Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière
Affichage des résultats 31 à 60 sur 63

Trou noir et représentations



  1. #31
    Jeremy

    Voilà qui va refroidir les courageux cultivateurs de monopoles magnétiques (nécessaire à la stabilisation du trou de vers )

    -----

  2. Publicité
  3. #32
    invite78632345678

    L'explication d'astropierre est parfaite. C'est la mème que j'ai lu, et c'est aussi celle qui semble le plus avancée, et la plus concrète. Et elle marche pour les trous noirs, et les trous de vers. Super!!

    PsMoi je l'ai lu en entier ton message)

  4. #33
    lu

    Citation Envoyé par astropierre
    Et les calculs montrent que l'horizon du trou noir est une "asymptote temporelle"... plus on s'en approche, plus le temps s'étire, et moins le voyageur bouge vite...
    Et SUR l'horizon, qu'en fait on n'atteint jamais (on est toujours pas dans le trou noir, hein...), le temps s'étire à l'infini et le gel temporel est cette fois total...
    Si le voyageur spaghetti n'atteint jamais l'horizon du trou noir, comment expliquer que des étoiles entières puissent s'y engouffrer?

  5. #34
    astropierre

    merci, Clementon, tu me fais chaud au coeur

    :P

  6. #35
    Jeremy

    Revenons à "l'histoire du trou noir". On pourrait se dire : Le phénomène de l'implosion d'une étoile à neutrons déstabilisée est un phénomène instationnaire. Construisons donc une solution instationnaire de l'ensemble des deux équations ci-dessus. Mais on ne sait pas faire, de manière crédible. Alors des théoriciens lorgnèrent sur la "solution extérieure" (celle qui décrit par exemple la géométrie à l'extérieur du soleil et qui devient "pathologique" à son rayon de Schwarzschild, de 3,7 km).

    - Autrement dit "enlevons le soleil" et explorons les propriétés de cette géométrie. Comme ça....

    - Mais, c'est une solution se référant à un univers vide ?!

    - Passons outre, regardons ce que cela donne...

    On s'est mis à étudier les trajectoires radiales d'objets tombant en chute libre dans ce qui serait, dans ces conditions, "un trou noir d'une masse solaire", de 3,7 km de diamètre. On conserva la variable t, censée se référer au temps vécu par "un observateur extérieur", un brave terrien qui observerait un soleil qu'on vient d'escamoter. On trouva alors que le temps de chute libre de toute particule témoin devenait, décompté dans ce temps, infini. Pourtant, si on attachait un horloge à ladite particule, elle arriverait au centre géométrique de cet objet en un temps fini.

    Les théoriciens proposèrent alors la vision suivante :

    - Cette solution stationnaire, extérieure, trouve un réemploi providentiel. Le collapse gravitationnel s'effectue effectivement en un temps très bref (de l'ordre d'un dixième de millième de seconde pour une étoile à neutron déstabilisée). Mais comme ce phénomène semble durer, pour un "observateur extérieur", un temps infini, cela permet d'utiliser une solution stationnaire pour décrire un phénomène éminemment instationnaire

  7. #36
    astropierre

    Si le voyageur spaghetti n'atteint jamais l'horizon du trou noir, comment expliquer que des étoiles entières puissent s'y engouffrer?
    Tout d'abord, les étoiles ne s'y "engouffrent" pas vraiment, au sens strict du terme, puisque par essence, elles ne passent jamais l'horizon...


    En fait, tu imagine une concentration énorme de matière "bouchonner" autour du trou noir... ca n'est pas tout à fait ça...


    Tu peux voir le phénomène comme ça :
    Comme le temps s'écoule moins vite près du trou noir, ca ne pose pas de problème que les particules y soient plus "resserrée", puisqu'elles mettent plus de temps pour parcourir la distance qui les sépare...
    Ca ne "bouchonne" pas vraiment
    Les distances sont plus courte, mais comme les durées s'allongent, tu peux considérer que cet effet temporel (purement relativiste) compense le tout...


