Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

surface et "consistance" des géants gazeuses ?



  1. #1
    noir_ecaille

    surface et "consistance" des géants gazeuses ?


    ------

    Bonjour,


    Ne sachant pas si le sujet a déjà été abordé, j'ouvre une interrogation...

    Qu'y a-t-il sous la surface "atmosphérique" (ou pas ?) de Jupiter ou Saturne par exemple ? Un océan de dihydrogène ? Uniquement du gaz jusqu'à tomber sur le noyau métallique ? Autre chose ?


    En vous remerciant d'avance

    -----
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  2. Publicité
  3. #2
    Cassano

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    Bonjour,

    la surface des planètes géantes est définie comme la zone où la pression vaut un bar (altitude 0). En dessous, la pression augmente jusqu'à un point ou l'hydrogène devient métallique. Enfin, tout à fait au centre se trouve un "petit" coeur de roches et de glace.
    "Vous qui entrez, laissez toute espérance" Dante

  4. #3
    noir_ecaille

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    J'en déduis qu'il n'y a ni océan, ni rien de tangible.

    Concernant les tempêtes, jusqu'à quelle profondeur leurs turbulences peuvent-elles aller ?
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  5. #4
    phys4

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    Citation Envoyé par Cassano Voir le message
    Bonjour,

    la surface des planètes géantes est définie comme la zone où la pression vaut un bar (altitude 0).
    Cette définition peut ne pas coïncider avec la surface apparente, surface telle que le gaz devient optiquement épais (non transparent). Ainsi la mesure du diamètre d'une grosse planète peut différer notablement de cette définition.
    C'est la première fois que je vois cette définition, avez vous la source ?
    Comprendre c'est être capable de faire.

  6. A voir en vidéo sur Futura
  7. #5
    Gilgamesh
    Modérateur

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    A partir d'une certaine pression, le gaz condense et devient liquide. A priori, la surface de Jupiter ce devrait être un immense océan d'hydrogène moléculaire liquide (H2 + He), environ 1000 km sous le sommet des nuages.

    jupiterocean.jpg


    Vue d'artiste, tirée de

    La limite est montrée tout à fait nette ici, mais il est possible que ça ressemble plutôt à un brouillard de plus en plus dense jusqu'à devenir entièrement liquide.

    Ensuite vers 200 GPa (~ 10 000 k de profondeur) tu as une couche de transition, surmontant un manteau d'hydrogène métallique et enfin vers 4000 GPa un coeur rocheux d'une masse estimée à 15 masses terrestres.



    Tout ceci reste encore assez hypothétique et sujet à révision.

    a+
    Dernière modification par Gilgamesh ; 13/11/2011 à 12h33.
    Parcours Etranges

  8. #6
    Cassano

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    Cette définition peut ne pas coïncider avec la surface apparente, surface telle que le gaz devient optiquement épais (non transparent). Ainsi la mesure du diamètre d'une grosse planète peut différer notablement de cette définition.
    C'est la première fois que je vois cette définition, avez vous la source ?
    Cette définition vient de mon cours d'atmosphères planétaires. J'avoue que je n'aurai pas de référence extérieure de type article scientifique. Peut-être sur un bulletin de l'UAI?
    "Vous qui entrez, laissez toute espérance" Dante

  9. Publicité
  10. #7
    papy-alain

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    Si l'on s'en tenait à la partie solide, Jupiter ne serait sans doute pas plus grande que la Terre, peut être même plus petite.
    Les météorites ne peuvent exister car il n'y a pas de pierres dans le ciel. Lavoisier.

  11. #8
    pithut

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    bonjour,

    d'ailleurs d'après cette hypothèse, le coeur rocheux des géantes pourrait être une super-terre voir une planète téllurique : http://www.futura-sciences.com/fr/ne...azeuses_33544/
    Dernière modification par pithut ; 13/11/2011 à 13h13.
    laclarténevientpasdecequel'onimagineleclairmaisdecequel'onprendconsciencedel'obscur.

  12. #9
    noir_ecaille

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    Citation Envoyé par papy-alain Voir le message
    Si l'on s'en tenait à la partie solide, Jupiter ne serait sans doute pas plus grande que la Terre, peut être même plus petite.
    Et si on s'en tenait à la surface tangible ?

    Quel diamètre aurait Jupiter en fonction de cet océan d'hydrogène moléculaire ?
    "Deviens ce que tu es", Friedrich W. Nietzsche

  13. #10
    phys4

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    Citation Envoyé par noir_ecaille Voir le message
    Et si on s'en tenait à la surface tangible ?

    Quel diamètre aurait Jupiter en fonction de cet océan d'hydrogène moléculaire ?
    La surface tangible n'est pas la surface liquide, celle ci ne serait accessible que pour une mesure radar.
    La surface visible est bien une surface gazeuse non transparente.
    Je suis renseigné sur l'origine de la définition donnée par Cassano, il n'y a pas accord parfait entre différentes sources.
    Pour Jupiter sa surface opaque est considérée comme la hauteur correspondante à 2 bars de pression, une autre source universitaire indique une convention égale à 1 bar. L'UAI ne prend pas position.

    Cette incertitude n'entraine pas une grande différence, pour la pesanteur et la basse température régnant sur Jupiter l'écart de hauteur ne dépasse pas 1 km.
    Comprendre c'est être capable de faire.

  14. #11
    Cassano

    Re : surface et "consistance" des géants gazeuses ?

    Citation Envoyé par phys4 Voir le message
    La surface tangible n'est pas la surface liquide, celle ci ne serait accessible que pour une mesure radar.
    Et effet la surface liquide repose sur un substrat solide. En revanche, aucune onde radar n'aurait à ma connaissance la puissance suffisante pour traverser l'atmosphère de Jupiter (beaucoup trop dense).


    Je suis renseigné sur l'origine de la définition donnée par Cassano, il n'y a pas accord parfait entre différentes sources.
    Pour Jupiter sa surface opaque est considérée comme la hauteur correspondante à 2 bars de pression, une autre source universitaire indique une convention égale à 1 bar. L'UAI ne prend pas position.

    Cette incertitude n'entraine pas une grande différence, pour la pesanteur et la basse température régnant sur Jupiter l'écart de hauteur ne dépasse pas 1 km.
    Si je devais me prononcer, je dirais que l'avantage de prendre comme référence la pression, c'est qu'elle est une mesure absolue, tandis que la profondeur optique dépendant de la longueur d'onde, il faudrait en plus préciser à quelle longueur d'onde on se place. Après, le P=1 bar est arbitraire, , définit par analogie avec la pression au sol sur Terre. Mais pour les planètes géantes, l'attraction gravitationnelle est telle que la pression de 1bar est très vite atteinte, et on ne "perd pas grand chose" de l'atmosphère avec cette définition : l'évaluation du rayon est donc plutôt correcte, et prend en compte la majeur partie de la matière contenue dans la planète.
    "Vous qui entrez, laissez toute espérance" Dante

Discussions similaires

  1. "Et Dieu créa les nombres" et "sur les épaules des géants"
    Par dunc28 dans le forum Lectures scientifiques
    Réponses: 5
    Dernier message: 22/05/2011, 14h55
  2. Réponses: 14
    Dernier message: 29/10/2009, 14h24
  3. Réponses: 33
    Dernier message: 04/02/2009, 19h02
  4. surface effective de contact peau-"surface" ?
    Par art_dupond dans le forum Biologie
    Réponses: 2
    Dernier message: 14/11/2006, 22h52