qu'ils étaient avant: maintenant c'est 99% de satanistes qui se croient gothiques, et 1% de vrais gothiques... (PS: je suis pas gothique, c'est juste un exemple)

    Tchô !

  20. #16
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par Defractator
    Alors là, je suis révolté...
    Ta conception du nihilisme me dégoute !
    Je suis nihiliste moi même, j'entends déjà ton cri de là où je suis... laisse moi te dire que c'est pas parce que je suis un nihiliste que je suis un terroriste, un raciste, un nazi ou encre le mal incarné... stop aux préjugés ...
    Ah oui: Le nihilisme et la religion n'a rien à voir, tout au contraire, alors je vois pas pourquoi tu vas comparer Bush à un nihiliste...
    Je suis nihiliste, plus précisément, un nihiliste "joyeux" et je t'explique ma vision du monde:
    -Les humains sont des animaux comme tous les autres, le problème c'est qu'ils se croient supérieurs, plus intelligents, pourtant, on est des animaux, on s'entre-tue, mais nous en plus, c'est pour le plaisir et pour les différences qui nous opposent, et pire, on a une technologie suffisante pour annihiler toute vie à la surface de la planète en quelques heures...
    Alors pour moi les humains pourrait tous crever, j'en aurai rien à foutre, on est tous voués à la mort, et on est tous des saloperies d'humains, alors crever, tôt, ou tard, ça ne change rien, cela ne veux pas dire que je veux annihiler la race humaine, pas du tout, alors arrête de nous considérer comme des dangers publics... ça veut juste dire que j'en ai rien à foutre de tout, un astéroïde peut s'écraser à Tokyo demains, tant que je suis pas touché et que je peux voir un bilan de 30 millions de morts à la télé le lendemain, je m'ammuserai du scandale qui ne représente rien pour moi... puis si il s'écrasait là où je suis, rien à foutre non plus, je suis moi aussi voué à la mort... ça ne veut pas dire que je suis suicidaire...
    La connerie humaine m'amuse...
    Si je déteste tant les humains que ça, c'est parce qu'ils veulent l'impossible: la liberté, c'est un concept imaginaire qui ne peux pas exister, ce qui se rapproche le plus de la liberté, c'est l'anarchie, la loi du plus fort, le retour à la nature, c'est aussi parce qu'ils veulent préserver la monde de la guerre, mais que par derrière, ils se font des réserves de bombes nucléaires... dans quel but ? j'en sais rien, mais le jour où ça fera BOOM, ben je me taperai un fou rire XD
    je deteste aussi les humains parce que ce sont tous des faibles, ou presque, qui ne veulent pas voir la réalité en face: on est tous voués à la mort, la vie après la mort, ça n'existe pas, je déteste toutes formes de croyances, néanmoins, c'est un sujet qui m'interesse, pour contempler la connerie de 90% des croyants qui préfèrent se voiler la face et se persuader de conneries plutôt que de voir la réalité en face...
    Le nihilisme c'est la liberté totale, plus encore que l'anarchie: c'est la fin du monde !
    Bon alors maintenant je m'explique pourquoi je suis un nihiliste "JOYEUX", joyeux parce que, si je ne l'étais pas, avec mes idées, je me serais déjà flingé... en même temps d'être nihiliste, je suis du genre à prendre la vie du bon côté, même avec mes idées horribles de psychopathe nihiliste qui pense que la race humaine ainsi que toute autre forme de vie ou de matière ou même d'existence théorique est une sous merde dénuée de tout but, et que le futur est programmé, et que nous sommes donc pas au contrôle de nous même (physique quantique, c'est pas le sujet...), oui donc je suis du genre à prendre la vie du bon côté, malgrès mes idées... pourquoi ? Parce que même si la vie n'est qu'une illusion, elle procure du bonheur, et même si il est faux, et que je ne suis pas au contrôle de moi, j'ai l'illusion qu'il est vrai, et ça ne me dérange pas, point n°2: la vie, c'est tellement génial, l'amour, la gaité, le bonheur, mais c'est tellement horrible: la face cachée: la mort, le déterminisme... la vie c'est une lueur de bonheur dans les flames des l'enfer, le seul moyen de perde glorieusement contre la vie, c'est de la vivre dans le bonheur, même si on perd, on perd "moins", le seul moyen de gagner contre elle, c'est de lui enlever la possibilité d'exister: éliminer la race humaine, mais je vous rassure, c'est pas mon but, je sais que vous pensez différement, mais je suis pas le maître du monde, je vous respecte...