    Je ne suis pas sûr d'être clair, cette fois ... :?


    enfin, je te l'accorde,

  8. Publicité
  9. #37
    astropierre

    Citation Envoyé par Jeremy
    Voilà qui va refroidir les courageux cultivateurs de monopoles magnétiques (nécessaire à la stabilisation du trou de vers )

    Z'ont qu'à se mettre à récolter les champs de tachyons... c'est la saison

  10. #38
    lu

    Oula... je sens que je vais faire un collapse providentiel...

  11. #39
    Jeremy

    Question : quelles seraient les différences entre un trou noir, et une étoile à neutron à l'extreme limite de la criticité d'un point de vue physique et observationnel ?

  12. #40
    lu

    Je crois qu'il me manque un maillon...: qu'est ce que c'est "l'horizon" d'un trou noir?
    Est ce que c'est la limite au delà de laquelle plus rien ne peut sortir ou plus rien ne peut rentrer?
    Est ce que quoi que ce soit franchit cet horizon dans un sens ou dans un autre?

  13. #41
    Jeremy

    Citation Envoyé par lu
    Je crois qu'il me manque un maillon...: qu'est ce que c'est "l'horizon" d'un trou noir?
    Est ce que c'est la limite au delà de laquelle plus rien ne peut sortir ou plus rien ne peut rentrer?
    Est ce que quoi que ce soit franchit cet horizon dans un sens ou dans un autre?
    Oui c'est la ligne de non retour.

  14. #42
    astropierre

    Citation Envoyé par lu
    Je crois qu'il me manque un maillon...: qu'est ce que c'est "l'horizon" d'un trou noir?
    Est ce que c'est la limite au delà de laquelle plus rien ne peut sortir ou plus rien ne peut rentrer?
    Est ce que quoi que ce soit franchit cet horizon dans un sens ou dans un autre?

    Voilà une manière très "classque" de déterminer l'horizon d'un trou noir :


    Tu connais certainement la vitesse de libération d'un astre.
    C'est la vitesse qu'il faut imprimer à un objet pour qu'il s'extrait du champ de gravité de cet astre.

    Cette vitesse est donnée par la formule :

    V=racine(2GM/R)

    R=rayon de l'astre
    M=masse de l'astre
    G = constante de gravité



    Bon... Maintenant, revenons à la définition classique du trou noir
    Un astre devient un trou noir lorsque plus rien, même la lumière, ne peut sortir du champ gravitationnel dudit astre.

    Autrement dit, la vitesse de libération devient égale ou supérieure à c (la vitesse de la lumière)

    donc, on a

    V = c = racine(2GM/R)

    et donc le rayon du trou noir (R) est égal à

    R = 2GM/c²

    eh bien voilà le rayon de l'horizon du trou noir... le volume en deça duquel on ne sait plus ce qui se passe...
    Voilà comment on le calcule simplement.


    Et pour la définition, il y en a plusieures...

    Classique
    C'est la distance en deça de laquelle rien, même la lumière, ne peut s'échapper de sa gravité.
    OU
    Relativiste
    on peut aussi dire que c'est la limite où la distorsion du temps définie par la Relativité Générale est telle que se produit ce fameux "gel temporel"


    Et pour répondre à ta question, il semble bien que non, rien ne sort (logique...) ni n'entre (moins bien connu des gens, ça...) de l'horizon.
    C'est d'ailleurs pour ça, d'ailleurs, qu'on l'appelle "horizon".

    Voilà... ca vous convient, chef ?

  15. Publicité
  16. #43
    astropierre

    au fait, c'est quoi ces p'tits poissons jaunes sous nos pseudos ?

  17. #44
    DonPanic

    Slu
    Ben pas grand chose, ce qu'il y a passe l'horizon d'un TN est tout à fait théorique,
    il est cependant plus probable que les dimensions restent finies.

  18. #45
    Coincoin

    c'est quoi ces p'tits poissons jaunes sous nos pseudos
    Les petits poissons correspondent à ton nombre de messages. Il y a certains rangs à atteindre pour avoir un nouveau petit poisson et un nouveau message en-dessous.

  19. #46
    astropierre

    [quote="Coincoin"]
    Les petits poissons correspondent à ton nombre de messages. Il y a certains rangs à atteindre pour avoir un nouveau petit poisson et un nouveau message en-dessous.
    Merci, Coin
    Au fait, si tu veux participer à nos conversations, toi aussi, ne te gênes pas, hein... tu seras le bienvenu

  20. #47
    Jeremy

    Citation Envoyé par Jeremy
    Question : quelles seraient les différences entre un trou noir, et une étoile à neutron à l'extreme limite de la criticité d'un point de vue physique et observationnel ?
    Personne n'a d'idée ?

  21. #48
    astropierre

    désolé, Jérémy... perso, je ne sais pas...

    Pierre

  22. Publicité
  23. #49
    juan

    Un groupe de poètes précurseurs prénommés "Daran et les chaises" avait déjà écrit : "Les trous noirs c'est troublant", dans un de leurs articles scientifico-musicaux.Forts les gars...même pas eu le nobel...trop injuste...

  24. #50
    Jeremy

    Citation Envoyé par astropierre
    désolé, Jérémy... perso, je ne sais pas...

    Pierre
    En fait je cherche à savoir si on peut faire la différence entre ses 2 objets. Dans le cas contraire les observations faites actuellement ne permettrait pas de conclure sur l'existence réel des TN.
    Dans ce cas, pur abstraction mathématique ?

  25. #51
    Rincevent

    Question : quelles seraient les différences entre un trou noir, et une étoile à neutron à l'extreme limite de la criticité d'un point de vue physique et observationnel ?
    une etoile a neutrons emet du rayonnement (un bon vieux spectre de corps noir) de maniere reguliere (c'est-a-dire pas uniquement parce qu'elle accrete de la matiere qui se retrouve ainsi chauffee et rayonne en X de maniere non-stationnaire, comme c'est le cas pour les trous noirs). Tu n'as pas d'horizon pour elle, et ca change tout.

    Et pour répondre à ta question, il semble bien que non, rien ne sort (logique...) ni n'entre (moins bien connu des gens, ça...) de l'horizon.
    rien ne sort, c'est sur (enfin, tant que l'on neglige les trucs quantiques). Mais le fait que rien ne rentre est faux. Tu as toi-meme dit que pour le truc qui tombe, la chute dure un temps fini. Le fait que rien n'entre est juste une illusion liee au systeme de coordonnees.

    Dans le cas contraire les observations faites actuellement ne permettrait pas de conclure sur l'existence réel des TN. Dans ce cas, pur abstraction mathématique ?
    quand on observe un trou noir, on observe vraiment uniquement le rayonnement emis par la matiere qui tombe dedans qui est un rayonnement de matiere chauffee seule. Alors que meme en se mettant dans les pires conditions ou l'on ne verrait aucun rayonnement emis directement par l'etoile a neutrons, le rayonnement emis par la matiere qui lui tombe dessus est different: la surface d'une etoile a neutrons comporte de la matiere qui reagit avec celle qui tombe...

  26. #52
    Jeremy

    une etoile a neutrons emet du rayonnement (un bon vieux spectre de corps noir) de maniere reguliere (c'est-a-dire pas uniquement parce qu'elle accrete de la matiere qui se retrouve ainsi chauffee et rayonne en X de maniere non-stationnaire, comme c'est le cas pour les trous noirs). Tu n'as pas d'horizon pour elle, et ca change tout.
    Si je suis à la limite justement ...
    Par exemple soit une étoile à neutron de rayon R, si je considère comme variable la densité de l'étoile d, j'ai dc (critique) ou l'étoile s'effondre et forme un horizon. Dans ce cas plus de rayonnement.

    Si d < dc alors l'étoile rayonne ok, mais qu'en est-il du redshift ?



    quand on observe un trou noir, on observe vraiment uniquement le rayonnement emis par la matiere qui tombe dedans qui est un rayonnement de matiere chauffee seule. Alors que meme en se mettant dans les pires conditions ou l'on ne verrait aucun rayonnement emis directement par l'etoile a neutrons, le rayonnement emis par la matiere qui lui tombe dessus est different: la surface d'une etoile a neutrons comporte de la matiere qui reagit avec celle qui tombe...
    Même remarque que plus haut, que devient ce rayonnement avec l'attraction gravitationelle ?