    Voilà ! Je sais, certains dironts que je suis pas vraimment un nihiliste, mais plutôt un truc indéfini, néanmoins, je me considère comme nihiliste... même si je sais que d'autres nihilistes sont de vrais connards... c'est un phénomène de société, pas exemple, les ghotiques ne sont plus ce qu'ils étaient avant: maintenant c'est 99% de satanistes qui se croient gothiques, et 1% de vrais gothiques... (PS: je suis pas gothique, c'est juste un exemple)

    Tchô !
    Oao oao
    1) le nihilisme que je décrit ici n'est pas le "nihilisme" tel qu'il est proposé couramment, c'est un concepte dont je me suis donner la peine de donner la définition. C'est du concepte dont je parle, pas du mot. J'aurait pu appeler ça le néant d'idée, le paradoxe de la raison, que sais-je encore. Cependant ce qui s'en serve pour leur interet en le manipulant font preuve de ce qu'on peut appeler un "nihilisme" (enfin je crois) parce qu'il s'agit de nier la raison pour faire ce que l'on veut.
    2) D'une certaine façon tu es toi aussi victime d'un nihilisme sans le savoir.. tu dis l'homme est un animal etc.. qui se conduit mal.. c'est une constation que je peux partager aux moins jusqu'un point... mais en quoi est la justification d'une quelquonque action réflechie ?
    - Y a pas que moi ? oui mais il y a toi quand même...
    Tu peux être désespéré à mort.. ce n'est toujours pas une raison. Encore moins une philosophie. C'est l'histoire du type à qui il arrive une putain de série de galère... vraiement la tuile.. personne ne le comprend, tout le monde le rejette tout le monde s'en fout, il est seul désespéré.. doit il pour autant renier la réalité tel qu'elle pourrait être si tout le monde s'y mettez. Je ne crois pas. Parce que ça serait participer au même systéme qui entraine son rejet. Tu peux considéré que le monde est pourri bestiale etc... est ce une bonne raison pour faire pareille ? Je sais que ce n'est pas ce que tu as dit. Mais réfléchie.. tu reproche quoi au gens ? de baiser dans tout les coins ? de chercher à s'enrichir en fermant les yeux sur le reste ? de ne pas espérer mieux pour la société ? de faire des armées pour se protéger des autres en considérant trés logiquement que c'est parce que c'est possible qu'un pays attaque un autre ?
    Alors tu rira bien quand tout le monde mourra, tu revelera enfin ta vrai personnalité écrasé par les contingences de la société qui ne peux pas changer. En attendant, ben... tu joue le jeux.
    Alors merci. Ma logique va bien. Quand je parle de nihilisme, je parle de quelque chose de concret de dur... qui ne dépend pas d'aucun sentiment.

  21. #17
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Et puis aussi j'en ai marre qu'on associe le déterminisme à quelque chose de mal.. comment peut-on être aussi gavé par les autres qu'on puisse penser un truc sans savoir ce que cela veut dire concrétement ce que ça veut dire. tout le monde se lave le cerveaux à grande échelle ... C'est matrix qui fait pensé ça ? la peur des machines ? La peur d'être enfermé dans un systéme ? Qu'est ce que ça à voir avec le fait que tout si on cherche bien à une cause ?
    Si vous vous demandez pourquoi je suis en colère ne cherchez plus.

    Le déterminisme, ce n'est pas l'eugénisme, c'est n'est pas l'embrigadement, c'est juste dire, tout à une cause, et par ce choix considérer que chaque action a des conséquences, etc.. le déterminisme, c'est la base de la responsabilité. Pas de responsabilité si on considére qu'il n'y a pas de lien de cause à effet entre les choses... Et oui même le comportement de l'homme est déterminé, c'est à dire qu'il suit une logique.
    Ce qui fait peur je vais vous le dire. En considérant que l'esprit humain et calculable.. on finit en réfléchissant et en l'observant, par le comprendre... et prévoir le comportement de quelqu'un c'est avoir du pouvoir sur lui. Le risque de considérer que le comportement humain est "prédeterminable", c'est que du coup tout le monde joue au échec pour être au niveau de ceux qui sont en avance sur leur compréhension des autres... Freud est le premier à être rentré dans l'inconscient.. . D'ou l'immense stress de la pression collective.
    Seulement, on oublie une chose, le probléme n'est pas de comprendre les autres, le probléme est de savoir ce qu'on en fait. Le probléme ne vient pas du déterminisme, mais bien du capitalisme, du libéralisme, qui se repose bien sagement sur les limites morales de la loi, pour enfreindre tout celle qui ne sont pas encore dedans..
    [IRONIE]et pourquoi respecter les autres ? chacun voit ce qu'il veut voir ! quoi t'es pas d'accord ? moi c'est ma réalité et t'as rien à dire. Pourquoi se soucier de l'équité ? dans la vie chacun à ce qu'il mérite, il avait qu'à travailler, aller à l'école ! Ben quoi ça pollue ? et alors ? c'est pas moi qui en souffrirait ! mon monde à moi n'est pas encore pollué. [/IRONIE]

    Alors ! va t'on s'organiser pour se comprendre positiviment ou rejeter la raison comme unique responsable de nos problèmes, (oui soyons idiots ! chouette !)
    Alors que c'est par celle du plus fort qu'on se fait baiser ...
    Dernière modification par invite9321657 ; 02/12/2004 à 11h37.

  22. #18
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Sinon je suis un peu prés d'accord (ça fait 12 heures que j'ai pas fumer alors je suis sur les nerfs)..
    Sauf que moi j'ai un avis différent..
    Le bonheur tu dis ça procure du bien etc.. on est tous d'accord : le plaisir et le bonheur sont rééls... le probléme n'est pas là. Le problème que l'on a aujourdhui c'est simplement un problème de connaissance et d'organisation de la société. On est tous mécontent qu'il y ai des sans abrits. Le problème n'est pas de ce dire : "est ce que je mérite mon bonheur ? "..
    Le probléme c'est bien d'arriver rationnelement à une société suffisament organiser pour qu'il y ai de la place pour tout le monde. Alors oui, il faut un putain de gros impot sur les grosses fortunes. Non il ne faut pas en faire des restaurants gratuits pour SDF, mais bien des écoles, des centres d'accueil, des lieux de vies.. Oui pour l'instant il faut partager le travail.. parce que le travail produit assez pour tout le monde, mais que seul ceux qui le font bénéficie de ces fruits..
    Tout cela ne passe pas par un don de soit exemplaire, il ne s'agit pas de se crucifier sur la place publique... simplement déjà réflechir clairement et posément à la réalité et rechercher les vrai solutions... pas grand chose, s'investir un peu plus dans l'organisation de la société, un peu moins dans son bonheur personnel.. une heure par jour... style... Un peu de politique. Soyez militant.
    On se demande mais comment être heureux ?? Si il n'y avait pas tant de malheur autours de nous, de tension, de violence, on serait tous nettement plus heureux avec les mêmes biens. J'imagine souvent des villages indiens, ou hindoux.. il n'ont que du riz et un peu de Terre, ils n'ont pas le chauffage, ils ont des tentes en toiles qu'il faut battre tout les matins. Et pourtant ils sont bien plus heureux que nous, parce qu'ils ont confiances les uns dans les autres... moins d'inégalités c'est la ça la solution ! les moyens sont complexes, mais pas impossibles..