  27. #53
    astropierre

    [quote="Jeremy"]
    que devient ce rayonnement avec l'attraction gravitationelle ?
    Il subit ce qu'on appelle un redshift gravitationnel...

    A proximité d' un trou noir et encore plus de l' horizon des événements, le champ gravitationnel est tel que la lumière qui est émise subit un décalage vers le rouge d' où le nom de redshift.
    Ce décalage peut être expliqué par une diminution de la fréquence de la lumière émise. En effet, pour "s'arracher" au champ gravitationnel, les photons émis perdent de l'énergie et grâce à la relation Energie=h*frequence, la fréquence de la lumière émise diminue.

  28. #54
    astropierre

    [quote="Rincevent"]
    rien ne sort, c'est sur (enfin, tant que l'on neglige les trucs quantiques). Mais le fait que rien ne rentre est faux. Tu as toi-meme dit que pour le truc qui tombe, la chute dure un temps fini. Le fait que rien n'entre est juste une illusion liee au systeme de coordonnees.
    Ok, j'aurais dû dire "du point de vue d'un observateur extérieur"...
    Ce qui était, me semblait-il, le sens de la question posée par Lu...

  29. Publicité
  30. #55
    invite78632345678

    Salut!!

    Je vois que j'ai manqué un sacré bout de dialogue!

    En fait je cherche à savoir si on peut faire la différence entre ses 2 objets. Dans le cas contraire les observations faites actuellement ne permettrait pas de conclure sur l'existence réel des TN.
    Dans ce cas, pur abstraction mathématique ?
    Biensûr que l'on peut faire la différence entre ces 2 objets : un trou noir n'est pas du tout pareil qu'une étoile à neutron!

    Tout se passe aprés l'explosion d'une supernovae :

    -Si le résidu de supernovae exède 3 fois la masse du soleil, alors, il s'effondre, et on a un trou noir.

    -Sinon, on a une étoile à neutron (ou pulsar) qui fait un tour sur elle même en 0.002 secondes , et qui emet soit des rayons X, soit des ondes radio à partir de ses pôles magnétiques!

    Les trous noirs existent, et même si on ne les vois pas, on les devine (en général, il se passe des choses autour que l'on ne peut pas louper) Et même s'ils ne sont pas comme on les imagine, ils sont bien présents, et ça c'est sûr

    En résumer on peut dire que les étoiles à neutron sont des trous noirs ratés, ou les trous noirs sont des étoiles à neutron ratées...

  31. #56
    astropierre

    Je crois que jeremy nous demandait la différence entre une étoile à neutron "a l'extrême limite de la criticité" et un trou noir... et là... moins facile...

  32. #57
    Jeremy

    Citation Envoyé par astropierre
    Je crois que jeremy nous demandait la différence entre une étoile à neutron "a l'extrême limite de la criticité" et un trou noir... et là... moins facile...
    Exactement

  33. #58
    invite78632345678

    Oups, j'ai mal compris la question!
    Pardon!!

  34. #59
    lu

    Citation Envoyé par astropierre
    Et pour répondre à ta question, il semble bien que non, rien ne sort (logique...) ni n'entre (moins bien connu des gens, ça...) de l'horizon.
    C'est d'ailleurs pour ça, d'ailleurs, qu'on l'appelle "horizon".

    Voilà... ca vous convient, chef ?
    Ouais.. limpide et génial... comme toi!

  35. #60
    astropierre

    Ouais.. limpide et génial... comme toi!


    Je t'en prie, tu vas me faire rougir ops:

Page 2 sur 3 PremièrePremière 2 DernièreDernière

Discussions similaires

  1. Pourquoi notre trou noir semble si noir ??
    Par doguo dans le forum Archives
    Réponses: 19
    Dernier message: 21/04/2017, 06h01
  2. Trou noir, trou blanc, trou de ver
    Par Rammstein43 dans le forum Physique
    Réponses: 4
    Dernier message: 30/06/2007, 19h12
  3. trou noir
    Par quetzal dans le forum Archives
    Réponses: 4
    Dernier message: 03/11/2004, 10h10
  4. trou noir
    Par boardingman dans le forum Archives
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/07/2004, 02h17