  23. Publicité
  24. #19
    dupo

    Re : Le nihilisme

    On se demande mais comment être heureux ?? Si il n'y avait pas tant de malheur autours de nous, de tension, de violence, on serait tous nettement plus heureux avec les mêmes biens. J'imagine souvent des villages indiens, ou hindoux.. il n'ont que du riz et un peu de Terre, ils n'ont pas le chauffage, ils ont des tentes en toiles qu'il faut battre tout les matins. Et pourtant ils sont bien plus heureux que nous, parce qu'ils ont confiances les uns dans les autres... moins d'inégalités c'est la ça la solution ! les moyens sont complexes, mais pas impossibles..
    voilà exactement le fond de ma pensée, on est heureux dans une famille où on peut se faire confiance...
    le reste, je suis à 99% du même avis de defractor.
    courage defractor, ne te sens pas seul, nous sommes au moins 2 qui , en voyant l'autre dans la mouise, ne bougera pas son petit popotin...triste, mais tellement réèl.
    qui sacrifierait sa moitié de salaire pour la donner à un sdf ?
    personne.ainsi va le monde, irrationnel, no logic in the real world.

  25. #20
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par dupo
    voilà exactement le fond de ma pensée, on est heureux dans une famille où on peut se faire confiance...
    le reste, je suis à 99% du même avis de defractor.
    courage defractor, ne te sens pas seul, nous sommes au moins 2 qui , en voyant l'autre dans la mouise, ne bougera pas son petit popotin...triste, mais tellement réèl.
    qui sacrifierait sa moitié de salaire pour la donner à un sdf ?
    personne.ainsi va le monde, irrationnel, no logic in the real world.
    bienvenue dans le "real world"
    sinon j'ai pas dit de donner la moitier de son salaire à un SDF..
    Mais quand on gagne 60000 € par mois....

  26. #21
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    et puis même, on pourrait faire un impot proportionnel ce qui serait logique et qu'on fait déjà pour qu'on vide nos poubelles..
    Le pb c'est surtout qu'il existe de tel disparité dans les salaires...
    Un balayeur touche le smic et son patron touche 60000 €
    Or qui dépense le plus de calorie (Etude comprise au cas où)

  27. #22
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par dupo
    voilà exactement le fond de ma pensée, on est heureux dans une famille où on peut se faire confiance...
    le reste, je suis à 99% du même avis de defractor.
    courage defractor, ne te sens pas seul, nous sommes au moins 2 qui , en voyant l'autre dans la mouise, ne bougera pas son petit popotin...triste, mais tellement réèl.
    qui sacrifierait sa moitié de salaire pour la donner à un sdf ?
    personne.ainsi va le monde, irrationnel, no logic in the real world.
    Sinon .. tout le probléme c'est la taille de ce que l'on considére la "famille"....

  28. #23
    dupo

    Re : Le nihilisme

    Sinon .. tout le probléme c'est la taille de ce que l'on considére la "famille"....
    c'est vrai ! le problème consistant à trouver la taille maximal où les gens inclus peuvent tous se faire confiance...
    ça dérappe vite, et on est souvent contraint à garder la taille minimal pour être sûr de ne pas encore se faire avoir.

    chat échaudé craint l'eau.

  29. #24
    invite9321657

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par dupo
    c'est vrai ! le problème consistant à trouver la taille maximal où les gens inclus peuvent tous se faire confiance...
    ça dérappe vite, et on est souvent contraint à garder la taille minimal pour être sûr de ne pas encore se faire avoir.

    chat échaudé craint l'eau.
    Oui mais le facteur principale et plutôt l'égalité des biens et du bonheur. Simplement parce que l'on a pas besoin de voler les autres quand on a déjà ce qu'on veut. Alors que quand on a faim, on a faim... Plutot que de se prendre la tête sur la confiance, soulignons les mobiles à la non confiance, qui sans pour autant justifier les trahisons, favorisent leur survenue.. L'envie du voisin...

  30. Publicité
  31. #25
    aka

    Re : Le nihilisme

    Plutot que de se prendre la tête sur la confiance, soulignons les mobiles à la non confiance, qui sans pour autant justifier les trahisons, favorisent leur survenue.. L'envie du voisin...
    J'aime bien cette manière de voir, sans doute suis-je croyant... du dixième commandement aux autres. Qu'est-ce qui favorise le meurtre ? la torture ? Qu'est-ce qui favorise l'adultère, dans son sens large, celui du viol, de la possession de l'autre, de l'être humain devenu objet d'auto-gratification ?. Qu'est-ce qui favorise le vol, sens de la privation de l'autre, de ce qui est nécéssaire à sa survie ? le faux témoignage ?, la déformation des idées ?, la perversion de touts les dires, même ceux cités plus haut ?

    Je ne dis pas qu'on ne peux pas en discuter... sans doute est-il possible d'échanger des idées sur ce qui concerne le plus grand des problèmes de l'humanités ( le mal ( qui n'existe pas !?))... mais restons léger... très légers... ...ne tombons pas ! ()

  32. #26
    bardamu

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par dupo
    c'est vrai ! le problème consistant à trouver la taille maximal où les gens inclus peuvent tous se faire confiance...
    ça dérappe vite, et on est souvent contraint à garder la taille minimal pour être sûr de ne pas encore se faire avoir.

    chat échaudé craint l'eau.
    Ou trouver les gens qui ont la puissance d'étendre leur famille à l'humanité entière.
    L'abbé Pierre a-t-il besoin de s'enfermer dans une petite famille, bien au chaud, a-t-il peur de "se faire avoir" ?
    Faiblesse, impuissance, peur, un monde de lâcheté auto-valorisé en "nihilisme joyeux" ou fatalisme confortable.
    Complaisance dans la médiocrité du désir.

    One Eye Jack, tu ne demandes pas qu'on soit des saints mais tu devrais peut-être le faire, aller au bout de l'exigence et ne pas t'abandonner aux pudeurs de la mollesse ambiante.

    Il y a beaucoup de gras et de sucre autour de nous, aussi bien dans les corps que dans les esprits. Les gens en viennent à revendiquer d'être gros, mous et dégoûtés de tout tellement ils sont gavés.
    La santé demande un certain régime alimentaire aussi bien pour le corps que pour l'esprit. Il faut avoir un peu faim, avoir un désir, pour sortir de l'état de larve.

  33. #27
    dupo

    Re : Le nihilisme

    bardamu, par tes mots sont arrogants.
    L'abbé Pierre a-t-il besoin de s'enfermer dans une petite famille, bien au chaud, a-t-il peur de "se faire avoir" ?
    Faiblesse, impuissance, peur, un monde de lâcheté auto-valorisé en "nihilisme joyeux" ou fatalisme confortable.
    Complaisance dans la médiocrité du désir.
    te compares tu à l'abbé pierre ?

    s'il faut mettre des nuances à ton idoles, saches que quand tu appelles emaus pour qu'il viennent prendre des lits, des vêtements, etc...et bien, sache qu'ils ne peuvent que le matin entre 9h et 9h10.
    voilà en gros...alors tu vois même dans tes sacro-saint fantasmes que tu te fais des bonnes oeuvres de charité il y a comme tu dis des gens qui se complaise dans la médiocrité du désir.

    apparement tu ne t'es jamais fait avoir, fais trahir, par tes amis.
    tu ne peux donc pas parler de
    ça dérappe vite, et on est souvent contraint à garder la taille minimal pour être sûr de ne pas encore se faire avoir.
    tu peux tout au plus, vivre dans tes rêves.
    quand tu connaitras la faim tu pourras crier famine,sinon tu passeras pour un affamé et un charlot.
    prudence dans tes paroles, c'est tout.

  34. #28
    Defractator
    Invité

    Re : Le nihilisme

    Whooow je comprends plus de quoi vous parlez là oO
    Le sujet c'est le nihilisme, pas le tricotage...
    dupo > cool que tu sois d'accord avec moi
    mais je suis pas un déprimé de la vie complètement désespéré, je prends la vie du bon côté (nihiliste joyeux) !
    ah oui, eye one jack > pour moi, le bonheur est totalement illusoire, mais on peut le resentir, alors illusion ou pas, j'en ai rien à foutre tant qu'il à l'air vrai, c'est comme l'impression d'être au contrôle de nous même...
    @+

  35. #29
    dupo

    Re : Le nihilisme

    One Eye Jack, tu ne demandes pas qu'on soit des saints mais tu devrais peut-être le faire, aller au bout de l'exigence et ne pas t'abandonner aux pudeurs de la mollesse ambiante.
    et en plus tu demandes aux autres ce que tu ne peux pas faire toi même, tu n'as pas le courage de le faire toi^même ?
    exige toi déjà de parler pour toi, et de ne pas dire aux autres de réaliser tes fantasmes. tu crois qu'en donnant à emaus tu peux te comparer à l'abbée pierre ? tu crois qu'en disant à qqu'un d'autre d'avoir le courage de ses opinions fait de toi un courageux.
    pour moi tu fais parti de la molesse ambiante comme tu dis, non représentatif de ce qu'à dit defractor ou du moins ce que j'en ai compris.
    Ici, pour toi faire confiance uniquement à un cercle très fermé d'amis , est pour toi une molesse d'esprit. faut pas confondre la naiveté et la méfiance. Tu fais l'amalgame de tout,tu fais l'amalgame du cercle de famille , avec le nihilisme qu'à énoncé defractor.
    le nihilisme c'est un état d'esprit, toi tu parles d'action ?!
    vraiment, tu fais l'amalgame de tout. Tu vas donner ton argent à emaus, et pour autant tu n'auras rien fait, et tu seras le gras comme tu le dis si bien. c'est facile de donner son argent, mais on temps c'est plus difficile.
    toi qui parle de famille et qui vient faire la morale, ( au passage, c'est facile de venir mettre le bordel, tu critiques ça et là, et voilà, avec des mots comme gras,etc...tu as certainement pesé tes mots , alors je vois là plutot du cynisme, et de la vilité).
    ...(je reprends ma phrase), occupe toi de ta famille, en voyant des gens comme toi, ça ne donne pas envie d'avoir confiance en n'importe qui,
    c'est pas tant les propos qui me gène, mais la manière, comme je l'ai dit tu choisi tes mots, tu n'as pas de demi-mesure, et tu aimerais que one eye jack réalise tes fantasme sous peine d'être du gras double, ces manières là, on les voit arriver de loin.

    Ou trouver les gens qui ont la puissance d'étendre leur famille à l'humanité entière.
    moi,ça me rappelle les idée nazi, parce que la puissance d'étendre sa famille, tu n'as pas à imposer d'étendre ta famille...
    tu m'as l'air d'être un vrai charlot qui a la prétention de tout.

  36. #30
    aka

    Re : Le nihilisme

    Citation Envoyé par bardamu
    One Eye Jack, tu ne demandes pas qu'on soit des saints mais tu devrais peut-être le faire, aller au bout de l'exigence et ne pas t'abandonner aux pudeurs de la mollesse ambiante.

    Il y a beaucoup de gras et de sucre autour de nous, aussi bien dans les corps que dans les esprits. Les gens en viennent à revendiquer d'être gros, mous et dégoûtés de tout tellement ils sont gavés.
    La santé demande un certain régime alimentaire aussi bien pour le corps que pour l'esprit. Il faut avoir un peu faim, avoir un désir, pour sortir de l'état de larve.
    Perso, je suis d'accord avec cette définition de gras et sucre. D'ailleur c'est la mienne, d'être gros, mou et dégoûtés de tout, et je le revendique. Et si c'est le cas, c'est autant pour m'être gavé que pour en avoir été gavé comme une oie qu'on amène aux abbatoirs.

    On peux bien sûr me le reprocher en soi-disantes comparaisons, de milieux q'on ne connaît pas en avançant des théories débiles et vide de sens. Comme tout ces gens qui parle d'aider la Palestine, et qui en ont strictement rien à foutre, ( d'ailleur les palestinien l'on bien compris ). Comme toutes ces discussions de forum d'opinion, qui se base à 80% sur des idées télévisés, qui mime les milieu de culture littéraro-nombriliste, qui parle de pays lointains qu'ils ne connaissent pas, qui font des séparations vide de sens... ( qui se copient les uns les autres par dessus ça )

    Ceci dit, je suis d'accord, il y a beaucoup de gras, de sucre et de soufre dans nos villes. Et quitte à poser la question, autant aller au fonds des choses...

    [ Comme Verges, qui est beaucoups critiqué, et qui reste néanmoin l'un des seuls à recherché une vérité, au demeurant très désagréable, avant qu'elles soit effacée avec empressement. ]

Sur le même thème :

Page 1 sur 2 1 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. besoin d'explication a propos du nihilisme
    Par kekeboy dans le forum Epistémologie et Logique
    Réponses: 1
    Dernier message: 23/05/2006, 17h40